El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Sourate Hûd (11)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages : 9813
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Sourate Hûd (11)   Dim 5 Oct 2008 - 14:53

SOURATE HUD

Tafsir des verset 106 à 108 de la sourate 11


SHEIKH ‘ABDEL-‘AZIZ IBN BAZ




BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm
« Ceux qui sont damnés seront dans le Feu où ils ont des soupirs et des sanglots. Pour y demeurer éternellement tant que dureront les cieux et la terre - à moins que ton Seigneur n’en décide autrement - car ton Seigneur fait absolument tout ce qu’Il veut. Et quant aux bienheureux, ils seront au Paradis, pour y demeurer éternellement tant que dureront les cieux et la terre - à moins que ton Seigneur n’en décide autrement - c’est là un don qui n’est jamais interrompu. » [1]




Question :

Je désirerai un commentaire [Charh] et une explication [Bayân] du sens de ces versets et le dire le plus prépondérant [sur cela]. Allâh - Ta’âla - dit :
« Ceux qui sont damnés seront dans le Feu où ils ont des soupirs et des sanglots. Pour y demeurer éternellement tant que dureront les cieux et la terre - à moins que ton Seigneur n’en décide autrement - car ton Seigneur fait absolument tout ce qu’Il veut. Et quant aux bienheureux, ils seront au Paradis, pour y demeurer éternellement tant que dureront les cieux et la terre - à moins que ton Seigneur n’en décide autrement - c’est là un don qui n’est jamais interrompu. » Est-ce que l’on comprend de ces versets que celui qui entre au Paradis peut en être expulsé si Allâh le veut ? Ces verset ont-ils été abrogés par quelque chose dans le Qor’ân, sachant qu’ils apparaissent dans une sourate Mecquoise [Mekiyyah] ?


Réponse :

Louange à Allâh, que les prières et la paix soit sur l’Envoyé d’Allâh, sur sa famille, ses compagnons et sur tous ceux qui suivent sa voie.

Ces versets n’ont pas été abrogés, au contraire ils sont touchés d’une clarté précise. Allâh - ‘Azza wa Djal - dit :
« à moins que ton Seigneur n’en décide autrement » Les gens de science [Ahl al-‘Ilm] ont divergé sur l’explication [Bayân] du sens de cela, et ils se sont entendus sur le fait que le plaisir des gens du paradis [Ahl al-Djannah] sera à jamais éternel ; il ne cessera jamais et sera sans fin, et ils n’en sortiront pas. C’est la raison pour laquelle Allâh - Subhânahu wa Ta’âla - dit : « c’est là un don qui n’est jamais interrompu. » afin de réfuter ce que certains peuvent imaginer quant au fait qu’ils peuvent en sortir [du Paradis]. Ils y demeureront là-dedans à jamais et c’est là un don qui ne sera jamais interrompu. Et c’est sur cela qu’il est [expliqué par Allâh] dans un autre verset le sens :

« Certes, les pieux seront dans des jardins avec des sources. ‹Entrez-y en paix et en sécurité›. » [2]

Allâh explique qu’ils seront apaisés [en sécurité] - apaisés de la mort, apaisés de la sortie [du Paradis], apaisés de la maladie, du chagrin et de toutes sortes de difficultés. Ensuite Il - Subhânahu wa Ta’âla - dit :

« Et Nous aurons arraché toute rancune de leurs poitrines : et ils se sentiront frères, faisant face les uns aux autres sur des lits. Nulle fatigue ne les y touchera. Et on ne les en fera pas sortir. » [3]

Ainsi Allâh - Subhânahu - explique qu’ils demeureront là-dedans [au Paradis] pour toujours et n’en sortiront jamais. Et Allâh - ‘Azza wa Djal - dit :


« Les pieux seront dans une demeure sûre, parmi les jardins et des sources, Ils porteront des vêtements de satin et de brocart et seront placés face à face. C’est ainsi ! Et Nous leur donnerons pour épouses des houris aux grands yeux. Ils y demanderont en toute quiétude toutes sortes de fruits. Ils n’y goûteront pas à la mort sauf leur mort première. Et [Allâh] les protégera du châtiment de la Fournaise, c’est là une grâce de ton Seigneur. Et c’est là l’énorme succès. »[4]



Certes Allâh - Subhânahu - nous informe que les gens du Paradis [Ahl al-Djannah] seront en un endroit de sécurité [Maqâm Amîn], où ils ne seront jamais exposés à la crainte et où la bénédiction ne disparaîtra jamais. Ils seront assurément en sécurité, et ne seront pas exposés au danger de la mort, de la maladie, de l’expulsion [du Paradis], de la peine ou d’aucune autre difficulté, et ils ne mourront jamais. Le sens voulu en cela est que les gens du paradis [Ahl al-Djannah] demeureront à jamais [au Paradis] et y seront pour l’éternité. Allâh - Subhânahu - dit : « à moins que ton Seigneur n’en décide autrement » Certains parmi les gens de science [Ahl al-‘Ilm] ont expliqué que le sens voulu en cela est qu’Il [Allâh] se réfère au temps de leur séjour dans la tombe, car le croyant est dans un des jardins parmi Ses jardins, profitant de l’un des plaisirs parmi Ses plaisirs. Ceci dit, cela n’est pas le Paradis mais une des choses du Paradis. Il sera ouvert pour le croyant dans sa tombe une des portes du Paradis et il lui sera accordé de son parfum, de son mérite et son plaisir, mais ce n’est pas la situation même du Paradis. Plutôt, il sera par la suite amené au Paradis au-dessus des cieux qui est au dessus de toute chose. Et d’autres parmi eux [les gens de science] ont expliqué le sens de la Parole : « à moins que ton Seigneur n’en décide autrement » comme le temps [passé] dans leur position [le jour] de la Résurrection [al-Qiyâma], pour les comptes [al-Hissâb] et la récompense [al-Djazâ’] après qu’ils soient sortit de leur tombe, puis ils seront ensuite déplacés vers le paradis. D’autres encore parmi eux expliquent que le sens voulu est que cela inclut les deux choses, le temps qu’ils passeront dans leur tombe et le temps qu’ils passeront dans leur position [Le jour du jugement], ainsi que leur passage à travers « as-Sirât » [le pont]. Pendant tout ce temps, ils ne seront pas au paradis, mais ils seront déplacés de ces endroits vers le Paradis.

La Parole :
« à moins que ton Seigneur n’en décide autrement » veut dire : excepté le temps qu’ils passeront dans leur tombe, excepté le moment où ils se positionneront [le jour du jugement], excepté le temps qu’ils passeront à marcher sur le Pont [as-Sirât] car à ces moments, ils ne seront pas au Paradis, mais ils seront déplacés vers celui-ci. Par conséquent, nous savons désormais que l’affaire est claire, et que delà, il n’y a plus ni ambiguïté, ni doute, ni suspicion - Et les Louanges sont à Allâh. Les gens du Paradis y profiteront des plaisirs et ils y demeureront à jamais. Il n’y aura ni mort, ni maladie, ni menstrues, ni lochies, ni aucune autre chose parmi les peines et difficultés et cela à jamais. Au contraire, ils seront dans un plaisir et dans le bien pour toujours. De même pour ce qui est des gens de l’enfer [Ahl an-Nâr], ils y demeureront à jamais ; ils n’y sortiront pas et ils ne seront pas détruits [par le châtiment]. Plutôt, ils y demeureront à jamais. La Parole : « à moins que ton Seigneur n’en décide autrement » il est dit que cela se réfère au temps de leur séjour dans la tombe, ou au temps [passé] dans leur position [le jour] de la Résurrection [al-Qiyâma] comme mentionné précédemment sur les gens du Paradis [Ahl al-Djannah]. Après cela, ils seront conduits vers l’enfer où ils y demeureront pour l’éternité - Et nous demandons Allâh le bien-être. Comme Allâh - ‘Azza wa Djal - le dit dans la sourate « al-Baqarah » :

« Ainsi Allâh leur montra leurs actions ; source de remords pour eux ; mais ils ne pourront pas sortir du Feu. »[5]

Et Allâh - ‘Azza wa Djal - dit dans la sourate « al-Mâ-idah » sur les mécréants :

« Ils voudront sortir du Feu, mais ils n’en sortiront point. Et ils auront un châtiment permanent. » [6]

Certains parmi les anciens [as-Salafs] ont affirmé que le feu s’éteindrait après des milliers d’années et beaucoup de temps passé, et [que le feu] mourrait ou qu’ils [les gens] en sortiraient [de ce feu]. Mais ce dire ne compte en rien selon la majorité des gens de la tradition et du groupe [Ahl as-Sounnah wal-Djamâ’ah], plutôt, ceci est vain [Bâtil] et réfuté par beaucoup de preuves du Qor’ân et de la Sounnah comme cité précédemment. Le dire des gens de la tradition et du groupe [Ahl as-Sounnah wal-Djamâ’ah] soutiennent le fait que l’enfer demeurera pour l’éternité et qu’ils [ses habitants] n’en sortiront pas et n’en seront pas détruits, au contraire, ils y demeureront pour toujours selon le sens apparent des textes coraniques et de la Sounnah avérée du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam). Et parmi les preuves en plus de ce qui a été cité précédemment, il y a la Parole d’Allâh - Subhânahu :

« Chaque fois que son feu s’affaiblit, Nous leur accroîtrons la flamme ardente. » [7]

Et Allâh - Subhânahu - dit dans la sourate « an-Nabâ », s’adressant aux gens de l’enfer [Ahl an-Nâr] :

« Goûtez donc. Nous n’augmenterons pour vous que le châtiment ! »
[8]


Nous demandons Allâh de nous accorder la paix et le bien-être de cela et de ses habitants. [9]



[1] Coran, 11/106-108
[2] Coran, 15/45-46
[3] Coran, 15/47-48
[4] Coran, 44/51-57
[5] Coran, 2/167
[6] Coran, 5/37
[7] Coran, 17/97
[8] Coran, 78/30
[9] Madjmu’ Fatâwa du SHeikh Ibn BâZ, vol-4 p.361-363

Source :http://www.manhajulhaqq.com/article.php3?id_article=397
Revenir en haut Aller en bas
 
Sourate Hûd (11)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: Le Coran :: Tafsir El Qor'an-
Sauter vers: