El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Les divergences conjugales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages : 9829
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Les divergences conjugales   Dim 13 Avr 2008 - 11:09

Mon mari m’humilie souvent devant mes enfants

Cheikh Ben Baz



Q : Je suis mariée depuis près de vingt-cinq ans et mère de plusieurs enfants, garçons et filles. J’ai beaucoup de problèmes avec mon mari qui m’humilie souvent devant mes enfants ou devant des personnes proches ou éloignées et ne me respecte jamais, sans raison. Je ne suis tranquille que lorsqu’il est absent de la maison. Cet homme me fait subir tout ceci sachant qu’il fait la prière et qu’il craint Allah. Je vous prie de me montrer la bonne voie à suivre, qu’Allah vous récompense.



R : Vous devez patienter et conseiller votre mari de la meilleure manière et lui rappeler Allah et le Jour du Jugement. Il se peut qu’il réagisse favorablement et qu’il revienne à la raison en délaissant ses mauvais compo­r­tements. S’il ne le fait pas, c’est lui qui devra supporter le péché, et vous aurez une grande récompense pour votre patience et pour avoir supporté le tort qu’il vous a causé. Par ailleurs, il vous est permis d’invoquer Allah dans votre prière afin qu’Il le fasse revenir à la raison, qu’Il lui donne un bon comportement, et qu’Il vous protège de son mal et du mal d’autres personnes.

Vous devez aussi respecter scrupuleusement la religion, vous jugez vous-même et vous repentir à Allah l’Exalté pour les péchés que vous avez peut-être commis ou des fautes que vous auriez faites envers Allah, votre mari, ou une autre personne. Il se peut que ce mari soit une épreuve pour vous à cause des péchés que vous avez commis, car Allah l’Exalté dit :


« Tout malheur qui vous atteint est dû à ce que vos mains ont acquis. Et Il pardonne beaucoup. » [1]

Par ailleurs, vous pouvez demander aux parents de votre mari, à ses grands frères ou à une personne qu’il respecte parmi les proches ou les voisins de le conseiller et lui recommander de bien se comporter avec vous. Ce sera en application du verset :

« Et comportez-vous convenablement avec elles. » [2]

et du verset :

« Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prédominance sur elles. » [3]

Qu’Allah améliore votre situation, aide votre mari et le fasse revenir à la raison et qu’Il vous réunisse dans le bien et la guidée. Il est certes Généreux et Bienfaisant.



Fatwa de Cheikh Ben Baz
Fatwas concernant les femmes, page 64

Notes :
[1] La Consultation, v. 30.
[2] Les Femmes, v. 19.
[3] La Vache, v. 228

http://www.fatawaislam.com/index.php?option=com_content&task=view&id=1218&Itemid=1470


Dernière édition par Oum Mouqbil le Ven 31 Déc 2010 - 14:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages : 9829
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les divergences conjugales   Dim 13 Avr 2008 - 11:11

Une femme refuse de vivre avec sa belle-famille

Cheikh Otheimine




Q : Un jeune homme âgé de vingt-trois ans est marié avec sa cousine germaine (fille de son oncle paternel) selon les prescriptions d’Allah et de Son Prophète, prière et salut d’Allah sur lui. Depuis son mariage, il y a environ quatre mois, il habitait avec sa femme au domicile de son père. Il raconte qu’un jour, il y a eu un malentendu entre sa femme et sa famille. Sa femme est alors partie chez ses parents, et a demandé par la suite à son mari de louer un appartement modeste pour eux deux, afin de s’éloigner des problèmes, ou bien d’habiter chez ses parents à elle. Elle a en outre demandé de ne jamais rompre les liens avec ses parents et de demander régulièrement de leurs nouvelles. Il a accepté ce projet et en a informé sa famille. Mais ils ont refusé et ont insisté pour qu’il revienne habiter chez eux. Est-ce qu’il commet un péché si jamais il désobéit à sa famille et qu’il habite avec sa femme dans un appartement, dans la maison de son père à elle ?



R : Ce genre de litige entre la famille du mari et leur belle-fille est très fréquent. Dans ce cas, l’homme doit faire son possible pour réconcilier sa femme avec sa famille. Il doit faire des reproches à celui qui a été injuste et qui a agressé l’autre en premier, d’une manière douce, afin de parvenir à l’accord et à l’entente, qui ne peuvent apporter que du bien.

S’il n’y arrive pas, alors il n’y a pas de mal à ce qu’il habite seul dans un appartement. Cette solution peut même être la meilleure et la plus bénéfique pour l’ensemble de la famille, pour que disparaisse des cœurs tout ressentiment éprouvé par les uns contre les autres.

Dans ce cas, il faut que le mari reste en contact permanent avec sa famille et ne rompt jamais les liens avec eux. Il est préférable que la maison qu’il habite avec sa femme soit proche de celle de sa famille, afin qu’il lui soit plus facile de leur rendre visite. S’il arrive à remplir ses devoirs envers sa famille et envers sa femme, tout en habitant seul avec elle dans une maison indépendante, et que sa famille n’y voit pas d’inconvénient, alors c’est encore mieux.



· Fatwa de Cheikh Otheimine
· Nûr calâ ad-Darb (Lumières sur la voie), pages 50 et 51.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages : 9829
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les divergences conjugales   Dim 13 Avr 2008 - 11:16

Problème entre la femme et son mari, dut à la famille

Cheikh Al-Fawzân




Q : Quel est l’avis de l’islam sur un homme qui interdit à sa femme de rendre visite à sa famille, car celle-ci cherche à créer des problèmes entre eux et à se mêler de leur vie ? Quel est le minimum que la femme doit à sa famille ? Peut-elle se limiter aux communications téléphoniques et à la correspondance par lettres ?



R : Le mari a le droit d’interdire à sa femme de rendre visite à sa famille si ces visites ont des conséquences néfastes sur sa religion ou sur son comportement envers lui. L’interdiction de ces visites a pour objectif dans ce cas de repousser les méfaits. La femme peut continuer à avoir des liens avec sa famille à travers le courrier ou les communications téléphoniques, mais seulement dans le cas où aucun inconvénient n’est engendré, car Allah, qu’Il soit élevé, dit :


« Craignez Allah, donc autant que vous pouvez. » [1]

Et Allah est le Plus savant.

D’autre part, une menace terrible a été formulée à l’égard de celui qui veut faire retourner une femme contre son mari ou essaie d’altérer sa relation avec lui. Le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit dans un hadith :


« Maudit est celui qui essaie de retourner une femme contre son mari. » [2]

c’est-à-dire celui qui essaie de la pousser à avoir un mauvais comportement avec son mari et à lui désobéir.

Quant aux proches de l’épouse, leur devoir est de veiller à ce que la relation entre leur fille et son mari soit toujours bonne, car ceci est dans son intérêt et le leur.



· Fatwa de Cheikh Al-Fawzân
· Kitâb ud-Dacwa (7), page156.

Notes :
[1] La Grande Perte, v. 16.
[2] Un hadith dans ce sens a été rapporté par Ahmad (2/397), par Abû Dâwûd dans le chapitre du divorce (2175) et dans le chapitre du bon comportement selon Abû Hurayra (5170). Ahmad le rapporte également selon Burayda (4/298).
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages : 9829
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les divergences conjugales   Dim 13 Avr 2008 - 11:34

Dispute entre la femme et sa belle-mère

Shaykh Salih Al Fawzan



Question :
Ma femme est souvent amenée à se disputer avec ma mère, et ma mère veut que je divorce d'elle. Je me retrouve ainsi à hésiter entre ma mère, et mes enfants et leur sort après le divorce, sachant que je suis un jeune homme pieux - et la Louange est à Allah -, que je ne veux pas provoquer la colère d'Allah en divorçant, et que je ne veux pas non plus provoquer celle de ma mère, à qui Allah a ordonné l'obéissance.
J'ai de plus lu un hadith rapporté par 'Abd Allah Ibn 'Umar, dont le sens est qu'il avait une femme qu'il aimait, et sa mère a voulu qu'il divorce d'elle. Il alla donc voir le Messager (صلى الله عليه و سلم) et il lui ordonna de divorcer. Nous espérons donc une réponse, qu'Allah vous récompense.


Réponse :

Louange à Allah.


Premièrement : Le cas de Ibn 'Umar ne concernait pas sa mère, mais son père 'Umar Ibn Al Khattab (رضي الله عنه) [Voir "Moussnad Al Imam Ahmad" (2/42) et "Sunan Abi Daoud" (4/337,338), tous deux d'après 'Abd Allah Ibn 'Umar, d'après son père (رضي الله عنهما), et "Sunan At-Tirmidhi" (4/176) et "Sunan Ibn Majah" (1/675), tous deux d'après Ibn 'Umar (رضي الله عنهما)].

Deuxièment : Quant au cas que tu as évoqué, qui se rapporte à la situation de ta femme avec ta mère, au fait qu'elle se dispute souvent avec elle et que ta mère attend de toi que tu divorces d'elle, il apparaît clairement dans ta question que cette femme cause du tort à ta mère, et il ne t'est pas permis de légitimer cet acte. Si il t'est donc possible que tu la prennes par la main et que tu l'empêches d'arriver à ces altercations, et si tu es dans la capacité d'établir la concorde entre ta mère et ta femme, cela t'est obligatoire. Dans ce cas, ne divorce pas. De même, si tu es dans la capacité d'établir ta femme dans un logement, et ta mère dans un autre logement, et que tu peux maintenir la situation ainsi, ceci est une autre solution.

Mais si tu ne peux rien accomplir de cela, et que ta femme continue à entrer en conflit avec ta mère et à la mettre en colère, dans ce cas le divorce sera une issue puisqu'il sera une obéissance à ta mère, et un moyen de faire disparaître le tort qui lui est causé ; celui qui délaisse une chose pour Allah, Allah la lui remplacera par une autre meilleure encore. En tous cas, améliore les choses selon ta capacité, et Allah (سبحانه وتعالى) se chargera de remédier à ta situation. Ne place la solution du divorce qu'en dernier recours, si tu n'as pas la capacité d'établir une autre solution.


Source : Shaykh Salih Al Fawzan, Fatwa n°16144 sur son site Internet.
Lien de la Fatwa en arabe : http://www.alfuzan.net/fatawy/ask3.asp?id=16144

http://www.darwa.com/forum//archive/index.php/t-9876.html
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages : 9829
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les divergences conjugales   Ven 31 Déc 2010 - 14:21

Les divergences conjugales

Cheykh 'Abdel 'Adhdim El Badawi



Les divergences conjugales (Al khilafatu zawjiya)

Il est rare de trouver des familles qui sont exemptes de problèmes conjugaux et de divergences. Mais les familles se différencient dans l’ampleur que prend ces problèmes et ces divergences. L’islam encourage les époux à trouver des solutions à leur problèmes et à mettre un terme aux divergences qu’il y a entre eux et l’islam appel chacun des époux à trouver une solution, à emprunter le chemin de la guérison ou de la négociation qui doit être entreprise vis-à-vis de l’autre. De même que l’islam nous encourage à s’empresser à trouver une solution aux problèmes et aux divergences au moment ou cela commence, dés le début car Allah a dit : « Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance (qu'elles s'élèvent), exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. » (sourate An-Nissa, v.34)

« Et celles dont vs avez peur qu’elles s’élèvent contre vous » : Et non pas celles qui s’élèvent mais celles dont on a peur qu’elles s’élèvent. C'est-à-dire lorsque l’homme voit un signe chez sa femme dans son comportement qui pourrait l’amener à s’élever ou à ne plus écouter et être désobéissante.

Allah a également parlé aux femmes en disant : « Et si une femme craint de son mari abandon ou indifférence, alors ce n’est pas un péché pour les deux s’ils se réconcilient par un compromis quelconque, et la réconciliation est meilleure. » (sourate An-Nissa, v. 128)

Cela montre que la femme doit entreprendre la voie de la négociation lorsqu’elle a peur que son mari soit indifférent vis-à-vis d’elle ou qu’il dévie du droit chemin en sentant des comportements chez lui étrange. Ainsi elle doit essayer de trouver une solution dés le début et non pas attendre que les choses s’aggravent pour agir.


L’auteur cite ensuite des longues citations tiré du livre : « Sous l’ombre du Coran » écrit par Sayd Qoutb (rahimahuLlah)
L’auteur aurait pu se passer de citer ce passage notamment car les savants nous ont mit en garde contre lui car il a commit de nombreuses erreurs. Le premier à avoir démontrée ses erreurs est AbduLlah Duwaish RahimahuLlah rahimahuLlah (un sheykh mort très jeune mais qui à son jeune âge était presque déjà un savant).
Ensuite celui qui est le plus connu à notre époque pour avoir démontré ses erreurs est Sheikh Rabi' Al Madkhali (qu’Allah le préserve).

Parmi les erreurs que Sayd Qutb (rahimahuLlah) a faites :
- Il rend mécréantes la plupart des sociétés musulmanes en les comparants à l’époque antéislamique (Jahiliyya).
- Au niveau de l’explication de « La ilaha Ill Allah » il dit : « Il n’y a point de juge qu’Allah ». Expliquer cela ainsi est une erreur car cela fait parti du Tawhid Ar-Rububiyya. Le fait que le jugement appartienne qu’à Allah ta’ala est vrai mais dire que « La ilaha ill Allah » ne signifie que ça est une erreur et les savants n’ont jamais donné cette explication là. Au contraire ils disent que cela signifie qu’il n’y a aucune divinité digne d’être adorée qu’Allah subhanahu wa ta’ala.
- Il dit que le Qur’an a été crée.
- Il appuie la thèse que tout ce que l’on voit est Allah.
- Il n’accepte pas Al Akhbar il Ahad car les Hadith du prophète sont divisés en 2 : Al Hadith al Ahad et Al Hadith Al Mutawatir (degré d’authenticité du Hadith le plus haut).
- Il a également manqué de respect à Moussa (‘alayhi salam) ainsi qu’envers certains compagnons  (رضي الله عنهم).
Donc tout cela pour en venir au jugement final qui est que les savants mettent en garde contre ses livres, mais aussi les musulmans de manière générale, les débutant dans l’Islam ainsi que les Talibatul-3ilm.

Quant à ceux qui ont atteint un niveau de science élevé, qui distinguent le bien du mal, qui, en lisant un livre, peuvent différencier le vrai du faux sans difficultés et avec certitude ; à ceux-là alors il leur est autorisé de lire n’importe quel livre si pour cela ils sont amenés à connaitre l’égarement.

Ex : Un savant qui veut connaitre l’égarement des chiites alors il peut livre leurs livres car le but est d’apprendre leur égarement. Comme l’a dit un poète : « d’apprendre le mal non pas pour le mal en lui-même mais pour se préserver » Mais pour les débutants comme nous, les savants nous déconseillent de lire ses livres !
Pour ce qui est des savants qui suivent Al Qur’an et la Sunna authentique, qui sont réputés pour être dans le droit chemin et qui commettent quelques erreurs dans leurs livres, leurs livres ne nous sont pas interdits. Il est donc très important de différencier entre les savants connus pour le droit chemin et entre un savant réputés pour être dans l’égarement !

Ainsi le frère qui fait les cours ne récitera pas le passage de Sayd Qutb pour les raisons que nous venons de voir.





Source : EL-WADJÎZ FI FIQHI AS-SOUNNATI WA AL-KITÂBI EL 'AZÎZ DU CHEIKH 'ABDEL-'ADHDIM EL-BADAWI - Le livre du Mariage -
Cours audio du frère Abou Anas - Source des dourous : http://www.lavoiedroite.com/index.php?option=com_content&view=article&id=109&Itemid=43
Retranscrit par Umm-Loqman
Revenir en haut Aller en bas
 
Les divergences conjugales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: La famille en Islam :: Rapports entre époux-
Sauter vers: