El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Dernier Ramadan?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum_Hamza
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 892
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Le mois de Ramadan, une école et des leçons, une opportunite pour le changement et la reforme (khoutbas)   Dim 24 Juil - 13:57

Le mois de Ramadan : une école et des leçons

Cheikh Abderrahmane As-Soudaïs



Vendredi 13/9/1424 (7/11/2003)

Serviteurs d'Allah !

Craignez Allah et sachez que la crainte d'Allah est le meilleur intermédiaire [pour parvenir au but] et le meilleur moyen pour être sauvé ; et atteindre le degré de la piété pour les pieux est le meilleur souhait espéré. Elle est la provision de l'âme, l'aliment du cœur ; grâce à elle, les choses désirées sont obtenues, nous sommes en sûreté contre les choses effrayantes, et les malheurs sont repoussés ; et elle est le meilleur moyen pour atteindre la satisfaction du Connaisseur des choses invisibles.


O Musulmans !

Lorsque les gens sont plongés dans les choses matérielles et dans le mélange des doutes et des envies bestiales, les âmes deviennent faibles et sont atteintes de monotonie dans leur voyage vers Allah et l'autre monde. Et par une grande sagesse, le Créateur a attribué à cette communauté des périodes pour accomplir de bonnes actions, des moments pour se rapprocher de Lui, et des occasions propices pour faire le bien ; quiconque profite de l'occasion et emprunte ce chemin, obtiendra la réussite, le bonheur, les satisfactions de son Seigneur et encore plus ; tandis que celui qui néglige cela et s'en distrait, sa conviction diminuera et s'affaiblira. Et les gens concernant cela sont soit des pieux à qui Allah fait miséricorde ou des malheureux qui sont privés.


Mes frères dans la foi !

Et parmi ces périodes bénis les plus honorables : ce dont Allah vous a comblés en vous faisant y parvenir alors que vous êtes dans le bien et vivez une vie paisible, c'est le mois du Coran, du discernement, du jeûne et de la prière accomplie la nuit :

**** mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement}.

Voilà que maintenant vous sentez l'odeur de ses jours parfumés et que vous priez pendant ses nuits ; c'est un mois béni qui est un jardin rempli de bienfaits, une source de bien et de guidée, et une lampe de générosité et de dons.

Pendant le mois de Ramadan, les cœurs sont réjouis d'être proches du très Miséricordieux et de Celui qui pardonne toujours ; les langues parlent pour le repentir, adresser des demandes à Allah, louer Allah et Lui demander pardon ; les âmes sont heureuses grâce à la lecture du Coran et à la glorification d'Allah, et elles brillent grâce aux prières accomplies la nuit et au "Taraawih", elles sont assidues à la soumission et à l'humilité, elles se sont rendues compte de leur négligence et se sont mis à verser les larmes les plus chaudes, et ceci par obéissance pour Allah et pour obtenir ses satisfactions.

Et nul ne connaîtra l'importance de ce mois béni et ne comprendra ses secrets sauf celui à qui Allah aura illuminé le cœur, réveillé les sens et purifié l'âme. Donc, la langue la plus éloquente peut-elle décrire cet invité honorable et béni ? Ou les personnalités les plus éminentes peuvent-elles traduire ses mérites et ses bienfaits ?


O Musulmans !

Le mois de Ramadan représente une université élevée pour le bien, une école vaste pour la bonté et la patience, un minaret pour la foi et la piété, une échelle pour l'entente, la sympathie, la solidarité et l'union de la communauté [entre les gens de la communauté]. Le mois de Ramadan purifie les âmes, enlève la haine et les maladies des cœurs, éduque les volontés faibles afin qu'elles soient déterminées, ceci en libérant les gens des envies bestiales, des désirs et des plaisirs. Et voilà, la grande sagesse du jeûne dans la parole d'Allah :

{Ainsi, atteindrez la piété} ; c'est-à-dire que le fruit [le résultat] de la faim et de la soif est la piété, et elle suffit comme anse solide.


Mes frères jeûneurs !

Certains jeûneurs - qu'Allah les guide - commettent une erreur dans la compréhension du jeûne, ils s'opposent à la sagesse du jeûne en pensant qu'il correspond seulement au fait de s'abstenir de manger et de boire, et ils commettent les péchés comme la médisance, la calomnie, l'injustice, les mensonges, et ils répandent les rumeurs. Et celui qui commet ses péchés pendant des moments où l'âme a le plus besoin de purification spirituelle et psychologique, et de se préparer pour l'autre monde, Allah n'a donc pas besoin qu'il laisse sa nourriture et sa boisson comme il a été rapporté par al-Boukhari et d'autres de la parole du meilleur des hommes


O Jeûneurs !

Les dix premiers jours du mois de Ramadan sont passés, et les dix jours qui suivent qui sont dix jours de pardon ont commencé ; et des groupes des enfants de la communauté sont toujours dans la distraction, privés des bienfaits et ils ne s'empressent pas d'accomplir les actions qui les rapprochent d'Allah. De plus, serviteurs d'Allah, le mois est bientôt à sa moitié, et beaucoup de gens n'agissent pas avec justice et équité envers eux-mêmes ; nous sommes tristes et effrayés lorsque nous voyons des gens - surtout parmi les jeunes garçons et les jeunes filles - qui passent les journées à dormir et qui vont dans les rues et les magasins le soir, et ils regardent et écoutent ce qu'Allah a interdit. Que ces gens sont étranges ! Où est l'effet apparent et caché [intérieur] du jeûne? Où est le rôle de la surveillance de la famille et de l'attention paternelle ?

Le moment n'est-il pas venu pour que les cœurs distraits s'attendrissent pendant le mois du coran et face aux réprimandes [aux interdictions] du Coran :

{Le moment n'est-il pas venu pour ceux qui ont cru, que leurs cœurs s'humilient à l'évocation d'Allah et devant ce qui est descendu de la vérité [le Coran] ?}.

Ils ne se sont pas souciés du mois des actes d'héroïsme, de la chasteté, de la gloire et des miracles [des prodiges] ; malheur à eux, s'ils ne se repentent à Allah et ne retournent pas à la compréhension des règles du jeûne et du plaisir de parler avec Allah pendant les prières accomplies la nuit. Ils ont une mauvaise pensée et de mauvais comportements.

Donc, O vous qui désirez le bien ! Venez l'accomplir. Et O vous qui désirez le mal ! Arrêtez.

Avec le mal causé par l'ouverture sur le monde, nous devons nous attacher aux bases et aux principes de la religion, et donner de l'importance à la prescription du bien et l'interdiction du mal, car c'est le moyen du salut et la sûreté contre les difficultés et les tristesses qui accablent les sociétés.


Communauté du Coran !

Et parmi les bienfaits de ce mois, la relation ferme entre le mois de Ramadan et le Coran car la lumière du Coran a jailli au cours d'une des nuits de ce mois béni ; c'est une nuit dont la renommé et le rang sont élevés, elle est meilleure que mille mois ; au cours de cette nuit sublime la lumière du ciel entra en contact avec la terre, et le Coran qui est un miracle éternel descendit dans le cœur de Mohammed :

{Une lumière et un Livre explicite vous sont certes venus d'Allah}.

{Nous avons assurément fait descendre vers vous un livre où se trouve votre rappel [ou votre renom]} ; c'est-à-dire votre fierté et votre honneur. Comment ne serait-ce pas ainsi, alors qu'il [le Coran] est le refuge pendant les tentations ! Et le sauveur contre les difficultés et les malheurs !

Allah a fait revivre avec ce Coran des communautés mortes, Il a sauvé leurs croyances et leurs qualités [leurs mœurs] des précipices du néant, Il a libéré le cerveau humain des chaînes des illusions, et Il l'a laissé rechercher avec la lumière de la science dans l'univers [les créations] :

{Nous leur montrerons Nos signes dans l'univers et en eux-mêmes, jusqu'à ce qu'il leur devienne évident que c'est cela [le Coran], la Vérité}.

Donc, il n'est pas étonnant, serviteurs d'Allah, qu'ai brillé la civilisation la plus avancée et la plus magnifique que l'humanité et l'Histoire aient connue ; la civilisation de la justice, des mérites, de la loyauté, de la paix et des qualités les plus élevées ; et cela ne se réalisera pas pour les nations les plus avancées dans la civilisation et la technologie sauf si elles apprennent les bases [les principes] du Coran et suivent les rayons de sa guidée et de sa lumière. Et si celui qui est jaloux pour sa religion regarde les situations des musulmans de nos jours, et ce qui s'est produit comme les conflits et les désaccords, la chute dans les abîmes de l'abaissement et la faiblesse, il saura avec conviction que la cause de cela est l'abandon du Coran, le rejet de la mise en pratique de ses lois et ses enseignements, et l'éloignement du fait de s'en remettre au coran en ce qui concerne les jugements.

Donc, O communauté du Coran ! Craignez Allah, soyez tous - les peuples, les pays, les jeunes, les vieux, les hommes, les femmes, les savants et les gens communs - assidus dans la lecture du Livre de votre Seigneur, en réfléchissant à la signification de ses versets, en l'apprenant et en le comprenant, en le mettant en pratique et en ayant les qualités qui y sont citées, en recherchant la guérison de vos maladies, le refoulement de vos passions, en vous arrêtant sur les endroits de guidée avec laquelle vos prédécesseurs furent guidés et obtinrent le bonheur ; ainsi, vous retrouverez votre honneur, votre gloire brillante, et vous récupérerez, par la grâce d'Allah, votre terre sainte perdue et volée ; l'imam Mouslim a rapporté dans son recueils de hadiths authentiques que le Messager d'Allah a dit :
(Allah élève avec ce Livre des peuples et Il en abaisse d'autres).

C'est la raison pour laquelle les pieux prédécesseurs (qu'Allah leur fasse miséricorde) ont donné les meilleurs exemples concernant l'attention donnée au Coran pendant le mois du Coran et le fait d'achever sa lecture plusieurs fois pendant ce mois ; l'imam Az-Zouhri a dit :
-" Lorsque le mois de Ramadan commence, c'est alors le mois de la lecture du Coran et le mois pendant lequel nous donnons à manger aux gens [aux pauvres]".

Et lorsque le mois de Ramadan commençait l'imam Malik laissait les assemblées de hadith et de jurisprudence islamique et lisait le Coran. Les successeurs ont donc énormément besoin de suivre le chemin des prédécesseurs afin que se réalisent pour eux la bonne situation et la bonne fin [la fin heureuse].


O Communauté du jeûne et de la prière accomplie la nuit !

Nous vous rappelons maintenant - qu'Allah vous protège - d'un jour mémorable parmi les jours éternels de cette communauté, au cours duquel s'est réalisé une victoire éclatante et une grande ouverture qui changea le cours de l'Histoire, et qui devint une tâche blanche sur le front de la communauté islamique et son héroïsme : c'est le jour du discernement au cours duquel Allah sépara la Vérité du faux, le jour où les deux groupes se sont rencontrés : le groupe de l'unicité d'Allah et de la foi et le groupe du polythéisme et des idoles, le dix-septième jour du mois de Ramadan ; alors, les musulmans remportèrent la victoire de la grande bataille de Badr bien qu'ils n'étaient pas nombreux :

{Allah vous a donné la victoire, à Badr, alors que vous étiez humiliés} par rapport à l'armée mécréante qui était très nombreuse.

Ainsi, il y a dans cette bataille des leçons et des exemples pour ceux qui réfléchissent et nous devons nous inspirer de ses souvenirs et y réfléchir, surtout que nous sommes entourés par des tentations et des épreuves [des difficultés], et des pensées déviant du droit chemin sont apparues ; et les nations se sont rassemblées contre notre communauté en trahissant les pactes et les traités, et ceci apparaît clairement avec leur attaque manifeste sur la terre de la Palestine en tuant et en chassant les gens de leurs maisons, et ils font ainsi savoir au monde entier qu'ils sont les terroristes internationaux sans conteste et les ennemis de la paix mondiale. Et la situation en Irak n'est pas meilleure que celle de la première "Quibla" et l'endroit où la meilleure créature fit le voyage nocturne. Et il en de même dans les chaînes des blessures de notre communauté dans d'autres pays affligés.


Communauté de l'Islam !

Parmi les leçons du mois de Ramadan : le fait qu'il soit un mois d'effort et de patience, d'ouvertures et de persévérance, de la force de la foi, et de la croyance correcte qui ne prend pas en compte le nombre, ni l'armement :

{Combien de fois une troupe peu nombreuse a, par la grâce d'Allah, vaincu une troupe très nombreuse !}.

Et l'aide d'Allah n'est obtenue qu'avec l'aide de Sa religion :

{Si vous faites triompher (la cause d') Allah, Il vous fera triompher et raffermira vos pas}.


Communauté de l'Islam :

Bien que la législation islamique ait rendu ce mois sacré, le mois de la révélation, du pardon et des miséricordes, il y a toujours des cœurs remplis de haine et de jalousie, et des cerveaux qui ont dévié de la religion et du droit chemin, et qui se sont dirigés vers l'excès [l'exagération] et l'ignorance, qui essayent d'ébranler la sécurité de ce pays paisible et répandent la corruption et le crime. Ils ont transgressé le respect du temps et de l'endroit, leurs mains ont commis des actes de terrorisme, de violence, de crime, de corruption et de destruction ; et les conséquences de leurs actes leur furent néfastes et ils furent abaissés, par la grâce d'Allah qui repoussa leur complot et déjoua leurs plans [leur perfidie].

Que tout naïf déséquilibré qui suit le chemin du crime - surtout pendant le mois béni et dans les lieux saints où toute chose est en sécurité même les oiseaux, les animaux, les arbres, les plantes et les êtres inanimés, alors que penser du musulman ! -, qu'il sache donc qu'Allah déjouera son complot sans aucun doute, et Il protégera ce pays contre les complots de ceux qui complotent et de la haine des corrupteurs, des rancuniers et des agresseurs :

{Quiconque cherche à y commettre un sacrilège injustement, Nous lui ferons goûter un châtiment douloureux}.

Et il est impossible d'espérer la réforme en provoquant la révolte, le désordre, en suivant le chemin de la violence, en utilisant les armes, en troublant la sécurité, et en se suicidant à la fin - nous demandons à Allah de nous donner une fin heureuse - surtout dans ce pays sacré et pendant une période béni et sacrée ; donc, sois miséricordieux envers nous, ô Seigneur, sois miséricordieux envers nous ! O Seigneur ! Sauve-nous, sauve-nous ! Et nous cherchons refuge auprès d'Allah contre la perte [la chute] après la guidée !

Et celui qui réfléchit aux conséquences des actes de ce groupe qui a dévié du droit chemin, ressentira l'importance de s'occuper de la [nouvelle] génération et de l'éducation des enfants dans le chemin de la modération ; et c'est une grande responsabilité à laquelle doivent participer la mosquée et la famille, l'école et l'université, et les médias, afin que chacun accomplisse son rôle dans la société pour qu'elle soit une société pieuse et réformée. Et Allah secourra Sa religion, élèvera Sa parole, et nous protégera, ainsi que les musulmans, contre les tentations apparentes ou cachées qui provoquent l'égarement.


Deuxième sermon

O Musulmans !

Craignez Allah et sachez - qu’Allah vous fasse miséricorde - que le cœur de celui qui jeûne vraiment et prie la nuit sincèrement pour Allah, s’attendrira ; son caractère sera doux, son âme sera purifiée, ses sensations seront plus sensibles, et il dépensera en donnant avec largesse.

Donc, profitez de ce mois béni pour mettre en pratique le troisième pilier de la religion qui est la “Zakat” [l’aumône légale], car elle est unie à la prière dans le Livre d’Allah, et elle est dans la société un réconfort, la compassion, la cohérence et la croissance, et elle n’est pas une perception, une contrainte, ni une fatigue :

{Prélève de leurs biens une Sadaqa [la Zakat] par laquelle tu les purifies et les bénis}.

Alors, dépensez, ô vous les généreux, des dons qu’Allah vous a comblés afin de dissiper les soucis de ceux qui sont endettés, les difficultés de ceux qui sont dans des situations difficiles, le besoin des indigents, et la pauvreté des affligés, et pour que vous obteniez le souhait le plus désiré : [la satisfaction du Seigneur des mondes]. Et Il a promis (qu'Il soit glorifié) à ceux qui dépensent leur argent [en aumône] de remplacer ce qu’ils ont dépensé, Il a dit (qu'Il soit exalté) :

{Et toute dépense que vous faites [dans le bien], Il la remplace, et c’est Lui le Meilleur des donateurs}.

Nous rappelons cela, mes chers frères, à une époque où les attaques meurtrières ont augmenté sur notre communauté et les actes de bienfaisance et d’aide ont été déformés, et il ne faut pas que ces actes cessent d’être soutenus, et ceux qui soutiennent ces actes de bienfaisance ne doivent pas être découragés, ni s’affaiblirent ; mais ces actes de bienfaisance doivent être faits d’une façon sûre. Et vous avez en ce qui concerne la concurrence dans le bien, un bon exemple à suivre avec votre prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) car il était l’homme le plus généreux, et il était encore plus généreux au cours du mois de Ramadan lorsque l’ange Gabriel le rencontrait pour lui enseigner le Coran, et le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) était plus généreux que le vent porteur de pluie lorsque l’ange Gabriel le rencontrait.

Qu’Allah bénisse votre argent, vous facilite votre subsistance, remplace ce que vous dépensez, et protège notre communauté des tentations qui égarent, du mal et des troubles, Il est le Généreux par excellence !

Tiré du site qui retranscrit les Khutbas d'al haramain


Dernière édition par Oum_Hamza le Mer 3 Aoû - 2:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum_Hamza
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 892
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Dernier Ramadan?   Dim 24 Juil - 14:27

Ramadan : Une opportunité pour le changement et la réforme
رمضان فرصة للتغيير والإصلاح


Voici la traduction d’une Khotba (sermon du vendredi) de Sheikh Salih Ibn Houmayd (qu’Allah le préserve) par le frère Abou Adam Abdelmalik Al-Firansi (Arabe/français).

Le Ramadan est un mois très particulier de l’année pour tous les musulmans.

C’est un temps consacré à une réflexion intérieure, à la dévotion envers Allah, et à la maîtrise de soi.

Le Ramadan est aussi une école, qui nous apprend des choses importantes, par exemple à s'organiser, gérer notre temps, se maîtriser, se débarrasser des mauvaises habitudes, être plus généreux, plus intentionné, être plus pieux, à être quelqu'un de meilleur, à changer complètement, que ce soit moralement, spirituellement, ou autre ?

L'important c'est de changer pour être meilleur !...

Revenir en haut Aller en bas
Oum_Hamza
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 892
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Les Sunnas négligées pendant Ramadan    Jeu 28 Juil - 6:28

Les Sunnas négligées pendant Ramadan

Par l’imam Muhammad Nasir-Din Al-Albani




Question :

« Le shaikh pourrait-il nous dire quelques mots des avantages du mois béni de Ramadan, à cette occasion "



Reponse :

Shaikh Al-Albani, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Allah, le Glorifié et le Très-Haut, dit dans le Noble Quran:

« ô vous qui croyez! On vous a prescrit as-Syam comme on l’a presctit à ceux d’avant vous, ainsi atteindriez-vous la piété.. » [Sourate Al-Baqara : 183]

Ainsi dans ce verset, comme il n’est pas inconnu à ceux qui sont présents, Allah, le Puissant et Majestueux, informe la Umma de Muhammad (salallahu 'alayhi wa sallam), par ce verset, qu'Il a fait du jeûne une obligation pour eux, de même qu'Il l’avait rendu obligatoire aux communauté avant nous. C'est une question qui est bien connue de tous les musulmans qui lisent ce verset et comprennent clairement sa signification. Mais ce dont je veux parler est autre chose, une question que très peu de gens remarquent- et c'est la parole d'Allah, le Glorifié et le Très-Haut, à la fin de ce verset:

« ...ainsi atteindriez-vous la piété. »

Ainsi Allah, le Puissant et Majestueux, lorsqu’Il commande Ses serviteurs croyants, ou les obligent à une législation, d'habitude, mentionne seulement l’ordre, sans expliquer la sagesse derrière cela. Ceci parce que la sagesse générale derrière le fait qu’Allah, le Puissant et Majestueux, impose des devoirs à Ses serviteurs est qu'Il doit les évaluer par cela, pour que devienne apparent, ceux qui Lui obéissent et ceux qui Lui désobéissent, le Glorifié et le Très-Haut.


Cependant dans ce verset, Il a mentionné quelque chose qui n'est pas trouvé fréquemment dans le Noble Quran, Il a mentionné la raison de l'ordre du jeûne, par Sa parole :

« ...ainsi atteindriez-vous la piété. »

Donc la sagesse derrière la participation au jeûne n'est pas juste qu'ils doivent s’abstenir de bonnes choses agréables et permises, bien que ce soit une obligation sur la personne prenante part au jeûne - mais ce n'est pas la seule chose qui est exigée et visée par le jeûne. Allah, le Puissant et Majestueux, a conclu Son commandement du jeûne en disant :

« ...ainsi atteindriez-vous la piété. »

C’est à dire : la sagesse derrière la prescription du jeûne est que le musulman doit augmenter dans l'obéissance à Allah, le Glorifié et le Très-Haut, le mois de jeûne et devenir plus obéissant qu'il ne l'était avant cela.


Aussi le prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) a clairement exposé et clarifié ce point de sagesse divine, par sa parole, comme il est rapporté dans le Sahih d'Al-Bukhari (n°1903), qu'il (salallahu 'alayhi wa sallam) a dit :

« Celui qui n'abandonne pas le mensonge et sa pratique, Allah n'a pas besoin qu'il délaisse sa nourriture et sa boisson. »

C’est à dire : Allah, le Puissant et Majestueux, n'a pas destiné et voulu, par l'obligation du jeûne- qui est de se retenir pendant un temps donné, bien connu tous - qu'ils s’abstiennent seulement de manger et de boire. Plutôt ils doivent aussi s’abstenir de ce qu'Allah, le Puissant et Majestueux, leur a interdits en ce qui concerne les péchés et les actes de désobéissance; et parmi cela, le mensonge et sa pratique.


Donc le Messager (prières et bénédictions d’Allah sur lui) souligne le verset: « ...ainsi atteindriez-vous la piété. »

C'est-à-dire que vous devez, comme acte d'adoration pour vous rapprocher d’Allah, le Puissant et Majestueux, en plus de l’abstention de la nourriture et de la boisson, également vous abstenir des actes interdits comme la médisance, rapporter des histoires pour causer du mal aux gens, le faux témoignage, le mensonge, et d’autres parmi ces manières interdites dont nous sommes tous conscients.

Donc, il est obligatoire que tous les musulmans soient conscients que les actions qui rompent le jeûne, ne sont pas seulement les actes physiques, qui sont de notoriété publique, comme manger, boire et avoir des relations sexuelles. Le jeûne ne consiste pas seulement à ce que vous vous absteniez de cela. Donc certains savants distinguent et divisent ces choses qui rompent le jeûne en deux catégories et c'est ce que je vise par mon allocution, en ce temps béni, si Allah le veut.

Il est particulièrement important que ceux qui font des sermons avertissent les gens pendant Ramadan, quand ils parlent de ces choses qui rompent le jeûne, alors ils parlent seulement des choses matérielles, que nous venons de mentionner – la nourriture, la boisson et les relations sexuelles. Mais ce qu'ils devraient faire, en tant que conseillers sincères et personnes qui délivrent le rappel aux musulmans, c’est de se concentrer sur la deuxième catégorie de choses qui rompent le jeûne. Ceci, parce que les gens se sont habitués à penser que le jeûne consiste juste à s'abstenir de la première catégorie, s’abstenir des choses matérielles. Mais il y a une autre catégorie de choses, qui rompent le jeûne, que nous pouvons appeler les choses immatérielles qui rompent le jeûne.


Donc vous venez d'entendre sa parole (prières et bénédictions d’Allah sur lui) : « Quiconque n'abandonne pas le mensonge et sa pratique, Allah n'a pas besoin qu'il délaisse sa nourriture et sa boisson. »


Donc toute personne qui jeûne doit s'examiner et voir : s’abstient-il seulement des choses matérielles, ou s’abstient-il aussi de ces choses immatérielles ? C’est à dire : a-t-il de bonnes manières et un bon comportement quand vient le mois béni de Ramadan? Si c'est le cas, il a accompli la parole d'Allah, le Glorifié et le Très-Haut, à la fin du verset: « ...ainsi atteindriez-vous la piété. »


Mais quant à celui qui se limite dans son jeûne au seul refus de nourriture et de boisson, mais qui continue et persiste dans les mauvaises manières sur lesquelles il était précédemment, avant Ramadan, alors ce n'est pas le jeûne désiré et exigé par la sagesse derrière la législation de ce noble mois, que notre Seigneur, le Puissant et Majestueux indique dans Sa parole : « ...ainsi atteindriez-vous la piété. »


C’est pourquoi nous conseillons et rappelons à nos frères musulmans qu'ils doivent se rappeler cette autre catégorie de choses, celles qui sont immatérielles, qui rompent le jeûne. Et c’est quelque chose dont les prêcheurs, et ceux qui cherchent à diriger les gens vers la voie correcte, parlent rarement, sans parler des gens de la masse, qui ne sont pas conscients de cette catégorie de choses qui rompent le jeûne, c'est-à-dire les choses immatérielles.


C'est ce que j'ai voulu rappeler à nos frères qui sont présents dans cette assise bénie, insha Allah, pour que cela puisse être une cause de leur augmentation dans les actes d'adoration, en cherchant à se rapprocher d'Allah, le Glorifié et le Très-Haut, en ce mois béni, le mois du jeûne, qui est tel que nous espérons qu'Allah, le Glorifié et le Très-Haut, nous guidera et nous accordera le succès d'accomplir le droit dû à ce mois béni. (Et ce droit) est que nous nous abstenions des choses matérielles et immatérielles qui rompent le jeûne.


En outre, j'espère que vous prêterez attention à quelques questions, qui ont été négligées par une majorité des musulmans de la masse, sans parler de ceux qui ont cette connaissance.

Il y a un hadith qui est très souvent négligé en raison d'un autre hadith, parce que la majorité des gens est incapable de concilier leur pratique et application. Ce hadith est sa parole (salallahu 'alayhi wa sallam) : « Ma Umma ne cessera d’être sur le bien tant qu'ils s'empresseront de se rompre le jeûne et retarderont le repas de l'aube. »

Donc, ici deux choses ont été mentionnées et sont négligées par la plupart des gens et elles sont : l’empressement de la rupture du jeûne et le retardement du repas de l'aube (Sahur).

Quant à la négligence de la première question, qui est de se presser pour rompre le jeûne, d’après certaines personnes il contredit autre hadith, qui est sa parole (prières et bénédictions d’Allah sur lui) : « Ma Umma ne cessera d’être sur le bien tant qu'ils s'empresseront de prier la prière du Maghrib. »


Ainsi, ici nous avons deux commandements, nous presser dans les deux cas. Donc il apparaît à certaines personnes que nous ne pouvons pas nous empresser d'exécuter les deux ensemble.

Mais concilier le commandement de se presser pour rompre le jeûne et le commandement de se presser pour prier la prière du Maghrib, est une chose très facile. Et c’est quelque chose que notre prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) nous a fait comprendre par son action et sa pratique. Il (salallahu 'alayhi wa sallam) avait l’habitude de rompre le jeûne avec trois dattes. Il mangeait trois dattes. Puis il priait la prière du Maghrib, puis il mangeait de nouveau s'il trouvait qu'il avait besoin de manger le repas du soir.


Mais aujourd'hui nous tombons dans deux infractions :

Premièrement nous retardons l'Adhan de son temps légiféré. Alors, après ce retard vient un autre retard, qui est que nous nous asseyons pour un repas - à part quelques personnes qui sont ardents et prient la prière du Maghrib à la mosquée. Mais la majorité des gens attendent d'entendre l'Adhan, et ensuite s'assoient pour manger comme s'ils dînaient, ou prenaient leur repas du soir, et pas seulement rompre leur jeûne.


Ainsi l'Adhan de nos jours - dans la plupart des pays d'Islam, est malheureusement je dois le dire, et pas seulement en Jordanie, et je l'ai su après une enquête, dans la plupart des pays d'Islam - l'Adan du Maghrib est fait après le temps qui est le sien. Et la raison est que nous avons abandonné l’attachement et l’application des lois islamiques, et au lieu de cela nous en sommes venus à dépendre des calculs astronomiques. Nous dépendons du calendrier.


Mais ces calendriers sont basés sur les calculs astronomiques qui considèrent la terre comme étant une simple étendue plate. Donc ils donnent un temps pour cette étendue plate, tandis qu’en réalité la terre, en particulier la nôtre, varie, elle varie entre les dépression des vallées et l’élévation des montagnes. Donc, il n'est pas correct qu'un temps simple soit donné, couvrant le rivage, les plaines et les montagnes. Non, chaque partie de la terre a son propre temps. Donc quiconque est capable dans son domicile, sa ville ou village, de voir le coucher du soleil de ses propre yeux, quelle que soit l’heure indiquée, alors ( ce qu’il faut) c’est l’empressement que l'on nous a commandés dans sa parole (salallahu 'alayhi wa sallam), que nous avons mentionnée : « Ma Umma ne cessera d’être sur le bien tant qu'ils s'empresseront de rompre le jeûne. » Donc le prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) s’attachait à appliquer cette Sunna en l'apprenant et en la mettant en pratique.



Quant à son enseignement, il (salallahu 'alayhi wa sallam) a dit, dans le hadith rapporté par Al-Bukhari dans son Sahih (n°1954) : « Si la nuit tombe de ce côté, et il a indiqué vers l'est, et le jour disparaît d'ici, et il a indiqué vers l'ouest, et que le soleil se couche, alors le jeûneur rompt son jeûne. »


Que veut dire « le jeûneur rompt son jeûne » ? Cela signifie qu'il est entré sous l’ordre, qu'il doit rompre son jeûne. Vient alors l’ordre précédent où le messager (salallahu 'alayhi wa sallam) a encouragé l’empressement de la rupture du jeûne et le messager (salallahu 'alayhi wa sallam) s’employait à appliquer cela, même quand il était en voyage.

Donc il est rapporté dans le Sahih d'Al-Bukhari (n°1955) que le prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) a ordonné à un de ses compagnons de préparer l'Iftar. Il a alors répondu : « ô messager d'Allah, c'est toujours jour devant nous. » C’est à dire : la lumière du soleil, bien qu’il soit couché, sa lumière était toujours claire à l'ouest. Le messager (salallahu 'alayhi wa sallam) n'a pas répondu à ce qu'il a dit, plutôt il lui a souligné, de nouveau, l’ordre de préparer l'Iftar.

Puis le narrateur du hadith a dit : « On pouvait voir la lumière du jour devant nous »
C’est à dire : la lumière du jour, la lumière du soleil, Quand nous avons rompu notre jeûne. Il dit : « si l’un d'entre nous était monté sur son chameau il aurait vu le soleil. » Vu d'ici, le soleil était couché et le messager (salallahu 'alayhi wa sallam) a ordonné à un des compagnons de préparer l'Iftar - Pourquoi ? Pour s’empresser vers le bien. « Ma Umma ne cessera d’être sur le bien tant qu'ils s'empresseront de rompre le jeûne. »

Ainsi l’important est que nous remarquons que l'Iftar, qui est légiféré pour être fait rapidement, doit être fait avec quelques dattes. Puis nous devons nous empresser d'exécuter la prière. Seulement après cela, les gens peuvent s’asseoir et manger comme ils ont besoin.

C'est la première question, que j'ai voulu vous rappeler, qui est comment concilier les deux choses que le prophète (prières et bénédictions d’Allah sur lui) nous a commandé de nous empresser d'exécuter. Le premier étant l’ordre de se presser pour rompre le jeûne et le second étant l’ordre de se presser pour exécuter la prière du Maghrib. Donc l'Iftar doit être fait avec quelques dattes, comme rapporté dans la Sunna et si les dattes ne sont pas disponibles, alors avec quelques gorgées d'eau. Puis on doit prier la prière en commun dans la mosquée.


L'autre question que je veux vous rappeler est ce qui apparaît dans hadith précédent : « Et retarderont le repas de l'aube ». C’est à dire : ce qui est exigé ici, est l’opposé du cas de l'Iftar. Donc il (salallahu 'alayhi wa sallam) nous a commandé de nous empresser de faire l'Iftar. Quant au Sahur, il doit être retardé. Mais ce qui arrive aujourd'hui est totalement contraire à cela, puisque beaucoup de personnes mangent leur Sahur peut-être une heure avant l'apparition du Fajr. Cela ne convient pas. C'est contraire à la Sunna indiquée par la parole du prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) et par sa pratique. Ainsi, les compagnons du prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) s’employaient à laisser le Sahur si tard, que l'un d'entre eux entendait presque l'Adhan et il mangeait toujours parce qu'il avait retardé le Sahur.



En effet il y a hadith authentique rapporté du prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) qui montre la facilité permise par l’islam, et qui doit être compté comme un des principes de l’islam, dont les musulmans sont fiers, particulièrement en ce qui concerne la question du jeûne. Allah, le Puissant et Majestueux, a conclu le verset concernant le jeûne avec Sa parole:


« Allah veut pour vous la facilité, il ne veut pas la difficulté pour vous. » [sourate Al-Baqara ]


Ainsi facilité est dans sa parole (salallahu 'alayhi wa sallam) : « Si l’un d'entre vous entend l'appel (à la prière) et que le récipient est dans sa main, qu’il ne le dépose qu’après en avoir bu ce qu’il voulait. »


« Si un d'entre vous entend l'appel (à la prière) et que le récipient est dans sa main », le récipient contenant la nourriture, que ce soit du lait, de la boisson, de l’eau, tout ce qu'une personne peut prendre comme Sahur et il entend l'Adhan, alors il ne doit pas dire : « Maintenant la nourriture est interdite car on entend l'Adhan », pour la personne qui en a eu assez, il ne lui est pas permis d’en avoir encore, que ce soit une boisson, ou un fruit, quand il s’est repu de ce qu’il mangeait.


Mais quant à celui qui entend l'Adhan et qui n'a pas encore pris ce de dont il a besoin comme nourriture et boisson, alors le messager (salallahu 'alayhi wa sallam) l’a rendu licite pour lui. Donc il a clairement dit, en langue arabe claire et éloquente « Si l’un d'entre vous entend l'appel (à la prière) et que le récipient est dans sa main, qu’il ne le dépose qu’après en avoir bu ce qu’il voulait. »


Et ce qui est signifié ici par l'appel est le deuxième appel, le second Adhan. Ce n'est pas le premier Adhan, qu'ils appellent à tort l'Adhan de l’abstention (Imsak). Nous devons savoir qu'il n'y a aucune base pour appeler le premier Adhan l'Adhan de l’abstention (imsak).


Le second Adhan est le moment où nous devons nous abstenir et ceci est clairement exposé dans le Quran, lorsqu’Allah, le Puissant et Majestueux, dit :


« mangez et buvez jusqu’à ce que se distingue pour vous, le fil blanc de l’aube, du fil noir de la nuit. » [sourate Al-Baqara ]


Donc le repas devient interdit au début du temps de la prière du Fajr. Il n'y a aucune séparation entre ces deux choses. Il y a aucune abstention de nourriture et de boisson un quart d'heure, ou moins que cela, ou plus que cela, avant le début du temps de la prière du Fajr. Pas du tout.


Parce que la prière est due quand la vraie aube apparaît, et la nourriture devient interdite pour la personne qui jeûne quand la vraie aube apparaît. Ainsi il n'y a aucune séparation entre ces deux questions.


C’est pourquoi il apparaît dans le hadith authentifié par Al-Bukhari et Muslim, le hadith de ‘Abdullah Ibn ‘Umar Ibn Al-Khattab (radiallahu ‘anhuma), que le prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) a dit : « Que ne vous trompe point l'Adhan de Bilal... » c’est à dire, le premier Adhan, « ... parce qu'il fait l'Adhan pour éveiller la personne qui dort et pour que la personne qui veut manger le repas de l'aube puisse le faire. Mangez donc et buvez jusqu’à ce qu'Ibn Oumm Maktoum fasse l'Adhan. »


Ibn Oumm Maktoum, dont le prénom était 'Amr, était un aveugle et il était celui pour qui la Parole d'Allah, le Glorifié et le Très-Haut, est descendu :



« Il s’est renfrogné et il s'est détourné, parce que l’aveugle est venu à lui » [sourate Abasa ]



Donc il avait l'habitude de faire le second Adhan, l'Adhan qui signifie que le repas devient interdit et qu’il est maintenant temps pour la prière du Fajr.


Comment faisait-il l'Adhan alors qu’il était aveugle ? C'est une question, qui arrive naturellement à l’esprit de certaines personnes. 'Amr Ibn Oumm Maktoum avait l'habitude de monter sur le toit de la mosquée, mais il ne pouvait pas voir l'aube, donc il attendait jusqu’à ce que quelqu'un passant par là ne voit l'aube. Ainsi quand quelqu'un voyait que l'aube apparaissait et s’étendait à travers l'horizon, il lui disait : « C'est le matin. C'est le matin. » Alors il faisait l'Adhan.


Donc vous remarquerez ici que l'Adhan de 'Amr ibn Oumm Maktoum était après que le Fajr n’apparaisse et soit vu par les gens alors qu'ils marchaient dans les rues. Ainsi quand on lui disait « C'est le matin. C'est le matin » il faisait l'Adhan.


Donc, il y a une certaine latitude dans la question, puisque le muadhdhin retarde l'Adhan jusqu’à ce qu’il entende les gens dire « C'est le matin, c'est le matin. » Et le messager Allah (salallahu 'alayhi wa sallam) a dit : « Si l’un d'entre vous entend l'appel (à la prière) et que le récipient est dans sa main, qu’il ne le dépose qu’après en avoir bu ce qu’il voulait. »



Ainsi Allah, le Puissant et Majestueux, a vraiment parlé quand Il a dit à la fin des versets liés au jeûne:



« Allah veut pour vous la facilité, il ne veut pas pour vous la difficulté.


« ... afin que vous complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants. »


C’est pourquoi le Fiqh qui doit être critiqué et qui court contrairement à la Sunna, est qu'une personne dise : « si quelqu'un entend l'Adhan et a de la nourriture dans sa bouche, alors il doit la cracher. » Ceci est au-delà de la sévérité et dépasse (ghuluww) les limites de la religion et le Seigneur de toute la création nous a avertis et nous a rappelé, dans Son Livre et dans la Sunna de Son prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) que nous ne devons pas dépasser les limites fixées dans notre religion. Donc Il a dit, dans le Noble Quran:


« ô Gens du Livre ! N’exagérez pas les limites dans votre religion et ne dites sur Allah que la vérité. »


Et notre messager (salallahu 'alayhi wa sallam) nous a dit : « Prenez garde (du ghuluww) à l'excès des limites dans la Religion. Parce que ceux qui sont venus avant vous ont été détruits par leur excès dans les limites de leur religion. »


Ainsi le messager d’Allah (salallahu 'alayhi wa sallam) nous a précisé qu'il y a une latitude et une marge de facilité dans le fait qu’une personne prenne le sahur, dans la mesure de ce qu'il a dit : « Si l’un d'entre vous entend l'appel (à la prière) et que le récipient est dans sa main, qu’il ne le dépose qu’après en avoir bu ce qu’il voulait. »



Donc c'est une opposition à Allah et au messager, qu'une personne dise que celui qui entend l'Adhan alors qu'il a de la nourriture dans sa bouche doit la cracher par terre. Ce n'est pas la Sunna. Plutôt c'est contraire à la Sunna et c’est contraire à l’ordre clair du messager (salallahu 'alayhi wa sallam).



Et j’ai été questionné plusieurs fois, donc je ne laisserai pas le besoin d'une telle question, mais plutôt je vous précéderai dans (la réponse) en cela, en déclarant que ce hadith se trouve dans certains des livres les plus célèbres de la Sunna. Comme les Sunan d'Abû Dawud et c'est le troisième livre des six livres bien connus. Le premier étant Sahih Al-Bukhari, le second étant Sahih Muslim et le troisième étant les Sunan d'Abû Dawud.


Ce hadith se trouve dedans, et il est aussi rapporté par Abû 'Abdillah Al-Hakim dans son Mustadrak, et il est aussi rapporté par l'imam de la Sunna, l’imam Ahmad Ibn Hanbal, rahimahullah, dans son livre excellent connu comme le Musnad de l'imam Ahmad.


Donc le hadith n'est pas un hadith étrange, plutôt c'est hadith bien connu et il a été rapporté par les imams de la Sunna dans les premiers temps et avec une chaîne de narration authentique.


Ainsi je dis, pour conclure cette allocution, car peut-être certains d'entre vous ont des questions, auxquelles nous répondrons, insha Allah, donc je le conclurai avec sa parole (salallahu 'alayhi wa sallam) « Allah aime qu’on prenne Ses faveurs, de même qu'Il aime que Ses ordres prescrits soient mis en pratique » et dans une narration, « de même qu'Il déteste qu’on Lui désobéisse. »


Ainsi il y a deux narrations, « Allah aime qu’on prenne Ses faveurs de même qu'Il aime que Ses ordres prescrits soient mis en pratique » et la deuxième narration est, « comme Il déteste qu’on Lui désobéisse. »


Donc le musulman ne doit pas pratiquer la fausse piété et s'abstenir (en conséquence) d'obéir au prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) sur ce qu’il nous a encouragés et ce qu’il a clarifié pour nous.


Et ce qui a été dit est suffisant et la louange est à Allah, le Seigneur de toute la création. »




Article tiré du site SalafiPublications. Com

Source : Silsilah Al-Huda wa-Nur, Cassette n°590

Traduit en français par les salafis de l’Est
Revenir en haut Aller en bas
Oum_Hamza
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 892
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Delaisser les autres sciences pendant ramadan?   Ven 29 Juil - 20:13

Le statut d'apprendre la science durant le mois de ramadân



Sheikh Mohammad Nasir Ad-Dine Al Albani - rahimahou Allah




Le mois de ramadan est celui où fut descendu le Coran...


La fille de l’imam Al-Albani, qu`Allah lui fait miséricorde, Soukaynah qu'Allah la préserve, dit :
« J'ai demandé à mon père, qu'Allah lui fasse miséricorde, ce qui suit de façon résumé :

« J`ai lu que certains imams, lorsque le mois de ramadan arrivait, délaissaient tout pour se consacrer uniquement au Coran, bien même qu`ils etaient des gens de science émettant des avis de jurisprudence. Ils abandonnaient donc même les fatwas qu'ils habituellement profèraient aux gens. Est-ce que cela est authentique ? Est-ce que je m'adonne exclusivement au Coran durant ce mois ? Je délaisse la lecture des hadiths et de leurs explications, les cours de lecture coranique et autres ?


Il a répondu ainsi : « cette restriction n’a pas d'origine dans la Sunnah, mais ce qui est de la Sunnah (1), et connu dans les deux authentiques : la multiplication de la lecture du Coran durant le mois de ramadan. Par contre limiter le mois du ramadân par la récitation du Coran uniquement, cela n'a pas d'origine, de même il rentre dans cela ce qui touche les dons, les aumônes, la bienfaisance envers les gens… Se restreindre à la récitation du coran n'a pas d'origine, ce qui en a, c'est de multiplier sa lecture, rien d`autre ».

[Fin de la réponse du Sheikh]

Ibn ‘Abbas a dit :
« Le Prophète était le plus généreux des hommes et le devenait encore davantage durant le Ramadan, quand il recevait Djibril. Celui-ci lui rendait visite chaque nuit du Ramadan et ce jusqu’à la fin du mois, tandis que le Prophète lui récitait le Coran. A chacune des visites de Djibril, le Prophète devenait plus généreux que le vent qui apporte la pluie. » (Rapporté par Al-Boukhari).

Ibn Rajab dans lataaif al-ma`rarif (6/274 ) a dit : «
il s`y trouve la preuve de la multiplication de la lecture du coran durant le mois de ramadan »

Traduction Abdelmalik Abou Adam al-firansi le 26/08/1432 – 27/07/2011 Joubail – Arabie Saoudite

Source: http://www.dourouss-abdelmalik.com/index.php?option=com_content&view=article&id=341:le-statut-dapprendre-la-science-durant-le-mois-de-ramadan&Itemid=1
Revenir en haut Aller en bas
Oum_Hamza
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 892
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: A l'arrive du mois de Ramadan ?...   Ven 29 Juil - 20:25

A l’arrivée du mois de ramadan ?...

Écrit par Sheikh Ibn ‘Abd Al ‘Aziz Ibn Baz


Sheikh Ibn ‘Abd Al ‘Aziz Ibn Baz – rahimahou Allah - dit : " ...Le croyant doit s’en réjouir [de l’entrée ce mois] et y répondre, apprendre les versets du Coran et multiplier l’accomplissement des bonnes œuvres ; il se doit d’être enchanté par ce mois comme le faisait le Prophète – prière et salut sur lui – en l’annonçant à ses compagnons.


La manière avec laquelle les compagnons du Prophète – qu’Allah les agrée tous – recevaient-ils l’arrivée du mois de ramadan ?


Question :

De quelle manière les compagnons du Prophète – qu’Allah les agrée tous – recevaient-ils l’arrivée du mois de ramadan ?


Réponse :

Ils l’accueillaient avec joie et gaîté, s'enjoignaient mutuellement [le ramadan] et accomplissaient les bonnes œuvres le mois durant parce qu’en effet, il représente un mois d’une grande importance, il est un [immense] bienfait d’Allah, le fait de l’accomplir [relève d’un bienfait d’Allah].

Le Prophète – prière et salut sur lui – annonçait la bonne nouvelle à ses compagnons, il (prières et bénédiction d'Allah sur lui) disait : « Le Ramadan est venu à vous ! C'est un mois de bénédiction...» (1), un mois de jeûne et de prières nocturnes [Qiyam at-tatawou’] surérogatoire…

Le croyant doit s’en réjouir [de l’entrée ce mois] et y répondre, apprendre les versets du Coran et multiplier l’accomplissement des bonnes œuvres ; il se doit d’être enchanté par ce mois comme le faisait le Prophète – prière et salut sur lui – en l’annonçant à ses compagnons.


* (1) « Le Ramadan est venu à vous ! C'est un mois de bénédiction. Allah vous enveloppe de paix et fait descendre la miséricorde. Il décharge des fautes et Il exauce les demandes. Allah vous regarde rivaliser d'ardeur dans ce but et il se vante de vous auprès de Ses anges. Montrez à Allah le meilleur de vous-mêmes, car est bien malheureux celui qui est privé de la miséricorde d'Allah, Puissant et Majestueux ! ».[Hadith Sahih rapporté par An-Nassai 4/129 – voir « Sahih At-Targhib 1/490]




Source : www.binbaz.org
Fatwa n° 13322 - Nour 'al Ad-Darb - de Sheikh Ibn ‘Abd Al ‘Aziz Ibn Baz (rahimahou Allah).
Traduction rapprochée : AbuKhadidja Al Djazairy | 04 Ramadan, 1428 / 16-21-2007



Source: http://www.alghourabaa.com/index.php?option=com_content&view=article&id=288:a-larrivee-du-mois-de-ramadan-&catid=35:le-jeune-&Itemid=40
Revenir en haut Aller en bas
Oum_Hamza
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 892
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Le Ramadhân et ce qui touche les péchés pendant et en dehors de ce mois   Mer 3 Aoû - 16:36

Le Ramadhân et ce qui touche les péchés pendant et en dehors de ce mois


SHeikh ’Abdel-’Azîz Ibn ’Abdullâh Ibn BâZ (rahimahullâh)


BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm



« Quiconque viendra avec le bien aura dix fois autant ; et quiconque viendra avec le mal ne sera rétribué que par son équivalent. Et on ne leur fera aucune injustice. »

L’éminent savant, SHeikh Ibn BâZ , a expliqué que ce qui est établi concernant le musulman pendant, et en dehors du Ramadhân, est de lutter contre son égo qui l’incite au mal, au contraire, il faut que le musulman exhorte son âme, et l’incite à faire du bien afin qu’elle s’apaise. Cependant, il est obligatoire pour le musulman de lutter contre l’ennemi d’Allâh, « Iblîs », afin de se débarrasser de son mal et de ses mauvaises inspirations. Le musulman ici-bas, mène une lutte continuelle contre son égo, sa passion et Satan. Et il doit souvent se repentir et demander pardon en toute heure et tout temps.

Cependant, un moment peut se différencier d’un autre. Ainsi, le mois de Ramadhân est le meilleur des mois de l’année ; il est le mois du pardon et de la miséricorde, ainsi que de l’affranchissement de l’enfer. Si le mérite lié au contexte s’ajoute au mérite du mois, les bonnes actions accomplies dans ces circonstances sont augmentées et les mauvaises aggravées. Un mauvais acte commis pendant Ramadhân entraîne un péché plus grave que celui commis en dehors de ce mois. De même, un acte d’obéissance accompli pendant Ramadhân entraîne une récompense divine plus importante que celui accompli en dehors de ce mois.

Le Ramadhân représente cela, et l’obéissance [dans ce mois] est un mérite immense ainsi que la cause d’une récompense abondamment augmentée ; et les actes de désobéissance commis [en ce mois] constituent des désobéissances plus graves que ceux commis en dehors de ce mois. Voilà pourquoi le musulman doit profiter de ce mois béni pour accomplir de bonnes œuvres et s’éloigner des mauvaises actions dans l’espoir qu’Allâh -’Azza Wa Djal - agrée son action et le soutienne dans l’attachement à la vérité. Ceci dit, la mauvaise action sera sanctionnée en conséquence. Elle ne sera pas multipliée, ni pendant Ramadhân, ni en dehors de ce mois. Quant à la bonne action, elle sera multipliée par dix, si ce n’est plus encore, et ceci telle la parole d’Allâh - ’Azza Wa Djal - dans la sourate « al-An’âm » :

« Quiconque viendra avec le bien aura dix fois autant ; et quiconque viendra avec le mal ne sera rétribué que par son équivalent. Et on ne leur fera aucune injustice. »


[1]

Beaucoup de verset [dans le Coran] vont dans ce sens. Le lieu louable, tels les Deux nobles sanctuaires, représente le moyen de multiplication, en nombre et en qualité, des bonnes actions. Quant aux mauvaises actions, elles ne font l’objet d’aucune augmentation quantitative, mais leur augmentation reste d’ordre lié à la qualité comme nous l’avons déjà mentionné. [2].


Source: http://www.manhajulhaqq.com
Revenir en haut Aller en bas
Oum_Hamza
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 892
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Conseils pour le mois de Ramadan   Ven 5 Aoû - 10:08

Conseils pour le mois de Ramadan
 
  
Cheikh Abdel-Aziz Ibn Abdallah Ibn Baz
 
 
 
 
 
De ‘Abdul ‘Aziz Ibn Baz à celui qui le lira parmi les musulmans, qu’Allah fasse que j’emprunte, ainsi que les musulmans, le chemin de la foi, et qu’Il m’accorde, ainsi qu’à eux, la compréhension de la Sunna et du Coran. Amîne. Que la paix et la miséricorde d’Allah soient sur vous, ainsi que Sa bénédiction. Cela dit :
 
 
 
Ceci est conseil concis sur la vertu du jeûne et de la prière de la nuit du mois de Ramadan, et la vertu de s’empresser d’accomplir des œuvres pieuses, et un éclaircissement de quelques règles importantes qui pourraient échapper à certaines personnes.
 
 
 
Il a été authentifié du messager d’Allah (salallahu’ alayhi wasalam) qu’il annonçait à ses compagnons l’arrivée du mois de ramadan, et les informait que les portes de la miséricorde et du paradis restaient ouvertes pendant ce mois, que les portes de l’enfer étaient fermées et les diables enchaînés.
 
 
 
Il dit (salallahu’ alayhi wasalam) : « Lors de la première nuit de Ramadan, les portes du paradis s’ouvrent et on n’en ferme aucune, et les portes de l’enfer se ferment et on n’en ouvre aucune, et les diables sont enchaînés. Un héraut appelle : « ô toi qui veux le bien, avance, ô toi qui veux le mal, recule ». Allah a des affranchis de l’enfer. Et ceci, chaque nuit. »



Et il dit (salallahu’ alayhi wasalam) : « Le mois de ramadan vous est venu, mois de bénédiction de laquelle Allah vous couvre pendant celui-ci, la miséricorde descend, les péchés cessent et l’invocation est exaucée. Pendant ce mois, Allah observe votre concurrence dans l’accomplissement des bonnes actions et s’en vante auprès de Ses anges. Montrez à Allah lequel parmi est le meilleur en bonnes actions, et certes le perdant est celui qui est privé (pendant ce mois) de la miséricorde d’Allah. »



Et il dit (salallahu’ alayhi wasalam) : « Celui qui jeûne le mois de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie les nuits de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie la nuit d’Al-Qadr avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés. »



Et il dit (salallahu’ alayhi wasalam) : « Allah Tout Puissant dit : Toute (bonne) action du fils d’Adam est pour lui, elle est multipliée de dix à sept cents fois, sauf le jeûne, car Il est à Moi et c’est Moi qui le récompense. Il (le jeûneur) abandonne pour Moi ses désirs et sa nourriture. Le jeûneur possède deux joies : l’une lorsqu’il rompt le jeûne, l’autre lorsqu’il rencontre son Seigneur. Et certes, l’haleine du jeûneur est plus agréable auprès d’Allah que l’odeur du musc. »

Et les hadiths sur les vertus de Ramadan, de veiller ses nuits en prière et du jeûne sont très nombreux.
 
 
Il convient au croyant qu’il profite de cette occasion qu’Allah lui a accordée d’atteindre qui est le mois de Ramadan. Donc, qu’il s’empresse vers l’obéissance, s’éloigne des mauvaises actions et s’efforce d’accomplir ce qu’Allah lui a rendu obligatoire, surtout les cinq prières, car elles sont le pilier de l’islam et les obligations les plus importantes après les deux attestations. Il est obligatoire à chaque musulman et musulmane de les préserver et de les accomplir en leurs temps avec recueillement et quiétude.
 
 
 
De même, parmi les plus importantes obligations (de la prière), pour les hommes, est de les accomplir en commun dans les maisons d’Allah (les mosquées), dans lesquelles Allah a permis qu’on évoque Son nom, comme Il dit : « Et accomplissez la prière, et acquittez la Zakât, et inclinez-vous avec ceux qui s’inclinent » [sourate Al-Baqarah : 43]
 
 
 
« Soyez assidus aux prières et surtout la prière médiane ; et tenez-vous debout devant Allah, avec humilité » [sourate Al-Baqarah : 238]


 
« Bienheureux sont certes les croyants, ceux qui sont humbles dans leur prière, qui se détournent des futilités, qui s’acquittent de la Zakât, et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], si ce n’est avec leurs épouses ou les esclaves qu’ils possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer ; alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs ; et ceux qui veillent à la sauvegarde des dépôts qui leur sont confiés et honorent leurs engagements, et ceux qui observent strictement leur prière. Ce sont eux les héritiers, qui hériteront le Paradis pour y demeurer éternellement » [sourate Al-Mu’minun : 1-11]


 
Et le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Le pacte entre nous et eux est la prière, celui qui l’abandonne a mécru. »


 
Et l’obligation la plus importante après la prière est l’acquittement de la zakat, Comme Allah Tout Puissant dit : « Il ne leur a été commandé, cependant, que d’adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif, d’accomplir la prière et d’acquitter la Zakât. Et voilà la religion de droiture » [sourate Al-Bayyinah : 5]
 
 
 
« Accomplissez la prière, acquittez la Zakât et obéissez au messager, afin que vous ayez la miséricorde » [sourate An-Nur : 56]


 
 Le Livre d’Allah et la Sunna de Son prophète montrent que celui qui ne s’acquitte pas de la zakat sur ses biens sera châtié pour cela le Jour de la Résurrection.
 
 
 
La chose la plus importante après la prière et la zakat est le jeûne du mois de Ramadan qui est un des cinq piliers de l’islam cités dans la parole du prophète : « L’islam est bâti sur cinq : l’attestation qu’il n’y a de divinité digne d’être adorée qu’Allah et que Muhammad est le messager d’Allah, l’accomplissement de la prière, l’acquittement de la Zakat, le jeûne de Ramadan et le pèlerinage. »
 
 
 
Il est obligatoire au musulman de préserver son jeûne et sa prière de nuit, de tout ce qu’Allah lui a interdit comme paroles et actes, car ce qui est visé par le jeûne est l’obéissance à Allah, prendre en haute considération les limites sacrées d’Allah, et l’effort de l’âme (Djihad annafss) contre ses passions dans l’obéissance à Son Maître, afin de la forger à la patience sur ce qu’Allah a interdit. Le but n’est pas seulement de délaisser la nourriture et la boisson et toute autre chose qui annule le jeûne, ainsi il a été authentifié, que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Le jeûne est un bouclier (jounnah), si l’un de vous jeûne qu’il ne tienne pas de propos obscènes et ne crie pas, et si quelqu’un l’insulte ou l’importune, qu’il dise : je suis en état de jeûne. » Et il a été authentifié qu’il a dit : « Celui qui ne laisse pas le mensonge et sa pratique et l’ignorance, Allah n’a pas besoin qu’il délaisse sa nourriture et sa boisson. »
 
 
 
On sait d’après ces textes et d’autres que le jeûneur doit prendre garde à tout ce qu’Allah lui a interdit et préserver tout ce qu’Allah lui a rendu obligatoire. De cette façon, on espère pour lui le pardon, l’affranchissement du feu et l’acceptation de son jeûne et de sa prière de nuit.
 
 
 
 Et il est des choses qui peuvent échapper à certains, parmi lesquelles :
  
Il est obligatoire au musulman de jeûner avec foi et espoir en la récompense, non par ostentation, ni par suivi des gens, de sa famille et du pays. Mais il faut que ce qui l’amène au jeûne soit sa foi qu’Allah le lui a rendu obligatoire, et qu’il espère la récompense auprès de son Seigneur pour cela. De même pour la prière de nuit du mois de Ramadan, le musulman doit l’accomplir avec foi et en espérant la récompense de son Seigneur, pas pour une autre raison. C’est pour cela que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Celui qui jeûne le mois de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie les nuits de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie la nuit d’Al-Qadr avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés. »
 
 
 
 Et parmi les règles qui peuvent échapper à certains :
  
Ce qui peut atteindre le jeûneur comme blessure, saignement de nez, vomissement ou remontées gastriques involontaires, etc., toutes ces choses n’annulent pas le jeûne, par contre, pour celui qui s’est fait vomir, cela annule son jeûne, d’après la parole du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) : « Celui qui vomit n’a pas à compenser le jeûne, et celui qui se fait vomir doit compenser le jeûne. »
  
 
 Et parmi ceci : ce qui peut arriver au jeûneur comme retardement du ghusl (grandes ablutions ou bain rituel) jusqu’au fajr. Et ce qui peut arriver à certaines comme retardement du ghusl après les menstrues ou les lochies, jusqu’après le lever du fajr. Si la femme voit qu’elle est de nouveau en état de pureté avant le fajr, il lui est obligatoire de jeûner, et il n’y a pas de mal à retarder le ghusl jusqu’à l’arrivée du fajr, mais elle ne doit pas le retarder jusqu’au lever du soleil, au contraire elle doit se purifier et prier avant le lever du soleil. De même pour celui qui est état d’impureté majeure (après un rapport sexuel ou une éjaculation), il ne doit pas retarder le ghusl jusqu’après le lever du soleil, mais il doit se purifier et prier le fajr avant le lever du soleil. Et l’homme doit se presser de le faire afin de pouvoir accomplir la prière du fajr en commun.
 
  
 Parmi les choses qui n’annulent pas le jeûne : La prise de sang et l’injection non nutritive, mais le fait de le repousser jusqu’à la nuit est prioritaire et meilleur, si cela est possible, d’après la parole du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) : « Laisse ce qui te jette dans le doute pour ce qui ne t’y jette pas. » Et sa parole : « Celui qui délaisse les ambiguïtés a préservé sa religion et son honneur. »
 
 
  Parmi les choses dont le jugement échappe à certains : l’absence de quiétude dans la prière, qu’elle soit obligatoire ou surérogatoire, les hadiths authentiques du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) montrent que la quiétude est un pilier de la prière, sans laquelle la prière n’est pas valide. Et la quiétude est le calme (l’immobilité) dans la prière et le recueillement et l’absence d’empressement, jusqu’à ce que chaque vertèbre revienne à sa place. De nombreuses personnes prient pendant Ramadan la prière du Tarawih sans réfléchir (sur le sens des versets) et sans quiétude, au contraire ils picorent, et la prière accomplie de cette façon est nulle, et celui qui l’accomplit est pécheur et n’est pas récompensé.
 
 
 
De plus, parmi les choses dont le jugement peut échapper à certains : L’opinion de certains qu’il n’est pas permis de prier moins de vingt raka’at pour tarawih, et l’opinion de certains qu’il n’est pas permis de prier plus que onze ou treize raka’at, et toutes ces opinions sont déplacées, et elles sont une erreur qui contredit les preuves.
 
  
Les hadiths authentiques du messager d’Allah montrent qu’il y a une certaine largesse pour la prière de la nuit, il n’y a pas de limite définie qu’il n’est pas permis de dépasser. Au contraire, il a été authentifié que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) priait onze raka’at pendant la nuit, et il a pu en prier moins pendant Ramadan ou en dehors. Lorsqu’il a été interrogé sur la prière de la nuit, il a dit : « Priez-la paire par paire, et si l’un d’entre vous craint que le Subh n’arrive qu’il prie une raka’a qui rendra impair ce qu’il a prié. » (Rapporté par Boukhary et Mouslim)
 
 
 
Il n’a pas précisé un nombre de raka’at, ni pendant Ramadan ni en dehors. C’est pourquoi les compagnons, à l’époque de ‘Umar, ont parfois prié vingt-trois raka’at, et d’autres fois onze raka’at, tout ceci a été authentifié de ‘Umar et des compagnons à son époque.
 
 
 
Certains Salafs priaient pendant Ramadan trente-six raka’at et en ajoutaient trois pour le witr, d’autres priaient quarante et une raka’at. Shaykh Al-islam Ibn Taymiyyah et d’autres ont rapporté ceci des gens de science, et comme il l’a rappelé, il y a une certaine largesse dans cette question, et il a également rappelé qu’il est meilleur pour celui qui allonge la récitation, l’inclination et la prosternation, de réduire le nombre (de raka’at), et pour celui qui raccourcit la lecture, l’inclination et la prosternation, d’augmenter le nombre (de raka’at). Ceci est le sens de sa parole.
 
 
 
Celui qui médite sur la Sunna verra qu’il est meilleur de prier onze ou treize raka’at, pendant Ramadan ou en dehors, car c’est là que s’est arrêté l’acte du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) la plupart du temps. De même, c’est ce qui est moins contraignant pour les musulmans et plus proche du recueillement et de la quiétude. Il n’y a pas de mal à rajouter (dans le nombre de raka’at), cela n’est pas détestable, comme on a pu le voir.
 
 
 
Il est préférable, pour celui qui prie avec l’imam la prière de nuit de ramadan, qu’il ne s’en aille qu’avec l’imam, d’après la parole du prophète : « Si l’homme prie avec l’imam jusqu’à ce qu’il parte, on lui écrit la prière d’une nuit (entière). »
 
 
 
Il est légiféré à l’ensemble des musulmans de faire des efforts dans les différentes adorations dans ce mois béni parmi les prières surérogatoires, la lecture du Coran avec méditation et réflexion, l’augmentation dans le Tasbîh (dire Subhannallah (gloire à Allah)), Tahlîl (dire La ilaha illallah (il n’y a de divinité digne d’être adorée qu’Allah), Tahmîd (dire Al-Hamdu lillah (louange à Allah), Takbîr (dire Allah Akbar (Allah est le plus grand)), la demande de pardon, les invocations légiférées, ordonner le bien, réprouver le mal, appeler à Allah Tout-Puissant, aider les pauvres et les indigents, faire des efforts dans l’obéissance aux parents, honorer les liens de parenté, s’occuper de son voisin, visiter le malade, et d’autres choses encore parmi les diverses bonnes actions. Ceci d’après la parole du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) citée précédemment : « Pendant ce mois, Allah observe votre concurrence dans l’accomplissement des bonnes actions et s’en vante auprès de Ses anges. Montrez à Allah lequel parmi vous est le meilleur en bonnes actions, et certes le perdant est celui qui est privé (pendant ce mois) de la miséricorde d’Allah. » Et d’après ce qu’on rapporte de lui : « Celui qui accomplit (pendant Ramadan) un acte parmi les actes de bien est comme celui qui a accompli une obligation en dehors (du mois de Ramadan), et celui qui accomplit une obligation est comme celui qui en accomplit soixante-dix en dehors (du mois de Ramadan). » Et sa parole dans le hadith authentique : « Une ‘Umra accomplie pendant Ramadan est comme (la récompense) d’un hajj –ou il a dit- d’un hajj en ma compagnie. »
 
 
 
 Et les hadiths et les narrations qui montrent cet empressement et cette concurrence dans les différents types de bonnes actions pendant ce noble mois, sont nombreux.
 
  
Nous demandons à Allah qu’Il nous accorde, ainsi qu’à tous les musulmans, tout ce qu’il contient comme agrément, et qu’Il accepte notre jeûne et notre prière, et qu’Il améliore nos situations et nous fasse revenir des égarements des tentations, comme nous Lui demandons, gloire à Lui, qu’il améliore les gouverneurs des musulmans, et qu’Il réunisse leurs paroles sur la vérité, Il est certes Celui qui possède cela et Celui qui en est capable.
 
 
 
Wasalamu alaikoum wa rahmatullahi wa barakatuh
 
Source : Risâlatân Mawjizatân fi Az-Zakât wa As-Siyâm
Traduit par le site salafs.com et révisé par l’équipe d’islamhouse.
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9741
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Dernier Ramadan?   Lun 9 Juin - 14:10

Lire le coran avec ou sans tafsir pendant ramadan ? (vidéo)





Cheikh Nadjmi




Revenir en haut Aller en bas
Oumm Ouways
Moujtahidah
Moujtahidah


Nombre de messages : 3121
Date d'inscription : 13/05/2013

MessageSujet: Re: Dernier Ramadan?   Ven 20 Juin - 19:07

Dois-je rattraper le jeûne de mon père décédé ?
Cheikh Salih Souhaymi



Question :

Qu’Allah soit bienfaisant envers vous. Mon père a jeûné cinq jours du dernier ramadan, ensuite le docteur lui a dit de ne pas jeûner puis il est décédé. Dois-je rattraper le reste de son ramadan ?

Réponse :

Si la maladie pour laquelle le médecin lui a dit de ne pas jeûner est la maladie de laquelle il est mort, et que c’est une maladie dont on n’espère pas la guérison, alors il n’y a pas de rattrapage.

Mais si c’est une maladie ordinaire, dont on espère la guérison, de laquelle il a été guéri puis est mort après cela d’une autre maladie, alors le jeûne doit être rattrapé pour lui.

Et bien-sûr, dans le cas où il ne doit pas rattraper les jours, il doit alors nourrir pour lui un pauvre pour chaque jour manqué.

 Like a Star @ heaven copié de  daralhadith-sh.com
 Like a Star @ heaven  http://daralhadith-sh.com/jurisprudence/jeune/dois-je-rattraper-le-jeune-de-mon-pere-decede/
Revenir en haut Aller en bas
Oumm Ouways
Moujtahidah
Moujtahidah


Nombre de messages : 3121
Date d'inscription : 13/05/2013

MessageSujet: Re: Dernier Ramadan?   Ven 20 Juin - 19:12

Quelles sont les 3 choses à faire à la fin du Ramadan ?

Cheikh Muhammad Ibn Salih Al Othaymin


Je vous rappelle qu’il est légiféré de faire trois choses à la fin de ce mois béni.

  1- L’aumône de la rupture

  2- Le Takbir

  3- La prière du ‘id

  L’aumône de la rupture est obligatoire pour tout musulman, les hommes et les femmes, les enfants et les adultes, les hommes libres et les esclaves. Quant à l’enfant qui est dans le ventre de sa mère, si on la verse pour lui, c’est une bonne chose, et il n’y a pas de mal à ne pas la verser.

Il est obligatoire que cette aumône parvienne à son ayant-droit avant la prière du ‘id. Si elle est versée après, elle n’est pas acceptée. Il est obligatoire que cette aumône soit de la nourriture et non de l’argent. Si elle est versée en argent, elle n’est pas acceptée. Cette aumône doit être versée par la personne dans le pays où il se trouve lorsque le soleil se couche, la veiller du ‘id, même si ce n’est pas son pays d’origine.

Par exemple, si la personne est de Médine et que le soleil se couche, la veille du ‘id, pendant qu’il est à la Mecque, il verse alors l’aumône de la rupture à la Mecque. Et s’il est de la Mecque et que le soleil se couche, la veille du ‘id, pendant qu’il est à Médine, il la verse alors à Médine.

Cependant s’il est de Médine, puis que le soleil se couche pendant qu’il est à la Mecque et qu’il ne connait pas les pauvres (de la Mecque), alors s’il demande à sa famille de la verser à Médine, il n’y a pas de mal, car c’est un cas de nécessité.

  Quant au Takbir, il est légiféré à la personne de le faire à partir du coucher du soleil, la veille du ‘id, jusqu’à la prière du ‘id. Il fait le Takbir en disant :


الله أكبر الله أكبر الله أكبر لا إله إلا الله و الله أكبر الله أكبر الله و لله الحمد


Allahou Akbar, Allahou Akbar, Allahou Akabar, la ilaha illa Allah, wAllahou Akbar, Allahou Akbar, wa lillah il hamd.


Allah est le Plus Grand, Allah est le Plus Grand, Allah est le Plus Grand, il n’y a pas de divinité digne d’être adorée sauf Allah, Allah est le Plus Grand, Allah est le Plus Grand, et à Allah appartient la louange.

Il est légiféré d’élever la voix pour cela dans les mosquées et les marchés, sauf pour les femmes qui doivent faire le takbir à voix basse.

  La troisième chose est la prière du ‘id qui est une obligation individuelle selon l’avis prépondérant. Il est obligatoire pour tous les hommes d’accomplir la prière du ‘id. Quant aux femmes, le Prophète (صلى الله عليه و سلم)  leur a ordonné de sortir, il a même ordonné que les jeunes femmes pudique sortent pour se rendre au lieu où est accompli la prière du ‘id. Et il a ordonné à celle qui ont leurs menstrues de s’écarter de l’endroit ou se déroule la prière, car l’endroit où se déroule la prière du ‘id est comme une mosquée. Et il n’est pas permis à celle qui a ses menstrues de rester à la mosquée, que ce soit pour écouter les prêches, les conférences ou autre.

Cette prière est une obligation individuelle, il n’est pas permis à l’homme qui en a les capacités de la délaisser. Et s’il la manque, elle ne doit pas être rattrapée, car c’est une prière qui s’accomplit en commun et non seul.

Tout comme la prière du vendredi, si un homme la manque, il ne le rattrape pas mais il accomplit la prière du dhohr. Et la prière du dhohr qu’il accomplit lorsqu’il manque la prière du vendredi est une obligation liée au temps, car c’est l’heure du dhohr. S’il accomplit la prière du vendredi, elle remplace le dhohr, mais s’il la manque, il est obligatoire pour lui de prier le dhohr.

Quant à la prière du ‘id, son temps n’est pas celui d’une prière obligatoire. C’est pour cela que nous disons que s’il la manque, il sera privé de sa récompense et ne doit pas la rattraper, car c’est une prière qui s’accomplit en commun et il l’a manquée. Il a certes été privé d’une énorme récompense et des invocations des musulmans qui ont lieu au moment du sermon que donne l’imam.

Nous demandons à Allah de nous faire terminer ce mois en ayant obtenu Son pardon et Son agrément. Nous Lui demandons que ce ‘Id soit béni pour nous ainsi que pour tous les musulmans, et qu’Il nous en facilite d’autres comme celui-ci tout en étant en sécurité, en ayant la foi, en accomplissant des bonnes œuvres et en apprenant la science bénéfique. Il est certes Généreux et Bienfaisant.

Louange à Allah, Seigneur de l’univers. Et que la prière d’Allah ainsi que Son salut soient sur Son Messager ainsi que sur sa famille et tous ses compagnons.


 Like a Star @ heaven copié de daralhadith-sh.com
 Like a Star @ heaven  http://daralhadith-sh.com/jurisprudence/priere/la-priere-du-id-est-elle-obligatoire-ou-recommandee/
Revenir en haut Aller en bas
Oumm Ouways
Moujtahidah
Moujtahidah


Nombre de messages : 3121
Date d'inscription : 13/05/2013

MessageSujet: Re: Dernier Ramadan?   Ven 20 Juin - 19:14

Que doit-faire celui qui a rompu son jeûne volontairement ?

Cheikh Salih Souhaymi


Question :

Qu’Allah soit bienfaisant envers vous. Une personne a rompu volontairement son jeûne pendant ramadan, il a ensuite regretté cela, que doit-il faire ?

Réponse :

Premièrement, il doit se repentir à Allah d’un repentir sincère pour avoir transgressé la sacralité du mois de Ramadan. Il est rapporté dans un hadith que le jeûne d’une année toute entière ne pourrait le compenser. Mais ce qui est connu est que le repentir efface ce qui le précède. Il doit donc se repentir à Allah d’un repentir sincère et rattraper ce jour.

Car même en supposant que le jeûne d’une année ne serait le compenser, il doit quand même rattraper le jour. Tout comme dans le hadith :

« Celui qui se rend chez un voyant et lui demande une chose, sa prière n’est pas acceptée pendant quarante jours. »

Cela veut-il dire qu’il doit délaisser la prière, car elle n’est pas acceptée ? Non ! S’il la délaisse, il mécroit. S’il délaisse la prière, il mécroit ! Car celui qui délaisse la prière, même par paresse, n’est pas musulman.

Il doit donc les accomplir malgré qu’elles ne soient pas acceptées et qu’il n’est pas récompensé pour celles-ci. Mais s’il ajoute à cela le délaissement de la prière, il devient alors mécréant et sort de la religion.


 Like a Star @ heaven copié de daralhadith-sh.com
 Like a Star @ heaven http://daralhadith-sh.com/jurisprudence/jeune/que-doit-faire-celui-qui-a-rompu-son-jeune-volontairement/
Revenir en haut Aller en bas
Oumm Ouways
Moujtahidah
Moujtahidah


Nombre de messages : 3121
Date d'inscription : 13/05/2013

MessageSujet: Re: Dernier Ramadan?   Ven 20 Juin - 19:16

Prier tarawih derrière la télé ou la radio ?
Cheikh Muhammad Ibn Salih Al Othaymin



Question :

Pendant le ramadan, j’accomplis la prière obligatoire à la mosquée, puis je rentre et suis le tarawih à la radio. Je prie avec eux, j’invoque avec eux, j’ai l’impression d’être avec eux et il m’arrive même parfois de pleurer avec eux. Est-il permis d’accomplir la prière de tarawih de cette manière sachant que j’accomplis la prière obligatoire dans ma mosquée à l’endroit où j’habite ?

Réponse :

Cette prière n’est pas permise et elle n’est pas acceptée de lui, d’après la parole du Prophète (صلى الله عليه و سلم)  :

« Quiconque accomplit une œuvre que nous n’avons pas ordonnée verra son œuvre rejetée. »


Lors de la prière en commun, il est indispensable que le prieur soit dans le même endroit que l’imam. Si la mosquée est trop petite et que les rangs se complètent jusqu’à sortir jusqu’au marché, alors il n’y a pas de mal.

Quant au fait qu’une personne prie chez elle, derrière la radio ou la télé, en suivant le groupe, ceci est une œuvre vaine et sa prière n’est pas valide.

Cependant, si cet homme a fait cet acte par ignorance, j’espère qu’Allah lui écrira la récompense de son intention.

 Like a Star @ heaven copié de daralhadith-sh.com
Like a Star @ heaven http://daralhadith-sh.com/jurisprudence/priere/prier-tarawih-derriere-la-tele-ou-la-radio/
Revenir en haut Aller en bas
umm Safiya
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 545
Date d'inscription : 17/12/2013

MessageSujet: Dernier Ramadan?   Ven 11 Mar - 19:46


Regarder la télévision pendant ramadan


Sheikh Al Fawzan


A cette époque, à l'arrivée du mois de Ramadhân, les soldats du diable s'emparent des programmes télévisés, fauteurs de troubles, qui vont faire perdre leur temps aux gens pendant ce mois.
 
Ils diffusent des programmes indécents, des sketchs comiques, des séries, des pièces de théâtre... que les gens écoutent et regardent en affirmant qu'ils jeûnent.
 
Ils ne s'abstiennent que de boire et de manger mais ne s'abstiennent pas de ce qu'Allah, glorifié et exalté, a interdit.
 
Le rapprochement vers Allah peut s'accomplir avec le délaissement des choses autorisés uniquement après avoir délaissé les choses interdites.
 
Il incombe donc au musulman de préserver son jeûne de ses choses,qu'il préserve son ouïe, sa vue et sa langue de tout ce qu'Allah, glorifié et exalté, a interdit.


Ainsi doit être le jeûneur.
 
Quant à celui dont la langue profère de mauvaises paroles, dont le regard se dirige vers des choses interdites et dont l'ouïe écoute des choses interdites, même s'il a délaissé ses passions et sa nourriture, Allah n'accepte pas de lui.Le jeûne ne consiste pas uniquement à délaisser la nourriture et la boisson, mais il consiste plutôt au délaissement de ce qu'Allah a interdit comme catégorie de choses illicites pour le jeûneur.

  Que le jeûneur préserve sa langue, son ouïe, son regard, ses mains, ses pieds... tout les membres de son corps, de ce qu'Allah a interdit.

 
Il jeûne en apparence (extérieurement) et en son for intérieur (intérieurement) et il voue son intention sincèrement à Allah.C'est ce qui importe pour la récompense du jeûne.
 
Quant à celui qui vient avec un jeûne formaliste et abîmé, et ne lui donne aucun droit, alors il n'aura récolté de son jeûne que la soif et la faim.
 
Le Prophète, que la prière et les bénédictions d'Allah soient sur Lui, a dit :
 

«Quiconque n'abandonne pas le mensonge et le fait d’agir sur cela, alors Allah n'a aucun besoin qu’il abandonne sa nourriture et boisson. »
Revenir en haut Aller en bas
 
Dernier Ramadan?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: Les 5 Piliers :: Ramadhan-
Sauter vers: