El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 L’eau – الماء

Aller en bas 
AuteurMessage
Oum...Abderrahman
Modé Anim
Modé Anim
avatar

Nombre de messages : 1514
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: L’eau – الماء   Lun 9 Juil 2018 - 19:48

L’eau – الماء

ibn Qayyim Al-Jawziyyah (رحمه الله)



Elle est la substance de la vie, la meilleure des boissons et l’un des éléments de base du monde, et plus encore son élément essentiel, car les cieux ont été créés de ses vapeurs, la terre de son écume, et Allah en a tiré toute chose vivante. On a divergé quant à savoir si elle était nutritive, ou si elle faisait uniquement pénétrer la nourriture. On trouve deux grands avis et nous avons mentionné lequel était le plus juste en rappelant ses arguments.

L’eau est de nature froide et humide, elle domine la chaleur et conserve l’humidité du corps, lui apporte un substitut à ce qui en a été décomposé, elle fluidifie les aliments et les fait pénétrer dans les vaisseaux.

On considère la qualité de l’eau de dix manières :

Premièrement : sa couleur, elle doit être limpide.

Deuxièmement : son odeur, elle doit être inodore.

Troisièmement : son goût, elle doit être bonne et douce comme celle du Nil ou de l’Euphrate.

Quatrièmement : son poids, elle doit être légère et fluide.

Cinquièmement : son cours qui doit être bon.

Sixièmement : son exposition au soleil et aux vents, de sorte qu’elle ne soit pas cachée sous la terre et que le soleil et le vent puisse l’épurer.

Septièmement : son mouvement qui doit être rapide et agité.

Huitièmement : son mouvement qui doit être rapide et agité.

Neuvièmement : son abondance qui amène à pousser les déchets et résidus qui y sont mêlés.

Dixièmement : son déversement qui doit se faire du nord au sud, ou d’ouest en est.

Si tu considères toutes ces caractéristiques, tu ne les trouveras parfatement présentes qu’en quatre fleuves : le Nil, l’Euphrate, Sayhoûn et Jayhoûn. Aboû Hourayrah (رضي الله عنه) rapporte que le Messager d’Allah (صلّى الله عليه وسلّم) a dit : « Sayhân, Jayhân, le Nil et l’Euphrate sont tous des fleuves du Paradis. »
[Rapporté par Mouslim]

La légèreté de l’eau est considérée de trois manières :

La première : son aptitude à être réchauffée ou refroidie rapidement. Hippocrate a dit : « L’eau qui se réchauffe ou se refroidit rapidement est la plus légère. »

La deuxième : par la balance.

La troisième : en mouillant deux morceaux de coton de poids équivalents en deux eaux distinctes puis en les séchant totalement, et en les pesant ensuite. Le morceau le plus léger indiquera l’eau la plus légère.

Même si l’eau est à la base froide et humide, sa force se déplace et change lorsque surviennent des causes qui provoquent un changement. L’eau exposée au nord et cachée de toutes les autres directions sera froide, et elle contiendra une sécheresse acquise du vent du nord ; et il en est de même pour les autres directions.

L’eau qui jaillit des minéraux sera sur la nature de ce minéral et aura son effet sur le corps. L’eau douce est utile aux personnes malades et en bonne santé, et celle qui est froide est plus utile et de meilleur goût. Il ne faut pas la boire à jeun, après le rapport charnel, au réveil, après le bain, ou après avoir mangé des fruits, comme cela a été mentionné. Quant au fait d’en boire après le repas, il n’y a pas de mal si on y est contraint, et plus encore cela est nécessaire, mais sans boire beaucoup, mais en la sirotant doucement. De cette manière, cela ne sera aucunement nuisible, mais au contraire renforcera l’estomac, ouvrira l’appétit et dissipera la soif ;

L’eau tiède provoque des gonflements et agit de manière contraire à ce que nous avons mentionné. Celle qu’on a laissée reposer est meilleure que celle bue directement à la source, comme nous l’avons précédemment indiqué. L’eau froide est plus utile à l’intérieur qu’à l’extérieur, et inversement pour l’eau chaude. L’eau froide est utile contre la putréfaction du sang et la montée des vapeurs à la tête, elle chasse les puanteurs, et elle convient aux humeurs, âges, temps et lieux chauds. Elle est nocive en tout cas qui nécessite équilibrage et dissolution comme le rhume et les gonflements. L’eau très froide est nocive pour les dents, et en boire régulièrement provoque saignements, inflammations des muqueuses et douleurs thoracique.

L’excès d’eau froide ou chaude nuit aux nerfs et à la majorité des organes, car l’une dissout et l’autre condense. L’eau chaude calme la douleur des humeurs chaudes, dissout, consume, évacue les excédents, humidifie et réchauffe. En boire corrompt la digestion, amène les aliments à flotter sur le haut de l’estomac, et le ramollit. Elle ne désaltère pas rapidement, ramollit le corps et conduit à des maladies mauvaises. Elle est nuisible en la plupart des maladies, mais elle est bonne pour les vieillards, les personnes souffrant d’épilepsie, de céphalées froides et de conjonctivite. Elle est meilleure en utilisation externe.

Aucun hadîth ni récit des pieux prédécesseurs n’est rapporté authentiquement concernant l’eau réchauffée au soleil, et aucun médecin ancien ne l’a réprouvée ou dénigrée. L’eau très chaude, dissout la graisse des reins, et nous avons déjà parlé de l’eau de pluie.

L’eau de neige et de grêle :

On rapporte que le Prophète (صلّى الله عليه وسلّم) disait dans l’invocation d’ouverture de la prière, et en d’autres moments : « Ô Allah ! Lave moi de mes péchés par l’eau de la neige et de la grêle. » [Rapporté par Al-Boukhârî (744) et Mouslim (598)]

La neige possède par nature une qualité corrosive et vaporeuse, et son eau est ainsi. Nous avons déjà mentionné la sagesse de la demande du lavage des péchés par son eau, car le cœur en a besoin pour se refroidir, se raffermir et se renforcer. Nous tirons de cela l’essentiel de la médecine du corps et du cœur, et du traitement des maladies par leurs opposés.

L’eau de grêle est plus douce que celle de la neige. Quant à l’eau gelée qui est la glace, elle dépend de son origine.

La neige acquiert la qualité des montagnes et de la terre sur lesquelles elle tombe, bonne ou mauvaise. Il faut éviter de boire de l’eau congelée après le bain, le rapport charnel, les exercices physiques, et la nourriture chaude. De même que doivent l’éviter les gens souffrant de toux, de douleurs thoraciques, de faiblesse du foie, et les gens d’humeur froide.

L’eau des puits et des canaux :

Les eaux de puits sont peu douces, alors que l’eau des canaux souterrains est lourde, car la première stagne et n’est pas exemptée de putréfaction, alors que l’autre est cachée de l’air. Il convient de ne pas en boire directement jusqu’à ce qu’elle soit exposée à l’air et qu’elle passe une nuit après avoir été puisée. L’eau la plus mauvaise est celle dont les canaux sont de plomb, ou dont le puits est bouché, surtout si son sol est mauvais, cette eau sera insalubre et nocive.

L’eau de Zamzam :

C’est la meilleure, la plus noble et la plus illustre des eaux, celle qui est le plus aimé et la plus précieuse pour les gens. Cette eau provient du trou creusé par Jibrîl (عليه السلام) et par lequel Allah (سبحانه وتعالى) a abreuvé Ismâ‘îl.

On rapporte que le Prophète (صلّى الله عليه وسلّم) a dit à Aboû Dharr (رضي الله عنه), alors qu’il était resté quarante jours à proximité de la Ka‘bah sans autre nourriture que l’eau de Zamzam. Le Prophète (صلّى الله عليه وسلّم) dit : « Elle est une nourriture qui apporte satiété » [Rapporté par Mouslim (2473)]

Et en d’autres chaînes de transmission, il est ajouté : « et une guérison de la maladie. » [Sahîh At-Targhîb wa-t-Tarhîb (1162)]

Jâbir ibn ‘Abd-Allah (رضي الله عنه) rapporte que le Prophète (صلّى الله عليه وسلّم) a dit : « L’eau de Zamzam est ce pour quoi elle est bue. » [Sahîh At-Targhîb wa-t-Tarhîb]

Nous avons rarpporté que lorsque ‘Abd-Allah ibn Al-Mubârak accomplit le pèlerinage, il se rendit à la source de Zamzam et dit : « Ô Allah ! Ibn Abî Al-Mawâlî m’a rapporté d’après Muhammad ibn Al-Munkadir, d’après Jâbir (رضي الله عنه) que le Prophète (صلّى الله عليه وسلّم) a dit : « L’eau de Zamzam est ce pour quoi elle est bue » et moi je la bois pour la soif du Jour de la Résurrection. »

Moi et d’autres avons pu constater les effets curatifs étonnant de l’eau de Zamzam, et je me suis soigné par elle de nombreuses maladies et j’ai guéri par la permission d’Allah. J’ai constaté d’une personne qui s’en nourrissait à partir de la deuxième moitié du mois et plus, qu’elle ne ressentait pas la faim et se mélangeait normalement aux gens. Elle m’a informé qu’elle était restée quarante jours en ne se nourrissant que de cette eau, et elle avait la force d’avoir des rapports charnels avec son épouse, de jeûner et d’accomplir plusieurs fois des circonvolutions autour de la Ka‘bah.

L’eau du Nil :

C’est un des fleuves du Paradis, sa source se situe derrière les chpaunes montagneuses aux confins de l’Abyssinie grâce à des pluies qui s’accumulent là-bas et aux torrents qui se jettent les uns dans les autres et qu’Allah (سبحانه وتعالى) cconduit vers les terres arides, et ainsi en faire sortir une végétation dont mangent les bêtes et les hommes. Vu que la terre vers laquelle Allah conduit ces eaux est imperméable et dure, s’il pleut normalement, elle n’est pas irriguée et ne convient pas aux plantes, et s’il pleut plus qu’à l’accoutumée, cela nuit aux demeures et aux habitants, empêchant toute vie et toute réalisation d’intérêt. C’est pourquoi Il a fait pleuvoir sur des pays lointains, et conduit ces pluies jusqu’à cette terre en un grand fleuve. Allah (سبحانه وتعالى) a donné à ce fleuve une crue en des moments connus, de manière suffisante à l’irrigation du pays, et lorsque toutes les terres sont irriguées, Allah (سبحانه وتعالى) permet la décrue pour la réalisation du bienfait et permettre la culture. L’eau de ce fleuve réunit les dix qualités mentionnées, et elle compte parmi les eaux les plus douces, les plus légères et les plus délicieuses.

L’eau de mer :

On rapporte que le Prophète (صلّى الله عليه وسلّم) a dit à propos de l’eau de mer : « Son eau est un moyen de purification, et les animaux non égorgés qu’elle contient sont licites. » [Sahih Aboû Dâwoud (83)]

Allah (سبحانه وتعالى) l’a créée salée, saumâtre, et amère pour l’intérêt complet de tout ce qui est sur terre comme hommes et bêtes. Elle est stable, stagnante, remplie d’animaux, et quand ceux-ci y meurent, on ne les enterre pas. Si elle avait été douce, elle aurait été fétide en raison de sa stabilité et de la mort en elle des animaux. L’air entourant le monde aurait été touché par cette deur, et ainsi il aurait moisi et croupi et aurait corrompu le monde. La sagesse du Seigneur (سبحانه وتعالى) l’a rendue pareille à la salière qui, si on y jette toutes les charognes du monde, ses puanteurs et morts, ne changerait pas, et il en est ainsi depuis sa création jusqu’à ce qu’Allah replie le monde. C’est là la finalité pour laquelle elle est salée, quant à la raison matérielle, son sol est salin.

Ceci dit, l’utiliser pour se laver est utile contre plusieurs maladies de la peau, la boire est nocif extérieurement et intérieurement, car elle relâche le ventre, affaiblit et cause démangeaison, gale, gonflements et soif. Et celui qui est contraint d’en boire à des moyens de repousser sa nocivité, parmi lesquels :

Like a Star @ heaven Mettre l’eau dans une marmite et placer au-dessus quelques roseaux sur lesquels on pose de la laine neuve et cardée. On allume un feu sous la marmite jusqu’à ce que la vapeur s’élève et touche la laine. Lorsque la laine est chargée d’eau, on l’essore, et on agit ainsi jusqu’à obtenir la quantité d’eau désirée. La vapeur élèvera jusqu’à la laine de l’eau douce, et restera dans la marmite l’eau saumâtre.

Like a Star @ heaven Aussi, on peut creuser sur la plage un trou large dans lequel l’eau s’infiltre, un peu plus loin un autre trou vers lesquel l’eau du premier trou s’infiltre, puisq un troisième, et ce jusqu’à ce que l’eau soit douce. Si la situation le contraint à boire de l’eau trouble, le traitement consiste à mettre dedans des noyaux d’abricots, un bout de bois de teck, une braise enflammée qui s’y éteindra, de la boue d’Arménie, ou de la farine fine de blé, ainsi les dépôts seront précipités au fond.




Source : L’authentique de la Médecine Prophétique d’ibn Qayyim Al-Jawziyyah, éd. Tawba (2ème édition), p. 254-259
Revenir en haut Aller en bas
 
L’eau – الماء
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: La Médecine en Islam :: Médecine Prophétique-
Sauter vers: