El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Dim 17 Avr - 13:53

Kachf Ach Choubouhât de Cheykh Mohammed Ibn Abdel Wahhab
(Dévoilement des Ambiguïtés dans le Monothéisme)


Explication du Cheykh Zayd Al Madkhali (hafizahuLlah)


Cours audio du frère Abou Hammad Al-Hayati

Retranscrit par Ummu 'Aaîsha et Umm Amatirrahman






Sommaire
 
 
 
 
Cours 1 : Introduction avec explication des termes – Exemple de Shoubhah : Reconnaître le Tawhid Ar-Rouboubiyyah en délaissant le Tawhid Al-Oulouhiyyah
 
 
Cours 2 : Autre Shoubhah : Prendre des intermédiaires seulement pour se rapprocher d’Allah.
 
 
Cours 3 : Les piliers et les conditions de La Ilaaha illa Allah.
 
 
Cours 4 : L’importance de comprendre comment l’ignorance s’est répandue et les deux bienfaits que l’on en tire- Explication du premier bienfait : Se réjouir de la grâce d’Allah sur nous et de Sa Miséricorde.
 
 
Cours 5 : Explication du deuxième bienfait : Avoir une vive crainte de sortir de la religion – Autre Shoubhah : Les Moushrikines qui prennent des intermédiaires ne le font que parce qu’ils font des péchés et qu’ils considèrent que les Dou’as des pieux seront plus exaucées que les leurs.
 
 
Cours 6 : La nécessité de réfuter et de mettre en garde contre les personnes qui répandent l’égarement et l’innovation.
 
 
Cours 7 : La manière correcte de répondre aux Moushrikines de façon générale et en détails avec les preuves du Coran et de la Sounnah.
 
 
Cours 8 : Suite de la réponse correcte aux Moushrikines et réfutation de certaines de leurs fausses idées sur ce qu’est le Tawhid et ce qu’est le Shirk.
 
 
Cours 9 : L’importance de comprendre ce qu’est le Shirk et le danger d’ignorer son sens réel.
 
 
Cours 10 : Explication du Shirk.
 
 
Cours 11 : Autre Shoubhah : Invoquer autre qu’Allah est différent du Shirk des juifs, des chrétiens et de ceux qui disent que les anges sont les filles d’Allah – Autre Shoubhah : La parole d’Allah « Certes les Awliyas d’Allah n’auront aucune crainte » justifie qu’on puisse les invoquer.
 
 
Cours 12 : Autre Shoubhah : Les premiers Moushrikines ne reconnaissaient pas le Coran ni le prophète, ils sont donc soit disant différents de ceux qui adorent les tombes aujourd’hui car eux reconnaissent le Coran, le prophète ; on ne doit donc pas les accuser de Shirk – Autre Shoubhah : Les adorateurs des tombes eux n’élèvent pas des hommes au niveau du prophète contrairement aux premiers Moushrikines.
 
 
Cours 13 : La différence entre le Koufr, le Shirk et les grands péchés.
 
 
Cours 14 : La moquerie sur la religion fait sortir de l’Islam, et le Shirk à plus fortes raison l’annule et rend vaines les adorations – Autre Shoubhah : Des Sahabahs nouvellement convertis ont demandé au prophète de leurs choisir un arbre pour y mettre leurs épées comme l’ont fait les Moushrikines.
 
 
Cours 15 : Demander à une personne vivante peut rentrer dans le Shirk dans certains cas – Autre Shoubhah : Quand Ibrahim a été jeté au feu, l’ange Jibril est venu lui proposer son aide ; il ne l’aurait pas fait si demander l’aide d’autre qu’Allah était du Shirk.
 
 
Cours 16 : Le Tawhid s’exprime par le cœur, la langue et les actions – L’obligation au musulman d’appliquer le Tawhid et la gravité de le délaisser par orgueil ou pour plaire aux gens.
 
 
 
 
Source des dourous : http://www.salafidemontreal.com/index.php?option=com_content&view=article&id=60&Itemid=29


Dernière édition par Oum Mouqbil le Ven 25 Oct - 13:39, édité 25 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Dim 17 Avr - 13:53

Cours n°1


Introduction



Ce livre est une réponse du Cheikh Mohammeb Ibn 3abdel wahabb au sujet de certaines shubuhat que lancent les ennemis du Tawhid, ceux qui ont dévié à ce sujet et qui sont tombés dans l’adoration des saints, des morts, des tombes… Ils essayent d’amener des arguments afin de justifier leurs idolâtries.
Ceci touche autant les gens qui se disent musulmans, que les chrétiens, les juifs…même les mushrikines au temps du prophète utilisaient les mêmes arguments.

Une shubha : est une parole ou un argument que quelqu’un présente, qui, à première vue, nous parait comme étant la vérité. Lorsqu'on l’entend on ne sait donc pas comment y répondre car l’argument nous paraît vrai. Mais en réalité c'est un faux argument, pour le réfuter il faut avoir un niveau de science très approfondi et plus élevé dans la religion. C’est pour cela qu’il est très dangereux d’écouter ou t’entendre des shubuhates.

Ce livre-là est un livre parmi les livres de 3aquida qui s’appelle « kachfu ash shubuhât » qui comprend des explications claires sur la réalité du Tawhid et sur la purification de nos œuvres et actions de toutes formes de shirk, et également pour rejeter toutes formes de shubuhât auxquelles pourraient s’accrocher les mushrikines et le reste des gens de l’innovation ou ceux qui suivent leurs passions, afin de justifier leur shirk.


Kachf : veut dire découvrir, démasquer, dévoiler.

Donc ici, il s’agit de démasquer les shubuhât, qui sont des choses que l’on utilise afin de tromper les gens en leur donnant de faux arguments pour leur faire accepter des choses qui sont contraires à la vérité.
Le but de ce livre est donc de démasquer ces shubuhât dans le but de montrer aux gens la vérité. Comme le dit Allah : « Bien au contraire, Nous lançons contre le faux la vérité qui le subjugue, et le voilà qui disparaît. » (sourat Al Anbiya v.18)

"Shubuhât" est le pluriel de shubha. Ce sont les choses qu'utilsent les mushrikines et les mubdadi3ines pour tromper et égarer les gens. Il n’y a pas une shubha avec laquelle ils s’accrochent sans qu’il n’y ait sa réfutation dans le Qur’an et la Sunna, qui l’annule et la détruit complètement. Comme le dit Allah : « Ils ne t’apporteront aucune parabole, sans que Nous ne t’apportions la vérité avec la meilleure interprétation. » (sourat Al Fouqâne v.33)


Il y a beaucoup plus de shubuhât à notre époque qu’avant, car l’ignorance est plus grande, comme l’avait dit le prophète . Donc, dans ce livre le Cheikh Mohammeb Ibn 3abdil wahhab a cité quelques-unes de ces shubuhât qu’il a réussies à démasquer et à clarifier par les preuves du Qur’an et de la Sunna.
L’explication vient des cours que le Cheikh Zayd Al Madkhali a donné lors d’un séminaire en expliquant ce livre, les étudiants y ont pris des notes à partir des cassettes que le Cheikh a révisé et a autorisé de publier dans un livre.


Cheykh Mohammed Ibn Abdil Wahhab commence par :

Bismillahi Ar-Rahmâni Ar-Rahîm. Sache, qu’Allah te fasse miséricorde, que le monothéisme signifie : ne vouer l’adoration qu’à Allah. Et c’est la religion des messagers qu’Allah envoya à Ses serviteurs. C’est la foi des Messagers qui ont reçu mission de la part d’Allah de la transmettre à ses serviteurs. Le premier d’entre eux étant Noé , envoyé par Allah à son peuple qui avait vénéré outre mesure (ghuluw) les saints Wadd, Souwâa, Yaghouth, Yaôuk et Nasr. Le dernier messager fut Muhammad . Lui-même a cassé les représentations figurées de ces pieux.




Bismillahi Ar-Rahmâni Ar-Rahîm

Le Cheikh a commencé son livre par la « basmala », ceci veut dire qu’il y aura beaucoup de bien et de bénédiction dedans. Car le fait de commencer par le nom d’Allah, s’apparente au fait de prendre une bénédiction.
Allah est celui qui possède l’attribut de la miséricorde, une qui est générale et une qui est particulière. C’est ce que signifie les deux noms par lesquels on commence la « basmala ».

Ar Rahmân : c’est la miséricorde générale, Il est miséricordieux envers toute Sa création, que ce soit des musulmans ou non. C’est le nom qui exprime Sa miséricorde envers toute Sa création. Ar Rahmân s’applique plus pour l’attribut de Son être, c’est pour cela que l’on ne peut qualifier personne comme étant rahmân.

Ar Rahîm : c’est une miséricorde plus particulière, Il est miséricordieux envers les croyants seulement. Ar Rahîm s’applique plus pour Ses actions. On peut ici qualifier quelqu'un comme étant rahîm. Allah dit : « Et Il est Miséricordieux envers les croyants. » sourate Al Ahzab v.43



Sache, qu’Allah te fasse miséricorde, que le monothéisme signifie : ne vouer l’adoration qu’à Allah. Et c’est la religion des messagers qu’Allah envoya à Ses serviteurs.


Ici le Cheikh s’adresse à toutes les personnes qui peuvent le lire ou l’entendre, ainsi à tous les musulmans et musulmanes.

Sache : ceci afin d’attirer l’attention de la personne, afin que celui à qui il s’adresse ou l’entend y prête l’oreille et écoute. Le but étant de donner an nassiha (le bon conseil) à la création et d’invoquer Allah , de Lui demander Sa miséricorde, pour tous musulmans et musulmanes.
Personne ne peut se passer de la miséricorde d’Allah , c’est pour cela que le Cheikh dit : « Sache, qu’Allah te fasse miséricorde »


Le monothéisme signifie : ne vouer l’adoration qu’à Allah: l’auteur commence par expliquer cette base, ce fondement de la religion, à savoir le Tawhid, afin de faire comprendre aux gens du shirk et du kufr, ce qui les a trompé dans leurs shubuhât.
Du fait qu'ils ont cru que la personne qui dit : « Je crois qu’il y a un créateur, un seul Dieu », suffit pour être considéré comme étant un croyant et un musulman. Ils pensent donc que de reconnaitre la seigneurie d’Allah est suffisant, Or, c’est une forme de shubha qu’ils utilisent.

C’est pour ça que le cheikh a commencé son livre en expliquant la réalité du tawhid, sa définition, qui est de rendre notre adoration uniquement pour Allah . Ici, il s’agit du tawhid dans l’adoration.
Lorsque le prophète est arrivé chez les mushrikines de Qurayche, il n’avait pas besoin de leur prouver le tawhid ar rububiya, car ils étaient déjà convaincus de cela.

Toutes les disputes au sujet du tawhid quand les prophètes arrivaient à leurs peuples, ils étaient toujours basés autour de l’adoration. Car le shirk qu’ils commettaient se trouvait en grande partie dans l’adoration.
Les athées sont parmi les gens rares à renier cela par orgueil, en dehors des athées, les autres kufâr reconnaissent la seigneurie d’Allah , ils pensent donc que cette reconnaissance est suffisante pour être considérée comme étant un muwahhid (monothéiste), et ceci est la 1ère shubha que le Cheikh a réfuté dans ce livre.

Car, en réalité la définition complète du tawhid n’est pas juste le fait de rendre l’adoration uniquement pour Allah , ici le cheikh l'a limité à cela afin de concentrer le sujet sur ce point là et de le simplifier, alors que la définition complète du tawhid est de « rendre toute l’adoration à Allah seul, d'affirmer Sa seigneurie, et de reconnaitre tous les Noms et Attributs d’Allah . » Cette définition comprend les trois types de tawhid.

Le tawhid, c’est la religion de tous les messagers du premier au dernier, ils étaient tous d’accord sur cette da3wa. Donc toute personne mukallaf (personne musulmane, pubère et saine d’esprit), pour qu’il soit un muwahhid peu importe où il est sur terre, il doit reconnaitre et affirmer les trois types de tawhid. Celui qui a appliqué ceci avec science, que ce soit par les actes intérieurs ou extérieurs, est le muwahhid.

C’est sur ce sujet (le tawhid) que les prophètes et leurs peuples ce sont combattus, car ils ont reconnu la seigneurie d’Allah , mais ils ont refusé de rendre leur adoration à Allah seul.



C’est la foi des Messagers qui ont reçu mission de la part d’Allah de la transmettre à ses serviteurs.


Le cheikh nous a informé que le tawhid avec la signification que l’on vient d’expliquer, c’est la religion avec laquelle Allah a envoyé Ses prophètes et messagers et ils ont tous appelé leur peuple à appliquer ce tawhid et à abandonner le shirk, comme le dit Allah dans le Qur’an lorsqu’ils sont arrivés à leurs peuples ils ont dit : « Ô mon peuple, adorez Allah. Pour vous, pas d’autre divinité que Lui. » sourate Al a3raf v.59



Le premier d’entre eux étant Noé , envoyé par Allah à son peuple qui avait vénéré outre mesure (ghuluw) les saints Wadd, Souwâa, Yaghouth, Yaôuk et Nasr.



3abdullah ibn 3abbas a dit : « Les gens entre Adam et Nuh étaient 10 générations, ils étaient tous sur le tawhid et la religion de vérité. »

Le chirk est apparu par la suite, lorsque les gens ont commencé à exagérer sur les sâlihînes (les hommes pieux) du peuple de Nuh en les adorant. Parmi ces salihin, il y avait : Wadd, Souwâa, Yaghouth, Yaôuk et Nasr.

Après leurs morts shaytan a insufflé aux gens de façonner leur image (les pieux) et d’adorer Allah auprès d’eux. Non pas de les adorer avec Allah , mais d’aller à l’endroit où étaient ces statues pour adorer Allah , en se rappelant d’eux.

Après cette génération, une autre est venue et le shaytan leur a fait croire que lorsque les gens avaient besoin d’aide ou de quelque chose, ils allaient auprès des statues leur demander,et ils obtenaient la victoire, la richesse, ou la pluie…

Et par la suite il leur a insufflé de les adorer et c’est ainsi qu’est apparu le shirk.

Ils les ont adoré et ceci est la base même qui constitue le shirk, dans le fait qu’ils se sont rapprochés d’eux par plusieurs formes d’adorations, des invocations, demandes de vœux… Et Allah leur a donc envoyé Nuh afin de les ramener à la pureté dans l’adoration. Il a donc appelé au tawhid : abandonner tout ce qu’ils adoraient en dehors d’Allah , même s’ils reconnaissaient la seigneurie d’Allah

Ensuite les messagers ce sont suivi les uns après les autres, comme Allah dit : (traduction approximative du frère) « Puis nous avons envoyé nos messagers les uns après les autres, et ils ont tous eut le même appel (message) »


Donc, appliquer le tawhid et s’éloigner du shirk n’est possible que si l’on se désavoue complètement du shirk et de tout ce qui est adoré en dehors d’Allah .




Le dernier messager fut Muhammad . Lui-même a cassé les représentations figurées de ces pieux.



Le dernier des messagers c’est le prophète Mohammed , Allah l’a envoyé pour casser et détruire les idoles, et il a appelé au même message que les autres messagers au sujet du tawhid. Il est venu vers son peuple avec une chose étrange, car les enseignements du tawhid ont été perdus, ce que Ibrahîm avait laissé à son peuple, les arabes l’avaient déjà oublié.

Il a reçu de la part de son peuple toute sorte de nuisance, de mauvais traitement. Ils l’ont traité de menteurs, de sorciers, iet l’ont calomnié afin de le rabaisser, de l’humilier pour qu’il cesse d’appeler les gens à ce message. Car ils n’étaient pas capables de prouver autrement aux gens que ce qu’il disait été faux. Ils n’avaient pas d’arguments contre lui. Le shirk était devenu le centre de leur culture, ils n’ont donc pas apprécié que l’on vienne les déranger sur ce sujet.

Le prophète a fait preuve de patience, d’endurance, il est resté à appeler les gens au tawhid, à faire appliquer la réalité de la signification de ce témoignage, à se désavouer de toutes les formes de shirk dans toutes ses manifestations. Il est resté ainsi pendant 13 ans.

Le prophète ne s’est pas lassé à appeler le gens au tawhid, il a continué à appeler les gens constamment sans s’affaiblir. A chaque fois on sentait que son énergie se renouvelait, sa conviction et sa motivation étaient toujours de plus en plus fortes. Il continuait à donner le bon conseil, à faire preuve d’endurance et ceci peu importe les nuisances que pouvait lui faire son peuple.

Allah a donné par la suite la victoire à Ses messagers, et aux gens qui ont suivi les messagers, même s’Il les a éprouvés par la suite. La bonne fin revient toujours aux messagers et à ceux qui les ont suivis. Et ceci est valable pour tous les gens qui appellent à la vérité peu importe l’endroit ou l’époque, ils finissent toujours par être victorieux, même si cela déplait aux mécréants et aux polythéistes.
L’islam est donc venu pour détruire le shirk, et par ceci on voit la grandeur de l’islam.


.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Sam 29 Sep - 16:57, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Dim 17 Avr - 13:54

Cours n°2



Allah l’a envoyé à des gens qui pratiquaient le culte, le pèlerinage, l’aumône et évoquaient beaucoup Allah, mais prenaient certaines créatures comme intermédiaires entre eux et Allah en déclarant : "Nous voulons nous rapprocher d'Allah et nous désirons leur intercession auprès de Lui comme font les anges, Jésus, Marie et d'autres personnes pieuses."




L’auteur a expliqué que le peuple auquel le prophète a été envoyé, faisait beaucoup de formes d’adorations. Mais ils prenaient des créatures entre eux et Allah dans l’adoration, et ceci est le shirk akbar.
Ils pensaient que personne ne pouvait approcher Allah s’ils ne passaient pas par ces intermédiaires, qu’ils soient morts ou vivants.
Le prophète à cause de cela, est venu pour leur interdire de prendre des idoles et des intermédiaires entre eux et Allah , car ceci est vain (bâtil) et il leur a ordonné d’adorer Allah Seul sans associé, ainsi il leur a expliqué que de prendre un autre avec Allah dans l’adoration est du shirk akbar.
Allah les a critiqués cela dans le Qur’an : « Ont-ils adopté, en dehors d’Allah, des intercesseurs ? Dis : « Quoi ! Même s’ils ne détiennent rien et sont dépourvus de raison ? » Sourate Az Zumar v.43

Et Il a dit également : « C’est à Allah qu’appartient la religion pure. Tandis que ceux qui prennent des protecteurs en dehors de Lui (disent) : « Nous ne les adorons que pour qu’ils nous rapprochent davantage d’Allah ». En vérité, Allah jugera parmi eux sur ce en quoi ils divergent. Allah ne guide pas celui qui est menteur et grand ingrat. » Sourate Az Zumar v.3

Dans le sens : « Nous savons bien que ce ne sont pas eux (ces idoles) qui ont créé les cieux et la terre, ou qui nous ont créé, car ce sont nous qui les avons fabriqués mais nous les prenons comme intermédiaire. »
Allah les a déclaré comme étant des menteurs et des kufârs, d’un kufre akbar à la fin du verset.
Lorsqu’Allah par la suite a donné la permission au prophète de les combattre, il les a donc combattu car ils ont perdu cette base du Tawhid, ce fondement de la religion, dans le faite de prendre des intermédiaires entre eux et Allah.

Les actes d’adorations de ces mushrikines n’ont aucune valeur et aucun poids devant Allah , car ils ont commis un acte de kufre et de shirk en offrant une adoration à un autre qu’Allah .

Ce point là est valable aussi pour ceux qui disent aujourd’hui « lâ ilâha illa Lahu – mohammadan rasuluLlah », qui prient, jeûnent…mais qui prennent des intermédiaires entre eux et Allah, ou qui vouent une forme d’adoration à un autre qu’Allah. Leurs actes aussi ne sont pas acceptés, et il n’y a pas de différence entre eux et les kufâr de l’époque du prophète .

Le Tawhid, c’est le message des prophètes, et c’est la voie d'Ibrahim . Il ne peut y avoir de tawhid si ce n’est qu’en se débarrassant de toutes les formes de shirk, qu’il soit petit ou grand, minime ou nombreux.
Ici le cheikh dévoile une deuxième shubha qu’utilisent les mushrikines pour justifier leurs shirk. Ils disaient : « Nous voulons seulement nous rapprocher d’avantage d’Allah afin d’obtenir leur intercession. »
Dans la shari3a, ceci est considéré comme étant du shirk akbar, c’est pour cela que le prophète a combattu ceux qui le faisaient à son époque.




Aussi, Allah leur envoya Muhammad pour renouveler la religion de leur père Ibrahim et leur enseigner que cette dévotion et cette fidélité doivent être rendues exclusivement à Allah et à nul autre que Lui, ni ange rapproché d’Allah, ni prophète envoyé de Sa part, ni personne d’autre.


Voilà la vérité, ceci est la clarification qui détruit clairement les shubuhât que les mushrikines ont apportées comme leur dire « Nous voulons seulement nous rapprocher davantage d’Allah afin d’obtenir leur intercession. » Allah est le Connaisseur du visible et de l’invisible, donc Il n’a pas besoin d’intermédiaire, dans le sens où Il voit tout, entend tout. Ceux qui prennent des intermédiaires entre eux et Allah commettent un shirk akbar.

Mais il y a une autre forme d’intermédiaire qui est absolument nécessaire, qui est celui des messagers et prophètes. Dans le sens où nous avons besoins de ces intermédiaires afin qu’ils nous transmettent le message d’Allah , pour nous faire connaître ce qu’Allah veut de nous, comment devons nous L'adorer, les règles que l’on doit suivre… Sans cet intermédiaire nous ne pouvons pas L’adorer comme il le faut.

Il existe donc deux formes d’intermédiaires :

L'intermédiaire de l’homme vers Allah : celui-là il est faux, car c’est du shirk

L'intermédiaire d’Allah vers l’homme : celui-là est vrai, car c’est la transmission du message et de la révélation.

Quand on se dirige vers Allah pour L’adorer, il est interdit de prendre un intermédiaire, mais quand Allah s’adresse à nous Il passe par des intermédiaires et nous devons accepter cette forme d’intermédiaire.

Toute la création a besoin de la révélation d’Allah afin de connaitre Ses ordres, c’est pour cela qu’Allah ta3ala dit dans le Qur’an : « En tant que messagers, annonciateurs et avertisseurs, afin qu’après la venue des messagers il n’y eût pour les gens point d’argument devant Allah. Allah est Puissant et Sage. » Sourate An Nissa v.165




A part cela, les associateurs attestent qu'Allah est le Créateur, Seul, sans associé, le Pourvoyeur, L'octroyant de la vie et la mort et Lui seul le Régisseur detout. Les sept cieux et tout ce qui se trouve au milieu, les sept terres et ce qu'elles contiennent sont tous les serviteurs d'Allah et sous Sa disposition et Son contrôle.


Le fait que les mushrikines aient admis qu'Allah est le Créateur, mais qu’ils n’aient pas ajouté à cette reconnaissance là l’adoration exclusive à Allah (tawhid al uluhiya), ceci ne les a pas faits entrés dans l’islam. Car les formes d’adorations comme le sacrifice, le vœu, l’invocation, la demande de secours, l’espoir, la confiance, la crainte… qu’elles soient apparentes ou intérieures, ne doivent être vouées uniquement à Allah et non à un homme pieux, un prophète, un ange ou autre. Celui qui agit ainsi en donnant une de ces formes d’adoration à autre qu'Allah, est mushrik après qu’on lui ait montré la preuve du message et de la révélation.

Le fait de reconnaitre at-tawhid ar rububiya ne fait pas entrer une personne dans l’islam, car si c’était le cas, le prophète n’aurait pas combattu les mushrikines de son époque.





Si tu veux la preuve que telle était bien la profession de foi des gens combattus par le Messager d’Allah, lis donc les propos d'Allah : {Dis :"Qui vous attribue de la nourriture du ciel et de la terre ? Qui détient l'ouïe et la vue, et qui fait sortir le vivant du mort et fait sortir le mort du vivant, et qui administre tout ? Ils diront : "Allah". Dis alors : "Ne Le craignez-vousdonc pas ?} [Sourate Yoûnous, 31 ]
Il dit aussi : {Dis : A qui appartient la terre et ceux qui y sont ? Si tu sais. Ils diront : A Allah. Dis : "Ne vous souvenez-vous donc pas ?" Dis : "Qui est le Seigneur des sept cieux et le Seigneur du Trône sublime ?" Ils diront : "ils appartiennent à Allah". Dis : "Ne craignez- vous donc pas ?" Dis : "Qui détient dans sa main la royauté absolue de toute chose, et qui protège et n'a pas besoin d'être protégé ? (Dites), si vous le savez"! Ils diront : "Allah." Dis : "Comment donc se fait-il que vous soyez ensorcelés ?"} [Sourate Al-Mou'minoûn : 84-89]


Les versets qui sont venus pour établir les preuves, ont détruit leurs shubuha. Il n y a pas de doute qu’ Allah est le Créateur, le Pourvoyeur, Celui qui fait vivre et Celui qui fait mourir, qu'Il est le seul qui mérite d'être adoré, que tout ce qui est adoré en dehors de Lui est vain et qu'Il n’a besoin d'aucune sorte d'intermédiaire parmi Ses créatures. C’est pour cela qu'Allah l’a clarifié dans le verset mentionné.

Les mushrikines ne sont pas capables de dire « oui c'est nos idoles qui ont ce pouvoir-là, qui ont créé les cieux et la terre,… ». Ils ont même admis de leur propre bouche, que Seul Allah contrôle ces choses-là, qu'Il donne la subsistance, la vie et la mort, qu'Il contrôle tout !

Allah dit au prophète de leur répondre : « Ne Le craignez-vous donc pas ? » Dans le sens : si vous avez compris et affirmez ceci, pourquoi vous ne L'adorer pas Lui Seul, et vous n’abandonnez pas toutes vos idoles et les choses que vous adorez en dehors de Lui.

Ces mushrikines ont donc rejeté le Tawhid al 3ibâda (le tawhid dans l'adoration). Et de nos jours les mushrikines appellent ce Tawhid : "at tawassul".
Ceci est une autre shubha. Ils ne vont pas dire qu'ils prennent des intermédiaires, ils disent : "Nous faisons at tawassoul", comme s’ils essayaient de justifier leur shirk par un autre nom.
Les mushrikines adoraient et invoquaient Allah jour et nuit, les gens pensent qu'à l'époque du Prophète les gens priaient uniquement les idoles, cette idée est fausse. Ils adoraient leurs idoles et ils adoraient aussi Allah , Allah dit dans le Coran : « Quand ils montent en bateau, ils invoquent Allah Lui vouant exclusivement leur culte. Une fois qu’Il les a sauvés (des dangers de la mer en les ramenant) sur la terre ferme, voilà qu’ils (Lui) donnent des associés. » Sourate Al 'Ankabut v. 65

Donc ils n'adoraient pas que les idoles, mais ils adoraient aussi Allah et d'autres adoraient les anges, car ils savaient que c'était des êtres vertueux et proches d'Allah, et donc ils les invoquaient pour leur demander d'intercéder pour eux, ou ils invoquaient un homme pieux, par exemples Al-Lat, qui était connu pour ses bonnes qualités avant de mourir. A sa mort les gens ont pris une statue à son nom et l'ont prise par la suite comme intermédiaire entre eux et Allah. Et c'est la même chose avec le Prophète Issa , les gens le prennent comme intermédiaire entre eux et Allah.


Ces gens donc qui adoraient Allah, prenaient comme intermédiaires des êtres en raison de leurs qualités (bonté, vertu, pureté, etc). Ils pensaient que ces intermédiaires étaient capables d’intercéder en leur faveur auprès d'Allah. O, Allah dit dans Qur’an : « Les mosquées sont consacrées pour Allah n'invoquez donc personne avec Allah » Sourate Al Djinn v.18

Et aussi : « A Lui l´appel de la Vérité ! Ceux qu´ils invoquent en dehors de Lui ne leur répondent d´aucune façon; semblables à celui qui étend ses deux mains vers l´eau pour la porter à sa bouche, mais qui ne parvient jamais à l´atteindre. L´invocation des mécréants n´est que vanité. » Sourate Ar ra’d v.14

Toutes les choses par lesquelles va invoquer l'être humain, peu importe ce que c'est, elles ne pourront jamais lui répondre, ni les exaucer que ce soit des morts ou des statues qui sont faites de bois donc les arbres à l'origine, ou la pierre, si ce n'est la pierre indirectement qu'ils adorent c'est une statue fabriquer avec cette pierre.

La personne ou la chose qui est invoquée en dehors d'Allah ne lui répondra pas, il n'a pas la capacité de lui répondre, ou de ramener un bien ou de repousser un mal. Celui qui invoque autre qu'Allah a commis un acte de shirk, le shirk akbar, il est donc un mushrike et il sera éternellement dans le feu de l'enfer. Allah dit : « Quiconque associe à Allah (d’autres divinités), Allah lui interdit le Paradis et son refuge sera le Feu, et pour les injustes point de secoureurs. » Sourate Al Mâ-ida v.72




Sachant bien que la simple reconnaissance de ces vérités, ne leur confère pas pour autant le statut de profession de l’unicité prêchée par le Messager d’Allah , car ils nient l’unicité dans la pratique du culte que nos contemporains polythéistes appellent « doctrine ».
Ils invoquaient Allah matin et soir. Mais certains d’entre eux invoquaient les anges, en raison de leur sainteté et de leur rang proche d’Allah, pour qu’ils intercèdent en leur faveur, ou invoquaient un homme pieux tel que al-Lât, ou bien encore un prophète comme Jésus ; Sachant que le Messager d’Allah les a combattus à cause de cet associationnisme et qu’il leur prêchait de vouer un culte exclusif et pur à Allah seul qui dit : {…n'invoquez donc personne avec Allah.} [Sourate Djinn : 18] Et dit aussi : {A Lui l'appelle la Vérité ! Ceux qu'ils invoquent en dehors de Lui ne leur répondent d'aucune façon.} [Sourate Ar-Ra`d : 14]
Si tu es conscient que le Messager d'Allah les combattit afin que les invocations soient adressées exclusivement à Allah, que toute immolation soit vouée exclusivement à Allah, que tous les vœux soient adressés exclusivement à Allah, que toute imploration de secours soit adressée exclusivement à Allah, enfin que tout genre de pratiques cultuelles soit voué exclusivement à Allah.


Tous les textes du Coran et de la Sunna prouvent que le Prophète les a combattus pour que toutes les invocations soient vouées exclusivement à Allah ainsi que les vœux, que ceci fait partie des adorations et il n'est pas permis de les offrir à un autre en dehors d'Allah. De même que sacrifier uniquement pour Allah , et le fait de chercher secours. Allah dit : « Dis: En vérité ma prière, mes sacrifices, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l'Univers, à Lui nul associé ! Et voilà ce qu'il m'a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre. » Sourate Al An3am v.162-163



Sachant que leur reconnaissance de l’unicité de la souveraineté absolue d’Allah n’en fait pas pour autant des musulmans, et que c’est bien en raison de la vénération des anges, des prophètes et des saints pour gagner leur intercession et accéder à la faveur d’Allah que leur vies et leurs biens ont été déclarés également attaquables, on sait alors ce qu’est l’unicité prêchée par les Messagers et contestée par les polythéistes associationnistes.

Cette unicité est le sens même de la profession de foi : « Il n’y a point de divinité en dehors d’Allah. ». En effet, ces polythéistes déifient l’objet de leur vénération par son imploration et sa sollicitation qu’il soit ange, prophète, saint, arbre, tombeau ou djinn. Ils ne conçoivent certes pas ce Dieu comme étant le Créateur, le Pourvoyeur et l’Ordonnateur puisqu’ils savent pertinemment que cela est propre à Allah seul comme nous l’avons déjà expliqué. Ils entendent plutôt par Dieu, le sens donné par les polythéistes de notre époque au terme « as-Sayyid » (le maitre ou seigneur). Aussi, le prophète fut-il envoyé leur prêcher la parole ou profession de l’unicité qu’est : « Il n’y a point de divinité en dehors d’Allah ».

L’essentiel de cette formule réside dans sa signification et non pas dans la simple expression verbale. Même les païens rebelles avaient conscience que le prophète entendait par cette formule : vouer une piété exclusive à Allah et renier tout ce qui est adoré en dehors de Lui. En effet, lorsqu’il leur demanda de déclarer : « Il n’y a point de divinité en dehors d’Allah », ils contestèrent : {Réduira-t-il les divinités à un Seul Dieu ? Voilà une chose vraiment étonnante.} [Sourate Sad : 5]



Comme nous l'avons déjà expliqué, témoigner uniquement du Tawhid ar Rubbybiya ne fait pas entrer en Islam, si quelqu’un croit en ceci mais adore un autre avec Allah cela ne suffit pas. Le fait qu'ils se dirigeaient vers leurs objets d'adoration, comme les anges, les prophètes, les saints...et leurs demandaient l’intercession, tout ceci est bâtil, car c’est du shirk.

Allah n'a aucunement besoin de Ses Créatures et n'a besoin d'aucun intermédiaire car Il est proche de celui qui L'invoque, Il dit dans le Qur’an : « Et quand Mes serviteurs t'interrogent sur Moi alors Je suis tout proche: J'exauce la demande de celui qui M'invoque quand il M'invoque. Qu'ils répondent à Mon appel et qu'ils croient en Moi afin qu'ils soient bien guidés. » Sourate Al baqara v.186

Le message du Prophète pour son peuple était d’éliminer toutes les idoles et d'enlever tous les intermédiaires entre Allah et Sa Création dans l'adoration et ainsi d’établir la réelle signification de "La Illaha Ila Allah" et non pas juste dans sa prononciation.



.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Ven 12 Oct - 18:42, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Mar 19 Avr - 11:08

Cours n°3



La personne qui recherche le 3ilm doit préserver et comprendre la signification de ce qu'implique "La Ilaha Ila Allah", respecter ses conditions, ses piliers, ses droits ainsi que ses obligations.

Lorsque le prophète est venue à son peuple, il a dit à son oncle Abou Talib : « Je veux de leur part une seule parole, cette parole par laquelle ils vont pouvoir se soumettre et faire en sorte que les arabes vont les suivre dans la religion, ainsi les non arabes vont leurs payer la djizya », et son oncle lui dit : « Une seule parole ? » et le prophète dit :« Oui, une seule parole. O mon oncle dis "La ilâha Ila Allah" » Alors ils (les moushrikins) ont dit : « Un seul ilâh ? Nous n'avons jamais entendu cela dans l'ancienne religion - ou dernière religion (christianisme) - et c'est quelque chose de nouveau. »
Et Allah dit dans le Coran : « Sad. Par le Coran, au renom glorieux ! Ceux qui ont mécru sont plutôt dans l´orgueil et le schisme ! Le Coran dans lequel il y a le rappel et ceux qui ont mécru sont remplis d'orgueil et tous divisés. » Sourate Sa'ad v.1 et 2

Les moushrikines ont répondu : « Nous n´avons pas entendu cela dans la dernière religion (le Christianisme); ce n´est en vérité que pure invention ! » Sourate Sad v.7

Cette histoire est faible (da3if) donc le hadith est da3if, on ne peut pas prendre cette histoire comme référence, toutefois le sens du fait que le prophète a appelé son oncle au Tawhid est rapporté dans d'autres ahadiths authentiques et du fait que les mushrikins ont compris la signification de "La ilâha Ila Allah" et qu’ils ont refusé de le dire.
Comme le dit Allah : « Quand on leur disait : " Point de divinité à part Allah ", ils se gonflaient d´orgueil, et disaient : "Allons-nous abandonner nos divinités pour un poète fou" ? » Sourate As Saffat v.35-36

Donc ils ont bien compris, que le fait de dire La ilâha Ila Allah cela impliquait qu'ils devaient abandonner tout ce qui était adoré en dehors d’Allah, à savoir toutes leurs idoles. Ce sont des arabes donc ils comprennent le Coran et la langue, ils comprennent la signification de cette parole, ainsi que ce qu'elle implique.

"La Iâha Ila Allah" a ses piliers et conditions et il est obligatoire pour la personne qui recherche la science de les appliquer.


Les piliers de "La ilâha Ila Allah" :

"La ilâha Ila Allah" a deux piliers c'est : an nafyou wal ithbât (la négation et l’affirmation)
La négation est : "La ilâh", il n’y a pas de divinité qui mérite l’adoration.
L'affirmation est : "Ila Allah", sauf Allah .

Quand tu dis, « La ilâha » c'est comme si tu nies tout ce qui est adoré en dehors d'Allah, peut importe sa catégorie et « illa Allah » affirme que c'est uniquement pour Allah que l'adoration doit être offerte.


Les conditions de "La ilâha Ila Allah" :

Les 3ulémas ont mentionné des conditions pour La ilâha Ila Allah pour que la shahada soit valable, et parmi elles : celles qui sont extraites du coran et de la Sunnah :

La première : al 3ilm (la connaissance)
La deuxième : al yaqîne (la certitude)
La troisième : al qabûl (l'acceptation)
La quatrième : al inqiyâd (la soumission)
La cinquième : al Ikhlâs (la sincérité)
La sixième : as sidq (la véracité)
La septième : al mahabba (l'amour)


Al 3ilm (la science) :
C'est de connaître sa signification de La ilâha Ila Allah. Les 3ulémas ont souvent expliqué cette parole en la comparant à une clef, ils ont dit que La ilâha Ila Allah est la clef du paradis. Toutefois, toutes les clefs ont des dents différentes pour ouvrir une serrure. Ainsi, les conditions sont comparables aux dents de cette clef. Si tu veux que ta clef ouvre la porte du paradis, il faut accepter les conditions, et chercher à comprendre ce que signifie cette parole. On ne la dis pas simplement avec la bouche mais on doit savoir ce que cela veut dire et ce que cela implique.

Il faut connaître la signification de La ilâha Ila Allah et ce que ça implique, toute action que tu feras si tu n'as pas la connaissance n'aura pas de valeur et ne sera pas acceptée, car la connaissance doit absolument passer avant l'action. La preuve réside dans la parole d’Allah : « Sache donc qu´en vérité, il n´y a point de divinité à part Allah, et implore le pardon pour ton péché, ainsi que pour les croyants et les croyantes. » Sourate Mohamed v.19

On voit ici qu'Allah nous a ordonné d'avoir la connaissance en premier de La ilâha Ila Allah et ensuite de demander pardon pour nos péchés (ça c’est l’action) et d'agir selon nos connaissances.
Dans un autre verset Allah dit : « illa man chahida bil haqq wa hum ya3lamun » (traduction approximative du frère : « Les seules personnes pour qui le témoignage va être profitable, sont celles qui ont témoigné de la vérité alors qu’elles ont la connaissance. ») Sourate Az zukhruf v…


Al yaqîn (la certitude) :
La certitude s’oppose au doute, il faut donc avoir la conviction, car la personne qui le dit doit être convaincue de ce que signifie ce témoignage, et ce qu’il implique comme négation et affirmation.


Al qabûl (l’acceptation) :
Il n'est pas suffisant d'avoir la connaissance et la conviction, car celui qui a ces deux conditions mais n'a pas accepté cette chahada, cela ne lui servira à rien. En effet, les Qoraish avaient la connaissance de La ilâha Ila Allah, et pourtant ça ne les a pas aidés. Il ne faut pas s'opposer, se détourner , rejeter quoi que ce soit de la signification de la chahada et de ce qui vient avec pour être considéré comme étant un mu’min (croyant).


Al inqiyâd (la soumission) :
La personne qui le dit doit se soumettre complètement à ce que signifie cette négation et affirmation.


Al Ikhlâs (le sincérité) :
Il faut avoir la pureté de l'intention et la sincérité, on doit le dire uniquement pour Allah , et non comme les hypocrites qui disent « La ilâha illa Allah » uniquement pour protéger leurs sang et leurs biens et non parce qu’ils ont la foi en Allah.


As sidq (la véracité) :
Il faut également reconnaître la véracité de ce qu’implique ce témoignage là.


Al mahabba (l’amour) :
Une des conditions les plus importantes est d’aimer cette parole. Il faut aimer Celui qui l’a ordonné, à savoir Allah et celui qui a transmis l'ordre, à savoir les Messagers. Il faut se désavouer de tout ce qui est contre ce témoignage, comme ce que font les mushrikins à toute époque et à tout endroit du fait qu’ils adorent autre que Allah . Ils le disent avec la langue mais sans comprendre sa signification et sans agir en conséquence.




Sachant à présent que les ignorants d’entre les païens connaissent cela,


Les ignorants parmi les kufars de Qoraïsh savaient la signification de La ilâha Ila Allah, qui est de nier tout ce qui est adoré en dehors d'Allah et que c'est affirmer que c'est seul Allah qui mérite l'adoration. Lorsque le Prophète les a appelés à dire La ilâha Ila Allah, ils ont connu sa signification d'une connaissance complète mais toutefois ils ont refusé de se soumettre à ce que ce témoignage impliquait comme négation et affirmation et ils ont agi ainsi par orgueil, par jalousie et du fait qu'ils voulaient s'accrocher aveuglement à ce que leurs pères suivaient c’est-à-dire les idoles.




... l'étonnement viendra de celui qui prétend être musulman alors qu’il ignore le contenu de cette formule pourtant connue même des païens ignorants , et qui, pire encore, croient que cela réside dans la simple prononciation sans nulle adhésion intime à ses significations. Voire, dans le meilleur des cas, il croit qu’elle signifie simplement : « Il n’y a point de Créateur, ni de Pourvoyeur, ni d’Ordonnateur de l’univers en dehors d’Allah », sans plus. Or, il n’y a rien de bon à espérer d’un homme tel que les ignorants d’entre les païens connaissent mieux que lui la signification de profession de foi : « Il n’y a point de divinité en dehors d’Allah ».


Pourquoi shaykh Mouhammed Ibn Abdil wahhab s'étonne ici de voir ces attitudes de la part de ces gens ?
Il s’étonne car il a rencontré des gens qui font la prière, qui jeûnent et font le hajj, qui font beaucoup d’autres formes d’adoration mais ils prennent des intermédiaires entre eux et Allah . Ils prétendent qu'ils les prennent comme moyens pour arriver Allah et comme des intercesseurs dans le but de satisfaire leurs besoins, d’amener des bienfaits, ou d’éloigner le mal. Ces gens sont donc des ignorants. Ils prétendent appartenir à l'Islam alors qu'ils n’ont rien à voir du tout avec l'Islam, même s’ils se disent musulmans, pourquoi ?
Parce qu'ils ont pris des intermédiaires entre eux et Allah et espèrent en eux pour amener un bienfait ou repousser un mal et celui qui fait cela n'est pas musulman, son islam n'est uniquement qu'en apparence, alors qu’en réalité il n’a rien de ce que signifie réellement être musulman. Celui qui prie, jeûne…et fait d’autres formes d’adoration, mais il n'a pas compris la signification de La ilâha Ila Allah, qui implique de nier tout ce qui est adoré en dehors d'Allah et d’affirmer que c'est Allah seul qui mérite l'adoration sans intermédiaire et sans aucun intercesseur.
En réalité l'affaire revient au verset lorsqu’Allah dit : « Et quand Mes serviteurs t'interrogent sur Moi alors Je suis tout proche: J'exauce la demande de celui qui M'invoque quand il M'invoque. Qu'ils répondent à Mon appel et qu'ils croient en Moi afin qu'ils soient bien guidés. » Sourate Al baqara v.186

On n'a pas besoin d'intermédiaire si on a compris comme il le faut ce verset.
Et bien que les moushrikines prétendaient que leurs idoles n'avaient pas le pouvoir de créer, de donner le rizq, de donner la vie et la mort, de contrôler le monde, le prophète les a tout de même combattu.
Les mushrikines d'aujourd'hui disent que « La ilâha illa Allah » signifie : « Nulle créateur, pourvoyeur…si ce n’est Allah », et ils pensent que si l’on invoque un saint, ou que l’on fait le tawaf autour de sa tombe, cela est correct et n’annule pas le tawhid. Cela prouve qu’ils n’ont rien compris de la signification de « La ilâha illa Allah ».

Donc les mushrikines et les kuffars disent toujours que leurs adorations pour les idoles sert uniquement à se rapprocher d’Allah , que ce sont des intermédiaires entre eux et Allah, mais ils ne croient jamais qu’ils possèdent quoi que ce soit de la seigneurie.




Explication d'un principe fondamental : " La ilâha illa ALLAH, mouhammadan rasululah"

De prononcer seulement « Lâ ilâha illa Allah, muhammadan rasululah » sans comprendre sa signification est une forme de perdition, chaque personne mukallaf doit apprendre, comprendre et appliquer ce témoignage.

Like a Star @ heaven Lâ ilâha illa Allah : « La ilâha » c'est comme si tu nies tout ce qui est adoré en dehors d'Allah ta3ala, peu importe sa catégorie et « illa Allah » affirme que c'est uniquement pour Allah ta3ala que l'adoration doit être offerte.

Like a Star @ heaven muhammadan rasululah : signifie que l’on doit lui obéir dans tout ce qu’il nous a ordonné selon notre capacité, croire en ce qu’il nous a informé, car il ne parle pas par passion, mais uniquement par révélation venant d’Allah . On doit aussi s’éloigner et abandonner ce qu’il a interdit, et n’adorer Allah que selon ce qu’Il a légiféré (selon la sunna et non en amenant des innovations).

Allah nous a ordonné de suivre le prophète ainsi que de lui obéir, car obéir au prophète revient à obéir à Allah et désobéir au prophète revient à désobéir à Allah.
« Quiconque obéit au Messager obéit certainement à Allah. Et quiconque tourne le dos... Nous ne t’avons pas envoyé à eux comme gardien.» Sourate An Nissa v.80
« Dis : «Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » Sourate Ali Imran v.31

Lorsque le musulman a compris la signification de ce témoignage, il lui suffit à condition qu’il le mette en pratique, qu’il accroche son cœur à Allah seul et qu’il prenne conscience qu’il ne peut pas trouver de salut si ce n’est vers Allah . Il ne doit prendre aucun intermédiaire en dehors d’Allah, en qui il met son espoir, à qui il demande de ramener un bien ou de repousser un mal dans ce que seul Allah peut faire, en dehors des personnes vivantes qui ont la capacité de lui apporter une aide dans une chose.
Même versde la meilleure des créatures, le messager d’Allah , il n’est pas permis de se tourner, car il est décédé d’une mort réelle.

Les sahaba sont passés à travers pleins de difficultés, de tristesses, de problèmes, de guerres et toutes sortes de divergences entre eux à leur époque, et aucun d’entre eux n'est parti auprès de la tombe du prophète , afin de lui demander son secours, car ils avaient compris la réalité du tawhid et s’étaient éloignés de toutes les formes de shirk. Ils connaissaient le statut du prophète , ils ne l’ont pas élevé plus haut que ce qu’Allah l’avait mis. Contrairement aux mushrikines : Traduction approximative du frère : « Wa ma qadaru Llaha haqqa qadrih » « Ils n’ont pas estimé Allah à sa juste valeur »

Allah dit dans le qur’an : « Tu n’en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allah et au Jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s’opposent à Allah et à Son Messager, fussent-ils leurs pères, leurs fils, leurs frères ou les gens de leur tribu. Il a prescrit la foi dans leurs cœurs et Il les a aidés de Son secours. Il les fera entrer dans des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, où ils demeureront éternellement. Allah les agrée et ils L’agréent. Ceux-là sont le parti d’Allah. Le parti d’Allah est celui de ceux qui réussissent. » Sourate Al Mujadala v.22

L’adoration est un mot qui signifie tout ce qu’Allah aime et agrée comme actes et paroles, apparents ou cachés. Donc, celui qui se tourne vers un autre qu’Allah, avec une de ces formes d’adoration, alors il a commis un acte de shirk akbar, et Allah n’acceptera pas ses actions et ne lui pardonnera pas ses pêchés, sauf s’il s’est repenti du shirk avant sa mort.




Sachant parfaitement ce qui précède, sachant ce qu’est le polythéisme associant à Allah [d’autres divinités] à propos duquel Allah dit : {Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne quelque associé. A part cela, II pardonne à qui II veut…} [Sourate An-Nisâ' ].

Sachant désormais la religion [ou la foi] du prêche de laquelle tous les Messagers reçurent mission d’Allah, depuis le premier jusqu’au dernier, religion en dehors de laquelle Allah n’accepte aucune autre de qui que ce soit ; sachant l’état d’ignorance en la matière qui sévit désormais au sein de la plupart des gens.



Allah a dit : « Et quiconque désire une religion autre que l’Islam, ne sera point agréé, et il sera, dans l’au-delà, parmi les perdants. » Sourate Ali Imran v.85
Et Il dit aussi : « Certes, la religion acceptée d’Allah, c’est l’Islam. » Sourate Ali Imran v.19

Ceci vient limiter toute la religion à l’islam, celui qui adore Allah avec une autre religion que l’islam, elle ne sera pas acceptée de Lui, comme le judaïsme, le christianisme, qui sont des religions basées sur le shirk…ou autres Allah n’acceptera aucune de leurs actions.

Comme Allah dit dans le qur’an : « Nous avons considéré l’œuvre qu’ils ont accomplie et Nous l’avons réduite en poussière éparpillée. » Sourate Al Fourqâne v.22

Leurs actions n’auront aucun poids dans la balance et ne leur seront d’aucune utilité.

.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Ven 12 Oct - 18:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Lun 14 Nov - 21:13

Cours n°4




Il n’y a pas de doute que la plupart des musulmans ignorent la réalité du tawhid qu’Allah a ordonné et rendu obligatoire à Ses serviteurs. Ils ignorent aussi ce qu’Allah a ordonné avec ce tawhid, comme le fait de nous désavouer du shirk. Il n’est pas possible à une personne de comprendre la réalité du tawhid, comme Allah et Son prophète l’ont voulu, si ce n’est en s'assayant auprès des 3uléma qui ont suivi la voie des salafs salih dans leur 3aqida, leurs adorations, leurs comportements, leurs caractères, et leurs méthodologies à appeler les gens à Allah. Lorsque la personne aura fait ceci, il lui sera donc possible de distinguer entre le vrai et le faux, entre ce qui est correct et incorrect, entre ce qui est sunna et bid3a, voila la voie qu’il faut suivre.

En ce qui concerne le fait de suivre les gens aveuglément sans retourner aux références du Qur’an et de la sunna dans ce qui touche la croyance et les actions, ceci n’est pas la bonne façon et ne va servir à rien. Mais il faut apprendre la religion par la base avec les preuves et suivre quelqu’un aveuglément n’est pas accepté dans la religion.

La raison de l’ignorance de certaines personnes est due au fait qu’ils n’ont pas voulu s’assoir avec une personne qui a une bonne compréhension de la religion, il n’est pas étonnant de voir par la suite que des choses resteront confuses dans leur compréhension de la religion qui peut les emmener à la bid3a ou aux actes de shirk !
La deuxième cause de l’ignorance qui est répandue chez les musulmans, est que la plupart du temps il est difficile de trouver un professeur qui a une bonne compréhension du tawhid, de la religion…

La personne qui a la possibilité, physique et matérielle, d’appeler les gens à la bonne compréhension du tawhid, mais ne le fait pas bien qu’il voit et entende les gens dans leur ignorance, risque de faire partie des pécheurs et d’être sous la menace d’Allah qu'Il a mentionné dans le Qur'an : « Certes ceux qui cachent ce que Nous avons fait descendre en fait de preuves et de guide après l’exposé que Nous en avons fait aux gens, dans le Livre, voilà ceux qu’Allah maudit et que les maudisseurs maudissent, sauf ceux qui se sont repentis, corrigés et déclarés : d’eux Je reçois le repentir. Car c’est Moi, l’Accueillant au repentir, le Miséricordieux. » Sourate Al Baqara v.159-160

Le prophète a dit : « Celui qui a caché une science au sujet d’Allah , Allah va lui coudre les lèvres avec un fil de feu le jour du jugement dernier. » Ibn Majah dans son sahih

La personne qui est excusée est celle qui a la science mais qui n’a pas les moyens ainsi que la capacité physique, financière, ou économiqu, d’aller dans les endroits éloignés pour transmettre cette science.




Sachant ainsi ce qui précède, on en tire deux enseignements :
Le premier : La réjouissance des grâces d'Allah et de Sa miséricorde. Allah dit : {Dis : Ceci provient de la grâce d'Allah et de Sa miséricorde ; Voilà de quoi ils devraient se réjouir. C'est bien mieux que tout ce qu'ils amassent.} [Sourate Yoûnous : 58]



Ceci est réellement la vérité, car on doit se réjouir d’avoir cette grâce, cette miséricorde qui est la connaissance du tawhid avec les preuves du Qur’an et de la Sunna. Car connaître le tawhid seulement ne suffit pas, mais il faut connaître les preuves, les apprendre par cœur, et comprendre leurs significations. La science c’est : « qâla-Llah wa qâla-rrassuluLlah » ("Allah a dit, et le Prophète a dit"), et la connaissance de ce qui s’oppose au tawhid. Ainsi, celui qui a connu cela, on dit qu’Allah lui a donné la plus grande grâce, la plus grande miséricorde et le plus grand bienfait que personne ne peut recevoir, parce que le tawhid c’est la clef du paradis.
Le prophète a dit : « Celui qui dit : lâ ilâha illa Llah avec conviction dans son cœur, entrera au paradis. »

Et celui qui a réellement appliqué le tawhid durant sa vie sera sauvé du châtiment d’Allah, et ceci est aussi une cause qui permettra de protéger son sang et ses biens, et son honneur. Il mérite également l’intercession du prophète au Jugement dernier, il mérite aussi de sortir de l’enfer s’il a commis des péchés mais n’a pas commis le shirk. Et ceci est seulement pour les muwahhidin. D’où la grandeur et l’importance du tawhid, c’est la plus grande forme d’adoration, la meilleure d’entre elles, et la plus grande obligation parmi les obligations de l’islam.

Donc, se préoccuper de la réalisation du tawhid est une caractéristique des gens doués de raison parmi les hommes et les femmes. En effet, ils ont compris la chose la plus importante de leur religion, et ce qui va les sauver de l’éternité dans le feu. Quant à ceux qui négligent cette connaissance et suivent aveuglément sans compréhension leurs ancêtres, parents ou des gens qu’ils connaissent, ceci n’est pas permis pour le musulman, il ne doit pas être satisfait du suivi aveugle et de son ignorance.

Celui à qui Allah a donné cette faveur, il est obligatoire pour lui d’être reconnaissant envers Allah, de le glorifier jour et nuit intérieurement comme extérieurement. Il doit aussi répendre la connaissance de ce tawhid.

Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Mer 17 Oct - 16:16

Cours n°5





Le sheykh poursuit son explication du verset vu dans le cours précédant, à savoir : {Dis : Ceci provient de la grâce d'Allah et de Sa miséricorde ; Voilà de quoi ils devraient se réjouir. C'est bien mieux que tout ce qu'ils amassent.} [Sourate Yoûnous : 58]

Celui a qui Allah a donné le tawhid a reçu une grande miséricorde et il doit Le remercier et Le glorifier. Il doit le remercier ouvertement et intérieurement et répendre cette connaissance. En effet, enseigner cette science aux autres est une forme de remerciement pour cette ni3ma et cela fait partie de shoukroun ni3ma (remercier une ni3ma)
Ce verset s'adresse au prophète avant tout car Allah dit "Qoul" ("Dis") et cela veut dire : "Ô Mohammed dis aux gens" (informe-les). Tout discours ou toute parole qui s'adresse au prophète s'adresse aussi à toute sa oumma.
La grâce ici veut dire l'islam, car Allah nous a sauvé par l'Islam du châtiment de l'au-delà, de la tombe et cela est l'une de Ses plus grandes grâces envers nous, nous nous devons donc d'être reconnaissant pour l'islam et également pour Sa miséricorde. Et la miséricorde désigne ici le qur'an et Il a fait de celui-ci une source de clarté dans nos affaires ici-bas et une bonne nouvelle.

Ô toi musulman ! rejoui-toi de l'islam et du quran car ceux-ci sont de grands bienfaits. il faut que cette joie pour ces deux choses te pousse à oeuvrer pour l'islam et à avoir un intérêt pour le qur'an, pour sa compréhension, sa récitation et son étude. Voyez le nombre de surat et combien il y a de versets et de lettres. Celui qui lit le quran en entier aura pour chaque lettre la récompense de 10 hassanat, comme l'indique le hadith suivant : Selon ibn Mas’oud le Prophète a dit : « Celui qui lit une seule lettre du Coran s’inscrit une bonne action et la bonne action a dix fois son salaire. Je ne dis pas que « Alif, lam, mim » est une lettre mais « Alif » est une lettre, « Lam » est une lettre et « Mim » est une lettre » ( rapporter par at tirmidhi)

Quand tu regardes dans le quran, il y a des milliers de lettres. Combien y a-t-il de récompense ?? Celui qui recite le qur'an de cette façon il n'y a aucun doute qu'il accumule une enorme récompense. Pour obtenir cette récompense, il faut qu'il ait "al ikhlass" et "al moutaba3a" (la pureté de l'intention et le suivi du prophete ), et il faut que rien n'empêche l'accéptation de cette bonne oeuvre. Toutes les hassanat qu'il peut accumuler par cette oeuvre sont meilleures que tous les biens amassés ici-bas.

En vérité, toi qui récite le quran, qui le fait assidument et agis en accord avec ce que tu as appris, sache que si tu possédais toute la richesse d'ici-bas et que tu la dépensais dans l'adoration d'Allah , cela n'aurait pas était équivalent à la grâce d'Allah par laquelle Il t'a annoblis avec l'Islam et le Qur'an. Allah dit : {Voila la grâce d'Allah qu'Il accorde à qui Il veut, car Allah est le Maître de la grâce suprême.} [Surat Al Hadid v21]




Le second : La vive crainte. Car sachant que l'homme peut devenir mécréant par la simple prononciation de sa bouche d'une certaine parole, même par ignorance, cette dernière ne lui servira pas de prétexte ; Et qu’il pourrait la prononcer en supposant qu’elle le rapprochera d’Allah, à l’instar des polythéistes associationnistes, notamment si Allah (Exalté soit-Il) t’inspire la médiation de l’histoire du peuple de Moussa qui, malgrés
leur piété et leur savoir, vinrent lui dire : {…Ô Moïse, désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux…} [Sourate Al a’raf : 138]. Alors grandes seront ta crainte et ton insistance sur ce qui te sauvegardera contre de tels risques.

Explication du deuxième enseignements : Avoir une vive crainte de sortir de la religion.
– Autre Shoubhah : Les Moushrikines qui prennent des intermédiaires ne le font que parce qu’ils font des péchés et qu’ils considèrent que les Dou’as des pieux seront plus exaucées que les leurs.

A partir de cette parole il faut comprendre que l'on doit faire attention à notre langue. Celle-ci est créée par Allah et le prophète a dit : "Celui qui me garanti ce qu'il y à entre ses machoires et entre ses jambes, je lui garantis le paradis."
Ce hadith prouve la dangerosité de la langue et Allah demandera des comptes sur toutes les paroles prononcées. Et nous craignons que la personne ne soit pas excuser par son ignorance si elle a la capacité d'apprendre. Ainsi, si elle dit du bien, cela sera inscrit dans son livre, et si elle parle en mal, alors le mal se divise en plusieurs degrés dont le plus haut est le kouffr. On peut prononcer une parole de kouffr sans s'en rendre compte. Ou peut-être que la personne prononce cette parole pour rire et cela la mène en Enfer ! Donc nous nous devons de tenir notre langue et la surveiller.
Mou’adh Ibn Jabal , questionna le Messager d’Allah en disant : « Ô Prophète d’Allah ! Devra-t-on rendre compte de nos paroles ! » le Messager d’Allah lui répondit : « Que ta mère te perde Mu’âdh ! Les gens seront-ils jetés sur leurs visages (ou sur leurs narines) en Enfer pour d’autres raisons que ce que leur langue aura récolté ! » [Rapporté par At-Tirmidhi]
Ce hadith prouve que l'une des causes d'être jetté en enfer est le fait de prononcer une parole mauvaise.


On a appris également que le prophète a été envoyé à tous les peuples âinsi qu'aux jinns. Et il leur a demandé de devenir des serviteur d'Allah et de se soumettre à l'islam. Et Allah dit dans le quran : {Quiconque recherche en dehors de l'islam une autre religion, celle-ci ne sera point acceptée de Lui, et dans l'autre monde, il sera du nombre des réprouvés.} (Sourate al imran v 85)

Et Il dit également : {La vraie religion pour Allah, c'est l'islam. Et si les gens du livre se sont divisés entre eux, c'est uniquement par pure jalousie, après que la science leur fut donnée. Que celui donc qui renie les signes d'Allah, sache qu'Allah est prompt dans Ses comptes.} (Al Imran v.19)

Le prophète commenca a faire da3wa à sa famille car Allah dit : {Avertis les gens qui te sont les plus proches} (Sourate ash-shoura'a v 214)
Puis, par la suite le cercle de la da3wa s'est agrandit pour inclure la Mecque entière, puis toute la péninsule arabe.
Pendant le hajj, le prophète allait à chaque tribu pour les appeler à l'islam et il leur demandait allégeance de leur part. Cependant, les moushrikin se sont moqués de lui et l'ont insulté mais il a fait preuve de patience. Allah a donc fait que sa religion ait le dessus sur toutes les autres religions.

Lorsque le prophète a dit aux mécréants de dire la shahada, ils ont compris qu'ils devaient rejetter leurs idoles et adorer Allah seul. En effet, le qur'an est descendu en langue arabe et tous comprennaient très bien sa signification étant donné qu'ils étaient de purs arabes. Et beaucoup d'entre eux ont refusé cet appel et l'ont même trouvé étonnant. On peut expliquer de la meilleure façon l'islam, avec sagesse, douceur ou gentillesse, mais les gens n'acceptent que si Allah le veut car c'est Lui qui guide et qui égare.
Les moushrikin se sont encouragé à adorer leurs idoles, ils ont affirmé que le message du prophète était inventé de lui et ne venait pas d'Allah et ils ont répendu cette rumeur pour égarer les gens. Or, Allah a sauvé qui Il veulait. Après la mort du prophète , les sahaba ont continué à transmettre le message sans rien modifier excepté qu'ils ne sont pas infaillibles contrairement au prophète .

.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Mer 17 Oct - 22:37

Cours n° 6






Sache qu'Allah, de par Sa sagesse, n'envoya aucun prophète appelant au tawhid sans qu'Il ne lui fasse des ennemis. Allah dit : {Ainsi, à chaque prophète avons-Nous assigné un ennemi : des diables d'entre les hommes et les djinns, qui s'inspirent trompeusement les uns aux autres des paroles enjolivées…} [Sourate Al-'An`âm, v 112 ]



Au sujet de ces ennemis, ceci est une réalité que l'on peut observer à travers les histoires des prophètes (3alayhoum salam), où l'on retrouve systématiqument ces ennemis qui défendent le faux. Malgré tout les messagers ont continué leur appel et cette opposition ne les faisaient pas faiblir.
Les opposants, jinns ou hommes, ont enjolivé leurs paroles pour tromper les gens et bloquer le chemin menant à Allah . Or, ils se sont bloqués eux-mêmes, ansi que leurs partisans. Certaines nations ont cru à leur messager et ont eu la vie sauve, tandis que d'autres ont mécru et Allah a fait descendre sur eux un châtiment.

Toutes personnes qui appelle à la vérité trouvera sur son chemin des opposants qui essayeront d’égarer. Il ce peut que ces opposants soient des moushrikin mais il ce peut également que ce soient des gens de la bida3a. Les gens de la bida3a s'opposent aux gens de la sunnah, ils essaient de tromper les gens et ils jugent par l’égarement et la déviation, et ils mentent sur les gens de la sunnah. Mais Allah fait toujours venir des 3oulamas qui font revivre la sounnah et font mourir la bida3a. Cela se constate de nos jours avec les 3oulama. il y a toujours des gens qui essaient de les discréditer, et utilisent pour cela mensonges, choubouhat et médisance.

Toute personne cherchant la science va connaitre des difficultés mais la récompense pour cela est grande.



Les ennemis du tawhid peuvent disposer de grand nombre de sciences, d'ouvrages et d'arguments. C'est ce que témoigne le verset suivant : {Lorsque leurs Messagers leur apportaient les preuves evidentes, ils se rejouissaient des connaissances qu’ils avaient.} [Sourate Ghafir : 83] (44).

Si tu sais cela et tu sais aussi que le chemin qui mène vers Allah est jonché d'ennemis disposant éloquence, science et arguments, il sera alors de ton devoir d'apprendre de la religion d'Allah tout ce qui te servira d'arme pour combattre ces diables dont le chef (Satan) dit à Son Seigneur le Tout-Puissant : {Puisque Tu m’as mis en erreur, dit [Satan], je m'assoirai pour eux sur Ton droit chemin puis, je les assaillerais de devant, de derrière, de leur droite et de leur gauche. Et, pour la plupart, Tu ne les trouveras pas reconnaissants} [Sourate Al-'A`râf , v 16 - 17]



Les ennemis du tawhid et de la sunnah viennent avec des arguments pour tromper les gens et la personne désobéissante à Allah court derrière ces pseudos-preuves sans comprendre ce qu'il y a derrière et les transmet à son tour. Il est important d’étudier la sunnah et de l'apprendre chez les 3oulamas, dans les livres et d'avertir de la bida3a, et des gens de bida3a ainsi que de leurs livres. Il existe des bida3a dans la religion plus subtiles que seul les savants peuvent voir et réfuter par leur connaissances approfondits. Mais les bida3a claires, doivent être dévoilées et expliquées aux gens qui la pratiquent afin qu'ils comprennent la gravite de la chose.

De plus Nous devons faire attention à toutes ces choses et le manque de connaissance amène les gens dans l'erreur.


Et sache que le quran est un livre de réfutation car à chaque fois qu'un moushrik venait contredire le prophète Allah faisait descendre un verset pour le réfuter et montrer le haqq. Le quran est la voie des prophètes (3alayhoum salam) et de tous les 3oulamas qui ont suivi le haqq. Ceux qui suivent la sunnah et la voie des salaf salih auront une bonne aqida, un bon minhaj et auront le succès ici-bas et dans l'eau-delà. Les gens appelant à la vérité sont ceux qui suivent les prophètes dans leur véracité parce que la da3wa se base sur la pureté de notre intention vis a vis d’Allah et des gens (c'est-à-dire vouloir le bien pour les autres).

Et sache que dans la sunnah, il y a la lumière alors que dans la bida3a, il y a la noirceur et les ténèbres. Comme Allah dit : {Un jour viendra où certains visages seront tout illuminés de bonheur, tandis que d'autres seront tout assombris d'horreur. Ce jour-là, il sera dit à ces derniers : « N'est-ce pas vous qui, après avoir cru, avez rejeté la foi ? Goûtez donc ces tourments pour prix de vos reniements !}

Et chaque fois que les moushrikun ramènent des arguments pour bloquer le chemin vers Allah , Allah descend un verset qui détruit tous ces arguments, peut importe ce qu'ils amènent comme Il le dit : {et de manière à ce qu'aucune question ne te soit posée par les impies sans que Nous t'en fournissions la vraie réponse et la meilleure explication.}

A la tête des gens qui appellent à la vérité, il y a les prophètes qui sont aussi nos modèles. Alors que les imams des gens de l'égarement sont des shayatin dont le leader est Ibliss qui a voulu s'opposer à Allah en jurant de nous égarer (sauf ceux qu'Allah aura préservé). Et sache que le droit chemin est le chemin de la vérité qu 'Allah nous a ordonne de suivre. De nos jours nous avons pris la ruse de shaytan à la légère et lorsque les gens viennent avec des choubouhat nous les écoutons sans se douter que cela est une ruse de shaytan. Celui qui a obéit à shaytan s'est égaré et il est perdu. Et c'est pour cette raison qu'il est de notre devoir de contrecarrer les ruses de shaytan. C'est ainsi que celui qui a obéit à Allah et s'est opposé aux moushrikins ou aux gens de la bida3a, a atteint la vérité et aura le sucées ici-bas et dans l'au-dela.



Mais si tu te tournes vers Allah et écoutes bien Ses preuves et Ses arguments, tu ne dois pas avoir peur ou être angoissé : {…car la ruse du diable est, certes bien faible} [Sourate An-Nisâ' , v 76]



Le fait que les ennemis de la vérité se rassemblent pour attaquer les gens de la vérité cela n'a rien d’étonnant. On ne peut pas appeler au haqq sans qu'il n'y ait d'opposant mais si les gens de la vérité sont fermes et défendent la vérité, Allah les supportera, car Il est avec les mou'minin et non avec les kafirin.
Allah fera disparaitre leur mensonge et cela est valable pour toute époque et même de nos jours. Les gens du mensonge sont les perdant, c'est pour cela qu'Allah dit que la ruse du shaytan est faible.
Toi qui es sunnih, mou'min et mouwahid, Allah t'a doté de la plus puissante des armes qui est la foi, ainsi que le quran et la sunnah et avec ceux-la tu peux te battre.


.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Dim 21 Oct - 16:41

Cours n°7






Un seul homme du commun de ceux qui professent l’unicité divine triomphe sur mille savants de ces polythéistes associationnistes, ainsi qu’Allah (Exalté soit-Il) l’affirme : {…et que Nos soldats auront le dessus.} [Sourate As-Sâffât, v 173]. Les soldats d'Allah triomphent par l'argument et la parole comme ils triomphent par l'épée et la lance. La crainte n’est justifiée que dans le cas du monothéiste qui prend son chemin en étant désarmé. Or, Allah (Exaltésoit-Il) nous a gratifiés de Son Livre qu’Il a établi : {…comme un exposé explicite de toute chose, ainsi qu'un guide, une grâce et une bonne annonce aux Musulmans} [Sourate An-Nahl, v 89]
Tout argument exposé par un égaré trouve sa réponse et sa réfutation dans le Coran. Allah dit : {Ils ne t'apporteront aucune parabole, sans que Nous ne t'apportions la vérité avec la meilleure interprétation} [Sourate Al-Fourqân : 33] Certains exégètes disent que ce verset est valable de manière générale contre tout argument énoncé par les égarés jusqu'au jour de la résurrection. Je te présente, quant à moi, quelques exemples cités par Allah dans Son Livre en réponse à des arguments employés par les polythéistes associationnistes contre nous à notre époque.

Voici ce que nous dirons : La réplique aux partisans du faux se fait de deux façon : l'une est généralisée et l'autre détaillée spécifiquement.


1/ La réfutation générale :

Elle est d’une importance majeure et d’un grand intérêt pour celui qui la comprend. elle est contenu dans ce verset où Allah (Exalté soit-Il) dit : {C'est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre, il s'y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et d'autres versets qui peuvent prêter à d'interprétations diverses. Les gens, donc, qui ont au cœur une inclination vers l'égarement, mettent l'accent sur les versets à équivoque cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation, alors que nul n’en connaît l’interprétation, à part Allah….} [Sourate 'Al-`Imrân ] La tradition authentique rapporte que le Messager d’Allah a dit : "Quand vous verrez ceux qui suivent les versets à équivoque, ceux-là sont ceux qu’Allah a désigné ; prenez-en garde." (Rapporté par Al Boukhari No. 4547 et par Muslim No. 2665)

Ceci est la façon générael pour répondre aux moushrikin, c'est-à-dire qu'à propos des versets claires, il n'y a pas d'autre explication que leur sens apparent, nul ne connait leur signification hormis Allah et les 3oulamas.



En exemple à cela les polythéistes te diront : {En vérité, les bien-aimés d'Allah seront à l'abri de toute crainte, et ils ne seront point affligés.} [Sourate Yoûnous : 62], que l’intercession est une vérité et que les prophètes jouissent d’une grande considération auprès du Seigneur, et qu’il te cite des propos du Prophète pour appuyer ses fausses thèses, alors que tu ne comprends pas leur sens.

La réponse à cette ambiguité est de lui répondre : Certes, Allah a dit dans son livre que ceux qui ont dans le coeur un penchant pour l’égarement délaissent les versets clairs sans équivoques et suivent les versets ambigus. Allah (Exalté soit-Il) mentionne, t’ai-je déjà expliqué, que les associationnistes reconnaissent Sa souveraineté absolue mais leur impiété réside dans leur attachement aux Anges, aux prophètes et aux saints dont ils disent : {Ceux-ci sont nos intercesseurs auprès d'Allah.} [Sourate Yoûnous, v 18]
Ceci est un point évident sans équivoque et dont le sens ne peut être altéré par personne. Quant à ce que tu m’as cité, ô associationniste, comme versets du Coran ou hadith du Prophète, je n’en connais pas la signification exacte. Mais je puis affirmer avec certitude que la parole d’Allah ne peut absolument pas être contradictoire et que la parole du Prophète ne peut absolument pas être en contradiction avec la parole d’Allah.
Ce sera une réplique excellente et correcte, mais que seule la personne jouissant de l’assistance d’Allah est en mesure de comprendre. Il ne faut donc pas la sous-estimer car elle est pareille à cette description donnée par Allah (Exalté soit-Il) : {Mais (ce privilège) n'est donné qu'à ceux qui endurent et il n'est donné qu'au possesseur d'une grâce infinie.} [Sourate Foussilat : 35].

C'est ainsi que toute personne, qui se détourne de la sunnah pour la bida3a, est entrer dans les versets équivoques et s'est égaré. Et personne ne connait la signification hormis les 3oulamas. Et quand les gens s'interrogent sur pourquoi Allah a créé ceci ou a fait cela, ils tombent droit dans les shoubouhat des shayatines, sauf celui qui cherche clairement la guidance, croit à la parole d'allah sans en douter, et ne trouve pas de contradiction dans la parole d'Allah. Et ceci est prouvé par le verset : {Allah a fait descendre le plus beau des récits, un Livre dont [certains versets] se ressemblent et se répètent. Les peaux de ceux qui redoutent leur Seigneur frissonnent (à l’entendre) ; puis leurs peaux et leurs cœurs s’apaisent au rappel d’Allah. Voilà le [Livre] guide d’Allah par lequel Il guide qui Il veut. Mais quiconque Allah égare n’a point de guide.} (sourate Az-Zumar , v 23)
Et quand un verset n'est pas claire les gens de la sunnah disent amantou bi-llah. Il y a certaines personnes qui ne connaissent que les versets claires et d'autres qui connaissent les deux et ces derniers sont les 3oulamas.



2/ La réfutation détaillée :

Première ambiguité :

Quant à la réplique détaillée, il faut savoir que les ennemis d’Allah usent de nombreux objections à la foi prêchée par les Messagers dont ils usent pour en détourner les gens, telle que leur affirmation : « Nous n’associons pas à Allah (d’autres divinités). Bien au contraire, nous attestons qu’il n’y a point de créateur, de pourvoyeur, n’est source de bienfait ou de nuisance, en dehors d’Allah, seul, sans associé, et que Mohammad ne peut procurer aucun bienfait ni causer aucun tort serait-ce à sa propre personne et à fortiori ‘Abd-al-Qâdir * et les autres en sont plus incapables. Je ne suis qu’un pécheur, avoue l’individu de ce genre et d’arguer, aussi j’implore Allah au nom des pieux vu la considération dont ils jouissent auprès de Lui. »

Alors tu lui répondras comme précédemment à savoir : que les polythéistes que le Prophète avait combattus reconnaissaient ce que tu as dit comme ils reconnaissaient que leurs idoles n’avaient aucun pouvoir. Ils n’aspiraient donc qu’à leur considération et leur intercession en leur faveur. Tu lui réciteras ce qu’Allah mentionne et explique exhaustivement dans Son Livre.


* (al jilani) [Il s’agit d’un mort qui se fait adorer par les idolatres.]



Deuxième ambiguité :

S’il rétorque que ces versets ont été révélés au sujet des adorateurs d’idoles (statue) et qu’il ne faut pas comparer les pieux avec les idoles, ni considérer les prophètes au même titre que les idoles, tu lui donneras également la réponse précédente.
Il reconnaît que les infidèles attestent de la souveraineté absolue et exclusive d’Allah et qu’ils ne voulaient que l’intercession de ceux à qui ils s’adressaient. Mais il cherche à distinguer entre leur acte et le sien sur la base de ce qu’il avance. Tu lui expliqueras que parmi les infidèles, il y a ceux qui implorent les idoles et ceux qui implorent les saints au sujet desquels Allah (Exalté soit-Il) dit : {Ceux qu'ils invoquent, cherchent (eux-mêmes), à qui mieux, le moyen de se rapprocher le plus de leur Seigneur.} [Sourate Al-'Isrâ' : 57]

D’autres encore implorent Jésus fils de Marie dont Allah (Exalté soit-Il) dit : {Le Messie, fils de Marie, n'était qu'un Messager. Des messagers sont passés avant lui. Et sa mère était une véridique. Et tous deux consommaient de la nourriture. Vois comme Nous leur expliquons les preuves et puis vois comme ils se détournent. Dis : Adorez-vous, au lieu d'Allah, ce qui n'a le pouvoir de vous faire ni le mal ni le bien?› Or c'est Allah qui est l'Audient et l'Omniscient.} [Sourate Al-Mâ'ida : 75-76]

Tu lui réciteras aussi les propos d’Allah Exalté quand Il leur dit : {Un jour, Il les rassemblera tous. Puis Il dira aux Anges : "Est-ce vous que ces gens-là adoraient ?" Ils diront : "Gloire à Toi! Tu es notre Allié en dehors d'eux. Ils adoraient plutôt les djinns, en qui la plupart d'entre eux croyaient"} [Sourate Saba': 40-41]

Et les propos d'Allah quand Il dit : {(Rappelle-leur) le moment où Allah dira : « O Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens : "Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors d'Allah?" Il dira : "Gloire et pureté à Toi ! Il ne m'appartient pas de déclarer ce que je n'ai pas le droit de dire ! Si je l'avais dit, Tu l'aurais su, certes. Tu sais ce qu'il y a en moi, et je ne sais pas ce qu'il y a en Toi. Tu es, en vérité, le grand connaisseur de tout ce qui est inconnu."} [Sourate Al-Mâ'ida : 116]

Tu lui diras : Sais-tu qu’Allah déclare mécréant ceux qui implorent les idoles de même que ceux qui s’adressent par leur imploration aux saints et que le Messager d’Allah les a combattus ?



Troisième ambiguité :

S’il dit : Les infidèles les sollicitent pour qu’ils les exaucent tandis que moi, j’atteste qu’Allah est le seul capable de bienfait et de nuire et seul décideur, et de là je ne sollicite que Lui. De plus, les pieux ne détiennent aucun pouvoir et je ne m’adresse à eux que dans l’espoir qu’Allah m’accorde leur intercession en ma faveur.

Ta réponse sera la suivante : Cela équivaut exactement aux affirmationx des mécréants et tu lui réciteras comme preuve : {C'est à Allah qu'appartient la religion pure. Tandis que ceux qui prennent des protecteurs en dehors de Lui (disent) : "Nous ne les adorons que pour qu'ils nous rapprochent davantage d'Allah.} [Sourate Az-Zoumar], et ce verset : {Ils adorent au lieu d’Allah ce qui ne peut ni leur nuire li leur profiter et disent : "Ceux-ci sont nos intercesseurs auprès d'Allah…} [Sourate Yoûnous : 18].

Sache par ailleurs que ces trois ambiguités constituent leurs plus grands arguments. Une fois que tu sauras qu’Allah nous les a expliquées dans Son Livre et que tu les comprendras parfaitement, toutes les autres ambiguités que tu verras seront plus faciles à récuser.



Quatrième ambiguité :

S’il dit : Moi, je ne rends le culte d’adoration qu’à Allah. Ce secours et cette imploration des pieux n’est pas une adoration.

Tu lui diras : Tu reconnais qu’Allah t’a prescrit de Lui rendre un culte d’adoration exclusif qui constitue une obligation vis-à-vis de Lui.

S’il répond oui, alors tu lui diras : Explique moi cette chose qu’Allah t’a ordonnée, qui est de vouer l’adoration à Allah exclusivement, qui est le droit qu’Il a sur toi. Car en fait il ne connait ni l’adoration ni ses différentes catégories, donc tu lui expliqueras en disant ceci : Allah (Exalté soit-Il) dit : {Invoquez votre Seigneur en toute humilité et recueillement et avec discrétion. Certes, Il n’aime pas les transgresseurs.} [Sourate al A’raf : 55].

Une fois que tu l’en auras informé, tu ajouteras : Reconnais-tu que cela est une forme d'adoration ? Il devra obligatoirement acquiescer, car l’invocation c'est l'adoration. Tu lui diras à ce moment : Puisque tu reconnais qu’il s’agit bel et bien d’une adoration et que tu invoques Allah matin et soir, par crainte et espérance et qu’ensuite, tu invoques un prophète ou autre sollicitant de lui la même chose, n’auras-tu pas ainsi associé quelqu’un d’autre à Allah dans son adoration ?
Il devra répondre obligatoirement encore une fois que si. Tu lui dira alors : Connaissant le verset où Allah (Exalté soit-Il) dit : {Prie donc ton Seigneur et sacrifie !} [Sourate Al-Kawthar : 2], et que tu obéis à Allah et Lui fait sacrifice, ce sacrifice sera-t-il un acte d'adoration ? Il dira certainement oui. Et tu lui diras : Quand alors tu sacrifies pour un prophète, un djinn ou tout autre être créé, n’associes-tu pas ainsi à Allah quelqu’un d’autre dans l'adoration ? Si, répondra-t-il obligatoirement.

Et tu poursuivras : Les Polythéistes dont parle le Coran, adoraient-ils les anges, les pieux, al-Lât, etc ? Il ne pourra que l’affirmer et tu enchaîneras : Le culte qu’ils leur rendaient se restreignait-il uniquement à l’invocation, au sacrifice et à l’imploration et actes similaires, en dehors de quoi ils reconnaissaient être les sujets créés d’Allah qui les domine, et qu’Il est le décideur de tout, et que par leur recours à ces êtres et leur invocation ils n'aspirent qu'à qu'à assurer leur faveur et intercession. Ce qui est très évident dans le Coran.



Cinquième ambiguité :

S’il te rétorque : -Nies-tu l’intercession du Prophète et la rejettes-tu ? – Non, répondras-tu, je ne la nie point ni la rejette. Certes le Prophète est l’intercesseur agréé et j’espère son intercession en ma faveur. Seulement, la décision d’intercession revient exclusivement à Allah comme Il établit dans ce verset : {Dis : « L’intercession toute entière appartient à Allah …} (72) [Sourate Az-Zoumar 39]. En plus, elle n’est possible qu’une fois qu’Allah l’aura permise comme Il le précise dans ce verset : {Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission ?} [Sourate Al-Baqara 2]
Par ailleurs, le Prophète n’intercède en faveur de quelqu’un que si Allah autorise cette intercession tel que stipule le saint Coran : {Et ils n'intercèdent qu'en faveur de ceux qu'Il a agréés.} [Sourate Al-Baqara v 28]. Or, Il n’agrée que la profession de l’unicité ainsi qu’Il le déclare : {Et quiconque désire une religion autre que l'Islam, ne sera point agréé, ...} [Sourate 'Al-`Imrân v 85].

Ainsi donc, étant donné que l’intercession revient entièrement à Allah, et ne peut avoir lieu qu’avec Sa permission, que ni le Prophète ni personne d’autre ne saurait intercéder en faveur de quelqu’un jusqu’à ce qu’Allah en donne l’autorisation, et qu’Il n’accorde celle-ci qu’aux seuls gens qui professent l’unicité, il devient clair pour toi que l’intercession revient entièrement à Allah. Et de là, c’est bien d’Allah qu’il faut la demander en disant par exemple : Ô Allah, ne me prive pas de l’intercession du Prophète. Ô Allah accorde-lui d’intercéder en ma faveur…etc.



Sixième ambiguïté :

S’il dit : Le Prophète a reçu le droit d’intercession, aussi je ne fais qui lui demander de m’accorder ce dont Allah l’a investi ?
Ta réponse sera : Allah a certes accordé au Prophète le droit d’intercéder mais Il t’a interdit de le solliciter en t’ordonnant : {N'invoquez donc personne avec Allah.} [Sourate Al-Jinn 72]
En outre, l'intercession a été accordée à d'autres, ce qui signifie que les anges, les saints et enfants morts avant la puberté peuvent intercéder. Avances-tu l’argument qu’Allah leur ayant accordé le droit d’intercession, cela rend loisible de la leur demander à eux ?
Si tu accèptes, tu retombes dans le culte des saints mentionné par Allah dans son Livre. Et si tu refuses, tu contrediras ta proclamation : « Le Prophète a reçu le droit d’intercession et je ne fais que lui demander de m’accorder ce dont Allah l’a investi. »
.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Jeu 17 Jan - 13:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Dim 21 Oct - 16:42

Cours n°8





La réponse aux gens du batil (du faux) est soit générale, soit spécifique :
- la façon générale a été mentionnée plus haut
- la façon détaillée comporte plusieurs choses.

- Les ennemis d'Allah :

Allah a des ennemis parmi les moushrikines mais aussi parmi les gens de la bida3a (ceux-ci ne sortent pas de l'islam, il existe des degrés de bida3a, certaines font sortir de l'islam d'autres non, dans tous les cas ils sortent de la sunnah) qui essaient de s'opposer au chemin menant à Allah.

Les moushrikine au temps de shaikh ibn Abdalwahhab avaient autant de shoubouhat qu'à l'époque du prophète , ainsi que des formes de shirk et de superstition, mais il y a des différences entre eux. Toutefois, ils ont des preuves et des superstitions diaboliques venant d'ibliss et Ils reconnaissent le tawhid rouboubiya seulement. Les deux catégories de moushrikines (celle de l'époque du prophète et celle de l’époque du shaikh) ont la même forme de shirk : chercher l'intercession des pieux pour éloigner un mal et apporter un bien.

Nous avons clarifié la réponse aux moushrikines qui prétendent ne rien vouloir des intercesseurs qu'ils prennent entre eux et Allah et nous leur répondons par le sens apparent du
verset suivant, à apprendre par cœur : {En dehors d'Allah, ils adorent des idoles qui ne peuvent ni leur servir ni leur nuire, en disant : « Voilà nos intercesseurs auprès d'Allah ! » Dis-leur : « Auriez-vous donc la prétention d'apprendre à Allah ce qu'Il ne connaîtrait pas dans les Cieux et sur la Terre ? » Gloire à Lui ! Il est très au-dessus de ce qu'ils Lui associent ! } [Sourate younous, verset 18]



- Concernant l'intercession :

L'explication par les textes du quran et de la sunnah que la shafa3a (intercession) appartient a Allah seul :
{Allah ! Point de divinité à part Lui, le Vivant, Celui qui subsiste par Lui-même ‹ al-Qayyum ›. Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. A lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission ? Il connaît leur passé et leur futur. Et, de Sa science, ils n'embrassent que ce qu'Il veut. Son Tròne ‹ Kursiy › déborde les cieux et la terre, dont la garde ne Lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, le Très Grand.. } (sourate Al baqarah v 255)

Nous sommes capables de répondre par la suite aux moushrkines ignorants qui ne connaissent pas la différence entre le shirk et le tawhid. Certains pensent que les ignorants ne sont pas moushrikines, ils pensent que seuls ceux à qui ont a parlé de l'islam et qui ont rejeté cet appel sont moushrikines. Or cela est faux, il y a Al moushrik jahli (le moushrik ignorant) et Al moushrik 3alim (le moushrik qui sait)

Ensuite il y a deux catégories de shafa3ah (Intercession) :

1- L'intercession affimée :
Celle-ci est affirmée dans le quran, la sunnah et celle sur laquelle il y a le conscensus des 3oulamas de ahl as sunnah wal jama'a

2- L'intercession niée :
C'est celle que les moushrikines espèrent de leur idoles.

Ces gens affirment ne pas faire de shirk, et juste se tourner vers les pieux car ils ont auprès d'Allah ce qu'ils veulent. Mais cela est faux, c'est comme s'ils affirmaient qu'Allah ne peut pas les aider sans qu'ils ne prennent d'intermédiaires. Au lieu de faire at tawbah, ils cherchent des intermédiaires et cela est un talbiss (ruse), ils affirment par la suite qu'il n'y a pas d'autres moyens pour qu’Allah guérisse leurs malades que de passer par les pieux. Pour eux, le shirk c'est de croire que ces intermédiaires sont créateurs, pourvoyeurs, etc... Ils pensent juste que le statut des pieux auprès d’Allah leur permet de ramener leurs dou3a auprès d’Allah. Mais ceci est le shirk akbar en soit !!!! En effet, ils ont dénigré Allah en pensant qu’Allah n'entendait pas leurs invocations, comme s'Il ressemblait à un roi d'ici bas qui ne connait pas l’état de chacun de ses individus. Il "aurait" ainsi besoin de conseillers pour l'informer des problèmes d'untel pour comprend sa demande. Ils ont donc rabaisser Allah a une créature faible et ignorante.

Il n'y a pas de différence entre eux et les adorateurs de pierre, d'arbre, et autres choses abstraites.



Quant aux moushrikines ignorants, la plupart d'entre eux ne savent pas qu'ils commettent du shirk, car ils ont refuser les explications des 3oulamas sur ce shirk. Ceci parce que les shayatines parmi les hommes ont inventé des rumeurs sur les shoyuoukh afin de les discréditer.


.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Jeu 17 Jan - 14:34

Cours n°9







Septième ambiguïté :

S’il dit : Je n’associe rien à Allah, je m’en défends, loin de là. Le recours aux saints n’est pas associationnisme.
Tu lui répliqueras : Si tu reconnais qu’Allah a interdit l’associationnisme plus sévèrement qu’il a interdit l’adultère et qu’Allah ne le pardonne pas, alors est-ce que me dire ce qu’Allah a interdit et ne pardonne pas ? Car en fait il ne le sait pas.
Tu lui diras alors : Comment peux-tu t’innocenter de l’associationnisme alors que tu ne le connais pas ? Ou plutôt, comment ce fait-il que tu ne cherches pas à savoir ce qu’Allah t’interdit et te précise qu’Il ne le pardonne pas ? Penses-tu qu’Allah l’interdit sans nous expliquer de quoi il s’agit au juste ?

Certains sont ignorants et la cause de cette ignorance est le refus de leur part d'écouter les 3oulamas sur les différentes catégories de chirk et de la réalité du tawhid. Ils se détournent de ces paroles des 3oulamas et la preuve a été établie contre eux par les 3oulamas. Les moyens d'éviter le shirk est d'obéir aux prophètes - 3alayhoum salaam - à leurs époques et ensuite aux 3oulamas qui suivent leur voie, en se tournant vers eux pour apprendre la religion et en les aimant, car ce sont les seuls qui connaissent réellement Allah. Pour les moushrikin l'adultère est un plus grand mal que se tourner vers les tombes. Lorsque tu débas avec un moushrik et que tu essaies de lui montrer en comparaison la gravité de la demande de secours au tombe et l’adultère, il considère que les grands péchés sont les pires. Les moushrikines ont beaucoup de shoubouhates de ce genre. Et sache également qu'il faut craindre les péchés car il diminue le tawhid et mènent au kouffr.




Huitième ambiguïté :

S’il dit : L’associationnisme consiste à rendre le culte à des idoles (statues) alors que nous ne les adorons point.
Tu lui répondras : Que signifie le culte des idoles ? Penses-tu que les polythéistes croient que ces pièces de bois ou de pierre créent, pourvoient aux besoins de la création et décide du sort de ceux qui les invoquent ? Ceci est démenti par le Coran.

Et s’il dit : L’idolâtrie c’est le culte de figures de bois ou de pierre ou de stèles funéraires ou autres, que les idolâtres invoquent et auxquels ils sacrifient en affirmant que cela les rapproche d’Allah qui, par la faveur de ces idoles, préserve les idolâtres du mal qu’ils redoutent et leur procure les bienfaits qu’ils espèrent.
Tu lui diras : Tu dis vrai. Et c’est cela même ce que vous faites devant les pierres et les édifices érigés sur les tombes et autres. Il avouera ainsi que leurs actes sont en fait un culte d’idoles et l’on sera alors parvenu au but recherché.

{Ce sont certes, des mécréants ceux qui disent : « En vérité, Allah c'est le Messie, fils de Marie. » Alors que le Messie a dit : « Ô Fils d'Israël ! Adorez Allah qui est mon Seigneur et le Vôtre. » Quiconque donne des associés à Allah, Allah lui interdira l'entrée du Paradis et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes pas de secoureurs !} [Al ma'idah v72]
Le musulman qui entend ceci doit se poser des questions sur le shirk et la menace d'Allah. Mais la plupart entendent mais ne se sentent pas concernés car ils ne connaissent pas le shirk.




On lui dira également : Quand tu affirmes que l’associationnisme c’est le culte des idoles, entends-tu que l’associationnisme se restreint uniquement à cela et que compter sur les saints et les invoquer ne s’y intègre pas ? Une telle conception est réfuté par les textes du Coran établissant l’impiété de ceux qui font acte de dévotion aux anges, à Jésus ou aux saints. Il sera obligé de t’avouer qu’associer l’un des saints au culte d’Allah est bien l’associationnisme mentionné dans le Coran. Et le problème sera ainsi résolu.


Lorsqu'il a admis cela il faut lui expliquer qu'associer dans l'adoration à Allah par l’intermédiaire d'une pierre ou tombe ou directement à une idole, cela est du shirk. Si les moushrikines au temps du shaikh Mohammed Ibn Abdelwahhab étaient d'accord pour dire qu'adorer les idoles et leur demander le bien et le rizq était du shirk, certains niaient que le fait de se tourner vers les pieux était du shir. Et le shaikh dit la vérité a ce sujet : cela est bel et bien du shirk billah.




Le fond de la question est le suivant : Quand il te dit : Moi je n’associe rien à Allah. Tu lui diras à ce moment : Mais qu’est-ce que l’associationnisme à Allah ? Explique le-moi ? S'il dit : C’est le culte d’adoration rendu aux idoles ? Tu lui diras : Et que signifie le culte d’adoration rendu aux idoles ? Expliques le-moi ? S’il te dit : Je n’adore qu’Allah. Tu lui diras : Et que signifie l’adoration d’Allah, explique la-moi ? S’il explique alors conformément à l’explication du Coran, le problème sera résolu. Mais s’il ne sait pas l’expliquer, comment peut-il prétendre quelque chose qu’il ignore ? S’il l’explique, par ailleurs, en ce donnant une définition différentes de sa vraie signification, tu lui exposeras les versets évidents concernant l’associationnisme en Allah et l’idolâtrie qui ne sont autres que les pratiques auxquelles ils se livrent actuellement.

Si le moushrik explique ce qu'est le shirk par l'explication du quran, alors c'est ce que l'on recherche. Mais s'il l'explique par une autre définition, tu dois lui expliquer avec les preuves que ceux qui cherchent le secours auprès des tombes ont quitté l'islam et que leur shoubouhates sont fausses comme nous l'avons démontré auparavant.


.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Mar 22 Jan - 10:11

Cours n°10




La signification du polythéisme et de l’adoration des idoles, et que c’est exactement ce qu’ils font à notre époque, et que l’adoration d’Allah unique et sans associé est ce qu’ils nous reprochent et ce pourquoi ils nous crient à l’instar de leurs prédécesseurs qui dirent : {Réduira-t-il les divinités à un Seul Dieu ? Voilà une chose vraiment étonnante.} [Sourate Sâd 38]

Voilà comment le Shaikh a expliqué, à son époque, comment les moushrikine agissaient. Certains adoraient les pierres et les troncs d'arbres, comme le faisaient les moushrikine au temps du Prophète , ce qui est un shirk akbar faisant sortir de la religion. Donc, c'est à partir de cela que le Shaikh Mohammed Ibn Abdelwahaab a basé sa da3wa et il a reçu les mêmes shoubouhates que le prophète à son époque. En effet, le shikr est une seule et même religion, même si celle-ci se présente sous différentes formes ou différents noms : christianisme, boudisme, etc... Ainsi, tout ceux qui suivent ces religions ont herité de l'heritage des moushrikines même s'ils se disent musulmans, ils adoptent les mêmes réponses et arguments que les moushrikine de l'époque du prophète

Ces moushrikines disaient et disent encore : "Vous n'aimez pas les Salihines, et vous les détestez ainsi que le Prophète " Et lorsqu'on leur demande pourquoi il disent cela, ils répondent : "Car vous ne les respectez pas comme ils le méritent ?" Ainsi, pour eux, le respect des Salihines est de faire at tawaf autour de leur tombe et de les adorer, alors que cela est du shirk. Or, selon les 3oulamas, le vrai respect envers le prophète et les pieux, c'est de les aimer dans les limites de la shari3a, de les suivre dans le bien, sans exagération (Al ghoulouw).

Allah a réprimé les gens qui lui ont attribué un fils dans le coran en disant : {Et nous pensions que ni les humains ni les djinns ne sauraient jamais proférer de mensonge contre Allah.} (sourate Djins, v. 5)
Et aussi :{Leurs messagers leur vinrent avec des preuves évidentes. Ce n’est pas Allah qui leur fit du tort; mais ils se firent du tort à eux-mêmes.} (Sourate Ar-Rûm, v 9)
Donc attribuer un fils ou un enfant à Allah, comme l'ont fait les juifs, les chrétiens ou les arabes lorsqu'ils ont dit que les anges étaient les filles d'Allah, est un kouffr indépendant, c’est-à-dire un kouffr en lui-même. De même que d'exagérer au sujet des pieux.


L'excuse de l'ignorance :

Et la majorité des oulamas disent qu’il n'y a pas d’excuse pour celui qui a ignoré le shirk, une fois que la preuve émanant du Coran a été établi contre lui. En réalité personne ne peut réaliser le tawhid s'il ne s’est pas désavoué du shirk et de ses adeptes. Une fois que l'on a compris cela on est convaincu que ces gens n'ont pas d'excuse à pratiquer le shirk, peu importe à quelle époque. En effet, la preuve du tawhid ainsi que l'ordre de le suivre leur sont parvenus et Allah leur a clarifier les voies du shirk.
A l'époque du shaikh Mohammed Ibn Abdelwahaab, il y avait du shirk partou. Les gens faisaient at-tawaf autours des tombes, sacrifiaient auprès des tombes etc. Les tombes étaient si élevées qu'en entrant au cimetière on se serait cru dans une ville. Puis tout a été nivelé au niveau du sol comme le Prophète l'avait ordonné à Ali à son époque.

La personne qui est excusé pour son ignorance, c’est la personne qui ne sait pas qu’Allah a fait descendre un livre et il ne sait pas q'Allah a envoyer un messager. Quant à celui qui sait cela, il a ignoré l’ordre du tawhid et les avertissements du shirk en se détournant de l'apprentissage et des commandements. La preuve établi contre lui n’est autre que le quran et la sunnah et celui qui s'en détourne s’est fait du tort à lui-même.


Invoquer autre qu’Allah est différent du Shirk des juifs, des chrétiens et de ceux qui disent que les anges sont les filles d’Allah :

Ceux qui prétendent que les moushrikins à l’époque du Prophète ont mécrut non pas parce qu'ils ont commis le shirk mais parce qu'ils ont attribué à Allah un enfant, ou dit que les anges sont les filles d'Allah, ont essayé de faire une distinction pour légitimer le fait de demander le rizq à un autre qu'Allah. Par exemple : invoquer 'Issa pour le rizq sans affirmer qu'il est le fils d’Allah n’est pas du shirk. Et le Shaikh répond à cela en affirmant que ces deux choses font parties du shirk. Les deux sont réfutées et mentionnées dans le quran : { Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus. Et nul n’est égal à Lui. } (sourate Al Ikhlas, v. 3 et 4)
Al Ahad veut dire Celui dont rien ne lui ressemble et As-Samad, Celui vers qui les gens se retournent pour leurs besoins. Celui qui nie cela a mecru, comme Allah dit : { Il n'a jamais engendré et qui n'a pas été engendré. Et nul n’est égal à Lui.} (sourate Al Ikhlas, v. 3 et 4)

Allah a fait que chacune de ses formes de shirk sont indépendantes les unes des autres. Ceux qui ont mécrut en adorant Al Lat n'ont pas dit qu'il était un fils d’Allah, mais en ont fait une idole qui les a rendu kouffar. Les 4 imams (Malik, Abu Hanifa, Ahmed et Ash-Shafi'i) ont dit dans "Houkmoul mourtad" (le jugement sur l'apostasie) que celui qui croit qu’ Allah a un fils a mécru. Les 3oulémas distinguent le fait d’attribuer un fils à Allah et d'adorer avec Allah. Les deux sont du shirk, il n'y a pas de doute que les gens ont toujours besoin d'un talib al ilm qui leur fait comprendre la 'aqida, qui s’assoit avec les 3oulamas. Le shaikh Mohammed Ibn Abdal wahaab, dans sa discussion avec les gens du kouffr à propos de leur shoubouhates, les a appelés par l’appel du Prophète . La plupart des gens à qui le Shaikh faisait cet appel, étaient dans le shirk et le kouffr, bien qu'ils faisaient le hajj, la salat, etc. Car ils demandaient le rizq à autre qu’Allah, ainsi que d'autres fausses croyances qu'ils avaient.
L’auteur répond donc à cette shoubouha, tout comme Allah a réfuté ceci dans la sourat Az-Zoukhrouf, v 19 : { Et ils firent des Anges qui sont les serviteurs du Tout Miséricordieux des [êtres] féminins ! Etaient-ils témoins de leur création? Leur témoignage sera alors inscrit; et ils seront interrogés. } Et Allah dit à propos de ce mensonge { Ils vont même jusqu'à établir des liens de parenté entre Allah et les djinns ! Or, ceux-ci savent eux-mêmes que les auteurs de tels mensonges auront à en répondre devant leur Seigneur.} Or, les moushrikines au temps du shaikh et à l’heure actuelle, percistent à dire que la demande d'intercession ou de rizq à autre qu'Allah n'est pas du shirk contrairement au faite d'attribuer un fils à Allah. Et ils appellent ce shirk dans l’adoration, "at tawassul as shafa3a" pour cacher ce shirk akbar.

Voilà comment ces gens ont imaginé les choses. Cette shoubouha est fausse, car invoquer autre qu’ Allah, que ce soit des pieux ou des prophètes, que ce soit une dou3a de demande ou d’adoration, c’est du shirk akbar. Et celui qui meurt sur cela meurt kaffir et le kaffir sera dans le feu de l’enfer. De même celui qui prétend qu'Allah a un fils, a également commis un kouffr en démentant la parole d’Allah dans surat al ikhlass.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Ven 25 Jan - 17:53

Cours n°11




Concernant ceux qui distinguent entre le fait d'attribuer à allah un enfant et le fait d'invoquer autre qu'Allah, nous avions dit que les deux sont du kouffr indépendant l'un de l'autre. En effet, le fait d'invoquer et de rechercher le secours auprès des anges, des homme pieux, etc. est un kouffr indépendant et le fait d'attribuer à Allah un enfant, est aussi un kouffr.
Ainsi, les moushrikines peuvent réunir diverses formes de shirk ensemble ou séparemment. Quelques fois ils pratiquent qu'une forme de shirk (invoquer autre qu'allah), mais il arrive qu'ils en associent deux (le fait d'attribuer un enfants à Allah et invoquer autre qu'Allah). Il suffit d'une seule de ces formes pour sortir de l'islam. C'est pourquoi le Prophète a combattu les moushrikines.

Lorsque le shaikh a appelé les moushrikines de son époque au tawhid, ceux-ci lui répondaient qu'ils n'ont pas prétendu qu'Abdalqadir, leur saint, était le fils d'Allah et qu'en demandant le secours auprès de lui, ils n'ont pas affirmé qu'il est le fils d'Allah. Ainsi, ils pensaient que leur acte était légitime, alors que c'est du shirk, mais ils étaient dans l'ignorance sauf une petite partie à qui Allah a fait miséricorde. A cette époque la dounia était remplie de ténébre et d'obscurité, car peu de gens enseignaient le tawhid et le peu qui se réclamaient des 3oulamas du 3ilm, profitaient des gens pour prendre leur argent et cautionner leur shirk, ce qui méla le vrai au faux.

Ces gens ont donc grandit dans l'invocation des saints, la visite des tombes dans le but d'invoquer les morts, l'adoration des idoles, des roche, des arbres, etc. Ils pensent qu'Allah agrée ce genre d'adoration, alors que c'est une forme de shirk akbar interdit par le quran et la sunnah.


La shoubha concernant le verset : « En verite, les bien-aimés d’Allah seront à l’abri de toute crainte, et ils ne seront point affligés. » (Sourate Younous, verset 62)

Allah a dit : « En verite, les bien-aimés d’Allah seront à l’abri de toute crainte, et ils ne seront point affligés. » (Sourate Younous, verset 62) Et certains idolatres utilisent ce verset pour dire que les pieux ont un degrés élevé auprès d'Allah, leur donnant une position spéciale.
A cela, tu réponds alors : " Oui, mais il ne faut pas les adorer et les associer à Allah. Toutefois, c'est une obligation pour nous de les aimer, de les suivres et de reconnaitre leurs miracles. Et celui qui rejette les miracles des awliyah fait partie des gens de l'égarement et de la bida3a. La religion d'Allah est une guidance entre deux égarements et une vérité entre deux faussetés."

Cette shoubha est très répendu chez les moushrikines à notre époque. De même, le fait qu'ils disent : " Nous ne les adorons pas et nous ne leur demandons pas directement. Cependnat nous les utilisons comme "wassila" (un moyen) ou comme des "shoufa'a" (des intercesseurs).
Et ils les invoquent, ils élèvent leur tombe alors que le Prophète leur interdit, et ils énocent leurs besoins au wali, avec humilité et soumission. Ils espèrent que le wali portera la dou3a à Allah . Ainsi, ils n'attendent pas d’Allah mais du wali, ils mettent leur espérance en la personne du wali. La majorité des gens se laissent tromper dans cela. Ils pensent que cela est correct car lorsqu'ils interrogent les responsables de cela, ceux-ci leur donnent ce verset comme dalil.




Sachant que ce que les associationnistes de notre temps appellent « la croyance » est exactement l’associationnisme dénoncé par le Coran et combattu par le Prophète, tu devras savoir que l’associationnisme des anciens est moins grave que celui de nos contemporains en deux choses :

• Premièrement : Les premiers n'associaient d'autres êtres avec Allah et n'invoquaient les anges, les saints et les idoles que pendant les temps de l'aisance et de la prospérité alors qu'en difficulté, ils n'imploraient qu'Allah seul, tel qu’il est décrit dans ce verset : {Et quand le mal vous touche en mer, ceux que vous invoquiez en dehors de Lui se perdent. Puis, quand Il vous sauve et vous ramène à terre, vous vous détournez. L'homme reste très ingrat !} [Sourate Al-'Isrâ' 17].
Et celui-ci : {Dis : "Informez-moi: si le châtiment d'Allah vous vient, ou que vous vient l'Heure, ferez-vous appel à autre qu'Allah, si vous êtes véridiques ? C'est plutôt à Lui que vous ferez appel. Puis, II dissipera, s'il veut, l'objet de votre appel et vous oublierez ce que vous (Lui) associez.} [Sourate Al-'An`âm 6 -41]
Il dit également à leur propos : {Et quand un malheur touche l'homme, il appelle son Seigneur en se tournant vers Lui. Puis quand II lui accorde de Sa part un bienfait, il oublie la raison pour laquelle il faisait appel, et il assigne à Allah des égaux, afin d'égarer (les gens) de son chemin. Dis : "Jouis de ta mécréance un court moment. Tu fais partie des gens du Feu."} [Sourate Az-Zoumar 39]
Allah dit par ailleurs : {Quand une vague les recouvre comme des ombres, ils invoquent Allah, vouant leur culte exclusivement à Lui…} [Sourate Louqmân 31]
Ainsi, Allah a-t-Il expliqué dans son Livre que les polythéistes combattus par le Prophète L’imploraient simultanément avec d’autres quand ils se réjouissaient de la prospérité ; mais dans le malheur et la difficulté, ils n’imploraient que Lui, seul, sans rien Lui associer, en oubliant leurs maîtres. Quiconque saisit bien cette remarque, pourra distinguer clairement la différence entre l’associationnisme de nos contemporains et celui des anciens. Hélas l C’est chose rare que de trouver des esprits qui saisissent cette remarque de façon profonde. Qu’A llah nous assiste.



Le shaikh Mohammed Ibn Abdel Wahhab a dit que le shirk de notre époque est plus grand que celui de l'époque du Prophète et il nous l'explique par les versets du coran.
Dans l'adversité, les moushrikines ne demandaient secours qu'à Allah et en période d'aisance ils retournaient à leurs idoles. Alors qu'en ce qui concerne les moushrikines actuels et à l'époque du shaikh, dans la plupart des pays musulmans, on remarque qu'ils n'oublient jamais leurs idoles peu importe la situation. Ainsi, lorsqu'un malheur les touche, au lieu de retourner à Allah qui est le seul refuge, ils préfèrent se tourner vers les hommes pieux. Leur shirk est donc plus grand et plus grave que ceux de la jahiliyah, comme nous l'a expliqué le shaikh

Le Shaikh conclue en répétant une fois de plus le point qu'il a mentionné : "Les moushrikines au temps du Prophète imitaient leurs ancètres aveuglement en adorant leurs idoles dans l'aisance mais revenaient à Allah dans l'adversité."




• Deuxièmement : Les anciens polythéistes imploraient Allah en lui associant des êtres qui jouissent de Sa faveur, à savoir des prophètes, des saints, ou des anges ou bien invoquaient des arbres ou pierres ou autre matière inanimée soumise naturellement à Allah et ne pouvant être pécheresse. Alors que les associationnistes contemporains invoquent, avec Allah, des gens des plus pervers dont ils témoignent de leurs perversités telles que l’adultères, le vol, l'abandonde la prière, etc. Il va de soi que croire en un saint ou en un être inanimé, de bois ou de pierre incapable de pécher, est moins grave que de croire en une personne dont on a été témoin de la perversité et de la dépravation.



A notre époque les gens se tournent vers des soit-disant awliyah alors que ce sont les pires personne de la création, comme les gens qui suivent les soufis par exemple. Ils rejettent la shari3a en prétendant avoir atteind la "haqiqa" (la réalité). Selon eux, la shari3a s'applique pour les gens ordinaires, alors qu'eux sont des privilégiés ayant la connaissance de la réalité de l'islam, et qui peuvent se passer des révélations faites au Prophète Ils prétendent que leurs savants reçoivent les commandements directement d'Allah et ils n'ont pas besoin du Prophète . Ils prétendent également connaitre "al ghayb" (l'invisible), pouvoir lire ce que contient la table gardée, pouvoir sauver les gens du malheur, etc. Cela a poussé les gens à l'adoration de ces personnes et c'est une des plus grande forme de shirk.

Les soufis ont une aqida au sujet des awliyah qui est de leur attribuer des caractéristiques divines. Ils sont les plus forts dans l'égarement et, pour cela, ils prennent des apparences de la taqiyah (la taqiyah est le fait de mentir pour cacher sa croyance réelle). C'est pour cela que le shaikh Mohammed Ibn Abdalwahaab dit que parmi les gens de notre époque il y en a qui invoquent avec Allah des créatures parmi les pires de la création. Comme par exemple Ahmad Al Badawi, mort en 675, à Tanta, en egypte et dont la tombe est devenu un mausolée où, tous les ans, plus de 3 millions de personnes visitent afin de lui formuler leurs dou3a. Ou encore Abou Al Hassan Ach-Chadili, Abdalqaddir Al Jilani. Certains étaient pervers, buvaient de l'alcool ou encore pratiquaient la fornication, d'autres étaient inconnus, mais les gens les prennent pour des salihines.
C'est pour cette raison que le fait que certains prennent des pierres ou autres pour idoles est moins grave (même si cela reste du shirk akbar) que de prendre des pervers pour idoles.

Nous remercions Allah et le glorifions d'avoir sauver ce pays (l'arabie saoudite), car il n’y a pas de tombes où les gens puissent appeler leurs idoles... cela vient d’Allah, de qui provient tout le mérite, car c'est entre Ses mains que se trouve le royaume de toute chose. Ensuite les asbab (les causes) reviennent aux 3oulamas et aux dirigeants pieux parmi les gens de la famille de Mohammed ibn Su'ud. Et Mohammed ibn Abalwahhab a pu commencer cette da3wa, l'application de la loi d'Allah, ainsi que le rejet de toute bida3a.
Notre obligation est de rester ferme sur le haqq et y appeler les gens.


Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Dim 3 Mar - 18:27

Cours n°12



Une fois convaincu que les polythéistes combattus par le Prophète étaient plus sains d’esprit et professaient un associationnisme moins grave que ceux de maintenant, sache que ces derniers usent d’une shoubha, l’une des plus fortes, en réplique à ce que nous avons susmentionné. Alors prête bien ton attention à la réplique qu’il faut lui faire.
Ils affirment que : "Les polythéistes cités dans le Saint Coran n’attestent pas qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, qu’ils démentent le Prophète, nie la résurrection, démentent le Coran et le considèrent pure magie, alors que nous, disent-ils, nous attestons qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah et que Mouhammed est le Messager d’Allah, nous croyons au Coran, à la résurrection et nous observons la prière et le jeûne. Comment alors nous considérer vous au même titre que ces polythéistes ? "


Cette shoubha des moushrikines et des opposants au Tawhid amène le Cheykh a débattre avec eux. Il a considéré que cette shoubha était la plus grande de toutes leurs shoubouha, et encore aujourd’hui les gens de la bida'a et du shirk utilisent cet argument.
Certes, il n'y a pas de doute que ces gens, qui adorent les awliyah et d'autres, ont prononcé ash-shahadatayn avec la langue, mais leurs actes ont contredit cette parole. De même, il n'y a pas de doute sur le fait qu'ils prient, jeûnent, etc, mais ils n'ont pas unifié Allah dans leurs adorations, ce qui est le fondement de la religion. Or, aucune œuvre ne peut être acceptée sans le Tawhid.
En effet, demander de l'aide aux morts est une fausse aqida et cela contredit le Tawhid. Ainsi, les gens qui la pratiquent, même s'ils donnent la sadaqa, prient, et lisent le quran, leurs actions ne sont plus établies sur le tawhid et elles n'ont par concéquent aucune valeur. Lorsqu'on invoque Allah avec foi et qu'on Lui obéit, Il nous exauce. Et Allah a blâmé les gens qui s'enflent d’orgueil lorsqu'Il demande qu'on L'adore. Dès lors, nous comprenons que le fondement de cette religion, lorsqu'il est mis en pratique, sauve du châtiment du feu et donne accès au paradis : ce fondement est le tawhid dans toutes ces catégories (3oulouhiya - rouboubiyah - asma wa siffat).

Quant au Tawhid "asma wa siffat", nous croyons aux attributs qui sont des attributs de perfection. Ils ne conviennent qu'à Allah et non à ses créatures, et on ne donne pas à Allah des attributs imparfait comme ceux de sa creation. Mais tout cela n'est pas encore suffisant pour se dire mouwahid (monothéiste). Il faut également se désavouer de toutes divinités en dehors d'Allah. Ainsi, il faut ne s'appuyer que sur Allah, n'être satisfait que d'Allah, n'adorer et aimer que Lui ! Le tawhid n'est pas établi chez un serviteur que lorsqu'il s'est purifié des croyances des kouffar et des moushrikines.

Nous constatons que la shoubha des moushirkines est nulle, car même s'ils prient, jeûnent, etc, ils ont tout de même commis le shirk. Alors peu importe la manière dont ils ont reconnu la véracité du Prophète et l’unicité d'Allah, ils ont continué à commettre le shirk envers les awliyah. Ils ont donc contredit leur témoignage (la shahada) leur shahada ne sera pas accéptée car ils ne l'ont pas appliquée dans le sens et la signification de celle-ci. Ils ont détruit leur tawhid et leur salat, leur jeunes, etc, ne seront pas accéptés car ils n'ont pas établi le tout premier fondement : le tawhid



Voici la réplique à leur faire : Il n'y a pas de divergences entre les oulémas que si une personne croit en le Messager d'Allah en partie et le dément en une autre, elle est un infidèle qui n'a aucun rapport avec l'Islam, le même cas s'applique pour celui qui accèpte une partie du Coran et renie une autre. Cette personne est comparable à celui qui confirme le monothéisme et refuse le devoir de la prière, ou qui approuve le monothéisme et la prière et refuse le devoir de la Zakat, ou encore qui accepte tout cela et refuse le jeûne, et encore lui accepte tout cela et refuse le pèlerinage. En effet, quand certaines personnes se montrèrent réticents à accomplir le pèlerinage du temps du Prophète, Allah révéla, alors, le verset suivant à leur intention : {Et c'est un devoir envers Allah pour les gens qui ont les moyens, d'aller faire le pèlerinage de la Maison. Et quiconque ne croit pas... Allah Se passe largement des mondes.} [Sourate 'Al-`Imrân 3 ]

Celui qui accepte tout cela et nie la résurrection, s'est affranchi de l'Islam selon tous les oulémas, son sang peut couler et ses biens confisqués de droit. Allah le Tout-Puissant dit : {Ceux qui ne croient pas en Allah et en Ses messagers, et qui veulent faire distinction entre Allah et Ses messagers et qui disent : "Nous croyons en certains d'entre eux mais ne croyons pas en d'autres", et qui veulent prendre un chemin intermédiaire (entre la foi et la mécréance), les voilà les vrais mécréants! Et Nous avons préparé pour les mécréants un châtiment avilissant."} [Sourate An-Nisâ' 4-151] Si Allah affirme dans Son Livre que celui qui croit en une partie et ne croit pas en une autre est un mécréant, il n'y a pas d'équivoque sur ce point, et c'est justement ce qu'un habitant d'Al Hasa nous a dit dans la lettre qu'il nous a adressée.

On pourrait également répliquer au mystificateur en lui disant : Si tu reconnais que celui qui croit en le Messager en tout et renie le devoir de la prière est un mécréant qui doit être tué et dont les biens doivent être confisqués ; et s'il reconnaît tout sauf la résurrection ou croit en tout sauf le devoir du jeûne, les différentes doctrines islamiques sont unanimes sur le verdict de sa mécréance et du traitement qu'il mérite selon les textes mêmes du Coran.


Cela fait partie des exemples dans la manière de répondre du shaikh Mohammed Ibn Abdalwahhab aux shoubouhat de son époque. Tous les 3oulamas (depuis les sahabas) sont unanimes pour dire que si un musulman croit au Prophète mais rejette une partie de son message, celui-ci est kafir. Il faut donc croire à tout ce qu'il nous a amené, car le rejet d'une règle de la religion c'est comme le rejet de la religion entière.
Allah a établit que c'était obligatoire de suivre le prophète comme Il le dit dans la sourat Ali Imran, verset 31 : {Dis : ‹ Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi,
Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux.}


Lorsqu'un individu rejette et mécroit en une obligation mais croit en tout le reste, il est kaffir et sort de la religion même si avant il était musulman. A moins qu'il se repente et croit à tout ce que la religion contient comme ordre, pilier, etc. Nous devons croire en tout ce qui vient d'Allah et son Messager avec une foi sincère.
Par contre, il ne faut pas confondre celui qui rejette un point de la religion avec celui qui commet des péchés en étant concient de cela. Ce dernier fait partie des musulmans ayant une foi faible, car il reconnait que ce qu'il fait est un péché et il n'a pas dit que cela était halal.



Sache que le monothéisme est le grand devoir que le Prophète nous a apporté, il est encore plus important que la prière, la Zakat, le jeûne et le pèlerinage.
En sachant que l’individu qui nie l’un de ces articles est considéré impie même s’il observe tous les autres institués pas le Prophète ; Comment ne pas alors considérer impie l’individu qui rejette le monothéisme, sachant qu’il représente la foi prêchée par l’ensemble des prophètes ? Gloire à Allah ! Quelle ignorance étonnante !


Les madhahib ne sont pas en divergence sur cela, c'est-à-dire que celui qui rejette une obligation dans l'islam a mécrut. Or, le tawhid est la plus grande obligation que le prophète a amené de la part d'Allah, car rien n'est plus grand que le tawhid ni plus important. L'appel au tawhid a été fait avant toute chose, pendant 13 ans. Allah dit : {Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, [pour leur dire] : " Adorez Allah et écartez-vous du Tagut." Alors Allah en guida certains, mais il y en eut qui ont été destinés a l'égarement. Parcourez donc la terre, et regardez quelle fut la fin de ceux qui traitaient [Nos messagers] de menteurs.} (sourate An Nahl, v. 36)

En effet, le Tawhid est plus important que la salat, le hajj, as siyam et sur cela il n'y a aucun doute. Toutes ces obligations sont wajib comme le Tawhid, mais elles viennent après celui-ci. c'est étonnant que les gens affirment que celui qui rejette un pilier est kaffir mais pas celui qui commet le shirk akbar. Ceci est une grande preuve d'ignorance de leur part. Le shirk est une maladie et tout le monde doit chercher à se guérir de cette maladie. C'est une obligation pour tout homme ou femme de chercher à comprendre le tawhid, l'appliquer et se désavouer du shirk et cela s'accomplit en s’asseyant dans les cercles de 'ilm, aux assises des oulamas. Actuellement, il n'y a plus d'excuse pour quelqu'un qui prétend l'illettrisme car il y a même les cours du soir pour ceux qui travaillent la journée et tout le monde peut avoir accés aux cours.



On pourrait également répliquer : les compagnons du Messager d'Allah combattirent la tribu de Bani Hanifa en dépit du fait qu'ils s'étaient converti à l'Islam depuis le temps du Prophète, témoignaient qu'il n'y avait nulle divinité autre qu'Allah et que Muhammad était le Messager d'Allah, priaient et appelaient à la prière.
Le mystificateur rétorquera : "Mais ceux-là, , affirmaient que Mousaylima était un prophète."
Tu lui diras alors : c'est justement là la question, car si une personne hisse une personne au statut du Prophète, elle s'est affranchie et par conséquent elle doit être tuée et ses biens confisqués de droit ; ni les deux témoignages ni la prière ne lui seront utiles dans ce cas. Alors, que dirons-nous de quelqu'un qui hisse Chamsân, Yussuf, un compagnon ou un prophète au statut d’Allah, Seigneur des cieux et des terres ? Transcendance et pureté à Allah ! Que son rang est sublime ! {C'est ainsi qu'Allah scelle les cœurs de ceux qui ne savent pas.} [Sourate Ar-Roûm 30]


Le shaikh a mentionné cela pour détruire les shoubouhat de ceux qui autorisent l'association à Allah dans l'invocation. Il a mentionné Youssouf et Chamsan qui étaient des pieux dont les gens venaient faire des invocations auprès de leur tombe. Et qu'importe que ce soit des pieux ou des prophètes, cela est interdit.
Shaytan les a trompé au point de leur faire croire qu'il y a une différence entre celui qui dit la shahada, prie, etc mais fait des invocations aux tombes, et les moushrikines de Quraysh. Mais il n'y a pas de différence entre eux.





Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Ven 29 Mar - 11:41

Cours n°13




On peut encore rappeler ceci en réplique : ‘Ali ibn Abi Talib avaient brûlé vifs ceux qui l’avaient déifié pareillement à la déification de Yussuf et Chamsân, etc. bien qu’ils proclamaient être musulmans, qu’ils étaient ses Compagnons et qu’ils avaient été instruits en religion par les Compagnons du Prophète. Comment les Compagnons s’étaient accordés sur leur exécution et leur impiété ? Croiriez-vous que les Compagnons auraient déclaré impies de vrais musulmans ? ou bien jugeriez-vous qu’une telle croyance serait admissible quand elle a pour objet Tâj et ses semblables alors qu’elle vaudrait le statut d’impiété quant il s’agit de ‘Ali ?


Le shaikh Mohammed Ibn Abdalwahhab a utilisé des preuves pour répondre à la shoubha des moushrikines de notre époque, en citant l'exemple de 'Ali avec les shi'as de son époque. Les shi'as rawafidh avaient fait de 'Ali ibn Abi Talib un dieu, et ont tellement exagéré dans leur amour pour lui qu'ils lui ont donné une part du divin. 'Ali les a brulé pour les punir car ils avaient commis le plus grand crime commis ici-bas : le shirk biLlah.

Ceux qui sont restés vivant parmi les rawafidh ont dit : "Notre foi en toi a augmenté car tu as puni avec le feu, or personne ne punit par le feu excepté Allah." Comme s'ils étaient encore plus convaincus qu'il était Allah (rapporté par Al Boukhari). Leurs cœurs sont remplis de fitan bien qu'ils étudiaient l'islam des sahabas, et Allah dit : {Et votre Divinité est une divinité unique. Pas de divinité à part lui, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.} [Sourate Al Baqara, verset 163].

Si les moushrikines s'accrochent à leur awliyah pour leur besoin, tout en pensant que cela ne nuit pas à leur foi, alors ils sont ignorants du tawhid et du shirk. Et c'est la même chose que les shi'as ont fait vis à vis d''Ali ibn Abi Talib . Le tawhid est le fondement de l'islam, ainsi on unifie Allah dans toute chose, que ce soit les adorations corporelles ou les biens (zakat, etc), cela implique de se désavouer du shirk et des moushrikines, et d'accepter tout ce qui vient du Messager d'Allah .

Ceux qui adorent les awliyah et les tombes cherchent à se distguer des moushrikines de l'époque du Prophète, car ces derniers reniaient le quran et le Prophète , et ils inventaient beaucoup de mensonges contre Allah et Son Prophète . Quant aux adorateurs des awliyah, ils se disent croyants, prononcent la shahada, prient, etc. Ils essaient donc de tromper les gens en disant : "Pourquoi nous mettre au mettre niveau que ces moushrikines (ceux de l'époque du Prophète ) ? "

Effectivement !!!! Celui qui croit que les awliyah lui sont profitables dans ses dou'a et les moushrikines du temps du Prophète sont au même niveau ! Et il n'y a pas de différence entre eux, il n'y a pas de différence entre le kouffr déclaré des moushrikineé au temps du Prophète et ceux qui se réfugient auprès des tombes en cas de problème.

Celui qui prend des intermédiaires parmi la création dans ce qu'Allah seul peut faire, alors il a commis un shirk akbar. Le quran l'a déclaré kouffar à cause d'une parole qu'il a prononcé et les 3oulamas sont unanimes sur ce point.




On réplique aussi par ceci : Les Banû ‘Ubayd al Qaddâh qui avaient régné sur le Maghreb et l’Egypte à l’époque abbasside professaient tous qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah et que Mouhammed est le Messager d’Allah, comme ils prétendaient être musulmans, accomplissaient la prière du vendredi et la prière quotidienne collective. Mais une fois qu’ils commirent des transgressions, moins graves d’ailleurs que celle dont nous traitons, les Oulémas les proclamèrent impies à l’unanimité, établirent le devoir de les combattre, et déclarèrent leur pays ennemi. Les musulmans les attaquèrent effectivement et les destituèrent des terres qui étaient sous leur domination.


Effectivement les gens de Banû ‘Ubayd sont apparus sous le khalifa abassi au nord de l’Afrique, au Maghreb, et se sont concentrés sur le fait de bâtir des tombes dans les mosquées (mausolée et autre), d’élever les tombes et d’exagérer au sujet des awliyah en prétendant se rapprocher d'Allah. Et ils ont contraint les personnes sous leur pouvoir d'accépter leurs faits. Mais Allah les a puni pour cela, et les 3oulamas ont réfuté leurs shoubouhat car ils corrompaient les cœurs des gens. Les 3oulamas en ont conclu que leurs actes étaient du shirk et ils se sont mis d'accord pour les combattre bien qu'ils priaient et jeûnaient, etc.

A l'époque du shaikh, les moushrikines étaient pires encore que les 'Oubaydiyoun car ceux qui se disaient posséder la science, supportaient et justifiaient les formes de shirk dans la région de l’Arabie saoudite. Lorsque certains musulmans se rendaient dans cette région, ces pseudos 3oulamas les encourageaient à commettre le shirk, invitaient les gens à corrompre leur aqida en commettant le shirk et leur embellissaient al ghoulouw au sujet des pieux.

Le shaikh a continué a dévoiler l’égarement de ces gens et leur corruption, mais certains d'entre eux ont réalisé que le shaikh avait raison de combattre tout le shirk et avait raison dans sa da3wa. Certains ont donc accepté cette da3wa et l'ont supporté, mais d'autres ont compris que la da3wa était vrai et se sont opposés à elle par orgueil.
Parmi les 3oulamas, il y en a qui ont accepté la da3wa et d'autres qui sont morts dans leur shirk. Puis les gens se sont mis à supporter cette da3wa jusqu'à ce qu'elle prenne de l'importance.

Cet nahdha (renaissance) a eu un grand impact et une grande influence jusqu'à nos jours. Ceux qui ont refusé la da3wa n'aiment pas étudier, n'aiment pas connaitre leur religion (fiqh etc) et préfèrent
rester ignorants et ils se sont fait du mal à eux-même et nullement à Allah.

Quelque fois des prédicateurs partent de l’Arabie pour faire la da3wa partout dans le monde, pour appeler les gens au Coran et la sunnah, mais ils n'appellent pas à une jama'a. Or ceux qui appellent a suivre des jama'at égarées (exemple ikhwan, tabligh, etc) n'auront aucun succès dans la da3wa car ils ne s'arrètent pas à la compréhension des "ahloul sunnah wal jama3a". Et ceux qui appellent au quran, à la sunnah et à la compréhension des salafs, en étant sincère, insha'Allah leur da3wa aura de bonnes conséquences, même si les gens qui la suivent sont peu nombreux.
De même, la voie que nous suivons a des effets bénéfiques peu importe où nous nous trouvons. Par exemple, certains commerçants très riches donnent de l'argent aux prédicateurs pour qu'ils puissent partir enseigner l'Islam dans le monde, ainsi que pour des ministères pour le prêche en Arabie. Tout cela est le résultat de la da3wa du shaikh et les dirigeants de ce pays. Le but de tout cela est d'exposer que la da3wa a des conditions, à commencer par corriger la aqida des gens. Il faut donc que le da'i (le prédicateur) ait une bonne niyah, qu'il ait de la patience et de la douceur envers les gens.


.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Dim 14 Avr - 18:47

Cours n°14




On lui dira aussi : Si vraiment les anciens étaient mécréants uniquement parce qu’ils ont démentit le messager d’Allah, le Coran, la résurrection et autre, en plus de leur idolâtrie, alors que signifie donc le chapitre que tous les érudits du Fiqh ont mis dans chaque école de jurisprudence qui est : « Le chapitre du verdict de l’apostat », qui est le musulman qui redevient mécréant après son islam ? Ces savants ont mentionné beaucoup de catégories de mécréance, chacune d’entre elles fait de celui qui le commet un mécréant, désacralise son sang et ses biens, au point qu’ils énoncèrent des choses que l’homme fait très facilement, même une simple parole qu’il prononce de sa langue sans conviction aucune dans le coeur, mais le dit en plaisantant et en jouant.

On lui dira aussi : Ceux au sujet de qui Allah a dit : {Ils jurent par Allah qu'ils n'ont pas dit (ce qu'ils ont proféré), alors qu'en vérité ils ont dit la parole de la mécréance et sont donc devenus mécréants après avoir étés musulmans.} [Sourate At-Tawba, verset 74]
N’as-tu pas entendu qu’Allah les rendit mécréants pour une parole, bien qu’à l’époque du Messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- ils firent le jihâd avec lui, prièrent avec lui, donnèrent la Zakat, firent le pèlerinage et pratiquèrent le monothéisme ?

Et également, ceux sur qui Allah dit : {Et si tu les interrogeais, ils diraient très certainement : « Vraiment, nous ne faisions que bavarder et jouer. » Dis : « Est-ce d’Allah, de Ses versets et de Son messager que vous vous moquiez ? » Ne vous excusez pas : vous avez bien et bel rejeté la foi après avoir cru.} [Sourate At-Tawba, versets 65-66]
En effet, ceux qu’Allah déclara être redevenu mécréant après avoir cru, alors qu’ils étaient avec le Messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- à la bataille de Taboûk, dirent une parole, et mentionnèrent l’avoir dite pour plaisanter.


L'histoire de ces 3 personnes est bien connu, ces gens du nifaq se sont réunis pour parler et ont dit : "Nous n'avons vu personne parmi ceux-la (en parlant des sahabas) de plus gourmands, de plus menteur, et de plus peureux lors de la bataille." Alors Awf Ibn Malik entendit ces paroles et dit : "Tu as menti, tu es un hypocrite, je vais informer le Prophete au sujet de ce que tu as dit." Le prophète le savait déjà par la révélation des versets du quran.
Zayd Ibn Aslam a dit : "Abdoullah ibn 'Oumar a dit : "Jai vu l'homme qui a parlé contre nous accroché à la selle du chameau, les pierres frappant ses pieds (il se laissait trainer à la selle du prophete ), en lui demandant des excuses pour ce qu'il avait dit. Et il disait : "Nous ne faisions que plaisanter."

Le prophète lui a répondu : {Et si tu les interrogeais, ils diraient très certainement : « Vraiment, nous ne faisions que bavarder et jouer. » Dis : « Est-ce d’Allah, de Ses versets et de Son messager que vous vous moquiez ? » Ne vous excusez pas : vous êtes devenus mécréants après avoir cru. Si Nous pardonnons à une partie des vôtres, Nous en châtierons une autre pour avoir été des criminels.} [Sourate At-Tawba, versets 65-66] Allah les a donc déclaré kouffar bien qu'ils aient dit "la ilaha ill Allah".




Analyse donc cette ambiguïté, lorsqu’ils disent : « Vous traitez de mécréant des musulmans qui attestent qu’il n’y a de divinité qu’Allah, qui prient et jeûnent ! » Et après, observe bien la réponse à cela, car c’est une des choses les plus bénéfiques contenues dans les pages de ce livre.

Parmi les preuves de cela également, ce qu’Allah conta sur les fils d’Israël, qui malgré leur science et leur piété, dirent à Moûsâ : {Désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux.} [Sourate Al-'A`râf, verset 138], et des gens parmi les compagnons du Prophète dirent : « Donne-nous un Dhât al Anwât ! » Le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- jura alors que cela était la même parole que celle des fils d’Israël à Moûsâ : « Désigne-nous une divinité ». Cela dit, les idolâtres ont une ambiguïté par laquelle ils argumentent, qui est que les fils d’Israël ne sont pas devenus mécréants en demandant cela, tout comme ceux qui dirent au Prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- « Donne-nous un Dhât al Anwât !» ne sont pas devenus mécréants.

La réponse est que certes, les fils d’Israël n’ont pas prit ce faux dieu, tout comme ceux qui demandèrent cet arbre au Prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- ne l’ont pas pris. Et il n’y a aucune divergence sur le fait que si les fils d’Israël avaient fait cela, ils seraient devenus mécréants, tout comme il n’y a pas de divergence sur le fait que si ceux qui avaient demandé l’arbre au prophète–salla llahou ‘alayhi wa sallam- après qu’il le leur ait interdit, ne lui avaient pas obéit et avaient prit un dhât al anwât t, ils seraient devenus mécréants, et c’est cela notre objectif.

Il est bon de noter que ce récit nous montre que le musulman, voir même le savant, peut tomber dans un type d’idolâtrie sans le savoir. Et cela montre aussi qu’il faut redoubler d’apprentissage et de prudence, et aussi que ce que disent les ignorants : « Nous comprenons le sens du monothéisme » est l’une des pires ignorances et ruses de Satan. Ce récit montre également que le musulman qui s’efforce de comprendre, lorsqu’il prononce une parole de mécréance sans le savoir et qu'on l’avertit de cela, il se repent sur le champ et alors il ne devient pas mécréant, comme cela fut le cas pour les fils d’Israël et pour ceux qui demandèrent un dhât al anwât au prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam-. Il montre également que même si on ne le juge pas mécréant, on le gronde sévèrement, comme le fit le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam-.


La shoubha ici est que les moushrikins d’aujourd’hui se servent de ces histoires pour montrer qu'ils ne sont pas devenus mécréants. Pour eux, le fait que le prophète n'a pas rendu mécréants ses compagnons pour avoir demandé une divinité, est une preuve qu'on ne peut les rendre mécréant eux !
Or, les Bani Isra3il n'ont pas pris l'idole qu'ils ont demandé, de même que ceux qui ont demandé au Prophète un arbre. Si les Bani Israil ou les sahabas avaient pris cette idole comme les moushrikines ont fait, ils seraient effectivement devenus moushrikines.

De ces histoires on peut conclure que quelqu'un, même de savant en islam, peut tomber dans le shirk car celui-ci se manifeste selon beaucoup de forme, d'où l’intérêt d’étudier le tawhid. Beaucoup de musulmans pensent connaitre le tawhid mais ceci est une ruse de shaytan et une forme d'ignorance. Le musulman ignorant dont on informe que les paroles qu'il a prononcé sont des paroles de shirk faisant sortir de l'islam, et qui ensuite se repent sincèrement, ne sort pas de l'islam. Cependant, on se doit de réprimer ces paroles durement.




Les associationnistes utilisent une autre shoubha selon laquelle : Le Prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- blâma Oussâma d’avoir tué un homme qui avait dit « Il n’y a de divinité qu’Allah ». De même, la parole du Prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- : « Il m’a été ordonné de combattre les gens jusqu'à ce qu’ils disent : « Il n’y a de divinité qu’Allah » » et d'autres hadîth sur le fait de s’abstenir de tuer celui qui prononce cette phrase. Ces ignorants veulent établir, sur la base de ces textes, que quiconque proclament cette formule d’unicité, ne peut être déclaré impie ; ni combattu quels que soient les actes qu’il commet.

On répond à ces idolâtres ignorants : Il est connu que le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- combattit les juifs et les captura alors qu’ils disent qu’il n’y a de divinité qu’Allah. Et les compagnons du prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- combattirent les Bani Hanîfa alors qu’ils attestaient qu’il n’y a de divinité qu’Allah et que Mouhammad est le messager d’Allah, priaient et se prétendaient de l’islam. Il en est de même pour ceux qu’ ‘Ali ibn Abi Talib avaient brûlés vifs.

Et ces ignorants reconnaissent que quiconque renie la résurrection est considéré mécréant et est mis à mort, et même s’il dit qu’il n’y a de divinité qu’Allah, et que quiconque renie quoi que ce soit des piliers de l’islam est considéré mécréant et est mis à mort, même s’il dit qu’il n’y a de divinité qu’Allah. Alors comment se pourrait-il que cette phrase ne lui profite point s’il renie une chose se rattachant aux branches de l’islam, mais lui profiterait s’il reniait le monothéisme qui est le fondement même de la religion des prophètes ? Mais les ennemis d’Allah n'ont pas compris le sens des hadîth.

Dans le 1er hadith, Oussâma a tué cet homme qui se prétendit de l’islam car il a cru que cet homme l’a prononcée pour sauver sa vie et ses biens. Or, lorsqu’un homme laisse apparaître l’islam, il est obligatoire de s’abstenir de le tuer tant qu’on ne voit pas clairement chez lui ce qui invalide cela, et Allah révéla ce verset à ce sujet : {O croyants ! Lorsque vous sortez pour lutter dans le sentier d'Allah, voyez clair [ne vous hâtez pas] et ne dites pas à qui vous salue en musulman : « tu n’es pas croyant ».} [Sourate An-Nissa, verset 94] Ce verset indique donc qu’il est obligatoire de s’abstenir de tuer et de confirmer. Si après cela il apparaît clairement de lui ce qui invalide l’islam, il est mis à mort selon Sa parole « voyez clair », car si on ne le tue pas après qu’il ait laissé paraître ce qui invalide l’islam, il n’y aurait aucun sens de demander de confirmer.

En faite, l’autre hadith et ses semblables qui signifient ce que nous avons mentionné : que quiconque laisse apparaître l’islam et le monothéisme, il est obligatoire de s’abstenir de le tuer tant qu’il ne montre pas clairement ce qui annule cela, et la preuve de cela est que le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam-, qui a dit : « L’as-tu tué après qu’il ai dit qu’il n’y a de divinité qu’Allah ? » et « Il m’a été ordonné de combattre les gens jusqu'à ce qu’ils disent : "Il n’y a de divinité qu’Allah." » , et aussi ce que le Prophète dit au sujet des khawârij : « Où que vous les rencontriez, tuez-les ! Si je les trouvais, je les tuerais certainement comme le peuple de ‘Âd fut tué. » Et ce bien qu’ils soient parmi les gens les plus actifs dans l’adoration et dans la proclamation de l’unicité d’Allah, au point que les compagnons eux-mêmes se sentaient dévalorisés face à eux. Ils avaient apprit l’islam chez les compagnons, mais malgré tout cela, leur attestation qu’il n’y a de divinité qu’Allah ne leur profita pas, ni le grand nombre d’adoration, ni la prétention d’être musulmans, à partir du moment où ils montrent de l’opposition envers la loi islamique.

C’est aussi le cas de la guerre déclarée aux juifs, et celle des Compagnons contre les Banu Hanifa ci-dessus citées. Dans le même contexte, le Prophète s’apprêta à lancer une campagne contre les Banou al-Moustaliq quand un homme vint l’informer qu’ils refusaient de verser l’aumône légale. Seulement Allah intervint à temps en lui révélant ces versets : {Ô vous qui avez cru ! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair (de crainte) que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait.} [Sourate Al-Houjourât, verset 6] L’informateur s’était avéré menteur et son information infondée.
Tout ce qui précède montre clairement que le sens entendu par le prophète dans les hadiths utilisés comme arguments par les associationnistes mystificateurs, confirme notre position.


Ces gents utilisent ces ahadith pour dire que celui qui prononce la shahada ne doit pas être tué, même s'il prie sur les tombe ou autre. Pour eux, une fois la shahada dite, on ne peut plus sortir de l'islam, même si on commet du shirk. On répond en disant que le prophète a combattu les juifs, les a fait prisonnier et esclave alors qu'ils disaient "la ilaha ill allah", mais pas "mohammed rassulu llah". En effet, dire seulement "la ilaha ill allah" n'est pas suffisant.

Les sahabas ont combattu Mousaylima Al Kadhab (celui qui se faisait passer pour un prophète) alors qu'il disait "la ilaha ill allah". De même que les hommes qu'Ali a brulé, car ils avaient affirmé qu'Ali était Allah.
Et ces ignorants sont d'accord sur le fait que celui qui ne croit pas au jour dernier doit être tué, que celui qui dit "la ilaha ill Allah" alors qu'il rejette un pillier de l'islam doit être tué. Alors comment peuvent-ils dire que celui qui rejette un pilier de l'islam sa shahada ne lui est pas utile, mais que celui qui rejette la base de la religion, sa shahada lui est utile ?? Ceci est faux, c'est une contradiction !

Les ennemis d'Allah n'ont pas compris ces ahadiths.

Quant au hadith d’Oussâma, il a tué cet homme qui se prétendait de l’islam car il a cru que cet homme l’a prononcée pour sauver sa vie et ses biens. Or, lorsqu’un homme laisse apparaître l’islam, il est obligatoire de s’abstenir de le tuer tant qu’on ne voit pas clairement chez lui ce qui invalide cela, et Allah révéla ce verset à ce sujet : « O croyants ! Lorsque vous sortez pour lutter dans le sentier d'Allah, voyez clair. » (Sourate An-Nissa, verser 94)
De ce hadith on peut comprendre que lorsqu'une personne a dit "la ilaha ill allah" on ne doit plus l'attaquer sauf si on voit par la suite une chose qui contredit l'islam.

Par exemple les khawarij qui font sotir des gens de l'islam ou s'opposent aux dirigeants musulmans, le prophète a dit : " Où que vous les rencontriez, tuez-les ! Si je les trouvais, je les tuerais certainement comme le peuple de ‘Âd fut tué." Bien qu’ils soient parmi les gens les plus actifs dans l’adoration et dans la proclamation de l’unicité d’Allah, au point que les compagnons eux-mêmes se sentaient dévalorisés face à eux. Mais ils sont sortis de l'islam plus vite que la flèche ne sort de l'arc. De cet exemple découle que le fait de dire la shahada et faire beaucoup d'adoration ne suffit pas si on fait une chose contraire à l'islam.

Tous ces exemples sont une réfutation à ceux qui veulent faire croire que dire juste la shahada suffit. Le shaikh a détruit ces mensonges que les gens ont apporté pour argumenter contre la vérité. Allah lui a donné le dessus sur ces gens-là.




Une autre shoubha de ces associationnistes : c’est ce qu’a évoqué le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam-, que : "Le jour du jugement, les gens demanderont l'aide chez Âdam, puis chez Nouh, puis chez Ibrahim, puis chez Moûsâ, puis chez ‘Îsâ", et que tous s’excuseront jusqu'à ce qu’ils finissent chez le Messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam-. Ils disent que ceci est une preuve que demander l'aide à un autre qu’Allah n’est pas de l’idolâtrie.

En réplique, nous disons : Gloire à Celui qui scelle les cœurs de ses ennemies. Nous ne nions pas la demande d'aide à une personne qui a la capacité d'y répondre. Car Allah a dit dans le recit de Moussa : {L'homme de son parti l'appela au secours contre son ennemi.} [Sourate Al-Qasas, verset 15]


Et ces ignorants se servent de ce hadith pour justifier leur demande d'aide auprès des morts et ceci est de l'ignorance. Il y a une différence car dans ce hadith les gens iront voir les prophètes qui seront ressuscités et vivants. Et ils seront donc capables d’accéder à leur demande sauf s'ils ne peuvent pas jusqu'à ce que les gens arrivent au prophète qui intercédera en leur faveur. Si une personne appelle au secours, et qu'une autre parmi les créatures vivantes est capable de répondre à cette appel, alors cela n'est pas interdit de le faire et ce n'est pas du shirk non plus.


.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Ven 27 Sep - 15:08

Cours n°15

 
 
 
 
Une autre shoubha de ces associationnistes : c’est ce qu’a évoqué le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam-, que : "Le jour du jugement, les gens demanderont l'aide chez Âdam, puis chez Nouh, puis chez Ibrahim, puis chez Moûsâ, puis chez ‘Îsâ", et que tous s’excuseront jusqu'à ce qu’ils finissent chez le Messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam-. Ils disent que ceci est une preuve que demander l'aide à un autre qu’Allah n’est pas de l’idolâtrie.

En réplique, nous disons : Gloire à Celui qui scelle les cœurs de ses ennemies. Nous ne nions pas la demande d'aide à une personne qui a la capacité d'y répondre. Car Allah a dit dans le recit de Moussa : {L'homme de son parti l'appela au secours contre son ennemi.} [Sourate Al-Qasas, verset 15]. C’est comme le cas d’un homme qui demande le secours de ses alliés, entre autres, en cas de guerre sur des choses où les créatures sont capables.

Mais ce que nous blâmons, c’est l’adoration par appel au secours qu’ils font auprès des tombes, des saints ou à des êtres absents, sur des choses où nul n’a de pouvoir en dehors d’Allah. Ceci dit, il est vrai qu’au jour de la résurrection, les gens recourent aux prophètes pour qu’ils invoquent Allah de précipiter le jugement afin que les bienheureux du Paradis soient soulagés des peines de l’attente. Ceci est permis autant dans ce bas-monde que l’au-delà, à savoir : Tu peux ainsi demander à un pieu vivant avec qui tu peux te réunir et qui peut t’entendre, d’invoquer Allah pour toi à l’instar des compagnons qui le demandaient au Prophète de son vivant. Mais ils ne l’ont jamais imploré devant sa tombe après sa mort puisqu’ils s’en gardaient scrupuleusement. Les anciens pieux ont même réprouvé d’invoquer Allah devant la tombe du Prophète. A plus forte raison, il est donc plus réprouvable d’invoquer le Prophète Lui-même.  
 
 
 
De même, fait partie du shirk akbar le fait de demander l'aide ou l'intercession d'une personne vivante mais absente, comme par exemple une personne vivante (un wali) dans un autre pays. En effet, la personne qui appelle croit que le wali possède une connaissance du ghayb (l'invisible). Beaucoup de musulmans croient en ce genre de chose et ont fait de ces gens (les awliyas) des divinités en tout temps et en tout lieux, et les moushrikins de nos jours ont une grande part dans cela dans les pays musulmans.
 
Demander l'aide à une personne morte, qu'elle soit proche ou éloignée, dans une affaire ou seul Allah a le pouvoir est du shirk akbar. Celui qui a commis ce shirk majeur Allah n'accepte de lui aucune œuvre. A propos de ces gens, Allah :ta3ala:a dit : {Ceux dont l'effort, dans la vie présente, s'est égaré, alors qu'ils s'imaginent faire le bien.} (Sourate Al Kahf, verset 104)
 
Cette shoubha est donc fausse car les prophètes seront présents au jour du Jugement, vivant, et debout attendant leur jugement. Les gens seront tous debout à attendre, transpirant jusqu’à ce que leur sueur atteignent leur bouche et ils se diront : "Allons voir les prophètes pour qu’Allah écourte notre attente." Et ils iront voir Adam   qui déclinera leur demande en mentionnant la faute qu'il a commise, ainsi que les prophètes suivants, sauf 'Issa   qui leur dira d'aller voir le prophète Mohammed   qui sera le seul a pouvoir intercéder pour eux, comme a dit Allah : {...afin que ton Seigneur te ressuscite en une position de gloire.} (Sourate Al Isra, verset 79) Dans ce verset Allah   s'adresse au prophète   en le glorifiant et les gens seront reconnaissants pour cette position qu'il   aura le jour du Jugement Dernier.
 
Le prophète :swas:intercèdera alors et Allah   jugera entre ses créatures. Chacun sera rétribué selon ce qu'il aura fait. Cette intercession-là, qui est une demande émanant d'une personne vivante à une autre personne vivante, est une chose permise car l'au-delà est une vie réelle. Alors que demander l'aide du prophète :swas:actuellement est du shirk akbar.
Cela prouve la nullité de leur shoubha, car si ces gens invoquent une tombe, réelle ou imaginaire (les gens ont fait des tombes symboliques pour des personnes pieuses, ces tombes sont vides, par ex : abdal alqadar al jilani à plusieurs tombes), ou qu'ils croient que cette personne invoquée possède une part de divinité, alors ces gens iront en enfer éternellement. En effet, leur croyance est totalement fausse.
 
 
 
 
Une autre shoubha de ces associationnistes concerne l’histoire d’Ibrâhîm –‘alayhi salâm- qui, lorsqu’il fut condamné au bûcher, Jibril –‘alayhi salâm- se présenta à lui entre ciel et terre et lui dit : « Veux-tu me demander de faire quelque chose pour toi ? » « De toi, non », lui répondit Ibrahim. Les mystificateurs prétendent que si la sollicitation de Jibril –‘alayhi salâm- était associationnisme, celui-ci ne l’aurait pas proposée à Ibrahim –‘alayhi salâm- .

Réplique : Cette mystification est du même type que la première. En effet, Jibril –‘alayhi salâm- avait proposé à Ibrahim –‘alayhi salâm- de lui accorder une faveur dont il était capable puisque Allah dit à son sujet : {Que lui a enseigné un être [l’Ange Jibril] doué d’une force prodigieuse.} [Sourate An-Najm, verset 53]. Si Allah avait autorisé Jibril –‘alayhi salâm- à prendre le feu destiné à brûler Ibrahim –‘alayhi salâm- vif avec les terres et les montagnes qui l’entouraient pour les jeter à l’extrême orient ou accident du globe, il l’aurait certainement fait. Et s’Il lui avait ordonné de prendre Ibrahim –‘alayhi salâm- dans une contrée très éloignée pour le sauver, il l’aurait fait. S’Il lui avait ordonné de l’élever au ciel, il l’aurait effectivement fait. Cette situation ressemble au cas d’un homme très riche qui propose un prêt ou un don à un pauvre pour subvenir à ses besoins et le sortir d’embarras. Mais ce dernier refuse l’offre du riche et préfère patienter jusqu’à ce qu’Allah lui dispense des biens de sa part de sorte à pourvoir à ses besoins. Ainsi personne ne pourra lui reprocher de lui avoir accordé une faveur ni lui rappeler qu’il est son obligé.

Nous voyons bien que ce genre de situations est totalement différent de l’imploration de nature cultuelle qui relève de l’associationnisme. Si seulement les mystificateurs raisonnaient juste, ils auraient distingué la grande différence.
 
 
 
Lorsque les gens ont peu de science et qu'ils entendent ces shoubouhat, ils croiront en la permission de demander l'aide aux ange. ou aux pieux. Il n'y a pas de doute que cette shoubha peut égarer beaucoup de gens ayant peu de connaissance sur la 'aqida. Ibrahim  a été éprouvé par plusieurs épreuves. Aucun prophète n'a autant était éprouvé que lui. Dans son épreuve (être jeté au feu) il y a une leçon pour toute personne : car Ibrahim :alayhi salam:a été ferme sur le tawhid, sur le haqq, peu importe le mal qu'on a put lui faire. Le musulman doit être ferme sur sa foi, même si ce mal arrive jusqu'à la torture ou la mort, pour défendre le tawhid.
Les toulaboul 'ilm ont été anobli par Allah :azawajal:d'une noblesse pour laquelle ils doivent être reconnaissant envers Lui pour la ni'ma d'avoir connu cette voie. Ils doivent Le remercier ouvertement et de façon caché, pour avoir été préservé des shoubouhates des jama'at.
 
Soyez donc ferme sur cette 3aqida et sur ce minhaj jusqu’à votre mort ! Que cela soit sur les adorations, la aqida, le comportement, etc. Car ceux-ci sont des fondements parmi les fondements de la religion et la plupart des groupes déviés ont déviés sur ces points.
 
Toute personne qui suit la vérité aura inévitablement des épreuves concernant celle-ci. Lorsqu'on essayera de lui faire du mal sur ce chemin, il devra observer le comportement des prophètes et des salafs qui ont été prouvé eux aussi d'une plus grande épreuve.
 
Allah :ta3ala:a ordonné au feu d’être doux et frais pour Ibrahim :alayhi salam:et Il :azawajal:a rendu leur ruse contre Ibrahim :alayhi salam:complétement nulle. Toute personne qui a été ferme dans la vérité, uniquement pour le visage (wajh) d'Allah, Allah :ta3ala:mettra dans son coeur la conviction et la sérénité. L'exemple à suivre dans ce domaine et l’exemple des prophètes qui ont fait preuve de patience et d'endurance dans les épreuves qu'Allah leur a donné. L'argument des moushrikin à travers cette histoire (l'histoire d'ibrahim ) est un argument sans fondement.
 
Cela fait partie des ruses des gens de l’égarement qui n'ont pas de honte ni de gène envers Allah Al kabir. Beaucoup de 'oulamas ont dit que cette histoire n'était même pas authentique ce qui prouve que les gens du shirk utilisent les histoires douteuses ou les ahadith da3if (faible). Ibn Taymiyah :rahimahu:et shaikh Al Albani :rahimahu:l'ont rendu da3if ainsi qu'Ibnou Kathir et l'Imam Al Qourtoubi.
Et même si elle était authentique, il n'y aurait pas de preuve dans ce récit pour approuvé leurs dires. En effet, Allah a donné à Jibril :alayhi salam:la force, et lorsqu'Il a voulu détruire le peuple de Louth :alayhi salam:Il l'a envoyé à ce peuple pour les détruire en prenant tout le village et le renversant.
Cela prouve qu'il est gigantesque dans sa création. Ainsi, si Allah :azawajal:l'avait envoyé pour sauver Ibrahim , il l'aurait fait car cela n'a rien d’étonnant ni d'impossible pour cet ange.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)   Ven 27 Sep - 17:22

Cours n°16




Pour conclure nos propos, avec la volonté d'Allah, nous évoquons une importante question que le lecteur aurait comprise de ce qui a précédé. Nous lui réservons cette conclusion vue la nature vitale qu'elle revêt et les innombrables erreurs commises à son encontre. Il n'y a pas de doute que le monothéisme doit se manifester par le cœur, la langue et l'acte. Si le rapport entre ces trois éléments est brisé, la personne n'a plus de rapport avec l'Islam. S’il connaît le monothéisme et n'agit pas en conséquence, il sera un mécréant têtu dont l'affranchissement ressemble à celui du Pharaon ou de Satan



Le tawhid doit être appliqué avec le cœur, la langue et les actions. Les 3 sont indissociables.
Le tawhid doit être par le cœur : C'est-à-dire croire dans son cœur à l'unicité d’Allah, vouer le culte exclusivement pour Allah, reconnaitre Sa souveraineté (c'est-à-dire croire qu'Il est le seul qui pourvoit et crée) et croire aux noms et attributs d'Allah. Croire également en tout ce qui vient d’Allah et Son Prophète , selon ce qu'ils ont voulur et non selon des interprétations fausses. Et aussi croire au message.

Mais cela n'est pas suffisant, il faut exprimé ensuite cela par la langue, en prononçant Ash-shahhadatayn (les 2 attestations) avec ce que cela inclus comme piliers et conditions.

Et cela n'est toujours pas suffisant ! Il faut avoir les actions qui sont : la salat, le hajj, la zakat, enseigner une science ou apprendre une science, donner le conseil...

Le tawhid doit être appliqué par ces 3 : coeur, langue et actions.
Celui qui a réuni ces 3 choses est le véritable mouwahid, qui a unifié Allah dans son cœur, avec sa langue et dans ses actions. Si la personne applique une de ces 3 choses mais pas les 3 ensemble elle n'a pas réellement cru avec son cœur.



Et beaucoup de gens qui sont dans l’erreur à ce sujet disent « Ceci est vrai, et nous le comprenons et nous attestons que c’est la vérité, mais nous ne sommes pas capables de le pratiquer et nous n’autorisons dans notre pays que ceux qui sont d’accord avec nous. » Et autre prétextes…
Ce pauvre homme ne sait pas que la plupart des guides de la mécréance connaissent la vérité et ne l’abandonne que pour un prétexte, comme Allah le dit : « Ils troquent à vil prix les versets d'Allah » [Sourate At-Tawba 9] et autres versets encore, comme la parole d’Allah : « Ceux à qui Nous avons donné le Livre, le reconnaissent comme ils reconnaissent leurs enfants. Or une partie d’entre eux cache la vérité, alors qu’ils la savent. » [Sourate Al-Baqara 46]

S’il pratique le monothéisme extérieurement, mais qu’il ne le comprend pas et n’y croit pas dans son coeur, alors c’est un hypocrite et sa mécréance est pire que le mécréant pur : « Les hypocrites seront, certes, au plus bas fond du Feu, et tu ne leur trouveras jamaisde secoureur » [Sourate An-Nisâ' 4]

Cette question est d'une importance primordiale et si tu la contemples longuement à travers les propos des gens, tu découvriras alors : celui qui connaît la vérité et délaisse sa mise en pratique de peur que cela diminue sa jouissance de ce bas monde, ou son rang, ou par flatterie ; et celui qui la met en pratique en l’apparence et non intérieurement. En effet, lorsque tu lui demandes quelle est sa conviction, il ne la connaît pas.




Celui qui essaie de trouver des prétextes sera un moushrik, et ses excuses lui viennent des shayatins parmi les gens et les jinns.
Quant à celui qui s'accroche au tawhid, dans sa signification correcte, il sera sauvé. En effet, celui met l'agrément d’Allah avant sa propre personne et même avant les autres, même s'il est persécuté, comme dans ce hadith :
Le Prophète dit : « Quiconque recherche l’agrément d’Allah même en soulevant la colère des gens, Allah le protègera des gens. Et quiconque met en courroux Allah afin de satisfaire les gens, Allah l’abandonnera alors aux gens. » (Rapporté par Ibn Hibbâne (1541), El-Baghawi dans Charh Es-Sounna. Ce hadith est jugé authentique par El-Albâni dans Es-Silsila Es-Sahîha (5/392), (hadith 2311).)

Nous demandons à Allah qu'Il accorde la fermeté à celui qui est pourvu de la bonne compréhension, et qu'Il lui élargisse cette compréhension tout en la défendant et la transmettant. Et cela est obligatoire pour celui à qui Allah a donné la ni3ma de connaitre et d'appliquer le tawhid.




Cependant, il te faut comprendre deux versets du livre d’Allah :
- Le premier est celui que nous avons cité précédemment, Sa parole : « Ne vous excusez pas : Vous avez bel et bien rejeté la foi après avoir cru. » [Sourate At-Tawba 9] Si tu sais bien que certains compagnons du Prophète furent déclarés apostats pour avoir simplement fait des remarques à titre de plaisanterie, tu comprendras alors que celui qui feint la mécréance ou agit comme un mécréant de crainte de manquer d'argent, de statut ou pour faire plaisir à quelqu'un, commet un plus grand péché que celui qui plaisante.


Ici lorsque le shaykh parle, il ne déclare pas les sahabas commen étant mécréant ! Mais il dit que ces gens étaient des hypocrite dissimulés parmi les sahabas.



Quant au deuxième verset, c’est la parole d’Allah ta‘âlâ : « Quiconque mécroit en Allah après avoir cru... -sauf celui qui y a été contraint alors que son coeur demeure plein de la sérénité de la foi - mais ceux qui ouvrent délibérément leur coeur à la mécréance ceux-là ont sur eux une colère d'Allah et ils ont un châtiment terrible. Il en est ainsi, parce qu'ils ont aimé la vie présente plus que l'au-delà... » [Sourate An-Nahl 16-107]

Allah n’excusa pas ces gens, excepté celui qui y a été contraint alors que dans son coeur est resté serein sur la foi. Par contre, pour ce qui est différent de ce cas, il devient mécréant après avoir cru, qu’ils aient agi par crainte, par concession, par attachement à son pays, à sa famille, à son clan, à ses biens, ou bien par plaisanterie ou pour n’importe quelle autre raison, en dehors du cas où il aurait agi sous la contrainte.

Et le verset prouve cela sous deux aspects, premièrement : Sa parole « sauf celui qui y a été contraint », Allah ne fit exception que pour le contraint, et il est connu que l’homme ne peut se faire contraindre que sur ses actes ou ses paroles, par contre les convictions de son coeur, personne ne peut les lui contraindre.
Et deuxièmement : la parole d’Allah ta‘âlâ : « Il en est ainsi, parce qu' ils ont préféré la vie d’ici-bas à l' au-delà. » Allah nous montre que cette mécréance et ce châtiment ne sont pas le causé par une conviction ou une ignorance ou une haine pour la religion ou un amour pour la mécréance. Plutôt, ils sont causé parce qu’il y a dans cela une jouissance de ce bas-monde, et qu’il l’a préférée à la religion.

Et Allah demeure le plus savant sur toutes choses.
Louange à Allah, Seigneur de tout l’univers, et que le salue et la bénédiction d’Allah soient sur Mouhammad, sa famille et tous ses compagnons.



Ils ont donc mécru car ils ont préféré quelque chose de la douniya à la religion, alors que celui qui est contraint est excusé de sa parole.
Ainsi, même s'ils n'ont pas aimé le koufr ou le shirk, et même s'ils n'y ont pas cru dans leur coeur, le simple fait qu'ils comettent le shirk fait qu'ils sont réellement mécréants, car ils n'ont pas agit par contrainte. Wallahou a'alam.

Prenons l'exemple d'un homme musulman qui se prétendrait chrétien afin d'obtenir un emploi. Même s'il le rejette le christianisme dans son cœur, il devient kaffir car il n'a pas été menacé de mort ou autre, et il a dit cela pour obtenir une chose de la douniya.

On déduit d'un récit, celui ou des hommes s'étaient moqués des sahabas (voir cours précédant), qu'une simple parole peut faire sortir de l'islam.

Allah a excusé les gens qui ont été contraint d'avoir dit une parole de kouffr mais dont les cœurs étaient remplis de foi et ils n'ont pas commis de péché.
Lorsque les moushrikoun ont forcé 'Ammar Ibn Yasser a dire une parole de kouffr, ils avaient déjà tué son père et sa mère. Puis quand il en a informé le Prophète , ce dernier lui a demandé l’état de son cœur. Il a dit que son cœur était rempli de foi et Allah a descendu ce verset : « Quiconque mécroit en Allah après avoir cru... -sauf celui qui y a été contraint alors que son coeur demeure plein de la sérénité de la foi - mais ceux qui ouvrent délibérément leur coeur à la mécréance ceux-là ont sur eux une colère d'Allah et ils ont un châtiment terrible. » [Sourate An-Nahl 16-107]
Le prophète l'a informé que s'ils revenaient le torturer, il devait refaire ce qu'il avaient fait.


Qu’Allah nous donne la fermeté sur la daawa et sur notre tawhid jusqu'a ce qu’Il nous donne la mort.
Et nous remercions Allah seigneur des mondes.



.


FIN
Revenir en haut Aller en bas
 
Charh Kachf Ach Choubouhât (Cheykh Zayd Al Madkhali)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Nos Retranscriptions-
Sauter vers: