El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Al-Khul : divorce demandé par la femme

Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9530
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Al-Khul : divorce demandé par la femme   Mer 2 Avr 2008 - 14:34

Divorce demandé par la femme (Khoul3)



Les pages en arabe :

http://membres.multimania.fr/visiocap/zad_p388.jpg

http://membres.multimania.fr/visiocap/zad_p389.jpg

http://membres.multimania.fr/visiocap/zad_p390.jpg

http://membres.multimania.fr/visiocap/zad_p393.jpg


Traduction de Visio de la bonne reference :



Explication De Zad Al-Moustaqni3

Cheikh Al outheïmin


Chapitre du Khoul3 (Séparation par versement d’une indemnité)





Extrait du texte de Zad Al-Moustaqni3 (tome 5 page 388-393) :

Celui qui a la possibilité de faire une donation : que ce soit l’épouse ou un étranger, sa donation est valide en tant qu’indemnité. Si l’épouse a une répulsion envers son époux à cause de son apparence, ou son caractère, ou une diminution dans la religion, ou si elle craint de tomber dans le péché en ne donnant pas le droit de son époux, alors le Khoul3 (séparation par versement d’une indemnité) est permis.


Explication de cheikh Al-Outheimin :

« Chapitre du Khoul3 » : Le Khoul3 consiste en la séparation de l’épouse en échange d’une indemnité au moyen de termes connus.

[…]

Question :

Est ce que le Khoul3 est permis ?


Réponse :

Le Khoul3 n’est permis qu’a une condition : Que les deux conjoints aient peur de ne pas respecter les limites d’Allah. Si la situation entre les deux conjoints est bonne, il n’est alors pas permis à la femme de demander la séparation. Cela à cause de la parole du prophète : « Celle qui demande le divorce à son époux sans qu’il y ai de mal ne sentira pas l’odeur du paradis ». Nous disons donc que le Khoul3 dans une situation convenable n’est pas permis. Mais si la situation ne l’est pas et qu’il n’y a pas la possibilité de divorce (Talaq) alors le Khoul3 est permis.

« Celui qui a la possibilité de faire une donation : que ce soit l’épouse ou un étranger, sa donation est valide en tant qu’indemnité. » :

Le Khoul3 repose sur deux choses :

La séparation
Le versement de l’indemnité

Seul l’époux décide de la séparation, personne d’autre. Quant à l’indemnité, elle peut être verset par l’épouse, ou le tuteur ou bien un étranger. Toute personne ayant la possibilité de faire une donation est autorisé à verset l’indemnité.

[…]


Question :

Est il permis que tu ailles chez une personne en lui disant : « sépare toi de ta femmes en échange de 10 milles riyal » ?

Réponse :

Il y a plusieurs cas : Si c’est dans l’intérêt de l’épouse, alors cela est permis, et c’est considéré comme une bonne action. Si un homme sait que cet époux n’est pas convenable pour cette femme, ni d’un point de vue religion, ni d’un point de vue caractère, puis qu’il va le voir en lui proposant 10 milles riyales en échange de sa séparation avec cette femme, il n’y a alors pas de mal à cela, il est un bienfaisant et il doit être remercié pour cela.

[…]

« ou une diminution dans la religion » : La diminution visé ici est celle qui n’implique pas la mécréance. Comme par exemple le fait qu’il soit négligeant envers la prière en commun, ou qu’il fume, ou qu’il rase sa barbe, ou des choses de ce type. Mais si la diminution dans la religion implique la mécréance, comme par exemple le fait qu’il délaisse la prière,alors dans ce cas le Khoul3 est obligatoire. Elle est alors obligée de le quitter par tous les moyens en sa possession. Et il est obligatoire pour les musulmans de la libérer de son emprise par le biais de l’indemnité, car dans ce cas précis, si elle va devant le juge, elle n’arrivera pas à obtenir le divorce car il va lui demander des preuves de son délaissement de la prière. Or ceci est très dur à prouver car personne ne peut être témoin qu’il ne prie pas. En effet, il se peut qu’il prie dans son lieu de travail ou dans sa demeure secondaire etc…Parce que prouver une chose inexistante est très difficile, contrairement au fait de prouver une chose existante. Cette dernière est plus facile. Donc dans ce cas là, lorsque nous savons que la femme dit vrai et que le mari demande en échange de la séparation tel somme, il est alors obligatoire pour nous de la libéré de son emprise car il est interdit par le livre, la sounnah et le consensus qu’une musulmane soit sous la main d’un mécréant.

« ou si elle craint de tomber dans le péché en ne donnant pas le droit de son époux, alors le Khoul3 est permis » : dans ce cas précis elle ne reproche rien à son mari mais elle a peur de tomber dans le péché en ne lui donnant pas son droit. Elle sent qu’elle ne s’abandonne pas à lui, qu’elle répond à ses avances avec dégoût. Ceci c’est produit à l’époque des compagnons – qu’Allah les agrées – chez la femme de thâbit ibn Qayss lorsqu’elle est venu devant le prophète en disant : Ô messager d’Allah, je n’est rien à reprocher à thabit ibn Qayss, que ce soit en caractère ou en religion, mais je ne veut pas tomber dans la « mécréance dans l’Islam » : c’est a dire « je ne veus pas rester avec lui jusqu'à tomber dans la mécrance » La mécréance dans l’Islam signifie la mécréance des droits de l’époux, et non pas la mécréance qui fait sortir de l’Islam . Elle a eut peur de tomber dans la mécréance des droits conjugaux au sujet de laquelle le prophète a mis en garde. Le prophète a ensuite dit : « est ce que tu acceptes de lui rendre son jardin ? », elle répondit : « Oui ». il a dit à thâbit : « Accepte le jardin et divorce là ». Ce qu’il fit.

Donc cette femme a fait l’éloge de son mari dans son caractère et sa religion mais elle ne peut pas vivre avec lui. Elle a donc eut peur de ne pas lui donner ses droits. Dans ce cas, le Khoul3 est permis à cause de la parole d’Allah ta’ala: « Si vous craignez que tout deux ne respectent pas les limites d’Allah ». Si on craint que les limites d’Allah ne soient pas respectées alors le Khoul3 est permis comme le dit l’auteur.


[1] C-a-d que auparavant il était permis mais dans le cas de la mécréance il devient obligatoire (le traducteur)

http://membres.multimania.fr/visiocap/Explication.doc




PS : Au sujet de la parole du cheikh "Seul l’époux prononce la séparation, personne d’autre", il dit cela car lorsque la femme fait appel au juge, ce dernier ne prononce pas le divorce, il oblige (il ordonne) le mari à le prononcer !


Dernière édition par Oum Mouqbil le Dim 1 Fév 2009 - 10:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9530
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Al-Khul : divorce demandé par la femme   Mer 2 Avr 2008 - 14:39

Al-Khul




Al-Khul est défini par les savants comme ayant le même sens qu’enlever son vêtement. Cela signifie que la femme cherche à retirer son mari d'elle (c'est-à-dire le divorce). Cette compréhension vient de la Parole d'Allah :

« On vous a permis, la nuit d’as-Siyam, d’avoir des rapports avec vos femmes ; elles sont un vêtement pour vous et vous un vêtement pour elles. » [Sourate Al-Baqara : 187]

La compréhension légale du terme (khul) implique que la femme paye à un homme (son mari) une certaine somme d'argent pour mettre fin à leurs noces. Si l'argent (propriété) n'est pas échangé alors le khul est incomplet et nul.

Dans l’ensemble le khul est sanctionné selon la loi islamique sauf s’il est fait correctement et est demandé pour des raisons justes.
Les raisons valables pour khul varient selon les circonstances, mais en général les quelques raisons valables pour le khul sont :


1. Le mari a d'un tempérament dur

2. Il est dur avec (abuse de) sa femme

3. La femme craint qu'en restant avec lui, elle n'établisse pas les préceptes d'Allah dans ce qu'Il lui a rendu obligatoire, comme l'amour mutuel et le bon rapport (avec son époux).


Le khul qui est interdit et que nous avons décrit d’après les paroles du messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam), est celui qui est fait sans raison religieuse, morale ou raison valable.
Ce type de khul mène une femme au nifaq (l'hypocrisie), parce qu'elle dédaigne les lois d'Allah en ce qui touche à l'amour mutuel et aux bons rapports (avec son époux).

Pour une clarification plus complète sur les lois se rapportant à cette question, référez-vous aux livres vérifiés de Fiqh et demandez aux savants quand vous ne savez pas.


http://www.salafs.com/modules/news/a...ords=hypocrite


Dernière édition par Oum Mouqbil le Dim 1 Fév 2009 - 10:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9530
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Al-Khul : divorce demandé par la femme   Sam 15 Nov 2008 - 12:02

Divorcer de son mari

Sheikh Djamel Al-Harithi (qu’Allah le préserve)





Question :

Une soeur m'a parlé de son désir de divorcer de son mari. Elle est mariée avec lui depuis 6 mois maintenant. Mais ils n'ont aucun sentiment l'un envers l'autre, aucune complicité. Pour elle c'est très difficile à vivre. Elle a patienté jusqu'a présent mais elle en souffre de plus en plus. De plus son mari ne prend pas le temps de s'occuper d'elle. Elle vit chez ses parents et lui, il ne va pas la voir et ne l'appel pas. Cette raison est-elle suffisamment valable pour qu'elle demande à son mari de la divorcer ? Barak Allah ou fikoum


Sheikh Djamel Al-Harithi (qu’Allah le préserve) répond :

Dans ce cas, si elle craint le manquement à ses devoirs et l`ingratitude, elle demande le divorce et lui rend ce qui lui a remis comme bien lors de la dote. La base de cela est le hadith (dans l`authentique de al-Boukhari) de Ibn Abass, qu`Allah l`agrée, ou la femme de Thabit Ibn Qayss a demandé au prophète, prière et salut d`Allah sur lui, la séparation avec son mari de peur de tomber dans l`ingratitude et renier le bienfait. Le prophète, prière et salut d`Allah sur lui, lui demanda de lui rendre le jardin de palmiers qu`il lui avait remis en dote, puis il lui (son mari) ordonna de la divorcer



http://true.salaf.over-blog.com/article-24531152.html
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9530
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Al-Khul : divorce demandé par la femme   Dim 1 Fév 2009 - 10:44

Est-ce que la femme qui demande le divorce à son mari sans raison valable est une pècheresse ?

Cheikh 'Abdal-Aziz Bin 'Abdallah Bin Baz



L'interrogateur demande :
Si la femme demande à son mari le divorce sans raison valable et que le mari refuse sa demande, est-elle de ce fait une pécheresse ?


Le cheikh (qu'Allah lui fasse miséricorde) répond :
Si la femme n'a pas de raison valable, le mari n'est pas forcé de répondre à sa demande de divorce, mais il est aussi nécessaire pour lui de chercher les choses qui apporteront l'harmonie et l'amour (dans leur relation) et la débarrasser (cette relation) des choses qui amèneront au divorce. Car il est possible qu'elle est quelques raisons valables.

Il est donc nécessaire qu'il prenne en considération cela car elle peut avoir des raisons légitimes , soit à cause du mauvais caractère du mari ou de son avarice ou du fait qu'il reste dehors toute la nuit ou qu'il rentre très tard à la maison ou encore d'autre raisons que celles-ci. Donc il lui est obligatoire d' observer ces choses et de craindre Allah afin qu'il donne à la femme son droit.

Quand à elle, alors il ne lui est pas permis de demander le divorce sauf avec une raison valable. Comme cela provient de l'autorité du Messager d'Allah salallahu 'alayi wa salam qui a dit :
" Toute femme qui demande le divorce sans raison légitime ne sentira pas le parfum du Paradis " (Al-Bukhari).

Et cela est une menace sévère. Donc, il incombe à la femme de vivre avec son époux dans la bonté, la gentillesse et de l'écouter et lui obéir dans ce qui est en conformité avec le Coran et la Sunnah du prophète salallahu 'alayi wa salam, et de ne pas demander le divorce à son mari sauf pour une raison valable.

Et si il y a une raison valable, alors il n'y a pas de problème à cela. Par exemple: il est avare, ce qui va l'empêcher de donner à sa femme les droits qui lui sont dus, ou bien il est plongé dans le péché et la désobéissance comme prendre de l'alcool ou de la drogue, ou encore il reste dehors toute la nuit, tout le temps, ou il rend la vie de sa femme très restreignant (oppressante), ou d'autre raison que celles-ci qui sont légitimes, alors c'est une excuse qui doit être considérée et honorée.

Ou il est possible que se soit du fait que probablement elle déteste vraiment son époux et du fait qu'Allah n'ait pas placé dans son cœur l'amour pour lui et elle ne peut donc pas respecter ses devoirs envers lui en conséquence de cette haine qu'elle éprouve pour lui, alors il n'y a pas de mal à ce qu'elle demande le divorce. Ainsi, en retour, elle ne commettra pas de péché en ne lui donnant pas ses droits. Et si elle lui demande le divorce, alors elle devra lui rendre la dot qu'il lui a donné pour l'épouser et qui lui a donné pour préparer le mariage (cadeaux ,vêtements et l'argent qui fut nécessaire pour le repas de noce).

Et si la raison du divorce est qu'elle le déteste alors on devra lui donner ce qu'il lui a donnée comme dote et ce qu'il lui a donné comme cadeaux autre que la dote.

Donc, si la raison pour laquelle elle demande le divorce est parce qu'il ne lui donne pas son droit ou s'il est avare envers ses besoins ou s'il reste toute la nuit dehors et qu'il ne rentre à la maison que très tard dans la nuit et qu'il est fatigué, ou qu'il sombre dans l'alcool ou les drogues, alors ces raisons sont des raisons légitimes à sa demande de divorce. Et si le mari refuse, alors elle devra le "traîner" devant le tribunal musulman afin qu'il puisse analyser cette affaire.

Quand à celui qui ne prie pas, alors il n'est pas permis à la femme de rester avec lui car abandonner la prière est de la mécréance et le refuge est auprès d'Allah.
Et ceci car la prière est le pilier qui garde la religion bien droite, donc si le mari abandonne la prière alors cela devient une raison valable pour la femme de refuser d'être avec lui. Et il ne lui est pas permis de rester avec elle, jusqu'à ce qu'il se repente à Allah de son abandon de la salat, et ceci est basé sur la parole du Prophète (salallahu 'alayi wa salam) :
" L'engagement entre nous et eux est la prière. Donc quiconque l'abandonne a mécru " (Ahmad,Tirmidhi,Nasa'i)

Et aussi sa parole ( salallAllahou 'alayki wa salam) :
" La tête de cette affaire est l'Islam et son pilier central est la prière " ( Ahmad, Tirmidhi)

Et aussi , le Prophète ( salallAllahou 'alayi wa salam) a dit :
" Ce qu'il y a entre l'homme, la mécréance et l'association c'est la prière " ( Muslim, Abou Dawoud, Nasa'i)

Donc cela montre que la prière est une affaire importante et elle est le pilier de l'Islam et c'est la première chose parmi les actes dont le serviteur devra rendre compte le Jour du Jugement.

Donc il incombe à tous les croyants et les croyantes ou chaque individu qui proclame l'islam de craindre Allah et de sauvegarder sa prière à son heure et de les réaliser en groupe avec les musulmans à la moquée car ne pas les accomplir ainsi est une désobéissance et un péché et le fait qu'il les prie à la maison est aussi une désobéissance mais pas une mécréance.

Mais le fait qu'il abandonne la prière entièrement , alors cela est de la mécréance, même s'il ne renie pas le fait que la prière est obligatoire et cela à la lumière de l'avis le plus correcte entre les 2 positions existantes chez les érudits (savants).

Et celui qui renie le fait que la prière soit obligatoire est un mécréant par consensus des musulmans et de même celui qui renie le fait que la prière soit obligatoire ou le jeûne du mois de ramadan ou la zakat ou quoique se soit des choses connues dans la religion comme une obligation, alors il est par conséquent un kaafir (mécréant), et le refuge est auprès d'Allah.


http://dourous.free.fr/html/fatawas/femmes/femmes_001.html

Tiré de : Al-Fatâwâ
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9530
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Al-Khul : divorce demandé par la femme   Dim 1 Fév 2009 - 10:46

Demander le divorce à son mari qui consomme de la drogue ?

cheikh Al-Outheimin



Texte arabe :

http://membres.multimania.fr/visiocap/fatwa_1.jpg

http://membres.multimania.fr/visiocap/fatwa_1_2.jpg

Traduction :


Le cheikh Al-Outheimin qu’Allah lui fasse miséricorde fut interrogé [1]



Question :

Quel est le jugement au sujet de la femme qui demande le divorce à son mari qui consomme de la drogue ? Et quel est le jugement de sa persistance à rester avec lui sachant qu'elle n’a que lui pour subvenir à ses besoin et à celle de ses enfants ?


Réponse :

Il est permis à la femme de demander le divorce à son mari qui consomme régulièrement de la drogue. Parce que la situation de son mari n’est pas acceptable.

Dans ce cas là, si elle lui demande le divorce, les enfants de moins de sept ans la suivent et le père doit prendre en charge leur subsistance. Si elle a la possibilité de rester avec lui afin d’améliorer son état par l’exhortation, ceci est un bien.




___________________________
[1] Les fatwa du Haram (1408H) page 285


http://labonnereference.forumactif.fr/jurisprudence-fiqh-f21/divorce-demande-par-la-femme-khoul3-outheimin-t613.htm?sid=c3dfb6c5d65615cc3a19c92ac72b7b00
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9530
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Al-Khul : divorce demandé par la femme   Sam 24 Oct 2009 - 10:02

La femme peut-elle demandé le divorce si son mari ne prie pas ?


Cheikh Al Albani



Question :

« Une femme prie assidûment les cinq prières (obligatoires), mais son mari ne prie pas par paresse. Donc, lui (à la femme) est-il permis de demander le divorce, et quelle est sa position et celle de son mari ou la position de l’un vis-à-vis de l’autre ? »

Réponse :

« Le fait de dire que cela lui est permis serait du laxisme. Cela lui est plutôt obligatoire ! Il lui est obligatoire de demander le divorce de son époux qui délaisse la prière.

Car cette personne qui délaisse la prière, son cas est proche du fait qu’il soit mécréant, apostat. Et dans ce cas là, il n’y a de problème chez personnes (parmi les gens de science) quant au fait qu’il ne lui (la femme) est pas permis de rester sous son autorité, car il n’est pas permis à la femme musulmane de vivre sous l’autorité d’un mécréant, même s’il appartient aux gens du Livre. C’est à dire qu’Allah, Glorieux et Majestueux, a permis aux hommes musulmans de se marier avec des femmes appartenant aux gens du Livre, et Il a interdit aux femmes musulmanes de se marier avec un juif ou un chrétien. Et il n’y a pas de doute que celui qui apostasie est pire que le juif ou le chrétien. Cela, selon l’avis de ceux qui sont d’avis que celui qui délaisse la prière est mécréant.

Mais cet avis la n’est pas correcte pour nous. Et ce qui est correct, c’est qu’il faut faire un développement au sujet de celui qui délaisse la prière : s’il délaisse la prière par fainéantise, c’est à dire qu’il a la conviction qu’elle est obligatoire et qu’il reconnaît être négligeant vis-à-vis de Celui qui l’a légiférée, et c’est Allah purifié et Exalté soit-Il, alors, celui là a rassemblé entre de la foi dans son cœur et de la mécréance dans son acte. Alors, dans ce cas, sa mécréance dans le fait de délaisser la prière sera une petite mécréance (koufr ’amali) et non pas une grande mécréance (koufr i’tiqadi).

Ceci est notre avis, et nous l’avons développé à maintes reprises.

Ainsi, je dis : même selon cet avis, qui est l’avis correct, il n’est pas permis à la femme musulmane d’accepter de vivre avec ce mari qui délaisse la prière.
Pourquoi ? Car c’est un Fâsiq (le fâsiq est celui qui accomplit des grands péchés) dans le moins pire des cas.

Cela pourrait avoir comme conséquence que cette perversité, sur du long terme, si ce n’est dans le court terme, ait une influence sur elle et qu’il la fasse devenir négligente vis-à-vis de beaucoup de règles religieuses. Surtout s’il y a des enfants, garçons ou filles, la transgression de ce Fâsiq pourrait les influencer et les toucher !

C’est pour cela qu’il est obligatoire à la femme qui est éprouvée par un mari Fâsiq qui délaisse la prière, ou qui boit de l’alcool, ou qui fornique, qui commet toutes choses qui lui ferait mériter le statut de Fâsiq d’un point de la législation islamique. Il lui est donc obligatoire de demander à être séparer d’un tel mari Fâsiq, quelque soit sa situation. »


Cheikh Al Albani

http://www.fourqane.fr/forum/viewtopic.php?t=3955
Revenir en haut Aller en bas
 
Al-Khul : divorce demandé par la femme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: La famille en Islam :: Le Divorce-
Sauter vers: