El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Chiite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages: 10015
Date d'inscription: 21/07/2007

MessageSujet: Chiite   Lun 23 Juil - 12:21

La doctrine chiite imâmite ne fais pas partie de l’Islâm …


Comité Permanent



Question :

Est-ce que l’école de pensée (idéologie, doctrine/ madhhab) des chiites imâmites [1] fait partie de l’Islâm ?


Réponse du Comité Permanent (al-ladjnatu-ddâ imah) :

La doctrine chiite imâmite est une doctrine innovée (mubtadi’ en Islâm ainsi que ses bases et ses branches (usûluhu wa furû’uhu).

Je vous recommande de retourner au livre : « al-khutûtu-l’arîdah », « mukhtasar at-tuhfatu-lithnâ ‘acharîyyah » et « minhâdju-ssunnah » du Chaykh Al-Islâm [Ibnu Taymîyyah] : il s’y trouve un éclaircissement sur leurs nombreuses innovations.

Et c’est par Allâh [que nous obtenons] le Succès.

Que la prière et le salut soient sur notre Prophète Muhammad, sa Famille et ses Compagnons.





_________________________________________________________________________________________________________________________


[1] : Voici la définition qu’on trouve sur wikipédia : « Le chiisme duodécimain, désigne le groupe des chiites qui croient dans l’existence des douze imams. 80 % des Chiites sont duodécimains et ils sont majoritaires parmi les écoles de pensée chiites. Ils sont majoritaires en Azerbaïdjan, à Bahreïn, en Iran, en Iraq, et au Liban. Le chiisme duodécimain est la religion officielle de l’Iran depuis la révolution de 1979. »

Pour eux, ces douze imâms sont infaillibles et au-dessus des Prophètes et Messagers. Le dernier d’entre eux a disparu et réapparaîtra à la fin des temps !


Traduction : MUKHLISÛN

Source de l’article : http://mukhlisun.over-blog.com/article-5251071.html

Source de la fatwâ : « masâ ilun fî-l’aqîdah – Des thèmes sur le Dogme [Islâmique] ». Page 270 et question N°362. C’est un livre intéressant avec un rassemblement de dizaines de fatâwâ dogmatiques simples et concises de plusieurs Grands Savants.

Wa-llâhu ta’âlâ a’lam – Des remarques sur la traduction ? Contactez-nous : mukhlisun@hotmail.com


Dernière édition par Oum Mouqbil le Mer 26 Mai - 13:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages: 10015
Date d'inscription: 21/07/2007

MessageSujet: Les paroles de Khomeyni   Mer 1 Aoû - 13:46

Des Paroles de Khomeyni incroyables mais vraies



Nous, les Sunnites, on a rien a voir avec les chiites


Voila des Paroles de Khomeyni





Voilà ce que dit Khomeyni :


"L'homme peut avoir le plaisir sexuel d'un enfant aussi jeune qu'un bébé. Cependant il ne doit pas pénétrer, mais sodomiser l'enfant. Si l'homme pénètre et cause des dégâts à l'enfant alors il devrait être responsable pour l'existence de cette fille pour toute sa vie. Cette fille, cependant ne compte pas comme une de ses quatre femmes permanentes. Cet homme ne peut pas épouser la sœur de cette fille."

Source : (Livre de Khomeini, "Tahrirolvasyleh", quatrième volume, Darol Orm, Gom, Iran, 1990)



Voilà ce qu’il dit :


"L'homme peut avoir des rapports sexuels avec des animaux tel que les moutons, vaches, chameaux et ainsi de suite. Cependant il doit égorger l'animal après qu'il a eu son orgasme. Il ne doit pas vendre la viande aux gens de son village, cependant la vente de cette viande à un autre village proche est acceptable."

Source : (Du livre de Khomeini, "Tahrirolvasyleh", quatrième volume, Orme Darol, Gom, Iran, 1990)



Voilà ce qu’il dit :


"Si on a commis un acte de sodomie avec une vache, une brebis, ou un chameau, leurs urines et leurs excréments deviennent impurs, et même leur lait ne peut plus être consommé. Cet animal doit être tué le plus vite possible et brûlé."

Source : (Le petit livre vert, Proverbes d'Ayatollah Khomeini, Politique, Phylosophica, Social et Religieux, page 47)




http://labonnereference.over-blog.fr/article-11562518.html
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages: 10015
Date d'inscription: 21/07/2007

MessageSujet: Re: Chiite   Jeu 2 Aoû - 12:37

A ce propos, cheikh el-Albani l'a rendu mécréant !

Dans l'une de ces fatwas ou on lui demande si Khomeyni est musulman, il répond :


" il croit aux douzes imams infaillibles, mieux que les Prophètes, il n'est pas Musulman......" fatawa el-albani

En effet, il dit : Khomeyni dit : "Personne n'arrive au niveau des Imams (les 12) ni un Ange rapproché ni un Prophète envoyé !"



Voici la source : http://chiite.over-blog.com/article-1076228.html
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages: 10015
Date d'inscription: 21/07/2007

MessageSujet: La croyance de la secte 'les chiites'   Dim 27 Juil - 20:28

Salam 'alaykum wa rahmatullah

Dans ce lien qui suit vous trouverez la croyance de la secte 'les chiites' à propos de Ali - radhy Allahu 'anhu-, le mariage temporaire (ou Mout'a), le Coran, la Taqya (= fait de dissimuler sa vraie foie aux autres = ce qui est du mensonge en réalité), le prophète Mohammed- çalla Llahu 'alayhi wa sallam-, les compagnons, ahl as-sunna wal jamâ3a.
Parmi leur référence on trouve al Kafi qui est au chiites ce que le Sahîh al Bukhary est aux sunnites.

http://dawapaltalk2.2.online.fr/doc/Secte_le_chiisme.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages: 10015
Date d'inscription: 21/07/2007

MessageSujet: La mise en garde contre le Chiisme, leur dogme, leur voie...   Dim 26 Oct - 13:29

La mise en garde contre le Chiisme, leur dogme, leur voie et leurs exagérations au sujet de ’Alî et autres

SHeikh Ibn BâZ & al-Lajnah ad-Dâ-ima




Question :

Certes quelques personnes voient qu’il est obligatoire pour les musulmans, afin que leurs actes d’adoration et leurs actions soit authentiques, d’adopter le suivi [aveugle] d’un des quatre dogmes de pensées bien connus. Mais il n’est pas inclu parmi eux le madhhab [dogme de penser] des Chiites al-Imâmiyyah » [Râfidhah], pas même le madhhab des « Zaydîyyah ». Etes-vous en total accord votre éminence avec ce point de vue sur l’interdiction du suivi aveugle du « madhhab » des Chiites [Râfidhah], tel que « al-Imâmiyyah al-Ithnâ ’Ashariyyah » par exemple ?

Réponse :

[L’obligation] pour le Musulman est qu’il suive ce qui est venu d’Allâh et Son Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam), quand il est en mesure de prendre les décisions légales pour lui-même ; et lorsqu’il en est incapable, alors il doit demander aux gens de science afin de voir les difficultés qui le concernent au sujet de sa religion. Il doit s’informer du plus compétant parmi les gens de science afin qu’il puisse l’interroger, soit en personne ou par écrit.

Il n’est pas permis pour le Musulman de suivre aveuglément le madhhab des « Chî’ah al-Imâmiyyah » [Chiites Râfidhah], ni le madhhab des « az-Zaydîyyah », ni même encore ceux qui leurs ressemblent parmi les gens de l’innovation, tels que les « Khawâridj », les « Mu’tazilah », les « Djahmiyyah » et autres qu’eux. Quant à s’attacher à un des quatre écoles bien connus, il n’y a aucune objection à cela, tant [que le musulman] n’est pas un adepte aveugle du Dogme auquel il appartient, et ne contredît pas les preuves évidentes quant à cela [à cet attachement à un madhhab particulier]. [1]

Question :

Quelle est la décision pour ceux qui prétendent que le Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam) a attitré ’Ali (radhiallâhu ’anhu) comme Calife, et disent que les Compagnons (radhiallâhu ’anhum) ont comploté contre lui ?

Réponse :

Ce dire n’est pas connu des groupes musulmans si ce n’est du groupe des Chiites, et ceci est un dire nul qui n’a aucun fondement dans les récits du Prophète qui ont été authentiquement reconnus comme provenant du Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam). Bien au contraire, de nombreuses preuves indiquent l’évidence du Califa après le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) de Abû Bakr as-Siddîq (radhiallâhu ’anhu), ainsi que [les preuves] des compagnons du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam). Ceci dit, le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) ne l’a pas affirmé clairement, et il ne l’a pas nommé dans son sens le plus clair ; il a plutôt donné des ordres qui ont indiqué cela : quand il lui a demandé de guider les gens dans la prière lorsqu’il [le Prophète] (sallallahu ’alayhi wa sallam) était malade, et quand il lui a rappelé au sujet du Califa après lui, il (sallallahu ’alayhi wa sallam) dit :
« Allâh et les croyants refuseront quiconque si ce n’est Abû Bakr. » Et c’est pour cela que les Compagnons (radhiallahu ’anhum) lui ont prêté allégeance (radhiallahu ’anhu), et ils ont consenti à l’unanimité que Abû Bakr était le meilleur parmi eux. Il a été rapporté dans le hadîth de Ibn ’Oumar (radhiallahu ’anhu) que les Compagnons (radhiallâhu ’anhum) avaient l’habitude de dire du vivant du Prophète : « Le meilleur de cette Communauté après son Prophète est : Abû Bakr, ensuite ’Oumar, ensuite ’Outhmân. » Et le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a approuvé leur dire sur cela. Selon un récit continu provenant de ’Alî (radhiallâhu ’anhu), il [’Ali] était de ceux qui disaient : « Le meilleur de cette Communauté après son Prophète est : Abû Bakr, ensuite ’Oumar. » Et il (radhiallâhu ’anhu) avait l’habitude de dire : « Il n’y en a pas un qui me favorise à eux, sans que [pour cela] je le fouette avec la punition de « hadda » pour avoir mentit. » Il n’a jamais dit de lui-même qu’il était le meilleur de cette Communauté ou que le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) l’avait nommé comme Calife. Il n’a jamais dit que les Compagnons (radhiallâhu ’anhum) avaient été injustes [à son égard] et qu’ils lui ont pris ses droits. Quand Fâtimah (radhiallâhu ’anha) mourut, il donna une deuxième promesse de fidélité à Abû Bakr comme confirmation de sa première promesse, et il a démontré aux gens qu’il était avec le groupe unique des musulmans ; il n’avait aucunement en lui de réserve quant au fait de prêter allégeance à Abû Bakr (radhiallâhu ’anhu). Quand ’Oumar a été poignardé, il cita six des dix de ceux à qui le Paradis a été promis, et parmi ces nommés, il y avait ’Alî (radhiallâhu ’anhu), et il [’Alî] n’a jamais désapprouvé ’Umar sur cela, ni de son vivant, ni même après sa mort. Et il [’Alî] n’a pas dit qu’il était le premier d’entre eux, comment alors une personne parmi les gens peut se permettre de mentir au sujet du Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam), et dire ainsi qu’il a nommé ’Alî comme Calife. ’Alî lui-même n’a jamais demandé cela pour lui, et aucun des Compagnons n’a réclamé cela pour lui. Ils ont plutôt consenti à l’unanimité sur l’authenticité du Califa de Abû Bakr, ’Oumar et ’Outhmân ; et ’Alî (radhiallâhu ’anhu) a reconnu cela, et il leur a apporté son aide dans le Djihâd, la consultation, et autre que cela. Ensuite, les Musulmans ont formé un consensus après les Compagnons sur la base du consensus des Compagnons. De là, il n’est aucunement permis après cela à quiconque ou tout groupe, Chiites ou autres, d’affirmer que ’Alî était le successeur attitré, ou que les Califats avant lui sont caduques. De la même façon, personne n’a le droit de dire que les Compagnons ont été injustes [à son égard] et qu’ils lui ont pris ses droits. Mais c’est plutôt le plus caduque des mensonges, et des mauvaises pensées sur les Compagnons du Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam), y compris ’Alî (radhiallâhu ’anhum adjma’în).

Et certes Allâh a empêché et protégé cette Ummah Muhammadiyyah (sallallahu ’alayhi wa sallam) de former un consensus sur l’égarement. Il a été rapporté de façon sûre dans beaucoup de récits Prophétiques que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit :
« Un groupe de ma Communauté adhèrera toujours à la vérité en ayant le dessus. » Il est impossible que cette Communauté des générations les plus nobles puisse consentir sur ce qui est faux [caduque], et ce sont les Califats de Abû Bakr, ’Oumar et ’Outhmân. Et nul ne peut dire [ce mensonge], pour qui croit en Allâh et le Jour Dernier, et nul ne peut dire cela, pour qui a la perspicacité la plus légère dans les décisions Islamiques. [2]

...


Dernière édition par Oum Mouqbil le Dim 26 Oct - 13:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages: 10015
Date d'inscription: 21/07/2007

MessageSujet: Re: Chiite   Dim 26 Oct - 13:34

« De ’Abdel-’Azîz Ibn Abd-Allâh Ibn BâZ à Mlle F.H.A. Qu’Allâh lui apporte la compréhension, Lui rende les choses faciles et la guide dans le bien - Âmîn »
« As-SaLâmou’ alaiKoûm wa Rahmatullâhi wa Barakâtuhu »

J’ai bien reçu votre lettre qui m’informe que vous avez 23 ans et que vous êtes une adepte du Chiisme et que vous suivez « Dâwoud Bohrawân », représentant et chef de ce groupe [Chiites] au Kenya, qui interdit au notaire habilité à enregistrer les mariages dans la ville de Mombassa, d’exécuter votre contrat de mariage, et vous voulez un éclaircissement quant à la décision islamique sur cela.

Réponse :

Il n’y a aucun doute que les représentants d’autorité parmi les différents groupuscules qui prétendent être musulmans, sont dans l’obligation d’adhérer aux décisions Islamiques dans l’ensemble des affaires, et qu’ils doivent prendre garde à tout ce qui va à l’encontre de cela. Il est connu dans la Loi Islamique qu’il est obligatoire aux gardiens d’exécuter les mariages de filles sous leur responsabilité, quand une personne s’engage dans la demande de mariage, parce qu’Allâh dit :


« Mariez les célibataires d’entre vous et les gens de bien parmi vos esclaves, hommes et femmes. S’ils sont besogneux, Allâh les rendra riches par Sa grâce. Car (la grâce d’) Allâh est immense et Il est Omniscient. » [3]

Et il a été rapporté que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit :
« Lorsqu’une personne vient à vous pour une demande de mariage, et que celle-ci est une personne religieuse et d’un [bon] caractère, alors mariez-la. Car dans le cas contraire, il y aura des discordes - tribulations sur terre et d’abondante perversité. » Rapporté par l’Imâm at-Tirmidhî et d’autres.

Basé sur cela, si un de vos proches organise votre mariage avec une personne acceptable, le représentant du groupe de « Bohra » n’a aucun droit de contestation sur cela, et le mariage sera valide, tant que les conditions de mariage [obligatoires] sont réunies. Cela devrait être fait à travers une cour de jugement Islamique dans Mombassa, afin qu’aucune objection ne puisse être soulevée par le représentant du groupe de « Bohra ». Si le mariage est fait tel que mentionné ci-dessus, alors vos enfants vous seront légitimes et aucune personne du groupe de « Bohra » ou autre qu’eux ne pourra nier cela. Si vos proches refusent le mariage fait avec une personne acceptable, afin de plaire au représentant du groupe de « Bohra », alors leur tutelle devient caduque de cette façon, et le juge musulman a le droit d’exécuter ce contrat de mariage pour vous avec la personne acceptable qui vous a demandé en mariage, parce que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit :
« Le souverain est le walî pour celui qui n’a aucun walî. » Le Qâdhî [Juge] est le substitut du souverain et il le représente, et si le walî [gardien] refuse [d’exécuter le mariage de la fille], la décision sur lui est que son décret est dénué de tout.

Mais je vous conseille à vous et à ceux comme vous d’abandonner le « madhhab al-Bohra » et tout autre écoles Chiites, parce qu’ils vont tous à l’encontre de la voie islamique de Muhammad (sallallahu ’alayhi wa sallam) à bien des égards. Il vous est donc obligatoire de le délaisser pour le Dogme des gens de la Sounnah et du groupe, qui suit uniquement ce qui est dicté par le Qor’ân, la Sounnah et le chemin des anciens de cette Communauté, les Compagnons du Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam) et ceux qui les suivent avec excellence dans la vérité.

Je demande qu’Allâh guide ce groupe et les autres qui sont allés hors du droit et bon chemin, et de leur montrer le juste chemin. Qu’Il vous aide ainsi que nous-même et tous les Musulmans à faire ce qui mènera au salut et au bonheur dans ce monde et dans l’Au-delà, car Il est Celui qui est capable de tout sur cela
.

« As-SaLâmou’ alaiKoûm wa Rahmatullâhi wa Barakâtuhu »
[4]

Question :

Est-il authentique que l’Imâm Alî (radhiallâhu ’anhu) a combattu les démons ? Il est raconté dans le livre : « Les expéditions [militaires] de l’Imâm ’Alî » qu’il a fait la guerre contre eux [les démons] et les a chassés jusqu’à la 7ème terre. Que pensez-vous de ce livre ?

Réponse :

Tout ceci est sans fondement. Il n’a pas combattu les djins et rien de cela ne s’est passé. Bien contraire, cela est caduc et fait partie des mensonges et des traditions inventées par les gens. Certes un texte de Abû al-’Abbâs SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) a dit sur cela :
« Ceci est un mensonge sans fondement, faisant partie des choses caduques inventées par les menteurs. » [5]

Question :

[...] Qu’en est-il d’un groupe de frères musulmans des de gens de la Sounnah souhaitant voyager ardemment afin d’accomplir leur devoir obligatoire du Hadj, mais il n’est pas possible pour ce voyage, de voyager sans des Iraniens Chiites, et il n’est pas possible donc de faire autrement [...] ?

Réponse :

L’obligation pour eux, et qu’ils fassent le Hadj, quand même ils doivent le faire avec les Chiites, si ils sont capables de faire le pélérinage. Ils doivent en même temps prendre garde aux ambiguïtés [équivoques] de la part de ces Chiites, et de leur dogme caduc. Et si il leur est possible de les conseiller et les appeler pour embrasser le chemin de « Ahl as-Sounnah » ils doivent alors le faire, parce qu’Allâh dit :


« Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon. » [6]

Et il y a d’autres versets qui indiquent l’obligation d’appeler les gens à Allâh - Subhânahu - d’ordonner le convenable et d’interdire le blâmable. [7]

Question :

Quel est le degré d’authenticité de la parole de certain : Qu’Allâh anoblisse son visage (à l’égard de ’Alî) ?

Réponse :

Il n’y a aucun fondement dans cette formulation spécifique dédiée à ’Alî (radhiallâhu ’anhu), cela n’est certes qu’une exagération de la part des Chiites. [8]

Question :

[...] Qu’en est-il du Dogmes des Chiites « Imâmiyyah » et autres qu’eux [...] ?

Réponse :

Le Madhhab des Chiites « Imâmiyyah » est un dogme innovateur en Islâm dans ses fondements et ses branches. Et pour des références, revenez aux livres « al-Khatoût al-’Arîdha » - « Mukhtasar at-Tuhfat al-Ithna ’Achrîyyah » et « Minhâj as-Sounnah » de SHeikh al-Islâm [Ibn Taymiyyah], et vous y trouverez beaucoup d’éclaircissements quant à leurs innovations. [9] La différence qu’il y a entre les gens de la Sounnah et du groupe, et [entre] les Chiites est grande dans ce qui est lié à l’Unicité d’Allâh, aux Prophètes, à la « Imâma » [Califats] et autre que cela. Et il y a beaucoup de livres traitant du sujet de la part des Savants tels que ach-Chahrastânî dans « al-Millal wal-Nihal », de Ibn Hazm dans « al-Fasl » et d’autres encore ; « al-Khatoût al-’Arîdha » de Muhib ad-Dîn al-Khatîb [...] Et revenez à ces livres cités. [10]



Notes
[1] Fatâwa Islâmiyyah - Lajnah ad-Dâ-ima, 1/153
[2] Fatâwa Islâmiyyah - SHeikh Ibn BâZ, 1/45-46
[3] Coran, 24/32
[4] Madjmu’ Fatâwa de SHeikh Ibn BâZ, 4/437-438
[5] Madjmu’ Fatâwa de SHeikh Ibn BâZ, 9/278
[6] Coran, 16/125
[7] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 11/18
[8] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 3/100
[9] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 2/378
[10] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 2/375


http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article223
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages: 10015
Date d'inscription: 21/07/2007

MessageSujet: Exposé sur le chiisme   Mer 26 Nov - 15:08

Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages: 10015
Date d'inscription: 21/07/2007

MessageSujet: Quel est le point commun entre les shiites et les juifs ?   Ven 4 Sep - 16:48

Quel est le point commun entre les shiites et les juifs ?





… si les Juifs parviennent à fonder un empire en Iraq ou ailleurs, les Rafidhites seront parmi leurs plus grands alliés. Ces derniers s’allient constamment avec les mécréants parmi les païens, les Juifs, et les chrétiens pour combattre les musulmans, et ils leur viennent toujours en aide.
Ibn Taïmiya (m. 728/1358) [Manhâj e-Sunna 3/378].

Sous le pseudonyme de ‘Abd Allah el Jumaïlî, l’auteur de la thèse universitaire Badhl el Majhûd fî Ithbât Mushâbahat e-Râfidha li el Yahûd, répond à cette question qui peut sembler pour le moins paradoxale en regard en tout cas d’une certaine actualité récente.

Plus connus sous le nom de shiites, les Râfidhites furent nommés ainsi pour avoir refusé ou renié (Rafadha) Zaïd ibn ‘Ali ou pour avoir refusé le Khalifat d’Abû Bakr et de ‘Omar. Il est toutefois abusif de les nommer shiites pour deux raisons :

Premièrement :
le terme shiite a des connotations laudatives dans le vocabulaire du Coran, c’est pourquoi les pseudos partisans de ‘Ali le préfère à celui de Râfidhite qui comme nous l’avons vue est péjoratif.

Deuxièmement :
le Zaïdisme, qui est une branche modérée du shiisme, n’adhère nullement à la pensée Râfidhite dont les adeptes les plus représentatifs à l’époque contemporaine sont les Duodécimains. La plupart des shiites d’Iran, de l’Iraq, du Pakistan, et d’ailleurs (comme le Liban ndt.) revendiquent en effet leur appartenance à la secte hérétique –faut-il le rappeler – el Ithnâ-‘Ashriya.


Dès l’avènement de l’Islam, une vague venue du désert a déferlée sur les deux empires les plus prestigieux qui ont régné tout le long de la première moitié du premier millénaire. Elle a répandu la lumière du monothéisme pure sur les ténèbres du paganisme et de l’athéisme qui s’exprimait dès lors sous des formes multiples : si les mazdéens de l’empire perse étaient des païens affichés ou des philosophes agnostiques, les héritiers des deux grandes religions juive et chrétienne n’en étaient pas moins épargnées par l’obscurantisme en exerçant un polythéisme caché et un agnosticisme déguisé. Quand les peuples de la terre furent délivrés du joug des sassanides et des byzantins, ils embrassèrent l’Islam en masse. Non seulement la défaite est restée en travers de la gorge des vaincus, mais ils se sont rendus comptes très tôt que comme par un miracle, leur civilisation respective s’était effondrée à jamais. Dès lors, ils prirent conscience qu’ils ne pourraient pas en découdre avec les musulmans par les armes pendant un long moment. Ils eurent alors recourt à la ruse, en formant une « cinquième colonne » capable à défaut de ne pouvoir briser l’empire naissant, de l’affaiblir de l’intérieur, et de prendre ainsi leur revanche.

Du côté des juifs, ‘Abd Allah ibn Saba était l’homme de la situation. Afin de semer la discorde sous le Khalifat de ‘Uthmân, il propagea très vite au sein des musulmans que ‘Ali était en fait l’héritier légitime de Mohammed de la même manière que Josué fut l’héritier de Moïse dans les anciennes écritures. Il insuffla notamment le concept d’el Ruj’a (le retour) : selon lui, le Prophète de l’Islam (ou ‘Ali) est plus à même de revenir sur terre à la fin des temps que Jésus. Originaire du Yémen et de confession juive, il s’est converti hypocritement à l’Islam dans le but de corrompre cette religion naissante et ses adeptes de la même façon que Paul le juif à corrompu la religion chrétienne. L’historien el Maqrîzî souligne qu’ibn Saba a innové à l’époque du troisième Khalife, le concept de la Wasiya (élire héritier) de la part du Prophète envers son cousin ‘Ali, et le concept d’el Ruj’a.

C’est pourquoi, un orientaliste allemand en arrive à la conclusion suivante : « La tendance shiite, celle que l’on affilie à ‘Abd Allah ibn Saba puise plus ses origines chez les juifs que chez les iraniens. » Un autre orientaliste constate que le concept d’el Ruj’a est directement influencé par les croyances juives et chrétiennes que les adeptes des anciennes écritures ont empruntés au paganisme, et avec lesquelles les sabéites ont cherché à pervertir une nation naissante dont la croyance était saine. Ibn Saba lui-même comme nous l’apprend l’hérésiographe el Baghdâdi avoue selon e-Sha’bî (m 104/736), s’être inspiré de la Thora pour donner crédit au concept de la Wasiya.

Ce même e-Sha’bî à propos duquel Sheïkh el Islam ibn Taïmiya déclare qu’il comptait parmi ceux qui avaient une plus grande expérience des shiites, nous fait une longue description de cette secte, dans laquelle il confie à Mâlik ibn Maghûl : « Hé Mâlik ! S’ils pouvaient m’offrir leur cou en esclavage, et s’ils pouvaient remplir ma maison d’or afin que j’invente un seul mensonge sur ‘Ali, ils ne se gêneraient pas de le faire. mais par Allah ! je ne mentirais jamais sur lui ! Hé Mâlik ! J’ai étudié toutes les sectes mais je n’ai jamais vu des gens plus imbéciles que les Râfidhites. S’ils étaient des animaux à quatre pattes ils seraient des ânes, et s’ils étaient des oiseaux ils seraient des vautours. » Il a dit ensuite : « Je te mets en garde contre toutes les sectes égarées dont la Râfidhite est la pire. Ces adeptes sont les juifs de cette communauté car ils détestent l’Islam comme les juifs détestent les chrétiens. Ils ne sont pas entrés dans l’Islam par crainte ou par espoir envers Allah mais ils l’ont fait par haine envers ses adeptes et pour leur faire du mal.

‘Alî ibn Abî Tâlib (t) les a brûlé par le feu et les a expulsés dans d’autres régions à l’exemple de ‘Abd Allah ibn Saba qui fut expulsé à Sâbât, et comme ‘Abd Allah ibn Sibâb et Abû Kurûz qu’il a expulsé à el Hâzir. L’épreuve Râfidhite, c’est l’épreuve juive. Les juifs assument que le pouvoir appartient uniquement à la descendance de David et les Râfidhites assument que le pouvoir appartient uniquement à la descendance de ‘Ali ibn Abî Tâlib. Les juifs prétendent qu’il n’y aura pas de guerre sur le sentier d’Allah jusqu’au jour où sortira le Messie attendu et qu’un héraut du ciel en donne le signal, et les Râfidhites prétendent qu’il n’y aura pas de guerre sur le chemin d’Allah jusqu’au jour où le Mehdi sortira et qu’un lien ou un « moyen » descendra du ciel. Les juifs retardent la prière du Maghreb (coucher du soleil) jusqu’au moment où les étoiles s’entrecroisent, tout comme les Râfidhites. Les juifs ne voient pas les trois prononciations de divorce tout comme les Râfidhites. Les juifs ne voient pas le délai de viduité pour la femme veuve ou divorcée tout comme les Râfidhites. Les juifs s’autorisent à verset le sang de tout musulman tout comme les Râfidhites. Les juifs ont falsifiés la Thora tout comme les Râfidhites ont falsifiés le Coran (dans l’interprétation ou en assumant qu’il est incomplet mais ils n’ont pas pu toucher au Texte ndt.). Les juifs détestent Jibrîl (u) et prétendent qu’il est leur ennemi parmi les anges, et les Râfidhites disent que Jibrîl s’est trompé en déposant la Révélation chez Mohammed au lieu de la déposer chez ‘Alî ibn Abî Tâlib.

Les juifs ne mangent pas la viande de chameau tout comme les Râfidhites. Cependant, les juifs et les chrétiens sont mieux que les Râfidhites sur deux points : Quand on demande aux juifs qui sont les meilleurs membres de votre communauté, ils répondent : « les compagnons de Moïse. » Quand on demande aux chrétiens qui sont les meilleurs membres de votre communauté, ils répondent : « les compagnons de Jésus. » Mais quand on demande aux Râfidhites quels sont les pires membres de votre communauté, ils répondent : « les compagnons de Mohammed. » Au lieu de prier en leur faveur comme on leur incombe, ils les insultent. L’épée sera brandie contre eux jusqu’au Jour de la Résurrection. Ils n’auront jamais le pied raffermi ni d’étendard brandi ni la parole réunie. Ils seront toujours mis en déroute, ils auront la parole divisée, et ne pourront jamais se réunir. Toutes les fois qu’ils veulent allumer le feu de la guerre, Allah l’éteint. »

Sheïkh el Islam ibn Taïmiya rapporte de ce savant un discours de ce genre dans Manhâj e-Sunna, avec certaines nuances dont notamment : « Ils essayent de transformer la religion musulmane de la même manière que Paul fils de Yashû’ –le roi juif – a transformé la religion chrétienne. (…) Les juifs ne saluent pas sincèrement ils disent Sâm (mort) au lieu de Salâm (salut) tout comme les Râfidhites. Les juifs s’autorisent à s’emparer de l’argent des autres, tout comme les Râfidhites avec l’argent des musulmans. Les juifs s’autorisent à tricher avec les autres, tout comme les Râfidhites. (…) Les juifs n’offrent aucune dote à leurs femmes avec lesquelles ils jouissent librement tout comme les Râfidhites qui s’autorisent la Mut’a (mariage provisoire). (…) Les juifs ne mangent pas le lapin et les reins tout comme les Râfidhites. Les juifs ne passent pas la main sur leurs sandales lors des ablutions tout comme les Râfidhites. Les juifs ne creusent pas leurs tombent sur le côté tout comme les Râfidhites. (…) Les juifs introduisent une branche de palmier fraîche avec leurs morts tout comme les Râfidhites… »

Des siècles plus tard ibn Taïmiya dira : « Les savants mentionnent que ‘Abd ibn Saba le Zindîq (l’athée) est à l’origine du Râfidhisme. Il s’est converti à l’Islam en apparence mais il cachait ses convictions juives au fond de lui, dans le but de pervertir l’Islam de la même façon que Paul le chrétien d’origine juive a perverti la religion chrétienne. »
Plus récemment, Mohammed ibn ‘Abd el Wahhâb fait le parallèle suivant : « Les Râfidhites ressemblent aux juifs qui ont accusé Marie la Pure d’adultère, lorsqu’ils profèrent la calomnie à l’encontre de ‘Âisha la femme du Messager d’Allah (r) en l’accusant de ce dont elle est complètement innocente. Ils ressemblent aux juifs qui disent que la fille de Jacob fut violée par un païen au cours d’une sortie alors qu’elle était chaste, lorsqu’ils accusent ‘Omar d’avoir abusé de la fille de ‘Ali (t). (…) Les juifs éprouvent notamment une haine profonde à l’encontre des musulmans tout comme le Seigneur le révèle : (Tu verras que les juifs sont les plus grands ennemis contre les croyants), tout comme les Râfidhites qui sont les plus féroces à l’égard des traditionalistes à tel point qu’ils les considèrent comme des impuretés…Ils abandonnent leurs Imam comme des lâches comme ils l’ont déjà fait avec ‘Ali, el Husaïn, Zaïd, et bien d’autres…. alors qu’ils prétendent les aimer, tout comme les juifs qui ont dit à Moïse : (Allez combattre toi et ton seigneur, nous vous attendons ici). »

Parmi les contemporains, dans son livre e-Sirâ’ baïna el Islâm wa el Wathaniya, ‘Abd Allah el Qasîmî a consacré un chapitre entier sur le sujet qu’il a intitulé Shubah e-Shî’a bi el Yahûd, et dans lequel il souligne une ressemblance flagrante entre les deux confessions au niveau du dogme. ils font notamment ressembler Dieu à Ses créatures, ils détournent de leur sens les paroles des écritures comme le Seigneur le révèle : (Parmi les adeptes du Judaïsme, il y en a qui détourne le sens des paroles), ils aiment et détestent à outrance en sombrant ainsi dans l’injustice, ils vouent le culte aux tombeaux, ils encensent à outrance leurs références religieuses comme le Verset le révèle : (Ils ont fait de leurs moines et de leurs prêtres des seigneurs en dehors d’Allah), leurs références textuelles ne sont pas fondées et ne s’appuient sur aucune chaîne narrative authentique ou pour le moins crédible, ils ont recours à la Tuqiya (arcane) pour mieux propager le faux …



Par : le frère Karim Zentici hafidahu Allah

http://alminhadj.fr/modules/news/article.php?storyid=195
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages: 10015
Date d'inscription: 21/07/2007

MessageSujet: Quelques fatwas horribles des chiites   Ven 4 Sep - 16:50

Quelques fatwas horribles des chiites




Voici quelques fatwa provenant des chiite parmi les plus choquantes :
- Fatwa : La Prostitution autorisée par les Chiites Rawafidhs !
- Il est permis aux femmes de faire le mariage temporaire ...

http://chiite.over-blog.com/16-index.html
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages: 10015
Date d'inscription: 21/07/2007

MessageSujet: Quelques éclaircissements sur la secte chiite   Ven 4 Sep - 16:58

Quelques éclaircissements sur la secte chiite

'Abd Al-Azîz ibn 'Abdillah ibn Bâz




Bismi Allah el Rahman el Rahim
Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux
Quelques éclaircissements sur la secte chiite - de Sheikh Ibn ‘Abd Al ‘Aziz Ibn Baz

Énoncé du Sheikh:
De 'Abd Al-Azîz ibn 'Abdillah ibn Bâz à l’honorable frère (…), qu’Allah lui accorde la félicité. Amîn.

Que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur vous. Ceci dit :

Votre noble livre m’est parvenu et j’ai assurément compris ce qu’il renferme. Pour votre bénéfice, je vous signale que les chiites se divisent en plusieurs sectes et que chacune d’elle se distingue par diverses innovations mais la plus dangereuses est incontestablement celle des rafidites [Ar-Râfida] khomeyniste des douze , compte tenu du nombre élevé de prêcheurs qui font sa promotion et du plus haut degrés de paganisme qu’elle renferme tel le fait d’implorant le secours auprès de Ahl al Bayt ( la famille du Prophète - - ) et croire qu’ils connaissent l'inconnu (al ghayb). Cela est valable aussi pour les douze imams selon leur prétention. Ils rendent mécréants et injurient la plupart des [augustes] compagnons tel qu’Abou Bakr et ‘Omar (radya Allah ‘an huma)…Nous demandons à Allah le salut contre l’égarement dans lequel ils sont plongé.
Cela ne doit pas pour autant nous empêcher de les appeler à Allah et de leur montrer le juste chemin en les mettant en garde contre les erreurs qui les ont fait basculer dans l’égarement, sous la lumière des preuves explicites du Coran et la Sounna.

En conséquence, j’implore Allah pour vous afin qu’il vous accorde ainsi qu’à vos frères sunnites (Ahl As Sounna), encore plus de succès afin d’obtenir l’agrément d’Allah et l’aide nécessaire à l’accomplissement de tout ce qui est un bien.

Ensuite, je vous recommande la patience, la loyauté et la sincérité mais aussi la fermeté dans toutes vos démarches tout en faisant preuve de sagesse et de dextérité en ce qui concerne la da’wa (l’exhortation). Je vous recommande aussi de multiplier la lecture du Saint Coran et de méditer quand à la signification des versets qu’il renferme et d’en faire votre apprentissage avec la relecture des ouvrages des gens de la Sounna [Ahl As Sounna] tel que le Tafsir d’Ibn DJarir, celui d’Ibn Kathir et d’Al Baghawi si toute fois vous rencontrez des difficultés dans la compréhension de certains passages. Prenez le soin de retenir tout ce qu’il vous sera possible de vos lectures tirées des livres sur la Sounna tel que « Boulough Al-Marâm - La Réalisation du But » d’Al-Hafidh ibn Hajar et « 'Oumdat alahkam fi al hadith - Les règles de base à observer dans le hadith » d’Al-Hafidh ‘Abd Al Ghani Ibn ‘Abd Al Wahid Al Maqdissi.
Vous n’êtes pas sans savoir que toute personne qui rencontre des difficultés dans la compréhension de sa religion à pour obligation de s’informer comme cela est dit dans la parole d’Allah : «…Demandez donc aux gens du rappel si vous ne savez pas ». (Sourate An-Nahl – verset 43) et : «…Demandez donc aux érudits du Livre, si vous ne savez pas ». (Sourate Al-Anbya – verset 07).

Je vous fais également parvenir ces quelques livres et j’implore Allah afin que leur contenu soit pour vous un [véritable] enrichissement et que par votre biais ce bien parvienne également à vos frères musulmans (les musulmans)… je l’implore (soubhanah) afin qu’Il nous maintienne ainsi que vous sur la droiture et fasse de nous tous des partisans de ceux qui font triompher Sa religion ainsi que les défenseurs de Sa législation et de ceux qui appellent à Lui en se basant sur une preuve évidente car Il (soubhanah) est Seul garant de cela et en détient la capacité.


Source : http://www.binbaz.org.sa/index.php?pg=mat&type=article&id=237
Traduction rapprochée :Ibn Hamza

http://alminhadj.fr/modules/news/article.php?storyid=208
Revenir en haut Aller en bas
 

Chiite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: L'importance de connaitre les sectes égarées :: Les différentes sectes-