El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 L'abandon de la Prière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: L'abandon de la Prière   Ven 27 Juil 2007 - 21:33

L'abandon de la Prière


SHeikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli ash-SHeikh (qu’Allâh le préserve)






Question :

Qu’en est-il de l’abandon de la prière ?


Réponse :

Ceci est de la mécréance...Qu’Allâh nous préserve ainsi que nos frères de cela. Certes il y a sur cela des preuves tirées du Qor’ân et de la Sounnah, ainsi que du consensus de la communauté.
Allâh - Ta’âla - dit :

« Mais s’ils se repentent, accomplissent la Salâ et acquittent la Zakâ, ils deviendront vos frères en religion. » [1]

Et :

« Qu’est-ce qui vous a acheminé à Saqar ? » Ils diront : « Nous n’étions pas de ceux qui faisaient la Salâ. » [2]

Et des versets encore autres que cela.

Et de la « Sounnah » :

Le hadîth de Djâbir ou le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit :
« Ce qu’il y a entre l’homme et entre le polythéisme [Chirk] et la mécréance [Kufr], c’est l’abandon de la prière. » Rapporté par Muslim dans son « Sahîh ».

Et selon les gens des « Sunans », Barîda Ibn Hassîb rapporte que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « L’engagement qui nous lie à eux repose sur la prière. Quiconque l’abandonne devient mécréant ». Rapporté par Ahmad et d’autres, et c’est un hadîth Sahîh.

Et du « consensus de la communauté » [Idjmâ’ ul-Ummah] :

Et il certes rapporté que ’Abdullâh Ibn Chaqîq (radhiallâhu ’anhu) a dit : « Aucun acte n’était perçu par les Compagnons de Muhammad comme une impiété pour celui qu’il l’abandonnait, hormis la prière. » Rapporté par at-Tirmidhî et d’autres avec une chaîne de transmission authentique [Sahîh]. [3]




P.-S. Sur le même sujet : L’avis des anciens (as-Salafs)

Notes :

[1] Coran, 9/11
[2] Coran, 74/ 42-43
[3] Kitâb « al-Mundhâr fî Bayân Kathîr min al-Akhtâ’ ach-Châ-i’ah » p.37



Source :
http://www.manhajulhaqq.com
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9753
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: L'abandon de la Prière   Lun 24 Mai 2010 - 10:14

L’abandon de la prière par paresse ou négligence

SHeikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli ash-SHeikh (qu’Allâh le préserve)






Le ministre et savant SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh (qu’Allâh le préserve) a expliqué que la majorité des gens de la Sounnah sont d’avis que celui qui délaisse la prière par paresse ou négligence ne peut être considéré comme musulman qui prononce l’attestation qu’il n’y a de divinité si ce n’est Allâh et que Muhammad est l’Envoyé d’Allâh. Il ne peut être rattaché à l’Islâm, parce qu’il est sur un grand péché. Et quant au fait qu’il serait sur une mécréance mineure, ceci est le dire d’un petit nombre de savants des gens de la Sounnah.

La majorité des gens de la Sounnah disent que le délaissement de la prière par paresse ou négligence est de la mécréance, et que celui qui délaisse ainsi la prière n’a pas d’Islâm, même s’il donne la Zakât, jeûne le mois du Ramadhân et fait le pèlerinage. Ceci est le dire authentique qu’indiquent le Livre d’Allâh et la Sounnah sur le sujet.

Les compagnons sont unanimes sur le fait que les actions délaissées ne constituaient pas un acte de mécréance en dehors de la prière. Comme l’a dit ‘Abdullâh Ibn Chaqîq : « Il n’y a pas une action dont l’abandon de celle-ci était vu comme une mécréance par les Compagnons de l’Envoyé d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam), si ce n’est la prière. » La prière représente donc une mécréance pour celui qui la délaisse, comme l’indique la Parole d’Allâh – Djalla wa ‘Ala :

« Qu’est-ce qui vous a acheminés à Saqar ? Ils diront : Nous n’étions pas de ceux qui faisaient la prière »
[1]

Jusqu’à la fin du verset. De même, dans le Sahîh Muslim, le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « Entre l’homme et le polythéisme – et dans une autre version : Entre l’homme et la mécréance, il y a le fait de délaisser la prière. » Dans les quatres sounans ainsi que dans le Mousnad et autre, avec une chaîne de transmission authentique, le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « Le pacte qu’il y a entre nous et eux, c’est la prière, et celui qui la délaisse aura certes mécru. » Cela indique, avec le hadîth précédent, que ceci constitue une mécréance majeure. Sur cette base, la règle concernant le terme « mécréance » comme rapporté dans les textes, fait référence à deux aspects :

1) Une mécréance déterminée (bien connue)

Et

2) Une mécréance blâmable sans description

Lorsque la mécréance est blâmable, elle prend le sens d’une mécréance mineure. Et lorsque c’est une mécréance déterminée avec le « Alim Lam » (précédent le mot) comme dans le hadîth : « Le pacte qu’il y a entre l’homme et la mécréance », et bien c’est une mécréance majeure. [2]





Notes
[1] Coran, 74/42-43

[2] Charh ul-Arba’în an-Nawawiyyah du SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh, p.65-68
Revenir en haut Aller en bas
Oum sajida
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 651
Date d'inscription : 17/12/2009

MessageSujet: Abandonner la prière du vendredi   Mar 25 Mai 2010 - 16:57

Abandonner la prière de vendredi à cause du travail
Cheikh Mohamed Ali Ferkous (Qu' Allah le préserve)


Question :
Certains services privés obligent leurs fonctionnaires à assurer une permanence dans leurs entreprises le vendredi.

Devraient-ils alors faire la prière du Dhouhr (prière de midi) ou accomplir la prière du vendredi ?

S’ils sont enjoints de faire la prière du Dhouhr, devraient-ils l’accomplir en groupe ?



Réponse :
Louange à Allah, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allah a envoyé comme miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

Ceci dit :
Sachez que la prière du vendredi est un devoir individuel envers chaque homme musulman libre, sain, pubère, résident, pouvant se déplacer pour y assister et n’ayant pas d’excuses valables lui autorisant de ne pas y assister. Ceci fait l’unanimité, car Allah a dit :
يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا إِذَا نُودِي لِلصَّلاَةِ مِن يَوْمِ الْجُمُعَةِ فَاسْعَوْا إِلَى ذِكْرِ اللهِ وَذَرُوا الْبَيْعَ ذَلِكُمْ خَيْرٌ لَّكُمْ إِن كُنتُمْ تَعْلَمُونَ﴾ [الجمعة : 9].

(Ô vous qui avez cru! Quand on appelle à la prière du jour du Vendredi, accourez à l’invocation d’Allah et laissez tout négoce[1]. Cela est bien meilleur pour vous, si vous saviez!﴿ [El-Djoumou`a (Le Vendredi) : 9].

Le Prophète a dit : « Que les gens ne laissent jamais la prière de vendredi, sinon, Allah mettra un sceau sur leurs cœurs, puis ils seront inscrits parmi les distraits »[2].

Le Prophète a dit aussi : « Celui qui abandonne la prière de vendredi trois fois par négligence, Allah mettra un sceau sur son cœur »[3].

Ceci dit, il est valable d’accomplir la prière de vendredi en tous lieux, que ce soit en ville, en village, dans une mosquée, dans une construction élaborée à cet effet ou dans un espace qui y est annexe.

Donc, la prière de vendredi fait partie de l’ensemble des prières à l’unanimité, et elle ne peut prendre le statut des autres actes que s’il y a une preuve établissant l’exception, car le Prophète a dit : « On m’a fait la terre un lieu de prière et un moyen de purification »[4].

`Omar Ibn El-Khattâb a envoyé une lettre aux gens de Bahreïn en leur disant : « Accomplissez la prière de vendredi où que vous soyez »[5].

Ce propos englobe tous les endroits, comme il comprend également les nomades, tel qu’il est rapporté par les Compagnons du Prophète .

Cependant, s’il n’est pas possible d’assister à la prière de vendredi pour une raison donnée, il y a lieu de dire qu’il a été sus-cité que parmi les conditions de l’obligation d’assister à la prière de vendredi est que la personne n’ait pas d’excuses valables justifiant son abandon ; en somme, toute personne susceptible de subir un mal ou un dommage en se rendant à la mosquée pour l’accomplir est comptée parmi les gens ayant des excuses valables, conformément au hadith où le Prophète :saws: a dit : « Celui qui entend l’appel à la Prière et ne vient pas prier, sa prière ne sera pas valide sauf s’il a une excuse [valable] »[6].

Par ailleurs, l’excuse valable, consistant dans la difficulté, le besoin et la nécessité, qui est la cause de l’autorisation [de ne pas assister à la prière de vendredi], est une chose relative et non pas absolu. Ainsi, la détermination de l’excuse valable dépend de l’effort personnel ; la personne est laissée à sa foi et à sa piété pour la délimiter, car tout être religieusement responsable est connaisseur de sa propre personne ; donc, il sait quand est-ce qu’il recoura à l’autorisation, tout en tenant compte des limites assignées par la Charia.

En outre, et à titre d’information complémentaire, il y a lieu de dire que le dit hadith indique – aussi – que parmi les conditions de l’obligation de la prière de vendredi et de la prière en groupe est le fait d’entendre l’appel à la prière. Ceci englobe forcément celui qui se trouve à l’extérieur d’une agglomération et, à plus forte raison, celui qui se trouve à l’intérieur.

Du reste, ce qui doit être tenu au compte en ce qui concerne l’écoute de l’appel à la prière est que le muezzin ait une haute voix, qu’il n y ait pas de bruit [empêchant l’écoute], que le vent soit paisible et que tout autres empêchements soient inexistants.

Ceci dit, il est établi en science de jurisprudence que ceux pour qui la prière de vendredi n’est pas obligatoire, et n’y ont pas assisté, doivent l’accomplir en tant que prière de Dhouhr.

Le savoir parfait appartient à Allah, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué, et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.


________________________________________________
Note :
[1] Laissez tout négoce : abandonnez toutes vos occupations pour pouvoir accomplir votre devoir religieux.
[2] Rapporté par Mouslim, chapitre du « Vendredi », de la gravité du péché commis en négligeant la prière et le prône de vendredi, Ed-Dârimi, chapitre de « La prière », concernant celui qui abandonne la prière de vendredi sans excuse valable et El-Baghawi dans « Charh Es-Sounna », chapitre du « Vendredi », concernant la menace pesant sur celui qui abandonne la prière de vendredi sans excuse valable, par l’intermédiaire d’Abou Hourayra .
[3] Rapporté par Abou Dâwoûd, chapitre de « La prière », concernant la classification des traditions relatives au vendredi, de l’avertissement de la négligence de la prière de vendredi.
Ce hadith est aussi rapporté par Et-Tirmidhi, chapitre du « Vendredi », concernant la négligence de la prière de vendredi sans excuse valable, par Ibn Mâdjah, chapitre de « L’établissement de la prière et l’application de la Sounna en prière », concernant ce qui est rapporté au sujet de celui qui abandonne la prière de vendredi sans excuse valable, par Ahmed (3/424-425) et par Ibn Hibbâne, chapitre de « La prière », concernant la prière de vendredi (hadith 2775), par l’intermédiaire d’Abou El-Djâ`d Ed-Dhamri . Ce hadith est jugé authentique par El-Albâni dans « Sahîh Et-Targhîb Wet-Tarhîb » (hadith 727).
[4] Rapporté par El-Boukhâri, chapitre de « La prière », concernant le propos du Prophète : « On m’a fait la terre un lieu de prière et un moyen de purification » et Mouslim, chapitre des « Mosquées et des endroits de la prière », par l’intermédiaire de Djâbir .
[5] Rapporté par Ibn Abi Chaybah, concernant celui qui dit que la prière de vendredi est valable dans les villages et ailleurs. El-Albâni a dit dans « Ed-Da`îfa » : « Sa chaîne de narration est authentique selon les conditions établies par les deux Cheiks (El-Boukhâri et Mouslim).
[6] Rapporté par Ibn Mâdjah, chapitre des « Mosquées et de la prière en groupe », concernant l’avertissement de la négligence de la prière en groupe, par Ibn Hibbâne, chapitre de « La prière », concernant la prescription de la prière en groupe et les excuses valables justifiant le fait de ne pas y assister, et par El-Hâkim, chapitre de « La prière » (1/363)

Voir : « El-Irwâ' » (2/337), « Tamâm El-Minna » (hadith 367) et « Sahîh Et-Targhîb Wet-Tarhîb » (1/301) (hadith 436).

Source :
http://www.ferkous.com
http://salafidunord.over-blog.com/1-categorie-1038939.html
Revenir en haut Aller en bas
 
L'abandon de la Prière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: Les 5 Piliers :: As-Salat et purification :: Statut et mérites de la prière, jugement de celui qui l'abandonne-
Sauter vers: