El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Les mariages forcés

Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9551
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Les mariages forcés   Mer 2 Avr 2008 - 13:26

Le père qui oblige sa fille à se marier

Shaykh 'Uthaymin (رحمه الله)



Question : Mon père a marié ma demi-sœur, qui avait alors vingt-et-un ans, avec un homme qu’elle ne désirait pas et sans même lui demander son avis. Les témoins ont faussement témoigné lors de l’établissement de l’acte qu’elle acceptait le mariage. Sa mère a signé l’acte de mariage à sa place. C’est ainsi que le mariage, qu’elle refuse jusqu’à ce jour, s’est déroulé. Quel est l’avis juridique sur un tel acte et sur le témoignage des témoins ?


Réponse :

Si votre sœur ne s’était jamais mariée auparavant, et que son père l’a obligée à se marier avec cet homme, alors certains savants pensent que ce mariage est valable. Ils pensent en effet, qu’un père a le droit d’obliger sa fille à se marier avec un homme qu’elle ne désire pas si celui-ci présente les qualités requises pour le mariage.

Cependant, l’avis le plus correct dans cette affaire est qu’il n’est permis ni au père, ni à personne d’autre d’obliger une femme à épouser un homme qu’elle ne désire pas, quand bien même celui-ci aurait des tas de qualités. Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit à cet égard : « On ne marie la femme vierge qu’après l’avoir consultée. » [1]

Ce hadith est général et englobe tous les tuteurs de la femme. On trouve aussi dans le recueil de hadiths authentiques de Muslim le hadith : « Le père doit consulter sa fille vierge (au sujet de son mariage). » [2]

Celui-ci évoque la femme d’une part, et son père d’autre part ; c’est donc vers ce genre de texte qu’il faut revenir en cas de litige.

Sur la base de ce qui précède, nous déduisons que le fait qu’un père oblige sa fille à se marier avec un homme qu’elle ne désire pas est interdit. Or, l’acte interdit ne doit ni être mis à exécution, ni être considéré comme valable, car le fait de le mettre à exécution ou de rendre le contrat valable va à l’encontre de l’interdit. [3]

Lorsque le législateur interdit une chose, il veut par-là que la communauté s’en abstienne et ne s’en approche pas. Si nous considérions cet acte de mariage comme étant juste alors ceci reviendrait à dire que nous nous sommes approchés et avons fait l’interdit et que nous le considérons au même titre que les contrats permis par le législateur. Et ceci ne doit pas se faire.

Sur la base de ce qui vient d’être dit, l’avis le plus probable est que le mariage que votre père a arrangé pour sa fille avec une personne qu’elle ne désirait pas n’est pas valable, et doit être revu par un tribunal.

Concernant les faux témoins, ils ont sûrement fait là un grand péché comme l’a mentionné le Prophète (صلى الله عليه وسلم) dans un hadith authentique. Il a dit à ses Compagnons : « Ne voulez-vous pas que je vous informe à propos des grands péchés ? » Après en avoir mentionné quelques-uns alors qu’il était allongé, il s’est redressé pour s’asseoir et a dit : [/color]« Et le mensonge, et le mensonge, et le faux témoignage. » Et il s’est mis à le répéter jusqu’à ce que les Compagnons eurent souhaité qu’il se taise. [4]

Ces faux témoins doivent se repentir à Allah, le Tout-Puissant, et dire la vérité. Il doivent reconnaître devant le juge qu’ils ont faussement témoigné et qu’ils renient ce témoignage.

Quant à la mère qui a signé mensongèrement à la place de sa fille, elle a sûrement commis un grand péché duquel elle doit se repentir, et ne jamais recommencer un tel acte.




Source : Fatwas du Shaykh 'Uthaymin, volume 2, pages 759 et 760.

Notes :
[1] Rapporté par Al-Bukhârî dans le chapitre du mariage (n°5136), et par Muslim dans le chapitre du mariage (n°1419).
[2] Rapporté par Muslim dans le chapitre du mariage (n°1421).
[3] Le cheikh lance ici une argumentation juridique : c.-à-d. la discussion de la validité du contrat de mariage malgré le refus de la femme. Cette question est sujette à divergence, mais le cheikh penche pour la non-validité du contrat.
[4] Rapporté par Al-Bukhârî dans le chapitre de la permission (n°6273, 6274) et par Muslim dans le chapitre de la foi (n°87)


Dernière édition par Oum Mouqbil le Mer 2 Avr 2008 - 13:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9551
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les mariages forcés   Mer 2 Avr 2008 - 13:44

Le père qui oblige son fils à se marier avec une femme de son choix

Cheikh Otheimine (رحمه الله)



Question : Quel est l’avis juridique de l’islam lorsqu’un père veut obliger son fils à se marier avec une femme qui n’est pas pieuse ? Qu’en est-il du cas où il refuse qu’il se marie avec une femme pieuse ?


Réponse :

Il n’est pas permis à un père d’obliger son fils à se marier avec une femme qu’il ne désire pas, pour un défaut qu’elle a sur le plan religieux, physique ou moral. D’ailleurs, nombreux sont ceux qui ont regretté d’avoir obligé leurs enfants d’épouser des femmes qu’ils ne voulaient pas. Cependant, un père peut proposer à son fils d’épouser, par exemple, sa nièce ou une femme de sa tribu. Le fils n’est pas tenu d’accepter, et son père ne doit pas l’obliger.

Pareillement, si un homme veut épouser une femme pieuse et que son père refuse, alors il n’est pas obligé de lui obéir. Le fils peut épouser cette femme pieuse en dépit du refus de son père qui le lui interdit. En effet, un fils n’est pas tenu d’obéir à son père lorsqu’il s’agit de faire des choses qui n’atteignent son père par aucun mal et qui peuvent lui profiter. Si nous considérions qu’un fils doit obéir à son père dans tous les cas, même concernant une chose qui lui est profitable et qui n’apporte aucun mal à son père, alors cela entraînerait forcément des méfaits. Dans ces cas de désaccord, il faut que le fils soit habile en ménageant son père et en essayant de le convaincre du mieux possible.




Source : Fatwas du Cheikh Otheimine, volume 2, page 761.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9551
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Obliger sa fille ou son fils à se marier ?   Sam 31 Jan 2009 - 16:12

Obliger sa fille ou son fils à se marier ?




Il y a certes aujourd’hui des choses qui se passent encore au sein de familles musulmanes par certaines personnes, qui sont des pères de famille et qui n’ont toujours pas compris – faute de science ou de demander aux gens de science – la gravité du péché d’imposer un homme à sa fille ou une fille à son fils, et de refuser tout le reste si ce n’est ce qu’il a lui, décidé pour eux… Nous sommes encore dans ce type de comportement, où l’ignorance et les gens agissent de par leur passion et leur méconnaissance totale des textes religieux, d’une religion pure qu’ils pratiquent avec inconscience.

La chose qu’il est important de dire haut et fort au père, et de manière intangible, est qu’il n’est pas permis au père de forcer son fils ou sa fille à épouser quelqu’un. Le père se doit de craindre Allâh – Ta’âla – dans le fait de prendre une telle décision ! Car certes un mariage non fondé sur le consentement mutuel des deux prétendants est d’entrée de jeux voué à l’échec. Les savants nous disent ainsi que si le fils ou la fille refuse de subir la volonté du père, et ne se marie pas avec la personne voulue par le père, il ou elle ne serait pas pour cela ingrat(e).

SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) a indiqué que les pères et mères n’ont pas le droit de forcer leurs enfants à épouser quelqu’un qui ne leur plait pas. Si l’enfant refuse d’obéir, il n’est pas ingrat, car c’est comme si on voulait lui faire manger ce qu’il ne veut pas. [1]

SHeikh Muhammad Ibn ‘Uthaymîn (rahimahullâh) dit encore qu’il n’est pas permis au père de forcer son fils à épouser une femme qui ne lui plait pas ; que cela soit dû à un défaut religieux ou moral ou encore physique. Que de gens ont regretté avoir obligé leurs enfants à épouser des femmes qu’ils n’aiment pas ! Ils disent : épouse une telle puisqu’elle est la fille de mon frère ou puisqu’elle appartient à ma tribu et autre. Il n’est pas obligatoire au fils d’accepter ni au père d’insister.

De même, si le fils voulait épouser une femme vertueuse sans l’accord du père, le fils ne serait pas tenu d’en tenir compte. S’il se trouve une bonne épouse et que son père lui interdit de l’épouser, il peut se passer de l’opinion paternelle. Car il n’est pas tenu d’obéir à son père dans une affaire qui lui apporte un intérêt et qui ne porte aucun préjudice à son père. Si nous disions que le fils doit obéir en toute affaire même quand cela pourrait lui porter atteinte et ne réaliser aucun intérêt pour le père, il y aurait des préjudices. Dans le présent cas, le fils doit être habile et ménager son père dans la mesure du possible afin de le convaincre. [2]




Notes :
[1] Madjmu’ al-Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 4/576-577
[2] Kitâb « Fatâwa al-Mar’a al-Mouslima » du SHeikh Ibn ‘Uthaymîn, p.640-641

Source : http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article204
Revenir en haut Aller en bas
Oum sajida
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 649
Date d'inscription : 17/12/2009

MessageSujet: Les mariages forcés   Sam 15 Mai 2010 - 14:17

Obliger la fille à épouser une personne qu’elle ne désire pas

Cheikh Ibn Baz (رحمه الله)



Question : Est-il permis à un père d’obliger sa fille à se marier avec une personne qu’elle ne désire pas ?


Réponse :


Ni le père, ni aucune autre personne ne peut obliger une femme sous sa tutelle à se marier avec un homme qu’elle ne désire pas. L’accord de la femme est obligatoire car le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit :

« On ne peut marier la femme qui a déjà contracté un mariage qu’après avoir eu son accord explicite, et on ne peut marier la femme vierge qu’après l’avoir consultée. » Quelqu’un demanda alors : « Ô Messager d’Allah ! Comment manifeste t-elle son consentement ? » Il dit : « En observant le silence. »

Il dit dans une autre version : « Son silence équivaut à son consentement. »

Et dans une troisième version, il dit : « La femme vierge doit être consultée par son père, et son silence a valeur de consentement. » [1]


Il est donc obligatoire pour le père de consulter sa fille au sujet de son mariage à partir de l’âge de neuf ans. De même, ses tuteurs ne peuvent la marier qu’après avoir eu son autorisation. Ceci est le devoir de tous. Celui qui marie une femme sans son autorisation, alors le mariage est caduc, car le consentement des deux époux est l’une des conditions du mariage. Si la femme est mariée sans son accord, sous la menace ou en étant battue, alors le mariage n’est pas valable. Cependant, le père, particulièrement, peut marier sa fille n’ayant pas encore atteint l’âge de neuf ans, selon l’avis le plus correct des savants. En effet, le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a épousé 'Aysha sans son autorisation avant ses neuf ans, comme il est rapporté dans un hadith authentique. [2]


Il est du devoir du mari, s’il est au courant du refus de la femme, de ne pas avancer dans les procédures du mariage, même si le père de celle-ci lui facilite les choses. Il doit craindre Allah et ne pas accepter une femme qui ne veut pas de lui, même si son père prétend qu’elle n’est pas forcée. Il est de son devoir de s’éloigner de ce que Allah lui a interdit, car le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a ordonné de demander la permission à la fille.


Par ailleurs, nous conseillons à la femme qu’on demande en mariage de craindre Allah, et d’accepter l’opinion de son père s’il désire la marier et si le prétendant à son mariage est un bon croyant et qu’il a une bonne moralité. En effet, ce genre de mariage comporte un immense bienfait et un profit, et le célibat est un grand danger. Nous conseillons à toutes les filles d’accepter de se marier lorsque des hommes doués de qualités se présentent à elles, et de ne pas donner comme prétexte les études ou l’enseignement ou autre chose.


Et Allah est le Garant de la réussite.




Source : Fatwa de Cheikh Ibn Baz, Fatwas concernant les femmes, pages 55 et 56.

Notes :
[1] Rapporté par Al-Bukhârî dans le chapitre du mariage (n°5136), et par Muslim dans le chapitre du mariage (n°1419 et 1421).
[2] Rapporté par Al-Bukhârî dans le chapitre du mariage (n°5133 et 5134) et par Muslim dans le chapitre du mariage (n°1422).[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Oum...Abderrahman
Modé Anim
Modé Anim
avatar

Nombre de messages : 1462
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Les mariages forcés   Lun 22 Jan 2018 - 13:52

Est-il permis de forcer sa fille au mariage avec un homme sans son consentement ?

cheikh ‘Abd e-Rahmân e-Sa’di



Question : Est-il permis de forcer la fille à se marier avec un homme qu’elle refuse d’épouser ?


Réponse :

Son père ne doit pas la forcer à se marier ni d’ailleurs sa mère, même dans la situation où ils sont satisfaits du prétendant.




Fatwa du cheikh ‘Abd e-Rahmân e-Sa’di

Source : fatawaislam.com [le site a fermé]
Revenir en haut Aller en bas
 
Les mariages forcés
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: La famille en Islam :: Le Mariage-
Sauter vers: