El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mer 18 Mar 2009 - 20:23

I - L'intention et la concentration dans les oeuvres et paroles




51 - L'espérance
52 - Le mérite de l'espérance
53 - L'association de la crainte à l'espérance
54 - Le mérite de celui qui pleure par crainte de Dieu et ..
55 - Le mérite du renoncement aux biens de ce monde...
56 - Le mérite de la faim et de la vie austère...
57 - Le mérite de la frugalité et de la fuite des biens ...
58 - La permission de prendre ce qu'on vous donne sans ...
59 - L'exhortation à manger du produit du travail de ses ...
60 - La générosité, la munificence et la dépense dans les ..
61- L'interdiction de l'avarice et de la ladrerie
62- L'altruisme et l'assistance
63- La concurrence dans les œuvres destinées à l'autre ...
64– Le mérite du riche qui rend grâce à Dieu. Il s’agit de..
65 - Le devoir de penser à la mort et de ne pas trop ...
66- La recommandation aux hommes de rendre visite aux ...
67- La désapprobation de celui qui souhaite la mort à ...
68- La crainte scrupuleuse de Dieu et le renoncement à ...
69- Le devoir de préférer la solitude lorsque les gens et ..
70 - Le mérite de se mêler aux gens, d'assister avec ...
71 - La modestie et l'attitude humble et bienveillante ...
72 - L'interdiction de l'orgueil et de la vanité
73 - La moralité et le bon caractère
74 - La clémence, la patience et la douceur
75 - Le pardon et le fait de ne pas faire cas des insensés
76 - Le mérite de supporter le tort des autres
77 - Le devoir de se fâcher quand les limites sacrées de ...
78 - Le devoir des responsables est de traiter leurs ...
79 - Le gouverneur équitable
80 - Le devoir d'obéir à ceux qui détiennent l'autorité ...
81 - L'interdiction de briguer le commandement et le ...
82 - Le devoir d'inciter le chef de l'Etat, le juge et ...
83 - L'interdiction de nommer aux postes de gouverneur, ...



.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mer 18 Mar 2009 - 20:28

51 L'espérance



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 39 - verset 53: «Dis: «O Mes esclaves qui avez trop surchargé (de péchés) votre âme! Ne désespérez pas en la clémence de Dieu. Dieu absout les péchés dans leur totalité entière. C'est Lui par excellence L'absoluteur et Le clément».

2. Chapitre 34 - verset 17: «Et est-ce que Nous ne donnons que sa juste récompense à autre qu'au Mécréant obstiné?»

3. Chapitre 20 - verset 48: «II nous a été révélé que les tourments tomberaient sur celui qui aurait renié sa foi et aurait fait volte-face».

4. Chapitre 7 - verset 156: «Et Sa miséricorde a la contenance de toute chose».


Pour ce qui est des Hadiths:

412. Selon 'Oubâda Ibn Asàmet (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui qui a attesté qu'il n'est de dieu que Dieu, unique et sans aucun associé, que Mohammad est Son humble adorateur et Son Messager, que» Jésus est l'humble adorateur de Dieu, Son Messager, Sa Parole qu'il a jetée à Marie et un Esprit venant de Lui, que le Paradis est vrai et que l'Enfer est vrai, Dieu l'introduira au Paradis quelle que soit son oeuvre». (Unanimement reconnu authentique)

Dans une autre version: «Celui qui atteste qu'il n'est de dieu que Dieu et que Mohammad est le Messager de Dieu, Dieu l'interdit à l'Enfer».

413. Selon Abou Dharr (das), le Prophète :saws: a dit: «Dieu honoré et glorifié a dit: «Celui qui vient avec la bonne action en aura dix pareilles ou plutôt Je lui en ajoute encore plus. Celui qui vient avec la mauvaise action, la récompense d'une mauvaise action est une mauvaise action pareille et il se peut que J'absolve. Celui qui se rapproche de Moi d'une palme. Je Me rapproche de lui d'une coudée. Celui qui se rapproche de Moi d'une coudée, Je Me rapproche de lui d'une envergure. Celui qui vient vers Moi en marchant, Je vais vers lui en courant et celui qui Me rencontre en ayant avec lui la contenance de la terre comme péchés, mais ne M'associant aucune chose, Je le rencontre avec la contenance de la terre comme absolution». (Rapporté par Moslem)

414. Selon Jàber (das), un Bédouin est venu dire au Prophète :saws: : «O Messager de Dieu! Quelles sont les deux actions qui font entrer immanquablement soit au Paradis, soit en Enfer?» Il dit: «Celui qui meurt alors qu'il n'associe rien à Dieu entre au Paradis et celui qui meurt alors qu'il associe quelque chose à Dieu entre en Enfer». (Rapporté par Moslem)

Commentaire
Ce Hadith peut induire en erreur certains pécheurs invétérés qui se croient ainsi sûrs d'entrer au Paradis puisque, d'après eux, ils croient à Dieu sans Lui rien associer. Or il y a l'associationnisme ou idolâtrie apparents et l'associationnisme ou idolâtrie cachés. Celui qui se laisse guider par sa passion s'est donné en fait un dieu autre que Dieu, de même que celui qui sert ou approuve les détracteurs de l'Islam et ceux qui renient sa législation. Un Hadith dit que celui qui meurt en commettant un grand péché, tel le vol, ou la fornication ou l'ivrognerie, meurt en mécréant. Donc il faut bien se méfier des tentations du Séducteur qui donne des espoirs fallacieux aux non-repentis en leur faisant croire qu'ils peuvent se dire Croyants tout en continuant à bafouer la règle de l'Islam et à faire tout ce qui attire la colère de Dieu.


415. Selon Anas (das), le Prophète :saws: qui portait alors Mou'àdh en croupe lui dit: «O Mou'àdh!» L'autre dit: «Obéissance et assistance, ô Messager de Dieu!» Il dit une troisième fois: «O Mou'àdh!» L'autre dit: «Obéissance et assistance, ô Messager de Dieu!» Il dit alors: «Dès que quelqu'un atteste sincèrement et du fond du coeur qu'il n'est de dieu que Dieu et que Mohammad est Son humble adorateur et Son Messager, Dieu l'interdit aussitôt à l'Enfer. Il dit: «O Messager de Dieu! Puis-je en informer les gens afin qu'ils s'en réjouissent?» Il dit: «Cela les pousserait à né plus compter sur leur propres oeuvres». Mou'àdh en informa quand même les gens au moment de sa mort pour éviter le péché d'avoir caché une science qu'il détenait de Dieu».

416. Selon Abou Hourayra (das), ou Abou Sa'id Al Khoudrî (das) (le narrateur a un doute et le doute ne nuit pas quand il s'agit des Compagnons du Prophète :saws: car ils ont tous la même fiabilité): «Le jour de la bataille de Tabùk les gens se plaignirent d'une grande faim. Ils dirent: 0 Messager de Dieu! Nous autorises-tu à tuer nos chameaux afin de manger leur viande et de nous oindre avec leur graisse?» Le Messager de Dieu leur dit: «Faites!». "Omar (das) vint alors et dit: «O Messager de Dieu! Si tu le fais nous manquerons de montures suffisantes. Demande-leur plutôt d'apporter ce qu'il leur reste comme provisions puis invoque pour eux la bénédiction de Dieu peut-être que cela leur multipliera leurs provisions». Le Messager de Dieu :saws: dit: «Oui». Il leur demanda de lui apporter une nappe de cuir qu'il étendit. Puis il leur demanda de lui apporter les restes de leurs provisions. Ainsi l'un d'eux apporta une poignée de maïs, l'autre une poignée de dattes, l'autre une croûte de pain; si bien que cela forma un petit tas sur la nappe. Le Messager de Dieu pria alors Dieu d'y mettre Sa bénédiction puis leur dit: «Venez remplir vos récipients!» Ils ne laissèrent ainsi pas un seul récipient au camp sans le remplir. Puis ils mangèrent jusqu'à satiété et il en resta encore quelque chose. Le Messager de Dieu dit: «J'atteste qu'il n'est de dieu que Dieu et que je suis le Messager de Dieu. Quiconque rencontrera Dieu convaincu de ces deux vérités ne se verra pas voiler le Paradis». (Rapporté par Moslem)

417. 'Itbàn Ibn Màlek (das) était de ceux qui avaient pris part à la bataille de Badr. Il a dit: «Je présidais à la prière de mon peuple les Bani Sàlem. Quand il pleuvait, un torrent s'interposait entre eux et moi et il m'était difficile de le traverser pour me rendre à leur mosquée. J'allai trouver le Messager de Dieu :saws: et lui dis: «Je n'ai plus confiance en ma vue et le torrent qui se trouve entre ma tribu et moi se met à couler quand tombent les pluies et il m'est alors difficile de le traverser. J'aurais bien voulu que tu pries dans ma maison dans un endroit dont je ferai mon lieu de prière». Le Messager de Dieu :saws: lui dit: «Je le ferai». Le lendemain matin, à l'heure où le soleil chauffait au maximum, il vint chez moi en compagnie de Abou Bakr (das). Le Messager de Dieu demanda la permission d'entrer et je la lui donnai. Il ne s'assit pas avant de dire: «A quel endroit de ta maison veux-tu que je prie?» Je lui montrai la place dont je voulais faire mon oratoire. Le Messager de Dieu se mit debout (pour la prière), dit la formule d'entrée (Allàhou akbar = Dieu est plus grand) et nous nous alignâmes derrière lui. Il fit ainsi deux unités de prière puis prononça le salut de clôture. Je le retins pour lui faire manger de la khazira (mets très apprécié des Arabes et fait de graisse et de farine) faite spécialement pour lui. Les gens du quartier apprirent la présence chez moi du Messager de Dieu . Un certain nombre d'entre eux vinrent à la maison si bien qu'ils furent beaucoup. L'un d'eux dit: «Qu'a donc fait Màlek? Je ne le vois pas». Un autre dit: «C'est un hypocrite qui n'aime ni Dieu, ni
Son Messager». Le Messager de Dieu :saws: dit: «Ne dites pas cela. Ne voyez-vous pas qu'il a dit: «II n'est de dieu que Dieu», ne visant en cela que la satisfaction de Dieu le Très-Haut». Ils dirent: «Dieu et Son Messager le savent mieux que nous. Quant à nous, par Dieu, nous ne le voyons exprimer sa sympathie et s'adresser qu'aux hypocrites. Le Messager de Dieu dit: «Dieu a effectivement interdit au feu celui qui a dit: «II n'est de dieu que Dieu», ne recherchant en cela que la satisfaction de Dieu». (Unanimement reconnu authentique)

418. Selon 'Omar Ibn Al Khattâb (das), le Messager de Dieu :saws: vint avec un butin. Voilà tout à coup l'une des prisonnières qui venait en toute hâte. Dès qu'elle trouva un bébé parmi les prisonniers, elle le serra contre sa poitrine et lui donna son sein à téter. Le Messager de Dieu :saws: dit: «Verriez-vous cette femme jeter son enfant dans le feu?» Nous dîmes: «Non, par Dieu!» Il dit: «Dieu est certainement plus miséricordieux envers Ses créatures que cette femme envers son enfant». (Unanimement reconnu authentique)

419. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Lorsque Dieu fit la création. II écrivit dans un Livre qui se trouve chez Lui au-dessus du Trône: «Ma miséricorde a vaincu Ma colère». (Unanimement reconnu authentique)

420. Il a dit encore: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Dieu divisa la miséricorde en cent parties. Il en retint auprès de Lui quatre vingt dix neuf et en fit descendre sur terre une seule. C'est de cette partie que provient la miséricorde qu'éprouvent les créatures entre elles, si bien que la bête lève son sabot au-dessus de son petit de peur de le piétiner».

Dans une autre version: «Dieu le Très-Haut détient cent miséricordes dont II n'a fait descendre qu'une seule répartie entre les Génies et les Humains ainsi que les animaux et les insectes. C'est grâce à elle qu'ils s'aiment entre eux, qu'ils éprouvent de la
miséricorde les uns envers les autres et c'est par cette miséricorde que la bête sauvage a de la commisération pour son petit. Dieu exalté a réservé pour la fin quatre vingt dix neuf miséricordes grâce auxquelles II traite avec clémence Ses créatures le jour de la résurrection»
. (Unanimement reconnu authentique)
.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Mer 22 Avr 2009 - 9:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mer 18 Mar 2009 - 20:29

421. Toujours selon lui, le Prophète :saws: a dit dans ce qu'il rapporte au sujet de son Seigneur, béni soit-Il par Lui-même et exalté: «Dieu a dit: «Mon esclave a commis un péché et a dit: «Seigneur Dieu! Absous-moi de mon péché!» Il a donc su qu'il avait un Seigneur qui absolvait le péché et qui châtiait pour le péché. Puis il a commis de nouveau un péché et dit: «Seigneur Dieu! Absous-moi de mon péché» et Dieu, béni soit-Il par Lui-même et exalté, dit: «Mon esclave a commis un péché et a su qu'il avait un Seigneur qui absolvait le péché et châtiait pour le péché». Puis il commis de nouveau un péché et dit: «Seigneur Dieu! Absous-moi de mon péché!» Dieu, béni soit-Il par Lui même et exalté, dit: «Mon esclave a commis un péché et a su qu'il avait un Seigneur qui absout le péché et châtie pour le péché. J'ai effectivement absous Mon esclave et qu'il fasse donc ce qu'il veut!» (Unanimement reconnu authentique)

422. Selon lui encore, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Par Celui qui détient mon âme dans Sa Main, si vous ne péchiez pas, Dieu vous emporterait pour faire venir des gens qui pécheraient et demanderaient ensuite à Dieu le Très-Haut de les absoudre et Dieu les absoudrait». (Rapporté par Moslem)

423. Abou Ayùb Al Ansàri (das) a dit: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Si vous ne faisiez pas de péchés, Dieu créerait certainement des gens qui pécheraient, puis prieraient Dieu de les absoudre et Dieu les absoudrait. (Rapporté par Moslem)

424. Abou Hourayra (das) a dit: «Nous étions assis en compagnie du Messager de Dieu :saws: ayant avec nous Abou Bakr (das), 'Omar (das) et une dizaine d'autres. Le Messager de Dieu :saws: se leva pour nous quitter et son absence nous parut bien longue. Nous craignîmes alors qu'il ne nous fût enlevé. Nous eûmes peur et nous nous levâmes. Je fus le premier à avoir eu peur et je sortis à la recherche du Messager de Dieu . Arrivé auprès d'un jardin clôturé appartenant aux Ansàrs et il cita tout le Hadith jusqu'à ces paroles: «Le Messager de Dieu dit: «Va et à toute personne que tu rencontreras derrière ce jardin, attestant qu'il n'est de dieu que Dieu, le coeur plein de conviction de cette attestation, annonce-lui la bonne nouvelle de son entrée au Paradis». (Unanimement reconnu authentique)

425. Selon 'abdullàh Ibn 'Amr Ibn Al 'As (das), le Prophète :saws: récita ces paroles de Dieu glorifié et honoré attribuées à Abrahàm : «Seigneur! Elles (les idoles) ont égaré bon nombre parmi les Humains. Celui qui me suit est des miens...» (chapitre 14 - verset 36). Jésus a dit aussi: «Si Tu les tortures, ce sont Tes esclaves et si Tu les absous, c'est Toi certainement le Puissant et le Sage» (chapitre 5 - verset 118) Mohammad leva alors ses deux mains (au ciel) et dit: «Seigneur Dieu! Ma nation! Ma nation! «Et il pleura». Dieu glorifié et honoré dit à Gabriel: «O Gabriel! Va voir Mohammad (et ton Seigneur sait mieux que tous) et demande-lui ce qui le fait pleurer». Gabriel vint au Messager de Dieu qui l'informa de ce qu'il avait dit (et Dieu le savait mieux que tous). Dieu le Très-Haut dit: «O Gabriel! Va trouver Mohammad et dis-lui: «Nous traiterons ta nation d'une façon qui te satisfera et Nous n'en ferons pas pour toi un sujet d'opprobre». (Rapporté par Moslem)

426. Mou'àdh Ibn Jabal (das) rapporte: «Le Prophète :saws: qui me portait en croupe sur un âne me dit: «O Mou'âdh! Sais-tu quel est le droit da Dieu sur Ses créatures et quel est le droit des créatures sur Dieu?» Je dis: «Dieu et Son Messager le savent mieux que moi». Il dit: «Le droit de Dieu sur les créatures est qu'elles l'adorent sans rien Lui associer; et le droit des créatures sur Dieu est qu'il ne soumette pas au supplice celui qui ne Lui associe rien». Je dis: «O Messager de Dieu! Puis-je annoncer cette bonne nouvelle aux gens?» Il dit: «Ne la leur annonce pas car ils ne compteraient plus sur leurs propres oeuvres». (Unanimement reconnu authentique)

427. Selon Al Barà Ibn 'Àzeb (das), le Prophète :saws: a dit: «Le Musulman, quand les Anges de la mort l'interrogent dans sa tombe, atteste aussitôt qu'il n'est de dieu que Dieu et que Mohammad est le Messager de Dieu». (Unanimement reconnu authentique)

C'est ce qui est exprimé par Dieu exalté dans ce verset: «Par le verbe aux assises immuables (la profession de foi de l'Islam) Dieu rend immuables dans ce monde et dans l'autre les assises de ceux qui ont cru» (chapitre 14 - verset 27).(Unanimement reconnu authentique)

428. Selon Anas (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Le Mécréant, chaque fois qu'il fait une bonne action, se voit attribuer une subsistance de ce bas-monde; tandis que le Croyant, Dieu lui retarde le salaire de ses bonnes actions pour la vie ultime et lui donne quelque subsistance dans ce bas-monde pour son obéissance».

Dans une autre version: «Dieu ne frustre pas injustement un Croyant du salaire d'une bonne action pour laquelle il reçoit une subsistance dans ce bas-monde et une récompense dans l'autre. Quant au Mécréant, il reçoit une subsistance pour chaque bonne action qu'il a faite dans ce bas-monde pour Dieu exalté et, lorsqu'il se trouve dans l'autre monde, il n'a plus aucune bonne action méritant récompense». (Rapporté par Moslem).

429. Selon Jàber (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «L'image des cinq prières (quotidiennes) est celle d'une rivière abondante qui coule devant la porte de l'un de vous et où il se lave cinq fois par jour».

430. Ibn 'Abbàs (das) rapporte: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «II n'est pas un Musulman (qui meurt et qui est accompagné à sa tombe par quarante hommes n'associant rien à Dieu) pour qui Dieu ne permette à ces quarante hommes d'intercéder en sa faveur (au jour du jugement dernier)».

431. Ibn Mas'ùd (das) a dit: «Nous étions sous une tente avec le Messager de Dieu :saws: environ quarante personnes quand il dit: «Est-ce qu'il vous satisfait d'être le quart des habitants du Paradis?» Nous dîmes: «Oui». Il dit: «Est-ce qu'il vous satisfait d'être le tiers des habitants du Paradis?» Nous dîmes: «Oui». Il dit: «Par Celui qui tient l'âme de Mohammad dans Sa Main, j'espère que vous serez la moitié des habitants du Paradis car seule une âme musulmane (complètement soumise à Dieu) accédera au Paradis. Or vous serez au milieu des idolâtres comme le poil blanc dans la peau du boeuf noir (ou comme le poil noir dans la peau du boeuf blanc)». (Unanimement reconnu authentique)

432. Selon Abou Musa Al Ash'ari (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Quand viendra le jour de la résurrection, Dieu donnera à chaque Musulman un Juif ou un Chrétien et lui dira: «Celui-ci est ton rachat de l'Enfer (= ira à ta place en Enfer)».

Dans une autre version de la même source: «Le Prophète :saws: a dit: «Le jour de la résurrection, des gens parmi les Musulmans viendront avec des péchés telles les montagnes et dont Dieu les absoudra». (Rapporté par Moslem)

433. 'Abdullàh Ibn 'Omar (das) a dit: «J'ai entendu dire le Messager de Dieu :saws: «Le jour de la résurrection, le Croyant est rapporché de son Seigneur jusqu'à ce qu'il le recouvre du voile de Sa miséricorde. Il lui fait avouer ses péchés en lui disant: «Reconnaîs-tu tel péché? Reconnaîs-tu tel autre?» et il dit: «Seigneur! Je les reconnais». Il lui dit: «J'ai couvert pour toi tes péchés dans le bas-monde et aujourd'hui Je t'en absous». On lui donne alors le livret de ses bonnes actions». (Unanimement reconnu authentique)

434. Selon Ibn Mas'ûd (das) un homme embrassa une femme. Il vint en informer le Prophète :saws: . Dieu fit descendre alors le verset suivant: «Accomplis correctement la prière aux deux extrémités du jour et à certaines heures de la nuit. Certes les bonnes actions chassent les mauvaises» (chapitre 11 - verset 114) L'homme dit: «Est-ce que cela me concerne spécialement?» Il dit: «Cela concerne plutôt ma nation entière». (Unanimement reconnu authentique)

435. Selon Anas (das), un homme est venu dire au Prophète :saws: : «O Messager de Dieu! J'ai commis un péché concernant les limites de Dieu (voir commentaire du chapitre 2 - verset 22). Fais-moi donc subir le châtiment que je mérite». A ce moment on annonça la prière. Il pria en compagnie du Messager de Dieu . Lorsqu'il acheva sa prière, il dit: «O Messager de Dieu! J'ai commis un péché concernant les limites de Dieu. Fais-moi subir le châtiment que je mérite». Il lui dit: «Etais-tu avec nous dans la prière?» Il dit: «Oui». Il dit: «Dieu t'en a absous».(Unanimement reconnu authentique)

Remarque:
II s'agissait en fait d'un péché dit «de la réprimande» où le juge a le droit de pardonner. Les péchés «des limites de Dieu», par contre,
doivent être punis selon le châtiment mentionné dans le Coran ou la Sunna et personne n'a droit d'en changer quoi que ce soit.


436. Toujours selon lui, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Dieu accorde Sa satisfaction à quelqu'un pour la seule raison qu'il remercie Dieu après avoir mangé ou bu quelque chose». (Rapporté par Moslem)
.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Mer 22 Avr 2009 - 9:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mer 18 Mar 2009 - 20:31

437. Selon Abou Musa (das), le Prophète :saws: a dit: «Dieu le Très-Haut étend Sa Main la nuit pour agréer le repentir du pécheur du jour et étend Sa Main le jour pour agréer le repentir du pécheur de la nuit et cela jusqu'à ce que le soleil se lève de l'Occident (signe de la fin du monde)».

438. 'Amr Ibn 'Abasa Assalmi (das) rapporte: «Quand j'étais encore dans la période préislamique, je pensais déjà que les gens étaient dans l'erreur et qu'ils ne se fondaient sur aucun argument valable dans leur culte des idoles. J'ai appris alors que quelqu'un à La Mecque apportait des informations nouvelles. J'enfourchai ma monture et vins vers lui. Il s'avéra que c'était le Messager de Dieu (bsdl.) qui le faisait en cachette, car son peuple l'avait traité avec irrespect. J'ai demandé poliment l'autorisation de le voir et on m'introduisit chez lui à La Mecque. Je lui dis: «Qui es-tu ?» Il dit: «Je suis un prophète». Je dis: «Et qu'est-ce qu'un prophète ?» Il dit: «Je suis envoyé par Dieu». Je dis: «Quelle est donc la mission dont tu es chargé?» Il dit: «II m'a envoyé pour faire respecter les liens sacrés de parenté, pour briser les idoles et pour faire adorer Dieu seul et sans Lui associer quoi que ce soit». Je dis: «Qui est avec toi en cela?» Il dit: «Un homme libre et un esclave». Il avait ce jour-là avec lui Abou Bakr et Bilàl, que Dieu leur accorde Sa satisfaction, Je dis: «J'ai l'intention de te suivre». Il dit: «Tu ne peux actuellement supporter pareille chose. Ne vois-tu donc pas dans quel état nous sommes mes Compagnons et moi? Mais retourne parmi les tiens. Dès que tu apprendras que j'ai vaincu mes ennemis, viens à moi». Il dit: «Je m'en allai donc parmi les miens. Le Messager de Dieu vint entre temps à Médine alors que j'étais dans ma tribu. Je me mis à l'écoute des nouvelles et à interroger les voyageurs de passage. Jusqu'à ce que des gens de ma tribu fussent allés à Médine. Je leur
demandai: «Qu'a donc fait cet homme qui est arrivé à Médine?» Ils dirent: «Les gens s'empressent autour de lui. Son peuple a voulu le tuer mais ne le put pas». Je partis alors à Médine et m'introduisis chez lui. Je dis: «O Messager de Dieu! Est-ce que tu me reconnais?» Il dit: «Oui, tu es celui qui m'a rencontré à La Mecque». Je dis: «O Messager de Dieu! Apprends-moi de ce que Dieu t'a appris et que j'ignore moi-même. Informe-moi sur la prière!» Il dit: «Fais la prière de l'aube puis abstiens-toi de prier jusqu'à ce que le soleil monte au-dessus de l'horizon de la longueur d'une lance car à ce moment le soleil se lève entre les deux cornes d'un démon et c'est à ce moment que les Mécréants se prosternent à lui. Puis remets-toi à prier car à ce moment de nombreux Anges assistent à ta prière pour en témoigner en ta faveur. Ensuite abstiens-toi de prier quand l'ombre de la lance (plantée au sol) atteint son minimum. C'est en effet à ce moment que le feu de l'Enfer est porté à son maximum. Quand l'ombre recommence à croître, reprends ta prière car un grand nombre d'Anges sont là pour en témoigner en ta faveur. Jusqu'à ce que tu fasses la prière du 'Asr. Puis abstiens-toi de prier jusqu'au coucher du soleil. Il se couche en effet entre les deux cornes d'un démon et c'est à ce moment que les Mécréants se prosternent à lui». Je dis: «O Messager de Dieu! Parle-moi maintenant des ablutions!» Il dit: «II n'est pas quelqu'un d'entre vous qui apprête l'eau de ses ablutions, puis se rince la bouche, aspire l'eau avec ses narines puis la rejette en soufflant, sans que tombent les péchés de son visage, de sa bouche et de ses narines. Puis, quand il se lave le visage comme Dieu le lui a ordonné, tous les péchés de son visage tombent avec l'eau par les extrémités de sa barbe. Puis, quand il se lave les mains jusqu'aux coudes, les péchés de ses mains tombent
par les bouts de ses doigts. Puis, quand il passe ses mains ouillées sur sa tête, les péchés de sa tête tombent par les extrémités de ses cheveux en même temps que l'eau. Puis il se lave les pieds jusqu'aux chevilles et les péchés de ses pieds tombent avec l'eau par les bouts de ses orteils. Puis, quand il se lève pour prier, loue Dieu le Très-Haut, Le remercie et Le glorifie comme il se doit en n'ayant de pensée dans son coeur que pour Dieu le Très-Haut, il sort alors libéré de tous ses péchés tel que sa mère l'a mis au monde». (Rapporté par Moslem)

439. Selon Abou Musa Al Ash'ari (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Quand Dieu le Très-Haut veut accorder Sa miséricorde à une communauté, II reprend l'âme de son Prophète avant la mort de cette nation et II leur en fait leur guide vers le bassin du Paradis et leur précurseur auprès de Dieu. Et quand il veut perdre une communauté, II la soumet au supplice alors que son Prophète est encore vivant. Il l'anéantit du vivant et au vu de son Prophète. Dieu lui donne ainsi la satisfaction de la voir périr lorsqu'elle l'a traité de menteur et a désobéi à ses commandements». (Rapporté par Moslem)







52 Le mérite de l'espérance



Dieu le Très-Haut a dit à propos du saint homme (persécuté par son peuple):

1. Chapitre 40 - versets 44 et 45: «Et je m'en remets à Dieu. Dieu voit parfaitement les esclaves (= Ses créatures) Dieu le préserva alors des mauvais fruits de leurs machinations».


Pour ce qui est des Hadiths:

440. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Dieu glorifié et honoré a dit: «Je suis conforme à la bonne idée que se fait de Moi Mon esclave. Je suis avec lui là où il M'évoque. Par Dieu, Dieu se réjouit du repentir de l'un de vous plus que ne se réjouit quelqu'un qui retrouve tout à coup sa monture après l'avoir égarée dans une région désertique. Celui qui se rapproche de Moi d'un palme, Je Me rapproche de lui d'une coudée. Celui qui se rapproche de Moi d'une coudée, Je Me rapproche de lui d'une envergure. Quand il vient vers Moi en marchant. Je vais à sa rencontre en courant». (Rapporté par Moslem)

441. On rapporte au sujet de Jàber Ibn 'Abdullàh (das) qu'il a entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Que l'un de vous ne meurt qu'en ayant bon espoir en Dieu glorifié et honoré!» (Rapporté par Moslem)

442. Anas (das) a dit: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Dieu le Très-Haut a dit: «O fils d'Adam! Tant que tu M'implores et que tu espères en Moi, Je t'absoudrai sans M'en faire de tous tes péchés. 0 fils d'Adam! Si tu viens à Moi avec la contenance de la terre comme péchés et que tu Me rencontres sans M'associer quoi que ce soit, Je t'apporterai sa contenance comme absolution». (Rapporté par Attirmidhi)





53 L'association de la crainte à l'espérance



Sache que le meilleur choix quand on est bien portant, c'est de vivre en même temps dans la crainte et dans l'espérance. Il faut que notre crainte soit égale à notre espérance. Quand on est malade, on doit essentiellement vivre dans l'espérance. Les règles de la législation islamique mentionnées dans le Coran, la Sunna et autres critères valables sont tous d'accord à ce sujet.


Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 7 - verset 99: «Ne se sentent à l'abri de la ruse de Dieu que les gens perdants».

2. Chapitre 12 - verset 87: «Seule désespère de la clémence de Dieu la gent mécréante».

3. Chapitre 3 - verset 106: «Le jour où des visages deviendront blancs et où des visages deviendront noirs».

4. Chapitre 6 - verset 165: «Certes, ton Seigneur a le calcul rapide et II est sûrement absoluteur et miséricordieux par excellence».

5. Chapitre 82 - versets 13 et 14: «Ceux qui auront vécu dans l'obéissance de Dieu et dans les oeuvres de bien, seront
certainement dans un lieu de délices (13). Les dévergondés seront assurément dans une fournaise ardente»
(14).

6. Chapitre 101 - versets 6 à 9: «Celui dont les bonnes actions auront pesé lourd (dans la balance du jugement dernier)... (6) ...Celui-là sera dans une vie le remplissant de satisfaction (7). Quant à celui dont les bonnes actions auront été trop légères...
(8) ...Sa mère sera l'abîme (de l'Enfer)» (9).


Les versets concernant ce sujet sont nombreux. La crainte et l'espérance s'y trouvent réunies soit dans deux versets, soit dans
plusieurs, soit dans le même verset.


Pour ce qui est des Hadiths:

443. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Si le Croyant savait le châtiment que Dieu détient auprès de Lui, nul n'espérerait plus entrer dans Son Paradis. Et si le Mécréant savait la miséricorde que Dieu détient auprès de Lui, nul ne désespérerait plus d'entrer dans Son Paradis». (Rapporté par Moslem)

444. Selon Abou Sa'id Al Khoudri (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Quand le cercueil est placé et que les gens le portent sur leurs épaules, s'il s'agit d'un être vertueux, il dit: «Hâtez-vous de me présenter à ma destinée, hâtez-vous!» Et s'il s'agit d'un être non vertueux, il dit: «Malheur à moi! Où me portez-vous?» Toute chose entend son cri à l'exclusion de l'homme. Car s'il l'entendait, il tomberait foudroyé». (Rapporté par Al Boukhàri)

445. Selon Ibn Mas'ùd (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Le Paradis est plus près de chacun de vous que le lacet de sa chaussure et il en est de même de l'Enfer». (Rapporté par A] Boukhàri)

.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mar 14 Avr 2009 - 21:42

54 Le mérite de celui qui pleure par crainte de Dieu et par désir de Le rencontrer



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 17 - verset 109: «Et ils s'effondrent sur leur menton, tout en pleurs, et cela ajoute plus de profondeur à leur
recueillement»
.

2. Chapitre 53 - versets 59 et 60: «Est-ce de ce discours que vous vous étonnez?(59) Que vous riez et que vous ne pleurez pas?» (60)


Quant aux Hadiths:

446. Ibn Mas'ûd (das) rapporte: «Le Prophète :saws: me dit une fois: «Récite-moi le Coran!» Je dis: «Est-ce que je me permettrais de te le réciter alors que c'est sur toi qu'il a été descendu?» Il dit: «J'aime l'entendre de quelqu'un d'autre que moi». Je lui récitai alors le chapitre «Les femmes». Une fois parvenu au verset suivant: «Qu'adviendra-t-il donc lorsque Nous amènerons de chaque nation un témoin et que Nous t'amènerons comme témoin contre ceux-là (les Arabes)?» (41) II dit: «Cela suffit comme cela». Je me retournai vers lui et voilà que les larmes lui coulaient des yeux. (Unanimement reconnu authentique)

447. Selon Anas (das), le Messager de Dieu :saws: leur a tenu un sermon auquel il n'avait rien entendu de pareil. Il leur dit: «Si vous saviez ce que je sais, vous ririez peu et vous pleureriez beaucoup». Les Compagnons du Messager de Dieu :saws: se couvrirent alors le visage et ils nasillèrent en pleurant». (Unanimement reconnu authentique)

448. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «N'entrera pas en Enfer un homme qui a pleuré par crainte de Dieu tout aussi bien que le lait ne rentre jamais dans la mamelle. Jamais la poussière soulevée au service de Dieu ne se mêlera à la fumée de l'Enfer». (Rapporté par Attirmidhi)

449. Toujours selon lui, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Sept personnes seront ombragées par Dieu dans Son ombre le jour où il n'y aura d'autre ombre que la Sienne:
— Un chef équitable.
— Un jeune homme qui a grandi dans le culte de Dieu exalté.
— Un homme dont le coeur est attaché aux mosquées.
— Deux êtres qui se sont aimés en Dieu. Ils se sont réunis en Lui et se sont séparés en Lui.
— Un homme qu'une femme de haute position sociale et belle a appelé à elle mais qui lui dit: «Je crains Dieu».
— Un homme qui a fait une aumône si discrètement que sa main gauche n'a pas su ce qu'a donné sa main droite.
— Un homme qui évoqua Dieu loin de tous les regards et en eu les yeux débordant de larmes.
(Unanimement reconnu
authentique)

450. 'Abdullàh Ibn Ashikhir (das) rapporte: «Je vins trouver le Messager de Dieu :saws: alors qu'il était en prière. Il pleurait et sa poitrine laissait entendre le bruit d'une marmite en ébullition». (Rapporté par Abou Dawûd et Attirmidhi)

451. Selon Anas (das), le Messager de Dieu :saws: a dit une fois à Oubey Ibn Ka'b (das): «Dieu glorifié et honoré m'a ordonné de te réciter le chapitre 816 (ceux des gens du Livre qui ont mécru ainsi que les idolâtres...) Il dit: «Est-ce qu'il m'a vraiment nommé?» Il dit: «Oui». Oubey en eut les yeux pleins de larmes». (Unanimement reconnu authentique)

452. Toujours selon lui: «Abou Bakr (das) dit à 'Omar (das) après la mort du Messager de Dieu :saws: : «Allons chez Oummou Ayman lui rendre visite comme le faisait le Messager de Dieu ». Une fois arrivés chez elle, elle pleura. Ils lui dirent: «Qu'est-ce qui te fait pleurer? Ne sais-tu pas que ce qu'il y a auprès de Dieu est bien meilleur pour le Messager de Dieu ?» Elle dit: «Je ne pleure pas parce que je ne sais pas que ce qu'il y a auprès de Dieu est bien meilleur pour le Messager de Dieu :saws: , mais je pleure parce que la révélation qui nous venait du Ciel s'est arrêtée». Cela leur fit venir des larmes abondantes et ils se mirent à pleurer avec elle». (Rapporté par Moslem)

453. Selon Ibn 'Omar (das), quand le Messager de Dieu :saws: fut au plus fort de son agonie, on lui demanda qui présiderait à la prière (à sa place). Il dit: «Ordonnez à Abou Bakr d'y présider». 'Aisha (das) dit alors: «Abou Bakr (son père) a le coeur trop sensible et quand il récite le Coran il est vaincu par les larmes». Il dit: «Ordonnez-lui de présider à la prière!» Dans une autre version: Elle lui dit: «S'il prend ta place dans la prière ses larmes l'empêcheront de se faire entendre par les gens». (Unanimement reconnu authentique)

454. Selon Ibrâhim Ibn 'Abdurrahman Ibn 'Awf, son père 'Abdurrahman Ibn 'Awf (das) reçut quelque chose à manger alors qu'il jeûnait. Il dit: «Mous'ab Ibn 'Oumeyr (das) fut tué et il valait mieux que moi. On ne lui trouva alors pour linceul qu'un
manteau. Si on lui en couvrait la tête, ses pieds restaient découverts et si on lui en couvrait les pieds, sa tête restait découverte. Puis Dieu élargit pour nous ce qu'il a bien voulu élargir des biens de ce monde (ou il dit: «On nous donna des biens de ce bas-monde ce qu'on nous donna»). Nous craignîmes alors qu'on ait hâté pour nous le salaire de nos bonnes actions (au lieu de nous les épargner pour l'autre monde)». Puis il se mit à pleurer jusqu'à renoncer à son manger. (Rapporté par Al Boukhâri)

455. Selon Oumàma (das), le Prophète :saws: a dit: «Rien n'est plus aimable à Dieu le Très-Haut que deux gouttes et deux traces: une goutte de larme versée par crainte de Dieu et une goutte de sang versée sur le sentier de Dieu le Très-Haut. Quant aux deux traces: une trace laissée sur le sentier de Dieu le Très-Haut (dans la guerre sainte) et une trace laissée dans l'accomplissement de l'un des rites prescrits par Dieu le Très-Haut». (Rapporté par Attirmidhi)

456. Plusieurs Hadiths se rapportent à ce chapitre. Nous en citerons celui de Al 'Irbàd Ibn Sàriya (das) qui dit: «Le Messager
de Dieu :saws: nous tint un sermon qui remplit nos coeurs de crainte et fit couler les larmes de nos yeux» (a déjà été rapporté au chapitre 18).




55 Le mérite du renoncement aux biens de ce monde. L'exhortation à ne pas les rechercher en abondance. Le mérite de la pauvreté



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 10 - verset 24: «L'image de la vie ici-bas n'est autre qu'une eau que Nous avons descendue du ciel et à laquelle se mélangea la végétation de la terre de ce que les gens mangent, ainsi que les troupeaux, jusqu'au moment où la terre revêtit sa parure et s'embellit et que ses habitants pensèrent qu'elle était à leur entière disposition, voilà que Notre arrêt vint de nuit ou de jour et Nous en fîmes un champ fauché comme si la veille elle ne portait rien du tout. C'est ainsi que Nous développons les versets en détail pour un peuple qui médite».

2. Chapitre 18 - versets 45 et 46: «Cite-leur la parabole de la vie ici-bas telle une eau que Nous avons fait descendre du ciel. Les végétaux de la terre l'incorporèrent dans leur composition et voici qu'ils ne sont plus que brindilles sèches à la merci des vents. Dieu est éternellement capable de toute chose. (45) Les richesses et les fils sont la parure de la vie ici-bas et les choses durables et bonnes sont auprès de ton Seigneur bien meilleures en tant que récompenses et bien meilleures à espérer». (46)

3. Chapitre 57 - verset 20: «Sache que la vie ici-bas n'est que jeu et amusement. C'est une parure et un sujet de vantardise entre vous. C'est une course vers un surplus de biens et d'enfants. Elle est en cela pareille à une pluie bienfaisante qui a fait pousser une végétation ayant plu aux Mécréants. Puis celle-là se dessèche et tu la vois toute jaune. Puis ce n'est plus que débris et, dans l'autre monde, un supplice sévère et une rémission de la part de Dieu et Sa satisfaction entière.» «La vie ici-bas n'est que jouissance illusoire».

4. Chapitre 3 - verset 14: «On a embelli aux gens l'amour des choses désirables tels les femmes, les fils, les tas amoncelés d'or
et d'argent, les chevaux de race, les troupeaux et les champs. Telle est la jouissance de ce bas-monde et c'est auprès de Dieu qu'est le beau lieu de retour».


5. Chapitre 35 - verset 5: «O Humains! La promesse de Dieu n'est nullement mensongère. Ne vous laissez surtout pas séduire par la vie ici-bas et ne vous laissez surtout pas séduire au nom de la clémence de Dieu par le grand Séducteur (Satan)».

6. Chapitre 103 - versets 1 à 5: «Le désir de prolifération (ou l'amour du plus avoir) vous a distraits (de vos obligations religieuses). (1) Jusqu'à ce que vous ayez visité les cimetières. (2) Mais en vérité vous saurez. (3) Puis en vérité vous saurez. (4) Oui vraiment, si vous saviez ce que savent désormais les mourants... (5)».

7. Chapitre 29 - verset 64: «Cette vie ici-bas n'est qu'amusement et jeu et c'est assurément la demeure ultime qui est la vraie vie, si du moins ils savaient».


Les versets concernant ce chapitre sont nombreux et bien connus. Quant aux Hadiths, ils sont très nombreux et on ne peut les dénombrer. Nous en citons quelques-uns à titre d'avertissement:


457. Selon 'Amr Ibn 'Awf Al Ansàri (das), le Messager de Dieu :saws: envoya une fois Abou 'Oubayda Ibn Al Jarrah (das) au Bahreyn pour lui rapporter leur impôt de capitation (ils n'étaient pas alors Musulmans). Les Ansàrs (premiers habitants de Médine) apprirent le retour de Abou 'Oubayda. Ils prirent part à la prière de l'aube avec le Messager de Dieu . Quand le Messager de Dieu :saws: eut terminé sa prière, il s'en alla. Ils lui barrèrent alors le chemin. Il sourit en les voyant puis leur dit: «Je crois que vous avez appris le retour de Abou 'Oubayda porteur de quelque chose du Bahreyn?» Ils dirent: «Oui, ô Messager de Dieu!» Il dit: «Soyez contents et ayez bon espoir en ce qui va vous remplir de joie. Par Dieu, ce n'est pas la pauvreté que je crains désormais pour vous mais je crains plutôt qu'on étende sur vous les largesses de ce bas-monde comme on les a étendues sur vos prédécesseurs puis que vous vous uerelliez alors à leur sujet comme ils se sont querellés et vous péririez comme ils ont péri». (Unanimement reconnu authentique)

458. Selon Abou Sa^d Al Khoudri (das), le Messager de Dieu :saws: s'installa sur la chaire et ils s'assirent autour de lui. Il dit: «Parmi les choses que je crains pour vous après moi sont la fleur et la beauté de ce bas-monde dont on va vous ouvrir les portes». (Unanimement reconnu authentique)

459. Selon lui encore, le Messager de Dieu :saws: a dit: «La vie est bien douce et bien tendre (verte) et Dieu le Très-Haut va vous en donner la lieutenance pour voir quel y sera votre comportement. Prenez garde à ce bas-monde et prenez garde aux femmes!» (Rapporté par Moslem)

460. Selon Anas (das), le Prophète :saws: a dit: «Seigneur Dieu! Il n'y a de vie que celle de l'autre monde». (Unanimement reconnu authentique)

461. Selon lui encore, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Trois choses accompagnent le mort jusqu'à sa tombe: sa famille, sa fortune et son oeuvre. Deux d'entr'elles retournent et une seule reste: sa famille et sa fortune retournent et son oeuvre reste avec lui». (Unanimement reconnu authentique)

462. Toujours selon lui, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Le jour de la résurrection, on fera venir d'entre les gens de l'Enfer celui qui aura le plus joui de la vie ici-bas. On le plonge alors une seule fois dans le Feu et on lui dit: «O fils d'Adam! As-tu jamais connu quelque bien? As-tu jamais rencontré quelqu'opulence?» Il dit: «Non, par Dieu, ô mon Seigneur!» Puis on fait venir celui des gens du Paradis qui aura connu la vie la plus misérable dans ce bas-monde et on le plonge une seule fois dans la Paradis. On lui dit alors: «O fils d'Adam! As-tu jamais connu quelque misère? As-tu jamais rencontré la gêne?» Il dit: «Non, par Dieu! Je n'ai jamais connu la misère et je n'ai jamais rencontré la gêne». (Rapporté par Moslem)

463. Selon Al Moustawrid Ibn Shaddàd (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «L'image de ce bas-monde en comparaison de l'autre n'est que telle que celui d'entre vous qui plonge son doigt dans la mer: qu'il voie donc ce qu'il en retire avec son doigt!» (Rapporté par Moslem)

464. Selon Jàber (das), le Messsager de Dieu :saws: traversa le marché plein de gens sur ses deux côtés. Il passa devant un chevreau mort, ayant de petites oreilles (signe de mauvaise race). Il le saisit par l'une de ses oreilles et dit: «Qui de vous voudrait payer un dirham pour ce chevreau?» Ils lui dirent: «Nous n'en voulons pas même pour rien. A quoi donc nous servirait-il?» Puis il dit: «Voulez-vous qu'il soit à vous?» Ils dirent: «Par Dieu, s'il était vivant, il serait déjà une honte avec ses petites oreilles. Qu'est-il maintenant alors qu'il est mort?» Il dit: «Par Dieu, ce bas-monde est certainement plus méprisable que ne l'est pour vous ce chevreau». (Rapporté par Moslem)

465. Abou Dharr (das) rapporte: «Je marchais aux côtés du Messager de Dieu :saws: dans l'un de ces terrains sombres et pierreux de Médine. Nous vîmes en face de nous le mont «Ouhoud». Il me dit: «O Abou Dharr!» Je dis: «A tes ordres, ô Messager de Dieu!» Il dit: «Je ne serais pas heureux d'avoir un tas d'or comme cette montagne et de laisser passer trois jours alors que j'en détiens encore un seul dinar, sauf quelque chose que j'en garde pour payer une dette, à moins que je ne distribue le tout à ma droite, à ma gauche et derrière mon dos». Puis il marcha un peu et dit: «Les plus grands possédants dans ce monde seront les plus démunis le jour de la résurrection, sauf celui d'entr'eux qui aura distribué toute sa fortune à sa droite, à sa gauche et derrière son dos; mais combien peu ils sont!» Puis il me dit: «Reste là où tu es et n'en bouge pas avant mon retour». Il s'enfonça alors dans l'obscurité de la nuit si bien que je le perdis de vue. Tout à coup j'entendis un bruit. J'eus peur que quelqu'un ait attaqué le Prophète . Je voulus voulu voler à son secours mais je me suis rappelé son ordre de ne pas quitter ma place. Je ne l'ai donc pas quittée jusqu'à son retour. Je lui dis: «J'ai entendu un bruit et j'en ai eu peur pour toi. Seulement je me suis rappelé ton ordre de ne pas quitter ma place». Il dit: «Tu l'as donc entendu?» Je dis: «Oui». Il dit: «C'était l'Ange Gabriel venu me dire: «Quiconque de ta communauté meurt ne donnant à Dieu aucun associé entrera au Paradis». Je dis: «Même s'il a forniqué? Même s'il a volé?» Il dit: «Même s'il a forniqué et même s'il a volé». (ura texte d'Al Boukhâri)
.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Jeu 23 Avr 2009 - 10:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mar 14 Avr 2009 - 21:44

466. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Si j'avais un tas d'or pareil au mont Ouhoud, je serais certainement heureux de ne pas laisser passer trois jours alors que j'en garde encore quelque chose si ce n'est de quoi payer une dette». (Unanimement reconnu authentique)

467. Selon lui encore, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Regardez ceux qui sont plus bas que vous et ne regardez pas ceux qui sont plus haut. Cela est plus à même de vous éviter de sous-estimer le bienfait de Dieu à votre égard». (Unanimement reconnu authentique)

C'était la version de Moslem. Dans celle d'Al Boukhâri il est dit: «Quand l'un de vous regarde celui qui a été mieux doté que lui dans la fortune et le physique, qu'il regarde plutôt celui qui est plus bas que lui».


468. Toujours selon lui, le Prophète :saws: a dit: «Malheur à l'esclave du dinar, du dirham et des vêtements de luxe! Si on lui en donne, il est content et, si on ne lui en donne pas, il est mécontent». (Rapporté par Al Boukhâri)

469. Abou Hourayra (das) a dit: «J'ai vu soixante dix des gens de la Sofia (une partie de la mosquée du Prophète :saws: où logeaient les pauvres et les sans-abri), Aucun d'eux ne portait un vêtement complet. Ils n'avaient qu'une seule pièce d'étoffé dont ils se drapaient en la nouant autour de leur cou. Chez certains elle atteignait la moitié de leurs jambes. Chez d'autres elle atteignait les chevilles. Ils enjoignaient les deux bords avec leur main de peur de se découvrir». (Rapporté par Al Boukhâri)

470. Selon lui encore, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Ce monde est la prison du Croyant et le Paradis du Mécréant». (Rapporté par Moslem)

Commentaire
Dans un autre Hadith plus long il est dit: «Ce monde est la prison du Croyant, la tombe est son lieu de repos et l'autre monde est son
Paradis. Ce monde est le Paradis du Mécréant, la tombe est sa prison et l'autre monde est son Enfer». Le Croyant est en effet convaincu que ce bas-monde est éphémère et que son bien de même que son mal ne sont rien devant les délices du Paradis et les tourments terribles de l'Enfer. Il a d'autre part un grand désir de retrouver dans l'autre monde ceux qu'il aime par-dessus tout: Dieu, les Messagers, les martyrs et les saints. Le Mécréant, par contre, ne pense qu'à jouir des biens de ce monde qu'il recherche par tous les moyens. Il s'y vautre sans réserve ni pudeur et répond avec prodigalité à tous les appels de la chair et des instincts bestiaux. Dans sa tombe il aura déjà des tourments car l'âme est immortelle mais les tourments véritables sont ceux de l'Enfer.


471. Ibn 'Omar (das) rapporte: «Le Messager de Dieu :saws: me saisit par les épaules et dit: «Sois dans ce monde comme si tu étais un étranger ou quelqu'un de passage». Ibn 'Omar (das) disait: «Quand tu es au soir, n'attends pas le matin et quand tu es au matin, n'attends pas le soir. Prends de ta santé pour ta maladie et de ta vie pour ta mort». (Rapporté par Al Boukhâri)

472. Sahl Asâ'idi (das) rapporte: «Quelqu'un vint dire au Prophète :saws: : «O Messager de Dieu! Indique-moi une oeuvre, qu'en la faisant, je sois aimé des autres». Il lui dit: «Renonce aux biens de ce monde et Dieu t'aimera. Renonce aux biens des gens et les gens t'aimeront». (Rapporté par Ibn Mâja)

473. Selon Annou'màn Ibn Bashir (das), 'Omar Ibn Al Khattàb (das) parla de ce que les gens reçurent des biens de ce monde. Il dit: «J'ai vu le Messager de Dieu :saws: se tordre toute la journée des douleurs de la faim ne trouvant pas de quoi se remplir le ventre, pas même la plus basse qualité de dattes». (Rapporté par Moslem)

474. 'Âisha (das) a dit: «Le Messager de Dieu :saws: est mort sans que je n'aie à la maison aucune bête d'élevage. J'avais seulement un peu d'orge dans une caisse de bois dont j'ai mangé durant un temps que j'ai trouvé bien long. Il a suffi que je mesure ce qui en restait pour qu'il n'en restât plus rien». (Rapporté par Attirmidhi)

Commentaire
Tant qu'on s'en remet à Dieu sans trop se préoccuper de l'avenir, il y a la bénédiction de Dieu qui fait durer nos biens de consommation.
Mais, une fois qu'on les mesure par crainte d'en manquer, cela exaspère nos besoins au point d'épuiser nos provisions avant terme. Il est en effet notoire que, lorsqu'une denrée manque sur le marché, le besoin des gens pour cette denrée devient plus grand et plus pressant. C'est pourquoi les spéculateurs font disparaître une marchandise pendant un certain temps pour mieux la revendre après.


475. 'Amr Ibn Al Hàreth (das), frère de Jouwayriya Bent Al Hàreth, la mère des Croyants (das), a dit: «A sa mort, le Messager de Dieu :saws: n'a laissé ni dinar, ni dirham, ni esclave, ni servante, ni rien d'autre si ce n'est sa mule blanche qui lui servait de monture ainsi que ses armes et quelques terres qu'il avait léguées aux étrangers de passage». (Rapporté par Boukhâri)

476. Khabbâb Ibn Al Arat (das) rapporte: «Nous nous sommes exilés avec le Messager de Dieu :saws: à la recherche de la pleine satisfaction de Dieu le Très- Haut. Notre salaire incomba donc à Dieu. Parmi nous il en est qui est mort sans avoir rien mangé de son salaire, tel Mous'ab Ibn 'Oumeyr (das) qui fut tué à la bataille de Ouhoud. Il laissa pour tout héritage un manteau. Quand on lui en couvrait la tête on lui découvrait les pieds et quand on lui couvrait les pieds on découvrait sa tête. Le Messager de Dieu :saws: ordonna alors de lui en couvrir la tête et de mettre de l'herbe sur ses pieds. Il en est par contre parmi nous qui ont vu leur salaire porter ses fruits qu'ils cueillirent à volonté». (Unanimement reconnu authentique)

477. Sahl Asà'idi (das) rapporte: «Le Messager de Dieu :saws: a dit: «Si ce bas-monde avait aux yeux de Dieu le poids de l'aile d'un moustique. II n'aurait pas consenti au Mécréant une seule gorgée d'eau». (Rapporté par Attirmidhi)

478. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Attention! Ce bas-monde est maudit, maudit tout ce qu'il contient sauf l'évocation de Dieu (principalement la prière) et ce qui s'ensuit, de même qu'un savant et un étudiant». (Rapporté par Attirmidhi)

479. Selon 'Abdullàh Ibn Mas'ùd (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Ne vous attachez pas aux propriétés foncières car elles vous feraient désirer ce bas-monde». (Rapporté par Attirmidhi)

480. 'Abdullàh Ibn 'Omar (das) rapporte: «Le Messager de Dieu :saws: passa près de nous alors que nous réparions une hutte nous appartenant. Il dit: «Qu'est-ce donc que cela?» Nous dîmes: «C'est une hutte qui menace de s'écrouler et nous essayons de la réparer». Il dit: «Je pense que le terme de la vie arrive en moins de temps que vous n'en mettez à réparer votre hutte». (Rapporté par Abou Dawûd et Attirmidhi)

481. Ka'b Ibn 'Yàd (das) rapporte: «J'ai entendu dire le Messager de Dieu :saws: : «A chaque nation une tentation et la tentation de la mienne sera l'argent» (Rapporté par Attirmidhi)

482. Selon le calife 'Othmàn Ibn 'Affàn (das), le Prophète :saws: a dit: «Le fils d'Adam n'a droit qu'à trois choses: une maison où il habite. Des vêtements pour couvrir sa nudité. Une croûte de pain et de l'eau». (Rapporté par Attirmidhi)

483. 'Abdullàh Ibn Achchikhkhir (das) rapporte: «Je me rendis auprès du Prophète :saws: alors qu'il récitait le chapitre 102 (L'amour du plus avoir). Il dit: «Le fils d'Adam dit: «Mes biens! Mes biens!» Or qu'as-tu d'autre, ô fils d'Adam! de tes biens si ce n'est ce que tu as mangé et que tu as ainsi épuisé; ou ce que tu as porté comme vêtements que tu as ainsi usés; ou ce dont tu as fait aumône et que tu as fait parvenir à ses ayants-droit». (Rapporté par Moslem)

484. Selon 'Abdullàh Ibn Moughaffai (das), un homme dit au Prophète :saws: : «O Messager de Dieu ! Par Dieu, je t'aime». Il lui dit: «Réfléchis bien a ce que tu dis!» L'autre répéta encore: «Par Dieu, je t'aime», trois fois de suite. Il lui dit: «Si tu m'aimes vraiment prépare-toi une bonne protection contre la pauvreté, car la pauvreté atteint celui qui m'aime plus rapidement que le torrent n'atteint l'extrémité de son lit». (Rapporté par Attirmidhi)

485. Selon Ka'b Ibn Màlek (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Deux loups affamés lâchés dans un troupeau ne sont guère plus dangereux que ne le sont pour votre religion votre empressement derrière l'argent et les honneurs».

486. Selon 'Abdullàh Ibn Mas'ùd (das), le Messager de Dieu :saws: s'est couché sur une natte. A son réveil ses côtés portaient les traces de la natte. Nous dîmes: «O Messager de Dieu! Que dirais-tu si nous t'achetions un tapis?» Il dit: «Qu'ai-je à faire avec ce bas-monde? Je n'y suis que comme un cavalier qui se mit à l'ombre d'un arbre puis partit en le laissant». (Rapporté par Attirmidhi)

487. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Les pauvres entreront au Paradis cinq cents ans avant les riches». (Rapporté par Attirmidhi)

488. Selon 'Imràn Ibn Al Housayn (das), le Prophète :saws: a dit: «J'ai promené mon regard au-dessous de moi dans le Paradis et j'ai vu que la majorité de ses habitants étaient les pauvres». (Rapporté par Al Boukhàri)

489. Selon Ousàma Ibn Zeyd (das), le Prophète :saws: a dit: «Je me suis tenu devant la porte du Paradis et voilà que la majorité de ceux qui y entraient étaient les miséreux, alors que les riches étaient retenus à l'extérieur; et pourtant les gens voués à l'Enfer étaient déjà entrés en Enfer». (Unanimement reconnu authentique)

490. Selon Abou Hourayra (das), le Prophète :saws: a dit: «Jamais poète n'a dit quelque chose de plus vrai que ce qu'a dit le poète Labyd: «Toute chose en dehors de Dieu est vaine et éphémère». (Unanimement reconnu authentique)





56 Le mérite de la faim et de la vie austère. L'exhortation à se contenter de peu dans le manger, le boire, l'habillement et les autres besoins. L'exhortation à faire taire ses passions



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 19 - versets 59 et 60: «II leur succéda une mauvaise progéniture qui délaissèrent la prière et suivirent leurs passions. Ils trouveront devant eux malheur et perdition. (59) Sauf celui qui est revenu à Dieu, a cru et a accompli de bonnes oeuvres, ceux-là entreront au Paradis et ne seront lésés en rien». (60)

2. Chapitre 28 - versets 79 et 80: «II sortit, se montrant à son peuple dans tout son apparat. Ceux qui désiraient la vie ici-bas dirent: «Ah si nous avions les mêmes richesses qu'a reçues Qaroun! Il a vraiment une chance énorme». (79) Ceux qui avaient
reçu la science (du Livre) dirent: «Malheur à vous! La récompense le Dieu est bien meilleure pour ceux qui ont cru et oeuvré
dans le bien».
(80)

3. Chapitre 820 - verset 8: «Puis, ce jour-là, on vous demandera certainement compte des biens dont vous aurez joui».

4. Chapitre 17 - verset 18: «A celui qui recherche les biens rapides de ce monde, Nous accélérons la venue de ces biens selon Notre volonté et à qui Nous voulons, puis Nous lui réservons l'Enfer où il rôtira dans l'opprobre et le bannissement».


Les versets concernant ce chapitre sont très nombreux et notoires.
Pour ce qui est des Hadiths:


491. 'Âisha (das) rapporte: «La famille de Mohammad n'a jamais mangé à sa faim du pain d'orge deux jours consécutifs jusqu'à sa mort». (Unanimement reconnu authentique)

Dans une autre version: «La famille de Mohammad n'a jamais mangé à sa faim du pain de blé trois nuits consécutives depuis son arrivée à Médine jusqu'à sa mort».

492. Selon 'Ourwa, 'Âisha (das) lui a dit: «Par Dieu, ô fils de ma soeur! Nous voyions la nouvelle lune puis la suivante, puis la suivante jusqu'à trois nouvelles lunes en deux mois sans qu'on ait allumé un feu (pour faire la cuisine) dans les maisons du Messager de Dieu ». Je lui dis: «O tante! De quoi alors vous nourrissiez-vous?» Elle dit: «Des deux noires: les dattes et l'eau. Néanmoins, il y avait parmi les Ansàrs des voisins du Messager de Dieu :saws: qui lui prêtaient une bête laitière ou lui envoyaient un peu de son lait qu'il nous donnait à boire». (Unanimement reconnu authentique)

493. D'après Abou Sa'id Al Maqbouri, Abou Hourayra (das) passa une fois devant des gens qui avaient devant eux un agneau rôti. Ils l'invitèrent à en manger avec eux, mais il refusa en disant: «Le Messager de Dieu :saws: sortit de ce monde sans avoir jamais mangé à satiété du pain d'orge». (Rapporté par Al Boukhàrî)

494. Selon Anas (das), le Prophète :saws: n'a jamais mangé sur une table jusqu'à sa mort. Il n'a jamais mangé de pain blanc jusqu'à sa mort». (Rapporté parAl Boukhàri)

Dans une autre version d'Aï Boukhàri: «II n'a jamais vu de ses yeux un agneau épilé à l'eau bouillante puis rôti».

495. Annou'màn Ibn Bashir (das) rapporte: «J'ai bien vu votre Prophète :saws: ne trouvant pas les dattes les plus ordinaires pour s'en remplir le ventre». (Rapporté par Moslem)

496. Sahl Ibn Sa'd rapporte: «Le Messager de Dieu :saws: n'a jamais vu de pain blanc depuis que Dieu le Très-Haut l'a suscité comme Messager jusqu'à ce qu'il lui reprît son âme». On lui demanda: «Aviez-vous, du temps du Messager de Dieu :saws: des tamis pour séparer le son de la farine?» Il dit: «Le Messager de Dieu :saws: n'a jamais vu ces tamis depuis que Dieu le Très- Haut l'a suscité comme Messager jusqu'à ce qu'il lui reprît son âme» On lui dit: «Comment pouviez-vous manger l'orge avec du son?» Il dit: «Nous soufflions dans sa farine pour faire voler ce qu'on pouvait de son et nous pétrissions le reste». (Rapporté par AlBoukhàri)
.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Mar 28 Avr 2009 - 21:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mar 14 Avr 2009 - 21:45

497. Abou Hourayra (das) rapporte: «Le Messager de Dieu :saws: sortit un jour (ou un soir). Il rencontra Abou Bakr (das) et 'Omar (das). Il leur dit: «Qu'est-ce donc qui vous a fait sortir de vos maisons à pareille heure?». Ils dirent: «Par Dieu, la faim, ô Messager de Dieu !» Il leur dit: «Et moi aussi, par Celui qui tient mon âme dans Sa Main, c'est cette même faim qui m'a fait sortir. Levez-vous!» Ils se levèrent avec lui et il alla trouver l'un des Ansârs, mais il n'était pas chez lui. Quand sa femme le vit, elle dit: «Soyez le bienvenu!» Le Messager de Dieu :saws: lui dit: «Où est untel?» Elle lui dit: «II est allé à la recherche d'une bonne eau». A ce moment survint l'ansàrite. Il regarda le Messager de Dieu :saws: et ses deux compagnons puis dit: «Je remercie Dieu car nul n'a aujourd'hui de plus nobles hôtes que moi». Il s'en alla et ramena un régime de dattes plus ou moins mûres et dit: «Mangez». Il prit ensuite son couteau (pour tuer quelque bête) et le Messager de Dieu :saws: lui dit: «Surtout pas la bête laitière». Il égorgea pour eux un agneau dont ils mangèrent ainsi que du régime de dattes. Ils burent aussi. Quand ils n'eurent plus ni faim ni soif, le Messager de Dieu :saws: dit à Abou Bakr (das) et à 'Omar (das): «Par Celui qui tient mon âme dans Sa Main, on vous demandera compte, le jour de la résurrection, de ce dont vous venez de jouir. La faim vous a fait sortir de chez vous puis vous n'y êtes rentrés qu'après avoir joui de ces bonnes choses». (Rapporté par Moslem)

498. Khàled Al "Adawi rapporte: «'Outba Ibn Ghazwàn (qui était alors gouverneur de Basra) nous fit un discours. Après avoir loué et glorifié Dieu il dit: «Or donc! Voilà que les biens de ce monde menacent de disparaître et se sont retirés en vitesse. Il n'en reste plus que comme les dernières gouttes d'eau qu'on ramasse au fond du récipient. Vous devez quitter ce monde pour un autre qui ne disparaîtra jamais. Allez-y avec le meilleur de ce que vous pouvez faire (en ce monde). Car on nous a certes dit que la pierre qu'on jette dans la bouche de l'Enfer y descend pendant soixante dix ans sans atteindre son fond. Par Dieu, il aura malgré cela son plein. Est-ce que cela vous étonne? On nous a aussi rapporté que la distance entre les deux piliers de la porte du Paradis est égale à ce qu'on parcourt en quarante ans. Un jour viendra pourtant où cette même porte sera trop étroite pour recevoir le grand nombre des gens qui se presseront à son entrée. Or il fut un temps où je me suis vu le septième de sept avec le Messager de Dieu n'ayant pour manger que les feuilles des arbres jusqu'à ce que nos bouches en fussent
devenues pleines d'ulcérations. Je me rappelle avoir coupé en deux un manteau. Je me suis ceint les hanches avec une moitié et Sa'd Ibn Mâlek en fit de même avec l'autre moitié. Or voilà qu'aujourd'hui il n'est pas un seul parmi vous qui ne soit devenu gouverneur de telle ou telle province. Je demande protection à Dieu pour ne pas être grand à mes yeux et petit aux Siens». (Rapporté par Moslem)

499. Abou Musa Al Ash'ari (das) rapporte: «'Àisha (das) nous sortit une tunique et un pagne de tissu grossier. Elle dit: «Voilà ce que portait le Messager de Dieu à sa mort». (Unanimement reconnu authentique)

500. Sa'd Ibn Abi Waqqàs (das) a dit: «Je suis certainement le premier Arabe à avoir tiré une flèche au service de Dieu. Nous entreprenions des campagnes militaires avec le Messager de Dieu n'ayant pour manger que les feuilles des arbres. Si bien que l'un de nous avait des selles pareilles à la fiente des brebis (petites boules dures à force de constipation)».

501. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Seigneur Dieu! Faites que la subsistance de la famille de Mohammad se limite à leur faim». (Unanimement reconnu authentique)

502. Abou Hourayra (das) rapporte: «Par Dieu qui n'a pas d'autredieu avec Lui, j'appuyais mon foie sur la terre tellement j'avais faim et j'attachais une pierre sur mon ventre pour la même raison. Un jour je me suis assis sur le chemin des Compagnons du Prophète et voilà que ce dernier passa devant moi. Il sourit en me voyant; il avait reconnu les signes de la faim sur mon visage et sur mon corps. Il me dit: «Abou Hirr!» (au lieu de «Hourayra» pour me cajoler) Je dis: «A tes ordres, ô Messager de Dieu!» Il dit: «Suis-moi!» Il reprit sa marche et moi derrière lui. Il entra, demanda l'autorisation de m'introduire et me fit entrer. Il trouva un bol plein de lait. Il demanda: «D'où provient ce lait?» On lui dit: «Untel (ou
Unetelle) te l'a offert». Il dit: «Abou Hirr!» Je dis: «A tes ordres ô Messager de Dieu!» Il dit: «Va trouver les gens de la Soffa (les pauvres des Musulmans) et invite-les à venir chez moi». Abou Hourayra dit alors: «Les gens de la Soffa sont les hôtes de l'Islam. Ils ne trouvent refuge ni chez des parents, ni dans quelqu'argent, ni chez personne d'autre». Quand le Messager de Dieu :saws: recevait une aumône, il la leur envoyait sans rien en prendre lui-même (le Prophète et sa famille ne mangeaient pas de l'aumône). Quand il recevait un cadeau, il envoyait quelqu'un les inviter chez lui et le mangeait avec eux. Cela ne me plut pas alors. Je me suis dit en effet en moi-même: «Que représente ce bol de lait par rapport au nombre des gens de la Soffa?» Je suis plus digne qu'eux de boire ce lait pour reprendre mes forces. S'ils répondent à mon invitation, je serai là pour servir le lait et qu'est-ce qui pourrait donc bien m'en rester? » Mais il fallait absolument obéir à Dieu et à Son Messager.» J'allai donc les inviter et ils vinrent avec moi. Ils demandèrent 'autorisation d'entrer et il la leur donna. Ils prirent
place dans la maison. Il me dit: «Abou Hirr!» Je dis: «A tes ordres, ô Messager de Dieu!» Il dit: «Prends ce bol et donne-leur à boire». Abou Hourayra dit: «Je saisis le bol et me mis à le donner à chacun d'eux. Il buvait à satiété puis me rendait le bol que je donnais à un autre qui en buvait à satiété et me le rendait à son tour jusqu'à ce que je fusse parvenu au Prophète après que tout le monde a bu à satiété. Il saisit le bol qu'il plaça sur sa main. Il me regarda en souriant et me dit: «Abou Hirr!» Je dis: «A tes ordres, ô Messager de Dieu!» Il dit: «II ne reste plus que toi et moi» Je dis: «C'est vrai, ô Messager de Dieu!» Il dit: «Assieds-toi et bois!» Je m'assis alors et je bus. Il dit encore: «Bois» et je bus. Il ne cessa de me redire à chaque fois que j'eus bu: «Bois» jusqu'à ce que j'eusse dit: «Non, par Celui qui t'a envoyé porteur de la vérité, je n'ai plus de place où le mettre». Il dit: «Montre-moi donc!» Je lui donnai le bol. Il loua Dieu, dit: «Au nom de Dieu» et but ce qu'il en restait».(Rapporté par Moslem)

503. Selon Mohammad Ibn Sirin, Abou Hourayra (das) a dit: «Je me suis effectivement étendu entre la chaire du Messager de Dieu et la chambre de 'Aisha (das) sans connaissance. Il arrivait que quelqu'un qui venait me posât le pied sur le cou pensant que j'étais victime d'une crise d'épilepsie (c'est ainsi qu'ils faisaient dans ce cas) alors qu'en réalité je ne souffrais que de la faim».(Rapporté par Al Boukhâri)

504. 'Âisha (das) rapporte: «Le Messager de Dieu est mort en laissant une armure en gage chez un Juif à qui il devait quinze gallons d'orge». (Unanimement reconnu authentique)

505. Anas (das) rapporte: «Le Prophète mit son armure en gage pour quelques mesures d'orge qu'il devait. Je me rendis auprès de lui lui portant du pain d'orge ainsi que de la graisse fondue rance. Je l'avais en effet entendu dire: «La famille de Mohammad se lève et se couche sans avoir un demi gallon d'orge». Or la famille de Mohammad comptait neuf coépouses ». (Rapporté par Al Boukhâri)

506. Abou Hourayra (das) rapporte: «J'ai vu effectivement soixante-dix des gens de la Soffa dont pas un ne portait un vêtement complet. Ils n'avaient qu'un seul morceau d'étoffé pour se couvrir qu'ils nouaient à leur cou. Chez certains l'étoffé arrivait à la mi-jambe et chez d'autres jusqu'à la cheville. Ils en tenaient les deux bords avec leur main de peur de se découvrir». (Rapporté par Al Boukhâri)

507. "Aîsha (das) rapporte: «Le lit du Messager de Dieu était un matelas de cuir rempli de fibres de palmier». (Rapporté par Al Boukhâri)

508. Ibn 'Omar (das) rapporte: «Nous étions assis avec le Messager de Dieu quand un Ansàrite arriva, le salua puis s'en alla. Le Messager de Dieu :saws: lui dit: «Frère Ansàrite, comment va mon frère Sa'd Ibn "Oubâda?» Il dit: «II est en voie de guérison». Le Messager de Dieu :saws: dit: «Qui d'entre vous veut lui rendre visite?» Il se leva et nous nous levâmes avec lui. Nous étions un peu plus de dix, nus-pieds, nus-tête. Nous marchions ainsi dans les terrains salés. Lorsque nous arrivâmes chez lui, ses parents se retirèrent en arrière pour permettre au Messager de Dieu et à ses Compagnons de s'approcher du malade». (Rapporté par Moslem)

509. Selon 'Imràn Ibn Housayn (das), le Prophète :saws: a dit: «Vos meilleurs sont les gens de mon siècle, puis le siècle suivant, puis le siècle suivant». ('Imràn a dit: «Je ne sais si le Prophète l'a dit deux ou trois fois»). «Puis il y aura après eux des gens qui témoigneront alors qu'ils n'en sont pas dignes, qui trahissent et ne respectent point le dépôt, qui font un voeu et ne le remplissent pas. Il apparaîtra chez eux l'obésité». (Unanimement reconnu authentique)

510. Selon Abou Oumàma (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «O fils d'Adam! Si tu dépenses (en aumônes) ce qui excède tes besoins, cela te sera meilleur et, si tu le gardes pour toi, ce sera pour toi un mal. On ne te reprochera pas tout ce que tu auras gardé pour tes besoins réels. Quand tu dépenses, commence par ceux qui sont à ta charge». (Rapporté par Attirmidhi)

511. Selon 'Oubeydullàh Al Ansàri (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui d'entre vous qui se reveille le matin en sécurité parmi les siens ne souffrant d'aucun mal dans son corps et possèdent la nourriture de sa journée, c'est comme si l'on avait amassé pour lui tous les biens de ce monde». (Rapporté par Attirmidhi)

512. Selon 'Abdullàh Ibn 'Amr Ibn Al 'As (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «A vraiment réussi celui qui a embrassé l'Islam, qui s'est contenté du nécessaire dans sa subsistance et à qui Dieu a inspiré la satisfaction du lot qu'il lui a octroyé».

513. Mohammad Fadàla Ibn 'Oubeyd Al Ansàri (das) rapporte qu'il a entendu dire le Messager de Dieu :saws: : "Bienheureux celui qui a été guidé à l'Islam, dont la subsistance se limite à ses besoins et qui se contente de ce que Dieu lui a donné». (Rapporté par Attirmidhi)

514. Selon Ibn 'Abbàs (das), le Messager de Dieu :saws: passait plusieurs nuits successives le ventre vide. Les membres de sa famille ne trouvaient pas de quoi dîner. La plupart de leur pain était d'orge». (Rapporté par Attirmidhi)

515. Selon Fadàla Ibn 'Oubeyd (das), quand le Messager de Dieu :saws: présidait à la prière des gens, il y avait parmi les orants des hommes qui s'effondraient à terre de leur position debout tellement ils avaient faim (c'étaient les gens de la Soffa). Si bien que les Bédouins disaient d'eux qu'ils étaient épiléptiques». Quand le Messager de Dieu :saws: avait terminé la prière, il se dirigeait vers eux et leur disait: «Si vous saviez ce que Dieu le Très-Haut vous réserve auprès de Lui, vous souhaiteriez encore plus de pauvreté et d'indigence». (Rapporté par Attirmidhi)

516. Selon Al Miqdâd Ibn Ma'dikariba (das), le Messager de Dieu :saws: disait: «Jamais le fils d'Adam n'a rempli de récipient pire que son ventre. Il suffisait pourtant au fils d'Adam quelques bouchées pour subvenir à ses besoins. Et même s'il lui en fallait absolument davantage, qu'il réserve donc le tiers de son estomac à son manger, l'autre tiers à son boire et le dernier tiers à sa respiration». (Rapporté par Attirmidhi)

Commentaire
La plupart des maladies proviennent des excès de table. Quand l'estomac est trop sollicité, Une digère plus correctement les aliments qu'on y entasse au-delà de sa capacité. Quand l'estomac fonctionne mal, cela redouble le travail du foie et du pancréas. Cela mène donc à l'hépatisme et à tout ce qui s'ensuit comme constipation, hémorroïdes, spasmes intestinaux, calculs biliaires etc... Cela peut provoquer aussi le diabète dû à la déficience du pancréas. Cela provoque enfin l'obésité qui est la cause principale de l'artériosclérose et des maladies du coeur. Donc, en énonçant ce principe essentiel de l'hygiène alimentaire, le Prophète a déjà énoncé en quelques mots la moitié de la médecine. Ce sont les gens les plus sobres qui vivent le plus longtemps et qui sont les moins souvent malades.


517. Yès Ibn Tha'iaba Al Ansàri (das) a dit: «Un jour les Compagnons du Messager de Dieu :saws: parlèrent en sa présence de ce bas-monde. Il leur dit: «M'entendez-vous bien? M'entendez-vous bien? La modestie de l'extérieur fait partie de la foi». (Rapporté par Attirmidhi)

518. Jàber Ibn 'Addullàh (das) rapporte: «Le Messager de Dieu ous envoya une fois en expédition et mit à notre tête Abou 'Oubeyda (das) pour intercepter une caravane marchande appartenant à Qoreysh. Pour toutes provisions il nous donna un sac de dattes, n'ayant alors rien d'autre à nous donner. Abou 'Oubeyda nous donnait à chaque fois une datte par personne. On demanda au narrateur: «Que pouviez-vous faire d'une seule datte?» Il dit: «Nous la sucions comme tête le nourrisson, puis nous buvions par-dessus elle de l'eau. Cela nous suffisait pour une journée et sa nuit. Nous abattions en outre avec nos bâtons les feuilles des arbres. Nous les laissions dans l'eau puis nous les mangions. Il dit: «Nous parvînmes au rivage de la mer (Mer Rouge) et voilà que nous aperçûmes sur son bord comme une dune énorme. En nous approchant d'elle nous vîmes une bête appelée «baleine». Abou c Oubeyda dit alors: «C'est une bête morte (non tuée selon le rite). Puis il dit: «Mais nous sommes les envoyés du Messager de Dieu en mission au service de Dieu. Nous sommes acculés par le besoin. Mangezen donc!» Nous en mangeâmes durant un mois et nous étions trois cents hommes tant et si bien que nous engraissâmes. Je voyais nos hommes remplir des jarres de graisse de son oeil. Nous tranchions dans son corps des morceaux de viande comme
si c'était un boeuf. Abou 'Oubeyda choisit parmi nous treize hommes qu'il fit asseoir dans l'orbite de son oeil. Puis il détacha l'une de ses côtes et la dressa au sol. Il fit ensuite lever le plus grand de nos chameaux qui put passer sous elle. Nous fîmes de sa viande une énorme quantité de viande salée. De retour à Médine, nous allâmes conter notre aventure au Messager de Dieu qui dit: «C'est une subsistance que Dieu a fait sortir (de la mer) pour vous. Avez-vous encore de cette viande pour que nous en mangions un peu?» Nous en envoyâmes un peu au Messager de Dieu qui la mangea». (Rapporté par Moslem)
.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Ven 9 Oct 2009 - 22:44, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mar 14 Avr 2009 - 21:47

Commentaire
Ce Hadith vient rendre licite la consommation des animaux marins morts sans avoir été égorgés comme cela est exigé pour les animaux terrestres. Le Prophète a dit: «Dieu nous a rendu licites deux sangs et deux bêtes mortes: Le foie et la rate (considérés comme du sang coagulé). Les poissons et les sauterelles (qu'on mange sans les égorger). Nous savons en effet qu'il est interdit de manger la viande d'une bête non égorgée selon le rite islamique, c'est-à-dire en prononçant sur elle le nom de Dieu le Très-Haut. Il nous est aussi interdit de manger le sang circulant. Dieu a fait exception, entre autres, pour les animaux marins et les sauterelles.


519. Asmà Bent Zeyd (das) a dit: «La manche de la tunique du Messager de Dieu lui arrivait jusqu'au poignet». (Rapporté par Abou Dawûd)

520. Jàber (das) rapporte: «Cependant que nous creusions la tranchée, le jour de la bataille de ce nom, voilà que nous fûmes arrêtés par une pierre très dure. Nous allâmes dire au Messager de Dieu : «Voilà une pierre qui arrête nos travaux de creusement de la tranchée». Il dit: «Je vais descendre dans la tranchée». Il se leva donc portant une pierre attachée sur son ventre (pour lui calmer les douleurs de la faim). Nous étions en effet restés trois journées entières sans goûter à rien. Le Prophète saisit alors la pioche et en frappa la pierre qui ne fut plus qu'un tas de sable coulant. Je dis: «O Messager de Dieu! Donne-moi l'autorisation d'aller chez moi». Je dis à ma femme: «J'ai vu le Prophète souffrir d'un mal (la faim) vraiment insupportable. As-tu quelque chose à manger?» Elle dit: «Seulement un peu d'orge et une chèvre». J'égorgeai la chèvre et moulus l'orge. Nous plaçâmes la viande dans la marmite,'puis j'allai trouver le Prophète cependant que la pâte de l'orge avait bien levé. La marmite posée sur des pierres était presque à point. Je lui dis: «J'ai un modeste repas à vous offrir. Lève-toi, ô Messager de Dieu!, avec un ou deux hommes». Il dit: «Quelle est la quantité de ce repas?» Je le lui décrivis. Il dit: «C'est une bonne abondance. Dis à ta femme de ne pas retirer la marmite du feu ni le pain du four jusqu'à ce que j'arrive». Il dit alors aux hommes: «Levez-vous!» Les Mouhàjirùn (les exilés de la Mecque) et les Ansàrs (habitants de Médine) se levèrent alors. J'entrai chez ma femme et lui dis: «Malheur à toi! Voilà le Prophète et avec lui les Mouhàjirùn et les Ansàrs ainsi que leurs suites». Elle dit: «Est-ce qu'il t'a interrogé (sur la quantité du manger)?» Je dis: «Oui». Il dit alors aux hommes: «Entrez sans vous bousculer». Il se mit à couper le pain en morceaux et à le couvrir de viande, tout en voilant la marmite avec une toile. Il voilait de même le four quand il en retirait le pain. Il le présentait à ses Compagnons et recommençait la même opération. Il ne cessa de couper le pain et de le couvrir de viande jusqu'à ce qu'ils eussent mangé à leur faim. Il en resta tout de même quelque chose. Il dit à ma femme: «Mange et offre-s'en car les gens souffrent d'une grande famine». (Unanimement reconnu authentique)

521. Selon Anas (das), Abou Talha dit à Oummou Sélim: «Je viens vraiment d'entendre la voix du Messager de Dieu :saws: empreinte d'une faiblesse où J'e reconnais la faim. As-tu quelque chose à manger?» Elle dit: «Oui». Puis elle sortit quelques petits pains d'orge, prit un voile à elle, serra le pain dans l'un de ses pans et enfouit le tout sous les vêtements de Anas qu'elle couvrit de l'autre pan du voile. Anas dit: «Elle m'envoya alors au Messager de Dieu . Je partis donc avec le pain et trouvai le Messager de Dieu assis dans la mosquée en compagnie de gens. Je me tins debout devant lui. Le Messager de Dieu dit: «C'est Abou Talha qui t'envoie?» Je dis: «Oui» II dit: «Est-ce pour quelque manger?» Je dis: «Oui». Le Messager de Dieu dit alors: «Levez-vous!» Ils se mirent en marche tandis que je les précédais jusqu'à ce que j'arrivasse auprès de Abou Talha. Je lui racontai la chose. Il dit à sa femme: «Oummou Sélim! Voici arrivé le Messager de Dieu avec des gens et nous n'avons aucun manger à leur servir». Elle dit: «Dieu et Son Messager le savent mieux que tous». Abou Talha alla à la rencontre du Messager de Dieu qui vint avec lui à la maison et y entra. Il dit: «Apporte donc ce que tu as, ô Oummou Sélim!» Elle apporta le pain. Le Messager de Dieu lui ordonna de le couper en morceaux sur lesquels Oummou Sélim pressa le contenu d'une outre de beurre salé, de quoi imprégner le pain. Puis le Messager de Dieu prononça sur lui ce que Dieu a voulu qu'il prononçât (comme prière) et dit: «Fais entrer dix hommes». Il les invita à manger. C'est ce qu'ils firent puis ils sortirent. Il dit ensuite: «Fais-en entrer dix autres». Ils mangèrent à satiété et sortirent. Il continua ainsi à faire entrer les hommes dix par dix et ils étaient soixante dix ou quatre vingt». (Unanimement reconnu authentique)






57 Le mérite de la frugalité et de la fuite des biens mal acquis. Le mérite de la modération dans le train de vie et dans les dépenses. La réprobation de la mendicité si on n'y est pas acculé par le besoin



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 11 - verset 6: «II n'est point d'être vivant sur terre (si petit soit-il) dont la subsistance n'incombe à Dieu».

2. Chapitre 2 - verset 273: «...au profit des pauvres frappés de claustration sur le chemin de Dieu, ne pouvant plus circuler sur terre. L'ignorant les prend pour des riches à cause de leur dignité. Tu les reconnais à leurs signes extérieurs. Ils ne sollicitent jamais les gens avec insistance».

3. Chapitre 25 - verset 67: «Ceux qui, lorsqu'ils dépensent, ne sont ni prodigues, ni avares et il y a entre les deux (attitudes) un juste milieu».

4. Chapitre 51 - versets 56 et 57: «Je n'ai créé les Génies et les Humains que pour qu'ils M'adorent. (56) Je ne leur demande aucune subsistance et Je ne leur demande pas de Me nourrir». (57)


Quant aux Hadiths, nous en avons déjà cité la plupart dans les deux chapitres précédents. En voici quelques-uns de ceux que nous n'avons pas encore mentionnés:


522. Selon Abou Hourayra (das), le Prophète :saws: a dit: «La richesse ne consiste pas en l'abondance des biens, mais la vraie richesse est celle de l'âme». (Unanimement reconnu authentique)

523. Selon 'Abdullàh Ibn 'Amr (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «A vraiment récolté le succès celui qui a embrassé l'Islam, qui a reçu comme subsistance juste de quoi se suffire et qui s'est contenté de ce que Dieu lui a octroyé». (Rapporté par Moslem)

524. Hakim Ibn Hizem rapporte: «J'ai demandé au Messager de Dieu :saws: une assistance et il me l'a donnée. Puis je lui en ai redemandé une autre et il me l'a donnée, puis une troisième et il me l'a donnée, puis il :saws: m'a dit: «O Hakim! Ces biens (terrrestres) sont tendres (verts) et doux. Celui qui les prend sans cupidité, Dieu les lui bénit; et celui qui les prend avec avidité et gloutonnerie, Dieu ne les lui bénit point. Il est comme celui qui mange et reste toujours sur sa faim. La main supérieure (celle qui donne) est meilleure que la main inférieure (celle qui reçoit)». Hakim dit: «Je dis: «O Messager de Dieu! Par Celui qui t'a envoyé porteur de vérité, je ne prendrai après toi plus rien de personne jusqu'à ce que je quitte ce basmonde ». Et effectivement, Abou Bakr (das) l'invitait pour lui donner quelque chose et il la refusait. Il en fut de même avec le
calife 'Omar (das) qui dit: «O Musulmans je vous prends à témoins contre Hakim: Je lui propose la part de butin à laquelle Dieu lui a donné droit et il refuse de la prendre». Ainsi Hakim ne prit plus rien de personne après le Prophète jusqu'à sa mort». (Unanimement reconnu authentique)

525. Abou Musa Al Ash'ari (das) a dit selon Abou Bourda: «Nous sortîmes à une expédition avec le Messager de Dieu :saws: et nous étions six. Nous ne disposions que d'un seul chameau sur lequel nous nous relayions à tour de rôle. Nos pieds en souffrirent et les miens aussi au point que les ongles de mes orteils tombèrent. Nous enveloppions nos pieds avec des bandes d'étoffe. C'est pourquoi cette expédition fut appelée «l'expédition des bandages» Abou Boudra dit: «Abou Musa rapporta ce récit puis il lui répugna de l'avoir fait et dit: «Quelle utilité avais-je à en parler?» On dirait qu'il lui avait répugné de faire paraître l'une de ses bonnes actions». (Unanimement reconnu authentique)

526. Selon Ibn Taghieb (das), le Messager de Dieu :saws: reçut une fois une somme d'argent (ou quelque butin). Il en fit des parts dont il donna à certains en en omettant d'autres. Il apprit par la suite que ceux qu'il avait omis l'avaient critiqué. Il monta sur la chaire de la mosquée, remercia Dieu et Le loua puis dit: «Or donc! Par Dieu, je donne à certains et j'en omets d'autres alors que ceux que j'omets me sont plus chers que ceux à qui je donne. Mais je donne à des gens à cause de l'affolement et de l'impatience que je vois dans leurs coeurs et, pour d'autres, je me fie à ce que Dieu a placé dans leurs coeurs comme richesse d'âme et bonté. Or 'Amr Ibn Taghieb fait partie de cette dernière catégorie». 'Amr Ibn Taghieb dit: «Par Dieu, je n'échangerai pas cette déclaration du Messager de Dieu :saws: contre les plus précieuses richesses de ce monde (les chamelles rouges)». Rapporté par Al Boukhàri)

527. Selon Hakim Ibn Hizem (das), le Prophète :saws: a dit: «La main supérieure (celle qui donne) est meilleure que la main inférieure (celle qui reçoit). Commence par ceux qui sont à ta charge. La meilleure aumône est celle qui ne laisse pas celui qui la fait dans le besoin. Celui qui est jaloux de sa dignité. Dieu la lui préserve, et celui qui se passe de l'aide des autres, Dieu le met au-dessus du besoin». (Unanimement reconnu authentique)

528. Selon Mou'âwiya Ibn Abi Soufyàn (das) le Messager de Dieu :saws: a dit: «Ne demandez pas avec insistance. Par Dieu, celui d'entre vous qui me demande quelque chose et qui l'obtient ainsi de moi alors qu'il me répugnait de la lui donner. Dieu ne lui bénit pas ce que je lui ai donné». (Rapporté par Moslem)

529. 'Awf Ibn Màlek rapporte: «Nous étions neuf ou huit ou sept chez le Messager de Dieu?» Il nous dit: «Ne faites-vous pas acte d'allégeance au Messager de Dieu?» Or nous venions à peine de le faire. Nous lui dîmes: «Nous t'avons déjà fait acte d'allégeance, ô Messager de Dieu! A propos de quoi veux-tu que nous te fassions acte d'allégeance?» Il dit: «Vous vous engagez à adorer Dieu sans rien Lui associer - à faire les cinq prières quotidiennes - à obéir à Dieu. Puis il nous dit à voix basse, «et à ne rien demander aux gens». Je vis effectivement par la suite certaines de ces gens voir tomber leur cravache sans demander à quiconque de la leur ramasser». (Rapporté par Moslem)

530. Selon Ibn 'Omar (das), le Prophète :saws: a dit: «L'un de vous ne cesse de mendier jusqu'à ce qu'il rencontre Dieu le Très-Haut (le jour du Jugement dernier) avec le visage dépourvu de toute chair». (Unanimement reconnu authentique)

531. Selon lui encore, le Messager de Dieu :saws: a dit du haut de sa chaire en parlant de l'aumône et de la fierté de ne rien demander à personne: «La main supérieure est meilleure que la main inférieure. La main supérieure est celle qui donne et la main inférieure est celle qui demande». (Unanimement reconnu authentique)

532. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui qui mendie pour accroître ses biens ne mendie en réalité que des braises (d'Enfer) soit qu'il demande peu, soit qu'il demande beaucoup». (Rapporté par Moslem)

533. Selon Samoura Ibn Joundab (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «La mendicité est une blessure que l'on fait à son propre visage (= dignité), sauf si on s'adresse à une autorité ou si l'on est acculé par une nécessité réelle.

Commentaire:
Une partie du trésor public revient de droit aux pauvres, et les nécessiteux, avant de tendre la main aux gens, doivent s'adresser au responsable du trésor. Cela préserve la dignité des citoyens et réduit la mendicité à sa plus simple expression. Il fut un temps où l'on ne trouvait pas de pauvres à qui donner l'aumône comme ce fut le cas sous le règne de 'Omar Ibn 'Abdel 'Aziz (8e siècle).


534. Selon Ibn Mas'ùd (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui qui est touché par le besoin et qui s'adresse aux gens pour en sortir ne voit pas la satisfaction de son besoin. Mais s'il s'adresse à Dieu, Dieu ne tarde pas à lui octroyer une subsistance prochaine ou à venir». (Rapporté par Attirmidhi)

535. Selon Thawbàn (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Qui me garantit qu'il ne demande rien aux gens et je lui garantis le Paradis?» Je dis: «Moi». Et effectivement il ne demandait jamais rien à personne. (Rapporté par Abou Dawùd)

536. Qabisa Ibn Moukhàrek (das) rapporte: «j'avis pris sur moi de payer une rançon pour mettre fin à une querelle et je vins trouver le Messager de Dieu :saws: pour lui demander de m'y aider. II dit: «Reste ici en attendant que nous viennent des aumônes et j'ordonnerai qu'on t'en donne». Puis il me dit: «O Qabisa! La mendicité n'est permise qu'à l'un de ces trois:
1. Quelqu'un qui a pris en charge de payer une rançon pour" mettre fin à une querelle. Celui-là peut demander assistance jusqu'à ce qu'il ait la valeur de la rançon puis il s'arrête de demander.
2. Quelqu'un dont les biens ont été frappés d'une calamité. Il a droit de demander assistance jusqu'à ce qu'il retrouve de quoi
vivre.
3. Quelqu'un qui souffre d'une disette dont témoignent trois sages de son peuple. Il lui est alors permis de demander assistance jusqu'à ce qu'il puisse subvenir lui-même à ses besoins». (Rapporté par Moslem)

537. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Le pauvre n'est pas celui qui va en s'adressant aux gens qui le font partir par une bouchée ou deux, par une datte ou deux, mais le vrai pauvre est celui qui n'a rien pour subvenir à ses besoins, dont les gens ne remarquent pas la pauvreté pour lui faire l'aumône et qui ne se lève pas pour aller tendre la main aux autres». (Unanimement reconnu authentique)
.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Ven 9 Oct 2009 - 22:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mar 14 Avr 2009 - 21:48

58 La permission de prendre ce qu'on vous donne sans que vous ne l'ayez demandé ni désiré



538. Selon Sàlem Ibn "Abdullàh Ibn 'Omar (das), selon son père 'Abdullàh Ibn 'Omar (das), 'Omar (das) a dit: «Le Messager de Dieu :saws: me donnait quelque chose et je lui disais: «Donne-la à plus besogneux que moi». Il me disait: «Prends-la plutôt. Quand tu reçois de cet argent quelque chose que tu n'as ni désirée ni demandée, prends-la et dépense-la comme bon te semble, soit que tu la manges toi-même, soit que tu en fasses aumône. Tout autre argent, détourne-toi s'en». Sâlem a dit: «'Abdullàh (son père) ne demandait jamais rien à personne et ne refusait pas ce qu'on lui donnait». (Unanimement reconnu authentique)






59 L'exhortation à manger du produit du travail de ses mains et à éviter par fierté de tendre la main et de solliciter l'assistance des autres



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 62 - verset 10: Une fois la prière terminée, répandez-vous sur terre et recherchez quelqu'effet de la générosité de Dieu».


Quant aux Hadiths:

539. Azzoubeyr Ibn Al 'Awàm (das) rapporte que le Messager de Dieu :saws: a dit: «Quand l'un de vous prend sa corde puis va à la montagne pour en rapporter un fagot de bois sur son dos et le revendre afin que Dieu lui épargne l'humiliation de la mendicité, cela lui est bien plus préférable que de tendre la main aux gens dont certains lui donnent quelqu'aumône et d'autres ne lui donnent rien». (Rapporté par Al Boukhàri)

540. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Quand l'un de vous rapporte sur son dos un fagot de bois cela lui est bien plus préférable que de tendre la main aux gens dont certains lui donnent quelqu'aumône et d'autres ne lui donnent rien». (Unanimement reconnu authentique)

541. Selon lui encore, le Messager de Dieu :saws: a dit: «David mangeait du produit du travail de ses mains». (Rapporté par Al Boukhàri)

542. Toujours selon lui, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Zacharie était menuisier». (Rapporté par Moslem)

543. Selon Al Miqdàd Ibn Ma'dikariba (das), le Prophète :saws: a dit: «Jamais quelqu'un n'a mangé une chose meilleure que ce qu'il a acquis grâce au labeur de ses mains. Or le Prophète de Dieu David mangeait du produit du labeur de ses mains». (Rapporté par Al Boukhàri)







60 La générosité, la munificence et la dépense dans les oeuvres de bien, étant pleinement confiant que cela sera restitué par Dieu le



Très-Haut Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 34 - verset 39: «Tout ce que vous dépensez (au service de Dieu), II vous le remplace».

2. Chapitre 2 - verset 272: Tout ce que vous dépensez comme bien c'est pour vous-mêmes. Vous ne dépensez qu'en vue du Visage de Dieu. Tout ce que vous dépensez comme bien vous sera rendu et vous ne subirez aucune injustice».

3. Chapitre 2 - verset 273: «Tout ce que vous dépensez comme bien, Dieu le sait parfaitement».


Quant aux Hadiths:

544. Selon Ibn Mas'ûd (das), le Prophète :saws: a dit: «L'envie n'est permise que dans deux cas:
1. Un homme à qui Dieu a donné une fortune et lui a donné la force de la dépenser dans les causes justes.
2. Un homme à qui Dieu a donné une sagesse (un savoir) qu'il emploie pour arbitrer les litiges et qu'il enseigne aux autres».
(Unanimement reconnu authentique)

545. Toujours selon lui, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Lequel de vous préfère l'argent de son héritier à son propre argent?» Ils dirent: «O Messager de Dieu! Il n'est pas un seul parmi nous qui ne préfère son propre argent». Il dit: «Son argent est ce qu'il a avancé (pour le Jugement dernier) et l'argent de son héritier est celui qu'il a remis à plus tard pour le dépenser». (Rapporté par Al Boukhâri)

546. Selon 'Adi Ibn Hâtem (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Protégez-vous du feu (de l'Enfer) ne serait-ce que par un morceau de datte». (Unanimement reconnu authentique)

547. Jàber (das) rapporte: «Jamais on n'a demandé quelque chose au Messager de Dieu :saws: et qu'il ait dit «non». (Unanimement reconnu authentique)

548. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Au matin de chaque nouvelle journée deux Anges descendent du ciel. L'un d'eux dit: «Seigneur Dieu! Donne à toute personne qui dépense (dans les oeuvres de bien) la compensation de ce qu'elle dépense». Et l'autre dit: «Seigneur Dieu! Donne à tout avare un fléau pour l'emporter ou emporter ses biens». (Unanimement reconnu authentique)

549. Toujours selon lui, le Messager de Dieu :saws: a dit: «O fils d'Adam! Dépense (pour les autres) et on dépensera pour toi». (Unanimement reconnu authentique)

550. Selon 'Abdullàh Ibn 'Amr Ibn Al 'As (das), un homme demanda au Messager de Dieu :saws: quel était le meilleur Islam. Il dit; «Tu donnes à manger et tu salues qui tu connais et qui tu ne connais pas. (Unanimement reconnu authentique)

551. Selon lui encore, le Messager de Dieu :saws: a dit: «II y a quarante bonnes actions dont la plus élevée est de prêter à son prochain une chèvre laitière (pour le faire profiter de son lait). Quiconque fait l'une de ces bonnes oeuvres dans l'espoir de sa récompense et croyant fermement à ce que Dieu a promis pour elle, Dieu exalté l'introduit au Paradis». (Rapporté par Al Boukhâri)
.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Ven 9 Oct 2009 - 23:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mar 14 Avr 2009 - 21:49

552. Selon Abou Oumâma (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «O fils d'Adam! Il t'est bien préférable de donner ce qui dépasse tes besoins; et si tu le gardes c'est pour toi un mal. Jamais on ne te reprochera de détenir ce qui répond à tes justes besoins. Quand tu donnes, commence par ceux qui sont à ta charge. La main supérieure vaut mieux que la main inférieure». (Rapporté par Moslem)

553. Anas (das) rapporte: «II n'est pas une seule fois où l'on ait demandé quelque chose au Messager de Dieu :saws: comme prix de son entrée en Islam et qu'il ne l'ait pas donnée. Une fois quelqu'un vint à lui et il lui donna un troupeau remplissant l'espace qui séparait deux montagnes. Cet homme retourna parmi les siens et leur dit: «O mon peuple! Entrez en Islam car ce Mohammad donne à la manière de celui qui ne craint pas la pauvreté». Et effectivement on voyait quelqu'un entrer d'abord en Islam ne visant par cela que les biens de ce monde mais il ne tardait pas à aimer l'Islam bien plus que ce monde et tout ce qu'il porte».(Rapporté par Moslem)

554. 'Omar (das) rapporte: «Le Messager de Dieu :saws: fit une distribution. Je lui dis: «O Messager de Dieu! Il y a certainement d'autres gens qui méritaient plus ces donations». Il dit: «C'est comme s'ils m'avaient dit: «Ou bien tu nous donnes, ou bien nous te dirons ce que nous te dirons». Je leur ai donné pour qu'ils ne m'accusent pas d'avarice alors que je ne suis pas avare». (Rapporté par Moslem)

555. Joubeyr Ibn Mot'im (das) rapporte: «Alors que je marchais aux côtes du Messager de Dieu à son retour de la bataille de Houneyn, voilà que des Bédouins s'accrochèrent à lui, lui faisant leurs demandes. Si bien qu'ils l'acculèrent à des arbustes épineux qui lui arrachèrent son manteau. Le Prophète s'arrêta et leur dit: «Donnez-moi mon manteau. Si j'avais du bétail au nombre de ces arbustes, je le partagerais entre vous et jamais vous ne me trouverez ni avare ni menteur, ni poltron». (Rapporté par Al Boukhâri)

556. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Jamais aumône n'a rien diminué d'une richesse et jamais pardon n'a ajouté à celui qui pardonne autre chose que de la considération. Chaque fois que quelqu'un se montre modeste par amour de Dieu, Dieu glorifié et honoré ne fait que l'élever davantage». (Rapporté par Moslem)

557. Abou Kabsha (das) rapporte qu'il a entendu dire le Messager de Dieu :saws: : «Trois choses je jure de leur authenticité et apprenez bien ce Hadith que je vais vous citer:
1. Jamais la richesse de quelqu'un n'a été diminuée par une aumône.
2. Chaque fois que quelqu'un subit une injustice et la supporte avec patience,Dieu ne fait qu'augmenter sa considération.
3. Chaque fois que quelqu'un choisit la porte de la mendicité, Dieu lui ouvre la porte de l'indigence.

Je vous cite maintenant un autre Hadith, apprenez-le: Les biens de ce monde appartiennent à l'un de ces quatre individus:
1. Quelqu'un à qui Dieu a octroyé une fortune et une science (sagesse). Il craint ainsi Dieu dans la façon de la dépenser. Il en
donne à ses proches et il sait que Dieu a une part dans cette fortune. Cet homme occupe la position la plus enviable.
2. Quelqu'un à qui Dieu a octroyé une science sans lui donner de fortune. Or son intention est sincère quand il dit: «Si j'avais de l'argent, je le dépenserais à la manière d'untel (celui dont on vient de parler). Il est alors jugé sur son intention; lui et le précédent sont égaux dans le salaire.
3. Quelqu'un à qui Dieu a octroyé une fortune sans lui donner de science. Le voilà dépensant son argent à tort et à travers, sans nullement craindre son Seigneur dans ses dépenses et sans rien donner à ses parents. Il ne reconnaît non plus à Dieu aucun droit dans sa fortune. Celui-là occupe la position la plus mauvaise.
4. Quelqu'un à qui Dieu n'a donné ni fortune ni science. Il ne fait que dire: «Si j'avais la richesse d'untel (celui dont on vient de parler), je la dépenserais à sa manière». Il est alors jugé sur son intention et son salaire est le même que celui du précédent».
(Rapporté par Attirmidhi)

558. Selon 'Àisha (das), ils avaient tué un mouton. Le Prophète :saws: dit: «Qu'est-ce qui en est resté?» Elle dit: «II n'en reste que cette épaule». Il dit: «II est resté tout entier sauf cette épaule». (Rapporté par Attirmidhi)

Commentaire
La famille du Prophète avait donné en aumône tout le mouton sauf son épaule. Le Prophète leur dit que seul ce que nous dépensons pour l'au-delà nous reste et c'est ce que nous gardons pour nous qui s'en va.


559. Asmà’ (das), fille de Abou Bakr (das), rapporte: «Le Messager de Dieu :saws: m'a dit: «Ne ferme jamais la porte de ta caisse sinon Dieu te ferme la porte de la Sienne». (Unanimement reconnu authentique)

560. Abou Hourayra (das) rapporte qu'il a entendu dire le Messager de Dieu :saws: : «L'image de l'avare et du généreux est celle de deux hommes couverts chacun d'une cotte de maille qui lui va du sein à la clavicule. Celui qui est généreux ne dépense pas quelque chose sans que son armure ne s'allonge pour lui couvrir la peau jusqu'à ses doigts, puis descend jusqu'à traîner par terre et effacer les traces de ses pas. Quant à l'avare, chaque fois qu'il veut dépenser quelque chose, les anneaux de sa cuirasse s'accrochent fortement à leur place. Il cherche en vain à les écarter mais ils ne s'écartent pas. (Unanimement reconnu authentique)

561. Selon lui encore, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui qui a fait aumône de la valeur d'une datte provenant d'une acquisition pure (et Dieu n'accepte que ce qui est pur), Dieu l'agrée et la prend de Sa Main droite (c.à.d. en la bénissant) puis la lui fait prospérer comme l'un de vous engraisse son poulain».

562. Toujours selon lui, le Prophète ( :saws: .) a dit: «Alors qu'un homme marchait dans une terre aride, il entendit tout à coup une voix s'adressant à un nuage: «Arrose le jardin d'untel». Aussitôt le nuage se déplaça et déversa son eau dans un terrain couvert de pierres noires. Une rigole recueillit toute cette eau. L'homme suivit le parcours de la rigole et trouva un homme debout dans son jardin, détournant l'eau avec sa houe. Il lui dit: «O esclave de Dieu! Quel est ton nom?» Il dit: «Untel» (le nom prononcé par la voix). Puis il lui dit: «O esclave de Dieu! Pourquoi me demandes-tu mon nom?» Il dit: «J'ai entendu une voix dans le nuage dont voici l'eau dire: «Arrose le jardin d'untel (ton nom)». Comment donc gères-tu ton jardin?» Il dit: «Maintenant que tu m'as dit cela, sache que j'attends ce qui pousse de cette terre, je fais aumône de son tiers, je mange le deuxième tiers et je remets en terre le reste». (Rapporté par Moslem)





61 L'interdiction de l'avarice et de la ladrerie



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 92 - versets 8 à 11: «Quant à celui qui aura été avare, croyant se passer de la bonne récompense de Dieu, (8) et qualifiant le bien de mensonge, (9) Nous le prédisposerons à la voie la plus dure. (10)A quoi lui auront servi ses richesses une
fois qu'il sera mort (ou qu'il tombera dans l'Enfer)? (11)»


2. Chapitre 64 - verset 16: «Celui qui est prémuni contre sa propre avarice, ce sont ceux-là qui ont récolté le succès».


Quant aux Hadiths:

563. Selon Jàber (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Craignez l'injustice car l'injustice est source de ténèbres le jour de la résurrection et craignez l'avarice car l'avarice a tué ceux qui étaient avant vous. Elle les a en effet poussés à faire couler leur sang et à se rendre licite ce qui leur a été interdit». (Rapporté par Moslem)







62 L'altruisme et l'assistance



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 59 - verset 9: «Ils leur donnent la préférence sur eux-mêmes, même s'ils sont dans le besoin».

2. Chapitre 76 - verset 8: «Ils donnent à manger des aliments (malgré leur amour pour ces aliments) à un miséreux, un orphelin et un prisonnier».


Pour ce qui est des Hadiths:

564. Selon Abou Hourayra (das), un homme vint dire au Prophète :saws: : «Je suis exténué par la faim». Il envoya demander quelque chose à l'une de ses femmes. Elle dit: «Par Celui qui t'a envoyé porteur de vérité, je n'ai rien d'autre que de l'eau». Il envoya demander à une autre de ses femmes et ce fut la même réponse jusqu'à ce qu'elles eussent toutes dit: «Par Celui qui t'a envoyé porteur de vérité, je n'ai rien d'autre que de l'eau». Le Prophète dit alors: «Qui donc veut bien donner l'hospitalité à cet homme?» Un Ansàrite dit: «Moi, ô Messager de Dieu!» Il se rendit chez lui en sa compagnie et dit à sa femme: «Reçois bien l'hôte du Messager de Dieu ».

Dans une autre version: «As-tu quelque chose à manger?» Elle dit: «Rien d'autre que le repas de mes enfants». Il dit: «Fais-les patienter par quelque prétexte et, s'ils demandent à dîner, fais-les dormir. Puis quand notre invité entrera à la maison, éteins la lampe et fais-lui croire que nous mangeons avec lui». Ils se mirent donc à table et l'invité mangea tandis qu'ils passèrent la nuit le ventre vide. Le lendemain matin il alla trouver le Prophète qui lui dit: «Dieu S'est vraiment étonné de ce que vous avez fait la veille avec votre invité». (Unanimement reconnu authentique)

565. Toujours selon lui, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Le manger de deux personnes suffit à trois et le manger de trois suffit à quatre». (Unanimement reconnu authentique)

Dans une autre version de Moslem: «Le manger d'un seul suffit à deux, le manger de deux suffit à quatre et le manger de quatre suffit à huit».

566. Abou Sa'id Al Khoudri (das) rapporte: «Pendant qu'on était en voyage avec le Prophète :saws: , voilà qu'arriva un homme sur sa monture. Il promena son regard à droite et à gauche. Le Messager de Dieu :saws: dit alors: «Que celui qui a encore de la place sur sa monture en fasse profiter celui qui n'a pas de monture; et que celui qui a un excédent de provisions en donne à celui qui n'a aucune provision». Il continua ainsi à citer toutes les sortes de biens au point qu'il nous parut qu'aucun de nous n'avait le droit de garder pour lui ce qui excédait ses propres besoins». (Rapporté par Moslem)

567. Selon Sahl Ibn Sa'id (das), une femme vint au Messager de Dieu :saws: avec un manteau tissé. Elle lui dit: «Je l'ai tissé de ma main pour t'en couvrir». Le Prophète :saws: , qui en avait bien besoin, prit le manteau, l'entoura autour de ses hanches et sortit à nous. Untel dit alors: «Habille-moi-s'en, comme il est beau!» Il dit: «Oui». Le Prophète :saws: prit part à notre conseil puis rentra chez lui et fit un paquet du manteau qu'il envoya à cet homme. Les gens lui dirent: «Tu as fait là une bien vilaine chose. Le Prophète s'était couvert de ce manteau dont il avait vraiment besoin et voilà que tu le lui demandes, sachant bien qu'il ne déçoit aucun demandeur». Il dit: «Par Dieu, je ne le lui ai pas demandé pour m'en vêtir mais je voulais uniquement en faire mon linceul». Sahl a dit: «Ce fut effectivement ce manteau qui lui servit de linceul». (Rapporté par Al Boukhâri)

568. Selon Abou Musa (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Les Ash'arites (la tribu de Abou Musa), lorsqu'ils épuisent leurs provisions au cours d'une expédition militaire, ou bien lorsque les ressources de leurs familles deviennent rares, rassemblent ce qu'ils ont dans un seul manteau puis se le partagent à égalité. C'est pourquoi ils m'appartiennent et je leur appartiens». (Unanimement reconnu authentique)
.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Ven 9 Oct 2009 - 23:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mar 14 Avr 2009 - 21:50

63 La concurrence dans les oeuvres destinées à l'autre monde et le souci d'acquérir toujours plus de tout ce qui est source de bénédiction



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 83 - verset 26: «Et que ceux qui se disputent pour arriver à cela se disputent».


Pour ce qui est des Hadiths:

569. Selon Souheyl Ibn Sa'd (das), le Messager de Dieu :saws: reçut en cadeau une boisson. Il en but et il avait à sa droite un jeune homme et à sa gauche des personnes âgées. Il dit au jeune homme (qui avait droit de priorité étant à droite): «Me permets-tu de donner à boire à ceux-là (avant toi)?» Le jeune homme dit: «Non, par Dieu, ô Messager de Dieu! Jamais je ne céderai à quelqu'un un honneur qui me revient de toi». Le Messager de Dieu lui plaça le bol dans sa main. (Unanimement reconnu authentique)

Commentaire
Ce jeune homme n'était autre que le cousin du Prophète :saws: , 'Abdullâh Ibn 'Abbâs (das), réputé pour sa haute connaissance des sciences islamiques. Les règles de la politesse exigent qu'on commence toute distribution par la personne de droite. Mais le Prophète a voulu tenir compte du respect dû à l'âge des autres personnes présentes. Comme le fait de boire juste après le Prophète contient une bénédiction certaine, 'Abdullâh refuse de céder son tour, pas même à ses aînés. Cela montre que nous devons courir avec empressement derrière tout ce qui peut nous apporter la bénédiction de Dieu.


570. Selon Abou Hourayra (das), le Prophète :saws: a dit: «Alors qu'Ayoub se lavait tout née, des sauterelles en or tombèrent sur lui, il se mit alors à les recueillir dans son habit. Son Dieu, qu'il soit exalté et magnifié, l'appela en disant: «Ne t'avais-je pas donné ce qu'il faut, pour te passer de ce que tu vois». Si, par Ta Puissance, répond Ayoub, mais je ne saurais me passer de ta bénédiction». (Rapporté par Al Boukhâri)






64 Le mérite du riche qui rend grâce à Dieu. Il s’agit de celui qui a acquis ses richesses en toute probité et les a dépensées selon les ordres de Dieu



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 92 - versets 5 à 7: «Celui qui aura donné l'aumône et craint pieusement Dieu (5) et celui qui aura cm au bien (6), Nous le prédisposerons à la voie la plus aisée (7)».


2. Chapitre 92 - versets 17 à 21: «On le (l'Enfer yfera éviter au pieux (17). qui donne son argent en aumônes purificatrices (18). Rien de ce que l'on peut détenir comme bien n'a sa récompense auprès de Dieu (19) sauf si on les a acquis uniquement pour les dépenser pour l'amour de son Seigneur, Le Sublime (20) et on sera certainement satisfait (21)».

3. Chapitre 2 - versets 271: «Si vous laissez voir les aumônes, cela est très bien et, si vous les cachez et les donnez aux pauvres, c'est encore bien meilleur pour vous et cela efface (une partie) de vos péchés. Dieu est parfaitement au courant de ce que vous faites».

4. Chapitre 3 - verset 92: «Jamais vous n'atteindrez la bienfaisance jusqu'à ce que vous dépensiez de ce que vous aimez. Vous ne dépensez rien que Dieu ne le sache parfaitement».



Les versets concernant le mérite des dépenses dans les oeuvres d'obéissance à Dieu sont nombreux et bien connus.

Quant aux Hadiths:

571. Selon 'Abdullàh Ibn Mas'ùd (das), le Messager de Dieu ( :saws: ) a dit: «L'envie n'est permise que dans deux cas:
1) Un homme à qui Dieu a donné une fortune et lui a donné la force de la dépenser dans les justes causes.
2) Un homme à qui Dieu a donné une sagesse (un savoir) qu'il emploie pour arbitrer les litiges et qu'il enseigne aux gens».
(Unanimement reconnu authentique)

572. Selon Ibn 'Omar (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «L'envie n'est permise que dans deux cas: l)Un homme à qui Dieu a donné la connaissance du Coran et qui se consacre à sa lecture la nuit et le jour. 2) Un homme à qui Dieu a donné une fortune qu'il dépense de nuit et de jour». (Unanimement reconnu authentique)

573. Selon Abou Hourayra (das), des pauvres parmi les Mouhàjirûn (exilés de la Mecque) vinrent dire au Messager de Dieu :saws: : «Les riches ont emporté les hauts degrés et la jouissance étemelle (le Paradis)». Il dit: «Comment donc?» Ils dirent: «Ils font leurs prières comme nous. Ils jeûnent comme nous. Ils font les aumônes alors que nous ne les faisons pas. Ils affranchissent les esclaves et nous ne le faisons pas». Le Messager de Dieu :saws: leur dit: «Voulez-vous que je vous apprenne une chose qui vous fait rattraper ceux qui vous ont devancés et qui vous fait devancer ceux qui viennent après vous si bien qu'il ne restera plus de gens plus méritants que vous sauf quelqu'un qui aura fait la même oeuvre que vous?» Ils dirent: «Oui, ô Messager de Dieu!». Il dit: «Vous dites à la fin de chaque prière trente trois fois «Soubhânallàh» (gloire et pureté à Dieu) trente trois fois «Allàhou Akbar» (Dieu est plus grand) et trente trois fois «Al hamdoulillàh» (la louange est à Dieu)». Les pauvres des Mouhâjirùn revinrent dire au Messager de Dieu :saws: : «Nos frères riches ont su ce que nous faisons et en font de même». Le Messager de Dieu leur :saws: dit: «Cela provient de la générosité de Dieu qu'il accorde à qui II veut». (Unanimement reconnu authentique)





65 Le devoir de penser à la mort et de ne pas trop tabler sur l'avenir



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 3 - verset 185: «Toute vie insufflée doit goûter à la mort. Ce n'est qu'au jour de la résurrection que vous recevrez intégralement vos salaires. Celui qui sera écarté loin du Feu et qui sera introduit au Paradis aura certainement remporté le succès. La vie ici-bas n'est qu'une jouissance trompeuse».

2. Chapitre 31 - verset 34: «Aucun être ne sait ce qu'il acquerra demain et aucun être ne sait dans quelle terre il devra mourir».

3. Chapitre 16 - verset 61: «Dès que leur terme est échu, ils ne peuvent le retarder ni l'avancer d'une heure».

4. Chapitre 63 - versets 9 à 11: «O vous qui avez cru! Ne vous laissez pas distraire de l'évocation de Dieu par vos biens et par vos enfants. Celui qui s'en laisse distraire, ce sont ceux-là les perdants (9). Dépensez (au service de Dieu) de ce que Nous vous avons octroyé avant que la mort ne vienne à l'un de vous et qu'il dise alors: «Seigneur! Si tu me donnais un court sursis afin que je fasse l'aumône et que je fasse partie des vertueux?» ( 10) Or jamais Dieu ne donne de sursis à une âme quand son heure arrive. Dieu est parfaitement au courant de ce que vous faites (11)».

5. Chapitre 23 - versets 99 à 105: «Jusqu'à ce que la mort vienne à l'un d'eux. Il dit alors: «Seigneur! Retourne-moi (à la vie)... (99) ...Peut-être que je ferai quelque bonne oeuvre de ce que j'ai laissé». Oh que non! Ce n'est là qu'une vaine parole qu'il prononce et derrière eux se trouve un barrage jusqu'au jour où ils seront ressuscites». ( 100) Lorsqu'on soufflera dans le clairon (de l'Apocalypse), ce jour-là il n'y aura plus entre eux aucun lien de parenté et ils ne s'interrogeront pas entre eux. (101). Celui dont les oeuvres pèseront lourd, ceux-là sont les récolteurs du succès. (102). Celui dont les oeuvres seront de peu de poids, ceux-là sont ceux qui se sont perdus eux-mêmes et qui s'éternisent en Enfer. (103) Les flammes leur lèchent le visage et leurs lèvres s'y retroussent en découvrant leurs dents. (104) Jusqu'à ce que Dieu le Très-Haut dise: «Combien êtesvous demeurés sur terre en nombre d'années? (112) Ils dirent: «Nous sommes demeurés une journée ou une partie de journée. Interroge donc les comptables». (113) II dit: «Vous n'êtes effectivement demeurés que peu de temps, si vous pouviez savoir». (114) Avez-vous donc pensé que Nous vous avions créés en pur amusement et que vous ne Nous seriez pas retournés?» (115)

6. Chapitre 57 - verset 16: «N'est-il pas venu le temps pour ceux qui ont cru de laisser leurs coeurs se remplir d'une sensation de paix et d'humble soumission à la lecture du Livre de rappel de Dieu et de ce qui est descendu de la vérité et de ne point être pareils à ceux qui ont reçu le Livre avant eux (Juifs et Chrétiens)? Ceux-là de trop longues années sont déjà passées depuis qu'ils l'ont reçu et c'est pourquoi leurs coeurs devinrent trop durs. Beaucoup d'entr'eux sont des dévergondés».


Les versets se rapportant à ce chapitre sont très nombreux et bien connus.

Pour ce qui est des Hadiths:

574. Selon Ibn 'Omar (das), le Messager de Dieu :saws: le saisit une fois par l'épaule et lui dit: «Sois dans ce bas-monde comme un étranger ou comme quelqu'un de passage». Le fils de 'Omar (das) disait: «Quand tu es au soir, n'attends pas le matin et quand tu es au matin, n'attends pas le soir. Prends de ta bonne santé pour ta maladie et de ta vie pour ta mort». (Rapporté par Al Boukhâri)

575. Toujours selon lui. Le Messager de Dieu :saws: a dit: «Aucun Musulman possédant quelque bien héritable n'a le droit de passer deux nuits sans avoir par-devant lui son testament dûment rédigé». (Version de Al Boukhâri)

Dans une autre version de Moslem il est dit: «Trois nuits». Le fils de 'Omar a dit: «Depuis que j'ai entendu cela de la bouche du Messager de Dieu , je n'ai plus passé une seule nuit sans avoir avec moi mon testament».

576. Anas (das) rapporte: «Le Prophète :saws: traça des traits et dit: «Voici l'homme et voici le terme de sa vie. Alors qu'il est ainsi, voilà que le trait le plus proche vient mettre fin à son existence». (Rapporté par Al Boukhâri)

577. Ibn Mas'ûd (das) rapporte: «Le Prophète traça un carré. Puis il traça en son milieu un trait qui en sortait. Il traça ensuite des petits traits se dirigeant vers le précédent. Il dit: «Tel est l'homme et ce carré représente son terme qui l'entoure de toutes parts. La ligne médiane qui sort du carré représente ses espérances. Quant à ces petits traits, ce sont les accidents qui le guettent. Si l'un d'eux le manque, l'autre le saisit dans ses mâchoires». (Rapporté par Al Boukhâri)

578. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Hâtez-vous de faire les bonnes actions avant d'en être empêchés par l'une de ces sept choses auxquelles vous devez vous attendre:
1 ) Une pauvreté qui vous fait oublier (de les faire).
2) Une richesse qui vous rend arrogant.
3) Une maladie ruinant votre santé.
4) Une vieillesse affaiblissant votre esprit.
5) Une mort mettant fin à vos jours.
6) L'arrivée du faux Messie et c'est le pire de ce que peut vous cacher l'avenir.
7) L'arrivée de l'Heure et «l'Heure est plus mortelle et plus amère encore».


579. Toujours selon lui, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Pensez beaucoup à la chose qui vient mettre fin aux jouissances: la mort». (Rapporté par Attirmidhi)

580. Selon Oubey Ibn Ka'b (das), le Messager de Dieu :saws: , une fois passé le premier tiers de la nuit, se levait de son lit et disait: «O gens! Pensez à Dieu car voici désormais venu le premier souffle dans le clairon (de l'Apocalypse) bientôt suivi du deuxième. Voici venue la mort avec toute sa suite!» Je dis: «O Messager de Dieu! Je prie beaucoup pour toi. Quelle part de ma prière puis-je te réserver?» Il dit: «Celle que tu veux». Je dis: «Le quart?» Il dit: «Ce que tu veux et si tu y ajoutes quelque chose c'est encore mieux pour toi». Je dis: «La moitié?» Il dit: «Ce que tu veux et si tu y ajoutes quelque chose c'est encore mieux pour toi». Je dis: «Les deux tiers ? Il dit: «Ce que tu veux et si tu y ajoutes quelque chose c'est encore mieux pour toi». Je dis: «Je te consacre donc toute ma prière?» Il dit: «Tu auras ainsi mis fin à tous tes soucis et on t'absoudra de tes péchés». (Rapporté par Attirmidhi)

.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Sam 10 Oct 2009 - 11:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mar 14 Avr 2009 - 21:52

66 La recommandation aux hommes de rendre visite aux tombes et ce que doit dire le visiteur



581. Selon Boureyda (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Je vous ai jadis interdit de visiter les tombes. Maintenant visitez-les». (Rapporté par Moslem)

Dans une autre version: «Celui qui désire visiter les tombes qu'il le fasse! Elles nous rappellent en effet l'autre monde».

582. Selon "Àisha (das), le Messager de Dieu :saws: , toutes les fois qu'il passait sa nuit chez elle selon son tour, sortait à la fin de la nuit pour aller au cimetière d'Al Baqi'. Il disait: «Paix et salut à vous! Demeure d'un peuple de Croyants! Que Dieu vous donne ce qui vous était promis. Votre résurrection est reportée à demain et nous allons, si Dieu veut, vous rejoindre. Seigneur Dieu! Absous les habitants de Baqi' Al Gharqad!» (Rapporté par Moslem)

Remarque
«Baqi' Al Gharqad»: c'est le nom du cimetière principal de Médine où se trouvent de nombreux parents du Prophète et un grand nombre de ses Compagnons. Il y avait dans ce cimetière des arbres dits «Gharqad», d'où son nom.

583. Selon Boureyda (das), le Prophète :saws: , quand ils sortaient pour rendre visite aux tombes, leur apprenait à dire: «Paix et salut à vous, habitants de ces demeures d'entre les Croyants et les Musulmans! Nous allons certainement, si Dieu veut, vous rejoindre. J'implore de Dieu le salut pour nous et pour vous». (Rapporté par Moslem)

584. Ibn 'Abbàs (das) rapporte: «Le Messager de Dieu :saws: passa une fois devant des tombes à Médine. Il se tourna vers elles et dit: «Paix et salut à vous, habitants de ces tombes! Vous êtes nos prédécesseurs et nous sommes vos suivants». (Rapporté par Attimiïdhi)







67 La désapprobation de celui qui souhaite la mort à cause d'un malheur qui l'a frappé. Cependant qu'on peut la souhaiter par crainte d'être tenté dans sa religion




585. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Que l'un de vous ne souhaite pas la mort car, ou bien son oeuvre est bonne et elle peut augmenter, ou bien elle est mauvaise et il se peut tout de même qu'il fasse quelque chose qui le mette finalement à l'abri de tout reproche». (Unanimement reconnu authentique)

Dans une version de Moslem et d'après Abou Hourayra, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Que l'un de vous ne souhaite pas la mort et qu'il ne l'appelle pas avant qu'elle ne vienne à lui. Car, une fois mort, son oeuvre s'arrête et tant que la vie du Croyant se prolonge, elle ne fait que lever son mérite».

586. Selon Anas (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Que l'un de vous ne souhaite pas la mort à cause d'un mal qui l'a frappé. S'il doit absolument le faire, qu'il dise: «Seigneur Dieu! Laissez-moi en vie tant que la vie est pour moi un bien et faites-moi mourir si la mort est préférable pour moi». (Unanimement reconnu authentique)

587. Qays Ibn Hàzem rapporte: «Nous sommes entrés chez Al Khabbàb Ibn Al Arat (das) pour lui rendre visite au cours d'une maladie. Il s'était fait cautériser en sept endroits de son corps. Il dit: «Nos compagnons qui nous ont précédés sont passés alors qu'il ne leur manquait rien des biens de ce monde. Quant à nous nous en avons recueilli une quantité que seule la terre suffit à nous les garder. Si le Prophète ne nous avait pas interdit de souhaiter la mort, je l'aurais souhaitée». Puis nous lui rendîmes une autre visite alors qu'il réparait l'un des murs de sa maison. Il dit: «Le Musulman a un salaire certain pour tout ce qu'il dépense sauf pour ce qu'il cache sous terre» (interdiction de la thésaurisation). (Unanimement reconnu authentique)






68 La crainte scrupuleuse de Dieu et le renoncement à tout ce qui est douteux



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 24 - verset 15: «Vous croyez la chose de peu d'importance alors que pour Dieu c'est énorme».

2. Chapitre 89 - verset 14: «Ton Seigneur ne laisse rien échapper à Son observation vigilante».


588. Annou'màn Ibn Bashir (das) rapporte: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Les choses licites sont bien définies et les choses interdites sont bien définies. Entre les deux il y a des choses équivoques que peu de gens connaissent, Celui qui s'est mis à l'abri des choses équivoques a tout fait pour blanchir sa foi et sa réputation et celui qui s'y est laissé tomber est tombé dans les choses interdites, tel le berger qui ne cesse de faire paître ses troupeaux autour du domaine (du roi). Il n'est donc pas loin de l'empiéter. Sachez que chaque roi a son domaine réservé et sachez que les domaines réservés de Dieu sont Ses interdits. Sachez que dans le corps humain il y a une bouchée de viande. Quand cette bouchée est bonne, tout le corps est bon; et quand elle est devenue mauvaise, tout le corps le devient. Sachez que cette bouchée est le coeur». (Unanimement reconnu authentique)

589. Selon Anas (das), le Prophète :saws: trouva sur son chemin une datte. Il dit: «Si je ne craignais pas qu'elle fasse partie des aumônes, je la mangerais». (Unanimement reconnu authentique)

590. Selon Annawàs Ibn Sam'an (das), le Prophète :saws: a dit: «Le summum de la bonté c'est la courtoisie et le péché c'est tout ce qui te met dans l'embarras avec toi-même et que tu n'aimerais pas que les gens le découvrent». (Rapporté par Moslem)

591. Wabisa Ibn Ma'bad (das) rapporte: «Je me rendis une fois auprès du Messager de Dieu :saws: . Il me dit: «Tu viens me demander ce qu'est le bien?» Je dis: «Oui». Il dit: «Prends-en l'avis de ton propre coeur. Le bien est tout ce qui ne trouble pas la sérénité de l'âme et du coeur. Le mal est ce qui te met dans l'embarras avec toi-même et qui ne fait qu'hésiter dans ta poitrine, quand bien même les gens t'en donnent une appréciation favorable et quand bien même ils t'en donnent un bon avis».

592. 'Oqba Ibn Al Hâreth (das) épousa l'une des filles de Abou Ihàb Ibn 'Aziz. Une femme vint lui dire: «J'ai donné mon sein à 'Oqba en même temps qu'à celle qu'il vient d'épouser (alors que c'est sa soeur de lait et elle lui est interdite)». 'Oqba dit: «Je ne me rappelle pas avoir tête de ton sein ni l'avoir appris de toi avant ce jour». Il monta sur son chameau et alla voir le Messager de Dieu :saws: à Médine. Il lui demanda son avis sur la question. Le Messager de Dieu :saws: lui dit: «Comment épouses-tu cette femme alors qu'on t'a dit que c'est ta soeur de lait?» Aussitôt 'Oqba la répudia et elle se maria à quelqu'un d'autre». (Rapporté par Al Boukhàri)

593. Al Hasan Ibn 'Ali (das) a dit: «J'ai appris du Messager de Dieu :saws: ces paroles: «Renonce à ce qui t'inspire du doute pour ce qui ne t'en inspire pas». (Rapporté par Atirmidhi)

594. 'Àisha (das) rapporte: «Abou Bakr Assidiq (son père) avait un esclave qui lui versait une part convenue de ses revenus. Abou Bakr mangeait de cette contribution. Un jour l'esclave lui apporta quelque chose dont Abou Bakr mangea. Le jeune homme lui dit: «Sais-tu de quoi tu viens de manger?» Abou Bakr dit: «Non». Il lui dit: «J'avais fait une prédication à quelqu'un avant mon entrée en Islam, alors, qu'en réalité, je ne savais rien de l'art de la divination. Je l'avais tout simplement trompé et il me donna en salaire ce dont tu viens de manger». Aussitôt Abou Bakr mit sa main dans son gosier et vomit tout ce qu'il avait dans le ventre». (Rapporté par Al Boukhâri)

Commentaire
Ce Hadith vient nous apprendre l'interdiction formelle de tout charlatanisme et de toute forme d'escroquerie. Abou Bakr, quoiqu'étant de bonne foi, a préféré vomir ce qu'il venait de manger pour éviter tout ce qui était équivoque. Cela est en degré supérieur de la piété appelé «ouara'a».


595. Selon Nafà", 'Omar Ibn Al Khattâb (das) avait assigné aux premiers exilés de la Mecque une rente annuelle de quatre mille (dinars ou dirhams) cependant qu'il n'en alloua que trois mille cinq cents à son propre fils ('Abdullàh). On lui dit: «II fait partie des exilés de la Mecque, pourquoi lui donnes-tu moins que les autres?» Il dit: «Ce sont plutôt ses parents qui l'on amenés avec eux dans leur exil» voulant dire par là qu'il n'avait pas le même mérite que celui qui avait émigré de lui-même». (Rapporté par Al Boukhâri)

596. Selon 'Atiya 'Orwa Asà'idi (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «L'homme n'atteint vraiment le degré de la piété que lorsqu'il renonce à ce qui est admis de peur de commettre l'interdit».






69 Le devoir de préférer la solitude lorsque les gens et les temps se
corrompent ou par peur d'une tentation dans sa foi, ou de tomber dans l'interdit, l'équivoque et autres choses pareilles



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 51 - verset 50: «Fuyez donc vers Dieu! Je suis pour vous de Sa part un avertisseur évident».


Pour ce qui est des Hadiths:

597. Sa'd Ibn Abi Waqqâs (das) rapporte: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Dieu aime l'homme pieux et riche
(de coeur)».


598. Abou Saïd Al Khoudri (das) rapporte: «Un homme demanda une fois: «Quel est l'homme le plus méritant? O Messager de Dieu!» Il dit: «Un Croyant combattant au service de Dieu avec sa vie et ses biens». Il ajouta ensuite: «Puis vient quelqu'un qui s'est retiré dans une vallée de montagne pour se consacrera l'adoration de son Seigneur».

Dans une autre version: «... qui craint Dieu et épargne aux autres son propre mal». (Unanimement reconnu authentique)

599. Toujours selon lui, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Nous ne sommes plus loin du temps où la meilleure richesse du Musulman sera un troupeau de bêtes avec lequel il parcourt les cimes des montagnes et les points de chute de la pluie, fuyant ainsi avec sa religion les tentations néfastes». (Rapporté par Al Boukhàri)

600. Selon Abou Hourayra (das), le Prophète :saws: a dit: «Dieu n'a pas envoyé un seul prophète qui n'ait gardé des troupeaux». Ses Compagnons lui dirent: «Et toi aussi?» Il dit: «Oui, je gardais les troupeaux des Mecquois pour quelques pièces d'argent».

601. Selon lui encore, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Aucune lutte pour la vie n'est meilleure que celle d'un homme tenant les rênes de son cheval au service de Dieu. Dès qu'il entend un appel à la guerre, il vole sur son cheval désirant tuer ou mourir là où s'en trouvent les occasions. Ou celle d'un homme menant son petit troupeau sur l'une des cimes de ces montagnes, ou au fond de l'une de ces vallées. Il observe scrupuleusement le rite de la prière, donne l'aumône légale et adore son Seigneur jusqu'à la mort qui vient lever le voile de l'inconnu. Il vit ainsi à l'abri du mal des autres et ne reçoit d'eux que du bien»

Commentaire
Quand le mourant va rendre l'âme, il voit alors les Anges de la mort et sa destinée dans l'au-delà. Il croit ainsi désormais aux choses de
l'inconnu dont il se moquait durant sa vie. Mais cette conversion n'a aucune valeur car Dieu n'agrée pas le repentir d'un mourant.
.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Sam 10 Oct 2009 - 11:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mar 14 Avr 2009 - 21:54

70 Le mérite de se mêler aux gens, d'assister avec eux à la prière de Vendredi, à tout prière en commun, à toutes les démonstrations de bien et aux cercles de méditation pieuse. Le mérite aussi de rendre visite à leurs malades, de suivre leurs cortèges funèbres, d'aider leurs besogneux, de renseigner leurs ignorants et autres bons services pour celui qui est capable d'ordonner le bien et de proscrire le mal, qui s'est retenu de faire du tort aux autres et qui a supporté leurs torts avec patience



*Sache que le fait de se mêler aux gens de la façon que nous venons de citer est l'attitude idéale qu'adoptaient le Messager de Dieu de même que tous les Prophètes, bénédictions et salut de Dieu sur eux, de même que les califes bien guidés (les quatre premières califes ainsi que 'Omar Ibn 'Abdel 'Aziz) et ceux qui viennent après eux tels les Compagnons du Prophète et ceux qui leur ont succédé parmi les savants des Musulmans et leur élite. C'est aussi l'école de la plupart de leurs successeurs et de ceux qui sont venus après leurs successeurs. Telle fut enfin la conviction des Imams Ashshafi'i, Ahmad et la plupart des jurisconsultes, que Dieu leur accorde à tous Sa satisfaction.


Dieu le Très-Haut a dit:

(chapitre 5 - verset 2) «Aidez-vous les uns les autres à l'accomplissement du bien et de la piété».

Les versets dans ce sens sont nombreux et bien connus.








71 La modestie et l'attitude humble et bienveillante avec les Croyants




Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 26 - verset 215: «Sois modeste et doux avec ceux des Croyants qui t'ont suivi» (m.à.m. abaisse-leur ton aile).

2. Chapitre 5 - verset 54: «O vous qui avez cm! Celui d'entre vous qui reniera sa foi, Dieu fera venir des gens qu'il aime et qui L'aiment, humbles et doux avec les Croyants, fiers et puissants avec les Mécréants».

3. Chapitre 49 - verset 13: «O Humains! Nous vous avons créés à partir d'un mâle et d'une femelle et Nous avons fait de vous des peuples et des tribus afin que vous vous connaissiez entre vous. Le plus noble d'entre vous pour Dieu est le plus pieux».

4. Chapitre 53 - verset 32: «Ne vous donnez pas vous-mêmes des diplômes de vertu, c'est Lui qui sait mieux que tous qui a été pieux».

5. Chapitre 7 - versets 48 et 49: «Les gens de l'enceinte du Paradis appelèrent des hommes qu'ils reconnaissaient à leurs marques et leur dirent: «A quoi vous ont servi les biens que vous accumuliez et ce que vous affichiez comme orgueil? (48) Est-ce donc ceux-là au sujet desquels vous aviez juré que Dieu ne leur accorderait aucun bien de Sa miséricorde? (Et bien! Il leur a dit): «Entrez au Paradis! Aucune crainte à votre sujet (ou ne vous accable) et nul chagrin ne vous afflige». (49)



Pour ce qui est des Hadiths:

602. Selon 'Yàd Ibn Himàr (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Dieu m'a inspiré ce commandement: «Soyez modestes jusqu'à ce que nul ne se vante de sa supériorité sur son prochain et que nul n'agresse son prochain». (Rapporté parMoslem)

603. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Jamais aumône n'a rien diminué d'une richesse. Quand l'homme pardonne, Dieu ne lui ajoute à cause de cela que considération et puissance. Chaque fois que quelqu'un se montre modeste par amour pour Dieu (non par crainte ou veulerie), Dieu ne fait que l'élever davantage». (Rapporté par Moslem)

604. On rapporte que Anas (das) passa un jour devant des enfants. Il les salua en disant: «Ainsi faisait le Prophète ». Unanimement reconnu authentique)

605. Il a dit encore: «II arrivait souvent à la petite fille à Médine de prendre le Prophète :saws: par la main et de l'emmener ainsi là où elle voulait». (Rapporté par Al Boukhâri)

606. Al Aswad Ibn Yazid rapporte: «On demanda une fois à 'Âisha (das) ce que faisait le Prophète :saws: à la maison. Elle dit: «II servait sa famille et, quand venait l'heure de la prière, il sortait à la mosquée». (Rapporté par Al Boukhâri)

607. Témim Ibn Ouseyd (das) rapporte: «Je parvins au Messager de Dieu :saws: alors qu'il faisait un discours. Je dis: «O Messager de Dieu! Un étranger est venu se renseigner sur sa religion, ne sachant pas quelle est sa religion!» Le Messager de Dieu :saws: se dirigea vers moi en interrompant son sermon. Quand il arriva près de moi on lui apporta une chaise et il s'assit dessus. Il se mit alors à m'enseigner de ce que Dieu lui avait enseigné. Puis il alla reprendre son discours et l'acheva». (Rapporté par Moslem)

608. Selon Anas (das), le Messager de Dieu :saws: se léchait les trois doigts (le pouce, l'index et le majeur) après chaque repas. Il dit une fois: «Quand l'un de vous laisse tomber une bouchée, qu'il l'essuie et la mange sans la laisser au Diable». Il ordonnait aussi de racler le fond du bol avec le plat de son index et de lécher ainsi ce qui y est resté collé. Il disait: «Vous ne savez pas dans quelle partie de votre manger se trouve la bénédiction de Dieu». (Rapporté par Moslem)

Commentaire
Comme nous l'avons déjà dit dans les premiers chapitres, d'aucuns s'offusqueront à la lecture de ce hadith. Nous leur rappelons que le Musulman se lave bien les mains avant de se mettre à table. Il ne mange qu'avec la main droite et seule la main gauche touche aux impuretés. Dans cette saine pratique il y a plusieurs avantages matériels et spirituels: cela nous inculque l'esprit d'épargne et le respect de cette nourriture qui manque à beaucoup de nos frères humains. Cela nous enseigne l'humilité car c'est ainsi que mangent les pauvres. Ce sont souvent les composants les plus riches (graisse, vitamines) qui collent aux parois du récipient.


609. (Déjà rapporté au chapitre 67). Selon Abou Hourayra (das), le Prophète :saws: a dit: «Dieu n'a pas envoyé un seul prophète qui n'ait gardé les troupeaux». Ses Compagnons dirent: «Et toi aussi?» Il dit: «Je gardais les troupeaux des Mecquois pour quelques pièces d'argent». (Rapporté par Al Boukhàri)

610. Selon lui encore, le Prophète :saws: a dit: «Si l'on m'invitait à un pied d'agneau ou à son bras, je répondrais à l'invitation et, si on me les offrait, je les accepterais». (Rapporté par Al Boukhàri)

611. Anas (das) rappporte: «La chamelle du Messager de Dieu :saws: , dite «Al Adbà’», était quasi imbattable à la course. Un jour un Bédouin se présenta sur un jeune chameau et la devança. Cela fit de la peine aux Musulmans jusqu'à ce que le sût le Prophète :saws: qui leur dit: «Dieu S'est obligé à rabaisser tout ce qui s'élève des choses de ce monde». (Rapporté par Al Boukhàri)







72 L'interdiction de l'orgueil et de la vanité



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 28 - verset 83: «Cette demeure ultime (le Paradis) que voilà, Nous la réservons à ceux qui ne cherchent ni à s'élever sur terre ni à y semer la corruption et l'avenir est aux gens pieux».

2. Chapitre 17-verset 37: «Ne marche pas sur terre plein de uffisance».

3. Chapitre 31 - verset 18: «Ne sois pas d'un abord difficile (m.à.m.: n'éloigne point ta joue des gens), ne marche pas sur terre très content de toi-même, Dieu n'aime certainement pas tout être plein de suffisance et de vantardise».



Quant aux Hadiths:

612. Selon 'Abdullàh Ibn Mas'ûd (das), le Prophète :saws: a dit: «N'entrera pas au Paradis celui qui a dans son coeur le poids d'un atome d'orgueil». Quelqu'un dit: «On aime pourtant avoir un bel habit et de belles chaussures». Il dit: «Dieu est beau et II aime la beauté. L'orgueil c'est le fait de ne pas accepter une vérité venant des autres et de les mépriser». (Rapporté par Moslem)

613. Selon Salama Ibn Al Akwa' (das), quelqu'un mangea chez le Messager de Dieu :saws: avec la main gauche. Il lui dit: «Mange avec ta main droite!» L'homme dit: «Je ne le peux pas». Il dit: «Puisses-tu ne jamais le pouvoir!» Seul son orgueil l'en empêche en effet. Salma dit: «II ne porta plus sa main droite à sa bouche». (Rapporté par Moslem)

614. Hàritha Ibn Wahb (das) rapporte: «J'ai entendu dire le Messager de Dieu :saws: : «Voulez-vous que je vous dise qui sont les gens de l'Enfer? Toute brute, suffisant et se prenant pour un grand homme». (Unanimement reconnu authentique)

615. Selon Abou Sa'id Al Khoudri (das), le Prophète :saws: a dit: «Le Paradis et l'Enfer voulurent se prouver l'un à l'autre leur supériorité. L'Enfer dit: «C'est chez moi que se trouvent les tyrans et les orgueilleux». Le Paradis répliqua: «C'est chez moi que se trouvent les faibles et les miséreux». Dieu arbitra alors entre eux: «Tu es, toi Paradis, Ma miséricorde que Je donne à qui Je veux et toi, Enfer, tu es Mes tourments auxquels Je soumets qui Je veux. Je m'engage à assurer son plein à chacun de vous deux». (Rapporté par Moslem)

616. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Dieu ne regarde pas le jour de la résurrection celui qui laissait traîner son manteau pour écraser les autres de son opulence». (Unanimement reconnu authentique)

617. Selon lui encore, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Trois individus Dieu ne leur parlera pas le jour de la résurrection, ne les bénira pas et ne les regardera pas. Ils auront en outre des tourments douloureux:
1. Un vieillard fornicateur.
2. Un roi menteur.
3. Un pauvre plein d'orgueil
.

Commentaire
La fornication, le mensonge et l'orgueil sont par eux-mêmes de graves péchés. Ils le deviennent encore plus quand ils sont commis par celui qui n'y est poussé par aucun besoin compréhensible. Le vieillard n'a plus cette activité sexuelle débordante qui incite les jeunes à la luxure. C'est souvent la peur qui pousse les faibles à mentir pour fuir quelque châtiment. Mais le roi est assez puissant pour ne pas avoir à recourir au mensonge. Le pauvre n'a aucune raison d'être orgueilleux car il a souvent besoin de l'assistance des autres. Sa situation miséreuse devrait plutôt lui inspirer humilité et modestie. Un adage populaire dit: «Vive celui qui connaît sa juste valeur!»


618. Encore selon lui, le Messager de Dieu :saws: a dit: «La fierté est Mon pagne et l'orgueil est Mon manteau. Celui qui veut Me disputer l'un d'eux, Je l'assure déjà des tourments qui l'attendent». (Rapporté par Moslem)

619. Toujours selon lui, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Alors que quelqu'un (il s'agit sans doute de Qaroun le cousin de Moïse) marchait dans sa belle parure, très fier de lui-même, les cheveux bien peignés, se pavanant dans sa démarche, voilà que Dieu ouvrit la terre sous ses pieds et il ne cesse depuis de descendre au fond de la terre jusqu'au jour de la résurrection».

620. Selon Salama Ibn Al Akwa' (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Tant l'homme se laisse aller à sa prétention qu'il est inscrit parmi les violents et les orgueilleux et il est alors atteint par les tourments qui les frappent».

.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Sam 10 Oct 2009 - 12:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mar 14 Avr 2009 - 21:55

73 La moralité et le bon caractère



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 68 - verset 4: «Tu jouis certainement (ô Mohammad) d'une très grande moralité».

2. Chapitre 3 - verset 134: «Ceux qui refoulent leur colère et qui pardonnent aux gens. Et Dieu aime les bienfaiteurs».


Pour ce qui est des Hadiths:

621. Selon Anas (das), le Messager de Dieu :saws: jouissait dans la société de la plus haute moralité. (Unanimement reconnu authentique)

622. Anas (das) rapporte: «Je n'ai jamais touché un brocart, ni une étoffe de soie plus lisse que la paume de la main du Messager de Dieu :saws: . Je n'ai jamais senti de parfum plus suave que celui du Messager de Dieu . J'ai effectivement servi le Messager de Dieu durant dix années. Jamais il ne m'a dit «Ouf!» (en signe d'impatience et de réprobation). Jamais il ne m'a dit pour quelque chose que j'avais faite - «Pourquoi l'as-tu faite?» - ni pour quelque chose que je n'avais pas faite, «Que ne l'aies-tu faite?»

623. Asa'b Ibn Jaththàma (das) rapporte: «J'ai offert au Messager de Dieu :saws: un âne sauvage (onagre) et il me le refusa (il était alors sous la règle sacrée du pèlerinage où la chasse est interdite). Quand il lut la déception sur mon visage, il me dit: «Nous ne te l'avons refusé que parce que nous étions sous la règle du pèlerinage». (Unanimement reconnu authentique)

624. Annawàs Ibn Sam'àn (das) rapporte: «J'ai interrogé le Messager de Dieu :saws: sur le bien et sur le mal. Il me dit: «Le bien c'est la bonne moralité et le mal c'est ce qui reste hésitant dans ta poitrine et que tu n'aimerais pas que les gens découvrent». (Rapporté par Moslem)

625. Selon 'Abdullàh Ibn 'Amr Ibn Al-'Às (das), le Messager de Dieu :saws: n'a jamais été grossier et n'a jamais voulu le paraître. Il disait: «Parmi vos meilleurs sont ceux d'entre vous qui ont la plus haute moralité et le meilleur caractère». (Unanimement reconnu authentique)

626. Selon Abouddardà’ (das), le Prophète :saws: a dit: «Rien ne pèse plus dans la balance du Croyant le jour de la résurrection que sa bonne moralité et son bon caractère. Dieu déteste en effet tout grossier au parler impudique». (Rapporté par Attirmidhi)

627. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: fut interrogé sur ce qui faisait entrer le plus les gens au Paradis. Il dit: «La crainte de Dieu et la bonne moralité». On l'interrogea de même sur ce qui faisait entrer le plus les gens en Enfer et il dit: «La bouche et le sexe». (Rapporté par Attirmidhi)

Commentaire
Dans un fameux Hadith, le Prophète :saws: dit à l'un de ses compagnons: «Garantis-moi la pureté de ce qui est entre tes deux mâchoires (la langue) et la pureté de ce qui est entre tes deux cuisses (le sexe) et je te garantis le Paradis». La langue est l'un des plus petits organes mais, en même temps, l'un des plus virulents, capable de semer la discorde et de ruiner des ménages. Le mensonge, la médisance, le colportage et autres blasphèmes abjects ne sont que l'oeuvre des mauvaises langues.
Quant au sexe que Dieu a uniquement créé pour assurer la ontinuité de notre race, dès qu'il désobéit aux normes de chasteté et de pureté imposées par Dieu, il devient source de toutes sortes de maux et des crimes les plus horribles.
Les maladies sexuellement transmissibles font en effet des ravages dans les sociétés qui se disent les plus civilisées mais qui adorent Satan à la place du Seigneur. Le sida, cette peste terrible du 20e siècle, en est l'exemple le plus éloquent. Les enfants illégitimes qu'on tue à leur naissance, les avortements provoqués, les familles déshonorées à jamais par la prostitution, tout cela est causé par les actes sexuels réprouvés par Dieu.
Remarquez comment notre Prophète bien aimé a exprimé en quelques mots ce qui pourrait faire l'objet d'une très longue thèse.


628. Selon lui encore, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Les Croyants qui ont la foi la plus accomplie sont ceux d'entr'eux qui jouissent de la meilleure moralité et du plus doux caractère. Les meilleurs d'entre vous sont ceux qui traitent le mieux leurs femmes». (Rapporté par Attirmidhi)

629. 'Àisha (das) rapporte: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Le Croyant atteint sûrement par sa bonne moralité et son affabilité le degré de celui qui jeûne toute l'année et passe toutes ses nuits à prier et à évoquer Dieu». (Rapporté par Abou Dawùd)

630. Selon Abou Oumàma Al Bàhili (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Je garantis une maison dans les faubourgs du Paradis à celui qui se sera abstenu de toute polémique même quand il avait raison. Je garantis une maison au coeur du Paradis à celui qui se sera abstenu du mensonge pas même en plaisantant. Je garantis une maison dans les plus hauts lieux du Paradis à celui qui aura été affable et de bonne moralité». (Rapporté par Abou Dawùd)

631. Selon Jàber (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Ceux d'entre vous que j'aime le plus et qui seront assis le plus près de moi le jour de la résurrection sont ceux d'entre vous qui jouissent de la meilleure moralité et qui sont les plus affables. Ceux d'entre vous que je déteste le plus et qui seront assis le plus loin de moi le jour de la résurrection sont les bavards, les hâbleurs et les grandiloquents». Les assistants dirent: «Nous savons qui sont les bavards et les hâbleurs, mais que veut dire «grandiloquents»? Il dit: «Les orgueilleux et les fanfarons». (Rapporté par Attirmidhi)







74 La clémence, la patience et la douceur



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 3 - verset 134: «...Ceux qui refoulent leur colère et qui pardonnent aux gens. Et Dieu aime les gens de bien».

2. Chapitre 7 - verset 199: «Exige ce qui est aisément supportable, ordonne le bien communément reconnu comme tel et détourne-toi des insensés».

3. Chapitre 41 - versets 34 et 35: «La bonne action et la mauvaise n'ont pas la même valeur. Repousse de la plus belle manière et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux. (34) Cela n'est le lot que de ceux qui ont patienté. Cela n'est le lot que de quelqu'un à la chance énorme». (35)

4. Chapitre 42 - verset 43: «Celui qui se montre patient et pardonne, c'est certainement là une marque de caractère».


Pour ce qui est des Hadiths:

632. Selon Ibn 'Abbàs (das), le Messager de Dieu :saws: a dit une fois à Ashaj 'Abdulqays: «II y a en toi deux qualités que Dieu aime: «la clémence et la patience». (Rapporté par Moslem)

633. Selon 'Âisha (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Dieu est doux et II aime la douceur en toute chose». (Unanimement reconnu authentique)

634. Selon elle encore, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Dieu est doux et II aime la douceur. Il donne pour la douceur ce qu'il ne donne pas pour la violence ni pour toute autre chose». (Rapporté par Moslem)

635. Toujours selon elle, le Prophète :saws: a dit: «Quand la douceur est dans quelque chose, elle ne peut que l'embellir et quand elle en est retirée, elle ne peut que l'enlaidir». (Rapporté par Moslem)

636. Selon Abou Hourayra (das), un Bédouin urina une fois dans la mosquée. Les gens se levèrent pour le malmener. Le Prophète :saws: leur dit: «Laissez-le en paix et versez un seau d'eau sur son urine. Dieu ne vous a suscités que pour faciliter les obligations et ne vous a jamais suscités pour les rendre difficiles».(Rapporté par Al Boukhàri)

637. Selon Anas (das), le Prophète :saws: a dit: «Rendez les choses faciles et ne les rendez pas difficiles. Annoncez la bonne nouvelle et ne rebutez point les gens».(Unanimement reconnu authentique)

Commentaire
On rapporte au sujet du Prophète que, tout le long du pèlerinage, on n'a pas demandé au Messager de Dieu une permission qu'il ait refusée. Cela concernait évidemment des obligations secondaires et non les quatre règles fondamentales du pèlerinage (Arkan) qui sont:
1. Al Ihrâm, c'est-à-dire la déclaration d'entrée dans les actions de ce rite qui est suivie du «Tajarroud» qui consiste pour les hommes à
quitter tout vêtement pour deux morceaux d'étoffé sans couture.
2. Attawaf ou la marche sept fois autour de la Ka'ba.
3. Asà'i ou la marche sept fois de suite entre les deux collines de Safa et Maroua.
4. Le stationnement sur le mont 'Arafat le neuvième jour du mois de Dhui Hijja ne serait-ce qu'une heure à condition d'y rester quelques
moments après le coucher du soleil (Maghreb).Nous voyons de nos jours des soi-disant «docteurs de la religion» pactiser largement avec le Diable et accepter tous les compromis dans les principes de base de l'Islam tout en se montrant intransigeants dans des questions secondaires où Dieu et Son Prophète nous ont laissé toute latitude d'interprétation et d'adaptation intelligente avec nos circonstances actuelles. Ils se taisent par exemple sur le bafouage flagrant de la sainte loi coranique (Shari'a), sur la vente licite du vin et la pratique de la fornication avec ses préambules (cohabitation anarchique des deux sexes, film et littérature pornographiques, disparition du voile pour la femme etc...) et veulent en même temps astreindre les pèlerins à ne lapider le Diable à Mina qu'entre midi et le coucher du soleil. Cela était possible et aisé du temps du Prophète où le nombre des pèlerins ne dépassait pas quelques dizaines de mille. Mais actuellement ce nombre dépasse les deux millions et il n'est pas rare de voir des vieux et des malades mourir piétinés dans cette opération de la lapidation du Diable. Ces gens semblent ainsi renier à Dieu Son attribut majeur qui est la miséricorde et la clémence qui sont le préambule de chaque chapitre du Coran. Leur intransigeance mal placée est ainsi la cause de ces morts affreuses et transforme un acte de foi de la plus noble portée en un déploiement de barbarie criminelle qui ne peut que desservir notre image de marque.


638. Jarîr Ibn 'Abdullàh (das) rapporte qu'il a entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Celui qui se voit interdire la douceur, se voit interdire tout le bien». (Rapporté par Moslem)

639. Selon Abou Hourayra (das), un homme dit au Messager de Dieu :saws: : «Fais-moi une recommandation!» Il lui dit: «Ne te fâche pas». L'homme répéta plusieurs fois la même demande et à chaque fois il lui disait: «Ne te fâche pas». (Rapporté par Al Boukhâri)

640. Selon Shaddàd Ibn Aws (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Dieu a prescrit de faire humainement tout ce qu'on fait. Quand vous tuez, tuez humainement (c'est-à-dire sans excès de violence) et quand vous égorgez (une bête) égorgez humainement. Que l'un de vous aiguise bien son couteau et allège au maximum les souffrances de la victime». (Rapporté par Moslem)

Commentaire
L'Islam est avant tout la religion de la miséricorde et de la compassion. Le Prophète a fermement désapprouvé des gens qui avaient brûlé par le feu un scorpion. Il leur a dit que seul Dieu avait le droit de supplicier par le feu. Il interdit aussi de mutiler les cadavres des ennemis et de maudire les condamnés à mort d'entre les Musulmans. Dans l'abattage des animaux il recommande entre autres de bien aiguiser le couteau pour trancher la gorge d'un seul coup afin de ne pas prolonger les souffrances de l'animal. Il a interdit aussi de tuer une bête devant une autre bête. Il recommande enfin de laisser l'animal égorgé se débattre à son aise et de lui ôter ses liens dans les soubresauts de la mort.


641. 'Âisha (das) rapporte: «Chaque fois qu'on a laissé au Messager de Dieu le choix entre deux solutions, il en prenait toujours la plus aisée tant qu'il ne s'agissait pas d'un péché. Quand c'était un péché il en était le plus éloigné. Le Messager de Dieu :saws: ne s'est jamais vengé pour lui-même sauf quand l'une des limites sacrées de Dieu était transgressée et, dans ce cas, il se vengeait pour Dieu le Très-Haut». (ira)

Commentaire
Les habitants de la Mecque firent subir pendant plus de treize ans aux Musulmans toutes sortes de vexations et de brimades. Ils les mirent finalement au ban de la société et interdirent tout commerce avec eux. Ils furent ainsi poussés à manger de l'herbe. Plus tard ils coalisèrent toutes les tribus arabes et les armèrent pour détruire les Musulmans à Médine. Malgré tout cela, une fois maître de la Mecque, après la reddition totale de ses habitants, le Prophète n'en tua que quelques criminels particulièrement cruels avec les Musulmans et dit à tous les autres: «Allez-vous-en! Vous êtes affranchis». Ce furent même les descendants de son plus grand ennemi, Abou Soufyân Ibn Harb, qui fondèrent après lui la première dynastie de l'Islam: les 'Omeyyades.

642. Selon Ibn Mas'ùd (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Voulez- vous que je vous dise qui est interdit au feu?: Tout homme à l'abord facile, humble, doux et peu exigeant». (Rapporté par Attirmidhi)

.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Sam 10 Oct 2009 - 12:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mar 14 Avr 2009 - 21:57

75 Le pardon et le fait de ne pas faire cas des
insensés


Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 7 - verset 199: «Exige ce qui est aisément supportable, ordonne le bien communément reconnu comme tel et détourne-toi des insensés».

2. Chapitre 15 - verset 85: «Pardonne de la belle manière».

3. Chapitre 24 - verset 22: «Qu'ils pardonnent et qu'ils tournent la page! N'aimez-vous point vous-mêmes que Dieu vous absolve?»

4. Chapitre 3 - verset 134: «Ceux qui pardonnent aux gens, et Dieu aime les gens de bien».

5. Chapitre 42 - verset 43: «Celui qui se montre patient et pardonne, c'est certainement là une marque de caractère».


Les versets concernant ce chapitre sont nombreux et notoires.
Pour ce qui est des Hadiths:

643. Selon 'Âisha (das), elle a dit une fois au Prophète :saws: : «As-tu connu un jour plus pénible que le jour de Ouhoud?» Il dit: «Oui, j'ai supporté de ton peuple des choses plus pénibles encore et la plus pénible d'entr'elles fut ce que j'ai éprouvé de leur part le jour de la "Aqaba. J'avais alors demandé la protection d'Ibn 'Abd Yàlil qui me la refusa. Je partis abattu par la déception et je me suis trouvé sans le savoir sur le mont «Qam Aththa'àlib» (sur la route de Nejd). En levant la tête je vis un nuage qui me couvrit de son ombre. Je regardai dans le nuage et y vis l'Ange Gabriel (salut de Dieu sur lui) qui m'appela en disant: «Dieu exalté a entendu ce que vient de te dire ton peuple et le refus qu'ils t'ont opposé. Il t'a envoyé l'Ange des montagnes pour que tu lui ordonnes de leur faire ce que tu veux». Juste à ce moment l'Ange des montagnes m'appela. Il me salua et me dit: «O Mohammad! Dieu a bien entendu ce que t'a dit on peuple et je suis l'Ange des montagnes. Or mon Seigneur m'a envoyé à toi pour que tu m'ordonnes de faire ce que tu veux. Si tu veux que je les écrase entre les deux montagnes qui entourent la Mecque, je le ferai». Le Prophète lui dit: «Je souhaite plutôt que Dieu sorte de leurs reins une progéniture adorant Dieu seul sans rien Lui associer». (Unanimement reconnu authentique)

644. Elle a dit encore: «Le Messager de Dieu :saws: n'a jamais rien frappé de sa main, ni une femme, ni un serviteur, sauf quand il combattait au service de Dieu. Jamais il ne s'est vengé d'un tort qu'on lui avait fait sauf s'il s'agissait de la transgression d'une limite sacrée de Dieu le Très-Haut. Il se vengeait dans ce cas pour Dieu». (Rapporté par Moslem)

645. On rapporte au sujet de Anas (das) qu'il a dit: «Je marchais aux côtés du Messager de Dieu :saws: alors qu'il portait un manteau de Najran, au bord rugueux. Tout à coup un Bédouin s'approcha de lui et le tira brutalement par son manteau. Je regardai le cou du Prophète et y vis la trace du bord du manteau, tellement il l'avait tiré brutalement. Puis il dit: «O Mohammad! Ordonne qu’on me donne de ce que tu détiens de l’argent de Dieu ! »Il se tourna vers lui en riant et ordonna qu’on lui donnât quelque chose ». (Unanimement reconnu authentique)

646. Ibn Mas'ud (das) rapporte: «II me semble encore voir le Messager de Dieu :saws: agissant comme l'un des Prophètes (Jésus) qui fut frappé à sang par son peuple cependant qu'il ne cessait d'essuyer le sang de son visage en disant: «Seigneur Dieu! Absous mon peuple car il ne sait pas». (Unanimement reconnu authentique)

647. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Le fort n'est pas celui qui terrasse les gens dans la lutte, mais le fort est celui qui reste maître de lui-même dans la colère». (Unanimement reconnu authentique)






76 Le mérite de supporter le tort des autres



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 3 - verset 134: «Ceux qui refoulent leur colère et pardonnent aux gens».

2. Chapitre 42 - verset 43: «Celui qui se montre patient et pardonne, c'est certainement là une marque de caractère».


Les Hadiths cités dans le chapitre précédent se rapportent aussi à celui-ci. En voici quelques autres:

648. Selon Abou Hourayra (das), un homme vint dire au Messager de Dieu :saws: : «O Messager de Dieu! J'ai des parents avec qui je me comporte gentiment alors qu'ils ne respectent pas vis-à-vis de moi les liens de parenté. Je leur fais du bien et ils me font du mal, j'agis avec eux selon la sagesse et la longanimité et ils agissent avec moi d'une façon insensée et injuste». Il lui dit: «Si tu es vraiment tel que tu dis, c'est comme si tu leur faisais avaler sans eau de la cendre chaude. Tant que tu seras ainsi, tu trouveras toujours en Dieu le Très-Haut un allié contre eux». (Rapporté par Moslem)








77 Le devoir de se fâcher quand les limites sacrées de la loi divine sont transgressées et le devoir de défendre la religion de Dieu le Très-Haut



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 22 - verset 30: «Celui qui prend en haute considération les limites sacrées de Dieu, cela lui fera grand bien auprès de son Seigneur».

2. Chapitre 47 - verset 7: «O vous qui avez cru! Si vous soutenez Dieu, II vous soutiendra et raffermira vos pas».


Le Hadith de 'Âisha (das) concernant le pardon a déjà été cité dans le chapitre précédent.

649. Selon 'Oqba Ibn 'Amr Al Badri (das), un homme vint dire au Prophète :saws: : «II m'arrive de manquer à la prière en commun de l'aube à cause de l'Imam (celui qui dirige la prière) qui allonge trop la prière». 'Oqba dit: «Je n'ai jamais vu le Prophète s'emporter dans un sermon comme il l'a fait ce jour-là. Il dit: «O gens! Il y a parmi vous certains qui rebutent les autres (de la prière en commun). Quand l'un de vous dirige la prière en commun qu'il l'abrège car il y a derrière lui le vieux, le tout jeune et celui qui a un besoin ou une obligation urgente». (Unanimement reconnu authentique)

Commentaire
Quand quelqu'un dirige la prière en commun, il doit tenir compte des possibilités de ceux qui prient derrière lui. Il y a peut-être parmi eux un diabétique qui ne peut retenir longtemps ses urines, ou quelqu'un qui a un rendez-vous urgent. Mais comme il est recommandé d'autre part d'allonger la lecture (surtout à la prière de l'aube), il peut le faire avec le consentement des autres ou sur leur propre demande. Par contre, le sermon du Vendredi ou des deux fêtes annuelles (Aïds) doit être concis et incisif. Un Hadith affirme que le meilleur discours est le plus court et le plus expressif.


650. 'Àisha (das) rapporte: «Le Messager de Dieu :saws: rentra d'un voyage alors que j'avais recouvert en son absence une lucarne d'un tissu omé d'images. Quand le Messager de Dieu le vit, il l'arracha, cependant que les marques de la colère apparaissaient sur son visage. Il me dit: «O "Aisha! Les gens qui auront les plus rudes tourments le jour de la résurrection sont ceux qui veulent imiter Dieu dans Sa création». (Unanimement reconnu authentique)

Commentaire
Dans un autre Hadith (rapporté par Moslem) il s'agissait d'un rideau avec des dessins d'oiseaux. Le Prophète dit à sa noble épouse de l'ôter de là car il incitait à l'amour de ce bas-monde et d'en faire plutôt des taies de coussins. Ce qui est sans aucun doute interdit ce sont les statues et particulièrement celles qui représentent des êtres humains et même des animaux. C'est une précaution importante pour empêcher le retour des gens au culte des idoles et ils y sont malheureusement revenus. Il est aussi interdit d'accrocher dans les lieux de prière et de recueillement des images autres que des versets coraniques car elles pourraient distraire de la pensée divine.


651. Toujours selon elle, les hommes de Qoreysh furent peines par la condamnation de la femme de la tribu Makhzûm qui avait volé. Ils dirent: «Qui de vous parlera à son sujet au Messager de Dieu ?» Ils dirent: «Qui donc oserait lui en parler si ce n'est Ousàma Ibn Zeyd, le bien aimé du Messager de Dieu ?» Ousàma lui en parla donc. Le Messager de Dieu :saws: lui dit: Il se leva ensuite et fit le discours suivant: «Ceux qui étaient avant vous (les Juifs et les Chrétiens) n'ont été perdus que lorsqu'ils laissèrent impuni le noble qui avait volé tandis que le faible était châtié pour la même faute. Par Dieu! Si Fatima, la fille de Mohammad, avait volé, je lui aurais coupé la main». (Unanimement reconnu authentique)

652. Selon Anas (das), le Prophète :saws: , vit un gros crachat à l'endroit où se tient l'imam. Cela lui fit de la peine et on le lut sur son visage. Il se leva et l'essuya lui-même. Puis il dit: «Quand l'un de vous se lève pour sa prière, il entre ainsi en conversation avec son Seigneur et son Seigneur se tient entre lui et la direction de la prière (la Mecque). Que l'un de vous ne crache pas en direction de la Mecque mais vers sa gauche ou sous son pied (en dehors de la mosquée)». (Unanimement reconnu authentique)

Commentaire
Au temps du Prophète , les Arabes étaient encore rustres et ignoraient les règles élémentaires de la politesse et de l'hygiène. Le Prophète , en leur interdisant de cracher dans la mosquée, a voulu leur souligner le caractère grossier de cet acte. Il leur dit que, s'ils étaient vraiment obligés de le faire, qu'ils le fassent dans un mouchoir qu'ils plient autour du crachat. Maintenant que nous connaissons les dangers de cette vilaine manie de cracher par terre, nous nous l'interdisons à la mosquée et ailleurs pour rester dans l'esprit du Prophète .


Dernière édition par Oum Mouqbil le Sam 10 Oct 2009 - 12:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mar 14 Avr 2009 - 21:58

78 Le devoir des responsables est de traiter leurs administrés avec
douceur, de veiller à leurs intérêts, de leur donner le bon conseil et de les prendre en compassion. L'interdiction de les tromper, d'être trop sévère avec eux, de négliger leurs intérêts et de les ignorer, eux et leurs besoins



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 26 - verset 215: «Sois modeste et doux (m.à.m.: baisse ton aile) avec ceux des Croyants qui t'ont suivi».

2. Chapitre 16 - verset 90: «Dieu ordonne la justice, la bienfaisance et l'assistance aux proches. Il défend les actes immoraux, les actes réprouvés ainsi que de violer les droits des autres. Il vous sermonne, peut-être vous souviendrez-vous?»


653. 'Ornar (das) rapporte: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Vous êtes tous des bergers et vous êtes responsables de l'objet de votre garde. Le chef de l'Etat est berger et responsable de ses administrés. L'homme est berger dans sa famille et responsable de l'objet de sa garde. La femme est bergère dans la maison de son mari et responsable de l'objet de sa garde. Le serviteur est berger dans les biens de son maître et responsable de l'objet de sa garde. Vous êtes tous bergers et vous êtes responsables de l'objet de votre garde». (Unanimement reconnu authentique)

654. Ma’al Ibn Yàsar (das) rapporte: «J'ai entendu dire le Messager de Dieu :saws: : «Tout homme à qui Dieu a confié la gestion des intérêts d'un groupe, s'il meurt alors qu'il trompe ses administrés. Dieu lui interdit le Paradis». (Unanimementreconnu authentique)

Dans une autre version: «S'il ne les entoure pas de sa protection vigilante, il ne sentira jamais l'odeur du Paradis». (Unanimement reconnu authentique)

Dans une troisième version: «Chaque fois qu'un prince prend en charge les affaires des Musulmans puis ne se dépense pas à leur service et ne veille pas loyalement à leur sauvegarde, il n'entre pas avec eux au Paradis». (Rapporté par Moslem)

655. 'Àisha (das) rapporte: «J'ai entendu chez moi le Messager de Dieu :saws: dire: «Seigneur Dieu! Jette dans la peine et la difficulté quiconque prend en charge une partie des intérêts de ma nation et la soumet à la peine et à la difficulté; sois doux avec quiconque prend en charge une partie des intérêts de ma nation et la traite avec douceur». (Rapporté par Moslem)

656. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Les fils d'Israël étaient gouvernés par les prophètes. Chaque fois qu'il en mourrait un, un autre lui succédait. Or nul prophète après moi. Il y aura après moi mes successeurs et ils seront nombreux». Ils dirent: «O Messager de Dieu! Que nous ordonnes-tu de faire (avec eux)?» Il dit: «Soyez fidèles au
premier d'entr'eux à qui vous aurez fait acte d'allégeance puis donnez-leur ce qui leur revient de droit et demandez à Dieu ce
qui vous revient à vous-mêmes. Dieu leur demandera compte des intérêts de leurs sujets».
(Unanimement reconnu authentique)

657. 'Ya'dh Ibn 'Amr (das) entra un jour chez 'Oubeydullàh Ibn Zeyd et lui dit: «Mon petit! J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Le plus mauvais berger est celui qui brise les reins de ceux qui sont à sa garde». Aussi veille bien à ne pas être de ceux-là». (Unanimement reconnu authentique)

658. Abou Maryam Al Azdi (das) dit un jour à Mou'àwiya (das): «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Quiconque reçoit de Dieu la charge de gérer une partie des intérêts des Musulmans puis se cache à eux pour ne pas s'occuper de leurs besoins, de leur indigence et de leur pauvreté. Dieu se cache à lui pour ne pas s'occuper le jour de la résurrection de ses besoins, de son indigence et de sa pauvreté». Depuis ce jour Mou'âwiya chargea quelqu'un de s'occuper des besoins des gens». (Rapporté par Abou Dawùd et Attirmidhi)







79 Le gouverneur équitable



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 16 - verset 90: «Dieu ordonne la justice et la bienfaisance».

2. Chapitre 49 - verset 9: «Soyez équitables car Dieu aime les gens équitables».


Quant aux Hadiths:

659. Selon Abou Hourayra (das), le Prophète :saws: a dit: «Sept personnes seront ombragées par Dieu dans Son ombre le jour où il n'y aura d'ombre que la Sienne:
1) Un chef équitable.
2) Un jeune homme qui a grandi dans l'adoration de Dieu.
3) Un homme au coeur accroché aux lieux de prière.
4) Deux hommes qui se sont aimés en Dieu. Ils se sont rencontrés à cause de Lui et se sont séparés à cause de Lui.
5) Un homme qu'une femme de haute position sociale et belle a appelé à elle et qui lui dit: «Je crains Dieu».
6) Un homme qui donna une aumône si descrètement que sa main gauche ne sut pas ce qu'a donné sa main droite.
7) Un homme seul dont les yeux débordèrent de larmes à l'évocation de Dieu».
(Unanimement reconnu authentique)

660. Selon 'Abdullàh Ibn "Amr Ibn Al 'As (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Les gens équitables seront auprès de Dieu sur des chaires de lumière: ce sont ceux qui se montrent justes dans leur jugement, justes avec les leurs et justes avec leurs administrés».

661. 'Awf Ibn Màlek (das) rapporte: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Vos meilleurs guides (gouverneurs) sont ceux que vous aimez et qui vous aiment, ceux que vous bénissez et qui vous bénissent. Vos plus mauvais guides sont, ceux que vous détestez et qui vous détestent, ceux que vous maudissez et qui vous maudissent». ‘Awf dit: «Nous dîmes: «O Messager de Dieu! Devons-nous nous rebeller contre eux?» Il dit: «Non, tant qu'ils assurent parmi vous l'office de la prière. Non, tant qu'ils assurent parmi vous l'office de la prière». (Rapporté par Moslem)

Commentaire
L'islam veille jalousement à l'unité de la nation islamique et combat toute discorde et toute rébellion. Aussi, quand les responsables sont iniques et de conduite reprochable, on doit les supporter avec patience tant qu'ils assurent l'accomplissement correct de la prière. Nous savons en effet que la prière est la limite entre la foi et la mécréance et c'est sur ce critère de base qu'on définit les limites de la tolérance de la nation vis-à-vis de ses chefs.


662. 'Yàd Ibn Himàr (das) rapporte: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Les gens du Paradis sont trois:
1. Un détenteur d'autorité juste et que Dieu a mis sur la bonne voie.
2. Un homme clément et au coeur sensible vis-à-vis de tout proche et de tout Musulman.
3. Un homme chaste et scrupuleux, redoublant de chasteté et de scrupule et ayant une famille à sa charge».
(Rapporté par
Moslem)






80 Le devoir d'obéir à ceux qui détiennent l'autorité dans tout ce qui n'est pas désobéissance à Dieu. L'interdiction, par contre, de leur obéir dans toute désobéissance à Dieu



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 4 - verset 59: «O vous qui avez cru! Obéissez à Dieu, obéissez au Messager et à ceux d'entre vous qui détiennent le
pouvoir».


Commentaire
Dans ce verset se trouve précisé le critère du pouvoir. On doit obéir à Dieu et obéir au Messager. Ce mot «obéir» n'est pas répété avec «ceux qui détiennent le pouvoir» et cela veut dire qu'ils ne font qu'exercer le pouvoir de Dieu et du Messager, c'est-à-dire appliquer le Coran et la tradition du Prophète ou Sunna. On précise d'autre part «ceux d'entre vous qui détiennent le pouvoir». Cela veut dire qu'on ne leur doit obéissance que s'ils ne sortent pas eux-mêmes de la communauté islamique ou «Umma». S'ils désobéissent d'une façon flagrante et répétée au Coran et à la Sunna, ils sortent automatiquement de la Umma.


Pour ce qui est des Hadiths:

663. Selon Ibn 'Omar (das), le Prophète :saws: a dit: «Le Musulman est tenu d'écouter et d'obéir dans ce qu'il aime et dans ce
qu'il déteste sauf quand on lui ordonne de désobéir à Dieu. Quand on lui ordonne de désobéir à Dieu, il ne doit ni écouter, ni obéir».
(Unanimement reconnu authentique)

664. Il a encore dit: «Quand nous faisions acte d'allégeance au Messager de Dieu :saws: nous engageant à écouter et à obéir, il ajoutait toujours: «Dans la mesure de vos moyens». (Unanimement reconnu authentique)

665. Il a dit encore: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Celui qui rompt son acte d'allégeance trouvera Dieu le jour de la résurrection alors qu'il n'a aucun argument en sa faveur. Celui qui meurt sans s'être jamais lié par un acte d'allégeance (au chef légitime de la nation) meurt d'une mort païenne».

666. Selon Anas (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Ecoutez et obéissez même si on nomme à votre commandement un esclave abyssin dont la tête ressemble à un raisin sec». (Rapporté par Al Boukhâri)

667. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Tu dois écouter et obéir dans ta gêne comme dans ton aisance, dans ce que tu aimes et dans ce que tu détestes, quand même tu es lésé dans le partage».

668. 'Abdullàh Ibn 'Omar (das) rapporte: «Nous étions en voyage avec le Messager de Dieu :saws: . Nous bivouaquâmes dans un endroit. Certains parmi nous dressaient leur tente, d'autres s'exerçaient au tir à l'arc et d'autres s'occupaient des bêtes quand le muezzin du Messager de Dieu lança un appel : «Venez à la prière en commun!» Nous nous rassemblâmes autour du Messager de Dieu qui dit: «II n'y a pas eu de prophète avant moi qui n'ait été tenu d'indiquer à sa communauté ce qu'il savait être le meilleur pour eux et de les prévenir de ce qu'il savait être le plus mauvais pour eux. Votre
communauté-ci a vu son salut s'installer dans son début, cependant que ses dernières générations seront frappées d'une
épreuve et d'autres choses que vous réprouvez. Les périodes de troubles se succéderont de façon telle que la précédente sera plus supportable que la suivante. Des troubles s'installeront et le Croyant dira: «C'est cette tentation qui va causer ma perte». Puis ces troubles se dissipent. Puis viendront de nouveaux troubles et le Croyant dira à chaque nouvelle tentation: «C'est celle-ci, c'est celle-là». Que celui qui veut être écarté du Peu et qui veut entrer au Paradis meure alors qu'il croit en Dieu et au jour ultime. Qu'il fasse aux autres ce qu'il aime qu'on lui fasse à lui-même. Celui qui fait acte d'allégeance à un chef en mettant sa main dans la sienne et en l'assurant de sa loyauté sincère, qu'il lui obéisse donc dans la mesure de ses moyens. Si un deuxième chef vient concurrencer le premier, faites tomber la tête du deuxième». (Rapporté par Moslem)

669. Wâil Ibn Houjr (das) rapporte: «Salma Ibn Yazid Al Jou'fÏ demanda au Messager de Dieu : «O Prophète de Dieu! Si nous sommes gouvernés par des princes qui nous demandent ce qui leur est dû et ne nous donnent pas ce qui nous est dû, que nous ordonnes-tu de faire avec eux?» Il se détourna de lui, mais Salma lui posa de nouveau la même question. Le Messager de Dieu :saws: lui dit: «Ecoutez et obéissez! Ils auront, eux, à répondre de leurs charges et, vous, des vôtres».(Rapporté par Moslem)

670. Selon 'Abdullàh Ibn Mas'ùd (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «II y aura après moi des préférences et des choses que vous réprouverez». Ils dirent: «O Messager de Dieu! Qu'ordonnes-tu de faire à ceux d'entre nous qui connaîtront cela?» Il dit: «Remplissez vos propres obligations et demandez à Dieu ce qui vous est dû». (Unanimement reconnu authentique)

671. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui qui m'aura obéi aura obéi à Dieu et celui qui m'aura désobéi aura désobéi à Dieu. Celui qui aura obéi au prince m'aura obéi et celui qui aura désobéi au prince m'aura désobéi». (Unanimement reconnu authentique)

672. Selon Ibn 'Abbàs (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui qui n'aimera pas quelque chose de la part de son prince, qu'il patiente, car celui qui sort d'une palme de l'autorité meurt d'une mort païenne». (Unanimement reconnu authentique)

673. Abou Bakra (das) rapporte: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Celui qui humilie le détenteur du pouvoir sera humilié par Dieu». (Rapporté par Attirmidhi)

II y a encore beaucoup d'autres Hadiths en ce sens.
.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Ven 9 Oct 2009 - 23:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)   Mar 14 Avr 2009 - 22:14

81 L'interdiction de briguer le commandement et le devoir de fuir le poste de gouverneur à moins qu'on n'y soit affecté d'office ou qu'on ne soit vraiment nécessaire à ce poste



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 28 - verset 83: «Cette demeure ultime que voilà (le Paradis), Nous la réservons à ceux qui ne cherchent ni à s'élever sur terre, ni à y semer la corruption et l'avenir est aux gens pieux».


Pour ce qui est des Hadiths:

674. Selon 'Abdurrahman Ibn Samoura (das), le Messager de Dieu :saws: lui a dit: «O 'Abdurrahman Ibn Samoura! Ne demande pas le commandement: Si tu l'obtiens sans que tu ne le demandes, tu y seras aidé et, si tu l'obtiens sur ta demande, on t'en laissera toute la responsabilité. Quand tu fais serment de faire quelque chose et que tu vois par la suite une action meilleure, fais cette dernière et fais une oeuvre compensatoire pour te délier de ton serment». (Unanimement reconnu authentique)

Commentaire
II s'agit ici des serments autres que ceux qui nous engagent vis-à-vis d'autrui, comme le fait de leur rembourser une dette ou de leur rendre quelque service. Mais quand on fait serment, par exemple, de ne plus parler à quelqu'un dans un mouvement de colère, on doit se délier de ce serment de la façon indiquée dans le verset 89 du chapitre 5: «Le rachat du parjure consiste à nourrir dix miséreux de la nourriture moyenne que vous donnez à votre famille, ou à les vêtir, ou à libérer un esclave. Celui qui n'en trouve pas les moyens, le jeûne de trois jours».


675. Selon Abou Dharr (das), le Messager de Dieu :saws: lui a dit: «O Abou Dharr! Je vois en toi quelque faiblesse et je veux pour toi ce que je veux pour moi-même. N'accepte jamais d'être le chef d'un groupe de trois et n'assume jamais la gérance des biens d'un orphelin». (Rapporté par Moslem)

676. Abou Dharr (das) a encore dit: «O Messager de Dieu ! Que ne me nommes-tu gouverneur de quelque province?» Il frappa de la main son épaule et lui dit: «O Abou Dharr! tu es faible et il s'agit là d'un dépôt qui rapporte, le jour de la résurrection, opprobre et remords, sauf à celui qui aura obtenu ce poste par son mérite et en aura rempli toutes les obligations». (Rapporté par Moslem)

677. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Vous vous empressez à obtenir le commandement alors que ce sera une source de remords le jour de la résurrection». (Rapporté par Al Boukhàrî)







82 Le devoir d'inciter le chef de l'Etat, le juge et autres détenteurs du pouvoir à se prendre un ministre vertueux. Le devoir de les prévenir des mauvais compagnons et de leur conseiller de ne rien accepter d'eux



Dieu le Très-Haut a dit:

1. chapitre 43 - verset 67: «Les amis les plus intimes sont ce jour-là ennemis les uns des autres sauf les gens pieux».



Pour ce qui est des Hadiths:

678. Selon Abou Sa'id (das) et Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Toutes les fois que Dieu suscite un prophète ou le fait suivre d'un successeur, il a obligatoirement deux entourages. L'un lui ordonne le bien et l'incite à le faire et l'autre lui ordonne le mal et l'incite à le faire. Nul n'est à l'abri de l'erreur sauf celui que Dieu en a préservé». (Rapporté par Al Boukhàrî)

679. Selon 'Âisha (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Quand Dieu veut du bien à un prince. II lui donne un ministre au parler véridique qui, lorsqu'il oublie, lui rappelle et, lorsqu'il se rappelle, l'aide. Et quand II veut autre que cela, II lui donne un mauvais ministre qui ne lui rappelle pas quand il oublie et ne l'aide pas quand il se rappelle». (Rapporté par Abou Dawûd)








83 L'interdiction de nommer aux postes de gouverneur, de juge et autres chefs d'administration celui qui brigue ces postes, qui court après eux en faisant souvent allusion à eux et qui exprime son désir de les avoir




680. Abou Musa Al Ash'ari (das) rapporte: «Je suis entré une fois chez le Prophète :saws: avec deux de mes cousins. L'un d'eux dit: «O Messager de Dieu! Nomme-moi gouverneur de l'une de ces provinces dont Dieu honoré et glorifié t'a donné la direction». L'autre cousin lui demanda la même chose. Il leur dit: «Par Dieu, nous ne donnons pas ces postes à celui qui les brigue et qui insiste pour les obtenir». (Unanimement reconnu authentique)
.
Revenir en haut Aller en bas
 
I- L'intention et la concentration dans... (2ème partie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: Assounnah, Ahadith, Bida'a :: Autres Ahadith et Athar :: Riyadh As-Salihin-
Sauter vers: