El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Les jeûnes interdits ou réprouvés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Les jeûnes interdits ou réprouvés   Sam 5 Avr 2008 - 15:55

Le jeûne du Samedi

Al-‘Allâma Muhamad Nasir-Din Al-Albani




Voici les paroles de shaikh Al-Albani (rahimahullah) concernant le jeûne du Samedi. Je ne rapporte pas son avis du point de vue de la science du hadith, mais seulement du point de vue du fiqh. Que celui qui veut [voir] la critique des chaînes de transmission, faite par le cheikh, se réfère à Irwa Al-Ghalil, tome 4, hadith n°90, p.118-125, car le shaikh s’y est étendu là-dessus.

Quant au hadith d’Umm Salama, shaikh Al-Albani (rahimahullah) a montré sa faiblesse dans Ad-Dha’ifa [3/219-220, n°1099]. Voir également l’avertissement ci-dessous.
Voici les ahadith authentiques que le shaikh a rappelé dans Silsilat al-ahadith As-Sahiha et qui contredisent le hadith qui interdit de jeûner le Samedi :

Le hadith d’Abû Hurayra :
« Ne jeûnez pas le Vendredi, sauf en le faisant précéder ou suivre d’une jour (de jeûne) » As-Sahiha [2/675, n°981]

D’après Abû Hurayra marfu’an (c’est à dire attribué au prophète (salallahu ‘alayhi wa salam)) : « Ne jeûnez pas le Vendredi sans jeûner un jour avant ou après. » As-Sahiha [2/675]

D’après Abû Hurayra : « [Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam)] a interdit le jeûne du Vendredi sauf s’il est (accompagné) [d’autres] jours [de jeûne], avant ou après. » As-Sahiha [3/10-11, n°1012] également [2/675]

Ibn Abî Umaya rapporte : « Je suis entré chez le messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam), un Vendredi, avec un groupe de la tribu des Azd, et il nous a invité à manger avec lui. Nous avons dit : Nous jeûnons. Il dit : Avez-vous jeûnez hier ? Nous répondîmes : non. Il dit : Jeûnerez-vous demain ? Nous dîmes : non. Il dit : rompez votre jeûne, puis il ajouta : ne jeûnez pas le Vendredi seul. » As-Sahiha [2/676]

D’après Abû Hurayra : « Ne priez pas spécifiquement la nuit du vendredi et ne jeûnez pas spécifiquement le vendredi, sauf s’il coïncide avec un jour que vous avez l’habitude de jeûner. » As-Sahiha [2/674, n°980]

Shaikh Al-Albani dit dans As-Sahiha [2/733-735] : « A cette occasion je dis : Il y a un autre hadith qui ressemble à cela, par le fait qu’il contient une interdiction et une exception (à l’interdiction). C’est la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Ne jeûnez pas le Samedi, sauf pour ce qui vous a été rendu obligatoire… », qui est un hadith sahih avec certitude et qui est référencé dans Irwa Al-Ghalil (960).

Ceci a posé des problèmes à beaucoup de gens passés et contemporains, et j’ai rencontré une opposition sévère de certaines personnes distinguées plus que des gens communs. Alors que pour moi, ce hadith est à interpréter comme celui du (jeûne du) Vendredi, donc il n’est pas permis de lui fixer une restriction autre que la restriction de l’« obligation » ; comme la parole de certains :
« Sauf pour celui qui a l’habitude de jeûner, ou seul. » car cela ressemble à une correction de la Législation Sage, et son infamie n’échappe à personne.

Par ailleurs, j’ai eu de nombreux débats avec des enseignants, des docteurs et des étudiants sur cette parole, et je leur rappelais alors la règle et l’exemple précédent qui est le jeûne du lundi ou du jeudi lorsqu’ils coïncident avec le jour du ‘Id. Ils disaient qu’il n’est pas permis de jeûner le jour du ‘Id, donc je leur montrait que cette position de leur part est conforme à la règle, alors pourquoi n’êtes-vous pas en conformité avec cette règle pour le hadith de l’interdiction de jeûner le Samedi ?!
Ainsi, ils sont embarrassés pour répondre, à part un petit nombre d’entre eux qui ont été équitables, qu’Allah les récompense. Parfois je les rassurais et les informais que le sens du délaissement du jeûne du Samedi, le jour de ‘Arafa ou de ‘Ashura par exemple, ne fait partie du délaissement des bonnes actions, mais, au contraire, de la perfection de la foi et de la conformité avec sa parole (salallahu ‘alayhi wa salam).


« Tu ne délaisseras rien pour Allah le Très-Haut, sans que par cela, Allah te le remplace par quelque chose de meilleur. » Ce [hadith] est référencé dans Ad-Dha’ifa, en note du hadith n°5, et sa chaîne est authentique.

Certains de ceux qui prenaient part à la discussion ont opposé le hadith du (jeûne du) Samedi avec le hadith du (jeûne du) Vendredi, j’ai donc considéré cela et, la louange est à Allah, il m’est apparu qu’ils ne se contredisent pas, ceci parce que nous disons : celui qui jeûne le Vendredi sans avoir jeûné le Jeudi doit jeûner le Samedi, cela lui est obligatoire afin de ne pas tomber dans le péché du jeûne du Vendredi seul. Il entre alors dans ce cas dans la généralité de la parole du prophète dans le hadith du (jeûne du) Samedi : « …sauf pour ce qui vous a été rendu obligatoire.

Mais cela est seulement pour celui qui a jeûné le Vendredi sans connaître l’interdiction de jeûner seulement ce jour, et qui n’a pas jeûné jeudi comme nous l’avons mentionné. Quant à celui qui connaît l’interdiction, il ne doit pas jeûner [le samedi], car dans ce cas, il jeûne ce qui ne lui est pas obligatoire ni prescrit, et ce cas n’entre pas alors dans la généralité évoquée. D’après cela, on connaît la réponse si Vendredi correspond à un jour méritoire : il n’est pas permis de jeûner seulement ce jour, de même pour Samedi, car ce (jeûne) ne lui est pas obligatoire.

Quant au hadith :
« Le prophète multipliait le jeûne le Samedi. » Il s’est avéré qu’il n’est pas authentique d’après sa chaîne de transmission, et j’ai pris en charge l’exposition de cela dans le troisième tome de Ad-Dha’ifa, hadith n°1099, que celui qui cherche la vérité s’y réfère donc.

Avertissement : Shaikh Al-Albani a affaibli le hadith de Umm Salama après l’avoir jugé hassan (bon) dans son commentaire du Sahih Ibn Khuzaima, il dit :
« je n’ai pas été averti de ce défaut – qui est l’état de ‘Abdullah ibn Muhammad ibn ‘Umar – dans mon commentaire du Sahih Ibn Khuzaima, je l’ai donc déclaré hassan, alors que ce qui est correct est ce pour quoi j’ai opté ici, et Allah est plus savant. [3/220]

Et aussi dans As-Sahiha [5/523], d’après Abû Hurayra : « Ne jeûnez pas le Vendredi, sauf en le faisant précéder ou suivre d’un jour. ». Al-‘Allâma Al-Albani dit suite à ce hadith : « Sache qu’a été authentifié l’interdiction de jeûner le Samedi sauf pour les obligations, et il (salallahu ‘alayhi wa salam) n’a pas donné d’autre exception. En apparence il contredit ce qui précède comme permission de jeûner (le Samedi) avec le jeûne du Vendredi. Soit on dit que la permission prévaut sur l’interdiction, soit que l’interdiction prévaut sur la permission, et c’est le plus vraisemblable pour moi. L’occasion ne permet pas d’exposer cela maintenant. Que celui qui le souhaite se réfère à mon livre. » Tamam Al-Minna fi ta’liq ‘ala Fiqh-Sunna [405-408/ édition de ‘Amman]

Et voici la parole du shaikh dans Tamam Al-Minna : « Et l’explication du hadith, par l’interdiction du jeûne du Samedi seul, est rejetée par sa parole (salallahu ‘alayhi wa salam) :
« …sauf pour ce qui vous a été rendu obligatoire », comme l’a dit Ibnul-Qayyim dans Tahdhib As-Sunnan : « C’est une preuve de l’interdiction de jeûner (Samedi) seul ou accompagné (d’un autre jour), car l’exception est une preuve de l’inclusion, et cela implique que l’interdiction comprend toutes les formes de jeûne sauf l’obligatoire. et si cela ne comprenait que le jeûne du jour seul, il aurait dit : ne jeûnez pas le Samedi, sauf si vous jeûnez un jour avant ou après, comme il l’a dit pour le Vendredi. Mais lorsqu’il a été spécifié que la forme de jeûne permise est le jeûne obligatoire, on a su que l’interdiction comprenait ce qui s’y oppose. »

Je dis : De plus, si le fait de lier (les deux jours de jeûne) n’était pas interdit, il aurait été prioritaire de mentionner cette exception plutôt que celle du [jeûne] obligatoire, car cela prête plus à confusion. Mais puisque c’est la seule exception qui a été faite, on en déduit qu’il n’y a pas d’autres exceptions [sous-entendues].

S’il en est ainsi, le hadith est en contradiction avec les ahadith qui autorisent le jeûne du Samedi, comme le hadith qui a précédé de Ibn ‘Amr, et d’autres [hadiths] semblables cités par Ibnul-Qayim à la suite de ce hadith dans sa précieuse recherche, où il s’est étendu dans la citation des paroles des savants sur le sujet, et il en est arrivé à l’interdiction de jeûner le Samedi seul, regroupant ainsi entre les ahadith. C’est vers quoi j’ai penché dans « Al-Irwa »

Mon avis (aujourd’hui), et Allah est plus savant, et que ce regroupement entre les ahadith est bon, si ce n’était deux points :


Premièrement : sa contradiction explicite avec le hadith, d’après la citation précédente d’Ibnul-Qayim.

Et deuxièmement : il y a une autre issue pour accorder et regrouper les ahadith, si nous voulons être en conformité avec les règles rapportées dans les livres de principes fondamentaux (Usûl) :

-premièrement : Ils disent : Si la prohibition et la permission s’opposent, on donne préséance à la prohibition sur la permission.

-deuxièmement : si la parole et l’acte s’opposent, on donne la préséance à la parole sur l’acte.


Celui qui examine les ahadith qui contredisent celui-ci, trouvera qu’elles se divisent en deux catégories :


1 - les actes du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) et son jeûne.

2 - la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) comme dans le hadith
Il est clair et évident que les deux concernent la permission. Donc le regroupement entre ces ahadith et le hadith (d’interdiction) nécessite qu’on donne la préséance à ce hadith car c’est une prohibition, alors que les autres concernent une permission. De la même façon, on donne la préséance à ce hadith sur la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) à Juwayriyah :
« Penses-tu jeûner demain ? » et les autres ahadith qui vont dans le même sens.

Voilà ce qui m’apparaît (juste). Si je vois juste alors c’est par la grâce d’Allah, à Lui la louange pour (m’avoir donné) de Sa Grâce et (m’avoir) guider vers la réussite, et si je me trompe, cela vient de moi, et j’implore Son pardon pour mon péché.



Lire l’article en arabe
Article tiré du site sahab.net

Traduit par les salafis de l’Est
Revu et corrigé par Adel Ibn Abdillah
http://www.salafs.com/modules/news/article.php?storyid=244


Dernière édition par Oum Mouqbil le Jeu 2 Oct 2008 - 11:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les jeûnes interdits ou réprouvés   Lun 7 Avr 2008 - 20:59

Le jeûne du samedi (sujet à divergence)


Commission Permanente



Quand est-il du jeûne surérogatoire le Samedi seul ?...


Question :
Votre Eminence [Sheikh 'Abd Al-Azîz Ibn 'Abdillah Ibn Bâz], le grand Mufti de la Mecque, qu’Allah le salut, [As Salam ‘alaïkoum oua Rahmatou Allah oua Barakatouh].

Ceci dit…

Comme vous le savez [sans doute], qu’Allah vous préserve, le neuvième jour de cette année 1415 h.a de l’hégire du mois de Mouharam correspondra à un samedi et donc le dixième jour sera le dimanche de cette même année en fonction du fuseau horaire de Oumm Al Qura - et si l’on applique le hadith suivant :
« Si je vivais jusqu'à l'année prochaine, je jeûnerai le 9ème jour…» [Rapporté Al Boukhari, dans son livre du jeûne au chapitre du jeûne du vendredi « celui qui souhaite jeûner un vendredi » n°1849 avec l’expression : « l’un de vous ne jeûnera…» et Mouslim dans son livre du jeûne au chapitre « il est détestable de jeûner le jour du vendredi seul » n°1929] ou comme le Prophète – prière et salut sur lui – l’a dit.
J’ai donc jeûné le samedi et le dimanche (9 et 10éme jour de Mouharam).

Cependant, l’un des frères s’est opposé quant au fait de jeûner un Samedi et a dit :
« Pratiquer le jeûne surérogatoire ce jour là (le Samedi) est défendu d’après ce qui à été relaté dans un hadith ». Il a ensuite expliqué le sens du hadith sans pour autant me le nommer.

Dans le but d’éclaircir le sujet et par application des paroles d’Allah ta’ala
: { …Demandez donc aux gens du rappel si vous ne savez pas.} [Sourate An-Nahl - 43], je demande à votre excellence de bien vouloir apporter un éclaircissement à cette ambiguïté en mentionnant le hadith en question et en montrant son authenticité. Quel serait [à juste titre] votre conseil à propos de ce sujet ? Et puisse Allah vous préserver !


Réponse :
[Oua ‘alaïkoum Salam oua Rahmatou Allah oua Barakatouh]…

Ensuite, le hadith évoqué est bien connu et se trouve dans le livre « Boulough Al Maram » au chapitre concernant le jeûne et ce récit est [Shâad] (il comporte une contradiction) et il contredit les Ahadith authentiques dont celui-ci : le Prophète –que la paix et le salut d’Allah soient sur lui– a dit :
« Ne jeûnez pas le Vendredi, sauf en le faisant précéder ou suivre d’un jour (de jeûne) » [Rapporté Al Boukhari, dans son livre du jeûne au chapitre du jeûne du vendredi « celui qui souhaite jeûner un vendredi » n°1849 avec l’expression : « l’un de vous ne jeûnera…» et Mouslim dans son livre du jeûne au chapitre « il est détestable de jeûner le jour du vendredi seul » n°1929].

Il est évident que le jour d’après soit un Samedi et que le hadith évoqué est authentique et se trouve dans les deux Sahih (Boukhari et Mouslim).

Le Prophète –que la paix et le salut d’Allah soient sur lui– jeûner le Samedi et le Dimanche et disait :
« Ce sont deux jours de fêtes chez les polythéistes et j’aime donc me différencie d’eux » [Rapporté par Ahmad dans masnad al Ansar n°1849].

Les récits qui abondent en ce ses sont nombreux, ils apportent tous la preuve de la permission du jeûne surérogatoire le Samedi. Et qu’Allah vous facilite à tous et [As Salam ‘alaïkoum oua Rahmatou Allah oua Barakatouh].



Le grand Mufti d’Arabie Saoudite Président du Comité de Grands Savants et Président de la Commission Permanente pour les Recherches Académiques et l’Ifta (consultation religieuse)

http://alghourabaa.free.fr/web/page54.html


Dernière édition par Oum Mouqbil le Mar 8 Avr 2008 - 21:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les jeûnes interdits ou réprouvés   Lun 7 Avr 2008 - 21:01

Les jours où le jeûne est détesté

SHeikh Ibn Bâz




Question :
Quels sont les jours au cours desquels il est détestable de jeûner ?


Réponse :
Parmi les jours où il est interdit de jeûner, il y a le vendredi. Il n’est pas permis de jeûner le vendredi seul lorsqu’il s’agit d’un jeûne surérogatoire car le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) l’a interdit. Il en est de même pour le jeûne surérogatoire du samedi.

Ceci dit, il n’y a pas de mal à ce que le vendredi soit jeûné avec le jeudi ou le samedi comme cela a été rapporté d’un un hadîth de l’Envoyé d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam).

De même, il est interdit de jeûner le jour de la fête de « ‘Aîd al-Fitr », de « ‘Aîd an-Nahar » [Fête du sacrifice], ainsi que les 3 jours qui suivent la fête du sacrifice [Ayâm at-Tachrîq], certes le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a interdit cela. Excepté concernant les jours qui suivent la fête du sacrifice, il est certes venu ce qui indique la permission de jeûner pour ceux qui au cours des rites [du pèlerinage] « at-Tamattou’ » ou « al-Qirân » spécifiquement, n’ont pas eu la capacité de donner une offrande, comme cela a été authentifié par al-Bukhârî, que ‘Aicha (radhiallâhu ‘) et Ibn ‘Oumar (radhiallâhu ‘anhu) ont dit :
« Il n’est pas toléré de jeûner pendant les journées qui suivent le sacrifice [Ayâm at-Tachrîq], excepté pour ceux qui n’avaient pas d’offrande. » [3]

Il n’est donc pas permis de jeûner de manière surérogatoire ou pour une autre raison un jour tel que le jour de l’Aîd, ainsi que le trentième jour du mois de Cha’bân si la vision lunaire n’a pas été attesté, parce qu’il s’agit certes d’un jour de doute, et il n’est pas permis de le jeûner selon l’avis le plus juste des savants, qu’il s’agisse d’un jeûne sciemment effectué ou pas, car les ahâdîth authentiques sur le sujet indiquent son interdiction. [4]



Notes :
[3] Rapporté par al-Bukhârî - n°1998
[4] Madjmu’ Fatâwa de SHeikh Ibn BâZ, Vol-15 p.407-408


http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article351
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les jeûnes interdits ou réprouvés   Mar 8 Avr 2008 - 21:46

Quiconque jeûne le jour du doute désobéit au prophète Abû-Qâsim



Pour cela, le Musulman ne doit pas devancer le mois de jeûne en jeûnant un jour ou deux avant par précaution, sauf si cela coincide avec un jour où il a l'habitude de jeûner (comme le lundi et le jeudi ou les 3 jours de pleine lune pour quelqu'un qui les jeûnes régulièrement (ndt)


D'après Abû-hurayra le prophète a dit :

" Ne devancez pas [le mois de ]Ramadan en jeûnant un jour ou deux, sauf un homme qui jeûne [par habitude], alors qu'il le fasse "
[Muslim, h . n 573 ]

Sache, frère en islam que celui qui jeûne le jour de doute, désobéit au messager d'Allah .

Sila b. Zufar a rapporté a rapporté selon 'Ammâr :

" Quiconque jeûne le jour de doute désobéit en effet à Abû-Qâssîm "
[Abu-Dawud, h . n 3334; Al-Nasa'i, h n 2188; Al-Tirmidi,h . n 686; Ibn-Madjâ, h. n3334; d'arès 'Ammar Ben Yâsir]
.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les jeûnes interdits ou réprouvés   Mar 8 Avr 2008 - 21:53

Le jeûne continu (al wissal)

cheykh ibn 'otheymin




Question :
Qu’est ce que le jeûne continu (al wissal) ? Est ce que cela fait partie de la sounnah ?


Réponse :
Al wissal veut dire que la personne ne rompt pas le jeûne pendant deux jours consécutifs. Le prophète (Salla Allah alayi wa salam) l’a interdit et il a dit :
« Celui qui désire faire al wissal qu’il le fasse jusqu’au assahour ».
Il est permit de faire al wissal jusqu’au assahour, mais pas prescrit. Le prophète (Salla Allah alayi wa salam) nous a encouragé à nous empresser à rompre le jeûne.


Source : 100 questions reponses sur le ramadan
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les jeûnes interdits ou réprouvés   Mar 8 Avr 2008 - 22:26

Le jeûne des jours de Tachrîq


(11, 12 et 13 de dhû-lhijjah)
cheikh Mouhammad ibn Saleh el 'Outhaymine




QUESTION :

Pour celui qui habituellement jeûne le lundi et le jeudi, peut-il jeûner si un de ces deux jours coïncide avec les jours du "Tachrik" ?

REPONSE :

Si le lundi ou le jeudi coïncident avec les jours du « Tachrik » alors l’individu ne jeûnera pas, et ce conformément aux hadiths de ‘Aicha- qu’Allah l’agréée- et ibn ‘Omar- Qu’Allah l’agrée-Il ne fut pas permis pendant les jours de tachrik de jeûner sauf pour celui qui n’effectuait pas le sacrifice » c’est à dire « El Moutamati’ » et « El Kaarin » pendant le pèlerinage, et l’on sait pertinemment que l’on ne peut au nom d’une sounnah effectuer un acte illicite.


Questions & Réponses concernant La Prière des 2 fêtes
du cheikh Mouhammad ibn Saleh el 'Outhaymine
-Qu'Allah lui fasse Miséricorde-"
Tiré du site al.baida : www.al.baida.online.fr





Ce qui est parvenu sur l’interdiction (nnahy) du jeûne des jours du « tachrîq »

D’après Abû Hurayrah que l’Agrément d’Allâh soit sur lui : Le Messager d’Allâh prière et salut d’Allâh sur lui a dit :

« Les jours de Minan sont des jours de nourriture et de boisson. »

(1396-1719 : hasan sahîh). C'est-à-dire que le jeûne est défendu durant ces jours.


D’après Bichr Ibn Suhaym que l’Agrément d’Allâh soit sur lui : « Le Messager d’Allâh prière et salut d’Allâh sur lui exhorta [les gens] les jours du « tachrîq » et dit :


« Personne n’entrera le Paradis si ce n’est une âme soumise [à Allâh] (muslimah) et ces jours [du tachrîq] sont des jours de nourriture et de boisson. »

(1396-1720 : sahîh)

Le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit :


« Les journées d’Arafa, du sacrifice et les trois journées suivantes constituent un temps de fête pour nous, Musulmans, des journées où l’on mange et boit [à satiété] » Rapporté par les auteurs des Sounans

http://apprentissage-islam.realbb.net/les-lectures-que-vous-avez-aimees-f6/dossier-dhou-al-hidja-t1603.htm



Petite précision concerant les jours du " tachrik " (tachriq)

Comme l'explique, l'Imam Anawawi , qui commente le hadith dans sahih Mouslim où le Prophète sas dit : "Les jours de tachriq sont des jours [où il faut] manger et boire". Anawawi précise que dans une autre version, il est ajouté "et invoquer Allah". Il commente en disant qu'il s'agit de "3 jours après al-Aïd al-Adha ": "ils sont nommés ainsi (tachriq) en raison de la préparation par les gens de la viande du sacrifice en l'étalant au soleil." (qadid=viande séchée). Il ajoute qu'il y a dans le hadith, le fait de juger bon (istihbab) de faire beaucoup de dhikr pendant ces jours comme des takbir ou autre ...

source: http://www.darwa.com extrait du site http://hadith.al-islam.com

.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Mar 9 Déc 2008 - 14:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les jeûnes interdits ou réprouvés   Mar 8 Avr 2008 - 22:28

Le jeûne du jour du sacrifice et de la rupture

(al-adhâ wa-lfitr)



Sur l’interdiction du jeûne du sacrifice et de la rupture [du jeûne] (al-adhâ wa-lfitr).

D’après Abî Sa’îd que l’Agrément d’Allâh soit sur lui :

« Le Messager d’Allâh prière et salut d’Allâh sur lui a prohibé le jeûne du jour de la rupture [de ramadân] (al-fitr) et le jour du sacrifice (al-adhâ]. »

(1398-1721 : sahîh)


D’après Abî ‘Ubayd que l’Agrément d’Allâh soit sur lui : « J’ai assisté à la Fête (al-‘îd) avec ‘Umar Ibn Al-Khattâb ; il commença par la prière avant le sermon. Il [y] dit :


« Le Messager d’Allâh prière et salut d’Allâh sur lui interdit le jeûne de ces deux jours : le jour de la rupture (al-fitr) et celui du sacrifice (al-adhâ). Quant au jour de la rupture, c’est le jour où vous rompez votre [mois] de jeûne et le jour du sacrifice, [c’est le jour] où vous mangez la viande de vos sacrifices. »

(1399-1722 : sahîh)
.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les jeûnes interdits ou réprouvés   Ven 12 Mar 2010 - 14:44

Le jeûne du Samedi

Chaikh Al 'Otheymine




je voudrais clarifier ce qu’a été rapporté dans le hadith de Abou Dawoud, que le prophète –que la paix et le salut d’Allah soient sur lui– a dit : "Ne jeûnez pas le samedi sauf s’il est obligatoire, même si quelqu’un d’entre vous (en jeûne) ne trouve qu’une écorce d’un raisin ou une petite branche d’un arbre alors qu’il la mâches."

Concernant ce Hadith, Abou Dawoud a dit : "Malik qu’Allah lui fasse miséricorde, et qui est Malik Bnou Anass ! le célèbre Imam a dit : ce hadith est un mensonge sur le Prophète –que la paix et le salut d’Allah soient sur lui– et il n’est pas authentique", et en réalité celui qui observe bien ce hadith, y trouvera une anomalie dans sa chaîne de transmission, et il y est de la particularité {achoudhoudh} et un rejet dans le corps du texte {al matn} En ce qui concerne l’anomalie dans sa chaîne de transmission, les gens de science on déjà expliqué les causes de cette anomalie, et celui qui veut, peut revenir à leurs paroles.

En ce qui concerne la particularité dans sa chaîne de transmission et le rejet, il a été prouvé de manière authentique du prophète –que la paix et le salut d’Allah soient sur lui– dans le livre des hadiths authentiques d’Al Boukhari que le Prophète –que la paix et le salut d’Allah soient sur lui– est entré voir Al Jouwayriya Bint Al Harith –qu’Allah soit satisfait d’elle– le jour du vendredi et elle a dit qu’elle jeûnait et Il lui a demandé : "as-tu jeûné hier ?" elle a répondu : "non", Il a demadé : "jeûneras-tu demain ?" elle a répondu : "non", il a dit "romps ton jeûne". Et nous savons que le lendemain du vendredi est le samedi, et cela est la parole du prophète –que la paix et le salut d’Allah soient sur lui– dans ce qu'Al Boukhari a rapporté, du fait qu'il a autorisé de jeûner le samedi, ainsi ce qu’a été rapporté d’après Oum Salama –qu’Allah soit satisfait d’elle–qui a dit : { le Messager d’Allah –que la paix et le salut d’Allah soient sur lui– jeûnait le samedi et le dimanche plus qu’il jeûnait les autres jours et il disait : se sont les fêtes des polythéistes et je me différencie d’eux .
Il a été prouvé d’une manière authentique de la sunna du Messager d’Allah –que la paix et le salut d’Allah soient sur lui– que ce soit au niveau des pratiques ou au niveau des paroles, que le jeûne du samedi n’est pas interdit, et les savants ont divergé sur le fait de prendre le hadith qui interdit le jeûne du samedi, certains ont dit de ne pas le prendre et qu’il n y’a pas de mal dans le fait de jeûner le samedi qu’il soit seul ou non, car le hadith n’est pas authentique, et le hadith qui n’est pas authentique ne doit pas faire objet d’un jugement parmi d’autres.



http://alminhadj.fr 25/12/2009 22:33:46 / Page




Il y a parmi les savants qui a rendu le hadith authentique ou { hassan } en expliquant que la différence entre ce hadith et les autres hadiths : ce qui est interdit c’est le fait de jeûner le samedi seul, c'est-à-dire le jeûner sans avoir jeûné le vendredi ou le dimanche, et c'est l'avis de l'Imam Ahmad qu'Allah lui fasse miséricorde qui a dit : "si une personne a jeûné un autre jour avec le samedi, comme le vendredi ou le dimanche, alors il n'y a pas de mal dans cela".
Nous disons aussi, si le samedi coïncide avec un jour qui est légiféré de jeûner comme le jour de ‘Arafa, le dixième jours du mois de Moharram, alors il n’est pas détestable de le jeûner, car le détestable est de le jeûner d’une manière spécifique, en croyant qu’il y est un bien, et j’ai averti contre cela, car j’ai entendu que certain ont jeûné le neuvième et le dixième jours du mois de Moharram, et l’un des deux jours était un samedi, et certains frères leur ont demandé de rompre le jeûne et cela est une erreur et le frère devrait plutôt demander avant de donner une fatwa sans science.



Chaikh Al 'Otheymine
Mawsou'ate Allajna wa Al Imamayne p593
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les jeûnes interdits ou réprouvés   Mer 8 Déc 2010 - 10:13

Les jours dans lesquels il est interdit ou déconseillé de jeûner

Cheykh 'Abdel 'Adhdim El Badawi



Chapitre des jours dans lesquels il est interdit ou déconseillé de jeûner :

1- Le jour des deux fêtes :

Selon Abou ‘Oubayd Mawla Ibnou Azhar : « J’ai assisté à un jour de fête avec ‘Oumar Ibnou Khattab qui a dit : « Ce sont 2 jours dans lesquels le Prophète nous a interdit de jeûne : le jour où vous rompez le jeûne et le jour où vous mangez de vos bêtes sacrifiées. » » (rapporté par Al Boukhari et Mouslim)


2- Les trois jours de tachrik :

Ce sont les 3 jours qui suivent le jour de l’’Id el AdHa. Ils sont appelés at-tachrik car ce sont les jours où les gens séchaient la viande au soleil.

Selon Abou Moura , l’esclave de Oum Hânî (رضي الله عنها) : « Je suis rentré avec ‘Abdallah Ibnou ‘Amr chez son père ‘Amr Ibn Al ‘Ass qui nous a présenté à mangé en disant : « Mange. » ‘Abdallah Ibnou ‘Amr a dit : « Je jeûne. » ‘Amr Ibn Al ‘Ass lui a dit : « Mange, car ce sont dans ces jours que le Prophète nous a ordonné de manger et nous a interdit de jeûner. » »

« ce sont dans ces jours » : L’imam Malik a expliqué que ce sont les jours de Tachrik.

Et le Prophète a dit : « Les jours de tachrik sont des jours de nourriture, de boisson et de rappels d’Allah. » (rapporté par Al Boukhari)

Fait exception à cette interdiction, celui qui n’a pas trouvé de bête à égorger. La preuve est le hadith de Aïcha (رضي الله عنها) et selon Ibnou ‘Omar : « Il n’a été autorisé de jeûner les jours de tachrik qu’à celui qui n’a pas trouvé de bête à égorger. » (rapporté par Al Boukhari)

Ceci est valable pour celui qui fait le Hajj et la 'Oumara en même temps, car pour lui, égorger un bête est obligatoire et Allah a dit : " S’il n’a pas les moyens qu’il jeûne trois jours pendant le Hajj et sept jours une fois rentré chez lui, soit en tout dix jours. " (sourate Al Baqara, v 196)


3- Le Vendredi seul :

Selon Abou Hourayra : « J’ai entendu le Prophète dire : « Que l’un d’entre vous ne jeûne pas le vendredi sauf s’il jeûne un jour avant ou un jour après. » » (rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

Pour celui qui a l’habitude de jeûner le jeûne de Dawoud (‘alayhi salam), les savants disent qu’il lui est permis de jeûner le vendredi même seul. Pour cela ils se basent sur un hadith où le Prophète a dit : « Ne spécifiez pas le jour du vendredi comme étant un jour de jeûne par rapport aux autres jours de la semaine, et ne spécifiez pas la nuit du vendredi comme étant une nuit de prière par rapport aux autres nuits de la semaine. Sauf si c’est un jeûne que vous avez l’habitude de faire. » (hadith authentique rapporté par Mouslim)


4- Le Samedi seul :

Selon ‘Abdoullah Ibnou Bousr As-Soulmî , selon sa sœur, le prophète a dit : « Ne jeûnez le jour du samedi que lorsque c’est un jour de jeûne obligatoire. Si l’un d’entre vous ne trouve que la peau d’un raison ou un bout de bois, qu’il le mange. »

Ce hadith nous prouve seulement qu’il n’est pas permis de jeûner un jeûne surérogatoire le samedi. Quant au fait qu’il n’est pas permis de jeûner ce jour seul, il y a le hadith où Jouweriya (رضي الله عنها) a jeûné le vendredi et le Prophète lui a dit : « As-tu jeûné hier ? » Elle a dit : « Non. » Il lui a dit : « As-tu l’intention de jeûner demain ? » Elle a dit : « Non. » Il a dit : « Alors rompt ton jeûne. »

« As-tu l’intention de jeûner demain ? » : demain étant le samedi, ce hadith rejoint celui d’Abou Hourayra où le prophète a dit concernant le jeûne du vendredi : « Que l’un d’entre vous ne jeûne pas le vendredi sauf s’il jeûne un jour avant ou un jour après. »
Ainsi, en rassemblant ces 2 hadith avec celui de ‘Abdoullah Ibnou Bousr As-Soulmî , on en déduit qu’il est permis de jeûner le samedi si c’est avec un autre jour.

Il y a d’autres savants, comme cheykh Al Albani , qui considèrent que le jeûne du samedi, en dehors du jeûne obligatoire, est toujours interdit qu’il soit précédé ou non d’un autre jour. Cheykh Al Albani dit même que si le jour de ‘Arafa tombe un samedi il ne faut le jeûner.


5- La seconde moitié du mois de Cha’bane :

Abou Hourayra rapporte que le Prophète a dit : « Lorsque la 2ème moitié de Cha’ban arrive, ne jeûnez pas. » (rapporté par Abou Dawoud et At-Tirmidhi)

Il y a une divergence sur l’authenticité de ce hadith. Cheykh Al ‘Outhaymin considère ce hadith faible, et il dit que le hadith de ‘Aïcha (رضي الله عنها) qui dit : « Je ne l’ai pas vu jeûner plus de jours dans un mois que celui de Cha’bane. », est une preuve de la faiblesse du hadith, car si le Prophète a jeûné le plus dans ce mois, cela signifie qu’il a jeûné plus de la moitié. Wallahou a’lem.

Et selon Abou Hourayra également, le Prophète a dit : « Ne précédez pas le Ramadan d’un jour ou deux, sauf si un homme a l’habitude de jeûner, alors qu’il jeûne ces jours. »


6- Le jour du doute :

Selon ‘Amar Ibnou Yâssir : « Celui qui jeûne le jour du doute, il a alors désobéi à Abou-l Qassim. » (rapporté par At-Tirmidhi et Abou Dawoud)

Le jour du doute ne peut être que le 30ème jour d’un mois. En effet, si la nuit du 30ème jour est couverte et qu’on ne peut pas voir la lune, alors le 30ème jour est un jour de doute (la nuit précède toujours le jour), car on ne sait pas si c’est effectivement le 30ème du mois ou si c’est le 1er jour du mois suivant. Donc lorsqu’il y a ce doute, il n’est pas permis de jeûner, et de compléter le mois de Cha’bane à 30 jours (car les mois lunaire son de 29 ou 30 jours).


7- Le jeûne continuel :

C’est-à-dire de jeûner toute l’année, même si la personne mange les jours où le jeûne est interdit.

Selon ‘Abdoullah Ibnou ‘Amr : « Le Prophète m’a dit : « Ô ‘Abdoullah Ibou ‘Amr, tu jeûnes toute l’année et tu pris toute la nuit. En faisant cela tu portes atteinte à tes yeux et tu t’affaiblis. Point de jeûne pour celui qui jeûne continuellement. » » (rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

Ce jeûne n’est pas accepté comme l’a dit le Prophète , car il lui manque une des conditions d’acceptations des œuvres qui est le suivi de la sounna du Prophète et ausi car le Prophète a dit qu’il n’y avait pas de meilleur jeûne que celui de Dawoud (‘alayhi salam).

Et selon Abou Qatada : « Un homme est venu vers le Prophète et lui a demandé : « Ô Messager d’Allah, comment jeûnes-tu ? » Le Prophète s’est énervé. ‘Omar a vu le Prophète énervé et a dit : « Nous approuvons Allah comme Seigneur, l’Islam comme religion, Mouhammed comme Envoyer, nous demandons la protection d’Allah contre le courroux et la colère d’Allah, nous demandons la protection d’Allah contre la colère de Son Prophète. » ‘Omar ne cessait de répéter ces phrases jusqu’à ce que la colère du Prophète se soit apaisée, puis il a dit : « Ô Messager d’Allah, qu’en est-il de celui qui jeûne toute l’année ? » Le Prophète a répondu : « Il n’a ni jeûné ni mangé. » » (rapporté par Mouslim et Abou Dawoud)

« Le Prophète s’est énervé » : Les savants ont donné 2 explications possibles au fait que le Prophète se soit énervé :
1- Soit parce qu’il ne souhaitait pas dire comment il adorait Allah car cela est personnel entre lui et Allah.
2- Soit parce que cet homme risquerait de prendre la réponse du Prophète comme une obligation pour lui et qu’il ne pourrait pas la mettre en pratique.


8- L’interdiction à la femme de jeûner sans l’autorisation de son mari lorsqu’il est présent :

Selon Abou Hourayra , le Prophète a dit : « Que la femme ne pas jeûne en présence de son mari sans son autorisation. » (rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

La plupart des savants disent cela est propre au jeûne surérogatoire seulement.




Source : EL-WADJÎZ FI FIQHI AS-SOUNNATI WA AL-KITÂBI EL 'AZÎZ DU CHEIKH 'ABDEL-'ADHDIM EL-BADAWI - Le livre du jeûne -
Cours audio du frère Abou Anas
Retranscrit par oum_hind, Oum hureyra et Oum Mouqbil
Revenir en haut Aller en bas
 
Les jeûnes interdits ou réprouvés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: 'Ibadah (autres actes d'adorations) :: As-Siyam-
Sauter vers: