El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 La science et la femme

Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9661
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: La science et la femme   Mer 8 Aoû 2007 - 13:32

Conseil de Sheykh Mouqbil sur l'apprentissage de la science par les femmes

Sheykh Mouqbil ibn Hâdi al-Wâd'i (رحمه الله)




Question : Par quoi la femme Salafiya doit-elle commencer dans l’apprentissage de la science ? Et comment doit-elle s’y prendre, notamment pour celle qui a des enfants ?


Réponse :

Je lui conseille d’organiser son temps, de consacrer un temps à l’éducation de ses enfants. Et je conseille à son mari de l’aider, si elle a des enfants de quatre ou cinq ans, en les faisant sortir avec lui, pour laisser à sa femme le temps d’apprendre. Il faut impérativement qu’il aide sa femme et qu’il craigne Allah. Et bien au contraire il se doit d’être réjouit lorsqu’il voit sa femme avancer dans le bien. Et il n’a pas à lui laisser 22 enfants au foyer, l’un se promenant, l’autre criant, l’autre voulant manger... et elle dans cette situation.

Je vous conseille ô gens de la Sounnah d’encourager vos femmes à l’apprentissage de la science en faisant sortir vos enfants. Quant au hadith « Écartez vos enfants des mosquées », et bien c’est un hadith faible.

Après le Fajr, qu’elle apprenne le coran. Après le ‘Asr, qu’elle prenne des cours avec une enseignante ou qu’elle enseigne si elle en a les capacités (comme al ‘Aqida al Wassitiya de ibn Taymiyya, al Qawl al Moufid de Mouhammad ibn ‘Abdil-Wahhab, ‘Oumdatou al Ahkam de al Maqdissi). En fonction de ce qu’elle comprend et de ce que peuvent comprendre ses sœurs, car la religion est facilité, il ne faut pas la rendre difficile aux gens.





Traduction de Oummou Yassir.

Extrait de Fatawal Mar-a de cheikh Mouqbil (K7 audio).

http://www.al.baida.online.fr/accueil.htm


Dernière édition par Oum Mouqbil le Jeu 13 Fév 2014 - 16:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9661
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: La science et la femme   Mer 8 Aoû 2007 - 13:37

Sortir sans Mahram, pour assister à un cours ou autre

Sheykh Mouqbil ibn Hâdi Al Wâdi (رحمه الله)




Question : Y a-t-il une objection quelconque au fait que la femme sorte sans Mahram, pour assister à un cours ou autre ?


Réponse :


Si aucun voyage n’est effectué et que son mari le lui permet, et nous lui conseillons de le lui permettre s’il ne craint pas pour elle un mal et ne craint pas qu’elle tente autrui, car le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit :

« N’interdisez pas aux servantes d’Allah les maisons d’Allah. »

Et il dit également :

« La quête de la science est une obligation pour tout musulman. »

Et s’il éprouve de la jalousie ou qu’il craint un mal pour elle ou qu’elle ne tente les hommes, alors il lui faudra ramener dans son foyer des femmes à-même de lui enseigner, et qu’il lui consacre un moment pour lui transmettre ce que lui a appris, car la femme pieuse t’aidera à l’éducation de tes enfants, et t’aidera dans toute chose contrairement à la femme perverse désobéissante, car elle ne fera que te détruire et peut être t’espionnera ; et c’est à Allah que nous implorons l’aide.

Donc nous devons tous, et je recommande à mes frères ici présents, de faire des efforts avec leurs femmes et de leur accorder du temps.  

Et si tu dis ma femme n’aime pas apprendre et ne comprend pas, mais plutôt il est dans le cas de certains frères avec leur femmes, il lui apprend puis lui dit tu n’es qu’une vache et elle lui répond que 77 malédictions te tombent dessus si tu ne te lèves pas immédiatement et si tu oses encore m’enseigner quelque chose !!  

Donc si elle ne veut pas, emmène la auprès de femmes pieuses, oui, et tu auras besoin d’elle dans la da'wa, elle ira chez les femmes et leur apprendra, et toi tu ne peux entrer chez les femmes. Donc nous devons chercher à enseigner à nos femmes et c’est à Allah que nous implorons l’aide.




Traduction de Oummou Yassir.

Source : http://www.al.baida.online.fr/accueil.htm

Toutes les questions qui ont été adressées au cheikh sont traduites tout au long de la revue, l’enregistrement sera également disponible sur le site


Dernière édition par Oum Mouqbil le Jeu 13 Fév 2014 - 15:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9661
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: La science et la femme   Sam 8 Nov 2008 - 13:14

Les femmes à la recherche de la science




Abou Sa‘id al Khoudri rapporte que les femmes ont dit au Prophète  (صلى الله عليه وسلم) :

« Les hommes ont pris de toi plus de science que nous, donc décide d’un jour pour que tu nous enseignes. Il leur donna un jour dans lequel il est venu leur enseigner ; il les exhorta, leur donna des conseils et leur donna ordre de donner des aumônes. Et parmi ce qu’il leur a dit, il y a : « Il n’y a pas une femme parmi vous dont trois enfants meurent sans que ce ne soit pour elles un voile contre le feu », une femme dit : « Et deux (enfants) ? » Il dit : « Et deux (enfants). »

[rapporté par Al Boukhari]



Les règles bénéfiques qui découlent de ce Hadith : *


L’Islam permet aux femmes de demander à un savant de leur préciser un jour pour leur enseigner.  

Il est permis à la femme de demander son droit à l’enseignement et ses autres droits sociaux et religieux.  

En Islam, pour l’enseignement ou autres, les femmes sont séparées des hommes.  

Dans la nécessité, il est permis aux femmes de parler aux hommes.  

Il est permis à l’homme digne de confiance d’enseigner à un groupe de femmes ce qui leur est bénéfique dans la religion et dans la vie d’ici-bas.  

La grande récompense réservée à la femme dont des enfants meurent et puis qui patiente devant le décret d’Allah.





Source : http://www.al.baida.online.fr/accueil.htm

Traduction de abou ‘Abdir-Rahmane ‘Abdoullah Attantany

* Ce qui suit est tiré d’un article de Hassan ‘Abdoul Ghany abou Ghoudda, paru dans le magazine saoudien ad-Da’wa n°1664 le 2 Rajab 1419H - 22 Octobre 1998, p. 25.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9661
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: La science et la femme   Sam 8 Nov 2008 - 13:14

La femme a besoin d’exhortations et de conférences

Sheikh Sâlih Ibn Fawzân Ibn ’Abdullâh al-Fawzân (رحمه الله)




Question : Est-il permis pour les femmes de se rendre à la mosquée et d’assister aux conférences ?


Réponse :

Oui, il est permis à la femme de se rendre à la mosquée et d’assister aux conférences, ceci dit, en étant couverte et en se tenant derrière les hommes, comme le Prophète (صلى الله عليه وسلم) l’a dit : « Le meilleur rang pour les hommes est le premier et le plus mauvais est le dernier ; et le meilleur rang pour les femmes est le dernier et le plus mauvais est le premier. » [Rapporté par Muslim]

C’est une bonne chose que les femmes se rendent aux mosquées pour assister aux conférences religieuses, en veillant à se séparer des hommes. Il est demandé aux prêcheurs [Dâ’iyyah] de réserver une exhortation spécialement aux femmes, comme le Prophète (صلى الله عليه وسلم) consacrait spécialement aux femmes une exhortation le jour de « al-‘Aîd », après avoir fait le sermon pour les hommes, il allait faire un sermon, appuyé sur bilâl, pour les femmes. Il faisait donc un sermon qui était un sermon spécifique aux femmes. Cela est une preuve [Dalîl] que les femmes ont besoin d’exhortations et de conférences. Il est possible d’éviter les risques en séparant d’un rideau l’intervenant et les participantes, afin que ce dernier ne puisse pas les voir. Il lui est tout à fait possible d’écouter leurs questions et d’y répondre à travers ce rideau qui sert de séparation et d’obstacle.




Source : http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article448

Al-Mountaqa min Fatâwa du Sheikh al-Fawzân, vol.3, p.439
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9661
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: La science et la femme   Sam 8 Mai 2010 - 22:15

Quelle est la science religieuse que la femme doit apprendre ?

Cheykh Mouqbil Ibn Hâdi Al-Wâdi’î (رحمه الله)




Question : Quelle est la science religieuse que la femme doit apprendre ?


Réponse :

Elle se doit d’apprendre le dogme à partir du Coran et de la Sounna, puis la prière, la manière dont le Messager d’Allah (صلى الله عليه وسلم) a prié. Si elle a de l’argent, elle doit apprendre ce qu’Allah lui a ordonné comme impôt légal (Zakât). Si sa profession est le commerce, elle doit étudier les règles du négoce. De même si elle exerce n’importe que métier, elle devra s’informer des règles relatives à ce métier. C’est ce qui est visé dans le hadith de l’Envoyé d’Allah (صلى الله عليه وسلم) :

« La quête de la science est une obligation pour tout Musulman. » [1]

Il en va de même si elle est docteur, elle se doit de savoir si elle peut s’isoler avec un homme et prodiguer des soins à l’aide d’une chose illicite. Elle doit connaître le métier qu’elle exerce à partir du Coran et de la Sounna – je veux dire à travers les preuves du Coran et de la Sounna – je ne veux pas dire qu’elle doit se limiter à la science du Coran et de la Sounna dans la médecine. [2]




Notes :

[1] Ce hadith est faible. De nombreux savants l’ont jugé défaillant dont l’Imam Ahmed et al-«’Uqaylî. Voir mon livre al-Irâdât al ‘ilmyya, p. 16.

[2] Ibn Al Jawzî dit dans Ahkâm an-Nissa p. 38 : « La femme est un individu responsable au même titre que l’homme. Elle doit apprendre les obligations qui lui incombent pour acquérir la conviction la poussant à s’y conformer. Si elle n’a ni père ni frère ni mari ni mahram pour lui apprendre les prescriptions religieuses et comment s’acquitter des obligations, cela lui sera suffisant, même si elle n’a interrogé quiconque ni appris. Si une femme qui connaît cela est disponible, elle apprendra d’elle sinon elle apprendra des chouyoukh et des hommes d’âge avancé sans qu’ils ne s’isolent avec elle. Elle se contentera par ailleurs de ce qui est obligatoire. Lorsqu’une chose concernant sa religion lui arrivera, elle posera des questions à ce sujet sans en éprouver la moindre honte, car Allah n’a pas honte de la vérité. »
Les femmes des prédécesseurs ont donné un exemple on ne peut plus éloquent d’assiduité dans l’apprentissage et l’enseignement. La pudeur ne les a pas empêchées de s’instruire dans la religion. Il est en effet rapporté de manière authentique que ‘Aïcha (رضي الله عنها) a dit : « Quelles excellentes femmes que les femmes des Ansars, la timidité ne les empêchait pas de s’instruire dans la religion. » [rapporté par Ahmed, Mouslim et Abou Dawoud]

Source : Recueil de Fatwas concernant les femmes, compilé et annoté par 'Amr 'Abd al-Mun'im Salîm
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9661
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: La science et la femme   Lun 10 Mai 2010 - 17:37

Qu'est-ce qui est préférable pour la femme musulmane, son foyer ou la science ?

Shaykh Salih al-Fawzan (رحمه الله)



Question : Qu'est-ce qui est préférable pour la femme musulmane : s'occuper des obligations dues à son foyer et son mari, ou l'étude de la science, en employant une femme de ménage qui s'occuperait des tâches ménagères de la maison ? Renseignez-nous, qu'Allah vous récompense par le bien.



Réponse :


Oui, il est obligatoire à la femme musulmane de chercher la compréhension de sa religion selon ses capacités. Mais l'entretien de son époux, lui obéir et l'éducation de ses enfants sont des obligations très importantes. Qu'elle consacre donc à l'apprentissage un temps quotidien, même s'il est court, ou une courte réunion, ou elle consacre du temps à la lecture tous les jours, et le reste du temps pour ses tâches ménagères. Mais il ne faut pas qu'elle délaisse la recherche de la science, ni qu'elle néglige son foyer et ses enfants en les laissant à une domestique.

Qu'elle trouve un équilibre entre les deux en consacrant du temps à la science, même peu, et le temps nécessaire aux tâches ménagères.




Source : Fatwa n° 15496

Tiré de sahab.net/forums








Les études islamiques et les tâches ménagères pour la femme

Cheykh Mouqbil Ibn Hâdi Al-Wâdi’î (رحمه الله)



Question : Lorsqu’une étudiante à la mosquée rentre chez elle, elle doit revoir ce qu’elle a appris. Cela demande beaucoup de temps en plus du ménage qui l’attend, elle doit aider sa mère. Le ménage prend tout le temps, or la quête du savoir nécessite qu’on s’y consacre totalement. Si elle travaille à la maison, elle n’acquerra pas beaucoup de science. Comment concilier ceci avec le fait de se consacrer au savoir ?



Réponse :


Si elle peut se soustraire aux tâches terrestres, elle le fera, c’est ce que je lui conseille*. Si elle n’en est pas capable, elle doit organiser son temps et en consacrer la plus grande partie à la recherche de la science et une partie aux travaux de ce monde. Nul ne peut acquérir le savoir à moins que la vie ici-bas ne soit subordonnée à la science. Si, par contre, la science passe après la vie ici-bas, alors non. Et c’est d’Allah que nous implorons l’aide.


* A condition, bien entendu, que ceci n’entraîne pas la colère d’un des deux parents ou des deux, surtout si elle apprend des obligations « collectives » (Fard kifâya). Ceci ne doit pas non plus comporter de désobéissance au mari ou de négligence de son droit ou du droit des enfants.




Source : Recueil de Fatwas concernant les femmes, compilé et annoté par 'Amr 'Abd al-Mun'im Salîm

Copié sur 3ilm char3i.
Revenir en haut Aller en bas
 
La science et la femme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: La Science : Sa recherche et son apprentissage-
Sauter vers: