El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Instruire et éduquer la fille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante


Nombre de messages : 9813
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Instruire et éduquer la fille   Lun 15 Juin 2009 - 10:26

Instruire et éduquer la fille

 
 
La fille a besoin d’être instruite dans sa religion afin de grandir et devenir ainsi une femme pieuse qui tirera profit de sa propre science, mais sera aussi profitable pour ses parents, son mari et ses enfants. Si elle est une femme pieuse, elle leur évitera les troubles et les tentations, elle sera obéissante envers ses parents, leur donnera leurs droits, obéira à son mari et engendrera une descendance pieuse si Allah le veut. Et l’instruction religieuse est un droit que la fille a sur, ô toi le père ! Allah dit :
 
< Ô vous qui avez cru! Préservez vos personnes et vos familles, d'un Feu dont le combustible sera les gens et les pierres, surveillé par des Anges rudes, durs, ne désobéissant jamais à Allah en ce qu'Il leur commande, et faisant strictement ce qu'on leur ordonne. >
(At-tahrîm, v6)  
 
Abû Hurayrah rapporte que le Prophète a dit : « Chaque enfant naît jouissant d’une saine nature (fitrah), et ce sont ses parents qui en font un juif, un chrétien ou un adorateur du feu. C’est comme le bétail qui donne du bétail de la même espèce : leurs petits naissent-ils mutilés ? » (Al Bukhârî wa Muslim)  
 
Cet enfant jouissant d’une saine nature accepte le bien comme le mal, c’est pour cela qu’il a besoin d’être instruit, éduqué, aiguillé de manière correcte vers la voie de l’Islam.  
Il faut faire attention à ne pas laisser cette pauvre petite fille vivre comme du bétail, ne connaissant rien de la religion et de la vie, et il y a dans le Prophète un excellent exemple  
 
L’imam Al-Boukhârî a intitulé un chapitre de son Sahîh : « L’homme doit instruire sa servante et sa famille », puis il a cité le hadith d’Abû Mûsâ qui rapporte que le Prophète a dit : « Trois personnes ont 2 récompenses : un homme des gens du Livre qui a cru en son Prophète puis en Muhammad, le servant s’il donne son droit à Allah et à son mètre, et un homme qui avait une servante qu’il a éduquée et instruite de la meilleure façon puis l’a affranchie et épousée. Ceux-là ont 2 récompenses. » (Ahmad 6/26)  
 
[ .. ]  
 
‘Abd Allah ibn ‘Amr rapporte que le Messager d’Allah a dit : « Ordonnez à vos enfants de prier à l’âge de 7 ans et corrigez-les s’ils ,e l’accomplissent pas à l’âge de 10 ans, et séparez-les dans les lits. » (Abû Dâwûd, hadith hasan)  
Ce hadith donne des indications importantes pour l’éducation des enfants. Ainsi, on en déduit que le méthode d’éducation évolue avec l’âge et que l’on ne doit imposer à chauqe enfant que ce qu’il peut supporter. […]  

‘Umar ibn Abî Salamah rapporte : « J’étais un enfant vivant dans le le giron du Prophète, et [lorsque nous mangions] ma main se baladait partout dans le plat, le Prophète me dit alors : Ô mon enfant ! Prononce le nom d’Allah, mange de la main droite et mange ce qu’il y a de devant toi. » Et je n’ai cessé d’agir ainsi par la suite. » (Al-Bukhâri wa Muslim)
 
Hudahayfah rapporte : « Lorsque nous mangions avec le Prophète, personne ne commençait avant lui. Une fois, alors que nous mangions, une petite fille vient, comme possédée, en voulant mettre sa main dans le plat, le Prophète l’en empêcha en saisissant sa main. Vint alors unbédoin, comme possédé, le Prophète lui prit aussi sa main, puis il dit : « Le Diable profite du repas si on ne prononce pas le nom d’Allah sur celui-ci, il a fait venir cette petite fille et ce bédoin pour profiter du repas, c’est pourquoi j’ai saisi leur main. Par Celui qui détient mon âme dans Sa Main, la main du diable était dans ces mains. » (Muslim)


Il ne faut donc pas négliger le droit de l’enfant et son instruction totu comme il ne faut pas exagérer et être trop dur :  
 
<Ô gens du Livre ! N’exagérer pas dans votre religion, et ne dites sur Allah que la vérité.> (Sourate An-Nisâ’, v.171)  


Le Prophète a dit : « Facilitez et ne rendez pas difficile, annoncez la bonne nouvelle et ne faites pas fuir. » Si il a dit cela concernant l’adulte alors que dire de l’enfant !

De même, l’adulte ne peut se passer d’apprentissage, comme le rapporte ‘Alî : « Fâtimah s’est plainte de la fatigue causé par le travail du grain, et elle entendit qu’on avait donné au Prophète un servant, c’est pourquoi elle alla le voir pour qu’il lui en accorde un, mais il ne répondit pas à sa demande. Elle se rendit donc chez ‘A’ishah qui rapporta cela au Prophète qui vient nous voir alors que nous étions couchés. Nous nous apprêtions à nous lever mais il nous dit : « Restez où vous êtes. » au point que je sente la fraicheur de ses pieds sur ma poitrine, il dit : « Vous indiquerais-je ce qui est meilleur que ce que vous m’avez demandé ? Lorsque vous allez vous coucher, dîtes Allâhu Akbar 34 fois, Al-Hamdulillâh 33 fois et Subhânallâh 33 fois. Cela est meilleur que ce que vous m’avez demandé. » (Al-Bukhârî wa Muslim)  

Usâmah ibn Zayd rapporte : « Une des filles du Prophète m’envoya à lui en lui demandant de venir car l’un de ses enfants –ou de ses fils- était sur le point de mourir. Le Prophète dit : « Retourne chez elle et informe-la que c’est à Allah qu’appartient ce qu’Il reprend et donne et que tout auprès de Lui a un terme donné, dis-lui de patienter et d’espérer la récompense d’Allah… » (Al-Bukhârî wa Muslim)  
 
Nous pouvons noter que dans ces preuves textuelles, la science [apprise par les femmes] comprend à la fois le bien de ce monde et de l’au-delà. Et cette voie qu’il faut emprunter dans l’enseignement [que l’on donne aux fille] afin de toucher à la fois leur comportement et la voie qu’elles suivront. Et cette science ne se trouve pas dans les écoles [dans la majorité des pays musulmans], car la science qu’ils enseignent n’est qu’une science profane [de ce bas monde] même si ils veulent faire croire que cela englobe aussi la science religieuse. Mais ce qui est connu est qu’il s’agit essentiellement d’une science profane, avec tout ce que cela peut entraîner d’illicite et de mauvais comme la mixité, l’enseignement du dessin et de la musique, ainsi que l’insouciance vis-à-vis des heures de prière, et d’autres choses encore. La science que nous encourageons les responsables à enseigner n’est que la science du Livre d’Allah et de la Sunnah, et cela n’est enseigné que dans les maisons dans lesquelles Allah a permis qu’on mentionne Son Nom (il s’agit des mosquées), et qui contiennent le bien de ce monde et l’au-delà. Et Allah est Celui qui accorde le succès.  
Quant à l’éducation, nous avons vu dans les preuves précédentes, qu’il s’agit d’abord de rappeler, de guider et d’enseigner. Ensuite, s’il faut être plus dur que cela en réprimandant ou en corrigeant, cela dépend de la situation comme il a précédé dans le hadith de ‘Abd Allah ibn ‘Amr ibn Al-‘As. Aussi en raison de ce qui est rapporté d’après ‘Abd Allah ibn ‘Umar : « Le Prophète a dit : N’interdisez pas à vos femmes de se rendre à la mosquée si elles vous le demandent. » [Le transmetteur du hadith dit] : Bilâl ibn ‘Abd Allah dit alors : « Par Allah ! Nous le leur interdirons quand même. » ‘Abd Allah ibn ‘Umar se tourna vers lui et le réprimanda comme je ne l’avais jamais entendu réprimander personnes et il dit : « Je t’informe d’un hadith du Messager d’Allah et toi tu me dis : « Par Allah ! Nous le leur interdirons quand même ?» (Muslim)  

Aussi, en raison de ce qui est rapporté par ‘A’ishah au sujet du contexte dans lequel les verset ayant trait aux ablutions sèches [At-Tayammum] ont été révélé :  
« [J’accompagnais le Prophète dans une de ses expéditions. Au retour, je perdis mon collier et le Prophète arrêta la caravane pour le chercher. Les gens se plaignirent à Abû Bakr en m’accusant d’avoir retardé la caravane sachant qu’il ne restait plus d’eau en reserve.] Abû Bakr se rendit alors chez le Prophète qui était en train de dormir, la tête posée sur ma cuisse. Abû Bakr me dit : « Tu as retardé le Messager d’Allah et les gens alors qu’il ne reste plus d’eau ! » Il me parlait en me piquant du doigt entre mes côtes. Et rien ne m’empêcha de bouger si ce n’est que je ne voulais pas déranger le Prophète qui dormait sur ma cuisse… » (Al-Bukhârî)  
 
Remarque : Parfois l’enfant fait une bêtise, c’est pourquoi la mère le gronde pour l’éduquer, c’est alors que le père reproche cela à la mère devant l’enfant, et cela se répercute sur l’enfant, et la mère perd de l’importance à ses yeux. Il faut donc prendre garde à ne pas faire des reproches à la mère devant son enfant. Bien au contraire il faut être doux dans ses paroles, lui montrer du respect et rester calme. On peut lui dires par exemple : « Si tu penses qu’il ne faut pas le frapper pour cette fois, qu’Allah lui pardonne. Et pardonne-lui toi aussi pour cette fois. S’il recommence, puinis-le et je ferai de même. »  
Être violant avec la mère et lui faire des reproches devant ses enfants se répercutera clairement sur eux et sur leur état psychologique. Certains détesteront le père et éprouveront la plus grande tristesse pour leur mère, d’autres s’en souviendront et à chaque fois qu’ils feront une bêtise et seront grondés par leur mère ils diront : « Je le dirai à mon père, il te corrigera et te fera ceci et cela. » C’est de cette manière que le foyer sera touché et se disloquera.  
 


 
Source : Extrait de Faire triompher le droit des croyantes (pages 37 à 43) de Umm Salamah
Revenir en haut Aller en bas
 
Instruire et éduquer la fille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: La famille en Islam :: L'enfant et l'Education :: L'école et l'éducation islamique-
Sauter vers: