El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Les particularités de la prière pour la femme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Les particularités de la prière pour la femme   Lun 18 Fév 2008, 16:49

L’imamat de la femme




Shaikh Al-‘Uthaymin dit dans Sharh Al-Mumti’ (2/145) : « La prière n’est pas valide (pour un homme) derrière une femme. La preuve est le hadith : « Qu’aucune femme ne dirige un homme dans la prière », ce hadith est faible, mais il est appuyé par le hadith : « Jamais ne réussira un peuple qui confie ses affaires à une femme » (Al-Bukhari). Et dans la prière, le groupe a confié la prière à cette femme. Une autre preuve, le hadith du prophète : « le meilleur des rangs pour les femmes est le dernier, et le pire est le premier » (Muslim), c’est une preuve qu’elle ne doivent pas se mettre devant, alors que l’imam doit être devant. Et si nous disons qu’elle pouvait diriger la prière devant les hommes, les positions seraient inversés et cela n’est appuyé par aucun texte. »



La femme peut diriger d’autres femmes dans la prière


shaikh Fawzan

On a demandé à shaikh Fawzan : Est-il permis aux femmes de prendre un imam parmi elles pour diriger la prière du tarawih ou en dehors ?

Réponse : il est permis aux femmes de prier en groupe pour la prière de tarawih, et l’imam sera l’une d’entre elles, chez elle ou dans un lieu caché des hommes, car le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a permis à Umm waraqa de prier en tant qu’imam pour les gens de sa famille.



shaikh ibn Baz

On a posé la même question à shaikh ibn Baz

Réponse : oui, cela est permis, et il a beaucoup de récit de ‘Aisha et Umm Salama qui le montre.
L’imam des femmes doit se mettre au milieu du premier rang, et elle lit à haute voix pour les prières à haute voix.

(Fatawa al-mar’a al-muslima, p.141)



Mufti Abdel ‘Aziz Al-Shaikh

Vous avez sûrement entendu parler de cette femme qui allait faire le sermon du vendredi, voici ce qu’en disent les savants :

“ Par Allah, si les gens en sont arrivés là, s’ils sont tombés à ce niveau, ce n’est qu’un mal qui s’ajoute à un mal. Le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) dit :
« une femme ne dirige pas un homme dans la prière »… Ceux-là ne veulent pas le bien, ni pour obtenir un bien, mais ils ne le font que par guerre contre Allah et Son prophète (salallahu’ alayhi wasalam). On ne peut faire le sermon du vendredi de cette manière que pour renier la vérité et s’opposer à elle, et appeler à la turpitude. Les musulmans n’ont jamais connu que la femme préside la prière (des hommes) jusqu’à aujourd’hui, ils ne l’ont jamais fait et ne l‘ont jamais vu quelles que soient leurs époques. Est-ce à eux de venir aujourd’hui et de mettre une femme pour accomplir le sermon du vendredi. En vérité, c’est un acte détestable, un mal qui en appelle un autre. Et ceux qui le font, ne le font que comme Allah dit : « Ceux qui ont édifié une mosquée pour causer du tort (aux croyants), par mécréance, pour diviser les croyants, et la préparent pour ceux qui ont combattu Allah et Son messager (sont les hypocrites). Ils jurent en disant : “Nous ne voulions que le bien ! ” Allah atteste qu’ils mentent. N’y prie jamais. Une Mosquée fondée, dès le premier jour, sur la piété est plus digne que tu y pries ». C’est une mosquée de la division et la prière du vendredi (faite de cette façon) n’est pas valable et les musulmans ne doivent pas y assister »


Shaikh Al-Fawzan

Question : Il a été rapporté dans les journaux qu’une femme allait faire le sermon du vendredi, au nom de la liberté des femmes. Et certains ignorants, surtout en dehors de ce pays, ont approuvé cela. Y a-t-il un seul savant qui a permis que la femme dirige la prière des hommes et des femmes ?

Réponse : Tout ceci est un mensonge et une volonté d’égarer les gens, je ne connais personne qui ait autorisé qu’une femme dirige la prière des hommes, mais que la femme dirige d’autres femmes, cela est permis. Il est rapporté dans la sunna que Umm Waraqa a dirigé cette prière chez elle, sous l’ordre du prophète (salallahu’ alayhi wasalam). Mais il n’est pas rapporté que la femme dirige les hommes, mais au contraire elle doit se tenir derrière, même si elle est seule, même si l’imam est seul, elle doit rester derrière. Donc si elle ne peut se mettre dans le rang, comment pourrait-elle être devant les rangs ? Tout ceci n’est que mensonge. ».





L’ignorance de cette femme et de ses consœurs du Conseil canadien des femmes musulmanes (sic), les a conduit à mentir sur Allah et Son messager, à donner des arguments fallacieux et à rejeter sans argument valable des preuves authentiques. Parmi ceci, le fait qu’elles ont rejeté le hadith d’Abu Bakra rapporté par l’imam Al-Bukhari qui rapporte que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Jamais ne réussira un peuple qui confie ses affaires à une femme ». Le hadith est authentique et n’a jamais été rejeté par aucun des savants du hadith, mais il ne plaît pas aux passions de ces ignorantes qui, sous couvert des droits de la femme, mentent sur Allah et Son messager. Ainsi, ces femmes sans pudeur, ces ignorantes ont critiqué ce grand compagnon qu’est Abu Bakra, nous allons essayer de voir l’étendue de leur égarement.


Qui est Abu Bakra ?


Il est Nafi’ ibn Harith ibn Kilda ibn ‘Amru ibn ‘Ilaj ibn Abi Salama, compagnon du prophète (salallahu’ alayhi wasalam), surnommé Abu Bakra (littéralement le père de la poulie), car il est descendu d’une citadelle de Ta’if en s’accrochant à une poulie pour aller rencontrer le prophète (salallahu’ alayhi wasalam), de là vient son surnom et le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) l’a libéré ce jour là. Abu Bakra a rapporté 132 hadiths du prophète, 8 ont été rapporté par Al-Bukhari et Muslim, 5 par Al-Bukhari seul, 1 par Muslim (seul), comme il est rapporté dans ‘Umdatu Al-Qari (l’explication de Sahih Al-Bukhari). Plusieurs grands tabi’in ont rapporté de lui : Hassan Al-Basri, ibn Sirin, Ibrahim ibn ‘Abderahman ibn ‘Awf…C’était un grand adorateur et il est mort en l’an 51 après Al-Hassan ibn ‘Ali.


Dans leur grande ignorance, ces femmes critiquent les compagnons (ici Abu bakra) en disant qu’il n’est pas sûr dans la transmission. Ceci alors que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) dit :
« Ne critiquez pas mes compagnons » et que parmi les règles du hadith qu’apprennent les débutants est que tous les compagnons sont dignes de confiance (‘udul). L’imam An-Nawawi dit dans At-Taqrib: « Tous les compagnons sont dignes de confiance (‘udul), qu’il aient été pris dans les épreuves ou non, et il y a un consensus sur ce point ». Al-Qadhi Abu Bakr ibn Al-‘Arabi dit dans ‘Al-Awasim min Al-Qawasim : « les compagnons du prophète sont tous dignes de confiance car Allah et Son prophète (salallahu’ alayhi wasalam) ont témoignés pour eux, il n’y a qu’un pervers égaré (zindiq) qui ne leur donne pas ce rang ». Ibn Kathir dit dans Ba’ith Al-Hathith (2/498) : « les compagnons sont tous dignes de confiance pour Ahl-Sunna, car Allah et Son prophète (salallahu’ alayhi wasalam) les ont loués, pour leurs actes, leurs efforts, leurs dépenses et leur envie de ce qui est auprès d’Allah. Et ce qui s’est passé entre eux après la mort du prophète (n’enlève rien à leur niveau). ». L’imam du hadith Ibn Hajar dit dans Al-Isaba (1/10-11) : « Ils sont tous dignes de confiance, et il n’y a que quelques innovateurs qui pensent autrement. (Puis il a cité beaucoup de paroles de savants et de preuves du Qur’an comme « Allah les agrée et ils l’ont agréé » ) Et après ce témoignage d’Allah et de Son messager, ils n’ont besoin du témoignage de personne d’autre… ». Puis il a rapporté une parole de Abu Zar’a Ar-Razi qui dit : « Si tu vois quelqu’un diminué l’importance des compagnons, sache que c’est un zindiq (pervers, égaré). Car la religion nous a été transmise par eux, et ces gens veulent les critiquer. »


Que disent les savants du hadith sur Abu Bakra ?


Al-Hassan Al-Basri dit : « Il n’y a pas un compagnon plus noble qui ait habité à Bassora que Abu Bakra » (Asad Al-Ghaba : 4/391). Ibn hajar dit dans Al-Isaba (10/183) : « Abu Bakra est parmi les compagnons vertueux », il rapporte aussi la parole de l’imam Al-‘Ajli qui dit qu’Abu Bakra était parmi les meilleurs des compagnons. L’imam Ad-Dhahabi dit dans Syar ‘Alam An-Nubala (3/5) : « il est parmi les savants (fuqaha) des compagnons » ; Ibn Kathir dit dans Al-Bidaya wan-nihaya (8/57) : « Abu Bakra est un grand et vertueux compagnon ». Ibn Qudama dit dans Al-Mughni : « Il y a un consensus de la communauté à accepter les hadiths d’Abu Bakra ». Ibn Al-Qayim rapporte aussi le consensus des savants dans ‘Ilam Al-Muwaqi’in.

.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Mar 03 Fév 2009, 11:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les particularités de la prière pour la femme   Lun 18 Fév 2008, 16:49

Regardez maintenant comment les passions et l’ignorance amènent à mentir sur la religion d’Allah. Ces ignorantes disent dans leur exposé :


« Cependant la fiabilité d’Abu Bakra aussi bien que le contenu du hadith sont pour le Conseil Canadien des Femmes Musulmanes inacceptables. En effet, sous le règne d’Omar fils d’al Khattab (2ème calife), Abu Bakrah est connu pour avoir accusé un couple musulman d’adultère sans en fournir les témoignages nécessaires. Il reçut 80 coups de fouets pour avoir porté cette accusation mensongère, sans pour autant s’être repenti. »


N’est-il pas meilleur de voir comment ceux qui ont vécu cette histoire nous la transmettent, et c’est ce que rapporte Ibn Kathir d’après Abdullah Ibn Al-Musayib (en résumé) : « Quatre hommes : Abu Bakra, Nafi’ (le grand compagnon), Shibl ibn Ma’bad et Zyad ibn ‘ubayd ont vu Al-Mughira sur une femme qui s’appelait Umm Jamil. Il ont alors étaient se plaindre chez ‘Umar. Celui-ci a fait venir Al-Mughira, trois l’ont accusé de fornication, mais Zyad ibn ‘Ubayd n’a pas confirmé son témoignage mais a dit : « j’ai vu quelque chose de mauvais mais je ne sais pas bien s’il l’a pénétrée ou non ».C’est pourquoi ‘Umar a ordonné qu’on fouette les trois. » Cette histoire est rapporté par At-Tabarani dans sa biographie de Shibl ibn Ma’bad, aussi par Al-Bayhaqi et Al-Hakim.


Le fait que Abu Bakra ne soit pas revenu sur son témoignage ne signifie pas qu’il ne se soit pas repenti, et c’est la bonne opinion que le musulman doit avoir de lui, car Abu Bakra était attentif à faire tout ce qui le rapprochait d’Allah, et nous avons le témoignage du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) sur cela lorsqu’il lui a dit :
« Qu’Allah augmente encore ton intérêt (pour la prière dans le hadith), mais ne recommence pas » (Sahih Al-Jami’). Le fait qu’il ait été fouetté n’enlève rien à son rang, car il n’a pas été fouetté pour un péché, mais seulement parce que le nombre de témoins nécessaires n’a pas été atteint. »

Ces ignorantes citent ensuite la Parole d’Allah :
« Et ceux qui lancent des accusations contre des femmes chastes sans produire par la suite quatre témoins, fouettez-les de quatre-vingts coups de fouet, et n’acceptez plus jamais leur témoignage. Et ceux-là sont les pervers (24 :4) »

Pourquoi s’être arrêté là ? Pourquoi ne pas avoir cité le verset suivant :
« à l’exception de ceux qui, après cela, se repentent et se corrigent, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux »


Pourquoi Abu Bakra ne s’est-il pas repenti toute de suite clairement, les savants montrent qu’il y a plusieurs raisons : Abu Bakra ne voyait pas comme ‘Umar qu’il fallait que l’accusateur revienne sur son témoignage pour que le repentir soit accepté (At-Tabarani rapporte dans son tafsir (9/70) que c’est l’avis d’une grande partie des savants). Abu Bakra faisait la différence entre celui qui accuse (à tort) et celui qui témoigne. Abu Bakra voyait qu’il avait raison, ainsi de quoi devait-il se repentir ? L’imam Ad-Dhahabi dit dans Syar ‘Alam An-Nubala (3/7) : « c’est comme s’il disait : je n’ai pas menti sur Al-Mughira, je ne fais que témoigner, si le nombre de témoin était (resté) suffisant, il aurait été lapidé et nous n’aurions pas été traités comme des menteurs ». Enfin, Ibn Qudama rapporte dans Al-Mughni (8/202) que les savants divergent sur le fait de fouetter un témoin si le nombre n’est pas suffisant, et il est possible que Abu Bakra ait eu cet avis.


Enfin, pour montrer la totale ignorance et le mauvais dessein de ces femmes, il faut savoir que les savants ont différencié la transmission du témoignage. Car les grands savants du hadith ont rapporté les hadiths d’Abu Bakra en sachant ce qui lui était arrivé. Al-‘Ayni répond à cela dans ‘Umdatul-Qari (7/207) (l’explication de Sahih Al-Bukhari) :
« Comment Al-Bukhari a pu rapporté de lui en sachant cela ? Je réponds en disant que la transmission et différente du témoignage, c’est pour cela que tous les savants d’Egypte ont accepté ses transmissions, alors qu’il sont unanimes pour ne pas accepter le témoignage de celui qui a subi une peine. »


Elles ajoutent ensuite à leur mensonge en disant : « Ce hadith est aussi selon le Conseil Canadien des Femmes Musulmanes en contradiction totale avec les versets Coraniques sur la reine de Saba (27 :23-44) qui a mené avec succès ses sujets vers l’Islam. »


Il suffit simplement de lire le Qur’an pour voir l’ignorance de ces femmes :

« Il y avait assurément, pour la tribu de Saba un Signe dans leurs habitats; deux jardin, l’un à droite et l’autre à gauche. “Mangez de ce que votre Seigneur vous a attribué, et soyez Lui reconnaissants : une contrée bonne et un Seigneur Pardonneur”. Mais ils se détournèrent. Nous déchaînâmes contre eux l’inondation du barrage, et leur changeâmes leurs deux jardins en deux jardins aux fruits amers, de petits arbrisseaux et quelques jujubiers. Ainsi Nous les rétribuâmes pour leur mécréance. Saurions-Nous sanctionner un autre que le mécréant ? Et Nous avions placé entre eux et les cités que Nous avions bénies, d’autres cités proéminentes, et Nous avons rendu le voyage entre elles facile. “Voyagez entre elles de nuit et de jour, en sécurité”. Puis ils dirent : “Seigneur, allonge les distances dans nos voyages”, et ils se firent du tort à eux mêmes. Nous fîmes d’eux, des signes (pour les gens) et les désintégrâmes totalement. Il y a en cela des avertissements pour tout grand endurant et grand reconnaissant. Et la conjecture de Satan s’est réalisée à leur égard. Ils l’ont suivi donc, sauf un groupe parmi les croyants » (Saba 15-20)

Shaikh Abderahman As-Sa’di explique dans Taysir Al-Karim Ar-Rahman (p.724-725) que le peuple de Saba était un peuple mécréant, et qu’il est parmi ceux envers qui la conjecture du diable s’est réalisé…

Et Allah n’évoque que la soumission de la reine de Saba dans sourate An-Naml, et Il affirme au contraire la mécréance de ce peuple dirigé par une femme :


« je te rapporte de Saba une nouvelle sûre : J'ai trouvé qu’une femme est leur reine, que de toute chose elle a été comblée et qu’elle a un trône magnifique. Je l’ai trouvée, elle et son peuple, se prosternant devant le soleil au lieu d’Allah. Le Diable leur a embelli leurs actions, et les a détournés du droit chemin, et ils ne sont pas bien guidés » (An-Naml 22-24)

« Or, ce qu’elle adorait en dehors d’Allah l’empêchait (d’être croyante) car elle faisait partie d’un peuple mécréant. On lui dit : “Entre dans le palais”. Puis, quand elle le vit, elle le prit pour de l’eau profonde et elle se découvrit les jambes. Alors, [Salomon] lui dit : “Ceci est un palais pavé de cristal”. - Elle dit : “Seigneur, je me suis fait du tort à moi-même : Je me soumets avec Salomon à Allah, Seigneur de l’univers”. » (An-Naml 43-44)


Elles vont plus loin : « Le Conseil Canadien invite à une relecture du Coran plutôt que de suivre Abu Bakra et les traditions de certains de nos ancêtres : « Et quand on leur dit : "Suivez ce que Dieu a fait descendre", ils disent : "Non, mais nous suivrons les coutumes de nos ancêtres." - Quoi ! et si leurs ancêtres n’avaient rien raisonné et s’ils n’avaient pas été dans la bonne direction ? (2 :170) »

Ina lillah wa ina ilayhi raji’un. Ceci alors qu’Allah dit : « Et quiconque fait scission d’avec le Messager, après que le droit chemin lui est apparu et suit un sentier autre que celui des croyants, alors Nous le laisserons comme il s’est détourné, et le brûlerons en Enfer. Et quelle mauvaise destination ! »…Et qu’il est connu que ce verset est une preuve qu’utilise les savants pour montrer que al-ijma’ est une preuve dans la législation, mais aussi la parole d’Allah : « Les premiers [croyants] parmi les émigrés (de la Mecque) et les Auxiliaires (de Médine) et ceux qui les ont suivis de la meilleure manière, Allah les agrée, et ils l’agréent » (At-tawba : 100)… Et que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) dit : « Ma communauté ne se réunit pas sur l’égarement »…


Bref, ne perdons pas plus de temps, accrochons-nous à la vérité et aux savants, et sachez que « cette science est une religion, prenez garde d’où vous prenez votre religion ».


Wallahu’ alam


http://www.salafs.com/modules/news/article.php?storyid=10078
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les particularités de la prière pour la femme   Lun 18 Fév 2008, 16:57

Une femme peut-elle être imam pour un homme sous prétexte qu’elle soit plus savante que lui ?


cheikh Otheimine




Q : Puis-je être l’imam lorsque je prie avec mon mari, car je suis plus savante que lui et étudiante en faculté de jurisprudence ?



R : Il est interdit à la femme de guider un homme lors de la prière, qu’il soit son mari, son fils ou son père. En effet le prophète (que la paix et le salut soient sur lui) a dit
: « Un peuple ne réussira pas si une femme le gouverne ».

Que cette femme soit plus savante qu’eux ou pas, elle ne doit pas les diriger. Certes le prophète (que la paix et le salut soit sur lui) a dit : « Ne dirigera un peuple que le meilleur lecteur du livre d’Allah ».

La femme n’est pas concernée par cette parole. Il est dit dans le noble coran : « Oh vous qui avez cru ! Qu’un groupe ne se raille pas d’un autre groupe : ceux-ci sont peut-être meilleurs qu’eux. Et que des femmes ne raillent pas d’autres femmes : celles-ci sont peut-être meilleures qu’elles. » (Sourate El houjourat verset 11)

On voit que dans ce verset, Allah a divisé la communauté en deux partis : Les hommes, et les femmes. Donc la femme n’est pas concernée par le hadith précédent.



Fatwa du cheikh Otheimine tiré du livre « Fatwa pour les femmes »
Page 38
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Les particularités de la prière pour la femme   Ven 14 Nov 2008, 14:22

La prière de la femme à la mosquée

Al-Hâfidh Ibn Hajar al-‘Asqalânî (rahimahullâh)





D’après Abdullâh Ibn Abû Qatâdah al-Ansârî, le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « Quand je me lève pour la prière avec l’intention de la faire longue, je me permets de l’alléger aussitôt que j’entends les pleurs d’un enfant de peur qu’ils ne causent de la peine à sa mère. »



Al-Hâfidh Ibn Hajar (rahimahullâh) dit : [dans son commentaire] :

Ibn Daqîq al-‘Îd a dit : ce hadîth est général pour les femmes, mais les jurisconsultes l’ont limité par des conditions, qui sont : qu’elles ne se parfument pas [en sortant], comme cela est mentionné dans certaines versions du hadîth : « wal-yakhradjouna tafilât. » Tel que ce qui est rapporté par Abî Dâwoud et Ibn Khouzaymah d’après Abî Hurayrah, cité par Ibn Hibbân d’après Zayd Ibn Khâlid : « N’interdisez pas aux adoratrices d’Allâh les mosquées. » Et d’après Muslim, un hadîth d’après Zaynab la femme de Ibn Mass’oûd : « Si l’une d’entre vous vient à assister (à la prière) du soir, elle ne devra pas se parfumer. » Il est dit : tout ce qui va dans le même sens que le parfum porte le même jugement, car la cause de l’interdiction est que cela amène aux désirs comme les beaux vêtements et les bijoux visibles, et l’embellissement excessif. De même, qu’est interdit le mélange avec les hommes, et de nombreux jurisconsultes malékites ont fait la différence entre la jeune fille et les autres femmes, mais cela est à redire, puisque si elle est dénuée de ce que nous venons de rappeler, et qu’elle est couverte [voilée], elle est certes en sécurité, et plus particulièrement lorsque c’est la nuit. Il est rapporté de certaines versions de ce hadîth et d’autres que celui-ci, que la prière de la femme dans sa maison est meilleure qu’à la mosquée, et cela d’après Habîb Ibn Thâbit qui rapporte de Ibn ‘Oumar en ces termes : « N’interdisez pas à vos femmes les mosquées, mais leurs maisons sont meilleurs que celles-là. » Rapporté par Abî Dâwoud et authentifié par Ibn Khouzaymah. Ahmad et at-Tabarânî rapportent un hadîth d’après Oum Houmayd as-Sâ’adiyyah qui était allée voir le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) et lui a dit : – « Ô Messager d’Allâh ! J’aime prier avec toi » – « Je sais [lui dit le Prophète] que tu aimes prier avec moi, mais la prière que tu accomplis dans ta maison est meilleure que celle que tu effectues à la mosquée, et celle que tu effectues dans ta chambre est meilleure que celle que tu accomplis dans ta maison, et la prière que tu effectues dans ta maison est meilleure que celle que tu effectues dans la mosquée de ton peuple (voisine), et celle que tu accomplis dans celle-ci est meilleure que celle tu effectues dans ma mosquée ». Ahmad considère sa chaîne de transmission comme bonne, hadîth qui se renforce par le biais d’Ibn Mass’oûd d’après Abî Dâwoud.

Le fait que la prière accomplie de manière isolée [chez elle] soit meilleure est dû au fait qu’elle soit préservée de la tentation [Fitnah]. Cela est appuyé encore par tout ce que les femmes ont pu faire en exposant leur parures et embellissement, c’est la raison pour laquelle ‘Aisha avait eut ses propos [sur la possible interdiction du Prophète s’il avait vu le comportement des femmes par la suite]. Certains se sont appuyés sur ces paroles afin d’interdire de manière catégorique aux femmes de se rendre à la mosquée, mais cela est à redire, car cela ne remet pas en cause le jugement sur la question, puisqu’elle donne une condition inexistante : « Si [le Messager] avait vu… » et qui est fondée sur une supposition. Nous disons à cela : il n’a pas vu, donc il n’a pas interdit. Ainsi, sa décision première perdure, et même ‘Aisha n’a pas cité clairement l’interdiction, même si on peut sentir de ses propos qu’elle penchait pour l’interdiction.

De plus, Allâh – Subhânahu – savait ce qu’il allait arriver, et Il n’a pas révélé à Son Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) de leur interdire, et si ce qu’elles ont inventé devait leur interdire de se rendre à la mosquée, il faudrait interdire divers lieux dont les marchés avant tout. De même, ce n’est qu’une partie des femmes qui ont inventé ces choses, et non l’ensemble d’entre elles ; et si il devait y avoir une interdiction, que cela s’applique sur celles qui le font. Il convient donc de considérer ce dont on peut craindre comme perversité et l’écarter, comme l’a appliqué le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) lorsqu’il a interdit le parfum et l’embellissement, mais aussi en précisant la présence aux prières de nuit comme indiqué précédemment. [1]



Notes
[1] Kitâb « Fath ul-Bârî bi-Charh Sahîh al-Bukhârî » de l’Imâm Ibn Hadjar al-’Asqalânî, 3/113-115

http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article437
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les particularités de la prière pour la femme   Ven 13 Fév 2009, 09:16

Est- il permis à une femme d ' allaiter tout en étant en prière ?

Shaykh Muhammad 'Umar Baazmool





Question :

Est- il permis à une femme d ' allaiter tout en étant en prière ?


Réponse :

Non, il n'est pas permis , à une femme d ' allaiter un bébé , tandis qu ' elle se trouve en prière .
Le messager d ' Allah ( ' alayhi salat wa salam ) a dit :

"La conditions de validité de la prière réside dans les actes (accomplis pendant la prière)."

[1] Saheeh Al-Bukhaaree #1216 (3/108 of Fat-hul-Baaree)


Donc il n'y a aucun doute qu ' allaiter , est une chose qui interféra et annulera sa prière .

Il n ' est alors pas permis pour une femme d ' allaiter un enfant pendant sa prière que ce soit au sein ou avec un biberon .


SOURCE

Cette article a été traduit pour www.bakkah.net , ceci viens d 'un enregistrement audio , avec la permission du chaykh , dossier no. AAMB033, dated 1423/7/25.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les particularités de la prière pour la femme   Ven 13 Fév 2009, 09:18

Adhan pour les femmes

Shaykh Muqbil ibn Hadi Al-Wadi'i




Question :

Est-il rapporté authentiquement d'Ibn Mas'ud qu'il a dit : « Comment pouvons-nous interdire aux serviteurs d'Allah de mentionner Allah ? ». Sachant que certains frères emploient cette parole comme une preuve qu’il est permis à la femme d’appeler à la prière (adhan) à la maison.


Réponse :

Je ne sais pas si cette narration est authentifiée et il n'est pas authentique que les femmes avaient l'habitude d'appeler à la prière à l’époque du messager d'Allah (sallallahu 'alayhi wa sallam). En ce qui concerne l’élévation de la voix, il n'y a aucun problème pour le déclarer interdit (pour la femme). Ceci parce qu'Allah, le Puissant et Majestueux, dit :

« Si vous êtes pieuses, ne soyez pas trop complaisantes dans votre langage, afin que celui dont le coeur est malade [l’hypocrite] ne vous convoite pas. Et tenez un langage décent. » [sourate Al-Ahzab :32]

Ainsi, la femme ne doit pas élever sa voix pour causer la tentation des hommes. Cependant, en ce qui concerne l’appel à la prière de la femme, même sans élever la voix, ceci n'est pas (non plus) confirmé. Et il n'y a aucun mal si elle fait l'Iqama (deuxième appel), bien que je ne connaisse pas de preuve (non plus) quant au fait qu’elle puisse faire l'Iqama.



Source : Tuhfatul-Mujib 'ala As'ilatil-Hadhir wal-Gharib, question n°122







Pas d’iquama pour les femmes

comité permanent




Q : j’ai su que les femmes n’avaient pas d’appel à la prière, mais doivent-elles faire "l’iquama" (petit appel à la prière) si elles sont dirigées par une autre femme ?


R : Il ne leur est pas demandé de faire "l’iquama", qu’elles prient seules ou que l’une d’entre elles les dirige. Comme il ne leur est pas autorisé de faire le grand appel à la prière.




Fatwa du comité permanent :
Membre : Abdallah ibn qouh´oud
Président : Abdelaziz ibn Abdallah Ben Baz
Page 87, tome 6, fatwa numéro : 5176


Dernière édition par Oum Mouqbil le Ven 13 Fév 2009, 09:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les particularités de la prière pour la femme   Ven 13 Fév 2009, 09:18

La participation des femmes à la prière de « at-Tarâwîh »


SHeikh Ibn ’Uthaymîn & al-Lajnah ad-Dâ-ima





BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm


Les Savants de « al-Lajnah ad-Dâ-ima » ont dit :

Il est permis à la femme musulmane de prier dans la mosquée et son mari n’a pas le droit de lui interdire si elle le lui demande l’autorisation, tant qu’elle est correctement couverte et qu’aucune partie de son corps qu’elle ne doit pas faire voir aux « étrangers » [non mahrâm] n’est apparente. Il a été rapporté de Ibn ’Umar qui a dit : « J’ai entendu le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) dire : « Quand vos femmes vous demandent l’autorisation d’aller à la mosquée, donnez-leur l’autorisation. » d’après une autre version : « Ne les empêchez pas [aux femmes] d’aller à la mosquée si elles vous demandent l’autorisation. » Bilâl -le fils de Abd-Allâh Ibn ’Umar- a dit : « Par Allâh, nous leur interdirons. » ’Abd-Allâh lui a dit : « Je te dis : Le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit, et tu dis : « Nous leur interdirons. » Les deux versions ont été rapportées par Muslim.

Si la femme est découverte, et que l’on voit une partie de son corps qu’il est interdit de montrer aux « étrangers » [non mahrâm], ou qu’elle est parfumée, alors il ne lui est pas permis de quitter sa maison de cette manière, et d’ aller à la mosquée et d’y prier, car cela peut être une fitnah [tentation/discorde].

Allâh - Ta’âla - dit :


« Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines ; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris [...] »
[1]


« O Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allâh est Pardonneur et Miséricordieux. »[2]

Zaynab al-Thaqafiyyah a rapporté que le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Si l’une d’entre vous [femmes] assiste à la prière de al-’Ishâ, qu’elle délaisse le parfum pour la nuit » et dans une autre version : « Si l’une d’entre vous [femmes] assiste [la prière] à la mosquée, délaissez le parfum pour la nuit ». Les deux versions ont été rapportées par Muslim dans son Sahîh.

Il a été prouvé dans les ahâdîth authentiques que les femmes des compagnons [Sahâba] assistaient à prière du Fajr en groupe [Djamâ’ah], en couvrant leurs visages afin que les gens ne les reconnaissent point. Il a été prouvé que ’Amrah Bint ’Abdel-Rahmân a dit : J’ai entendu ’Aishâ, la femme du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) dire : « Si le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) avait vu comment les femmes se comportent sur les chemins, il aurait défendu qu’elles aillent à la mosquée comme cela a été défendu pour les femmes des Enfants d’Israël [Banû Isrâ-îl] . » Il a été demandé à ’Amrah : « Est-ce qu’il a été défendu aux femmes des Enfants d’Israël d’aller à la mosquée [al-Masdjid] ? » Elle a dit : « Oui ». Rapporté par Muslim dans son Sahîh.

Ces textes sont des preuves claires pour que, si la femme musulmane adhère à l’éthique islamique comme il se doit dans ses vêtements, et évite se s’orner dans les chemins en provoquant une fitnah [discorde/tentation] en affectant par-là la foi des plus faibles, il n’y a aucune raison pour qu’ elle n’aille pas prier à la mosquée. Mais si il se peut que sur le chemin se trouvent des gens mauvais [ahl ach-char], et que ceux-là puissent être tentés dans leurs cœurs, alors il ne leur est pas permis d’aller à la mosquée,et il ne leur est pas permis de délaisser leurs maisons pour assister à ces assemblées [...] [3]



SHeikh Ibn ’Uthaymîn (rahimahullâh) a dit :

[...] Il n’y a rien de mal pour les femmes à ce qu’elles assistent aux prières de « Tarâwîh » s’il n’y a aucun risque de tentation, tant qu’elles respectent les conditions en sortant avec le regard décent et sans porter de parures, maquillage ou parfum. [4]




Notes
[1] Coran, 24/31

[2] Coran, 33/59

[3] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 7/332

[4] Madjmu’ Fatâwa de Ibn ’Uthaymîn, Vol-14 p.211

source : manhajulhaqq.com
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les particularités de la prière pour la femme   Ven 13 Fév 2009, 09:19

Y a-t-il des différences dans la prière
des hommes et des femmes ?


Shaykh Al Albani





Shaykh Muhammad Nasirud Din Al Albani (rahimahullah) a dit :


Tout ce qui a été mentionné dans la description de la prière du prophète (sallallahu 'alaihi wa sallam) s'applique aussi bien aux hommes qu’aux femmes, car il n’y a rien dans la Sunna qui montre l'exception de la femme dans toutes ces descriptions. En fait, la généralité de sa parole (sallallahu 'alaihi wa sallam),
« Priez comme vous m'avez vu prier », inclut les femmes.

Ceci est l’avis d'Ibrahim Nakh'i, qui a dit : « Les actions d'une femme dans la prière sont les mêmes que celles d’un homme » - transmis par Ibn Abi Shaibah (1/75/2), avec une chaîne de transmission authentique.

Aussi, Al-Bukhari a rapporté dans At-Tarikh As-Saghir (p. 95) avec une chaîne authentique de Umm Ad-Darda :
« qu’elle s’asseyait dans sa prière comme un homme et elle était une femme savante. »

Le hadith parlant de la femme en prosternation et disant qu'elle n'est pas à cet égard comme un homme, est mursal et non authentique. Abu Dawûd l'a transmis dans Al-Maraasil sur l'autorité de Yazid ibn Abi Habib.

Quant à ce que l'imam Ahmad a rapporté, dans ' Masa'il Abdullah’, d’après 'Ibn 'Umar, qu'il enseignait à ses épouses de s’asseoir en tailleur dans la prière, sa chaîne de transmission n'est pas authentique, car elle contient 'Abdullah ibn 'Umar Al-'Amri, qui est un narrateur faible (da'if).



Article tiré du site troid.org

Traduit en français par les salafis de l’Est


http://www.salafs.com/modules/news/article.php?storyid=65
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les particularités de la prière pour la femme   Ven 13 Fév 2009, 09:24

La prière des femmes derière les hommes

Shaykh Nasir-Din Al-Albani





Question :

Il y a quelques masjids dans lesquels les femmes prient au-dessous du masjid (sous-sol), ou à l’étage supérieur. Nous, les femmes, prions dans ces masjids, en suivant l'imam d'un lieu où nous ne le voyons pas, ni ceux (les hommes) qui le suivent. Parfois, il a dans le masjid un lieu de prière pour les hommes qui contient un grand espace vide. Notre prière est-elle correcte si nous ne voyons pas l'imam ou quelqu’un de ceux (les hommes) qui le suivent ? Sachant que parfois nous entrons au masjid et nous ne savons pas dans quelle rak'a (unité de la prière) il est. Aussi, est-ce qu’il est permis dans cette situation de suivre le microphone seulement ? Est-il correct pour nous de suivre l'imam à l’étage supérieur ou inférieur, sachant que parfois le masjid contient un lieu de prière assez grand (c'est-à-dire pour que les femmes puissent y aller) ?


Réponse :

« La réponse est dans deux parties :

Première partie :

La prière dans cette situation est correcte tant que les femmes prient dans le masjid, que cela soit à l’étage supérieur ou inférieur. Tant qu'elles peuvent entendre les Takbirat (Allahu Akbar) quand l’imam change de position.

Deuxième partie :

Il n’est pas désirable que les femmes prient comme cela à moins que la place des hommes ne soit bondée d’hommes qui prient et que les femmes ne puissent y trouver de place pour elles derrière les rangées (des hommes). Dans cette situation il leur est permis de prier - comme nous l’avons dit auparavant – au niveau supérieur du masjid ou au niveau inférieur. Cependant, s'il y a un secteur vide dans le masjid (derrière les hommes) dans lequel l’imam prie avec les hommes derrière lui, alors il n'est pas permis aux femmes de monter au niveau supérieur ou de descendre au niveau inférieur où elles ne peuvent pas voir les mouvements de l'imam ou les mouvements de ceux qui le suivent. Ceci en raison de deux choses :

La première est que le prophète (sallallahu alayhi wa sallam) a dit : « les meilleurs rangs des hommes sont les premiers rangs et les plus mauvais pour eux sont les derniers rangs et les meilleurs rangs des femmes sont les derniers rangs et les plus mauvais pour elles sont les premiers rangs. » Cela signifie seulement le niveau sur lequel le prophète et ses compagnons, qui étaient derrière lui, priaient. Les femmes n'étaient pas à un niveau supérieur ou inférieur. Le point subtil réside en ce que parfois on peut ne pas entendre le microphone et d'autres fois il peut ne pas marcher du tout. Dans ce cas, la prière des femmes qui suivent la prière au niveau supérieur ou inférieur et duquel elles ne voient pas la prière des hommes qui prient derrière l’imam, leur prière peut être annulée. Donc, la conclusion à cette réponse est que la prière au niveau supérieur ou inférieur est correcte. Cependant, il n'est pas permis aux femmes de chercher intentionnellement à prier en ce lieu, s'il y a un espace dans le lieu de prière des hommes où les femmes puissent prier à l'arrière de ce lieu de prière. Ceci est en résumé la conclusion de cette question. »


http://oummi.forumsactifs.com/fatawas-f230/les-particularites-de-la-priere-pour-la-femme-t240.htm#773
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les particularités de la prière pour la femme   Ven 13 Fév 2009, 09:51

La ‘awra de la femme dans la prière


Shaikh Abdel ‘Aziz Ibn Baz





Question : Beaucoup de femmes ne font pas attention dans la prière et laisse apparaître leurs avant bras ou une partie, de même de que leurs pieds et peut-être même leurs jambes. Leur prière est-elle valide dans ce cas ?


Réponse : Il est obligatoire pour la femme pubère libre de cacher l’ensemble de son corps pendant la prière, à l’exception du visage et des mains, car elle doit être couverte entièrement. Donc, si elle prie et qu’apparaît quelque chose qui doit être couvert comme les jambes, les pieds, la tête ou un partie seulement, sa prière n’est pas valide d’après la parole du prophète (prières et bénédictions d’Allah sur lui) :
« Allah n’accepte pas la prière d’une femme pubère sans voile. » [1]. Et d’après sa parole (prières et bénédictions d’Allah sur lui) : « Toute la femme doit être couverte. », et d’après ce que rapporte Abu Dawud (qu’Allah lui fasse miséricorde), d’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée) qui a interrogé le prophète (prières et bénédictions d’Allah sur lui) à propos de la femme qui prie avec une blouse et un voile (khimar) sans robe, il a alors répondu : « Si la blouse cache le dessus de ses pieds ». Al-Hafidh ibn Hajar (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit dans Bulugh al-maram : Les imams ont confirmé que le hadith s’arrêtait à Oum Salama (qu’Allah l’agrée), et s'il y a auprès d'elle un étranger (un homme qu'elle peut épouser), il lui est aussi obligatoire de couvrir son visage et ses mains.





Notes de bas de page :

[1] :Rapporté par Ahmad et les auteurs des Sunan, sauf An-Nassa’i, avec une chaîne de transmission authentique



Source : Fatawa As-Salat

Traduit par les salafis de l’Est





Couvrez vos pieds !


Shaikh Muhammad Nasir Din Al-Albani






Question : Beaucoup de femmes se rendent à la mosquée et prient sans chaussettes.

Réponse : Qu’elles aillent à la mosquée ou qu’elles restent chez elles en priant sans chaussettes, alors la prière n’est pas valide.

Q : Même à la maison ?

R : Même à la maison, alors que dire de la mosquée !

Q : Et si elles prient (sans chaussettes) mais en couvrant leur pieds ?

R : Tu me donnes un exemple, et là la prière est valide. (Dans le premier cas), les pieds étaient découverts, mais s’ils ont couverts par une tunique (robe) longue et ample (sans chaussettes), la prière est valable à la maison ou à la mosquée. Malheureusement on ne trouve plus ces vêtements longs chez les femmes.

Q : Les chaussettes (suffisent) pour cacher la ‘awra ?

R : Elles cachent et en même temps elles ne cachent pas. Elles cachent la couleur de la peau, mais elles ne cachent pas la forme du membre. Et fait partie des conditions du vêtement pour les hommes et les femmes, qu’il ne soit pas transparent et ne soit pas moulant. Le vêtement est autorisé seulement s’il réunit ces deux conditions.

Q : Les chaussettes montrent la forme du corps, alors comment peut-on dire que la femme doit obligatoirement porter des chaussettes dans la prière ?

R : Je n’ai pas dit cela, je dis qu’elle doit couvrir ses pieds avec un voile (tunique) ample et large, et quant aux chaussettes elles cachent et ne cachent pas, ma parole est claire.

Q : Porter des chaussettes est meilleur ?

R : Si le vêtement est long et ample et qu’il couvre les pieds, la prière est valable qu’elle porte ou non des chaussettes. Et le corps n’est vraiment caché que si on ne voit ni la forme du membre, ni la couleur de la peau. Les chaussettes, portées seules sans habit au-dessus, montrent la forme du corps mais cachent la couleur de la peau, et cela ne suffit pas, le vêtement doit obligatoirement cacher la forme du membre et la couleur de la peau.

Q : Concernant le fait que la prière ne soit pas valide (si on ne couvre pas les pieds), la plupart des femmes ne le savent pas.

R : Celui qui n’a pas de science doit apprendre. Mais si elles l’apprennent et négligent cela par la suite, la prière n’est pas valide. ».




Shaikh Al-Albani précise à d’autres endroits
qu’il n’est pas grave que la paume des pieds apparaisse lors de la prosternation.


Les preuves sont nombreuses, du Qur’an et de la sunna :

Allah dit :
« Qu’elles ne frappent pas le sol afin que l’on sache ce qu’elles cachent comme parure » (An-Nur : 31). Dans les tafasir du Qur’an on trouve à l’explication de ce verset qu’il est une preuve montrant l’obligation pour la femme de couvrir ses pieds, sinon il leur aurait été permis de montrer ce qu’elles cachaient comme parure, c'est-à-dire les bracelets de chevilles (khalkhal). Shaikh Al-Albani explique également que frapper le sol de cette manière était l’habitude des mécréantes, donc elles cachaient elles aussi leurs pieds par de longues robes.


On trouve aussi dans la sunna de nombreux hadiths, dont celui rapporté par Ibn ‘Umar, le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit :
« Celui qui laisse traîner son vêtement par orgueil, Allah ne le regardera pas au Jour de la Résurrection ». Umm Salama dit : « Comment doivent faire les femmes avec leurs robes ? » il dit : « qu’elles laissent dépasser d’un empan (la distance entre le pouce et l’auriculaire (petit doigt) lorsque la main est écartée), elle dit : « alors on verra leurs pieds », il dit : « Qu’elles laissent dépasser d’une coudée et n’ajoutent rien à cela » (Al-Bukhari n°5791). Ainsi lorsqu’on interrogeait Umm Salam sur le vêtement de la femme dans la prière, elle disait : « Elle doit prier avec un khimar (ce qui couvre les cheveux, le cou et la poitrine) et une robe (dir’) ample qui couvrira le dos de ses pieds. » (rapporté par l‘imam Malik dans Al-Muwata 1/142). On a également demandé à l’imam Ahmad : dans combien de vêtements la femme doit elle prier ? Il dit : « Au minimum une robe et un khimar et elle doit couvrir ses pieds, la robe doit être large et couvrir ses pieds. » (Masa’il Al-Imam Ahmad 286).




Traduit par les salafis de l’Est
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les particularités de la prière pour la femme   Ven 13 Fév 2009, 09:52

Où la femme doit-elle prier la prière de la fête ?


SHeikh Muhammad Ibn Sâlih al-‘Uthaymîn (rahimahullâh)






Question :

Quel est le mieux pour une femme, sortir à la prière de « al-‘Aîd » ou rester à la maison ?

Réponse :

Il est meilleur qu’elle sorte pour la prière de « al-‘Aîd », parce que le prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a commandé que les femmes sortent à la prière de « al-‘Aîd », jusqu’aux fillettes et aux vierges adolescentes – c’est-à-dire, les femmes qui d’habitude ne sortent pas. Il leur a commandées de sortir, en dehors de celles qui se trouvent en période de menstrues, à qui il a demandé de sortir mais en se gardant éloignées du lieu de prière [1] de « al-‘Aîd ». Les femmes en période de menstrues doivent ainsi sortir avec les autres femmes pour al-‘Aîd, mais elles ne doivent pas entrer dans le lieu de prière [al-Mousallah], car le lieu de prière de « al-‘Aîd » prend le statut d’une mosquée, et il n’est pas permis qu’une femme en période de menstrues reste dans la mosquée, mais il lui est permis de passer à travers [la mosquée] ou d’aller prendre quelque chose dont elle aurait besoin, sans y rester.

Sur cette base nous disons : les femmes doivent sortir à la prière de « al-‘Aîd » et rejoindre ainsi les hommes dans cette prière, en raison du bien, des exhortations et invocations qu’elles peuvent y faire. [2]




Notes
[1] Rapporté par al-Bukhârî et Muslim

[2] Madjmu’ Fatâwa de Sheikh Ibn Uthaymîn, vol-16 p.210-211


http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article416
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les particularités de la prière pour la femme   Ven 12 Mar 2010, 15:51

LA PRIÈRE A VOIX HAUTE POUR LA FEMME

Avis de Sheykh Fawzan , Sheykh ibn Baz et sheykh el Albani






Sheikh Sâlih al-Fawzân

Question :

Lors des prières à voix haute, la femme doit elle réciter à voix haute ou à voix basse ?


Réponse :

Il est recommandé à la femme de prier à haute voix ; qu'il s'agisse d'une prière obligatoire ou d'une prière surérogatoire, pourvu qu'elle ne soit pas entendue par un homme pouvant être tenté par sa voix.

La femme peut prier à haute voix si elle se trouve dans un endroit où aucun étranger ne l'entend et si elle accomplit une prière de nuit, sauf si elle risque de déranger d'autres prieurs.

Quand elle accomplit une prière du jour, elle le fait à voix basse parce que cette prière doit se faire ainsi et que l'élévation de la voix dans une telle prière n'est pas recommandée parce que contraire à la Sounnah.

Fatâwa al-mar'â al-muslimah - Sheikh Sâlih al-Fawzân , p.322





shaikh ibn Baz


L'imam des femmes doit se mettre au milieu du premier rang, et elle lit à haute voix pour les prières à haute voix.

Fatawa al-mar'a al-muslima, p.141 shaikh ibn Baz




Shaykh Muhammad Nasirud Din Al Albani

Tout ce qui a été mentionné dans la description de la prière du prophète s'applique aussi bien aux hommes qu'aux femmes, car il n'y a rien dans la Sunna qui montre l'exception de la femme dans toutes ces descriptions. En fait, la généralité de sa parole, « Priez comme vous m'avez vu prier », inclut les femmes.



.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les particularités de la prière pour la femme   Lun 03 Mai 2010, 12:51

Où se place la femme dans la prière en commun ?






1. Lorsque la femme prie avec son mari ou bien son fils

Dans ce cas l'homme se mettra devant afin de diriger la prière et la femme se mettra juste derrière lui.

Cela signifie que la femme devra former un rang à elle toute seule.

Sources : Majmou Fatawa Cheikh Ibn Baz vol 12 p 198




2. Si la femme dirige la prière pour une autre femme

Lorsqu'une une femme prie avec une autre, dans ce cas celle qui ne dirige pas la prière se mettra à la droite de celle qui dirige la salat.

Sources : Majmou Fatawa Lajna Da Ima Vol 7 p 394.




3. Si une femme dirige la prière pour d'autres femmes

Si une femme dirige la prière pour d'autres femmes, dans ce cas celle-ci devra s'inserer au millieu du premier rang.

C'est ainsi que faisait la mère des croyantes Aîcha lorsqu'elle dirigeait la prière pour les autres femmes.


Sources : Majmou Fatawa Cheikh Ibn Baz Vol 12 p 130.




4. S'il y a 3 hommes et une femme

Dans ce cas l'imam se met devant, puis les deux autres hommes forment un rang juste derrière l'imam, quant à la femme elle se placera toute seule derrière.

Sources : Charh Sounnane An-Nassaî De Cheikh AbdelMouhssine Al 'Abbad





5. S'il y a 2 hommes et une femme

Dans ce cas le prieur se place à la droite de l'Imam ( sur la même ligne). Quant à la femme elle se placera toute seule derrière.

Sources : Charh Sounane An-Naissaî de Cheikh AbdelMouhssine Al 'Abbad





http://www.darwa.com/forum/showthread.php?t=8188&highlight=pri%E8re+femme+rang

http://3ilm.char3i.over-blog.com/120-index.html
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les particularités de la prière pour la femme   Dim 16 Mai 2010, 22:51

Prier avec du maquillage

Cheikh Abdellah Al-Boukhari




Question ordinaire 91 :

Des sœurs m'affirment que prier avec du maquillage (rouge à lèvres, khôl...) est interdit cependant elles ne m'amènent aucune preuve, et les recherches que j'ai effectuée jusqu'à présent ne m'ont montré que seuls les produits ne laissant pas passer l'eau sont interdits, ceci afin que les ablutions soient acceptées. Pouvez-vous m'éclaircir à ce sujet ? Ahsana allahu ilaykum


Réponse :

Bismi Allah el Rahman el Rahim

Au nom d'Allah, le Tout Misériordieux, le Très Miséricordieux
Louange à Allah ; c’est Lui que nous louons et dont nous implorons l’aide et le pardon.
Et nous recherchons refuge auprès d’Allah contre la méchanceté de nos âmes et contre nos mauvaises actions.

Le Sheikh Abdellah Al-Boukhari (qu’Allah le préserve) répond :

" Il n'y a pas de mal à prier avec du maquillage, rien n'interdit cela tant qu'il n'y a pas la présence d'étranger."




[Abdelmalik Abou Adam al-firansi le 01/02/1431 – 16/01/2010 Joubail – Arabie Saoudite]
copié de dourouss-abdelmalik.com
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les particularités de la prière pour la femme   Mar 24 Aoû 2010, 00:24

Prier avec le niqab et des gants

Shaykh Ibn 'Outheymin





Question :

Est il permis pour la femme de prier avec le "niqab" et les gants ?


Réponse :

Si le femme prie dans sa maison ou dans un endroit où seuls des hommes qui lui sont interdit au mariage la voient il lui est alors légiférer de découvrir son visage et ses mains afin que le front et le nez puissent etre en contact avec l'endroit de la prosternation, ainsi que les mains... et en ce qui concerne le fait de se couvrir le visage (en présence d'hommes étrangers) elle le couvre pendant qu'elle est debout ou assise (en salat) et quand elle veut se prosterner elle découvre son visage pour que le front soit en contact avec l'endroit du prosternation.


Source : Fatâwa arkan el islam p.295 / Shaykh Ibn 'Outheymin
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9761
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Les particularités de la prière pour la femme   Lun 18 Mar 2013, 10:20

La femme prie ayant de nombreux jeunes enfants

Cheikh Mouhammad Ibn 'Omar Bâzmoul




Question :

Une femme prie dans sa maison, ayant de nombreux jeunes enfants et aucun membre de la famille ou des serviteurs pour l'aider. Elle estime que ses prières sont toujours déficientes ou inacceptables en raison de son manque de concentration dû aux activités constantes des enfants .
Quel est votre conseil pour elle ?


Réponse :

Cette femme, tant qu'elle offre la prière de sa manière prescrite, après avoir été purifiée (ablutions), récitant ( la Sourate Al-Fatiha), étant debout, saluant, s'élevant, se prosternant, s'asseyant, se prosternant à nouveau, avec tama'neenah (se reposer pleinement dans chaque position), alors sa prière est valable in shaa'a Allah.

Et elle doit se sentir exempt de tout blâme en offrant cette prière, par la permission d'Allah.Elle reçoit (aussi) la récompense pour l'ensemble de son travail à la maison et pour prendre soin de ses enfants.

Une fois, le Prophète a conduit les gens dans la prière à la mosquée, et il a raccourci la prière.
"Alors ils ont dit : "Ô Messager d'Allah! tu as prié d'une manière que nous n'avons pas vu de ta part avant!" ou une phrase similaire à cela.
Il a répondu salallahou aleyhi wa salaam :
"J'ai entendu les pleurs d'un enfant, et je suppose que sa mère priait avec nous, alors j'ai voulu libérer sa mère pour lui."

Alors, voici le Messager d'Allah salallahou aleyhi wa salaam, priant l'une des prières obligatoires en commun, raccourcir la prière, se montrant soucieux de cet enfant.

Donc, dans cela il y a des preuves pour soutenir que si une femme raccourcit sa récitation dans la prière en raison de ses responsabilités à l'égard de sa maison ou de son enfant, alors qu'elle n'a aucune aide, alors il n'y a aucun mal à cela, aussi longtemps qu'elle a offert sa prière de la manière ordonnée dans la Shari'a.

Et Allah, dit (tradcution rapprochée) : "Craignez Allah, donc autant que vous pouvez" (64-16)

Et le Messager a dit : " Et quand je vous ordonne quelque chose, alors faites le autant que vous en êtes capable."

Par conséquent, elle offre la prière, au meilleur de sa capacité, l'accomplissement de son devoir et donc de se libérer de tout blâme. En plus, elle sera récompensée par Allah, le Glorifié et l'Exalté, d'être une bonne épouse pour son mari, en prenant soin de la famille, et de rester au top de toutes ses responsabilités. Par ces choses, elle tire de grandes récompenses et obtient de hautes vertus. Et par ces choses, sa récompense est auprès d'Allah, le Glorifié et l'Exalté.

Elle aura également une magnifique récompense d'Allah, le Glorifié et l'Exalté, pour toute sa patience et son indulgence, comme Allah dit (tradcution rapprochée) : "En vérité, ceux qui persévèrent recevront leur récompense sans mesure." (39-10)



tiré de la cassette du cheikh numéro AAMB017, daté du 1423/6/25.

copié de twitter.com/Minhajsunna


Revenir en haut Aller en bas
 
Les particularités de la prière pour la femme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: Les 5 Piliers :: As-Salat et purification-
Sauter vers: