El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 La prière en groupe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages : 9828
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: La prière en groupe   Dim 9 Nov 2008 - 18:10

L’obligation de la prière en groupe et ce qui s’y rapporte

SHeikh Muhammad Ibn Sâlih al-’Uthaymîn (rahimahullâh)





Question :

Quelques personnes ne prient pas avec le groupe, est-il permis pour nous de nous éloigner d’eux ?

Réponse :

Si parmi eux, il y en a qui ne prient pas avec le groupe , il n’y a pas de doute qu’ils ont délaissé une obligation parmi les obligations démontrées dans le Livre d’Allâh, et la Sounnah de Son Envoyé (sallallahu ’alayhi wa sallam). Certes Allâh a rendu obligatoire le groupe dans des contextes de peur [d’insécurité], quand Il -Ta’âla- dit :


« Et lorsque tu [Muhammad] te trouves parmi eux, et que tu les diriges dans la Salâ, qu’un groupe d’entre eux se mette debout en ta compagnie, en gardant leurs armes. Puis lorsqu’ils ont terminé la prosternation qu’ils passent derrière vous et que vienne l’autre groupe, ceux qui n’ont pas encore célébré la Salâ. A ceux-ci alors d’accomplir la Salâ avec toi, prenant leurs précautions et leurs armes. Les mécréants aimeraient vous voir négliger vos armes et vos bagages, afin de tomber sur vous en une seule masse. » [1]

Et quand l’obligation pour le groupe se fait dans des contextes de peur [d’insécurité], à plus forte raison celle-là se fait en tout contexte. Et puis des traditions du Prophète ordonnent clairement l’obligation de la Djamâ’ah [groupe] et quiconque délaisse le groupe commet un péché. Plus encore, certains Savants ont dit : « Celui qui délaisse la prière en groupe sans raison valable, sa prière [faite en dehors du groupe] est nulle. » Et l’un d’entre eux provient d’un avis de l’Imâm Ahmad (rahimahullâh) - Et SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) a opté pour cet avis.

Et pour ceux qui ont délaissé le groupe, il est obligatoire pour l’ensemble de leurs frères musulmans, et notamment les plus proches, de leur donner le conseil sincère, et qu’ils leur fassent craindre Allâh - ’Azza wa Djal. Et il n’est pas permis de s’éloigner d’eux pour cette désobéissance sauf dans le cas ou le fait de s’éloigner d’eux soit une cause qui permette qu’ils reviennent dans le droit chemin, et qu’ils s’acquittent de cette obligation. Ceci dit, il est permis de s’éloigner [d’eux] après les avoir conseillés lorsqu’ils persistent dans cette désobéissance. [2]

Question :

Est-il possible de témoigner d’un homme qu’il est croyant quant-il assiste régulièrement aux prières à la mosquée, comme il est dit dans le hadîth ?

Réponse :

Oui, il n’y a aucun doute que celui qui assiste aux prières à la mosquée, sa présence est une preuve de sa foi, parce que la seule chose qui le fait quitter sa maison, tout en étant responsable, et qui le fait marcher vers la mosquée est bien sa foi en Allâh -’Azza wa Djal.

Quant aux dires de celui qui pose la question : « Comme il est dit dans le hadîth » cela fait référence à ce qui aurait été rapporté du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) :
« Quand vous voyez un homme venir régulièrement à la mosquée, témoignez pour lui qu’il a la foi. » Ceci dit, ce hadîth est faible et il n’a pas été authentifié comme provenant du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam). [3]

Question :

Quel est l’avis sur la prière de celui qui s’est placé à la droite de l’imâm faute de place dans le rang des prieurs ?

Réponse :

La Sounnah veut que l’imâm se place devant les prieurs si le nombre de ceux-ci est de deux ou plus, et personne ne doit s’installer à droite de l’imâm sauf en cas de nécessité absolue. Si, par exemple, la mosquée est tellement pleine qu’on ne trouve de la place qu’à côté de l’imâm, il n’y a pas de mal [à se mettre à sa droite]. S’ils sont deux à être obligés à se placer à côté de l’imâm, que l’un soit à sa gauche et l’autre à sa droite. Il ne faut pas qu’ils se placent tous les deux à sa droite.

Au début, la législation stipulait que quand trois personnes prient ensemble, l’imâm se place au milieu des autres. Plus tard, cette disposition fut abrogée par une autre qui place les deux personnes derrière l’imâm.

Quant à la croyance populaire qui veut que les deux hommes se placent nécessairement à la droite de l’imâm, elle n’est basée sur aucun fondement. Il est vrai que s’il n’y a qu’un seul homme avec l’imâm, il doit se placer à sa droite [...] [4]

Question :

Un homme a prié la prière de l’aube en groupe. Puis un autre homme est arrivé après la prière du « Fajr » ou après la prière du « ’Asr » et demanda au premier de reprendre la prière à ses côtés à titre surérogatoire pour lui, afin que l’homme [le retardataire] obtienne la récompense d’une prière en groupe. Quel est l’avis sur cela ?

Réponse :

Il n’y a aucun mal à ce qu’un homme arrive après la fin de la prière de l’aube [Fajr] ou celle du « ’Asr », et qu’un autre lui fasse don d’une aumône en l’accompagnant dans la prière à titre surérogatoire. La règle en la matière est que toute prière liée à une cause spéciale peut être effectuée pendant le temps d’interdiction de la prière. C’est le cas des Raka’ah de salutation de la mosquée, de la prosternation de récitation et de la prière de consultation pour une affaire qui risque de passer avant la fin du temps d’interdiction de la prière. Il en est de même de cette prière faite à titre d’aumône au profit de celui qui arrive après la prière du « ’Asr » ou celle de l’aube ou autres [circonstance] similaires. [5]

Question :

Est-ce qu’il y a une détermination dans la distance entre la maison d’une personne et la mosquée ?

Réponse :

Il n’y a aucune détermination dans la Jurisprudence quant à la distance, cela est plutôt défini par la coutume et la distance à laquelle les « Adhân » [appels à la prière] peuvent être entendus sans haut-parleurs. [6]

Question :

Est-ce qu’il est obligatoire de suivre [ou de concorder avec] l’Imâm lorsqu’il dit « Âmîn » ?

Réponse :

Oui. Le fait de dire « Âmîn » est une Sounnah. C’est une Sounnah avérée selon les dires du Prophète :
« Lorsque l’Imâm prononce le fait de dire Âmîn prononcez-le vous aussi. » [7] Et le Âmîn de l’Imâm et celui de ceux qui le suivent doit être fait en même temps. Certes le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Et lorsque l’Imâm dit : ...Ghayri al-maghdhûbî ’alayhim wala-Dhâlîn...dites - Âmîn. » [8] [9]




Notes
[1] Sourate 4/102
[2] Madjmu’ Fatâwa de Ibn ’Uthaymîn, 15/21-22
[3] Madjmu’ Fatâwa de Ibn ’Uthaymîn, 1/55-56
[4] Kitâb « Liqâ-at ul-Bâb il-Maftoûh » du SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 3/182
[5] Kitâb « Liqâ-at ul-Bâb il-Maftoûh » du SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 3/248
[6] Kitâb « Liqâ-at ul-Bâb il-Maftoûh » du SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 1/545
[7] Rapporté par al-Bukhârî
[8] Rapporté par al-Bukhârî
[9] Kitâb « Liqâ-at ul-Bâb il-Maftoûh » du SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 1/162

http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article217
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages : 9828
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: La prière en groupe   Dim 9 Nov 2008 - 18:13

Prier à la maison car la mosquée se trouve loin ?

SHeikh al-Islâm ’Abdel-’Azîz Ibn ’Abdullâh Ibn BâZ (rahimahullâh)





Question :

Qu’en est-il de celui qui habite loin de la mosquée, et qui doit utiliser une voiture pour se rendre à la prière, car si il va à pied, il manque quelquefois la prière, mais il peut entendre le ‘Adhân [de chez lui] à l’aide des haut-parleurs. Est-ce qu’il y a un mal pour lui lorsqu’il prie avec trois ou quatre personnes de son voisinage dans la maison de l’un d’entre eux ?

Réponse :

L’obligation qui vous incombe est qu’il faut prier avec vos frères musulmans dans la mosquée, à condition que vous entendiez le Adhân dans votre maison à un volume normal sans l’aide des haut-parleurs, quand les autres sont silencieux et qu’il n’y a rien qui vous empêche de l’entendre.

Et si vous êtes certes loin, et que vous ne pouvez pas entendre le Adhân sans les haut-parleurs, il vous est alors permis de prier dans votre maison ou avec quelques personnes de votre voisinage, car il a été authentifié que le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit à un homme aveugle quand il lui a demandé l’autorisation de prier dans sa maison :
« Est-ce que tu entends l’appel à la prière ? » Il a dit : « Oui. » Il a dit : « Alors répond à l’appel. » Rapporté par Muslim dans son Sahîh.

Et le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit :
« Quiconque entend l’appel à la prière et ne vient pas, il n’y a aucune prière pour lui, à l’exception de celui qui a une excuse. » Rapporté par Ibn Mâdjah, al-Dâraqutnî, Ibn Hibbân et al-Hâkim avec une chaîne de transmission authentique. Si vous répondez à l’appel du muezzin bien que vous viviez loin [de la mosquée], et que vous prenez la difficulté afin de venir à pied ou en voiture, alors cela est meilleur, et Allâh vous récompensera pour vos pas en allant à la mosquée, et cela aussi longtemps que vous êtes sincère et que vous avez la bonne intention, car il a été rapporté qu’un homme qui habitait loin de la Mosquée du Prophète, et qui n’avait jamais manqué une prière avec le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam), il lui a été dit : « Pourquoi est-ce que tu n’achètes pas un âne que tu monterais quand il fait chaud et quand il fait très sombre le soir ? » Il répondit : « Je n’aimerais pas que ma maison soit près de la mosquée, car je veux marcher jusqu’à la mosquée et revenir à ma famille, et que cela me soit enregistré [en bonne action]. » Et le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) lui a dit : « Allâh t’accordera tout de cela. » Rapporté par l’Imâm Muslim dans son Sahîh. [1]


Notes
[1] Madjmu’ Fatâwa du SHeikh Ibn BâZ, 12/36-37

http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article352
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages : 9828
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: La prière en groupe   Dim 9 Nov 2008 - 18:16

« Alignez vos rangs ! Car bien aligner les rangs fait partie d’une prière complète. »

SHeikh ‘Abdullâh Ibn ‘Abder-Rahmân al-Bassâm (rahimahullâh)



D’après Anas Ibn Mâlik (radhiallâhu ‘anhu), le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « Alignez vos rangs ! Car bien aligner les rangs fait partie d’une prière complète. » Rapporté par al-Bukhârî et Muslim




Le sens global [du hadîth] :

Le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a guidé sa Communauté dans ce qui va les réformer et les rendre heureux. Et ici, [Le Prophète] leur a commandé d’aligner leurs rangs de sorte qu’ils soient tous dirigés de manière unie vers la Qiblah [la Mecque], et de serrer les rangs afin que les Satans n’y trouvent pas leur chemin pour s’y faufiler dans leur prière. [Le Prophète] les a orientés dans ce qui est une bonne leçon, qui est le perfectionnement du rang [dans la prière]. Et ce perfectionnement est un signe de ce qui complète la prière et la parachève. Et la distorsion [du rang] diminue sa qualité.

Les règles à déduire de ce hadîth :

1) - Le fait qu’il est légiféré de régler les rangs dans la prière avec rectitude pour ceux qui l’accomplisse, et de sorte qu’ils soient unis, sans avancer et sans reculer.

2) – Le fait d’aligner les rangs [dans la prière] est une raison pour que la prière soit complète, cela est donc recommandée - ce qui constitue le dogme de la majorité des savants. Et ceux qui disent que cela est une obligation sur la base du Hadîth :
« Alignez vos rangs ou Allâh détournera vos visages (les uns des autres) ». [1]

3) – Le fait qu’il est blâmable de distordre [les rangs]. Et que cela diminue [la qualité] de la prière.

4) – Le bienfait de la prière en groupe. De là, la récompense résulte du fait d’aligner les rangs qui est une raison liée à la prière en groupe.

5) – Il est dit : la sagesse dans l’alignement des rangs est que cela est conforme à la manière dont les Anges s’alignent. Il est rapporté de Muslim, d’après Djâbir que le Prophète a dit :
« Ne voudriez-vous pas vous ranger comme se rangent les anges auprès de leur Seigneur ? » Ils dirent : « Ô Messager d’Allâh ! comment se rangent-ils auprès de leur Seigneur ? » Il répondit : « ils complètent les rangs les uns après les autres et s’alignent ». [2] [3]



Notes
[1] Rapporté par al-Bukhârî et Muslim
[2] Rapporté par Muslim, Abû Dâwoud, Ibn Mâdja et Ahmed
[3] Kitâb « Tayssîr al-‘Allâm Charh ‘Oumdat il-Ahkâm » du SHeikh ‘Abdullâh al-Bassâm, 1/193-194

http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article476
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages : 9828
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: La prière en groupe   Dim 9 Nov 2008 - 18:35

La prière en groupe est-elle obligatoire ?


Avis et commentaires




Afin de comprendre la question, nous allons apporter quelques paroles de savants sur l’obligation ou pas de la prière en groupe, et de celle-ci faite à la mosquée…Cela basé sur les divergences que les savants ont soulevées.



Certes, il est rapporté par l’Imâm Mâlik dans « al-Mouwattâ » le hadîth où le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) dit : « La prière en groupe dépasse en mérite la prière individuelle de vingt-sept degrés » et la parole : « La prière en groupe dépasse en mérite la prière individuelle de vingt-cinq degrés. »

Ach-Chawkânî (rahimahullâh) rapporte que d’après ‘Atâ, al-Awzâ’î, Ishâq, Ahmad, Abû Thawr, Ibn Khuzaymah, Ibn al-Moundhir, Ibn Hibbân, les Dhâhirites, et un groupe des gens de la maison du Prophète (Ahl al-Bayt) Abû al-‘Abbâs disent que la prière en groupe est une obligation individuelle. Et il y a une divergence parmi eux sur le fait que celle-ci constitue une condition de la validé de la prière. Et cela a été rapporté par Abû Dâwoud et ceux qu’ils l’ont suivi. Un apport identique a été rapporté par l’Imâm Ahmad. Al-Bâqoûn a dit : La prière en groupe est une obligation individuelle sans être une condition de validité de la prière. Un dire de l’Imâm ach-Châfi’î rejoint cet avis. Al-Hâfidh Ibn Hajar indique qu’un grand nombre parmi les Malékites et les Hanafites sont d’avis que c’est une obligation communautaire [non pas individuelle]. Al-Bâqoûn indique que cela est une Sounnah sur la base d’un dire de Zayd Ibn ‘Alî, al-Hâdî, al-Qâssim, an-Nâcir, Abî Tâlib et dans c’est dans ce sens que sont allés Mâlik et Abû Hanîfa. [1]

Al-Hâfidh Abû Bakr Ibn al-‘Arabî (rahimahullâh) a dit dans son commentaire du hadîth, que d’après nos savants [Malékites] ainsi que de Abû Hanîfa et ach-Châfi’î, la prière en groupe est une prière constituant une obligation communautaire et qu’elle représente l’emblème de l’Islâm [2]. Ainsi, pour un grand nombre de savants, la prière en groupe est soit une Sounnah avérée, soit une obligation. Les Hanbalites voient la prière en groupe comme une obligation individuelle qui incombe à chacun parmi les hommes. Ceci dit, ils soulignent que cela ne fait pas parti des conditions de validité de la prière, d’après un texte de l’Imâm Ahmad [3].

SHeikh Muhammad Ibn ‘Uthaymîn (rahimahullâh) a indiqué que la prière en groupe est une chose légiférée selon l’unanimité des musulmans et des savants. Quel est le meilleur acte d’adoration ainsi que le meilleur acte d’obéissance ? Il n’y a pas une personne de science qui aurait dit que cela n’est pas légiféré, et la divergence entre les gens de science se situe sur le fait de savoir si la prière en groupe est une obligation individuelle, ou une obligation communautaire ou encore une Sounnah avérée. Sur ce dire, c’est une obligation individuelle qui incombe à chacun selon le SHeikh [4]. Pour ce qui est de savoir à qui cela s’impose, Ibn Qudâma (rahimahullâh) dit que cela est obligatoire pour les hommes. Il y a divergence des savants pour ce qui est des femmes : certains disent que pour elles, c’est une Sounnah. D’autres disent qu’il est blâmable pour la femme de prier en groupe et enfin pour d’autres, cela est acceptable. Sur ce dernier avis, SHeikh Ibn ‘Uthaymîn dit qu’il est bon, et que si la femme ne prie que de temps en temps en groupe, il n’y a alors pas de mal à cela [5].

Pour ce qui est de savoir si la prière en groupe est une condition pour la personne pour la validité de sa prière, Ibn Qoudâma (rahimahullâh) dit que non. Cette parole repousse l’avis qui dit justement le contraire, qui est l’avis indiquant que la prière en groupe est une condition de validité de la prière selon SHeikh al-Islâm et Ibn ‘Aqîl - tous d’eux Hanbalites. Cet avis est tenu sur la base d’un apport provenant de l’Imâm Ahmad. SHeikh Ibn ‘Uthaymîn (rahimahullâh) dit que cette parole est faible au regard des textes [6].

SHeikh ‘Abdullâh al-Bassâm (rahimahullâh) explique en résumé de tout cela, que la prière en groupe est donc, selon l’avis unanime des musulmans, une chose légiférée. Qu’elle représente le meilleur acte d’obéissance et que les jurisconsultes ont divergé sur son statut. Les trois imâms voient cette prière en groupe comme une Sounnah avérée mais pas obligatoire. Les Dhâhirites la voient comme une condition de validité de la prière, et ont suivi cet avis SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah et Ibn ‘Aqîl. SHeikh al-Islâm (rahimahullâh) dit que la prière en groupe constitue une obligation individuelle selon un consensus des Compagnons et des imâms musulmans, ainsi que de ce qui est indiqué dans le Qor’ân et la Sounnah [7].




Notes
[1] Kitâb « Nayl al-Awtâr min Asrâr Mountaqa al-Akhbâr » de l’Imâm ach-Chawkânî, 5/405-406
[2] Kitâb « al-Massâlik fî Charh Mouwattâ Mâlik » du Qâdhî Abû Bakr Ibn al-‘Arabî, 3/15
[3] Al-Fiqh al-islâmî wa Adillatuh, 2/1167-1169
[4] Kitâb « ach-Charh ul-Moumti’ ’ala Zâd il-Moustaqni’ » du SHeikh Muhammad Ibn Sâlih Al-’Uthaymîn, 4/132
[5] Kitâb « ach-Charh ul-Moumti’ ’ala Zâd il-Moustaqni’ » du SHeikh Muhammad Ibn Sâlih Al-’Uthaymîn, 4/132-146
[6] Kitâb « ach-Charh ul-Moumti’ ’ala Zâd il-Moustaqni’ » du SHeikh Muhammad Ibn Sâlih Al-’Uthaymîn, 4/144-146
[7] Kitâb « Nayl al-Mârib fî tahdhîb Charh ‘Oumdat it-Tâlib » de SHeikh ‘Abdullâh al-Bassâm, 1/326



http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article496
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages : 9828
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: La prière en groupe   Dim 9 Nov 2008 - 18:38

Former un deuxième groupe de prieurs à la mosquée ?

Règles et fondements des gens de science




D’après Abî Sa’îd, un homme est entré dans la mosquée et l’Envoyé d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam) avait déjà prié avec ses compagnons. L’Envoyé d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « Y a-t-il un homme qui peut faire l’aumône à cette personne en priant avec elle ? » Un homme s’est levé et a prié avec lui. Rapporté par Ahmad, Abû Dâwoud et at-Tirmidhî. [1]



L’Imâm ach-Chawkânî (rahimahullâh) dit que ce hadîth indique qu’il est légiféré d’entrer avec celui qui entre seul dans la prière. Et que celui qui entre avec lui aura certes prié en groupe. Ibn Rif’ah dit : « Il y a unanimité des savants sur le fait que celui qui voit une personne prier seule n’aura pas bénéficié de la prière en groupe, et il est recommandé de prier avec elle afin de bénéficier de la prière en groupe. At-Tirmidhî appuie ce hadîth afin d’autoriser celui qui prie en groupe à la mosquée de prier avec lui. Ce qui est aussi un dire de Ahmad et de Ishâq. Un autre groupe parmi les gens de science dit qu’il faut que la personne prie seule. Ce qui est un dire de Soufyân, Mâlik, Ibn Moubârak, ach-Châfi’î ».

Al-Bayhaqî a dit : Ibn Moundhir soutient le caractère blâmable de cela d’après Sâlim Ibn Abdullâh, Abî Qillâbah, Ibn ‘Awn, Ayoûb, al-Battî, al-Layth Ibn Sa’d, al-Awzâ’î ainsi que les gens adoptant le point de vue personnel. Ce hadîth indique notamment que celui qui prie dans un groupe et voit ensuite un autre groupe prier , il lui est recommandé de prier avec eux [2] - Ce qui a été vu de la sorte par l’Imâm Abû Bakr ar-Râzî [3].

SHeikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn BâZ (rahimahullâh) dit que le fait d’établir un deuxième groupe est une chose légiférée. Et que pour la personne qui a manqué la prière en groupe à la mosquée, il lui est légiféré de prier avec une personne afin de ne pas prier seule. Et cela sur la base de l’obligation que l’ensemble des textes indique [4].

SHeikh Muhammad Ibn ‘Uthaymîn (rahimahullâh) dit qu’il n’est pas permis à l’imâm d’interdire l’établissement d’un deuxième groupe de prieurs après le premier (groupe) à la mosquée. Et s’il fait cela, il doit craindre de diverger de la voie du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) qui a lui établi un deuxième groupe après le premier pour une raison. Le but de ceux qui ont manqué la prière n’est pas qu’ils attendent que la prière se finisse pour établir un deuxième groupe, ceci dit, lorsqu’ils entrent à la mosquée et qu’ils voient que le groupe a prié, ils établissent alors un deuxième groupe, est telle est la Sounnah ! Un homme est rentré à la mosquée et l’Envoyé d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam) avait déjà prié avec ses compagnons. Et l’Envoyé d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit :
« Y a-t-il un homme qui peut faire l’aumône à cette personne en priant avec lui ? » Un homme s’est levé et a prié avec lui. Et ceci est bien l’établissement d’un deuxième groupe après le premier. Ensuite, il y a le hadîth où le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « La prière d’un homme avec un autre homme est plus pure aux yeux d’Allah que sa prière seul. Et la prière d’un homme avec deux autres hommes est plus pure aux yeux d’Allah que sa prière avec un homme ». [5] Le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a élevé la prière d’un homme avec un autre plus que s’il priait seul.

De ce fait, cela indique qu’il y a plus de récompense. Est-ce qu’une personne désormais pourrait se permettre d’interdire cela ? Dès lors, l’imâm qui interdit cette pratique aux gens ayant raté la prière [en groupe] d’établir un deuxième groupe doit craindre Allâh. Il n’y a pas un musulman qui se doit d’interdire une dérogation permise de l’Envoyé d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam). Bien plus, il doit encourager cela afin de s’entraider dans la piété et les bonnes œuvres [6]



Notes
[1] Authentifié par SHeikh al-Albânî
[2] Kitâb « Nayl al-Awtâr min Asrâr Mountaqa al-Akhbâr » de l’Imâm ach-Chawkânî, 5/480-483
[3] Kitâb « Moukhtasar Ikhtilâf al-‘Oulémâ » de l’Imâm Abû Bakr ar-Râzî, 1/251-252
[4] Madjmu’ Fatâwa de Sheikh Ibn bâZ, 12/165-168
[5] Rapporté par Abû Dâwoud et an-Nassâ-î et authentifié par Sheikh al-Albânî
[6] Kitâb « Liqâ-at ul-Bâb il-Maftoûh » du SHeikh Ibn ’Uthaymîn, p.849

http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article521
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages : 9828
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: La prière en groupe   Lun 3 Mai 2010 - 12:52

Où se place la femme dans la prière en commun ?






1. Lorsque la femme prie avec son mari ou bien son fils

Dans ce cas l'homme se mettra devant afin de diriger la prière et la femme se mettra juste derrière lui.

Cela signifie que la femme devra former un rang à elle toute seule.

Sources : Majmou Fatawa Cheikh Ibn Baz vol 12 p 198




2. Si la femme dirige la prière pour une autre femme

Lorsqu'une une femme prie avec une autre, dans ce cas celle qui ne dirige pas la prière se mettra à la droite de celle qui dirige la salat.

Sources : Majmou Fatawa Lajna Da Ima Vol 7 p 394.




3. Si une femme dirige la prière pour d'autres femmes

Si une femme dirige la prière pour d'autres femmes, dans ce cas celle-ci devra s'inserer au millieu du premier rang.

C'est ainsi que faisait la mère des croyantes Aîcha lorsqu'elle dirigeait la prière pour les autres femmes.


Sources : Majmou Fatawa Cheikh Ibn Baz Vol 12 p 130.




4. S'il y a 3 hommes et une femme

Dans ce cas l'imam se met devant, puis les deux autres hommes forment un rang juste derrière l'imam, quant à la femme elle se placera toute seule derrière.

Sources : Charh Sounnane An-Nassaî De Cheikh AbdelMouhssine Al 'Abbad





5. S'il y a 2 hommes et une femme

Dans ce cas le prieur se place à la droite de l'Imam ( sur la même ligne). Quant à la femme elle se placera toute seule derrière.

Sources : Charh Sounane An-Naissaî de Cheikh AbdelMouhssine Al 'Abbad





http://www.darwa.com/forum/showthread.php?t=8188&highlight=pri%E8re+femme+rang

http://3ilm.char3i.over-blog.com/120-index.html
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages : 9828
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: La prière en groupe   Ven 22 Oct 2010 - 22:22

La prière en groupe

Cheykh 'Abdel 'Adhdim El Badawi




Jugement de la prière en groupe :

La prière en groupe est une obligation pour toutes les prières, pour l’homme, pubère, libre, et résident.
La preuve que la prière en groupe n’est pas obligatoire pour les femmes, les garçons non pubères, les esclaves et les voyageurs, c’est le hadith du Prophète (صلى الله عليه و سلم) qui dit : « La prière en groupe est obligatoire sauf pour 4 personnes : un esclave, une femme, un enfant et un malade. » (hadith rapporté par Abou Dawoud et authentifié par Cheykh Al Albani)

Like a Star @ heaven La preuve de cette obligation est le hadith d’Abou Hourayra (رضي الله عنه), qui dit que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Je jure par Celui qui détient mon âme entre Ses mains, j’ai pensé à ordonner qu’on m’apporte du bois que je brûlerais, puis que j’ordonne qu’on appelle à la prière et qu’un homme dirige celle-ci, puis que j’aille à l’encontre des hommes qui prient chez eux et les brûler dans leur maison. Je jure par Celui qui détient mon âme entre Ses mains, si l’un d’entre eux savait qu’il pourrait trouver un os recouvert de viande ou la quantité de viande trouvée entre les côtes d’une brebis, il aurait assisté à la prière de l’Icha. » (rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

« un os recouvert de viande ou la quantité de viande trouvée entre les côtes d’une brebis » : les savants expliquent qu’il s’agit là d’une quantité infime et dérisoire. Cela pour dire que si ces hommes trouvé un quelconque intérêt à venir à la prière en groupe, même si petit soit-il, il viendrait.

« les brûler dans leur maison » : Cette pensée du Prophète (صلى الله عليه و سلم) nous prouve l’importance de la prière en commun et son obligation. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) n’a cependant pas brûlé les maisons, et ceci pour 2 raisons :
1- Parce que ces maisons peuvent aussi contenir des femmes et des enfants pour qui la prière en commun n’est pas une obligation.
2- Parce que le fait de châtier avec le Feu est propre à Allah (soubhanna wa ta’ala), et aucune créature ne peut le faire.


Like a Star @ heaven La 2ème preuve est le hadith d’Abou Hourayra (رضي الله عنه), qui dit : « On a amener un homme aveugle auprès du Prophète (صلى الله عليه و سلم) qui lui a dit : « Ô Message d’Allah, je n’ai personne pour me guider vers la mosquée, puis-je prier chez moi ? » Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) lui a accordé cette faveur. Puis lorsque l’homme s’est retourné pour partir, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) l’a appelé et lui a demandé : « Entends-tu l’appel à la prière ? » Il a répondu : « Oui. » Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Alors réponds (à cette appel). » » (rapporté par Mouslim et An-Nassa-i)


Like a Star @ heaven Et selon ‘Abdoullah Ibn Mas’oud (رضي الله عنه) : « Celui qui espère rencontrer Son seigneur demain en étant musulman, qu’il prenne soin de ses prières au moment où elles sont appelées, car Allah (ta’ala) a légiféré à votre Prophète les voies de la guidée, et elles (les prières) font parties des voies de la guidée. Et si vous priez dans vos maisons comme le prie celui qui est en retrait, vous délaisserez la voie de votre Prophète, et en délaissant la voie de votre Prophète, vous serez égarés. Et chaque homme qui fait ses ablutions de façon parfaite, puis se dirige vers la mosquée, Allah lui comptera pour chaque pas effectué une bonne action, l’élèvera d’un degré, et lui effacera un péché. A notre époque seule les hypocrites délaissaient la prière en groupe. A notre époque, un homme venait appuyé sur 2 hommes jusqu’à ce qu’il soit en position dans le rang. » (rapporté par Mouslim et An-Nassa-i)

Les savants ont dit que celui qui délaisse toutes les prières en connaissant son jugement, est un hypocrite ou est très fortement soupçonné d’hypocrisie.


Like a Star @ heaven Et selon Ibn ‘Abbas (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Celui qui entend l’appel à la prière et ne viens pas, il n’a point de prière sauf si il a une excuse. »

« il n’a point de prière » : C’est-à-dire, il n’a pas de prière complète. Cela signifie que si cet homme prie chez lui alors qu’il entend l’adhan, il n’aura pas toute la récompense de sa prière. Et certains savants ont même dit que dans ce cas, sa prière n’est pas exceptée, comme le dit Cheykh Al Islam Ibn taymiyya (rahimahoullah)



Les mérites de la prière en groupe :

Like a Star @ heaven Selon ‘Abdoullah Ibn ‘Oumar (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « La prière en groupe prévaut sur la prière individuelle de 27 degrés. » (hadith authentique rapporté par Ibn Majah)

Like a Star @ heaven Et selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « La prière en groupe est multipliée par rapport à la prière faite à la maison, ou au marché (c-à-d à son travail) de 25 fois. Lorsque la personne fait ses ablutions de façon parfaite, puis sort vers la mosquée dont la seule intention est de faire la prière, chaque pas qu’il fera l’élèvera d’un degré et lui effacera un péché. Et les anges ne cesseront de prier pour lui tant qu’il restera dans son lieu de prière, et les anges diront : « Ô Allah prie sur lui, Ô Allah entre-le dans Ta miséricorde. » Et l’un d’entre vous reste en état de prière tant qu’il attend la prière suivante. »

Les savants ont dit qu’il faut comprendre du 1er hadith le fait que la prière en groupe équivaut à 27 prières effectuées à la maison. Puis dans le 2ème hadith il est dit 25. Donc comment rassembler les 2 hadiths ? Les savants ont donné 2 explications :
- La première, c‘est que les 25 entre dans les 27, et qu’il n’y a pas de contradiction dans cela.
- La deuxième, c’est que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a été informé au début que c’était 25, puis par la suite de 27 degrés. Et qu’Allah (soubhanna wa ta’ala) a voulu combler ses serviteurs en leur ajoutant 2 degrés.

Like a Star @ heaven Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Celui qui va à la mosquée et en reviens, Allah (soubhanna wa ta’ala) lui réserve « an-nazlah » (dans le hadith « nouzlahou ») au Paradis à chaque fois qu’il part et reviens. »

« nazlah » : les savants ont dit que c’est ce que les gens préparent pour son invité, comme sa nourriture, sa place etc. Donc Allah (soubhanna wa ta’ala) prépare cela mais au Paradis.



La présence des femmes à la prière en groupe :

Il est autorisé aux femmes de se rendre à la mosquée et de participer à la prière en groupe à condition de délaisser tout ce qui pourrait attirer ou apporter de la fitna, comme le faite de s’embellir ou de se parfumer.
Selon ‘Abdoullah Ibn ‘Oumar (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « N’interdisez pas à vos femmes de venir à la mosquée et leur maison est meilleure pour elles. » (rapporté par Abou Dawoud)

Et selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Si une femme touche à un parfum, qu’elle n’assiste pas avec nous à la dernière prière de ‘Icha. »
Et ce n’est pas parce que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a cité la prière du ‘icha que ce hadith est propre qu’à cette prière. Il faut comprendre de cela que la femme ne peut assister à toutes les prières si elle est parfumée.

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه) également, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « N’interdisez pas au servantes d’Allah les mosquées d’Allah, mais si elles sortent qu’elles ne soient pas parfumées. »

Le parfum pour les femmes n’est cependant pas interdit, il est uniquement interdit pour sortir. Quant au fait de se parfumer à la maison cela n’est pas illicite.

Leurs maisons sont meilleures pour elles :
La femme, même si il lui est autorisé de sortir à la mosquée, sa prière chez elle est meilleure et plus récompensée.
La preuve est le hadith cité précédemment, mais également un hadith plus explicite de Oum Houmayd As-Sâ’idiya qui dit qu’elle est venue voir le Prophète (صلى الله عليه و سلم) et lui a dit : « Ô Envoyer d’Allah, j’aime faire la prière avec toi. » Et le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Je sais que tu aimes faire la prière avec moi, mais ta prière dans ta chambre est meilleure que ta prière dans ta salle (fi houjratiki), et ta prière dans ta salle est meilleure que ta prière dans ta maison (c-à-d tout autres endroits de ta maison), et ta prière chez toi est meilleure que ta prière dans la mosquée de ton peuple (proche de chez toi), et ta prière dans la mosquée proche de chez toi est meilleure que ta prière dans ma mosquée. » (rapporté par Ahmed et Ibn Khouzeyma)

« meilleure que ta prière dans ma mosquée » : Or on sait que la prière effectuée dans la mosquée du Prophète (صلى الله عليه و سلم) équivaut à 1 000 prières dans les autres mosquées (sauf pour la mosquée de Jérusalem et celle de La Mecque). Ainsi la prière d’une femme dans une mosquée proche de chez elle vaut plus que 1 000.



Les comportements à adopter en se rendant à la mosquée :

Selon Abou Qatâda (رضي الله عنه) : « Lorsque nous prions avec le Prophète (صلى الله عليه و سلم), il a entendu le bruit qu’ont fait des hommes en entrant de façon précipitée dans la mosquée. Il leur a dit : « Qu’avez-vous ? » Ils ont répondu : « Nous étions précipités pour la prière. » Et le Prophète (صلى الله عليه و سلم) leur a dit : « Ne vous précipitez pas. Lorsque vous vous rendez à la mosquée, faites-le en étant serein. Ce que vous avez attrapé, priez-le, et ce que vous avez raté, complétez-le. » (rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

Et selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Lorsque vous entendez al iqamah, marchez vers la prière en étant serein et tranquille, et ne vous précipitez pas. Ce que vous avez attrapé, priez-le, et ce que vous avez raté, complétez-le. » (rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

Et selon Ka’b Ibn ‘Oujra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Lorsque l’un d’entre vous fait ses ablutions de façon parfaite et qu’il sort pour se rendre à la mosquée, qu’il n’entremêle pas ses doigts car il est en prière. »


Ce qu’il faut dire au moment de sortir de chez soit :

Selon Anas (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Celui qui dit lorsqu’il sort de chez lui : « Bismillahi tawakaltou ‘ala llahi wa la hawla wa la qouwata illa billah » (au nom d’Allah, je place ma confiance en Allah en dehors duquel il n’y a de force ni de puissance.), il lui sera dit : « Tu es guidé, tu auras ta subsistance, et tu seras épargné de tout mal, et le diable s’éloigner de lui. » (rapporté par Abou Dawoud et Tirmidhi)

« il lui sera dit » : c’est-à-dire les anges lui diront.
Ce hadith est général et il n’est pas propre à celui qui se sort pour se rendre à la mosquée. Il est possible de dire cette invocation chaque fois que la personne sort de chez elle.

Et lorsque ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (رضي الله عنه) a dormi chez le Prophète (صلى الله عليه و سلم), qu’il a décrit sa prière de la nuit, puis il a dit : « Puis le muezzin a fait l’appel à la prière. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) est sorti en disant : « Ô Allah fait entrer dans mon cœur la lumière, et dans ma langue la lumière, fait entrer dans mon ouïe la lumière, fait entrer dans ma vue la lumière, mets de la lumière derrière moi, devant moi, au dessus de moi et en dessous de moi, Ô Allah, donne moi de la lumière. » (rapporté par Mouslim et Abou Dawoud)


Ce qu’il faut dire au moment d’entrer dans la mosquée :

Selon ‘Abdoullah ibnou ‘Amrou ibn al ‘Ass (رضي الله عنه) : « Lorsque le Prophète (صلى الله عليه و سلم) entrait dans la mosquée il disait : « Je cherche refuge auprès d’Allah le Très Grand, auprès de Son noble Visage et de Son pouvoir éternel, contre le diable banni. » (traduction tirée du livre « les invocations authentiques » Cheykh Al Albani)

Selon Fatima (رضي الله عنها), la fille du Prophète (صلى الله عليه و سلم) : « Lorsqu’il entrait dans la mosquée il disait : « Au nom d’Allah. Que la prière et le salut soient sur le Messager d’Allah. Ô Allah pardonne-moi mes péchés et ouvre-moi les portes de Ta miséricorde. » Et lorsqu’il sortait il disait : « Au nom d’Allah, que le salut soit sur le Messager d’Allah. Ô Allah pardonne-moi mes péchés et ouvre-moi les portes de Tes bienfaits. » (rapporté par Mouslim et at-Tirmidhi)

Il y a également une autre sounna que l’auteur n’a pas cité qui est connue d’après la parole de Anas (رضي الله عنه) qui dit : « Fait partie de la sounnah du Prophète (صلى الله عليه و سلم), d’entrée dans la mosquée par le pied droit, et d’en sortir par le pied gauche. » (authentifié par Cheykh Al Albani)


La prière de la salutation de la mosquée (tahiyatoul masjid) :

Il s’agit de 2 rak’at dont l’intention peut différer. En entrant dans la mosquée on peut accomplir 2 rak’at avec l’intention de faire « tahiyatoul masjid », ou avec l’intention de faire une râtiba. Il n’est pas obligatoire de faire 2 rak’at proprement dédiées à la mosquée, puisque le but est d’occuper l’endroit où on va s’asseoir par une prière.
Lorsque la personne entre dans la mosquée, elle doit obligatoirement prier 2 rak’at avant de s’assoire. La preuve de cela est le hadith de Abou Qatâda (رضي الله عنه) qui dit : « Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Lorsque l’un d’entre vous entre dans la mosquée, qu’il ne s’assied pas avant d’avoir accompli 2 rak’at. » (rapporté par Mouslim et Al Boukhari)

L’auteur pense que cette prière est obligatoire d’après l’ordre du Prophète (صلى الله عليه و سلم). Ceux qui jugent que cette prière n’est pas obligatoire se base sur le hadith où un homme vint interroger le Prophète (صلى الله عليه و سلم) pour lui demander ce qui était obligatoire, et le Prophète (صلى الله عليه و سلم) lui a dit de prier 5 prières. Et l’homme lui a dit : « Est-ce qu’il y a autre chose ? ». Il a répondu : « Non si ce n’est des prières surérogatoires. » Cependant nous avons déjà vu comment les autres savants ont répondu à cet argument (voir cours n°21, la prière de l’éclipse)

Même si l’Imam fait son discours :
Selon Jâbir Ibnou ‘Abdillah (رضي الله عنه) : « Un homme est venu alors que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) faisait son discours du vendredi. Et il lui a dit : « As-tu prié ô untel ? » Il a répondu : « Non. ». Alors le Prophète (صلى الله عليه و سلم) lui a dit : « Lève-toi et prie. »


Lorsqu’on appel (au 2ème appel) à la prière, il n’y a plus de prière :

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Lorsqu’on appel à la prière (l’iqama), il n’y a point de prière sauf la prière obligatoire. » (rapporté par Mouslim)
Et selon Mâlik ibn Bouhayna (رضي الله عنه) : « le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a vu un homme en train de prier alors que l’iqama avait été faite. Et lorsque le Prophète est parti, les gens ont entouré cet homme et il (صلى الله عليه و سلم) lui a dit : « Est-ce que le Sobh est de 4 rak’at ? Est-ce que le Sobh est de 4 rak’at ? » » (rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

Concernant le 1er adhan, il est permis de prier les 2 rak’a pendant l’appel, mais il est préférable d’attendre pour pouvoir faire les sounnan relatives à l’adhan, puis après celui-ci faire ses 2 rak’at. Sauf pour l’adhan du vendredi ou il est préférable de faire les 2 rak’at au cours de l’adhan, afin de pouvoir écouter le discours du vendredi qui est obligatoire.


Le mérite de faire le 1er takbir avec l’Imam :

Selon Anas Ibn Mâlik (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Celui qui prie pour Allah pendant 40 jours en groupe en faisant le 1er takbir avec l’Imam, il lui sera exempté de 2 choses : le Feu de l’Enfer, et l’hypocrisie. » (rapporté par At-Tirmidhi, jugé bon)
Dans une autre version, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Celui qui prie pour Allah pendant 40 jours dans la mosquée de son quartier (proche de chez toi)… »


Celui qui arrive alors que l’imam a terminé sa prière :

Selon Sa’id Ibnoul Mousayib (رضي الله عنه) : « Un homme parmi les Ansars (les gens de Médine) agonisait et a dit : « Je vais vous rapporté un hadith que je vous cite en espérant la récompense. J’ai entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dire : « Lorsque l’un d’entre vous fait ses ablutions de façon parfaite, puis sort pour la prière, chaque pas qu’il fera avec son pied droit, Allah (soubhanna wa ta’ala) lui écrira par cela une bonne action. Chaque fois qu’il posera son pied gauche, Allah (soubhanna wa ta’ala) lui effacera un péché. Que l’un d’entre vous habite loin de la mosquée ou qu’il en soit proche. S’il arrive à la mosquée et prie en groupe, alors ses péchés lui seront pardonnés. Et s’il arrive à la mosquée, prie une partie de la prière et rattrape ce qu’il a raté, il aura la même récompense. Et s’il arrive à la mosquée et que les autres ont déjà prié, il prie et il aura la même récompense. » (rapporté par Abou Dawoud)

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Lorsque l’un d’entre vous fait ses ablutions de façon parfaite, puis se dirige vers la mosquée et trouve les gens ayant fini leur prière, Allah (soubhanna wa ta’ala) lui accordera la même récompense que ceux qui ont prié et assisté à la prière, sans que la récompense de ceux-ci ne soit diminuée de quoi que ce soit. » (rapporté par Abou Dawoud et An-Nassa-i)


Entrer avec l’imam quelque soit sa position :

Selon ‘Ali Ibn Abi Tâlib et Mou’adh Ibnou Jabal (رضي الله عنهما), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Lorsque l’un d’entre vous arrive à la prière et que l’Imam est dans une position, qu’il fasse la même position que lui. » (rapporté par At-Tirmidhi)

Par exemple s’il trouve l’imam prosterné, il commence par le takbir de l’ouverture, qui est un pilier de la prière, puis il fait le takbir et se prosterne comme l’Imam.


Le moment où la rak’a est comptabilisée :

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Lorsque vous arrivez à la prière et que nous sommes prosternés, prosternez-vous, et ne comptabilisez pas la rak’at, et celui qui a atteint l’inclinaison, a alors atteint la prière. » (rapporté par Abou Dawoud)
Et dans une autre version le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « …Celui qui a atteint de le rouk’ou, a atteint la rak’a. »

« celui qui a atteint l’inclinaison » : Les savants ont ici interprété le mot « ar-rak’at », comme étant « ar-rouk’ou », c-à-d l’inclinaison.

Donc ce qui fait que l’on a atteint une rak’a ou non, c’est le faite d’avoir fait le rouk’ou avec l’imam ou non. Comme l’a dit Ibn Oumar (رضي الله عنه) : « Lorsque tu poses tes mains sur tes genoux et que l’Imam est encore incliné, alors tu as atteint la rak’a. » Et à partir du moment ou l’imam relève sa tête et que tu n’es pas encore en inclinaison, alors tu ne dois pas comptabiliser cette rak’a.


Celui qui fait l’inclinaison en dehors du rang :

Selon Abou Bakra (رضي الله عنه) (ce n’est pas Abou Bakr) : « J’ai atteint le Prophète (صلى الله عليه و سلم) alors qu’il était en inclinaison et je me suis incliné avant d’avoir atteint le rang. Puis j’en ai averti le Prophète (صلى الله عليه و سلم) qui m’a dit : « Qu’Allah augmente ton courage, mais ne recommence pas. » » (rapporté par Abou Majah, Al Boukhari et An-Nassa-i)

Il y a deux explications des savants concernant la parole du Prophète (صلى الله عليه و سلم) « Qu’Allah augmente ton courage, mais ne recommence pas. » :
1- Certains ont dit que cela voulait dire « …ne recommence pas à t’incliner en dehors du rang. »
2- D’autres savants ont dit que cela voulait dire « …ne recommence pas à te précipiter. »
Et ce deuxième avis est le plus sûre car, d’autres preuves qui soutiennent cela, comme la parole de ‘Atâh qui dit qu’il a entendu ‘Abdoullah Ibn Zoubayr (رضي الله عنه) dire, alors qu’il était sur le minbar : « Lorsque l’un d’entre vous entre à la mosquée et les gens sont inclinés, qu’il s’incline, puis qu’il s’approche du rang tout en étant incliné. Car c’est ainsi la sounnah. » (authentifié par Cheykh Al Albani)

Il y a une autre preuve qui soutient cela, qui est le hadith de Zayd Ibn Wahb (رضي الله عنه) qui dit : « Je suis sorti avec ‘Abdallah Ibn Mas’oud, de chez lui vers la mosquée. Lorsque nous sommes arrivés à la moitié de la mosquée, l’imam s’est incliné. ‘Abdallah a fait le takbir et s’est incliné, et je me suis incliné avec lui. Puis nous avons marché jusqu’à arriver au rang au moment où les gens ont relevé leur tête. Puis lorsque l’imam a terminé sa prière, je me levais, car j’ai considéré que je n’avais pas atteint la rak’a, mais ‘Abdallah m’a pris par la main et m’a fait m’assoire. Puis il a dit : « Tu as atteint la rak’at. »

On peut déduire de ce hadith 2 choses :
1- La première c’est que l’on comptabilise une rak’a à partir du moment où on atteint le rouk’ou.
2- La deuxième c’est qu’il est autorisé de faire l’inclinaison avant d’avoir atteint le rang et de marcher en étant incliner jusqu’au rang.

Par contre, ce qui est interdit c’est de prier tout seul derrière les rangs. En effet, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Il n’y a pas de prière pour celui qui prie seul derrière le rang. » La prière de cette personne est donc nulle, sauf dans un cas, qui est lorsqu’il n’y a plus du tout de place dans le rang.


Ce que l’imam doit alléger de la prière :

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) : « Lorsque l’un d’entre vous préside la prière, et prie devant les gens, qu’il allège. Car il y a parmi ces gens : le faible, le malade et la personne âgée. Et s’il prie tout seul, alors qu’il allonge sa prière autan qu’il le désire. » (rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

Concernant l’allègement, il faut se fier à la sounnah du Prophète (صلى الله عليه و سلم) et non aux désirs des gens. En effet, beaucoup de gens se trompent aujourd’hui en prenant ce hadith et en interprétant l’allègement comme ce qui les arrange eux. Or il est déjà arrivé au Prophète (صلى الله عليه و سلم) de prier sobh avec la sourate As-Sajida dans une rak’a par exemple, ce qui pourrait sembler long pour les gens. Mais le Prophète (صلى الله عليه و سلم) n’a pas pu ordonner une chose et faire le contraire. Ainsi il faut se fier à sa sounnah.


L’allongement de la première rak’a :

Selon Abou Sa’id (رضي الله عنه) : « Alors qu’on commençait la prière de Dohr, l’un d’entre nous pouvait aller à « al Baqi’ » (au cimetière proche la mosquée du prophète) faire ses besoins, puis faire ses ablutions, puis reviens à la mosquée, alors que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) était encore à la première rak’a. » (rapporté par Mouslim et An-Nassa-i)


L’obligation de suivre l’imam et l’interdiction de la précéder :

Selon Anas (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « L’imam est fait pour être suivi, lorsqu’il dit « Allahou akbar » dites « Allahou akbar », lorsqu’il se prosterne, prosternez-nous, lorsqu’il se relève, relevez-vous. » (rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

Et selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « L’un d’entre vous n’a-t-il pas peur que, lorsqu’il lève sa tête avant celle de l’imam, qu’Allah ne la transforme en celle d’un âne (ou qu’Il transforme son apparence en celle d’un âne). » (rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

On déduit de ce hadith que le fait de précéder l’imam fait partie des grands péchés, car le prophète (صلى الله عليه و سلم) a mis en grade contre cela et a donné un châtiment.
Quant au faite de faire les mouvements en même temps que l’Imam, les savants ont dit que cela était interdit pour les uns et déconseillé pour les autres.


Qui mérite le plus de présider la prière ?

Selon Abou Mas’oud Al Ansari (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Celui qui préside le peuple est celui qui connaît le mieux le Livre d’Allah, et s’ils sont égaux dans la connaissance du Livre d’Allah, alors c’est celui qui connaît le mieux la sounnah, et s’ils sont égaux dans la connaissance de la sounnah, alors c’est le premier qui a émigré, et s’ils sont identique dans leur période d’émigration, alors c’est celui qui s’est converti le premier. Qu’un homme ne préside pas un autre dans son territoire, et qu’il ne s’assoit pas à des endroits qui lui sont chers sans son autorisation. » (rapporté par Mouslim, At-Tirmidhi, Abou Dawoud et An-Nassa-i)
Et dans une autre version de Mouslim il est dit : « … et s’ils sont identique dans leur période d’émigration, alors c’est le plus âgé qui présidera la prière. »

« celui qui connaît le mieux le Livre d’Allah » : c’est-à-dire celui qui en a le plus mémorisé. La preuve de cela est le hadith de ’Amr Ibnou Salama qui dit que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Et que préside à votre prière, celui qui a le plus de Coran. » Donc il s’agit de Coran en quantité et non de la meilleure récitation.
Et les savants ont dit que si 2 connaissent la même quantité de Coran alors on choisira celui qui récite le mieux.

« dans son territoire » : Cela peut vouloir dire par exemple un homme qui est désigné Imam dans sa mosquée. Donc même si un jour vient un savant ou une personne qui connaît le Coran en entier dans sa mosquée, il ne pourra présider la prière dans sa mosquée sauf si l’imam l’y autorise. De même, lorsqu’une personne est invitée chez une autre.

« qu’il ne s’assoit pas à des endroits qui lui sont chers sans son autorisation » : Cela est un signe de bon comportement qui est d’attendre qu’on nous autorise à nous asseoir, que ce soit lorsque l’on est invité ou lorsqu’on se rend à un rendez-vous administratif ou autre.

Et dans ce hadith il y a la preuve, que le propriétaire d’une maison ou l’imam attitré mérite le plus de présider la prière sauf s’il autorise une autre personne à cela.


L’imamat de l’enfant :

Selon ‘Amr Ibnou Salama (رضي الله عنه) : « Lorsqu’il y a eu la bataille de « ahloul fath », chaque personne est retourné vers son peuple pour s’occuper d’eux et de leur conversion. Et mon père s’est dirigé vers son peuple et leur a dit : « Je jure par Allah, que je suis venu à vous de la part de l’Envoyé d’Allah véridique. » et il disait : « Priez telle prière à telle heure, et priez telle prière à telle heure, et lorsque l’heure de la prière est arrivée, que l’un d’entre vous fasse l’appel à la prière, et que celui qui connaisse le plus de Coran préside la prière. » Et mon peuple a regardé qui d’entre eux connaissait le plus de Coran et ils trouvèrent que c’était moi. Ils m’ont alors avancé devant eux, et à l’époque je n’avais que 6 ou 7 ans. »

Les savants en ont déduit qu’il est autorisé à un enfant d’être imam si c’est lui qui connaît le plus de Coran, même s’il n’a pas atteint l’âge de la puberté.
Malgré cela il y a divergence des savants sur le fait de prier derrière un enfant qui n’a pas encore atteint l’âge de puberté.

Like a Star @ heaven Certains disent que cela n’est pas autorisé, et ils disent concernant le hadith où le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Que celui qui connasse le plus de Coran préside la prière. » que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) ne savait pas que celui-là était un enfant. Et ils disent que le fait que cet enfant est présidé la prière est du à un effort de recherche des compagnons, mais ce n’est pas une parole du Prophète (صلى الله عليه و سلم).

Like a Star @ heaven D’autres disent que cela est autorisé, car le Prophète (صلى الله عليه و سلم) certes ne le savait pas, mais Allah Lui le savait. Et si l’imamat d’un enfant rendait caduc la prière de ceux qui le suivent, Allah (soubhanna wa ta’ala) l’aurait révélé à son Prophète.


Il est permis de présider une prière obligatoire pour ceux qui prient une prière surérogatoire et vice versa :

Selon Jabir (رضي الله عنه) : « Mou’dh Ibn Jabal (رضي الله عنه) priait avec le Prophète (صلى الله عليه و سلم), puis retournait vers son peuple et présidait leur prière. » (rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

Autrement dit, Mou’dh Ibn Jabal (رضي الله عنه) priait avec le Prophète (صلى الله عليه و سلم) en ayant l’intention de faire une prière obligatoire. Puis il retournait vers son peuple pour présider leur prière, qui pour eux était obligatoire, alors que pour lui elle était surérogatoire car le Prophète (صلى الله عليه و سلم) nous a interdit de faire une prière obligatoire 2 fois dans la même journée.

Selon Yazid Ibnou-l Aswad (رضي الله عنه) : « J’ai priais avec le Prophète (صلى الله عليه و سلم) alors que j’étais très jeune. Et lorsque le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a terminé sa prière, il a vu qu’il y avait 2 hommes dans un coin de la mosquée qui n’avaient pas prié avec lui. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) les a fait appeler. On les a amené au Prophète (صلى الله عليه و سلم) tout tremblant de peur et il leur a dit : « Qu’est-ce qui vous a empêché de prier avec nous ? » Ils ont répondu : « Nous avons prié chez nous. » Alors le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dit : « Ne faites pas cela. Si l’un d’entre vous prie chez lui, puis vient à la mosquée et atteint l’imam dans sa prière, qu’il prie avec lui, elle sera pour lui une prière surérogatoire. » (Rapporté par Abou Dawoud, An-Nassa-i et At-Tirmidhi)


Un voyageur qui préside la prière d’un résidant et vice versa :

La preuve qu’il est permis le voyageur de présider la prière des gens résidents, est le hadith d’Ibnou ‘Oumar (رضي الله عنه) qui dit : « ‘Oumar (donc son père) a présidé la prière de Dohr pour les gens de Mecca. Il a terminé sa prière au bout de 2 rak’at et a dit : « Terminez votre prière ô gens de La Mecque, car nous sommes en voyage. » »

Un fois que le voyageur a fini sa prière, les gens résidents se lèvent donc et terminent leur prière chacun pour soit.

Quant au voyageur qui prie derrière un imam résident, il doit compléter sa prière. La preuve est le hadith de Moussa Ibnou Salama Al Houdhali (رضي الله عنه) qui dit : « J’ai demandé à Ibnou ‘Abbas : « Comment dois-je prier à La Mecque lorsque je ne prie pas avec un imam ? » Il m’a répondu : « Deux rak’at, car c’est la sounna d’Aboul Qassim (صلى الله عليه و سلم). » »

« Comment dois-je prier à La Mecque » : Autrement dit, lorsque je suis voyageur.
La preuve est le faite que Moussa Ibnou Salama Al Houdhali (رضي الله عنه) a précisé « lorsque je ne prie pas avec un imam », car il est sous-entendu que s’il prie avec un imam, il ne prierait pas 2 rak’at mais il ferait comme l’imam.

Et il y a une autre preuve qui vient appuyer cela, c’est le hadith de Abou Majlaz (رضي الله عنه) qui dit : « J’ai dit à ‘Abdallah Ibnou ‘Oumar : « Un voyageur qui atteint 2 rak’at d’une prière de gens résidents, est-ce que 2 rak’at lui suffisent ou doit-il prier comme les gens résidents ? » Et ‘Abdallah Ibnou ‘Oumar a souri et lui a dit : « Il doit prier comme eux. » »


Lorsque l’imam prie assis :

Lorsque l’imam prie assis, ceux qui prient derrière lui doivent également prier assis. La preuve est le hadith de Aïcha (رضي الله عنها) qui dit : « Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a prié assis dans sa maison lorsqu’il était malade. Des gens ont prié derrière lui debout, et le Prophète (صلى الله عليه و سلم) leur a fait un signe de la main pour leur dire de s’assoire. Lorsqu’il eu fini sa prière, il dit : « L’imam est fait pour être suivi, lorsqu’il s’incline, inclinez-vous, lorsqu’il se relève, relevez-vous, et lorsqu’il prie assis, priez assis. » »

« des gens » : Certains savants ont dit que ces gens étaient des personnes venus rendre visite au Prophète (صلى الله عليه و سلم) parce qu’il était malade, et d’autres savants ont dit qu’il s’agissait de gens qui étaient chez lui et de gens qui étaient à la mosquée, car c’était dans la maison de Aïcha (رضي الله عنها) qui était collé à la mosquée.

« le Prophète (صلى الله عليه و سلم) leur a fait un signe de la main » : Les savants ont déduit qu’il était permis à l’imam de faire des gestes pour le bien de la prière.

Et selon Anas (رضي الله عنه) : « Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) est tombé d’un cheval, et s’est blessé sur tout son flanc droit. Nous sommes entrés chez lui pour lui rendre visite alors que c’était l’heure de la prière. Il a prié assis, et nous avons prié derrière lui assis également. Et lorsqu’il eu fini sa prière, il dit : « L’imam est fait pour être suivi, lorsqu’il dit « Allahou akbar », dites « Allahou akbar », lorsqu’il se prosterne, prosternez-vous, lorsqu’il se relève, relevez-vous, lorsqu’il dit « sami’allahou liman hamida », dites « rabbana wa lakal hamd » et lorsqu’il prie assis, priez tous ensemble assis. » »

Il y a 2 avis des savants concernant le faite de prier assis derrière un imam qui prie assis.
- Le premier avis : c’est l’avis de l’auteur et les preuves sont les 2 hadith cités.
- Le deuxième avis : c’est que ce jugement a été abrogé par un autre hadith qui est survenu vers la fin de la vie du Prophète (صلى الله عليه و سلم). Lors de la dernière maladie du Prophète (صلى الله عليه و سلم), il a ordonné à Abou Bakr (رضي الله عنه) de présider la prière à sa place. Puis il s’est senti un peu mieux, s’est dirigé vers la mosquée et s’est positionné à gauche de Abou Bakr (رضي الله عنه) (Donc le Prophète (صلى الله عليه و سلم) était l’imam). Abou Bakr (رضي الله عنه), qui était debout, suivait la prière du Prophète (صلى الله عليه و سلم) qui, lui, était assis, et les gens suivaient Abou Bakr (رضي الله عنه).
Les savants ont déduit beaucoup de choses de ce hadith :
1- Il est permis à un imam attitré, qui a autorisé une autre personne à présider la prière, de reprendre sa place.
2- Il doit poursuivre la prière au même point que l’imam qui a débuté la prière.
3- Il est permis de prier debout derrière un imam qui prie assis, car le Prophète (صلى الله عليه و سلم) était assis, tandis que Abou Bakr (رضي الله عنه) était debout.
Les savants ont donc déduit que comme tous les gens ont prié debout et que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) n’a rien dit, prier assis derrière un imam assis, cela avait été abrogé.

Mais certains savants, comme l’Imam Ahmed, ont répondu à cela, en disant qu’il s’agissait ici d’un cas précis. En effet, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) est entré alors qu’Abou Bakr (رضي الله عنه) était déjà en prière. Et ils se servent de ce hadith pour dire, que lorsque l’imam est touché par un malaise ou autre au cours de la prière, qui l’oblige à s’assoire, les gens doivent rester debout. Par contre lorsqu’il débute sa prière déjà assis, les gens derrière lui doivent prier assis également.
Et c’est l’avis le plus sûre car, il rassemble tous les hadiths.





Source : EL-WADJÎZ FI FIQHI AS-SOUNNATI WA AL-KITÂBI EL 'AZÎZ DU CHEIKH 'ABDEL-'ADHDIM EL-BADAWI - Le livre de la prière -
Cours audio du frère Abou Anas
retranscrit par Sevamel, Oum Sulaym & Oum Mouqbil
Revenir en haut Aller en bas
 
La prière en groupe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: Les 5 Piliers :: As-Salat et purification :: Les différentes prières, horraires et rattrapage-
Sauter vers: