El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Khutba : Le mérite des califes bien guidés : Omar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Khutba : Le mérite des califes bien guidés : Omar   Sam 25 Avr 2009 - 0:33



BismiLlâhi Ar.Rahmâni Ar.Rahîm


Khutba du vendredi
Le mérite des califes bien guidés :
Omar Ibn Al Khattab dit Al Faruk
(Celui qui sépare)



Par le frère Youssef Abû Anâs

Lien : http://www.ryadussalihin.org/acceuilaudio_9_5.php




Prise de notes




Cher(e)s Musulmans & Musulmanes,

Sachez que dans cette communauté, il y a des pieux prédécesseurs.
Des personnes pieuses qui ont vécu avant nous, et ce sont ces personnes qui avaient la foi la plus complète, ceux qui avaient le comportement le plus adéquate et le plus louable.
Lorsque l’on se remémore leurs biographies, ils sont un modèles pour nous que l’on doit suivre. De les suivre est une guidée et s’écarter de leur chemin et de ce qui les caractérisait est un égarement totale.

Aujourd’hui nous allons traiter de la biographie de la 3° personne de cette communauté musulmane. La meilleure après le Prophète (salât alayhi wa salam) et Abû Bakr, radhi ALlâhu Anho, qui est ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi Allâhu Anho.

Lors du dernier dicscours, on avait cité la biographie d’Abû Bakr, radhi ALlâhu Anho, nous
allons donc traiter de façon brève la vie de ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi Allâhu Anho, afin d’en tirer des leçons et des morales.

La première chose à citer le concernant, sont trois ahadîth ou trois visions en rêve que le Prophète (salât alayhi wa salam) a vu et qui concernaient ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi ALlâhu Anho. Elles sont rapportées dans le sahîh Al Bukhârî.

La première vision nocturne que le Prophète (salât alayhi wa salam) a vue, et qui est rapportée dans le sahîh d’Al Bukhârî, est :


«Je dormais lorsque j’ai vu des personnes qui m’ont été présentées. Ces personnes étaient habillées de qâmis. Certains avaient des qâmis au niveau de leur poitrine et d’autres en dessous. Puis ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi ALlâhu Anho, m’a été montré en ayant un qâmis qui traînait en dessous de ses pieds ».

Ils ont dit (c'est-à-dire les compagnons du Prophète (salât alayhi wa salam) : «Comment interprètes-tu cela ? "

Il a répondu : « Par la religion
».

C'est-à-dire que la religion recouvre ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi Allâhu Anho.


Quant à la deuxième vision qui est rapporté par ‘AbduLlâh Ibn ‘Omar qui dit :

« J’ai entendu le Prophète (salât alayhi wa salam) dire : « Lorsque je dormais (c'est-à-dire en rêve), j’ai vu qu’on m’apportait un récipient de lait. J’ai bu et j’ai donné le reste à ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi Allâhu Anhu ».

Ils ont dit (c'est-à-dire les Compagnons du Prophète (salât alayhi wa salam) : « Comment interprètes-tu cela ? »

Il a répondu : « La science
».

Et la troisième vision est le hadîth d’Abû Hurayra, radhi ALlâhu Anhu, qui rapporte que le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit :

« Lorsque je dormais, je me suis vu au Paradis et une femme faisait ses ablutions à proximité d’un palais. J’ai dit : « A qui appartient ce palais ? » Ils ont répondu : « A ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi Allâhu Anho », puis ils ont cité les mérites de ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi Allâhu Anhu, en l’occurrence sa volonté et sa motivation dans la religion ».

Il, radhi Allâhu Anhu, a pleuré à l’écoute des paroles du Prophète (salât alayhi wa salam).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Khutba : Le mérite des califes bien guidés : Omar   Sam 25 Avr 2009 - 0:38

Le Prophète (salât alayhi wa salam) s’adressait à ‘Omar Ibn Al Khattab en lui disant :

« Je jure par Celui qui détient mon âme entre Ses mains, le diable ne prend le même chemin que toi (ou lorsque le diable te voit prendre un chemin, il prend un chemin différent du tien) ».

Et ‘Amr Ibnu Aws a demandé au Prophète (salât alayhi wa salam) :

« Quel est ou quels sont les hommes que tu aimes le plus ? »

Il a répondu : « Abû Bakr et ensuite ‘Omar Ibn Al Khattab
».

Et selon Jabîr qui rapporte que le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit :
« Abû Bakr & ‘Omar Ibn Al Khattab sont pour cette religion comme l’ouïe et la vue pour la tête ». Hadîth jugé bon par sheykh Al Albâny.

Le Prophète (salât alayhi wa salam) disait : « Suivez les deux qui viendront après moi : Abû Bakrin & ‘Omar ».

Il (salât alayhi wa salam) invoquait souvent ALlâh 3Aza Wa Jal pour qu’Il donne la puissance à l’Islâm à travers et par l’intermédiaire de ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi Allâhu Anhu. ALlâh 3Aza Wa Jal a exaucé sa du3a.

Dans l’histoire de sa conversion, il a entendu le Prophète (salât alayhi wa salam) priait à proximité de la Kaaba et le Prophète (salât alayhi wa salam) lisait sourate El Ahqa. Lorsque ‘Omar, qui n’était pas musulman et qu’il a vu le Prophète (salât alayhi wa salam), il a dit : « C’est un poète ».

Le Prophète (salât alayhi wa salam) a lu dans la sourate El Haqq : « [color)green]Et ce n’est pas la parole d’un poète ! Très peu d’entre vous croient[/color] ».

‘Omar a dit dans son intérieur : « Donc c’est un voyant ».

Il a entendu le Prophète (salât alayhi wa salam) dire, toujours dans la sourate El Haqq : « Et ce n’est pas non plus la parole d’un voyant. Très peu d’entre vous se rappellent. C’est un Livre qui est descendu du Seigneur des mondes ».

Ceci a ouvert le cœur de ‘Omar à l’Islâm.

Egalement lorsqu’il est rentré chez sa sœur Fâtima, en présence de son mari qui recevait l’enseignement de Khabad, radhi Allâhu anhu, qui lui a enseigné le Coran. ‘Omar Ibn Al Khattab est rentré et a écouté les enseignements du Coran, et c’est ceci qui a fait en sorte que ‘Omar se convertisse à l’Islâm, radhi ALlâhu Anhu.

Le Prophète (salât alayhi wa salam) l’a appelé « Al Faruk » c'est-à-dire « Celui qui discerne », « Celui qui fait la séparation entre la vérité et le mensonge », « Celui qui fait la différence entre le vrai et le faux », « Celui qui fait la différence entre l’Unicité d’ALlâh 3Aza Wa Jal et le polythéisme ».

‘Omar Ibn Al Khattab, radhi ALlâhu Anhu, était une personne qui craignait beaucoup Allâh 3Aza Wa Jal, au point que deux traits noirs étaient visibles sur son visage. Deux traits qui étaient la trace de ses nombreuses larmes, radhi ALlâhu Anhu.

‘Omar Ibn Al Khattab est né 13 ans après l’année de l’éléphant et il est mort à l’âge de 63 ans, le même âge que celui du Prophète (salât alayhi wa salam) ainsi qu’Abû Bakr, radhia ALlâhu Anhu.

Il écrivait parfaitement de ses deux mains et le Prophète (salât alayhi wa salam), pour montrer ses mérites, dit : « S’il y avait un prophète après moi, ce serait ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi Allâhu Anhu ».

Il a émigré de la Mecque à Médine, il a participé à toutes les batailles avec le Prophète (salât alayhi wa salam) notamment celle de Badr. Le Prophète (salât alayhi wa salam) est décédé en étant satisfait de ‘Omar Ibn Al Khattab. A l’époque de la gouvernance d’Abpu Bakr, radhi Allâhu Anhu, il était juge mais aussi ministre jusqu’à ce que la mort approchait et qu’Abû Bakr, radhi Allâhu Anhu, était sur son lit de mort. Il a donc désigné comme successeurs dans la gouvernance des Musulmans, ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi Allâhu Anhu.

Certaines personnes sont venues à Abû Bakr pour se plaindre de la dureté de ‘Omar, radhi Allâhu Anhu, et lui ont dit :
« [i]Que diras-tu à ton Seigneur s’Il te dit : « Qui as-tu laissé derrière toi (c'est-à-dire comme gouverneur pour les Musulmans) ? »
Et Abû Bakr a répondu : « Je répondrai que je leur ai laissé la meilleure des créatures
[/i ]».

‘Omar Ibn Al Khattab, radhi Allâhu Anhu, faisait parti durant sa gouvernance des Musulmans des gens qui étaient les plus modestes dans leurs vêtements, dans leur nourriture, dans leurs moyens de locomotion. Il s’habillait de la façon la plus modeste et il mangeait des aliments les plus modestes.

ALlâh a donné la victoire aux Musulmans par l’intermédiaire de ‘Omar qui a conquis beaucoup de pays, radhi ALlâhu Anhu, au point que certains disent que les villes qui ont été conquises pendant le calife de ‘Omar, radhi Allâhu Anhu, s’élèvent à plus de 1000 villes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Khutba : Le mérite des califes bien guidés : Omar   Sam 25 Avr 2009 - 0:40

Lorsqu’une famine atteignit les Musulmans durant son calife, il prit l’engagement de ne manger que ce mangent les pauvres parmi les Musulmans, de ne manger que du pain sec qu’il mélangeait avec de l’huile, radhi Allâhu Anhu.

Lorsqu’il s’est dirigé vers la région du Shâm lorsqu’il l’eut conquise, pour lui remettre les clés de la mosquée de Jérusalem, il est arrivé dans la région du Shâm avec des vêtements troués, il guidait la monture sur lequel était assise la personne qui était à son service car ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi Allâhu Anhu, avec son servant qui était à son service, montaient sur la monture à tour de rôle et lorsqu’ils s’apprêtaient à arriver à destination, c’était le tour de ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi Allâhu Anhu. Il a refusé de monter sur le cheval ou sur l’âne, et a persisté pour rentrer dans la région du Shâm en marchant et en guidant la monture qui portait son servant, radhi Allâhu Anhu.

Lorsque l’on parle de ‘Omar Ibn Al Khattab, le discours ne s’arrête pas. Nous pouvons parler de sa religion, de sa science, comme nous pouvons parler de sa modestie, de sa piété. Nous pouvons aussi parler de sa gouvernance des Musulmans, de sa politique, de sa justice, de sa force également, sa force physique et sa force dans le combat. On peut aussi parler de l’attachement qu’i lavait à préserver la sunna du Prophète (salât alayhi wa salam) et à la mettre en pratique et à réprimander ceux qui innovent. On peut aussi parler de sa crainte d’ALlâh 3Aza Wa Jal, des nuits qu’il passait à prier, radhi Allâhu Anhu, sa manière de prendre les problèmes des Musulmans, même si ce sont des choses bien précises ou qui concernent des personnes en particulier, il prenait en charge cela, radhi ALlâhu Anhu.
Sa conversion était donc une victoire pour les Musulmans, son émigration de la Mecque à Médine était une ouverture et sa gouvernance était une miséricorde.

‘AbduLlâh Ibnu Mas’û a dit : « Vous pouviez nous voir où nous nous trouvions à la Mecque, où l’on pouvait ni prier ni faire le tawaf autour de la Kaaba, jusqu’à ce que ‘Omar se soit convertit. Et lorsqu’il s’est converti, nous les avons alors combattu jusqu’à ce qu’ils nous ont autorisé, jusqu’à ce qu’ils nous ont laissé prier ».

« Nous les avons combattu » c'est-à-dire les polythéistes de Quraish, ce n’est pas de les combattre avec les armes, car ceci n’était pas autorisé à cette époque, la Mecque étant une ville sacrée, dans laquelle il est interdit de combattre.

C’est donc après sa conversion, lorsqu’il a proclamé son Islâm devant les polythéistes de Quraish qui avaient peur de lui car il était connu pour être quelqu’un de vaillant, de fort physiquement. Les Musulmans ont alors accru en force et ALlâh 3Aza Wa Jal a renforcé l’Islâm à travers la conversion de ce grand homme qu’est ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi Allâhu Anhu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Khutba : Le mérite des califes bien guidés : Omar   Sam 25 Avr 2009 - 0:44

Et selon ‘AbduLlâh Ibn ‘Omar, radhi Allâhu anhu, qui rapporte que le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit : « Allâh a fait en sorte que la vérité soit dans la langue et le cœur de ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi ALlâhu Anhu. »

Il (salât alayhi wa salam) a aussi dit : « Il y avait avant vous, dans les communautés qui vous ont précédé, des personnes qui recevaient des informations de l’invisible. Et si ces personnes existent dans ma communauté, alors ce sera ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi Allâhu Anhu ».

Le fait de recevoir des informations de l’invisible fait parti des bienfaits et des mérites des saints, et c’est un degré haut qui est donné chez les saints et qui se rapprochent le plus d’ALlâh Subhana Wa Ta3ala.

Lorsque ‘Omar, radhi Allâhu Anhu, parlait, le Coran venait souvent appuyait et rendre véridique ce qu’il disait, radhi ALlâhu Anhu. A titre d’exemple, lorsqu’il a dit au Prophète (salât alayhi wa salam) : « Si tu ordonnais à tes femmes, les mères des croyants de se voiler », le verset du voile est alors descendu :
« O toi le Prophète ! Dis à tes femmes, à tes filles et aux femmes des croyants de rabattre sur elles leur voile ».

Et lorsque ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi Allâhu Anhu, a dit au Prophète (salât alayhi wa salam) lorsqu’il faisait le tawaf autour de la Kaaba durant une ‘omra : « O Envoyé d’ALlâh ! Si tu prenais le makram d’Ibrâhîm comme lieu de prière ? ». ALlâh 3Aza Wa Jal a révélé :
« Et prenez la station d’Ibrâhîm comme un lieu de prière »

‘Omar Ibn Al Khattab marchait la nuit dans les rues de Médine, pour se rapprocher de son peuple ou des Musulmans qu’il avait sous sa responsabilité. Il est passé à proximité d’une maison dans laquelle il a entendu les pleurs d’enfants. Il a alors frappé à la porte et a demandé à la mère ce qui les faisait pleurer ses enfants. Elle a répondu : « Ils pleurent de faim ». ‘Omar Ibn Al Khattab a vu une marmite qui était sur un feu et lui a dit : « Quelle est cette marmite (ou que contient cette marmite) ? » et la mère des enfants à répondu : « C’est une marmite que j’ai rempli d’eau et que je fais bouillir afin de les faire s’endormir. Ils croient (ou ils pensent) qu’il y a dans cette marmite de quoi les faire manger ». ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi ALlâhu Anhu, a pleuré et est parti dans l’endroit où sont stocker les aumônes des Musulmans et il a pris de la farine, de la viande, de la graisse, des dattes, des vêtements et de l’argent jusqu’à ce que soit rempli un grand et il a demandé à son servant de le prendre et de le poser sur son dos. Le servant lui a dit : « Tu es le gouvernant des Musulmans ! Comment poser ou mettre ce sac sur ton dos ? » et il a répondu : « C’est moi qui le porterait, c’est moi qui serait responsable d’eux le jour du jugement » (c'est-à-dire des Musulmans qu’il a sous sa gouvernance). Il a alors porté le sac jusqu’à l’emmener dans la maison, mit de quoi faire cuire dans la marmite. Il retournait et remuait le nourriture de ses propres mains, radhi Allâhu Anhu, et il soufflait pour attiser le feu au point que son servant a dit : « Je voyais la fumée traversait sa barbe, radhi Allâhu Anhu ». Lorsque la nourriture fut prête, il leur a donné à manger de lui-même, radhi Allâhu Anhu.

Sachez qu’il y a dans la vie de ‘Omar beaucoup d’humilité, de modestie. Il est rapporté que lorsque Kisra, un des rois (34 :05 => Kisra) perses ou de Rome a envoyé un de ses conseillers Al Ramazan pour aller rencontrer ‘Omar Ibn Al Khattab, radhi ALlâhu Anhu, et avoir un entretien avec lui. Cet émissaire s’attendait à voir le gouverneur des Musulmans portant une couronne, des vêtements de soie. Il est entré à Médine et a demandé à voir le palais du gouverneur. Ils ont répondu : « Il n’a pas de palais ». Il a dit alors : « Où est sa maison ? » Ils sont partis lui montrer où était sa maison qui était une maison construite en terre cuite, ils ont dit : « Ceci est la maison du gouverneur ». Il a répondu : « Où sont ses gardes ? » Ils ont répondu : « Il n’a pas de gardes ». Il a alors frappé à la porte et son fils est sorti. Il a demandé « Où est le gouverneur ? » Il a répondu : « Allez à la mosquée, peut être que vous le trouverez là-bas ou alors faites le tour des rues de Médine, et vous le trouverez peut-être ». Ils sont partis à la mosquée et ils ne l’ont pas trouvé. Ils ont cherché dans les rues de Médine jusqu’à arrivés à un arbre dans lequel ils ont vu ‘Omar Ibn Al Khattab allongé avec sa sacoche à proximité de cet arbre. Il avait pris comme oreiller son avant-bras et il dormait paisiblement. Al Ramazane était étonné, choqué de voir un gouverneur de la stature de ‘Omar, radhi Allâhu anhu, qui a conquis les villes de l’ouest et de l’est, celui qui fait trembler les rois et les empereurs des autres pays, et de le voir, allongé en train de dormir paisiblement sous un arbre en prenant comme oreiller son avant-bras. Al Ramazane a dit : « Tu as jugé en étant juste et tu as sécurisé ton pays, tu peux maintenant dormir en paix ô ‘Omar ».

- Fin -


Revenir en haut Aller en bas
 
Khutba : Le mérite des califes bien guidés : Omar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: Comportements, Nassiha, Rappels, Khoutba.... :: khoutba, Nassiha, rapels...-
Sauter vers: