El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Les mérites concernant le Qor'an

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Les mérites concernant le Qor'an   Mer 26 Mar 2008 - 13:39

Le mérite de la lecture du Coran



Louange à Allah et que la miséricorde et la paix soient sur notre maître, le Messager d’Allah, sur sa famille et ses compagnons…
Le Coran est la parole d’Allah ; son mérite sur les autres paroles est comme le mérite d’Allah sur se créatures. Sa récitation est la meilleure chose que notre langue puisse prononcer.
L’apprentissage du Coran, son enseignement et sa récitation ont beaucoup de mérites parmi lesquels :




La récompense de son enseignement :
Le Prophète a dit : « Le meilleur d’entre vous est celui qui apprend le Coran et qui l’enseigne. » [Al Boukhari].


La récompense de sa lecture :
Le Prophète a dit : « Celui qui récite une lettre du Livre d’Allah obtient une bonne action, et toute bonne action est récompensée au décuple. » [Rapporté par At-Tirmidhi].


La récompense de l’apprentissage du Coran, de sa mémorisation et du perfectionnement de sa lecture :
Le Prophète a dit : « Celui qui récite le Coran en l’ayant appris par cœur est avec les anges nobles et obéissants ; et celui qui le récite en cherchant à l’apprendre alors que cela lui est pénible aura une double récompense. » [Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim]. Il a également dit : « Il sera dit à celui qui connaît le Coran : lis et monte plus haut, et récite lentement et clairement comme tu récitais dans le bas monde, car ta place se situe auprès du dernier verset que tu liras. » [Rapporté par At-Tirmidhi].
Al Khattâby a dit :
« Il est rapporté dans une tradition (Athar) que le nombre des versets du Coran est proportionnel au nombre d’échelons du Paradis. Il sera dit au lecteur : « Gravis les échelons en fonction des versets du Coran que tu lisais. » Aussi, celui qui complète la lecture du Coran en entier occupera l’échelon le plus élevé du Paradis dans l’au-delà ; et celui qui en récite une partie montera sur les échelons proportionnellement à cela ; la limite de la récompense sera donc fonction de la limite de la lecture. »


La récompense de celui dont l’enfant étudie le Coran :
Le Prophète a dit : « Le jour de la Résurrection, une couronne de lumière dont la clarté est comme la clarté du soleil sera portée sur le tête du père et de la mère de celui qui récite le Coran, l’étudie et le met en pratique, et ces derniers seront également vêtus de deux vêtements à coté desquels ce bas monde n’a aucune valeur. Alors ils diront : « Qu’est-ce qui nous a valu de porter ceci ? » On leur dira : « Parce que votre enfants a appris le Coran. » » [Al Hakim].


L’intercession du Coran en faveur de celui qui le récite le Jour de la Résurrection :
Le Prophète a dit : « Lisez le Coran, car il viendra le Jour de la Résurrection en intercesseur pour ceux qui le lisent. » [Rapporté par Mouslim]. Il a également dit : « Le jeûne et le Coran intercèderont en faveur du serviteur le Jour de la Résurrection. » [Ahmed et Al Hakim].


La récompense de ceux qui se réunissent pour le lire et l’étudier :
Le Prophète a dit : "Tout groupe de personnes qui se rassemble dans une des mosquées d’Allah, pour lire le Livre d’Allah et l’étudier entre eux : la quiétude descend sur eux, ils sont enveloppés par la miséricorde, entourés par les anges et Allah les évoquent à ceux qui sont auprès de Lui. » [Rapporté par Abou Dâwoud].


Les règles de la lectures du Coran :
Ibn Kathir a évoqué quelques règles parmi lesquelles : « Ne toucher le Coran et le lire qu’en état de pureté et se brosser les dents avec un Siwak avant la lecture ; porter les meilleurs habits ; se tourner en direction de la Qibla ; arrêter de lire lorsqu’on est entrain de bailler ; ne pas interrompre la lecture pour parler sauf en cas de nécessité ; être concentré dans sa lecture ; s’arrêter au niveau du verset qui évoque la promesse des récompenses et du Paradis pour implorer Allah de nous l’accorder, et au niveau  du verset qui évoque la menace du châtiment pour implorer la protection d’Allah. Ne pas laisser le Moushaf (exemplaire du Coran) ouvert et ne rien mettre dessus ; ne pas lire à haute voix en présence d’autres personnes qui lisent ; ne pas lire dans les marchés et les endroits où il y a du vacarme. »


Comment récite-t-on le Coran :
Anas, interrogé sur la façon dont le Prophète récitait le Coran, répondit : « Elle était prolongée .» Puis il lus ces mots : « Bismillah Arrahman Arrahim » en prolongeant « Bismillah », en prolongeant « Arrahman », et en prolongeant « Arrahim ». » [Al Boukhari].


La multiplication des récompenses :
Toute personne qui récite le Coran exclusivement pour Allah, est récompensée ; Toutefois, cette récompense se multiplie et prend de l’importance lorsque l’Esprit est présent, qu’on médite et comprend ce qu’on récite. Une seule lettre lue vaut alors dix à sept cents bonnes actions.


La quantité que l’on récite au cours d’une journée entière :
Les compagnons Du Prophète se fixaient un nombre précis de versets du Coran qu’ils lisaient quotidiennement et aucun d’entre eux ne lisait entièrement le Coran en moins de sept jours de manières constante. Au contraire, il est interdit de lire complètement le Coran en moins de trois jours.

Songe donc mon frère et ma sœur en Islam à investir ton temps dans la lecture du Coran et fixe-toi une quantité journalière que tu n’abandonneras pas quoiqu’il arrive.
Ce qui est peu et régulier est meilleur que ce qui est abondant mais irrégulier. S’il vous arrive de négliger ou de dormir sans avoir lu, rattrapez-vous le lendemain. Le Prophète a dit : « Celui qui dort sans avoir lu sa partie du Coran (dans la prière de la nuit) ou sans l’avoir lue au complet, puis la récite entre la prière de l’aube et la prière du midi, cela lui est inscrit comme s’il l’avait lue dans la nuit. » [Rapporté par Mouslim].
Ne soyez donc pas parmi ceux qui ont délaissé le Coran et l’ont oublié, d’une quelconque manières, comme le délaissement de sa lecture, de sa récitation lente et claire, de sa méditation, de son application et le délaissement de la guérison qu’il contient.




Source : Lire distribué gratuitement et intitulé « Commentaire des 10 dernieres sourates du Noble Coran, suivi de : Des lois concernant le musulman »
http://tafseer.info/
.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Jeu 3 Avr 2008 - 13:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les mérites concernant le Qor'an   Ven 28 Mar 2008 - 9:47

Le mérite de l’apprentissage du Coran


Shaykh Ibn Bâz





Question 5 : J’apprends de nombreux versets du Coran, mais après un certain temps je les oublie. De même lorsque je récite, je ne sais pas si ma lecture est correcte, ensuite je m’aperçois que je faisais des erreurs. Pourriez-vous me conseiller ?


Réponse : Tu dois faire des efforts pour apprendre ce que tu peux du Livre d’Allah et réciter devant des frères pieux que ce soit dans les écoles, les mosquées ou à la maison, et tu dois y être attentif afin qu’ils corrigent ta récitation, d’après la parole du Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) :
« Le meilleur d’entre vous est celui qui apprend le Coran et l’enseigne. » (Al-Bukhârî) Les meilleurs des gens sont donc les gens du Coran qui l’ont appris, enseigné aux gens et mis en pratique.


Le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit à ses Compagnons :
« Qui d’entre vous aimerait se lever tous les jours au bord d’une rivière ou d’une vallée avec deux chamelles pleines, sans commettre aucun péché ni rompre de liens de parenté. » Les gens dirent : « Ô Messager d’Allah, nous aimerions cela. » Il dit : « Venir de bon matin à la mosquée pour enseigner ou réciter deux versets du Coran est meilleur que deux chamelles, trois versets sont meilleurs que trois chamelles, et quatre versets sont meilleurs que leur équivalent en nombre de chameaux. » (Muslim)

Cela nous montre le mérite qu’il y a à apprendre le Coran, il te faut donc apprendre le Coran avec les frères connus pour leur maîtrise de la lecture du Coran, afin que tu profites d’eux et récite correctement.

Quant au fait que tu oublies, tu ne commets aucun péché en cela, car tout homme oublie, comme le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) l’a dit :
« Je suis un homme comme vous, j’oublie tout comme vous oubliez. » (Al-Bukhârî et Muslim) Et un jour, il a entendu quelqu’un réciter et a dit : « Qu’Allah lui fasse miséricorde, il m’a rappelé un verset que j’avais oublié dans telle sourate. » (Al-Bukhârî et Muslim)

L’homme peut oublier certains versets puis s’en souvenir, ou quelqu’un peut les lui rappeler. Et il est meilleur qu’il dise :
« on me les a fait oublier », d’après ce qui est rapporté du Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) : « Qu’aucun d’entre vous ne dise j’ai oublié tel et tel verset, on lui a plutôt fait oublier. » (Muslim) C'est-à-dire que c’est le diable qui lui a fait oublier.

Quant au hadith :
« Il n’y a pas un homme qui apprend le Coran puis l’oublie sans qu’il ne rencontre Allah, au Jour de la Résurrection, mutilé. », c’est un hadith dhacîf qui n’est pas confirmé du Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam).

Et l’homme ne choisit pas d’oublier, et il ne peut en être préservé. Mais ce que tu dois faire c’est apprendre ce que tu peux du Livre d’Allah, le réviser et le lire devant quelqu’un qui maîtrise la récitation afin qu’il te corrige. Qu’Allah t’accorde le succès et facilite ton entreprise.




Source : Majmûc Fatâwâ Ibn Bâz (1/368).

Traduit par les Salafis de l’Est
http://www.salafs.com/modules/news/article.php?storyid=10098

.
Revenir en haut Aller en bas
Oum_Hamza
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 893
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Les mérites concernant le Qor'an   Jeu 30 Juin 2011 - 11:52

Les mérites de la mémorisation du Coran

فَـضَـائِـلُ حِـفْـظُ القُـرْآنِ


Le Coran doit être récité comme il se doit : « Ceux à qui Nous avons donné le Livre, et qui le récitent comme il se doit, ceux-là y croient. Et ceux qui n’y croient pas sont les perdants. » [Al-Baqarah, v.121]

Ibn Mas’ûd a dit : « Par Celui qui détient mon âme dans Sa main, le réciter comme il se doit consiste à déclarer licite ce que le Coran déclare licite, et illicite ce qu’il déclare illicite, à le réciter comme il a été révélé, à ne pas en changer le sens, et à ne pas lui donner une interprétation inacceptable. »

Et seuls ceux qui le récitent comme il se doit en tirent de multiples bienfaits : « Allah a révélé le plus beau des récits : un Livre dont certains versets se ressemblent et se répètent. La peau de ceux qui craignent leur Seigneur frissonne [à l’entendre] ; puis leur peau et leur coeur s’apaisent au rappel d’Allah. Voilà le Livre, le guide d’Allah par lequel Il guide qui Il veut. Mais celui qu’Allah égare n’a point de guide. » [Az-Zumar, v.23]

Ceux qui recherchent le succès en ce monde et dans l’au-delà trouvent cette voie claire exposée dans le Coran qui n’est que droiture, miséricorde et guérison : « Ô gens ! Vous est venue de votre Seigneur une exhortation, une guérison de ce qui est dans les poitrines, un guide et une miséricorde pour les croyants. » [Yûnus, v.57]

Ses mérites sont multiples, et Allah n’a cessé de les rappeler tout au long de la révélation. De même, le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a exposé à la communauté que c’est dans l’attachement au Coran, son apprentissage et sa mise en pratique que résidait le succès en ce bas monde et dans l’au-delà.


Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven


‘Â’ishah rapporte que le Messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit : « Celui qui excelle dans la lecture du Coran et le mémorise, sera avec les nobles anges messagers qui ne font qu'obéir à leur Seigneur. Celui qui lit le Coran avec difficulté et en hésitant dans sa lecture aura quand même deux récompenses. » [Al-Bukhârî (4937)]

Ibn Hajar dit en explication de ce hadith : « Ibn At-Tîn a dit : « Le sens de « [il] sera avec les nobles anges messagers.» est qu’il mérite la même récompense […] Al-Khattâbî a dit : « Celui qui mémorise l’ensemble du Coran est comme celui qui est avec les nobles messagers, et celui pour qui cela est difficile mérite deux récompenses. » [Fath Al-Bârî (8/694)]



Dans une autre version du hadith : « Celui qui excelle dans la lecture du Coran sera avec les nobles anges messagers qui ne font qu'obéir à leur Seigneur. Celui qui lit le Coran avec difficulté et en hésitant dans sa lecture aura quand même deux récompenses. » [Muslim (798)]

L’imam An-Nawawî dit à propos de ce hadith : « Celui qui excelle est celui qui est doué et a complètement [et parfaitement] mémorisé le Coran, celui qui n’hésite pas et n’éprouve aucune difficulté à le réciter, avec perfection et maîtrise.

Al-Qâdî a dit : « Il se peut que le sens du fait qu’il soit avec les anges, est que dans l’au-delà il sera proche d’eux puisque comme eux, il portait [en lui] le Livre d’Allah…Quant à celui qui hésite dans sa lecture en raison de sa faible mémorisation, il obtient tout de même deux récompenses : une pour sa lecture et une autre pour son effort et la difficulté qu’il éprouve. » [Sharh Muslim (6/84-85)]

Ibn Hajar a dit : « Le sens de l’excellence [dans ce hadith] est la perfection dans la mémorisation et la récitation, de sorte qu’il n’y ait aucune hésitation. Ceci car Allah a facilité la mémorisation [à cette personne] de la même manière qu’Il l’a facilitée aux anges. Ainsi, il leur est semblable dans la mémorisation et le degré [auprès d’Allah]. » [Fath Al-Bârî (13/518-519)]



Abû Mûsâ Al-Ash’ârî rapporte que le Messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit : « L'image du croyant qui lit le Coran est celle de l'orange : son odeur est suave et sa saveur est suave. L'image du croyant qui ne lit pas le Coran est celle de la datte : elle n'a pas d'odeur et elle est douce. L'image de l'hypocrite qui lit le Coran est celle de la plante aromatique : son odeur est bonne et son goût est amer. L'image de l'hypocrite qui ne lit pas le Coran est celle de la coloquinte : elle n'a pas d'odeur et son goût est amer. » [Al-Bukhârî et Muslim]

Ibn ‘Umar rapporte que le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit : « La jalousie n'est permise qu’en deux choses : Un homme à qui Allah a donné d'apprendre le Coran et de passer des heures, nuit et jour, à le lire et le méditer. Et un homme à qui Allah a donné une fortune qu'il dépense [dans le bien] nuit et jour. » [Al-Bukhârî et Muslim]

Abû Umâmah rapporte : « J'ai entendu le Messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wasalam) dire : « Lisez le Coran car il viendra au Jour de la Résurrection comme intercesseur pour les siens. Lisez les deux sourates lumineuses Al-Baqarah et Âl-‘Imrân, car elles viendront au Jour de la Résurrection comme deux nuages ou comme une nuée d’oiseaux intercéder en faveur de celui qui les lisait et appliquait leurs principes. » [Muslim]



‘Abd Allah Ibn ‘Amr Ibn Al-‘Âs rapporte que le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit : « On dira [au Jour de la Résurrection] au lecteur assidu du Coran : « Lis et monte [les degrés du Paradis]. Récite clairement comme tu le faisais en ce bas monde. Ta place au Paradis sera au dernier verset que tu liras. » [Abû Dâwûd et At-Tirmidhî]

Al-Khattâbî a dit : « Il a été rapporté dans les récits [des pieux prédécesseurs] : le nombre de versets du Coran est égal au nombre de degrés du Paradis. Ainsi on dira à celui qui le lisait : élève-toi en fonction de ce que tu lisais comme versets du Coran. Celui qui lisait l’ensemble du Coran atteindra le plus haut degré du Paradis, et celui qui n’en lisait qu’une partie s’arrêtera au degré correspondant. La récompense sera donc fonction de la lecture. » [Macâlim As-Sunan (1/289)]

Abû At-Tîb Al-‘Adhîm Âbâdî a dit : « On peut tirer de ce hadith que seul celui qui maîtrisait parfaitement la mémorisation de l’ensemble du Coran et sa lecture, atteindra la plus grande récompense. » [‘Awn Al-Macbûd (4/237)]

Une autre version du hadith vient appuyer le fait que c’est bien de la mémorisation qu’il s’agit et non de la simple lecture, d’après Abû Sa’îd Al-Khudhrî qui rapporte que le Messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit : « On dira [au Jour de la Résurrection] au lecteur assidu du Coran : « Lis et monte [les degrés du Paradis]. » Il s’élèvera alors d’un degré par verset, jusqu’à réciter le dernier verset qu’il connaissait. » [Sahîh Abû Dâwûd (1317)]

Al-Albânî a dit : « [L’expression] « lecteur assidu du Coran » [Sâhib Al-Qur’ân] désigne celui qui l’a mémorisé par cœur, en raison cette autre parole du Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) : « Que le meilleur lecteur dirige les gens dans la prière… » c'est-à-dire celui qui en a le plus mémorisé. La différence dans les degrés au Paradis dépend de la mémorisation [du Coran] en cette vie, et non pas de la lecture que les gens pourront faire du Coran au Jour de la Résurrection comme le pense certains. Cela montre clairement le mérite de la mémorisation du Coran, mais à condition que cette mémorisation soit faite exclusivement pour la Face d’Allah, et pas pour ce monde et [l’obtention] de dinars ou de dirhams. Sinon, le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit : « Les plus hypocrites de ma Communauté sont les lecteurs [dont l’intention n’est pas sincère.] » [Nudhm Al-Farâ’id (1/115)]



Ibn Mas’ûd rapporte que le Messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit : « Celui qui lit une seule lettre du Coran obtient une bonne action et la bonne action a dix fois sa récompense. Je ne dis pas que "Alif Lam Mim" est une lettre, mais Alif (أ) est une lettre, Lam (ل) est une lettre et Mim (م) est une lettre. » [At-Tirmidhî et Ibn Mâjah]



‘Uthmân Ibn ‘Affân rapporte que le Messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit: « Le meilleur d'entre vous est celui qui apprend le Coran et l'enseigne aux autres. » [Al-Bukhârî]



Ibn Kathîr rapporte que le fait d'apprendre le Coran et de l'enseigner est un signe de piété et de perfection. En étudiant le Coran, le croyant parfait son âme, mais en l'enseignant, il participe à élever une autre âme au niveau de la perfection. Ainsi, l'intérêt individuel se voit lié à l’intérêt collectif.

Al-Albânî dit en commentaire de ce hadith : « Ce hadith nous commande d’apprendre le Coran, nous informe que le meilleur des enseignants est celui qui enseigne le Coran, et que la meilleure chose que l’on peut apprendre est le Coran.

Si seulement les étudiants en sciences islamiques connaissaient ce hadith et ce qu’il contient comme immense bienfait ! Parmi les choses mauvaises qui se sont propagées à notre époque est que l’on trouve de nombreux prédicateurs et débutants parmi les étudiants en sciences islamiques, au premier rang de la prédication. Ils sont les premiers à faire des fatwas et à répondre aux questions des gens, mais ils ne savent même pas lire la Fâtihah et la prononcer correctement, […] ils commettent des erreurs grossières... Il leur est obligatoire en premier lieu de lire correctement le Coran de mémoire, afin qu’il leur soit facile de mentionner les versets pour appuyer leurs argumentions dans leur prédication, exhortations et cours.

Et on les voit s’occuper de l’authentification et l’affaiblissement des Textes, à faire des commentaires sur les savants et à faire la balance entre les savants. Ils prononcent des paroles plus grandes qu’eux, tu les vois dire : « Je vois, je dis, et je dis sur cette question ceci, et l’avis le plus fort pour moi est ceci .... » Et ce qui est étrange c’est que tu ne les entends pas parler des questions sur lesquelles les savants ont été d’accord. La plupart d’entre eux ­– sauf ceux à qui Allah a fait miséricorde – parlent des questions de divergences, sur lesquelles ils se prononcent et font la différence, même si cela leur est difficile !

Je cherche refuge auprès d’Allah contre l’ostentation et l’envie de chercher une réputation et d’être célèbre ! Et je conseille, à ma propre personne en premier lieu, puis à ces gens, la meilleure chose par laquelle l’étudiant en sciences islamiques puisse débuter :
la mémorisation du Coran,
car Allah dit : « Rappelle donc, par le Coran celui qui craint Ma menace. » [Qâf, v.45] » [As-Sahîhah (1173)]




Jâbir rapporte que le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit : « Le Coran est un intercesseur agréé, un dénonciateur véridique, celui qui l’observe, le Coran le conduira au Paradis, et celui qui le laisse derrière soi, le Coran le mènera en Enfer. » [Ibn Hibbân]

C’est en raison de leur compréhension profonde de ces textes que les pieux prédécesseurs, avec à leur tête les Compagnons, se sont attachés à la lecture, la compréhension, l’apprentissage et la mise en pratique du Coran.

‘Abd Allah Ibn Mas’ûd a dit : « Les cœurs ne sont que des récipients, remplissez-les du Coran et de rien d’autre. » [Al-Musannaf (7/136)]

Il dit également : « Regardez constamment dans le Coran. » [As-Shu’ab (2028)]

As-Sha’bî a dit : « Lorsque tu lis le Coran, fais-le comprendre à ton cœur et entendre à tes oreilles. » [As-Shu’ab (1927)]

Muhammad ibn As-Sammâk a dit : « Combien de ceux qui se rappellent Allah L’ont en fait oublié ? Combien de ceux qui font craindre Allah transgressent contre Lui ? Combien de ceux qui appellent à Allah Le fuient ? Combien de ceux qui récitent les versets d’Allah en sont en fait dépouillés ? » [As-Shu’ab (1771)]

Mâlik Ibn Dînâr a dit : « Celui qui ne s’approche pas des Paroles d’Allah et ne délaisse pas les discussions des créatures a certes peu de science, un cœur aveugle et a gâché sa vie. » [Rawdah Al-cUqalâ’ (85)]

‘Abd Allah Ibn Mas’ûd a dit : « Celui qui aime le Coran, Allah et Son Messager l’aiment. Celui qui veut savoir s’il aime Allah et Son Messager, qu’il regarde : s’il aime le Coran, alors il aime Allah et Son Messager. » [Al-Kabîr (8657)]



Source : Comment mémoriser le Coran ? Traduit et publié par les salafis de l’Est
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Les mérites de la lecture du Coran et de sa mémorisation‏   Lun 12 Mar 2012 - 22:26

Les mérites de la lecture du Coran et de sa mémorisation‏


INTRODUCTION

Cette rissala est de l’imam an-nawawi rahimahoullah.

Elle est divisée en plusieurs chapitres.





LE 1ER CHAPITRE :




LES MERITES DE LA LECTURE DU QUR-AN ET DE CEUX QUI CONNAISSENT LE QUR-AN PAR CŒUR.


‹O mon peuple, triomphant sur la terre, vous avez la royauté aujourd'hui. Mais qui nous secourra de la rigueur d'Allah si elle nous vient?› Pharaon dit: ‹Je ne vous indique que ce que je considère bon. Je ne vous guide qu'au sentir de la droiture›.  30. Et celui qui était
croyant dit: ‹O mon peuple, je crains pour vous un jour semblable à celui des coalisés.  (Souratte Ghafir- 29)


Il a été rapporté dans les sahahayns que le prophète   a dit : « Le meilleur d’entre vous est celui qui a appris le qur-an et qui l’a enseigné aux autres" .

D’après aicha  le prophète   a dit: « Celui qui récite le qur-an avec habilité sera avec les anges scribes, purs et nobles et celui qui récite le qur-an avec difficulté aura 2 récompenses ». Boukhari et muslim.

Il a été rapporté dans les sahahayns que ibnou 3mar (radi allahou anhou) a dit que le prophète
  a dit: « La jalousie n’est permise que dans 2 choses :

-Un homme a qui Allah a permit d'apprendre le qur-an et qui passe le jour et la nuit a le lire et a méditer sur son contenu.

-Un homme a qui allah a donné une fortune et qui la dépense en aumône a tout moment du jour et la nuit ».

Abou oumama a entendu le messager d’allah ( )  dire: «  Réciter le qur-an car le jour de la résurrection il intercédera pour ceux qui l’ont récité».

Omar ibn al khatab a dit que le prophète( )  a dit : « Grâce à ce livre Allah élèvera des gens et abaissera d’autres ».

D’après ibn 3bas (radi allahou anhou), le prophète( )  a dit: « Celui qui ne retient dans son coeur aucune lettre du qur-an est comparable a une maison en ruine ».




LES HADITHS PRIS DE RIYAD ASSALIHIN COMPLÉTANT CE CHAPITRE :


Abou moussa al ach3ari a dit que le messager d’allah ( ) a dit : “L’image du croyant qui lit le qur-an est celle du cédrat, son odeur et sa saveur sont sauve et le croyant qui ne récite pas le qur-an est comparable a une datte, son goût est délicieux mais elle n’a aucune odeur et l’hypocrite qui récite le qur-an est comparable a un myrthe, son odeur
est bonne mais son goût est amère enfin l’hypocrite qui ne récite pas le qur-an est comparable au coloquinte, elle n’a aucune odeur et son goût est amer.


Al bara ibn 3azib rapporte: « Un homme lisait la sourate "la caverne" et avait a coté de lui un cheval attaché a 2 cordes et un nuage vint le couvrir et s abaissa peu a peu alors le cheval fut  effarouché.

Le lendemain matin cet homme vint trouver le prophète ( )et lui raconta le fait.

Et le prophète ( ) dit alors:  “Ce nuage est une sérénité descendue sur toi parce que tu récitais le qur-an”


D’après ibn mas3oud (radi allahou anhou) le prophète( ) a dit:  “Celui qui lit une seule lettre du qur-an aura une bonne action et la bonne action a 10 fois son salaire. Je ne dis pas que "ALM" est une lettre mais A est un lettre, L est une lettre et M est une lettre”. Atirmidhi.

D’après 3abdullah ibn 3amr ibn 3as, le prophète ( ) a dit:  « On dira le jour du jugement dernier au lecteur assidu du qur-an  -lis et monte(en degrés dans le paradis)et récite clairement comme tu le faisais dans le bas-monde. Ta place au paradis te sera fixée au dernier verset que tu liras". Rapporté par abou daoud et attirmidhi.



Dernière édition par Umm Aisha le Ven 16 Mar 2012 - 21:02, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les mérites concernant le Qor'an   Mer 14 Mar 2012 - 18:50



2 EME CHAPITRE :




On devance toujours celui qui a appris le plus de qur-an.

Dans le sahih de muslim le prophète ( )a dit : « Celui qu on a toujours devancé dans la priere c’est celui qui lit le mieux et le plus al qur-an».

Dans sahih al boukhari il est rapporté d’après ibn 3abas aussi que: “Ceux qui lisent beaucoup le qur-an étaient toujours dans les assembleés de ibn 3omar et ses consultants”.

Aussi le prophète ( )ordonnait, quand on enterrait les martyrs d’ouhoud de devancer vers al qibla les martyrs qui connaissaient le mieux al qur-an et les plus savants d entre eux.

L’imam achafi3i disait que la lecture du qur-an est mieux que toute autre forme d’invocations.






3 EME CHAPITRE



Le fait d’être généreux envers les gens du Coran et l interdiction de leur faire du mal




L’imam an-nawawi a cité quelques versets qur-aniques:


“Voilà ce qui doit être observé et quiconque prend en haute
considération les limites sacrées d'Allah cela lui sera meilleur auprès
de Son Seigneur. Le bétail, sauf ce qu'on vous a cité, vous a été rendu
licite. Abstenez- vous de la souillure des idoles et abstenez-vous des
paroles mensongères.” (Sourate Al Hadj - 30)

“Voilà ce qui est prescrit. Et quiconque exalte les injonctions sacrées d'Allah, s'inspire en effet de la piété des coeurs.” (Sourate Al Hadj - 32)



"Et ceux qui offensent les croyants et les croyantes sans qu'ils l'aient mérité,
se chargent d'une calomnie et d'un péché évident." (Sourate Al Ahzab-58)


Cela prouve donc qu’il faut être bon et généreux envers les gens du qur-an et de ne pas leur faire de mal.

Aussi il a été rapporté par abou daoud que le prophète ( ) a ordonné d’être généreux envers le musulman qui a les cheveux blancs et celui qui connaît le qur-an et qui le récite sans exagération et sans négligence et envers le gouverneur .

Dans sahih al boukhari hadith qoudssi: “Celui qui fait du mal à un de mes alliés, alors il m’a déclaré la guerre".

Et les 2 imams abou hanifa et chafi3i ont dit: “Si les savants ne sont pas les alliés d’allah alors allah n’a pas d’alliés” "




Dernière édition par Umm Aisha le Ven 16 Mar 2012 - 21:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les mérites concernant le Qor'an   Mer 14 Mar 2012 - 20:13





4 EME CHAPITRE




le comportement a avoir envers celui qui enseigne le qoran et celui qui l’apprend.


Il est du devoir des 2 (celui qui l’apprend et celui qui l’enseigne) que ce soit sincèrement(al ikhlass) et seulement pour la satisfaction d’allah.



“Il ne leur a été commandé, cependant, que d'adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif, d'accomplir la Salat et d'acquitter la Zakat. Et voilà la religion de droiture”
(Sourate Bayyinah-5)

Et aussi le hadith de an-nawawi : “les actes ne valent que par leur
intention et pour chacun ne sera tenu compte que selon ses intentions"


D’apres ibnou 3abas chacun apprend selon sa niya.

Al ikhlass purifie l’acte des remarques des créatures.

Aussi quand les paroles et les actes, du serviteur, apparentes et cachées sont égales cela prouve al ikhlass de la personne.

L’imam dit qu'il ne faut pas que le but soit d’atteindre quelque chose de la dounia, que ce soit de l’argent ou le pouvoir ou pour que la personne soit au dessus de ses amis ou de ses proche ou encore pour qu il entende les éloges ou que les gens s’intéressent a lui et le regardent.



“Quiconque désire labourer [le champ] de la vie future, Nous augmenterons pour lui son labour. Quiconque désire labourer [le champ] de la présence vie, Nous lui en accorderons de [ses jouissances]; mais il n'aura pas de part dans l'au-delà. “ (Sourate Ash Shora-20)


“Quiconque désire [la vie] immédiate Nous nous hâtons de donner ce que Nous voulons; à qui Nous voulons. Puis, Nous lui assignons l'Enfer où il brûlera méprisé et repoussé.” (Sourate Al Isra-18)



Celui qui lit le qur-an doit faire attention a certains points :


Il ne faut pas qu il attende de sa lecture de l 'argent, des biens, un service, etc... Car l’imam a dit: “ si tu n’avais pas lu tu n aurais pas eu ce cadeau".

Et ce, même si c’est peu et même si c’était sous forme de cadeau.

De ne pas chercher a ce que les gens viennent le voir et l’écouter.

Certains enseignants ignorants, quand ils voient certains de leurs élèves lire le qur-an pour d’autres personnes, alors, cela ne leur fait pas plaisir. Cela prouve qu’il ne cherchait pas, par leur enseignement, la face d’allah. Et cela est une erreur.

Se comporter de la manière légiférée par l’islam. Exemple:

- Être généreux.

- Ne pas s’attacher aux gens de la dounia.

- Avoir un visage souriant et radieux.

- Être patient.

- S’éloigner de tout ce qui est interdit ou douteux. Avoir la sérénité et la crainte d’allah.

- Être modeste.

- Éviter de trop rire et plaisanter.

- S’occuper de sa propreté.

- Toujours enlever les souillures.

- Tailler sa moustache.

- Couper ses ongles.

- Coiffer sa barbe.

- Éviter les mauvaises odeurs sur lui et les habits détestables.

Toujours se rappeler qu’allah le regarde et le surveille, que ce soit en public ou seul.

Faire très attention aux maladies du cœur comme la jalousie, l’orgueil, l’ostentation ou le fait de rabaisser les gens, les dénigrer et croire être mieux que les autres. Et ce, même si, en réalité, ils ne sont pas de son niveau.


L’enseignant du qur-an envers ses élèves doit:

Être doux.

Les accueillir de la meilleure façon.

Être généreux selon sa situation et la leur.

Leur porter conseil.

Les inciter à apprendre.

Faire en sorte de gagner leur cœur.

Leur apprendre que les savants sont les héritiers du prophète ( )

S’occuper d’eux et chercher leur bien comme il le fait avec ses propres enfants

et avec lui-même.

Être patient avec ses élèves.

Leur pardonner si un d’entre eux lui a manqué de respect et lui
montre avec douceur son erreur pour qu’il ne la recommence pas.

Aimer pour ses élèves ce qu’il aime pour lui-même et détester pour eux ce qu’il déteste pour lui-même.

Toujours rappeler a ses élèves les mérites de l’apprentissage car cela serait une cause pour les motiver.

Leur enseigner qu’il faut s’éloigner de la dounia et qu’ils doivent se préparer pour la vie future.

Délaisser certaines occupations qui ne sont pas nécessaires pour prendre du temps a enseigner a ses élèves.

Donner a chacun de ses élèves ce qui est en sa capacité.

Éduquer ses élèves par étape en se basant sur la sounnah et les bonnes moralités.

Les inciter par sa pratique et ses paroles a la sincérité, a la véracité et a penser qu'Allah les surveille a tout moment. Et ce, tout en ayant une bonne niya.

Leur montrer qu’en faisant cela ils auront la lumière de la connaissance et la bénédiction dans leur science et toute leur situation ainsi que la réussite dans leur
pratique. Leur cœur seront ainsi ouvert.

Les inciter a réviser ce qu’ils ont appris.

Quand il voit que l'un de ses élèves fait davantage d’efforts et est sérieux alors qu’il lui fasse des éloges, si il ne craint pas pour lui la fithna de l'ostentation ou l orgueil. Et donc être sévère envers celui qui ne fait pas beaucoup d’efforts mais d’une façon à ne
pas le faire fuir.

Dans le cas où les élèves sont trop nombreux alors qu’il enseigne aux premiers puis aux suivants et ainsi de suite.

Les interroger régulièrement sur leur situation et se renseigner sur leur absence.

Ne pas s’abstenir d’enseigner a une personne sous prétexte qu’elle n’a pas une bonne niya. Car comme a dit soufiane et d’autres la demande de science engendre une bonne niya.

Faire en sorte de ne pas trop bouger son regard ou sa main inutilement ou
d’écouter d’autres personnes sauf celui qui lit.

S’asseoir en état de pureté en direction de la qibla, dans des habits propres et blancs.

Faire 2 raqaa avant de s’asseoir, que ce soit dans une mosquée ou autre. Et si il se trouve dans une mosquée alors cela est plus important car il est déconseillé de s’asseoir dans la mosquée sans avoir fait ces 2 raqaas.

S’asseoir en tailleur si il veut ou dans une autre position ou s’asseoir sur ses genoux.

Faire en sorte de laisser le maximum de place a ceux qui viennent écouter. 3abdullah ibn mas3oud (radi allahou anhou) le faisait.

Ne pas se déplacer pour une personne même pour lui enseigner même si ceux qui apprennent sont les gouverneurs. Et comme disait un des salafs « la science on va la chercher, c’est pas elle qui doit venir nous chercher ».

L’enseignement est un fard kifaya ( c'est-à-dire que si un du groupe le fait les autres sont plus obligé de le faire).

Et si tout le monde s’abstient d’enseigner alors ils sont dans le péché. A moins qu il y est une raison.

Mais si, dans le groupe, il y a qu’une seule personne, qui a la capacité d’enseigner, alors cela devient pour elle obligatoire.



LE COMPORTEMENT DE L ÉLÈVE


Le adab de l’élève doit être le même que celui de l’enseignant, il doit :

S’écarter de tout ce qui va l’empêcher d’avancer dans son apprentissage sauf pour un besoin.

Nettoyer et purifier son cœur de toutes souillures pour être prêt à accueillir le qur-an et l accepter.

Être modeste pour la science car c’est par la modestie qu’il va
l’atteindre. Proverbe : « la science est une guerre contre l arrogance »

Être modeste vis a vis de son enseignant même si il est plus jeune, moins pieux ou moins célèbre que lui.

Obéir à son enseignant et le consulter quand il s’agit de prendre de ses conseils.

Prendre sa science que de ceux qui sont aptes de donner cette science et ceux dont on est sûr de leur religion.

toujours regarder son enseignant avec respect.

Penser qu’il est plus apte que lui et qu’il a plus de mérite que lui.

Être dans un habit propre et de préférence blanc quand il rentre voir son enseignant.

Utiliser assiwak.

Éloigner son cœur de toute chose inutile.

Ne jamais entrer chez son enseignant sans sa permission, sauf si celui-ci est lui autorise et qu il n’a pas besoin de lui demander l’autorisation.

Passer le salam a tout le monde en entrant et plus particulièrement à son enseignant et de même pour partir.

Ne pas enjamber les personnes assises .

S’asseoir là où il trouve une place sauf dans deux cas: Quand l’enseignant lui demande de s’avancer et quand cela ne dérange pas les personnes assises, ses camarades de classe.

Ne faire lever personne de sa place.

Ne jamais s’asseoir entre deux personnes sans leur autorisation. Si il l’autorise alors qu il se resserre sur lui-même pour pas les gêner.

D’après 3ali ibnou 3abdelmoutalib, parmi les droits des savants sur toi : Tu salues les gens et tu le salues d’une manière particulière.

Tu t’ assoies devant lui.

Ne pas faire des signes de main ou des yeux nombreux devant lui.

Ne pas dire le contraire de ce qu’il a dit ou “tel a dit le contraire de ce que tu as dit”.

Ne pas médire de lui.

Ne pas tirer sur ses habits.

Ne pas trop insister avec lui si il fait moins d’efforts.

Ne sois pas lassé de son enseignement quelque soit la durée de cet apprentissage.

Patienter en l’attendant si son enseignant s’absente, sauf si il n’a pas la capacité de le faire alors qu’il quitte l’assemblée.

Avoir un bon adab avec ses camarades de classe car cela représente le bon adab avec son enseignant.

S’asseoir devant son enseignant de la manière de celui qui vient apprendre.

Ne pas élever sa voix de façon inutile et sans raison.

Ne pas rire pendant le cours.

Éviter de trop parler sans raison.

Éviter de s’amuser, de faire des gestes inutiles et des mouvements inutiles mais être dirigé en direction de son enseignant.

Être a l’écoute de ce qu il dit.

Ne pas lire le qur-an a son cheikh dans le cas où le cheikh n’est pas de bonne humeur ou si il a soif, faim,sommeil, énervé,très heureux ou autre car il ne sera pas concentré et son cœur sera ailleurs. Mais il doit profiter des moments où l enseignant est motivé quand il n’a pas de soucis.

Patienter sur le mauvais adab de l’enseignant. Il ne faut pas que cela l’empêche de rester avec lui et d’apprendre.

Lui trouver des excuses.

Être une personne persévérante qui cherche a apprendre.

Ne pas se contente du peu qu’il sait, si il peut faire mieux.

Ne pas trop en faire, non plus, car il pourrait se lasser et perdre ce qu’il avait acquis avant. Et ses points-la divérent selon les personnes.

Patienter en attendant les chouyoukhs si il ne les trouve pas quand il arrive dans une assemblée sauf si il connaît leurs horaires.

Ne pas déranger le cheikh dans le cas où il arrive et qu’il le trouve endormi ou occupé et ne pas demander la permission d’entrer pour pas le déranger.

Profiter de faire plus d’efforts et apprendre dans les moments libres, où il est motivé, se sent fort physiquement et qu il n’a aucune autre préoccupation.

Profiter du temps libre et de la bonne santé avant la venue des soucis, du manque de temps, de la vieillesse,…

Profiter d’apprendre tôt le matin car le prophète a fait une dou3a pour mettre de la baraka dans le début de la matinée.

Ne pas être jaloux vis-à-vis de ses camarades et de ses frères.

Et le remède contre la jalousie c’est qu’il sache que la sagesse et la hikma d’allah a voulu que ce mérite ou cette qualité soit chez telle personne, qu’il ne déteste pas ce qu’allah a voulu mais qu’il l’accepte, qu’il ne s’oppose pas à cette volonté d’allah.

Ne pas se vanter de ce qu’il a acquis et ne pas agir avec ostentation ( al riya’).

Et le remède contre la vantardise c’est de se rappeler, sans cesse, que ce qu’il a acquit, ne vient pas par sa propre force mais seulement par la grâce d’allah qui a eu la bonté de l’orner de tel ou tel qualité.
Donc de ce fait, il n’a pas à se vanter de ses acquis qui ne viennent
pas de lui.

Le remède contre l’ostentation est qu’il sache que
riya' lui annule ses actions dans l’au delà et lui enlève la baraka dans
la dounia . Il va donc mériter la critique.


Dernière édition par Umm Aisha le Ven 16 Mar 2012 - 21:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les mérites concernant le Qor'an   Mer 14 Mar 2012 - 20:59



5 EME CHAPITRE :


Le adab de celui qui porte le qur-an dans son cœur (celui qui le connait par coeur) .


On a déjà vu quelques-uns de ces comportements dans le 4e chapitre.



Parmi les comportements que doit avoir celui qui porte le qur-an dans son cœur, c’est :


Avoir un très bon adab et avoir les meilleures qualités.

S’écarte de tout ce que le qur-an a interdit.

Hassan al bassri disait: “ Ceux qui étaient avant nous, voyez en al qur-an des messages d’allah alors ils les pratiquaient de jour et de nuits”.

Se préserver de gagner de l’argent de manière qui le déshonore.

Préserver son honneur.

Se mettre au-dessus des gens tyrans et des gens orgueilleux et en même temps être modeste envers les gens pieux et pauvres.

Être serein.

On rapporte que 3abdullah ibn mas3oud a dit : “ Le porteur du qur-an on doit le reconnaître :

- La nuit quand les gens dorment

- Le jour quand les gens mangent

- Par sa tristesse quand les gens sont heureux

- Par sa crainte quand les gens rient

- Par son silence quand les gens rentrent dans des fithnas, discours futiles et autres”.

Le porteur du qur-an porte la bannière de l’islam alors qu’il ne s’amuse pas avec ceux qui s’amusent, sont distraits et bavards.

Le porteur du qur-an ne doit pas utiliser la lecture du qur-an comme un moyen de gagner de l’argent.

Et cela, des paroles des salafs et du prophète ( ) viennent le prouver.

Mais en ce qui concerne le fait de gagner de l’argent pour enseigner le qur-an y a eu divergence sur ce point :

Achafi3i, 3ata et malik l’ont autorisé.

Azouhri , abou hanifa et d autres l’ont interdit, mais l’imam an-nawawi a dit que les hadiths authentiques montrent que cela est permis.

Il doit lire souvent le qur-an.

Les salafs avaient des habitudes différentes pour lire le qur-an en entier.

Certains le lisait tous les 2 mois, d’autres tous les mois, d’autres toutes les 10 nuits, d’autres en 8 en 5 en 4 etc et d’autres chaque nuit.

On rapporte même que certains lisaient le qur-an en entier 2 fois dans le même jour.

Mais la majorité d’entre eux le lisaient en 7 nuits et beaucoup d’autres en 3 nuits.

Et ce fait diverge d’une personne à une autre et chacun doit lire selon ses possibilités et ses capacités de comprendre.

De même pour ceux qui ont des responsabilités ils doivent lire le qur-an de manière à ne pas négliger leurs devoirs.

Il faut aussi prendre en compte les responsabilités de chacun.

Mais celui qui n’est pas préoccupé par des responsabilités alors qu’il lise le qur-an mais de façon à ne pas se lasser.

En ce qui concerne les moments préférés pour clôturer la lecture du qur-an c’est le début de la journée ou dans la nuit.

D’autres disent qu’il est mieux qu’il le clôture une fois en début de journée et une autre fois dans la nuit.

Pour ceux qui veulent le clôturer en début de journée qu’ils le fassent avant les 2 raqaa de fadjr ou après.

Et pour ceux qui veulent le clôturer la nuit qu’ils le fassent après al maghreb.

Il doit lire beaucoup et davantage le qur-an la nuit et en prendre soin plus la nuit. Car c’est le moment où on est loin des soucis et cela le préserve de riya et de tout ce qui annule les actes.
Aussi c’est un moment où Allah "descend" et où la dou3a est acceptée.

Toutes les preuves du qur-an et la sounnah et le consensus des savants montrent tous les mérites de la lecture du qur-an la nuit même si la lecture est moindre.

Et si on peut lire plus c est mieux. Sauf si c’est toute la nuit il faut alors éviter que ce soit tout le temps pour gagner la récompense de la lecture de nuit du qur-an.

Celui qui n’a pas pu lire le qur-an la nuit alors qu il le fasse le jour.

On rapporte de muslim que le prophète( ) : " Celui qui s’est endormi sans avoir lu son hizb ou une partie de son hizb la nuit, et qu’il le fait entre la prière d’al fadjr et de dohor, alors, allah lui inscrira comme s’il avait lu la nuit"

Il ne faut pas qu’il fasse des choses qui amènent le porteur du qur-an à oublier ses acquis.

Le faire avec sincérité tout en respectant les limites du adab avec le qur-an, se dire qu Allah est en train de l’observer, se rappeller qu’il est en train d’invoquer allah.

Nettoyer sa bouche et ses dents avec le siwak avant de commencer de lire le qur-an.

Façon de se laver les dents et la bouche :

Il doit d’abord utiliser un siwak 3od arak ou si il ne trouve rien il utilise les autres moyens ou encore avec ses doigts. Et quand il se brosse les dents qu’il le fasse de droite a gauche en commençant par la droite, horizontalement ou verticalement, les deux y a pas de mal. Et ce, dans la niya d’appliquer la sounnah.

Nettoyer ses dents de l’intérieur et de l’extérieur et qu’il passe le siwak légèrement sur son palais

Utiliser un siwak ni dur ni trop souple mais entre les deux.

Il est permis d’utiliser le siwak d’une autre personne avec son autorisation mais si la personne a la bouche impure qu’il lave le siwak.
Et il est déconseillé de ne pas le faire avant la lecture du qur-an.

Être en état de pureté (recommandé) pour celui qui veut lire le qur-an. Mais s’il le lit en état de petite impureté cela est permi par le consensus.

Se purifier avec un tayamum s’il ne trouve pas de quoi se purifier.

Par contre, pour la femme qui a ses menstrues ou celui qui est en état de djanaba, il leur est interdit de lire le qur-an mais peuvent le lire dans leur coeur sans le prononcer et il leur est permis de regarder dans le moushaf sans le toucher ( et il y a divergence sur le sujet).

Tous les musulmans sont d’accord qu’il est permi qu’ils fassent toutes formes d’invocations, prière sur le prophète( ) ,... Et une fois qu’ils sont purifiés (de djanaba ou des menstrues) ils doivent faire les ablutions et ensuite peuvent lire le qur-an.

Lire le qur-an dans un endroit pur (recommandé) et le meilleur endroit est la mosquée.

Mais lire le qur-an dans la douche ce n’est pas non plus déconseillé, selon l’imam achafi3i, 3ata, l’imam malik et noukha3i et abou hanifa a dit que cela est déconseillé. Aussi, lire sur le chemin n’est pas déconseillé tant que celui qui le lit n’est pas distrait et abou darda,
imam malik et d’autre disent que c’est détestable.

Se diriger vers la qibla ( recommandé )

S’asseoir sereinement, comme s’il était assis devant son professeur.

Mais il est permit de s’allonger sur son lit ,... Cependant, il n’aura pas la récompense du premier.

Dire: “A3oudhou billahi min al shaytani radjim" ou alors "a3oudhou billehi sami3ou al 3alim min al shaytani radjim" avant de commencer a lire le qur-an.

Cela n’est pas une obligation mais c’est préférable et il est conseillé de le faire pour chaque raqaa dans la salat. Et d’autres disent que c’est uniquement dans la 1ere raqaa. ( Il est conseillé aussi de faire ata3ayoun quand on prie sur le mort). Le faire a haute voix quand c’est pas dans la salat. Et sur le fait de le dire a voix haute dans la salat y a 2 avis.

Dire la bismillah avant chaque sourate ( conseillé ), sauf pour la sourate at-tawba.

Et certains savants disent que la bismillah fait partie de la sourate et que c’est un verset. Donc il ne faut pas négliger cette action.

Lire le qur-an avec concentration et méditer dessus car c’est ce qui purifie les cœurs.

Beaucoup de salafs répétaient le même verset toute une nuit. D’autres se sont évanouis. Et d’autres sont morts en lisant le qur-an tellement ils ont médité sur son contenu.

Ibrahim al khawas a dit que le remède se trouve dans 5 choses:

- Lire le qur-an avec méditation.

- Un ventre vide.

- Qiyyam al leyl.

- Faire dou3as avant al fadjr.

- S’asseoir avec les pieux.

Pleurer en lisant le qur-an est conseillé et c'est un signe de piété du serviteur d’allah.

Pour pouvoir pleurer le lecteur doit méditer sur les versets, le châtiment, etc… Et pense qu’il n’en fait pas assez et qu’il néglige.

Mais si il ne pleure pas pour ces raisons-là alors qu’il pleure pour ne pas avoir atteint cette chose.

Psalmodier le qur-an verset par verset et lentement ( recommandé ).

Et cela est rapporté par le prophete ( ) et aussi des salafs. D’autre part, il est déconseillé de le lire de manière rapide. Et c’est pour cela que certains savants disent qu’il est meilleur de lire un seul chapitre mais avec tartil (psalmodie) et d’être touché par les versets que de lire deux chapitres et rapidement sans comprendre. Et même si il le
comprend qu’ il le lise lentement car c’est un moyen de méditation et cela a plus d’effet sur notre cœur.

Remercier allah quand il lit les versets sur la miséricorde et demander a allah qu’il lui donne de cette miséricorde.

Demander protection contre le châtiment quand il lit les versets sur le châtiment.

Glorifier allah quand il lit les versets sur la glorification.

Et ces trois choses que ce soit en salat avec un imam ou tout seul ou hors de la salat car cela est une sounnah du prophete ( ) comme l’ont rapporté boukhari et muslim.

Lire le qur-an qu’en arabe car il n’est pas permit de le lire en une autre langue que celle-ci que ce soit dans la salat ou autre car s’il le lit le, dans sa salat, avec
une autre langue elle ne sera pas acceptée (d’après l’école de malek chafi3i ahmed).

Par contre, pour celui qui ne maîtrise pas l’arabe c’est permit qu’il le lise avec une autre langue (selon abou hanifa et ses 2 compagnons : abou youssouf et mohamed).

Lire le qur-an avec les 7 façons permises connues (et y a le consensus des savants sur ce fait).

Et il est interdit de le lire d’une autre manière que ces façons-là ou avec des versions marginales ( une version singulière, pas connue ramenée par une personne et contredit par les autres) .

Si la personne lit le qur-an avec une version marginale et qu’il a conscience de son interdit alors sa prière est annulée. Mais si c’est par ignorance alors sa salat reste valide mais sa lecture n’est pas prise en considération.

Si le lecteur du qur-an commence à lire d’une façon, alors qu’il continue jusqu’à la fin de la même façon car il ne doit pas mélanger plusieurs façons de lire le qur-an (une version
marginale).

Lire les sourates dans l’ordre du qur-an (fatiha vers annas) car cela est préférable.

Par exemple, si une personne a lu dans la 1ere raqaa sourate annas qu’il lise dans la 2e raqaa le debut de al baqara car y a une hikma dans cela.

Sauf dans certains cas où la sounnah montre le contraire.

Ex : Dans salat 3aid : sourate qaf et sourate qamar. Salat sobh, le jour du vendredi, dans la 1ere raqaa sourate sajda et la 2e raqaa ghachiya.

Aussi, le fait que les enfants apprennent le qur-an de la fin vers le début, il n y a pas de mal

Mais, il est interdit de lire la sourate en commençant vers la fin et en allant vers le début.

Lire le qur-an a partir du moushaf (le livre).

Cela est meilleur que de le lire de tête car y a deux récompenses dans cela. Et cela est rapporté par certains salafs.

Mais si la personne est mieux concentrée et médite mieux sur les versets en le lisant de tête alors il devient meilleur qu’il le lise de tête.

Lire le qur-an a haute voix.

Il est rapporté dans beaucoup de hadiths qu’il est meilleur de lire le qur-an a voix haute.

Mais aussi il y a beaucoup de hadiths qui montrent qu’il est meilleur de le lire a voix basse.

Donc certains des salafs choisissaient soit de lire a voix haute soit de le lire a voix basse.

Les savants disent que le fait de lire a voix basse est mieux pour celui qui craint riya' ( l’ostentation ).

Mais s’il ne craint pas riya' alors c’est mieux qu’il le lise a haute voix. Et ce, pour plusieurs raisons:

- Cela a une utilité pour lui et pour les autres, ce la lui sera bénéfique ainsi qu’aux autres.

- Ca réveille son cœur et cela va le motiver davantage.

- Il sera plus concentré dans sa lecture.

- Il va protéger son ouîe.

- Il va réveiller ceux qui dorment ou sont distraits pour qu’ils lisent aussi le qur-an, cela va les motiver a le faire.

Si il réussit a réunir toutes ces niyas alors sa récompense sera fructifiée et augmentée.

A moins qu’il y mélange l’ostentation ou qu’il dérange des gens qui prient.

Embellir sa voix dans la lecture du qur-an.

Le consensus des savants disent qu’il est conseillé d’embellir sa voix dans la lecture du qur-an et des hadiths authentiques le prouvent.

Mais il ne faut pas que cela dépasse les limites et soit exagéré, ex: Ajouter une lettre ou un mad.

Achafi3i et abou houreyra disent que c est mieux de lire le qur-an avec la tristesse dans le coeur et celui qui n’a pas une belle voix alors qu’il s’efforce de l’embellir comme il peut.

Beaucoup de groupes de salafs demandaient a ceux qui avaient une belle voix de lire du qur-an et cela était une coutume des gens pieux et cela a été prouvé par les
paroles du prophète . Et c’est pour cela qu’il est conseillé de faire lire celui qui a une belle voix.

Le prophète demanda a abdullah ibnou mas3oud : « Lis moi un peu de qur-an car j’aime l’écouter de quelqu’un d’autre ». Il lui a alors lu la sourate annissa jusqu’à ce qu’il termine à un verset et se retourna vers le prophete qui pleurait. Rapporté par boukhari et muslim.


Y a beaucoup de athar qui ont montré que des hommes pieux sont morts à la lecture du qur-an.

Aussi, il est conseillé à celui qui a une belle voix de clôturer une assemblée tout en s’adaptant à la situation.

Il est recommandé a celui qui lit le qur-an, quand il s’arrête au milieu d’un verset ou d’une sourate qu’il reprenne depuis le début pour ne pas changer le sens du texte.

Et il ne faut pas être trompé par le nombre de personnes qui font cette erreur.

Certains savants disent qu’il vaut mieux lire une petite sourate que de lire une partie d’une autre sourate (qui est l’équivalent d’une petite sourate) mais de changer le sens des versets.

Situations ou il est déconseillé de lire le qur-an:


Dans le roukou3.

Dans le soujoud.

Quand on est aux toilettes.

Quand la personne a sommeil.

Pendant al khotba s’il l’écoute.

Celui qui prie derrière l’imam quand ce dernier lit à haute voix.(Mais ce n’est pas déconseillé pendant atawaf).

Quand on a la bouche impure.

Quand on est sur un chemin.


Innovations que font certains imams :


Dans la salat tarawih, durant la dernière nuit, ils lisent sourate al an3am dans la dernière raqaa. Et ce, en pensant que cela est un acte conseillé.

Le vendredi matin, lors de salat sobh, ils lisent une sourate avec une sajda

Alors que le prophete ( ) a dit : « Dans la 1ere raqaa sourate asajda et la seconde sourate ghachiya ».



Parmi les autres comportements à avoir pour le lecteur du qur-an, il doit :


Se préoccuper de ce qui le distrait lorsqu’il y a quelque chose qui le perturbe ou le distrait et finir la lecture plus tard à un moment où il sera plus concentré.

Dire certaines paroles à la lecture de certains versets.

ex: Sourate at-tin dire, après le dernier verset : « bala wa ana dhalika min al chahidin ».

(En ce qui concerne le fait d’utiliser certains versets qur-aniques dans les discussions, il y a divergences parmi certains savants . Ex: Utiliser un verset pour dire a quelqu’un d’entrer).

Ne pas parler intentionnellement dans la salat car sinon celle-ci sera annulée.

Passer le salam aux gens qu’ils rencontrent, quand il lit le qur-an en marchant et ensuite reprendre sa lecture en recommençant al isthi3adha (s’il veut car c’est une bonne chose).

Pour passer le salam on peut utiliser la voix et cela est l’avis le plus authentique bien que
d’autres disent qu’il faille faire seulement un geste.

Dire « al hamdoulillah », quand le lecteur éternue.

Et celui qui l’entend qu’il lui dise « rahmek allah ». De même pour celui qui écoute al adan.

Répondre avec un signe si on lui demande un service et une reponse, car cela est meilleur. Et il peut couper la lecture. Cela est permit.

Il est permit de réunir plusieurs sourates dans une seule raqaa.


Dernière édition par Umm Aisha le Ven 16 Mar 2012 - 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les mérites concernant le Qor'an   Jeu 15 Mar 2012 - 11:20


CHAPITRE 6 :


Les 4 moments de silence conseillés à l’imam:

1/ Après al takbir al ihram

2/ Silence très bref après avoir fini al fatiha et avant de dire “amin".
Et ce, pour ne pas que les personne pense que cela fait partie de la
fatiha. "Amin"= "allahouma youstadjib". Il est conseillé de dire "amin"
après al fatiha.

Y a 15 avis sur la définition de "amin".

amin = allah accepte (cette invocation).

Il est conseillé de dire "amin" pour l’imam , celui qui prie derrière lui et celui qui prie seul, et à haute voix.

Il ne faut le dire ni avant ni après l’imam mais en même temps que lui

3 / Après avoir fini al fatiha. Et ce, pour que les prieurs aient le temps de la terminer.

4/ Quand on termine la sourate et avant al roukou3.


Assoujoud attilawa = Prosternation lors de la récitation du qur-an :



Le prophète ( ) a ordonné qu’on fasse cette prosternation. Tous les savants sont d’accord sur ce point.

Cependant, ils ont divergé sur le fait qu’elle soit recommandée ou obligatoire.

Abou hanifa a dit que c’est une obligation de se prosterner. Tandis que 3omar ibn khatab, ibn 3abas, salman al farissi, 3imram ibn houseym, al awza3i, malik, chafi3i et ahmed disent que ce n’est pas obligatoire mais que c’est une sounnah.



D’après l’imam an-nawawi, dans le qur-an, il y a 14 soujoud recommandés et une de pas recommandé, dans sourates :

- al a3raf,

- ra'd,

- nahal,

- isrra,

- maryam,

- 2 dans sourate al hadj,

- najam,

- idha sama'an chaqath,

- iqra

Le soujoud non recommandé est dans sourate ssad (mais cette liste n’est pas exhaustive)



Le statut du soujoud atilawa :


Ce soujoud a le même statut que le soujoud surérogatoire donc cela engendre qu’il faut être en direction de la qibla, en état de pureté et avoir la 3awra couverte.



CHOSES A SAVOIR SUR AS-SOUJOUD AT-TILAWA :


1/ Le roukou3 ne peut pas remplacer as-soujoud at-tilawa, dans le cas où la personne est dans la capacité de le faire.



2/ Si la personne est sur une monture (en voyage) et qu’elle lit le qur-an, alors, il lui est possible de le faire avec un signe de la tête. Par contre, s’il n’est pas en voyage, il ne lui est pas permit de le faire de cette façon-là.



3/ S’il a lu le qur-an avec une langue autre que l’arabe il ne se prosterne pas. Mais abou hanifa a dit qu’il doit le faire quand même.



4/ Il est déconseillé de le faire dans les moments où la nafila est interdite. Ex: après al 3asrr.

Cependant, cela n’est pas interdit.



5/ S’il entend une personne lire le qur-an et que cette personne a lu un verset avec sajda alors il peut le faire avec cette personne.



6/ Il n’est pas déconseillé de lire une sourate avec sajda que ce soit dans la prière obligatoire ou autre. Mais abou hanifa a déconseillé de le faire a voix basse.



7/ Quand on lit un verset de as-soujoud at-tilawa, dans la priere, on lève les mains et on dit « allahou akbar ». Mais certains disent de ne pas dire « allahou akbar » à
voix haute.



les moments préférables pour lire le qur-an:



Pendant salat comme a dit achafi3i et d’autres ...



La nuit (la 2e moitié de la nuit).



Entre al maghreb et l 3icha.



Après assobh.



Cependant il n y a pas un moment de la journée où il est déconseillé de le lire.

“Certains des salafs détestaient le fait de lire le qur-an après al 3asrr” : Ceci n’a pas été prouvé et n’a pas de fondement.


En ce qui concerne les meilleurs jours :



Vendredi

Lundi

Jeudi

Le jour de 3arafa

Les 10 derniers jours de ramadan

* Les 10 premiers jours de dhoul hidja


Parmi les mois :

Le mois de ramadan


En ce qui concerne le fait de clôturer la lecture du qur-an:



En début de journée ou de la nuit ou une fois l’un et une fois l’autre( tout cela est préférable ).

Le clôturer dans une prière ( et cela est conseillé pour celui qui le lit seul ).



La dou3a est accepté a la clôture du qur-an car y a la rahma d’allah qui descend.

Donc il faut profiter de ce moment pour faire des dou3as générales ou des dou3as recommandées par le prophète


Dernière édition par Umm Aisha le Ven 16 Mar 2012 - 21:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les mérites concernant le Qor'an   Jeu 15 Mar 2012 - 11:37

CHAPITRE 7:



LE COMPORTEMENT DES GENS (EN GENERAL) ENVERS LE  QUR-AN


Dans sahih muslim, il a été rapporté que le prophète ( ) a dit : « La religion est la sincérité envers allah , son livre , son messager, le gouverneur musulman et l’ensemble de la oummah ».

Les savants disent que la sincérité envers le livre est de croire que :

-         C’est les paroles d Allah,

-         Aucune créature ne peut faire un livre semblable,

-         Ses paroles ne ressemblent pas à celles de ses créatures.

Il faut, donc, les respecter, les lire comme il se doit, embellir sa voix dans la lecture, le lire avec concentration et méditation.


Le préserver de la déformation de son sens.


Il faut croire a tout ce qui a été cité dans le qur-an, de les pratiquer , méditer sur ses règles et ses rappels et appeler les gens au qur-an.


Il faut apprécier tout ce qui est dans le qur-an et éviter ce qui pourrait l’abroger.

Tous les musulmans sont d’accord qu’il faut vénérer le qur-an et que le fait d’ajouter ou de renier une seule lettre, volontairement, au qur-an cela rend mécréant. Ainsi que celui qui renie le qur-an, le jette ou le met dans des impureté. Ou encore, s’il affirme ce que le qur-an a renié ou s’il doute de cela tout en étant conscient. C’est sans aucun doute un
mécréant De même que celui qui renie l’existence des autres livres d’allah.


Il est interdit d’expliquer le qur-an sans science et il ne doit pas tenter de l’expliquer alors qu’il ne fait partie des gens de science.

Il est déconseillé de dire : « J’ai oublié tel verset ou tel verset ». Mais dire plutôt : « On me les a fait oublié ».

On ne doit pas nommer les sourates si ce n’est pas leur nom donné dans les hadith authentiques. Ex: Dire sourate al baqara et non pas la sourate de al baqara.

Il n’est pas détestable de souffler en lisant le qur-an pour faire la roqiya.

Certains des salafs l’ont détesté mais l’avis le plus authentique est que cela est permit. Car il a été prouvé dans les sahahayn que le prophète ( ) le faisait.

Il est déconseillé de décorer les murs des mosquées ou des vêtements par des versets du qur-an.

Il est permis au mécréant d’écouter du qur-an mais il lui est interdit de le toucher.

Et si on espère sa conversation en lui enseignant le qur-an alors y a pas de mal mais dans une autre niya cela est interdit.







8EME CHAPITRE :


VERSETS ET SOURATES CONSEILLES DANS DES MOMENTS PARTICULIERS


Cela est un chapitre très vaste mais l’imam an-nawawi va citer en résumé les sourates et versets conseillés dans des moments particuliers.


Il est conseillé de lire davantage le qur-an pendant :

·        Le ramadan et surtout pendant les nuits impaires des 10 derniers jours de ramadan.

·        Les 10 premiers jours de dhoul hidja.

·        Le jour de 3arafa.

·        Le vendredi.

·        La nuit.

·        Apres sobh.


Lire souvent les sourates suivantes :


-         Yassin

-         Al waqi3a

-         Al moulk

-         Les 3 dernières sourates

-         Ayat al koursiyy

-         Il est conseillé de lire sourate al kaf la veille et le jour du vendredi.

- Dans les 2 raqqa surérogatoires avant assobh, il est conseillé
de lire dans la 1ere raqaa : al kafiroun et la 2e : ikhlass.

-   Dans la salat ajoumou3a 1ere raqaa : al djoumou3a et la 2e raqaa : al mounafiqoun ou alors dans la 1ere : al a3la et la 2e : al ghachiya.

- Pour salat al 3id, 1ere : al a3la et 2e raqaa : al ghachiya ou alors dans la 1ere  raqaa : sourate qaf et la 2e eaqaa : al qamar.

- Il est conseillé de lire souvent et a tout moment Ayat al koursiyy et de la lire chaque nuit avant de dormir ainsi que les 3 dernieres sourates et les 2 derniers versets de al baqara.

-          Lire sourates al falaq et nass et ayat al koursiyy après chaque prière.

- Pour le malade il est conseillé de souffler dans ses mains en récitant la fatiha et les 3 dernière sourates et de les essuyer sur son corps ou une  partie de son corps.




9EME CHAPITRE :



ÉCRIRE LE QUR-AN ET LE PRÉSERVER


Tous les savants sont d’accord qu’il faut préserver les versets du qur-an et que celui qui les jettent dans les impuretés, consciemment, devient mécréant.

Il n’est pas permit d’utiliser le qur-an lui-même en tant que coussin.

Les savants ont conseillé d’écrire le qur-an avec une écriture claire et facile à comprendre.

Il est conseillé de vocaliser les lettres pour en préserver le sens et mettre les points sur les lettres.

Il est interdit de voyager avec le moshaf dans la terre ennemi si on craint que le qur-an tombe entre leurs mains.

Sur le fait qu’un chrétien ou un juif vende le qur-an il y a plusieurs avis :

-         Un avis qui dit que c’est permit.

- Un avis qui dit que c est pas permit mais qu’il faut tenter de lui enlever l’autorité qu’il a dessus si par exemple y a son nom d’écrit dessus.

Sur le fait de le porter par celui qui est en état d’impureté, il y a divergence :

-         Un avis qui dit que c’est interdit.

-         Un autre qui dit qu’il n y a pas de mal.

Par contre si il y a une impureté sur son corps alors il lui est interdit de toucher le qur-an.

Pour celui qui ne trouve pas d’eau, il lui est permit de se purifier avec atayamum. Et après cela, il lui est permit de toucher le moushaf.
Dans le cas où on ne trouve rien pour se purifier ni eau ni terre alors il peut prier ainsi mais il ne doit pas toucher le qur-an sauf en cas de contrainte et dans le cas où il ne trouve personne.

Sur le fait, pour un professeur ou un wali, d’ordonner à l’enfant, qui a atteint l’age de raison, de faire les ablutions avant de prendre le moushaf, il y a divergence :

- Un avis:  Il est obligé de le faire.

- Un autre avis : Il n’est pas obligé de le faire.

Cependant l’avis le plus authentique est qu’il n’est pas obligé de le faire.

Il n’est pas interdit de vendre ou d’acheter le qur-an.

Mais certains salafs disent que c’est déconseillé, d’autres disent que c’est déconseillé de vendre mais pas d’acheter et certains savants disent qu’aucun des deux n’est déconseillé.
Revenir en haut Aller en bas
 
Les mérites concernant le Qor'an
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: Le Coran :: Articles sur El Qor'an-
Sauter vers: