El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 « Aucun de vous ne croit jusqu’à ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9733
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: « Aucun de vous ne croit jusqu’à ...   Ven 14 Nov 2008, 09:34

« Aucun de vous ne croit jusqu’à… »

SHeikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli ash-SHeikh (qu’Allâh le préserve)




D’après Abû Muhammad ‘Abd Allâh Ibn ‘Amr Ibn Al-‘As (radhiallâhu ‘anhu), l’Envoyé d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « Aucun de vous ne croit jusqu’à ce que sa passion [Hawâ] soit conforme à ce que j’ai apporté ».



SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh (qu’Allâh le préserve) a dit [dans son commentaire] :

Ce hadîth est bon, comme an-Nawawî l’a considéré bon. Je dirai même qu’il est bon et authentique, et la raison du fait qu’il soit bon est son sens conforme au verset qui dit :

« Non ! Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement [à ta sentence]. » [1]

Et il (le verset) amende le hadîth. Le sens de ce hadîth en rapport à ce verset est le dogme de beaucoup parmi ceux qui nous ont précédés parmi les gens de science comme Ibn Djarîr at-Tabarî et un groupe de spécialistes parmi les imâms et les savants du hadîth.

Il est donc dit :
« Aucun de vous ne croit jusqu’à ce que sa passion soit conforme à ce que j’ai apporté ». Ce qui veut dire : une foi complète jusqu’à ce que toutes les passions de l’homme et tous ses désirs soit conformes à ce qu’a apporté l’élu (sallallahu ‘alayhi wa sallam), ce qui veut dire encore, que la volonté pour l’Envoyé passe avant sa propre volonté, et que la législation du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) passe avant ses passions. Ainsi, lorsque son désir contredit une Sounnah qui est apportée, et bien c’est la Sounnah qui prime sur son désir. Et cela est une explication qui a été rapportée dans beaucoup de versets et de hadîths. Telle la parole d’Allâh – Ta’âla :

« Dis : « Si vos pères, vos enfants, vos frères, vos épouses, vos clans, les biens que vous gagnez, le négoce dont vous craignez le déclin et les demeures qui vous sont agréables, vous sont plus chers qu’Allâh, Son messager et la lutte dans le sentier d’Allâh, alors attendez qu’Allah fasse venir Son ordre. Et Allâh ne guide pas les gens pervers ». [2]

Il est donc obligatoire qu’Allâh et Son Envoyé soit le plus aimé pour l’homme que quiconque. Et lorsque la chose est telle, et bien la passion de l’homme est conforme à ce qu’a apporté l’élu (sallallahu ‘alayhi wa sallam). Aussi, la parole :
« Aucun de vous ne croit » renvoie à une foi complète obligatoire.



P.-S.
Source : « Charh ul-Arba’în an-Nawawiyyah »


Notes
[1] Coran, 4/65
[2] Coran, 9/24

http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article434


Dernière édition par Oum Mouqbil le Mar 08 Sep 2009, 04:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9733
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: « Nul d’entre vous ne croira, jusqu’à ce que Je lui sois   Mar 08 Sep 2009, 04:02

L'authenticité de la foi

Cheykh Rabî‘ al MADKHÂLIY





Voici le charh du hadîth n° 9 d'un livre de Cheykh Rabî', Hafizahoullâhou Ta'âlâ

L’authenticité de la Foi.

D’après Anas (Radiyallâhou 'anhou), le Messager d’Allah a dit :

« Nul d’entre vous ne croira, jusqu’à ce que Je lui sois plus cher que son fils, son père et tous les gens réunis ».


‘‘Hadîth recueilli par : al Boukhâriy, Livre de la Foi, had. n° 15. Mouslim, Livre de la Foi, had. n° 44’’.



Le rapporteur du Hadîth :

Anas Ibn Mâlik al Ansâriy al Khazrajiy, Compagnon et domestique du Messager d’Allâh, qu’il servit durant dix ans. On lui doit mille deux cents quatre-vingt six hadîths, dont cent soixante-huit sur lesquels les deux Cheykhs [al Boukhâriy et Mouslim] se rejoignent. Il est mort à Bassorah à plus de cent ans.


Le sens global du Hadîth :

L’homme ne sera croyant – d’une foi complète – que lorsque le Messager d’Allah (sallâllâhou 'aleyhi wa sallam) lui sera plus cher que tous ceux à qui il peut être lié par des liens de parenté, d’origine, d’amitié ou d’intérêt. Si son amour [pour le Prophète (sallâllâhou 'aleyhi wa sallam)] dépasse [l’amour qu’il porte à] ceux qui l’ont mis au monde – que ce soit sa mère, son père, son grand-père ou sa grand-mère – ; s’il dépasse l’amour qu’il a pour le fruit de ses entrailles ; s’il dépasse l’amour porté à l’épouse, à la tribu, à tous ceux auxquels il est rattaché par un lien social, politique, commercial ou tout autre lien ou intérêt… Si sa situation est telle que décrite, alors à ce moment-là, c’est un vrai croyant [à la foi complète].

Et le signe de [cet amour] est de privilégier l’obéissance à Allah et à Son Messager sur l’obéissance à tout autre. [C’est encore de préférer] ce qu’aiment Allah et Son Messager à ce qu’aiment l’ensemble des hommes, qu’ils soient proches ou éloignés, au risque même de les exaspérer.

Et [l’homme] ne trouvera la douceur de la foi que s’il possède trois qualités, comme indiqué dans le hadîth d’Anas, sur l’authenticité duquel [al Boukhâriy et Mouslim] se rejoignent : « trois [qualités], celui qui les possède, a trouvé par leur présence la douceur de la foi : [la première est] qu’Allah et Son Messager lui sont plus chers que tout ; [la seconde] que l’homme n’éprouve d’amour que pour [la Satisfaction d’] Allah ; [enfin,] qu’il déteste retourner à la mécréance après qu’Allah l’en a arraché, comme il détesterait être jeté dans le Feu ».

Si ces trois [qualités] sont effectivement [en lui], il a assurément trouvé par leur présence la douceur de la foi, devenant tel que, en Allah il ne redoute pas les critiques des censeurs et qu’il n’est avare ni de son âme, ni de ses biens pour la cause d’Allah.
L’auteur de « La Parole pertinente » [Il s’agit du Cheïkh ‘Abdour-Rahmâne as-Sa‘diy] a dit (page 112) :

« Et sache que l’amour est de trois sortes :

La première : l’amour d’Allah, qui est la base de la Foi (Îmân) et du Monothéisme (Tawhîd).

La deuxième : l’amour en Allah : c’est [d’abord] l’amour porté aux Envoyés et Messagers d’Allah et à ceux qui les suivent ; et [c’est aussi] l’amour des actes, époques, lieux, etc. qu’aime Allah. Cette deuxième sorte suit l’amour porté à Allah et le complète.

La troisième : l’amour avec Allah. C’est l’amour voué par les polythéistes à leurs divinités, et à ceux qu’ils ont pris comme égaux [d’Allah] parmi les arbres, les pierres, les êtres humains, les anges, etc. Cet amour est la base et le fondement du polythéisme ».



Les leçons tirées du Hadîth :

1° Le croyant – d’une foi authentique [complète] – est celui qui préfère l’amour d’al Moustafâ r à l’amour des hommes.

2° Le Messager a spécifié l’enfant et le père dans ce hadîth, en raison de l’attachement, amoureux ou autre, que l’homme porte à ces deux-là plus qu’à tout autre parmi les gens.

3° Dans ce hadîth, le Messager nous indique de suivre son exemple à lui d’abord, avant celui de tout autre parmi les gens. Ceci est d’ailleurs un devoir pour l’ensemble des croyants.





Source : « Moudhakkiratoul Hadîthi n-Nabawî fîl ‘Aqîdah wal ’Ittibâ‘ » Cheykh Rabî‘ al MADKHÂLIY, p. 27 et 28.
Traduction : Saïd, Aboû ‘Oubaydillah.
Revenir en haut Aller en bas
 
« Aucun de vous ne croit jusqu’à ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: Assounnah, Ahadith, Bida'a :: Explication de Hadith-
Sauter vers: