El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 EL-WADJÎZ FI FIQHI = Le livre du Pèlerinage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: EL-WADJÎZ FI FIQHI = Le livre du Pèlerinage    Dim 13 Oct 2013 - 10:43


EL-WADJÎZ FI FIQHI AS-SOUNNATI WA AL-KITÂBI EL 'AZÎZ
DU CHEIKH 'ABDEL-'ADHDIM EL-BADAWI*


- Le livre Du Pèlerinage -


Cours audio du frère Abou Anas

Retranscrit par Oum Mouqbil






Sommaire
 
 
 
 
Cours n°1- Le livre du Pèlerinage – La définition du Pèlerinage – Les mérites du Pèlerinage et de la 'Omra – Le jugement du  Pèlerinage de l'enfant – Qu'est-ce que la capacité qui rend obligatoire le Pèlerinage ?
 
 
Cours n°2 - Chapitre du  Pèlerinage de l'enfant – Qu'est ce que la capacité qui rend obligatoire le Pèlerinage - Chapitre du Pèlerinage de la femme – Le Pèlerinage doit être fait au plus vite – Chapitre des « Al Mawaquites» - « Les Mawaquites » temporels - « Les Mawaquites » terrestres.
 
 
Cours n°3 – Chapitre du jugement de celui qui dépasse le Miqat sans être en état de sacralisation – Les trois façons d'accomplir le Pèlerinage - Chapitre du hadith de Jabir Ibn 'Abdillah – Qu'Allah l'agréé- sur la description du Pèlerinage du Prophète – Que la paix et le salut d'Allah soient sur lui-.
 
 
Cours n°4 - Chapitre du hadith de Jabir Ibn 'Abdillah – Qu' Allah l'agréé - sur la description du Pèlerinage du Prophète – Que la paix et le salut d'Allah soient sur lui-.
 
 
Cours n°5 - Chapitre du hadith de Jabir Ibn 'Abdillah – Qu' Allah l'agréé- sur la description du Pèlerinage du Prophète – Que la paix et le salut d'Allah soient sur lui - Les recommandations à respecter avant, pendant et après l'état de sacralisation (Ihram).
 
 
Cours n°6 - Chapitre des recommandations avant l'entrée à La Mecque - Les recommandations durant le « Tawaf » (Tournées autour de la Ka'ba) – Les recommandations durant le « Sa'yi » (allées et venues entre le mont Safa et le mont Marwa) – Les recommandations lorsque l'on se rends à Mina.
 
 
Cours n°7 - Chapitre des piliers du pèlerinage – Les obligations du pèlerinage.
 
 
Cours n°8 - Chapitre des obligations du pèlerinage - Les conditions du Tawaf – Les conditions du Sa’yi.
 
 
Cours n°9 - Chapitre des conditions du Sa’yi - Les actes interdits durant l’état de sacralisation.
 
 
Cours n°10 - Chapitre des actes interdits durant l’état de sacralisation. Les actes qui annulent le pèlerinage – les actes interdits dans l’enceinte des deux terres sacrées (La Mecque et Médine) - L’expiation de celui qui a chassé en état de sacralisation ou dans l’enceinte des deux terres sacrées.
 
 
Cours n°11 - Chapitre de l’expiation de celui qui a chassé en état de sacralisation ou dans l’enceinte des deux terres sacrées - L’expiation de celui qui a eu des rapports avec son épouse pendant le pèlerinage - Chapitre des différents sacrifices qui ont lieu pendant le pèlerinage.
 
 
Cours n°12 - Chapitre de la Omra – Les piliers de la Omra - Les obligations de la Omra – L’autorisation d’accomplir la Omra avant le pèlerinage – Le jugement sur le fait d’accomplir plusieurs Omra. Chapitre de la visite de Médine- Les mérites de Médine – Les mérites de la mosquée de Médine – Les comportements à adopter à l’intérieur de la Mosquée et lors de la visite de la tombe du prophète que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui.
 
 
Cours n°13 - Chapitre des comportements à adopter à l’intérieur de la Mosquée et lors de la visite de la tombe du prophète que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui -  La mosquée de Kouba – Le cimetière « Al Baqi’ » et la montagne Ouhoud – Les endroits qu’il ne faut pas prendre comme lieux de visite.
 
 
 
 
 
Source des dourous : https://app.box.com/s/svovi75vfj3opdcd758l
 
 
*
 
Nous tenons à vous informer que l’auteur du livre El Wajiz, l’Imam Al Badawi, ne fait pas parti des savants de ahloul sounnah wal jama’a, et nous mettons en garde contre lui, au même titre que Cheykh ‘Oubayd Al Jabiri ou Al ‘Outaybi.
Voir Ici

Cependant nous avons choisi l’étude de ce livre pour différentes raisons.

La première est qu’il s’agit d’un livre connu des savants pour sa simplicité, et donc adapté aux débutants dans la religion.

Ensuite, il est important de noter que l’auteur apporte systématiquement les preuves de tout ce qu’il amène. L’authenticité des ahadiths est citée avec leurs rapporteurs, et ces ahadith sont puisés, pour la plupart, des livres du Cheykh Al Albani (رحمه الله).

Et enfin, le frère Abou Anas qui traduit ce livre a pris soins de ne pas lire les passages citant des chouyoukh qui ne sont pas du minhaj (comme par exemple la citation de Saïd Qoutb dans le livre du mariage, ou encore celle d’Ibrâhîm Chaqra dans le livre du pèlerinage).

Par ailleurs, nous avons décidé de ne retranscrire la traduction du livre seul, sans l’ajout des commentaires du frère Abou Anas (sauf lorsque nous trouvons les références exactes).


Dernière édition par Oum Mouqbil le Ven 30 Oct 2015 - 13:57, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: EL-WADJÎZ FI FIQHI = Le livre du Pèlerinage    Dim 13 Oct 2013 - 10:45

Cours n°1

Le livre du Pèlerinage – La définition du Pèlerinage – Les mérites du Pèlerinage et de la 'Omra – Le jugement du Pèlerinage





La définition du terme Pèlerinage :

Dans la langue arabe : Hajj signifie "al qassem", c'est-à-dire de vouloir quelque chose, de se diriger vers un endroit.

Dans la religion : C'est le fait d'adorer Allah par des rites rapportés de la sounnah du Prophète (صلى الله عليه و سلم).



Définition du terme 'Oumra :

Dans la langue arabe : 'oumra signifie Az-ziyâra, la visite.

Dans le religion : C'est d'adorer Allah en faisant le Tawaf autours de la ka'ba, les allers et venues entre As-safa et Al Marwa et, soit de se raser la tête, soit de se raccourcir les cheveux.



Les mérites du Pèlerinage et de la 'Omra :

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "De la 'oumra à la 'oumra, il y a entre les deux une expiation*, et le hajj pieux* n'a d'autre récompense que le paradis." (rapporté par Al Boukhari, Mouslilm)

 "il y a entre les deux une expiation" : Concernant l'expiation des péchés, voici l'avis du Cheykh Al Albani incha'Allah : http://www.el-ilm.net/t478-la-recompense-du-pelerinage
 
 " le hajj pieux " : Les savants disent que pour qu'un pèlerinage soit pieux, 4 conditions doivent être respectées :
- La sincérité pour Allah uniquement
- Le hajj doit être fait avec de l'argent licite
- Tous les rites obligatoires du hajj doivent être accomplis
- Tous les interdits du hajj doivent être évités

Dans ce hadith, il y a une preuve que le hajj est meilleur que la 'oumra, de même qu'un encouragement du Prophète (صلى الله عليه و سلم) pour les musulmans à les accomplir.


Selon 'Abdallah Ibn Mas'oud (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allah (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Rapprochez entre le Hajj et la 'Oumra car ils effacent les péchés et la pauvreté*, comme le forgeron attise le feu avec lesquels il nettoie le fer, l'or et l'argent et il n'y a de récompense pour le pèlerinage pieux, que le paradis." (Rapporté par At-Tirmidhi et An-Nassa-i)

 "la pauvreté" : Selon le Cheykh Al Moubarakfuri dans "Touhfatoul Ahwadhi" (Charh Sounan At-Tirmidhi), la pauvreté ici est aussi bien la pauvreté matérielle que la pauvreté spirituelle.


Et selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), qui a entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dire : "Celui qui fait son pèlerinage pour Allah sans avoir eu de rapport avec sa femme en état d'ihram, et sans avoir commis de désobéissance, il retournera chez lui comme le jour ou sa mère l'a mis au monde." (Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, Ibn Majah et An-Nassa-i)


Selon 'Abdoullah Ibn 'Oumar (رضي الله عنه), selon le Prophète (صلى الله عليه و سلم) : "Le combattant dans le sentier d'Allah, ainsi que celui qui fait le hajj et la 'oumra sont ceux qui vont vers Allah, Il les a appelés et ils Lui ont répondu, ils Lui ont demandé, et Il leur a donné." (rapporté par Ibn Majah)



Le jugement du Pèlerinage :

Le pèlerinage avec la 'Oumra sont obligatoires une fois dans la vie, pour tout musulman ayant l'âge de puberté, l'âge de la raison, qui est libre, et qui en a les capacités physique et financière.


L'obligation du Hajj :

Allah (تعالى) dit : {La première Maison qui ait été édifiée pour les gens, c’est bien celle de Bakka (la Mecque) bénie et une bonne direction pour l’univers. Là sont des signes évidents, parmi lesquels l’endroit où Abraham s’est tenu debout ; et quiconque y entre est en sécurité. Et c’est un devoir envers Allah pour les gens qui ont les moyens, d’aller faire le pèlerinage de la Maison. Et quiconque ne croit pas... Allah Se passe largement des mondes.} (Sourate Ali 'Imran, verset 96 et 97)

...


Dernière édition par Oum Mouqbil le Lun 14 Oct 2013 - 20:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: EL-WADJÎZ FI FIQHI = Le livre du Pèlerinage    Dim 13 Oct 2013 - 10:46

Cours n°2
 
 
Chapitre du Pèlerinage de l'enfant –Qu'est ce que la capacité qui rend obligatoire le Pèlerinage - Chapitre du Pèlerinage de la femme – Le Pèlerinage doit être fait au plus vite – Chapitre des « Al Mawaquites » - « Les Mawaquites» temporels - «Les Mawaquites» terrestres.
 
 
 
 
 
... (suite obligation du hajj)
 
Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) nous fit un sermon et dit : "Ô Gens ! Allah vous a prescrit le Hajj. Faites-le". Un homme lui demanda : "Est-ce chaque année, Ô Messager d'Allah ?" Il (صلى الله عليه و سلم) se tut jusqu'à ce qu'il [l'homme] répéta trois fois la même question. Le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) lui dit alors : "Si je disais oui, cela deviendrait pour vous une obligation et vous n'en seriez pas capable". Puis il ajouta : " Tant que je me tais sur une question ne m'interrogez pas dessus. Ceux qui étaient avant vous ne doivent en effet leur perte qu'à leurs nombreuses questions et à leurs divergences avec leurs prophètes. Quand je vous ordonne quelque chose, faites-en ce que vous pouvez et quand je vous interdit une chose abstenez-vous en". (Rapporté par Mouslim et An-Nissaï).
 
Selon 'Abdallah Ibn 'Oumar (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allah (صلى الله عليه و سلم) a dit : « L' Islam est bâti sur ces cinq principes : L'attestation qu'Il n'y a pas de divinité en dehors d'Allah, l'accomplissement de la prière, l'acquittement de la zakât, le pèlerinage de Maison, et le jeûne du mois de Ramadan. » (Hadîth sahîh, rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim)
 
 
L'obligation de la 'oumra :
 
Selon 'Abdallah Ibn 'Abbas (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allah (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Ceci est 'Oumra que nous faisons selon At-Tamatou3, celui qui n'a pas de hadi (bête a sacrifier), qu'il sorte de son ihram (état de sacralisation) car la 'oumra est associée au hajj jusqu'au jour du jugement."  (Hadîth sahîh, rapporté par Mouslim)
 
Selon Sabi Ibnou Ma'bad (رضي الله عنه) qui dit : "Je suis parti voir 'Oumar (رضي الله عنه) et je lui ai dit : " Ô guide des croyants ! Je me suis converti et j'ai appris que le Hajj et la 'Oumra étaient obligatoires pour moi, alors je me suis empressé de les accomplir." Et Il m'a dit : "Tu as été guidé par la sounnah de ton Prophète." " (rapporté par An-Nassa-i, Ibnou Majah et Abou Dawoud)
 
Dans ce hadith 'Oumar Ibnou KHattab (رضي الله عنه) n'a pas contredit cet homme.
 
 
 
Chapitre du Pèlerinage de l'enfant, du fou et de l'esclave :
 
Le hajj n'est pas obligatoire pour l'enfant ainsi que pour le fou. La preuve de cela réside dans le hadith du Prophète (صلى الله عليه و سلم) où il dit : « La plume est levée sur 3 : le fou jusqu'à ce qu'il retrouve la raison, celui qui dort jusqu’à ce qu’il se réveille, et l’enfant jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de la puberté. » (rapporté par Al Boukhari et Mouslim)
 
Et le Hajj n’est pas obligatoire pour l’esclave car il n’a pas la possibilité de l’accomplir, étant donné qu’il doit être au service de son maître.
 
Et lorsque l’enfant ou l’esclave font leur pèlerinage, celui-ci est valide et authentique, mais il ne compense pas le pèlerinage obligatoire. En effet, lorsque l’enfant atteint l’âge de puberté, ou que l’esclave est affranchi, ils doivent s’acquitter du hajj obligatoire.
 
Selon Ibnou ‘Abbas (رضي الله عنه) : «  Une femme a montré son enfant au Prophète (صلى الله عليه و سلم) et lui a demandé : « Est-ce que le Hadj de cet enfant est accepté ? Il répondit : « Oui, et tu auras une récompense (pour cela) (na'am wa laki ajran). » (rapporté par Mouslim, Abou Dawoud et An-Nassa-i)
 
Et encore selon lui (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Tout enfant qui a fait le hajj puis atteint l’âge de la puberté doit refaire son hajj. Et tout esclave qui a fait le hajj puis a été affranchi doit refaire son hajj. » (Rapporté par Al Bayhaqi)
 
 
 
Qu'est ce que la capacité qui rend obligatoire le Pèlerinage ?
 
La capacité qui rend obligatoire le hajj est la capacité physique, financière qui permet de subvenir au cout du voyage, aux besoins de la personne durant ce voyage, ainsi qu'aux besoins des personnes à sa charge, mais aussi la sécurité durant le trajet.
 
 
La preuve concernant la capacité physique :
 
Selon ‘Abdallah Ibn ‘Oumar (رضي الله عنه) : « Une femme de Khath3am* (امرأة من خثعم) étant venue dit : « Ô Envoyé d’Allah ! Mon père s’est vu l’obligation d’Allah d’accomplir le hajj lorsqu’il a atteint un âge avancé*, qui est incapable de se tenir sur sa monture. Puis-je faire le pèlerinage à sa place ? » « - Oui », répondit le Prophète (صلى الله عليه و سلم). » (rapporté par Al Boukhari et Mouslim)
 
« Khath3am » : était une tribu situéé non loin de Taïf, dans le sud de l’Arabie.
 
« Mon père s’est vu l’obligation d’Allah d’accomplir le hajj lorsqu’il a atteint un âge avancé » : C’est-à-dire qu’il en a eu la possibilité financière et la sécurité du voyage, seulement lorsqu’il a atteint un âge avancé.
 
Dans ce hadith il y a la preuve que celui qui n’a pas la capacité physique, alors qu’il a la capacité financière, peut léguer une personne pour faire le hajj à sa place, et ceci dans 2 cas :
- s’il s’agit d’un vieillard, qui ne retrouvera plus sa jeunesse.
- s’il s’agit d’une personne atteinte d’une maladie incurable.
De même, il y a la preuve qu’une femme peut faire le hajj pour un homme.
 
 
La preuve concernant la capacité financière :
 
Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Pour qu’un homme fasse un péché, il lui suffit de ne pas subvenir aux besoins de sa famille. » (Hadith authentique rapporté par Abou Dawoud)
 
 
La preuve concernant la sécurité du trajet :
 
Si cela n’était pas une condition, cela signifie qu’on obligerait les gens à faire le hajj en subissant un mal. Or le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Ne faites pas de mal à vous-même, et ne faites pas de mal à autrui. » (Rapporté par Ahmed)
 
 
 
Chapitre du Pèlerinage de la femme :
 
Lorsque les conditions (de la capacité) précédemment citées ont été remplies concernant la femme, il lui est obligatoire d’accomplir le hajj au même titre que les hommes, sauf qu’il lui incombe une condition supplémentaire, et qui est propre à la femme, c’est qu’elle doit être accompagnée soit par son mari, soit par un mahram. Et si elle n’a ni mari, ni mahram pour l’accompagner elle n’est pas considérée islamiquement comme étant capable d’accomplir le hajj.
 
La preuve de cela est le hadith rapporté par ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (رضي الله عنه) qui dit : « J’ai entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dire : « Qu’un homme ne reste pas en tête à tête avec une femme, sauf si elle a avec elle un de ses mahrams*. Et qu’une ne femme ne voyage pas, sauf avec un de ses mahrams. » Un homme s’est alors levé, et a dit : « Ô Messager d’Allah ! Ma femme est partie faire son hajj, et moi on m’a désigné pour participer à telle bataille. » Et le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Va accomplir le hajj avec ta femme. » » (Hadith authentique rapporté par Al Boukhari et Mouslim)
 
« mahrams » : Tout homme qui est interdit en mariage à une femme en raison d’un lien familial ou autre (voir le livre du mariage, pour plus de détails)
 
 
 
Le Pèlerinage doit être fait au plus vite :
 
Il est obligatoire pour celui qui en a la possibilité de se précipiter à accomplir son hajj. La preuve est la parole du Prophète (صلى الله عليه و سلم) : « Celui qui désire faire le hajj, qu’il le fasse le plus vite possible, car il peut être atteint d’une maladie, ou perdre sa monture, ou atteint d’un besoin*. » (rapporté par Ibnou Majah)
 
« atteint d’un besoin » : C’est-à-dire que ce besoin l’obligera à dépenser de l’argent, qui l’empêchera de faire son hajj.
 
 
 
Chapitre des « Al Mawaquites » :
 
« Al Mawaquites » : en arabe c’est le pluriel de « miqat ». Ce sont des lieux ou des laps de temps fixés.
 
 
1- Al Mawaqitou zzamâniya (المواقيت الزّمانية) :
 
Ce sont les laps de temps qui ont été définis dans la religion, concernant le hajj. Car la 'oumra peut être faite à tout moment de l'année.
 
Allah (عز وجل) dit : {Ils t’interrogent sur les nouvelles lunes - Dis: « Elles servent aux gens pour compter le temps, et aussi pour le Ḥajj [pèlerinage]. »} (Sourate Al Baqara, verset 189)
Et Il (تعالى) dit : {Le pèlerinage a lieu dans des mois connus.} (Sourate Al Baqara, verset 197)
 
Le Hajj doit donc être fait à des périodes bien précises.
 
Ibn ‘Oumar (رضي الله عنه) a dit : « Les mois du hajj sont Shawal, Dhoul Qi3da et les 10 premiers jours de Dhoul Hijja. » (Authentique, rapporté par Al Boukhari)
 
Ibn ‘Abbas (رضي الله عنه) a dit : « Selon la sounna, on ne doit faire l’ihram* que dans les mois du pèlerinage. » (Rapporté par Al Boukhari)
 
« l’ihram » : c’est le fait de se mettre en état de sacralisation.
 
 
2- Al Mawaqitou-l makâniya (المواقيت المكانية) :
 
Ce sont les lieux qui ont été définis dans la religion, et à partir desquels on peut se mettre en Ihram.
 
Ibn ‘Abbas (رضي الله عنه) a dit : « Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a défini pour les gens de Médine : Dhoul Houlayfa*, et pour les gens de cham* : Al Jouhfa*, et pour les gens de Najd* : Qarnou-l Manâzil*, et pour les gens du Yémen : Yalamlam*. » Et le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Elles sont pour eux* ainsi que pour ceux qui y passent sans être habitants de ces pays*, et qui veulent faire le hajj ou la ‘oumra. Et ceux qui se trouvent en dedans de ces zones feront l’ihram de chez eux, et les gens de la Mecque la feront à la Mecque même. » » (Authentique, rapporté par Al Boukhari et Mouslim)
 
« Dhoul Houlayfa »  : (ذو الحليفة) Houlayfa est le diminutif de Hilfa, qui est une plante connue à Médine. Cet endroit a été appelé ainsi par le Prophète (صلى الله عليه و سلم) en raison de la quantité abondante de hilfa qui s'y trouve.

« Les gens de cham » : C’est-à-dire les gens venant de Palestine, Syrie, Jordanie, etc.
 
« Al Jouhfa »  : (الجحفة) A environ 180 kilomètres au nord de La Mecque. Aujourd’hui appelé Râbi3r, c’est également le miqat des gens de l’Egypte et du Maghreb.

« Najd » : C’est la région de l’Est de l’Arabie.
 
« Qarnou-l Manâzil »  : (قرن المنازل) Situé à 80 kilomètre au Sud-est de La Mecque.
 
« Yalamlam »  : (يلملم) Situé à une centaine de kilomètre au sud de La Mecque.
 
« Elles sont pour eux » : C’est-à-dire que les mawaqites désignées sont, respectivement, pour ces gens là.
 
« pour ceux qui y passent sans être habitants de ces pays » : C'est-à-dire que celui qui n'habite pas à Médine par exemple, mais qui passe par cette ville (que ce soit pour une visite ou toute autre raison) doit prendre pour miqat Dhoul Houlayfa.
 
 
Selon ‘Aïcha (رضي الله عنها) : « Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a défini pour les gens de l’Irak, Dhatou-l 3Irqin*. » (rapporté par Abous Dawoud et An-Nassaï)
 
« Dhatou-l 3Irqin » : (ذات عرق) Appelé ainsi car on y trouve une petite montagne (3irq en arabe signifie « petite montagne »). C’est le miqat des gens de l’Irak et de l’Iran. Il est situé au Nord-est de La Mecque.
 
 
Celui qui désire se rendre à La Mecque pour y accomplir des rites, il ne lui est pas permis de dépasser ces mawaqit qu’en état d’Ihram. Il est détestable de faire l’Ihram avant, Cheykh Al Albani (رحمه الله) a dit : « Tout ce qui est rapporté comme hadith montrant le mérite ou qui encourage de faire l’Ihram avant le miqat n’est pas authentique. Il a même été rapporté le contraire. » (Voir dans « Silsilatou-l ahadîthou Dda3îfah » page 210 à 212)
 
La meilleure parole rapportée à ce sujet, est la parole de l’Imam Malik (رحمه الله), lorsqu’un habitant de Médine voulu faire l’Ihram de chez lui, avant Dhoul Houlayfa. Il lui dit : « Ne fais pas cela, car j’ai peur pour toi que tu ne sois tenté. » Et l’homme lui : « Où est la tentation dans cela ? Ce ne sont que quelque miles (kilomètres) que j’ajoute. » L’Imam Malik (رحمه الله) lui a dit : « Y a-t-il une tentation plus grande que de considérer que tu as fait mieux que le Prophète (صلى الله عليه و سلم), ou que celui-ci aurait des manquements ? J’ai entendu la parole d’Allah (عز وجل), qui dit : {Que ceux, donc, qui s’opposent à son commandement prennent garde qu’une épreuve ne les atteigne, ou que ne les atteigne un châtiment douloureux.} » (Sourate An-Nour, verset 63)
 
 
 
.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: EL-WADJÎZ FI FIQHI = Le livre du Pèlerinage    Dim 20 Oct 2013 - 20:36

Cours n°3

Chapitre du jugement de celui qui dépasse le Miqat sans être en état de sacralisation – Les trois façons d'accomplir le Pèlerinage - Chapitre du hadith de Jabir Ibn 'Abdillah (رضي الله عنه) sur la description du Pèlerinage du Prophète (صلى الله عليه و سلم)





Le jugement de celui qui dépasse le Miqat sans être en état de sacralisation :

Celui qui dépasse le miqat sans être en état de sacralisation (mais qui se sacralise après le miqat), alors qu’il avait l’intention de faire le Hajj ou la ‘Oumra, a fait un péché. Ce péché ne lui sera enlevé que lorsqu’il sera retourné au miqat et qu’il aura fait son Ihram de cet endroit, puis qu’il termine l’ensemble de ses rites.
Mais s’il persiste dans cet état sans revenir au miqat, ses rites sont valides, mais il a commis un péché et il n’a pas de sang à écouler (c-à-d pas de bête à égorger).

La preuve est le hadith de Safwan Ibn Ya3la (رضي الله عنه) qui a dit à ‘Oumar (رضي الله عنه) : « Montre moi le Prophète (صلى الله عليه و سلم) au moment où la révélation lui parvient. » Il a dit : « Lorsque le Prophète (صلى الله عليه و سلم) était à Al Ja3râna* un homme est venu vers lui et lui a dit : « Ô Envoyé d’Allah ! Quel est ton avis sur un homme qui a fait son Ihram pour la ‘oumra alors qu’il était parfumé ? » Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) s’est tu un certain temps, et la révélation lui est venue. ‘Oumar (رضي الله عنه) fit un signe à Safwan Ibn Ya3la (رضي الله عنه), et celui-ci vint auprès du Prophète (صلى الله عليه و سلم) qui avait le visage couvert d’un vêtement. Ya3la rentra sa tête sous ce vêtement et vit le Prophète (صلى الله عليه و سلم) avec un visage tout rouge et une respiration accélérée. Puis il (صلى الله عليه و سلم) fut libéré* et dit : « Où est celui qui m’a interrogé sur la ‘Oumra ? » On amena cet homme. Et le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dit : « Lave 3 fois le parfum que tu as sur toi, et enlève cette joubba*, et fais dans ta ‘oumra comme ce que tu fais dans ton hajj. » » (Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, Abou Dawoud et An-Nassaï)

« Al Ja3râna » : Un endroit proche de La Mecque.

« Il (صلى الله عليه و سلم) a été libéré » : C’est-à-dire que la révélation s’arrêta, car lorsque le Prophète (صلى الله عليه و سلم) recevait la révélation cela était très lourd et pesant pour lui.

« Joubba » : Sorte de cape. Et il n’est pas permis de porter cela en état d’Ihram.


Dans ce hadith il y a une preuve que celui qui manque à une obligation du hajj ou de la ‘oumra, il ne lui est pas demandé d’égorger une bête, car le Prophète (صلى الله عليه و سلم) n’a pas demandé cela à cet homme. Il (صلى الله عليه و سلم) lui a seulement demandé de se laver de ce parfum, ainsi que d’enlever sa Joubba.



El Ihram :

« Al Ihram » vient du mot « At-Tahrim », c’est-à-dire entrer dans une interdiction. Cela signifie que la personne en Ihram rentre dans un état dans lequel il lui est interdit de faire un certain nombre de choses.
Al Ihram, c’est : « An-niyatou nnoussouk », l’intention d’accomplir le rite.

Le cheykh cite ici une longue parole du cheykh Ibrahim Chaqra, que le frère Abou Anas a jugé bon de ne pas lire étant donné que ce cheykh s’est dévié du droit chemin (qu’Allah le guide). A la place le frère lira la définition qu’à donné Houssen el 3ouwaycha dans son livre « Al Mawsou3atou-l fiqiya ».

Il existe 3 sortes de rites :
- At-Tamattou3
- Al Qiran
- Al Ifrâd


1 - At-Tamattou3 (التَّمَتُّع) :

C’est le fait de faire la ‘Oumra seule durant les mois du Hajj. Donc, à partir du miqat le pèlerin doit dire : « Labbayk allahouma bi3oumra. » Puis une fois à La Mecque, il fait la ‘oumra en faisant le tawaf, le sa3y (nous verrons en détail ceci plus tard) et en coupant ou rasant les cheveux, après quoi il peut sortir de son Ihram. Et il reste ainsi juqu’au jour du hajj, le 8ème jour de Dhoul Hijja où il effectuera les rites du pèlerinage.
Il est appelé At-Tamattou3 car le pèlerin profite de cette période de liberté, sans Ihram, entre sa ‘oumra et son Hajj.


2 - Al Qiran (القِران) :

C’est le fait de faire le Hajj et la ‘Oumra en même temps. Donc, à partir du miqat le pèlerin doit dire : « Labbayk allahouma biHajjin wa 3oumra. » Puis, en entrant à La Mecque, il fait le tawaf et il a le choix de faire le sa3y de suite ou seulement au moment du hajj. Il doit rester en état d’ihram jusqu’à ce qu’il lapide la stèle appelée « Jamrat el 3aqaba » (c-à-d jusqu’au jour du 3id).
Au miqat, le pèlerin doit avoir avec lui la bête qu’il égorgera. C’est pour cela qu’il ne lui est pas autorisé de sortir de son état d’Ihram, car Allah (عز وجل) a dit : {Et ne rasez pas vos têtes jusqu’à ce que le Hady (le sacrifice) atteigne l’endroit du sacrifice....} (Sourate Al Baqara, verset 196)


3 - Al Ifrâd (الإِفْراد) :

C’est le fait de faire le Hajj tout seul. Donc, à partir du miqat le pèlerin doit dire : « Labbayk allahouma biHajj. ». Le pèlerin doit rester en état d’ihram jusqu’à ce qu’il lapide la stèle appelée « Jamrat el 3aqaba » et il n’a pas de bête à égorger.

La preuve en islam que ces 3 rites sont légiférés est le hadith de ‘Aïsha (رضي الله عنها) qui dit : « Nous sommes sortis avec le Prophète (صلى الله عليه و سلم) pour accomplir le hajj de 3 façons différentes. Parmi nous, il y avait ceux qui ont eu l’intention d’accomplir le hajj et la ‘oumra ensemble (el qiran), ceux qui ont eu l’intention de faire le hajj tout seul (el ifrad), et ceux qui ont eu l’intention de faire la ‘oumra uniquement (at-tamatou3). »


L’autorisation de mettre comme condition de se libérer de l’état d’ihram en cas de maladie ou autre :

La preuve est le hadith de ‘Aïcha (رضي الله عنها) qui dit : « Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) est allé voir Dabâ3a Bint Az-Zoubayr et lui a dit : « Veux-tu faire le hajj ? » Elle a dit : « Par Allah je veux mais je ne peux pas à cause de la douleur que je ressens. » Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Fais ton hajj et pose ta condition en disant : « Ô Allah je deviens licite (je sors de l’Ihram) à l’endroit où Tu m’auras arrêté. » »* » (Hadith authentique rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

« Ô Allah je deviens licite (je sors de l’Ihram) à l’endroit où Tu m’auras arrêté. » : En arabe :

اللهم محلي حيث حبستني

" Allahouma maHillî Haythou Habastanî "


Et celui qui pose cette condition d’Ihram, quelque soit l’endroit ou le moment où il est arrêté, par un ennemi ou par autre chose, il peut sortir de son état de sacralisation sans avoir de bête à égorger en compensation.

Quant à celui qui n’a pas posé cette condition et qui a été empêché par un fait inattendu, il doit égorger une bête en compensation. La preuve est la parole d’Allah (تعالى) qui dit : {Si vous en êtes empêchés, alors faites un sacrifice qui vous soit facile.} (Sourate Al Baqara, verset 196)
Ce Hadi (cette bête) ne doit faire partie que d’An-Na3am (النّعم) : c’est-à-dire les chameaux (الإبل), les bovins (البقر) et les ovins (الغنم). Et s’il ne trouve qu’une brebis elle suffit, mais égorger un chameau, une chamelle ou une vache, est meilleur. S’il n’a la possibilité d’égorger aucun de cela, alors il doit jeûner 10 jours, comme c’est le cas pour le moutamatti3 (celui qui fait at-tamattou3) qui n’a pu égorger sa bête.



Chapitre du hadith de Jabir Ibn 'Abdillah (رضي الله عنه) sur la description du Pèlerinage du Prophète (صلى الله عليه و سلم) :

Rapporté par Mouslim, selon Ja3far Ibn Mohammed (رضي الله عنه), selon son père : « Nous sommes entrés chez Jâbir Ibnou ‘Abdillah (رضي الله عنه) qui nous a demandé de nous présenter* et lorsque mon tour est arrivé, j’ai dit : « Je suis Mohammed Ibn ‘Ali Ibn Houssayn* », alors il a posé sa main sur ma tête, a défait mon premier puis mon second bouton, a placé sa main sur ma poitrine - j’étais encore jeune homme - et a dit : « Bienvenue, ô mon neveu, pose la question que tu veux » – il était aveugle – et je lui ai posé ma question. Lorsque l’heure de la prière est arrivée, il s’est enveloppé de sa couverture tissée qui était tellement petite que chaque fois qu’il la remontait sur ses épaules, elle redescendait, et son rida* était à côté de lui sur le portemanteau. Il dirigea la prière en commun que nous accomplîmes avec lui. Je lui ai dit : « Parle-moi du pèlerinage du Prophète (صلى الله عليه و سلم) » Il a indiqué avec ses doigts le chiffre neuf et dit :

« Le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) est resté à Médine neuf ans, sans accomplir le Hajj. La dixième année le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) a annoncé qu'il allait accomplir le Hajj. Un grand nombre de gens sont venu à Médine, pour accompagner le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) et l’imiter dans tout ce qu’il allait faire. Nous sommes sortis avec lui jusqu'à ce que nous ayons atteint Dhoul-Houlayfah. Là, Asmaa Bint ‘Oumays a donné naissance à Mohammed Ibn Abou Bakr. Elle a envoyé au Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) lui demander : « Que dois-je faire ? » Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) lui a dit : « Prends un bain, bande tes parties intimes et entre en état d'Ihram ».
Le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) a prié dans la mosquée puis est monté sur Al-Qaswa (sa chamelle), jusqu'à ce que sa chamelle ait atteint le désert. Je regardais aussi loin que je pouvais voir devant moi, je voyais les cavaliers et les piétons et il y avait autant de gens à sa gauche, à sa droite et derrière lui. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) était parmi nous et le Coran lui était révélé, il en connaissait l’interprétation, l’appliquait et nous imitions tout ce qu'il faisait.
Il proclama le tawhid en prononçant la Talbiyah, et dit :



لَبَّيْكَ اللَّهُمَّ لَبَّيْكَ، لَبَّيْكَ لاَ شَرِيكَ لَكَ لَبَّيْكَ، إِنَّ الْحَمْدَ والنِّعْمَةِ، لَكَ والمُلْكُ، لاَ شَرِيكَ لَكَ

« Labbayk allahouma labbayk, labbayk lâ charîka laka labbayk, inna-l hamdou wan-ni3matou laka wa-l moulk, lâ charîka lak. »
« Me voilà, ô Seigneur, me voilà. Me voilà, Tu n’as pas d’associé, me voilà. En vérité la louange et la grâce T’appartiennent ainsi que la royauté. Tu n’as pas d’associé »


Des gens ont prononcé d’autres formes de Talbiyah et le Prophète (صلى الله عليه و سلم) n’a rien désapprouvé dans leur comportement, tout en continuant à répéter sa propre Talbiyah. »


« qui nous a demandé de nous présenter » : car Jâbir avait atteint un âge avancé et il ne voyait plus.

« Mohammed Ibn ‘Ali Ibn Houssayn » : Qui est en fait Mohammed Ibn ‘Ali Ibn Houssayn Ibn ‘Ali, l’arrière petit-fils de ‘Ali Ibn Abi Talib.

« rida » : vêtement qui se porte à la partie suppérieure du corps.


Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: EL-WADJÎZ FI FIQHI = Le livre du Pèlerinage    Dim 20 Oct 2013 - 20:37

Cours n°4

Chapitre du hadith de Jabir Ibn 'Abdillah (رضي الله عنه) sur la description du Pèlerinage du Prophète (صلى الله عليه و سلم)






... (suite du Hadith)

Jâbir (رضي الله عنه) a dit : « Notre intention était le pèlerinage, nous ne savions pas que la ‘Omrah pouvait se faire conjointement avec le pèlerinage pendant les mois de Hajj ». Lorsque nous sommes arrivés avec Prophète (صلى الله عليه و سلم) à la Ka’ba, il embrassa la Pierre Noire*, puis commença son Tawaf*, en ayant cette dernière à sa gauche, il fit le Ramal* durant trois tours, puis il fit quatre autres tours en marchant normalement. Ensuite, il se dirigea vers le Maqâm d’Ibrâhîm* (عليه السلام) et récita le verset suivant : {Adoptez donc pour lieu de prière, ce lieu où Ibrâhîm se tint debout.} (Sourate Al Baqara, verset 125). Il (صلى الله عليه و سلم) prit position de façon à ce que le Maqâm soit situé entre lui et la Ka’ba. »

Ja3far Ibn Mohammed affirma que son père n’avait jamais dit ceci qu’en citant le Prophète (صلى الله عليه و سلم) et il dit : « le Messager (صلى الله عليه و سلم) accomplit deux unités de prière, dans lesquelles il lit Qoul houwa-llahou aHad (sourate El Ikhlas), et Qoul yâ ayyouha-l kafiroun (Sourate Al Kafiroun). Puis il revint à la Pierre Noire, l’embrassa et passa la porte pour se diriger vers le mont d’As-Safaa.
Une fois proche d’As-Safaa, il récita le verset suivant: {As-Safā et Al-Marwah sont vraiment parmi les lieux sacrés d’Allah.} (Sourate Al Baqara, verset 158) et dit : « Je commence par ce par quoi Allah a commencé ». Il commença donc par le mont As-Safaa, l’escalada jusqu’à ce qu’il vît la Ka’ba, se dirigea vers la Qiblah, prononça la formule d’unicité et de glorification d’Allah, Exalté soit-Il, et dit : « La ilaha illa-llah waHdahou lâ charîka lahou, lahoul moulkou wa lahoul Hamdou wa houwa 3ala koulli chay-in qadîr. La ilaha illa-llahou waHdah, anjaza wa3dah wa naSSar 3abdah wa hazamal aHzâb waHdah », (Il n’y a point de divinité autre qu’Allah, l’Unique, Il n’a point d’associé. A Lui appartient la Royauté et à Lui reviennent les Louanges, Il est Omnipotent. Il n’y a point de divinité autre qu’Allah, l’Unique. Il a tenu Sa promesse, accordé la victoire à Son serviteur et vaincu les coalisés, Seul).
Il répéta cela trois fois, tout en invoquant Allah à chaque fois, puis descendit pour escalader Al-Marwah et lorsqu’il atteignit le fond de la Vallée, il marcha à vive allure puis reprit sa marche normale lorsqu’il commença à escalader Al-Marwah, en disant ce qu’il avait déjà dit sur As-Safaa, et quand il eut achevé la dernière ascension d’Al-Marwah, il dit :
« Si j’avais su d'avance ce que je viens de savoir, je n'aurais pas apporté de Hadi (offrandes) et j'aurais considéré ce que j’ai fait comme ‘Oumra. Ainsi, celui qui parmi vous n'as pas apporté de Hadi (offrandes) avec lui, qu'il se désacralise et qu'il considère ce qu’il vient de faire comme une ‘Oumra. »
Sourâqa Ibn Mâlik Ibn Jou3cham s’est levé et a dit : « Ô Messager d'Allah ! Est-ce à appliquer cette année seulement ou pour toujours ? » Le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) croisa les doigts de ses mains et répéta deux fois : « La ‘Oumra s’est intégrée dans le Hajj à jamais. »

‘Ali (رضي الله عنه) est venu du Yémen avec les offrandes du Prophète (صلى الله عليه و سلم) et a constaté que Fatima (رضي الله عنهما) était parmi ceux qui s’étaient désacralisés. Elle mit des vêtements colorés et du khôl. Il désapprouva ce qu’elle fit. Elle lui dit alors : « C’est mon père qui m’a ordonné de le faire. »
Le narrateur a rapporté qu’Ali (رضي الله عنه) disait en Iraq* : « Je me suis rendu auprès du Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) pour qu'Il réprimande Fatima (رضي الله عنهما) pour ce qu'elle avait fait et j’ai demandé son avis concernant ce qu'elle a raconté à ce propos. Je lui ai dit aussi que je lui avais montré ma désapprobation de son comportement. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) m’a répondu : « Ce qu’elle a dit est vrai, Ce qu’elle a dit est vrai. Qu'as-tu dit quand tu as entrepris d'accomplir le Hajj ? » Ali (رضي الله عنه) a répondu : « J'ai dit : " Ô Allah ! Je fais le Hajj à la manière de Ton Messager (صلى الله عليه و سلم) " » Il (صلى الله عليه و سلم) m‘a dit : « J’ai avec moi le Hadi, reste donc en état de d’Ihram. »


Jâbir Ibnou ‘Abdallah poursuit son récit : « Le nombre total de bêtes amenées par Ali du Yémen est de cent têtes. Alors tous les gens, sauf le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) et ceux qui avaient amené avec eux le Hadi se sont désacralisés et ont raccourci les cheveux. Quand le jour de Tarwiyah est venu, ils sont partis à Mina et sont entrés en état d’Ihraam pour accomplir le Hajj. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a pris sa monture et y a fait les prières d’Adh-Dhohr, d’Al-‘Asr, d’Al-Maghrib, d’Al-‘Ichaa’ et d’Al-Fadjr et y est resté jusqu’au lever du soleil.
Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a ordonné qu'on lui installe une tente (faite de poils d'animaux) à Namira*. Le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) est parti alors et les Qoraïchites ne doutaient pas qu'il allait s'arrêter à Al-Mach3ar Al Harâm* comme les Qoraïchites faisaient à l'époque préislamique. A leur grande surprise, Il a dépassé Mouzdalifa jusqu'à ce qu'il ait atteint ‘Arafat où il a trouvé que la tente lui avait été dressée à Namira. Il y a campé. Quand le soleil avait décliné de son zénith, il (صلى الله عليه و سلم) a ordonné alors qu'Al-Qaswa (sa chamelle) soit sellée pour lui. Quand il est arrivé au fond de la vallée, il s'est adressé aux gens disant entre autre : « Votre sang, vos biens sont entre vous aussi sacrés et inviolables que l’est ce jour-ci, dans ce moi-ci, dans cette ville-ci ! Toutes les affaires propres à la période de l’'Ignorance (Djahiliya) sont complètement abolies, de même que le sang versé à cette époque n’est plus à revendiquer à commencer par celui d'Ibn Rabî3a Ibn Al Hârith* qui avait été nourri dans la tribu de Bani Sa3ad et tué par la tribu de Houdhayl. L'usure de cette période est abolie et la première usure que j'abolis est celle d'Al-‘Abbas Ibn ‘Abd Al-Mouttaleb.
Craignez Allah à propos des femmes ! Vous avez des droits sur vos femmes et elles ont les leurs sur vous ! (Pour vos droits) : elles ne doivent pas permettre à ceux que vous détestez d’entrer chez vous et ne doivent commettre aucune une turpitude avérée. Si elles le font, Allah vous autorise alors, à ne pas les côtoyer dans la couche, et (si cela ne suffit pas) à les frapper modérément. Je vous recommande de faire du bien aux femmes car elles sont (telles des) "prisonnières" chez vous et (car) Allah vous les a confiées en dépôts et vous a permis de les approcher.
J'ai laissé parmi vous le livre d'Allah auquel si vous tenez vous ne vous égarerez jamais. On vous interrogera à mon sujet, que direz-vous alors ? »


Et la foule de répondre : « Nous certifions que tu as transmis le message, que tu as accompli ta mission et que tu nous as prodigué tes conseils ». Il (صلى الله عليه و سلم) dit à trois reprises en levant son index vers le ciel puis en le pointant vers la foule : « Ô Allah, sois-en témoin. »

Puis on a fait (un seul) appel à la prière (Adhan) suivi de l’Iqama (une première fois) et le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dirigé la prière du Dhohr, puis après l’Iqama (une seconde fois) le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dirigé la prière de l'Asr et Il n’a fait aucune prière surérogatoire entre les deux. Ensuite, le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) est monté sur sa chamelle et s’est mis en position*, plaçant Al-Qaswa (sa chamelle) de façon que son ventre soit dirigé vers les rochers, laissant ceux qui sont à pied devant lui faisant face à la Qibla. Il est resté ainsi jusqu'à ce que le soleil se soit couché, que la lumière jaunâtre soit disparue et que le disque du soleil ait complètement disparu. Alors, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a fait monter Oussama* derrière lui et a tiré (vers lui) la bride d'Al-Qaswa si fortement que sa tête ait touché la selle pour la garder sous contrôle, signalant aux gens avec la main droite de marcher tranquillement. Chaque fois qu'Il devait surmonter une colline, il défaisait la bride de sa chamelle légèrement pour lui permettre de l’escalader, quand il a atteint Mouzdalifa, il a dirigé les prières du Maghreb et de l’Icha avec un seul Adhan et deux Iqama et n’a fait aucune prière surérogatoire entre ces deux prières. Le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) s'est couché jusqu'à l'aube, puis il a accompli la prière du Fadjr avec un Adhan et une Iqama. »



« il embrassa la Pierre Noire » : Littéralement « il essuya le coin » Ici il s’agit de la pierre noire, car celle-ci se situe dans un des coins de la ka’ba.

« Tawaf » : La circumambulation autour de la Ka’ba.

« ramal » : (رَمَلَ) Trotiner, accélerer le pas (c’est entre la marche et la course).

« El Maqâmou Ibrâhîm » : La station d’Ibrâhîm.

« ‘Ali (رضي الله عنه) disait en Irak » : C’est-à-dire, que lorsqu’ Ali (رضي الله عنه) était le Commandeur des croyants  il est parti en Irak, et il a raconté ce fait aux compagnons.

« le jour de Tarwiyah » : Le huitième jour de Dhoul Hijjah

« Namira » : Il s’agit d’un endroit situé entre ‘Arafa et Mouzdalifa, ne faisant partie d’aucun des 2.

« Al-Mach3ar Al Harâm » : (l'emplacement sacré) Cette désignation peut aussi bien désigne le mont Mach3ar qui se trouve à Mouzdalifa que Mouzdalifa lui-même. A l’époque les Qoraïchites ne dépassaient pas cet endroit, car ils refusaient de sortie du territoire sacré. Or, au-delà d’Al-Mach3ar Al Harâm, se trouve ‘Arafat qui ne fait pas partie du territoire sacré.

« Ibn Rabî3a Ibn Al Hârith ibn ‘Abdel Mouttalib » : Il était le petit cousin du Prophète (صلى الله عليه و سلم). Dans son exortation le Prophète (صلى الله عليه و سلم) averti donc qu’il ne réclamera pas le prix du sang (selon la loi du talion) pour la mort de son cousin. Il a donc commencé par un proche de sa famille.

« s’est mis en position » : à ‘Arafa.

« Oussama » : Il s’agit d’Oussama Ibnou Zayd qui était un esclave.



...
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: EL-WADJÎZ FI FIQHI = Le livre du Pèlerinage    Mer 23 Oct 2013 - 15:14

Cours n°5

Chapitre du hadith de Jabir Ibn 'Abdillah (رضي الله عنه) sur la description du Pèlerinage du Prophète (صلى الله عليه و سلم) – Les recommandations à respecter avant, pendant et après l'état de sacralisation (Ihram)
 
 
 
 
 
 
 
... (suite du Hadith)
 
« Quand la lumière du matin est apparue, il est monté sur Al-Qaswa et s’est rendu à Al-Mach3ar Al Harâm : il s'est orienté vers la Qibla, a imploré Allah, L’a glorifié, a proclamé Son unicité, et est resté debout jusqu'à ce que la lumière du jour soit devenue très claire. Puis Il est parti rapidement avant le lever du soleil et a fait monter derrière lui Al Fadhl Ibnou ‘Abbas*, qui était beau et avait une belle chevelure. Alors que le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) poursuivait son chemin, un groupe de femmes est passé à côté d'eux. Al Fadhl s’est mis à les regarder ; le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) a placé sa main sur le visage d'Al Fadhl qui a tourné le visage et a commencé à regarder de l'autre côté. Le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) a placé encore une fois sa main sur le visage d'Al Fadhl. Arrivé au niveau de BaTna Mouhassir*, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a poussé Al-Qaswa pour l'inciter à marcher plus vite. Il a suivi la route centrale qui aboutit à la grande Jamarat*. Quand il est arrivé à Jamaratou-l’Aqaba, située à proximité de l’arbre, Il (صلى الله عليه و سلم) a jeté contre elle sept petits cailloux en disant : « Allahou akbar » avec chaque caillou. Puis il s’est rendu au lieu du sacrifice et a sacrifié de sa propre main soixante-trois chameaux et il a laissé le reste des chameaux à ‘Ali (رضي الله عنه) pour les sacrifier, l'associant ainsi avec lui dans son Hady (son sacrifice). Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a ordonné de prendre un morceau de viande de chaque bête sacrifiée et de mettre le tout dans une marmite sur le feu. Quand le repas fut cuit le Prophète (صلى الله عليه و سلم) et ‘Ali (رضي الله عنه) ont mangé de la viande et ont bu de la sauce.
Le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) est monté sur sa chamelle et s’est dirigé vers la Ka’ba pour accomplir le Tawaf Al-Ifadha. Après la prière d’Adh-Dhohr, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) s’est rendu chez les fils d’‘Abd Al-Mouttalib qui puisaient l'eau de Zamzam et la donnait à boire aux gens et leur a dit : « Continuez de puiser l'eau de Zamzam, Ô Banou ‘Abd Al-Mouttalib ! Je crains que si je la puise avec vous, les gens vous usurperont ce droit [en pensant qu'il s'agit d'une Sunna du Hajj] »
Alors, ils lui ont donné un sceau rempli d'eau de Zamzam et il en a bu. »

 
 
« Al Fadhl Ibnou ‘Abbas »  : Qui est le cousin du Prophète (صلى الله عليه و سلم) et le frère de ‘Abdoullah Ibnou ‘Abbas.
 
« BaTna Mouhassir » : Entre Mina et Al Mouzdalifa.
 
« Jamara » : La stèle.
 
« Tawaf Al-Ifadha » : C’est le Tawaf du pèlerinage. Après ce tawaf, Jâbir n’a pas précisé que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a fait le Sa3yi, car le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a fait Al Qirân, non At-Tamattou3, et son 1er Sa3yi en arrivant à La Mecque était considéré comme son sa3yi du hajj.
 
 
L’Imam An-Nawawi a dit dans le Charh Mouslim (explication du sahih Mouslim) : « C’est un hadith immense qui englobe beaucoup de morales, de choses à retenir, ainsi que des règles importantes de la religion. Al QâDî a dit que beaucoup de gens (savants) ont expliqué et décrit ce que contient ce hadith comme jurisprudence, en insistant sur cela. Et Abou Bakr Ibnou-l Moundhir (رحمه الله) a même écrit un livre complet sur l’explication de ce hadith et en a extrait plus de 150 points de jurisprudence. Et s’il avait insisté davantage il aurait sorti le double de cela. »
 
 
 
Chapitre des piliers, obligations et sounnah du Hajj :
 
Le Pèlerinage est une adoration parmi les adorations qui comportent des piliers, des obligations, et des choses recommandées.
 
A- Les sounnah du hajj :
 
1- Les sounnah de l’Ihram :
 
1- Le ghousl (le lavage) au moment de l’Ihram :
Faire le ghousl est recommandé avant que la personne n’entre en état d’ihram. La preuve est le hadith de Zayd Ibnou Thâbit (رضي الله عنه)  qui rapporte « qu’il a vu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) enlever ses vêtements pour mettre le rida et l’izar, et il s’est lavé. »   (Rapporté par At-Tirmidhi)
 
2- Se parfumer le corps avant de se sacraliser :
Selon ‘Aïsha (رضي الله عنها) : « Je parfumais l'Envoyé d’Allah (صلى الله عليه و سلم) pour l'ihrâm quand il voulait se mettre dans cet état et aussi quand il en sortait avant qu'il fît le tawaf. » (Rapporté par Al Boukhari et Mouslim)
 
3- Porter un izar et un rida de couleur blanche :
La preuve est le hadith d’Ibnou ‘Abbas (رضي الله عنه) qui dit : « Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) partit de Médine après avoir coiffé ses cheveux et s'être enduit d'onguent ; il avait revêtu son izar et son rida, et ses compagnons avaient fait comme lui. » (Rapporté par Al Boukhari)
Et concernant la préférence de la couleur blanche pour l’izar et le rida, il y a le hadith d’Ibnou ‘Abbas (رضي الله عنه) qui dit que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Portez des vêtements blancs, car ils sont les meilleurs de vos vêtement, et utilisez des linceuls blancs pour vos morts. » (voir dans le livre des rites funéraires)
 
4- Prier dans la Vallée d’Al 3Aqîq pour celui qui la traverse :
Cela concerne donc ceux qui ont pour miqât Dhoul Houlayfah. La preuve est le hadith de ‘Oumar (رضي الله عنه) qui dit : « J’ai entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم), alors qu’il était dans Vallée d’Al 3Aqîq, dire : « Une personne venant de mon Seigneur est venue à moi et m’a dit : « Prie dans cette vallée bénie et dis : Une ‘Oumra dans le Hajj. » » » (Rapporté par Al Boukhari, Abou Dawoud et Ibnou Majah)
 
5- Elever la voix dans la Talbiya :
La preuve est le hadith d’Assâ-ib Ibnou Khalâd (رضي الله عنه) qui dit : « Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Jibrîl (عليه السلام) est venu à moi et m’a ordonné d’ordonner à mes compagnons d’élever la voix pendants Al Ihlâl* ou At-Talbiya. » » (Rapporté par At-Tirmidhi, Abou Dawoud, Ibnou Majah et An-Nassaï)
 
« Al Ihlâl » : (الإهلال) Qui signifie montrer ou exposer quelque chose, tout comme la lune qui est un astre clairement exposé la nuit est appelée hilal. Or Al Ihlâl n’est autre que la Talbiya.
 
C’est pour cela que les compagnons du Prophète (صلى الله عليه و سلم) criaient de toute leur force pendant la Talbiya. Abou Hâzim (رضي الله عنه) a dit : « Les compagnons du Prophète (صلى الله عليه و سلم) qui entraient en état de sacralisation (à Médine), n’arrivaient à Ar-RouHa* qu’avec des voix enrouées. » (Hadith authentifié par Cheykh Al Albani)
 
« Ar-RouHa » : C’est un endroit situé entre La Mecque et Médine.
 
 
6- Faire le TaHmid, le TasbîH et le Takbir avant la Talbiya :
Selon Anas Ibnou Mâlik (رضي الله عنه) qui dit : « Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a prié avec nous Adh-Dhor 4 rak’at à Médine, puis Al ‘Ars à Dhoul Houlayfah en 2 rak’at, puis il y a dormi jusqu’au matin. Ensuite il est monté sur sa monture jusqu’à arriver à un terrain droit, et il a fait le TaHmid, le TasbîH et le Takbir. Puis il a fait la Talbiya pour le Hajj et la ‘Oumra. » (Rapporté par Al Boukhari et Abou Dawoud)
 
« TaHmid » : Dire Al Hamdoulillah.
 
« TasbîH » : Dire SoubHannallah.
 
« Takbir » : Dire Allahou akbar.
 
 
7- Faire la Talbiya en direction de la Qibla :
Nâfi3 (رضي الله عنه) a dit : « Lorsque Abdoullah Ibnou ‘Oumar (رضي الله عنه) avait fait la prière le matin à Dhoul-Houlayfah, il donnait l'ordre de lui amener sa chamelle. On la lui amenait, il l'enfourchait et quand elle était bien tournée du côté de la Qibla, il faisait la Talbiya … et il prétendait que l'Envoyé d’Allah (صلى الله عليه و سلم) faisait ainsi. » (Rapporté par Al Boukhari)
 
« Nâfi3 » : C’est un homme au service d’Abdallah Ibnou ‘Oumar (رضي الله عنه).
 
 
.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: EL-WADJÎZ FI FIQHI = Le livre du Pèlerinage    Jeu 24 Oct 2013 - 22:03

Cours n°6

Chapitre des recommandations avant l'entrée à La Mecque - Les recommandations durant le « Tawaf » – Les recommandations durant le « Sa'yi » – Les recommandations lorsque l'on se rend à Mina







2- Les sounnah en entrant à la Mecque :

8, 9 et 10- Passer la nuit à Dhou Touwâ, faire le ghousl et entrer à la Mecque de jour :
Nâfi3 (رضي الله عنه) a dit : « Aussitôt arrivé sur le territoire sacré, Ibnou ‘Oumar (رضي الله عنه) cessait de faire la telbiya ; il passait la nuit à Dhou Touwâ, y faisait la prière du matin et se lavait. Il racontait que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) agissait exactement ainsi. » (Rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

11- Rentrer à la Mecque par le nord :
La preuve est le hadith d’Abdoullah Ibnou ‘Oumar (رضي الله عنه) qui dit : « L' Envoyé d’Allah entrait à la Mecque par le défilé le plus élevé* ; il en sortait par le défilé le plus bas. » (Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, An-Nassaï et Ibnou Majah)

« le défilé le plus élevé » : C’est-à-dire le Nord.

12- Entrer dans la mosquée sacrée par le pied droit et dire :
« أعوذ بالله العظيم، وبوجهه الكريم، وسلطانه القديم من الشيطان الرجيم. بسم الله، اللهم صل على محمد وسلم، اللهم افتح لي أبواب رحمتك »
« Je demande la protection d’Allah l’Immense, par Son Visage Saint, par Sa suprématie infinie (qu’Il a toujours eue), contre le diable lapidé. Au nom d’Allah, ô Allah prière et salut sur Mouhammed, ô Allah ouvre moi les portes de Ta miséricorde. »
(Hadith Sahih)

13- Lever les mains au moment de voir la Ka’bah :
Car cela a été rapporté par ‘Abdoullah Ibnou ‘Abbas (رضي الله عنه). Il est également recommandé d’invoquer, comme l’a fait ‘Oumar (رضي الله عنه), en disant :
« اللهم أنت السلام، ومنك السلام، فحيّنا ربنا بالسلام »
« Ô Allah Tu es le Salut (ou la Paix), de Toi vient le Salut, accorde nous une vie pleine de Paix. »




3- Les sounnah du Tawaf :

14- Al iDTibâ3 (الاضطباع) :
C’est le fait d’entrer son rida sous l’aisselle droite, et de le poser sur l’épaule gauche, découvrant ainsi l’épaule droite. La preuve est le hadith Ya3la Ibnou Oumaya (رضي الله عنه) qui dit, que « le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a fait At-Tawaf en faisant al iDTibâ3. » (Hadith bon, rapporté par Abou Dawoud, At-Tirmidhi et Ibnou Majah)

15- Essuyer (toucher) la pierre noire :
La preuve est le hadith d’Ibnou ‘Oumar (رضي الله عنه) qui dit : « J'ai vu l'Envoyé d’Allah (صلى الله عليه و سلم), quand il vint à la Mecque. Dès qu'il eut touché la pierre noire*, il commença le tawaf en faisant ar-ramal* des trois premiers tours sur les sept (qu'il y avait à faire). » (Rapporté par Al Boukhari, Mouslim et An-Nassaï)

« pierre noire » : Dans ce hadith on trouve le mot ركن ("pilier" au singulier), pour désigner la "pierre noire".

« en faisant ar-ramal » : en précipitant l'allure.

16- Embrasser la pierre noire :
La preuve est le hadith de Zayd Ibnou Aslam, qui rapporte d’après son père (رضي الله عنهما) : « J’ai vu ‘Oumar Ibnoul Khattab (رضي الله عنه) embrasser la pierre en disant : « Si je n’avais pas vu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) t’embrasser, je ne le l’aurais pas fait. » » (Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, Abou Dawoud, Ibnou Majah, At-Tirmidhi et An-Nassaï)

17- Se prosterner sur la pierre noire :
La preuve est le hadith d’Ibnou ‘Oumar (رضي الله عنه) qui dit : « J’ai vu ‘Oumar Ibnoul Khattab (رضي الله عنه) embrasser la pierre et se prosterner dessus*, puis il est revenu l’embrasser et se prosterner dessus (une seconde fois), et a dit : « C’est ainsi que j’ai vu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) faire. » » (Hadith bon, rapporté par Al Bazâr)

« se prosterner dessus » : C’est-à-dire y poser son front et son nez.

18- Faire le Takbir au niveau du coin (la pierre noire) :
La preuve est le hadith d’Ibnou ‘Abbas (رضي الله عنهما) qui dit : « Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) fit le Tawaf, monté sur un chameau ; chaque fois qu'il passait devant la pierre noire, il faisait le geste d'y toucher avec ce qu'il tenait à la main et disait le takbîr. » (Hadith sahih, rapporté par Al Boukhari)

19- Faire le ramal dans les 3 premiers tours du premier Tawaf :
D’après Ibnou ‘Oumar (رضي الله عنه) : « Lorsque le Prophète (صلى الله عليه و سلم) faisait le premier Tawaf autour de la Maison, il accélérait le pas durant 3 tours et marchait durant les 4 tours (restants), et ceci de la pierre à la pierre. » (Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, Ibnou Majah, Abou Dawoud, et An-Nassaï)

« de la pierre à la pierre » : Les savants ont déduit qu’un tour débute à la pierre noire et s’achève à la pierre noire.

20- Essuyer (toucher) le coin yéménite :
D’après Ibnou ‘Oumar (رضي الله عنه) : « Je n'ai jamais vu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) toucher autre chose dans la ka’ba que les deux coins yéménites. » (Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, Abou Dawoud, et An-Nassaï)

21- Invoquer Allah entre les 2 coins Yéménites :
Par cette invocation :
« ربنا آتنا في الدنيا حسنة وفي الآخرة حسنة وقنا عذاب النار »
« Ô Allah accorde nous des hassanat dans cette vie d’ici bas ainsi que dans l’au-delà, et préserve nous du Feu. »
(Hadith bon rapporté par Abou Dawoud)

22- Prier 2 raka’at après le tawaf derrière le Maqâm :
D’après Ibnou ‘Oumar (رضي الله عنه) : « Lorsqu’il arriva à la Mecque, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) fit le tawaf autour de la Ka’ba 7 fois, puis il pria 2 raka’at derrière le Maqâm. Ensuite, il fit le sa3yi entre As-Safa et Al Marwa. » Et Ibnou ‘Oumar (رضي الله عنه) a récité la parole d’Allah : {Vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre].} (sourate Al Ahzab, verset 21) (Hadith rapporté par Al Boukhari et Ibnou Majah)

« Maqâm » : C’est Al Maqâmou Ibrâhîm (عليه السلام)

23- Lire ce verset devant le Maqâm, avant de prier : {Adoptez donc pour lieu de prière, ce lieu où Ibrâhîm se tint debout.} (Sourate Al Baqara, verset 125)
Et de réciter sourate Al Kafiroun dans la 1ère rak’at et sourate Al Ikhlass dans la 2ème, car dans le hadith de Jâbir Ibnou ‘Abdillah (رضي الله عنه) il dit que lorsque « le Messager (صلى الله عليه و سلم) accomplit deux unités de prière, dans lesquelles il lit Qoul houwa-llahou aHad (sourate El Ikhlas), et Qoul yâ ayyouha-l kafiroun (Sourate Al Kafiroun). »

24- Faire Iltizâm entre la pierre noire et la porte de la Ka’ba :
Al Iltizâm consiste à poser sa poitrine, sa joue et ses mains sur cette partie de la Ka’ba comprise entre la pierre noire et la porte. La preuve est le hadith de ‘Amr Ibnou Chou3ayb, selon son père, selon son grand-père qui dit : « J’ai fait le Tawaf avec ‘Abdallah Ibnou ‘Amr, et lorsque nous avons achevé le 7ème tour, nous priâmes derrière la Ka’ba. Et je lui ai dit : « Ne demandes-tu pas la protection d’Allah contre le Feu de l’Enfer ? » Il m’a répondu : « Je demande la protection d’Allah contre le Feu de l’Enfer. » Puis il est retourné toucher la pierre noire, s’est tenu debout entre la pierre noire et la porte de la Ka’ba, puis a collé sa poitrine, ses mains, et sa joue sur cette partie. Et il a dit : « C’est ainsi que j’ai vu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) faire. » »

« ‘Abdallah Ibnou ‘Amr » : Abdallah Ibnou ‘Amr Ibnou ‘Ass.

25- Boire l’eau de Zamzam et se laver les cheveux de cette eau :
Comme cela est rapporté dans le hadith de Jâbir Ibnou ‘Abdillah (dans une autre version que celle rapportée par l’Imam Mouslim)



4- Les sounnah du Sa3i :

26- Essuyer (toucher) la pierre noire.

27- Lire la parole d’Allah : {As-Safa et Al-Marwah sont vraiment parmi les lieux sacrés d’Allah. Donc, quiconque fait pèlerinage à la Maison ou fait l’Umra ne commet pas de péché en faisant le va-et-vient entre ces deux monts. Et quiconque fait de son propre gré une bonne œuvre, alors Allah est Reconnaissant, Omniscient.} (Sourate Al Baqara, verset 158)
Puis de dire : « Je commence par ce par quoi Allah a commencé » lorsque la personne s’approche du mont As-Safa pour faire le Sa3i.

28- Se diriger vers la Qibla, en étant sur As-Safa, et de dire :
« Allahou akbar, Allahou akbar, Allahou akbar, La ilaha illa-llah waHdahou lâ charîka lahou, lahoul moulkou wa lahoul Hamdou wa houwa 3ala koulli chay-in qadîr. La ilaha illa-llahou waHdah, anjaza wa3dah wa naSSar 3abdah wa hazamal aHzâb waHdah. »
« Il n’y a point de divinité autre qu’Allah, l’Unique, Il n’a point d’associé. A Lui appartient la Royauté et à Lui reviennent les Louanges, Il est Omnipotent. Il n’y a point de divinité autre qu’Allah, l’Unique. Il a tenu Sa promesse, accordé la victoire à Son serviteur et vaincu les coalisés, Seul. »

Puis de faire des invocations sur ce qu’on désire, et de répéter cela 2 fois de suite.

29- Faire As-Sa3i en accélérant le pas entre les 2 lampes vertes.

30- Faire sur Al Marwa la même chose que sur As-Safa.




5- Les sounnah lors de la sortie vers Mina :

31- Faire L’Ihram pour le Hajj le jour d’At-Tarwiya à partir de chez soi (ou de l'hôtel pour les voyageurs).

32- Prier Adh-Dhor, Al ‘Asr, Al Maghreb et Al ‘Icha à Mina, le jour d’At-Tarwiya. Puis de dormir à Mina, prier Al Fajr et attendre le lever du soleil.

33- Regrouper et raccourcir salat Adh-Dhor et Al ‘Asr, à Namira, le jour de ‘Arafa.

34- Ne pas quitter ‘Arafa avant le coucher du soleil.



.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Lun 26 Oct 2015 - 12:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: EL-WADJÎZ FI FIQHI = Le livre du Pèlerinage    Ven 25 Oct 2013 - 13:38

Cours n°7

Chapitre des piliers du pèlerinage – Les obligations du pèlerinage
 
 
 
 
 
 
B- Les piliers du Hajj :
 
1 - An-Niya (النية) :
 
La preuve est la parole d’Allah (تعالى) : {Il ne leur a été commandé, cependant, que d’adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif.} (Sourate Al Bayyina, verset 5)
Ainsi que la parole du Prophète (صلى الله عليه و سلم) : « Les actes ne valent que par leur intention. »
 
 
2 - Al Wouqouf bi3arafa (الوقوف بعرفة) :
 
La station à ‘Arafa est considérée comme un pilier du Hajj car le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Le pèlerinage c’est ‘Arafa. » (Hadith authentique rapporté par At-Tirmidhi, An-Nassaï, Ibnou Majah et Abou Dawoud)
 
Et le hadith  de `Ourwa Ibn MouDarris at-Tâi (رضي الله عنه), qui a dit : « Je suis venu voir le Prophète (صلى الله عليه و سلم) à Mouzdalifa lorsqu’il sortait de la prière* et lui dis : « Ô Messager d’Allah, je suis venu de la montagne de Tay, j’ai fatigué ma monture et ma personne et par Allah, je n’ai pas laissé de montagne sans m’y être arrêté, mon hajj est-il donc valable ? » Le Messager d’Allah (صلى الله عليه و سلم) dit alors : « Celui qui arrive à accomplir cette salat avec nous et qui est allé avant cela à `Arafa, de jour ou de nuit, son hajj est complet et il a accompli ses rites. » » (Hadith authentique rapporté par At-Tirmidhi, An-Nassaï, Ibnou Majah et Abou Dawoud)
 
« lorsqu’il sortait de la prière » : C’était la prière du Fajr.
 
 
3 - Passer la nuit à Mouzdalifa et y prier la Salât el Fajr (المبيت بمزدلفة) :
 
Le fait de rester à Al Mouzdalifa jusqu’à ce que l’aube apparaisse, et y prier la prière du Fajr, comme l’a dit le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dans le hadith de ‘Ourwa (رضي الله عنه) : « Celui qui arrive à accomplir cette salat avec nous et qui est allé avant cela à `Arafa, de jour ou de nuit, son hajj est complet et il a accompli ses rites. »
 
 
4 - Tawaf Al IfâDa (طواف الإفاضة) :
 
La preuve est la parole d’Allah (سبحانه وتعالى) qui dit : {et qu’ils fassent les circuits autour de l’Antique Maison} (Sourate Al Hajj, verset 29)
Le Tawaf Al IfâDa c’est le Tawaf du Hajj, que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a fait le 10ème jour, le jour de l’3Id.
 
Et selon ‘Aïsha (رضي الله عنها) : « Safiya Bintou Houyay (رضي الله عنها) a eu ses menstrues après le tawaf al Ifâda. Lorsque j’en ai informé le Prophète (صلى الله عليه و سلم), et il a dit : « A-t-elle été empêchée ? » J’ai dit : « Ô Envoyé d’Allah ! Elle avait déjà déferlé et s’était acquittée du tawâf de déferlement. C’est après son déferlement qu’elle a eu ses menstrues. » Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a alors dit : « Qu’elle parte donc. » » (Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, Abou Dawoud, An-Nassaï, At-Tirmidhi et Ibnou Majah)
 
 
5 - As-Sa3i bayna-S Safa wa-l Marwa (السعي بين الصفا والمروة) :
 
Parmi les piliers du hajj, il y a également les allers-retours entre As-Safa et Al-Marwa, car le Prophète (صلى الله عليه و سلم) l’a fait. Et la preuve est sa parole (صلى الله عليه و سلم) qui dit : « Faites le sa3i car Allah a prescrit pour vous le Sa3i. » (Rapporté par Al Hakim)
Et Allah (سبحانه وتعالى) a dit : {As-Safa et Al-Marwah sont vraiment parmi les lieux sacrés d’Allah.} (Sourate Al Baqara, verset 158)
 
 
 
C - Les obligations du Hajj :
 
1 - L’Ihram à partir du Miqât :
 
El Ihram, c’est l’intention d’entrer dans les rites du hajj ou de la ‘oumra. Nous avons vu qu’il s’agissait d’un des piliers du Hajj. Or avoir cette intention avant de traverser le miqât est une obligation.
Cela signifie donc d’enlever ses vêtements, de mettre les vêtements de l’Ihram, puis d’avoir l’intention en disant : « Labbayka-llahouma bi3oumratan » ou « labbayka-llahouma bi Hajjatan wa 3oumratan. »
 
 
2 - Passer la nuit à Mina durant les nuits de Tachriq :
 
Les nuits de Tachrik, sont les 11ème, 12ème et 13ème nuits de Dhoul-Hijja. Ceci car le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a fait ainsi, et il a autorisé aux bergers de ne pas dormir à Mina, et de lapider la stèle le jour de Nahar*, puis de lapider les stèles les 2 jours qui suivent le 12ème jour, puis de lapider les stèles le jour de Nafr*. (Rapporté par Abou Dawoud, At-Tirmidhi, Ibnou Majah et An-Nassaï)
 
« bergers » : Ceux qui gardaient les chameaux des pèlerins.
 
« le jour de Nahar » : C’est le jour de l’3Id, le 10ème de Dhoul-Hijja.
 
« les 2 jours qui suivent » : Les 11ème et 12ème jour.
 
« le jour de Nafr » : Le 13ème jour.
 
Le faite que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) ait autorisé aux bergers de ne pas dormir à Mina est une preuve que cela est obligatoire pour les autres.
 
 
3 - Lapider les stèles dans l’ordre :
 
C’est-à-dire qu’il faut lapider le jour de l’3Id la grande stèle appelée Jamratou-l 3Aqaba, à l’aide de sept pierres. Puis il faut lapider les 3 stèles au cours des jours de Tachriq (les 3 jours suivant l’3Id), après le zénith. Chaque stèle doit être lapidée par sept pierres en commençant par la petite, puis celle du milieu, puis Jamratou-l 3Aqaba.
 
 
.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Lun 26 Oct 2015 - 12:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: EL-WADJÎZ FI FIQHI = Le livre du Pèlerinage    Ven 27 Déc 2013 - 13:18

Cours n°8

Chapitre des obligations du pèlerinage - Les conditions du Tawaf







4 - Le Tawâf Al Wadâ3 (طواف الوداع) :

C’est-à-dire le Tawaf d’Adieu. La preuve de son obligation est le hadith d’Abdoullah Ibn ‘Abbas (رضي الله عنه) qui dit : « Il a été ordonné aux gens que la dernière chose qu’ils fassent soit le tawaf autour de la Maison, sauf que cela a été allégé pour la femme qui a ses menstrues. »  (Rapporté par Al Boukhari et Mouslim)


5 - Se raser la tête ou se raccourcir les cheveux :

Cette obligation a été rapportée dans le livre (le Coran), la sounnah et à l’unanimité des savants.
Allah (سبحانه وتعالى) a dit : {Allah a été véridique en la vision par laquelle Il annonça à Son messager en toute vérité : vous entrerez dans la Mosquée Sacrée si Allah veut, en toute sécurité, ayant rasé vos têtes ou coupé vos cheveux, sans aucune crainte.} (Sourate Al FatH, verset 27)

Et selon ‘Abdoullah Ibnou ‘Oumar (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Ô Allah ! Fais miséricorde à ceux qui se rasent (la tête). » Les compagnons (رضي الله عنهم) ont dit : « Et ceux qui se raccourcissent, ô Messager d’Allah ? » Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a répété : « Ô Allah ! Fais miséricorde à ceux qui se rasent. » Ils ont dit : « Et ceux qui se raccourcissent, ô Messager d’Allah ? »  Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a répété (une 3ème fois) : « Ô Allah ! Fais miséricorde à ceux qui se rasent. » Ils ont encore dit : « Et ceux qui se raccourcissent, ô Messager d’Allah ? »  Et le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Et à ceux qui se raccourcissent. »

Les savants ont divergé sur le jugement du rasage et du raccourcissement. La plupart d’entre eux considèrent cela comme une obligation qu’il faut compenser en cas de manquement, en égorgeant une bête. Quant à Ash-Shâfi3iya, ils pensent que cela fait partie des piliers du Hajj.
La cause de cette divergence est le fait qu’il n’y ait pas de preuve évidente permettant d’affirmer l’un des deux jugements, comme me* l’a informé Cheykh Al Albani (رحمه الله).

* comme l’a informé cheykh Al Albani à l’auteur d’El Wajiz.



Les conditions du Tawaf :

Selon Ibnou ‘Abbas (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Le Tawaf est comme la prière à la seule différence qu’il est permis de parler en l'accomplissant. Quand vous l’accomplissez ne dites donc que du bien. » (Rapporté par Ibnou Hibban, Ibnou Khouzayma, Hâkim, At-Tirmidhi, Al Bayhaqi, et authentifié par Cheykh Al Albani)

Si le tawaf est considéré comme la prière, ses conditions seront alors celles de la prière*, à savoir :

*Ceci est l'avis de l'auteur du livre.


1 - La purification des 2 impuretés :

Comme a dit le Prophète (صلى الله عليه و سلم) : « Allah n’accepte pas de prière sans purification. » (Rapporté par EI-Jama’a à l'exception de Boukhâri)
Et la parole du Prophète (صلى الله عليه و سلم) à ‘Aïsha (رضي الله عنها) lorsqu’elle a eu ses menstrues en période de Hajj : « Fais ce que fait le pèlerin à l’exception du tawaf, jusqu’à ce que tu te laves. » (Hadith authentique rapporté par Al Boukhari et Mouslim)


2 - Couvrir la ‘awara* :

* voir la définition de la ‘awara dans le livre de la prière.
Allah (سبحانه وتعالى) a dit : {Ô fils d’Adam, dans chaque lieu de Ṣalāt portez votre parure (vos habits).} (Sourate Al A3râf, verset 3)
La preuve est également le hadith d'Abou Hourayra (رضي الله عنه) qui dit : « Lors du pèlerinage dans lequel le Prophète (صلى الله عليه و سلم)  a désigné Abou Bakr Assidiq (رضي الله عنه) comme l’émir*, avant le pèlerinage d’adieu*, celui-ci (رضي الله عنه) m’a ordonné d’appeler les gens, le jour de Nahr, en disant : « Après cette année-là, il ne sera plus permis aux polythéistes d’accomplir le pèlerinage, et de faire le tawaf autour de la Maison en étant nu. » » (Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, Abou Dawoud et An-Nassaï)

« comme l’émir » : Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) n’a pas fait le hajj avec ses compagnons cette année-là et il a nommé Abou Bakr pour être l’émir lors de ce voyage.

« avant le pèlerinage d’adieu » : c’est-à-dire l’année qui le précède, donc la 9ème année de l’hijra.


3 - Le Tawaf doit comporter sept tours complets :

Ceci car le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a effectué sept tours comme l’a dit Ibnou ‘Oumar (رضي الله عنهما) : « Lorsque le Prophète (صلى الله عليه و سلم) est arrivé (à la Mecque) il fit le Tawaf autour de la Maison en sept tours et il pria derrière le Maqâm (d’Ibrâhîm) 2 rak’at, puis il fit sept allers et venues entre As-Safa et Al Marwa. Il y a dans le Prophète (صلى الله عليه و سلم) le meilleur des exemples. » Et l’acte du Prophète (صلى الله عليه و سلم) explique la parole d’Allah (سبحانه وتعالى) lorsqu’Il dit : {et qu’ils fassent les circuits autour de l’Antique Maison} (Sourate Al Hajj, verset 29)

Et si la personne ne complète pas les sept tours, ne serait-ce que d’une petite distance, son Tawaf n’est pas valide. Et si elle doute du nombre de tours qu’elle a fait, elle doit se baser sur la certitude.


4 et 5 - Commencer le Tawaf à la Pierre noire juqu’à la pierre noire en mettant la Maison Sacrée à sa gauche :

La preuve est le hadith de Jâbir (رضي الله عنه) qui dit : « Lorsque le Prophète (صلى الله عليه و سلم) est arrivé à la Mecque, il s’est dirigé vers la pierre noire, l’a essuyée, puis il a marché à sa droite*. Ensuite il a fait ar-ramal dans 3 (tours), et a marché dans 4 (tours). »

« il a marché à sa droite » : c’est-à-dire à droite du Prophète (صلى الله عليه و سلم) lorsque la pierre noire se trouve en face de lui. Ainsi la pierre noire se trouvait à sa gauche lorsqu’il tournait.

Et si la personne fait le Tawaf en laissant la Maison Sacrée à sa droite, celui-ci n’est pas valide.


6 - Le Tawaf doit être fait à l’extérieur de la Maison :

Car Allah (سبحانه وتعالى) a dit : {et qu’ils fassent les circuits autour de l’Antique Maison} (Sourate Al Hajj, verset 29)
C’est-à-dire autour en totalité (sans passer par l’intérieur), car le Tawaf doit englober l’ensemble de la Ka’ba. Celui qui passe par El Hijr son Tawaf n’est pas valide, d’après la parole du Prophète (صلى الله عليه و سلم) : « El Hijr fait partie de la Maison. »

« el Hijr » : est le demi cercle qui se trouve entre les 2 coins nord de la Ka’ba.


7 - Faire les tours les uns à la suite des autres (الموالاة) :

Ceci car le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a fait le Tawaf ainsi, et a dit : « Prenez de moi vos rites. »
Et si la personne coupe son Tawaf pour faire les ablutions, ou pour prier la prière obligatoire, ou pour se reposer un peu, elle doit reprendre où elle s’est arrêtée. Par contre si la coupure est trop longue, elle doit recommencer le tawaf du début.


.


Dernière édition par Oum Mouqbil le Lun 26 Oct 2015 - 13:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: EL-WADJÎZ FI FIQHI = Le livre du Pèlerinage    Ven 16 Oct 2015 - 12:49

Cours n°9

Chapitre des conditions du Sa’yi - Les actes interdits durant l’état de sacralisation




Les conditions du Sa'yi* :

* (allées et venues entre As-Safaa et Al-Marwa)

Les conditions de validité du Sa3i sont que celui-ci :
1 - doit être fait après le tawaf,
2 - doit être de sept allées et venues,
3 - doit commencer part le Mont As-Safaa et se terminer par le Mont Al Marwa,
4 - doit se faire sur le chemin qui relie As-Safaa d' Al Marwa (المَسْعَى) (et non en dehors de ce chemin),
Et la preuve de cela est que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a fait ainsi et qu'il a dit : « Prenez de moi vos rites. »



Les actes interdits durant l'état de sacralisation (مَحْظُورَاتُ الإحَْرامِ) :

Il est interdit pour celui qui est en état de sacralisation :

1- De porter ce qui est cousu (المَخيط) :

Selon Ibn 'Omar (رضي الله عنه), un homme dit : « Ô Messager d'Allah, qu'a le droit de porter (comme vêtement) celui qui est en état de sacralisation ? » Le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) dit alors : « Il ne doit pas porter de chemises*, ni de turbans, ni de sarawilates*, ni de baraamis*, ni de khifaaf*. Pour la personne qui ne trouve pas de sandales, alors qu'il porte des chaussons et qu'il les coupe jusqu'à ce qu'ils soient en dessous des chevilles. Et ne portez pas de vêtement qui a été touché par le safran ou le waras*. » (Rapporté par Al Boukhari et Mouslim).

« qoumous » : Pluriel du mot qamis, qui signifie chemise.

« sarawilates » : Pluriel du mot sirwal, qui signifie pantalon ou tout autre vêtement destiné au bas du corps.

« baraamis » : Pluriel du mot bournous, qui est une chemise à capuche.

« khifaaf » : Pluriel du mot khouf, qui sont des chaussons.

« waras » : (وَرْسٌ) C'est une plante qui pousse au Yémen et qui a une bonne odeur.


Et il est autorisé pour celui qui ne trouve que des pantalons et des chaussons de les porter sans les déchirer et sans les couper. La preuve est le hadith d'Ibn 'Abbas (رضي الله عنه) qui dit : « J'ai entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) faire un discours lorsqu'il était a 'Arafat et a dit : « Que celui qui ne trouve pas de sandales alors qu'il porte des chaussons et celui qui ne trouve pas d'izars alors qu'il porte un pantalon. » » (Hadith authentique, rapporté par Al Boukhari et Mouslim)


2 - Couvrir le visage et les mains de la femme* :

*Le titre de l'auteur n'est pas assez claire, il aurait fallu dire : "l'interdiction du niqab et des gants pour la femme". Car en réalité elle peut se couvrir le visage et les mains avec autres que cela.

Selon Ibn 'Omar (رضي الله عنه) le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « La femme qui est en état de sacralisation ne porte pas de niqab et ni de gants. » (Hadith sahih, rapporté par Al Boukhari, Abou Dawoud, An Nassa'i et At Thirmidhi)

Il est autorisé à la femme de couvrir son visage lorsque passent à proximité d'elle des hommes. La preuve est le hadith de Hicham bnou 'Orwah (رضي الله عنه) où, selon Fatima bint Al Monadhir (رضي الله عنها) a dit : « Nous cachions nos visages alors que nous étions en état de sacralisation et nous étions avec Asma bint abi Bakr As Siddiq (رضي الله عنها). » (Hadith sahih)


3 - Couvrir la tête de l'homme d'un turban ou autre :

La preuve est le hadith d'Ibn 'Omar (رضي الله عنه), vu précédemment, où le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Il ne doit pas porter de chemises*, ni de turbans, ... » (Rapporté par Al Boukhari et Mouslim).

Il est autorisé à l'homme de se mettre à l'ombre, à l'intérieur d'une tente ou tout autre acte similaire.
La preuve est le hadith de Jabir (رضي الله عنه) qui dit : « Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a ordonné qu'on lui installe une tente, faite de poils d'animaux. On lui a monté à Namira et il y est resté*. »

« il y est resté » : jusqu'à ce que le soleil ait dépassé son zénith.


4 - Se parfumer :

La preuve est le hadith d'Ibn 'Omar (رضي الله عنه), vu précédemment, où le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Et ne portez pas de vêtement qui a été touché par le safran ou le waras. » (Rapporté par Al Boukhari et Mouslim).

:flèche:Le safran et le waras étant tous deux des parfums.

Et la parole du Prophète (صلى الله عليه و سلم) qui a dit, lorsqu'un homme en état de sacralisation s'est fait piétiné par son chameau et en est mort : « Ne mettez pas sur lui de hanout* et ne couvrez pas sa tête, car il sera ressuscité au Jour du Jugement en faisant la talbiyah. » (Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, Abou Dawoud et An-Nassaï)

« Hanout » : Il s'agit d'un mélange de plusieurs parfums utilisé pour parfumer les morts.


5 et 6- Se couper les ongles et se raser, se raccourcir ou autre les cheveux (ou poils) :

La preuve est la parole d'Allah (تعالى) : {Et ne rasez pas vos têtes avant que l'offrande n'ait atteint son lieu de sacrifice.} (Sourate Al Baqarah, v.196)

Et les savants sont unanimes sur l'interdiction de couper les ongles pour celui qui est en état de sacralisation.
Et il est autorisé d'enlever des cheveux pour celui qui éprouve une gêne ou une contrainte à les laisser. Mais il doit faire une expiation, selon la parole d'Allah (تعالى) : {Si l'un d'entre vous est malade ou souffre d'une affection de la tête (et doit se raser), qu'il se rachète alors par un siyam ou par une aumône ou par un sacrifice.} (Sourate Al baqarah, v.196)

Et selon Ka'b Bni 'Oujrah (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) est passé à proximité de lui alors qu'il était à Al Houdaybiyah, avant qu'il
(صلى الله عليه و سلم) n'entre à la Mecque en état de sacralisation. Ka'b surveillait une gamelle alors que des poux tombaient les uns après les autres sur son visage. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Est ce que ces bêtes te gênent ? » Il répondit : « Oui. » Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) lui dit alors : « Rase ta tête et donne en aumône un farq* et distribue-le entre six pauvres, ou jeûne trois jours, ou alors sacrifie une bête. »
(Hadith sahih, rapporté par Al Boukhari, Mouslim Abou Dawoud, An-Nassaï, Tirmidhi et Ibnou Majah)

« un farq » : (الفَرَق) un farq = 3 sa'3a.


7- Les rapports intimes et tout ce qui est préliminaire

.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: EL-WADJÎZ FI FIQHI = Le livre du Pèlerinage    Mar 27 Oct 2015 - 11:02

Cours n°10

Chapitre des actes interdits durant l’état de sacralisation. Les actes qui annulent le pèlerinage – les actes interdits dans l’enceinte des deux terres sacrées ( La Mecque et Médine)- L’expiation de celui qui a chassé en état de sacralisation ou dans l’enceinte des deux terres sacrées.



Les actes interdits durant l'état de sacralisation (suite) :

7- Les rapports intimes et tout ce qui est préliminaire


8 - Faire des péchés


9 - La dispute et la polémique

La source de l'interdiction de ces trois points est la parole d'Allah (سبحانه وتعالى) : {Le pèlerinage a lieu dans des mois connus .Si l'on décide de l'accomplir, alors point de rapport sexuel, point de perversité, point de dispute pendant le pèlerinage.} (Sourate Al Baqarah, v.197)


10 et 11 - Demander en mariage ou conclure un acte de mariage :

Selon 'Outhman (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Celui qui est en état de sacralisation n'a pas le droit de se marier, n'a pas le droit de marier et n'a pas le droit de demander en mariage. » (Hadith sahih, rapporte par Mouslim, Abou Dawoud, At Tirmidhi et An Nassa'i)


12 - Le fait d'attaquer le gibier :

Il est interdit de tuer du gibier (c'est-à-dire un animal sauvage), ou bien de l'égorger, mais aussi de montrer sa position ou de donner des informations permettant de le chasser.
La preuve est la parole d'Allah (تعالى) : {Et il vous est interdit la chasse à terre tant que vous êtes en état de sacralisation} (Sourate Al Ma-idah, v.96)

Et la parole du Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) lorsque des compagnons (رضي الله عنهم) l'ont questionné sur l'ânesse (sauvage) qu'a chassé Abou Qatadah (رضي الله عنه) alors qu'il n'était pas en état d'ihram alors qu'eux l’étaient. Il dit alors (صلى الله عليه و سلم) : « Est ce que l'un d'entre vous lui a ordonné de l'attaquer ou lui a montré ? » Ils dirent : « Non. » Il (صلى الله عليه و سلم) dit alors : « Mangez donc. » (Rapporté par Al Boukhari et Mouslim)


13 - Manger des bêtes qui ont été chassées pour la personne en état d'ihram :

En effet, il est interdit à la personne en état d'Ihram de chasser du gibier mais également d'en manger. De même que de manger de la viande d'un gibier chassé par une personne qui n'est pas en état d'ihram mais qui l'a chassé spécialement pour lui, ou dont le pèlerin a aidé à sa capture (quelque soit l'aide apportée). La preuve est la parole du Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) dans le hadith précédant, quand il a demandé : « Est ce que l'un d'entre vous lui a ordonné de l'attaquer ou lui a montré ? »



Les actes qui annulent le pèlerinage :

Le pèlerinage est annulé par 2 actes :

1 - Les rapports intimes :

Le fait d'avoir des rapports intimes avec son épouse, lorsque cela est fait avant d'avoir lapidé la grande stèle (le jour de l'Aïd). Et lorsque le rapport est fait après la lapidation de la grande stèle et avant le tawaf al ifadah, alors son pèlerinage n'est pas annulé mais il a commis un péché.


2 - Le délaissement d'un des piliers du pèlerinage

Lorsque le pèlerinage est annulé par l'une de ces deux choses, il est alors obligatoire au pèlerin de refaire le pèlerinage l’année suivante s'il en a la possibilité. S'il ne peut pas l’année suivante alors qu'il le fasse au moment ou il en aura la possibilité.



Les actes interdits dans l’enceinte des deux terres sacrées (La Mecque et Médine) :

Il est rapporté dans les deux sahihs (Al Boukhari et Mouslim) et autres, le hadith de 'Abbad Bin Tamim (رضي الله عنه), selon son oncle paternel que le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Ibrahim (عليه السلام) a rendu sacrée La Mecque et a invoqué pour elle, et moi j'ai rendu sacrée Médine comme Ibrahim (عليه السلام) a rendu sacrée La Mecque. »

Donc le caractère sacré de ces deux villes est avéré par la révélation d'Allah à Ses deux Prophètes et Envoyés (صلواتُ اللهُ و سلامُهُ عليهِما).
Et lorsqu'on dit « les deux endroits sacrés », il s'agit de Makkah et de Madinah, et il est interdit de caractériser un endroit comme étant sacré excepté pour ces deux villes. Il est également interdit de dire « sacré » lorsque l'on parle de la mosquée de Jérusalem (الأقْصَى) ou de la Mosquée d'Ibrahim Al Khalil (عليه السلام), car on ne peux appeler « sacré » (حَرم) que Makkah et Madinah. En effet, c'est une chose qu'Allah (سبحانه و تعالى) a légiféré et il n'y a donc pas de place à la réflexion humaine dans ce genre de position et d'avis.

Il est interdit également de faire certaines choses dans ces deux terres sacrées, et ces interdits sont valables pour celui qui y réside ou pour celui qui s'y trouve en tant que pèlerin ou pour d'autres raisons. Ces choses interdites sont :

1 - Chasser les animaux et les oiseaux, leur faire peur, leur porter atteinte ou même les déranger.

2 - Couper les plantes, les épines des arbres sauf lorsqu'il y a un besoin ou une extrême urgence.

3 - Porter une arme.

4 - Prendre un objet perdu à La Mecque pour celui qui est pèlerin, quand à celui qui est résident à la Mecque il lui est autorisé de le prendre uniquement pour retrouver son propriétaire. Et la différence entre le pèlerin et le résident est claire et évidente.

L'auteur dit : Et la preuve de ces interdictions est la parole du Prophète (صلى الله عليه و سلم) le jour de la victoire de la Mecque qui a dit : « Allah (سبحانه و تعالى) a rendu sacrée cette ville le jour ou IL a crée les cieux et la terre, et elle est sacrée jusqu'au Jour du Jugement. Il n'a pas été autorisé de tuer ou de combattre dans cette ville à tous ceux qui m'ont précédé, et il ne m'a été autorisé le combat dans cette ville qu'une heure dans la journée*. Et c'est l'endroit qui a été rendu sacré jusqu'au Jour du Jugement. On ne doit pas couper ses épines, ni faire peur ou faire fuir ses animaux, ni prendre les objets trouvés sauf pour celui qui recherche son propriétaire et ni couper ses herbes. » Alors Al 'Abbas dit : « Ô Envoyé d'Allah ! sauf le jonc (الإذْخِر), car il est utilisé pour les tombes et les maisons. »
Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dit alors :« Sauf le jonc. » (Rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

« qu'une heure dans la journée » : Il ne faut pas comprendre par là une seule heure, mais plutôt un laps de temps précis.


Et d'après Jabir (رضي الله عنه) : « J'ai entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dire : « Il est interdit à quiconque de porter une arme à Makkah. » » (Rapporté par Al Boukhari et Mouslim)


.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: EL-WADJÎZ FI FIQHI = Le livre du Pèlerinage    Mar 27 Oct 2015 - 11:05

Cours n°11

Chapitre de l’expiation de celui qui a chassé en état de sacralisation ou dans l’enceinte des deux terres sacrées- L’expiation de celui qui a eu des rapports avec son épouse pendant le pèlerinage - Chapitre des différents sacrifices qui ont lieu pendant le pèlerinage.




Et d’après 'Ali (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit [c'est-à-dire à Médine] : « Son herbe ne doit pas être arrachée et ses animaux ne doivent pas être effrayés. Que les objets trouvés ne soient pas appropriés sauf pour celui qui recherche son propriétaire. Il est interdit à un homme d'avoir une arme et de couper les arbres sauf pour celui qui a besoin de nourrir sa bête. » (Hadith sahih, rapporté par Abou Dawoud)



L’expiation de celui qui a chassé en état de sacralisation ou dans l’enceinte des deux terres sacrées

Allah (تعالى) a dit : {Ô les croyants ! Ne tuez pas de gibier pendant que vous êtes en état d'Ihram. Quiconque parmi vous en tue délibérément, qu'il compense alors, soit par quelque bête de troupeau, semblable à ce qu'il a tué, d'après le jugement de deux personnes intègres parmi vous, et cela en offrande qu'il fera parvenir à (destination des pauvres de) la ka'aba, ou bien par une expiation, en nourrissant des pauvres, ou par l'équivalent en jeûne. Cela afin qu'il goûte à la mauvaise conséquence de son acte. Allah a pardonné ce qui est passé ; mais quiconque récidive, Allah le punira. Allah est Puissant et Détenteur du pouvoir de punir.} (Sourate Al Ma'idah, v.95)

Ibn Kathir (رحمه الله) a dit dans son Tafsir que c'est une interdiction d'Allah de tuer le gibier en état d'ihram et une interdiction de chasser. On comprend de cela que ce qui est interdit est de chasser les animaux qui nous sont autorisés à la consommation. Quant aux animaux interdits à la consommation, il est autorisé à celui qui est en état de sacralisation de les tuer, selon l'Imam Ash Shafi'i (رحمه الله).
Mais la plupart des savants considèrent qu'il est interdit de tuer les bêtes qu'elles soient autorisées ou non à la consommation, exceptés les animaux rapportés dans les deux hadith authentiques de 'Ourwa (رضي الله عنه), ou, selon 'Aicha (رضي الله عنها), la mère des croyants, le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Cinq animaux dangereux peuvent être tués dans l'enceinte de la terre sacrée ou en dehors, que la personne soit en état de sacralisation ou non : le corbeau, l'aigle, le scorpion, la souris et la bête féroce. » (Rapporté par Al Boukhari, Mouslim et At-Tirmidhi)

Ibn Kathir (رحمه الله) dit aussi que l'avis de la plupart des savants, est que celui qui agit délibérément ou celui qui oublie sont identiques dans l'obligation de donner une compensation ou de réparer leurs erreurs.
Et Az-Zouhriy (رحمه الله) a dit que la preuve que la compensation doit être donnée pour celui qui agit délibérément réside dans le Coran, et concernant celui qui a oublié, il y a des preuves dans la sounna. De plus, cette preuve du Coran qu'il est obligatoire de donner une compensation pour celui qui agit délibérément est également une preuve que celui-ci a commis un péché. En effet, Allah (تعالى) a dit : {afin qu'il ressente la mauvaise conséquence de son acte.}
Et dans la sounna, on retrouve la preuve de l'obligation de compenser ce qui a été fait par erreur parmi les jugements du Prophète (صلى الله عليه و سلم) et ceux de ses compagnons, au même titre que le Coran est une preuve pour celui qui agit délibérément. Car tuer un gibier est une perte, et la perte doit être réparée, qu'elle soit faite délibérément ou par oubli.
La différence entre ces 2 cas intervient sur le péché : Celui qui l'a fait de façon volontaire a commis un péché, quant à celui qui l'a fait de façon involontaire n'est pas blâmé, mais doit réparer.

Ibn Kathir (رحمه الله) a dit également, concernant la parole d'Allah (سبحانه وتعالى) : {qu'il compense alors, soit par quelque bête de troupeau, semblable à ce qu'il a tué} qu'il s'agit de la preuve donnée par les Imams Malik, Ash-Shafi'i et Ahmad et la majorité des savants, sur l'obligation de compenser la bête tuée en état de sacralisation par son équivalent parmi les animaux domestiques. Et s'il n'existe pas d'animal semblable parmi les animaux domestiques alors 'Abdallah Ibn 'Abbas (رضي الله عنه) a jugé que l’équivalent de cette bête (en nourriture) devait être donné à La Mecque. (Rapporté par Al Bayhaqi et cité dans le Tafsir d'Ibn Kathir)



Les exemples de jugement du Prophète (صلى الله عليه و سلم) et de ses Compagnons sur les bêtes équivalentes :

Selon Jabir (رضي الله عنه) : « J'ai interrogé le Prophète (صلى الله عليه و سلم) concernant la hyène. Il m'a répondu : « C'est un gibier et celui qui l'a tué en état de sacralisation doit compenser par un bélier. » » (Hadith authentique, rapporté par Abou Dawoud)

Selon Jabir (رضي الله عنه) également : « 'Oumar Ibnou Khattab (رضي الله عنه) a jugé que la hyène tuée devait être compensée par un bélier, la gazelle tuée par une chèvre, le lapin tué par une "3anâq"* (عناق), et la gerboise par une "jafrah" * (جفرة) » (Hadith authentique, rapporté par Abou Dawoud)

« 3anâq » : C'est une jeune chèvre (mais pas aussi jeune que une "jafrah").

« jafrah » : Une petite chèvre d'environ 4 mois qui a été séparée de sa mère.

Selon Ibnou 'Abbas (رضي الله عنه) qui a jugé que : « Pour chaque pigeon tué à La Mecque par celui qui est en état de sacralisation ou non, sa compensation est d'une brebis. » (Rapporté par Bayhaqi)



Ibn Kathir (رحمه الله) explique dans son Tafsir, la parole d'Allah (سبحانه وتعالى) : {en offrande qu'il fera parvenir à la ka'aba}. (Sourate Al Ma'idah, v.95) C'est-à-dire qui "arrive" à La Mecque, et la signification "d'arriver" dans la terre sacrée, c'est que la bête en offrande soit égorgée là-bas et que sa viande soit distribuée aux pauvres de La Mecque. Et les savants sont tous unanimes sur la signification de ce verset.

Puis concernant la parole d'Allah (سبحانه وتعالى) : {ou bien par une expiation en nourrissant des pauvres, ou par l'équivalent en jeûne.} (Sourate Al Ma'idah, v.95). Cela signifie que si la personne en état d'ihram n'a pas trouvé d'équivalent parmi les animaux de troupeaux, ou qu'il n'existe pas d'équivalent à la bête tuée, ou encore si l'on considère la possibilité de choisir parmi les expiations (ceci étant suggéré par le mot "ou" (أو)), alors la personne peut expier en nourrissant des pauvres ou en jeûnant, mais de façon équivalente à la bête tuée. C'est-à-dire que la bête doit être estimée, et l'on doit acheter de la nourriture selon cette estimation, puis la distribuer aux pauvres sur la base d'un "moud" par pauvre. Et, si la personne n'a pas trouvé de pauvre ou qu'elle a choisi de jeûner, elle doit jeûner un jour par pauvre nourri.



L’expiation de celui qui a eu des rapports avec son épouse pendant le pèlerinage :

Celui qui a eu des rapports avec son épouse avant la première autorisation (donc avant d'avoir lapidé la grande stèle le jour de l'3Id) son pèlerinage est nul et il doit donner en compensation une chamelle. Et s'il a eu des rapports après la première autorisation mais avant la deuxième (donc après le tawafou-l ifadah) il doit donner en compensation une brebis, et la validité de son pèlerinage n'est pas remise en cause.

Selon Ibnou 'Abbas (رضي الله عنه) qui a été questionné au sujet d'un homme ayant eu des rapports avec son épouse lorsqu'il était en état de sacralisation à Mina, avant le tawaf d'el ifadah, il lui a ordonné de sacrifier une chamelle. (Parole d'ibnou 'Abbas authentifiée par Cheykh Al Albani)

Selon 'Amr Ibnou Chou3ayb, d'après son père (رضي الله عنهما) (c'est donc Chou3ayb qui raconte cette histoire) : « Un homme qui est venu à 'Abdoullah Ibn 'Amrou pour le questionner au sujet du pèlerin qui a eu des rapports intimes avec sa femme. Celui-ci lui a fait signe en direction d'Abdoullah Ibn 'Oumar et lui a dit : « Va voir celui-là et demande-lui. » Chou3ayb a dit alors : « Je ne connaissais pas cet homme. Je suis allé avec lui pour questionner 'Abdoullah Ibn 'Oumar. Celui-ci répondit : « Ton pèlerinage est nul. » Alors l'homme a dit : « Que dois-je faire ? » 'Abdoullah Ibn 'Oumar lui répondit : « Sors avec les gens, fais ce qu'ils font et l'année prochaine fais ton pèlerinage et sacrifie ta bête. » L'homme est revenu auprès de 'Abdoullah Ibn 'Amrou, moi avec, et il l'a informé de sa réponse. 'Abdoullah Ibn 'Amrou lui a dit : « Va voir Ibnou 'Abbas et demande-lui. » » Chou3ayb continue son récit et dit : « Je suis parti avec lui afin d'interroger Ibnou 'Abbas. Celui-ci lui a répondu la même chose qu'Ibn 'Oumar. L'homme est de nouveau revenu auprès de 'Abdoullah Ibn 'Amrou, moi avec, et il l'a informé de la réponse d'Ibnou 'Abbas. Puis l'homme a dit : « Quelle est ton avis (à toi) ? » 'Abdoullah Ibn 'Amrou lui dit : « Ma parole est la même que la leur. » » (Hadith authentique, rapporté par Bayhaqi)

Selon Sa'id Ibnou Joubar (رضي الله عنه) : « Un homme et sa femme ont fait l'intention de la 'Oumra. La femme a fait tous les rites sauf le raccourcissement des cheveux, et son mari a eu des rapports avec elle avant qu'elle ne puisse se couper les cheveux. L'homme interrogea Ibnou 'Abbas sur cela, qui a dit : « Elle a beaucoup de désir. » On lui a dit : « Elle entend (ce que tu dis). » Ibnou 'Abbas eu honte et dit : « Pourquoi ne m'avez-vous pas prévenu (qu'elle entendait) ? » Alors il dit à la femme : « Sacrifie une bête. » Elle dit : « Quelle bête dois-je sacrifier ? » Ibnou 'Abbas lui répondit : « Sacrifie une chamelle, une vache, ou une brebis. » Elle dit : « Lequel de ces animaux est le meilleur ? » Il répondit : « La chamelle. » » (Hadith authentifié par Cheykh Al Albani, rapporté par Bayhaqi)

Celui qui ne trouve pas de chamelle ou de brebis, alors qu'il jeûne 3 jours durant le pèlerinage et 7 jours lorsqu'il rentre chez lui. La preuve est la parole d'Allah (سبحانه وتعالى) : {Quiconque a joui d'une vie normale après avoir fait l'Oumra en attendant le pèlerinage, doit faire un sacrifice qui lui soit facile. S'il n'a pas les moyens qu'il jeûne trois jours pendant le pèlerinage et sept jours une fois rentré chez lui.} (Sourate Al Baqara, v. 196)

Le mieux est de jeûner ces 3 jours avant le jour de 'Arafa, mais si cela n'est pas possible il est autorisé de jeûner les 3 jours de Tashriq (11ème, 12ème et 13ème jours de Dhoul-Hijja), ceci selon la parole de Ibn 'Oumar (رضي الله عنه) et de 'Aïsha (رضي الله عنها) : « Il est permis de jeûner lors des 3 jours de Tashriq seulement pour celui qui n'a pas trouvé de bête à sacrifier. » (Hadith authentique, rapporté par Al Boukhari)

Remarque : Ce jugement est valable aussi bien pour l'homme que pour la femme, sauf lorsque la femme a été contrainte par son mari. Dans ce cas là, elle n'a pas de bête à sacrifier et son Hajj est valide. Contrairement à son mari qui a son Hajj annulé et qui doit donner une chamelle en compensation.

Selon Sa'id Ibnou Joubar (رضي الله عنه) : « Un homme est venu voir Ibnou 'Abbas et lui a dit : « J'ai eu des rapports avec mon épouse avant d'avoir fait le tawaf d'el Ifadah. » Ibnou 'Abbas a dit : « Si elle t'a aidé dans cela, alors chacun de vous doit sacrifier une chamelle exempte de tout défaut. Et si elle ne t'a pas aidé dans cela*, seul toi devra sacrifier une chamelle exempte de tout défaut. » » (Hadith authentique, rapporté par Bayhaqi)

« si elle ne t'a pas aidé dans cela » : Autrement dit, si tu l'as contrainte.



Les différents sacrifices qui ont lieu pendant le pèlerinage :

1 - Pour celui qui a fait At-Tamattou3 (التَّمَتُّع) ou Al Qiran (القِران) :

C'est la bête que doit sacrifier tout pèlerin qui a fait la talbiya de la 'Oumra suivi du Hajj, ou de la talbiya de la 'Oumra et du Hajj ensemble.
La preuve est la parole d'Allah (سبحانه وتعالى) : {Quiconque a joui d'une vie normale après avoir fait l'Oumra en attendant le pèlerinage, doit faire un sacrifice qui lui soit facile.} (Sourate Al Baqara, v. 196)


2 - Pour le pèlerin qui a rasé sa tête, ou coupé ses cheveux à cause de maladie ou autre :

La preuve est la parole d'Allah (سبحانه وتعالى) : {Si l'un d'entre vous est malade ou souffre d'une affection de la tête (et doit se raser), qu'il se rachète alors par un Siyâm ou par une aumône ou par un sacrifice.} (Sourate Al Baqara, v. 196)


3 - Pour réparer une erreur du pèlerin ou celui qui a chassé en terre sacrée


4 - Pour celui qui ne peut pas poursuivre son Hajj :

Ce qui peut empêcher un pèlerin de poursuivre son Hajj peut être la maladie, un ennemi, ou tout autre raison qui justifierait cet arrêt. Dans ce cas il devra faire un sacrifice, sauf s'il n'a pas posé la condition (اشترط) au moment de l'Ihram.
La preuve est la parole d'Allah (سبحانه وتعالى) : {Si vous en êtes empêchés, alors faites un sacrifice qui vous soit facile.} (Sourate Al Baqara, v. 196)


5 - Pour le pèlerin qui a eu des rapports avec son épouse :

Ceci lorsque les rapports ont eu lieu avant la 1ère autorisation (il doit sacrifier une chamelle) ou avant la 2ème autorisation (il doit alors égorger une brebis).


.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: EL-WADJÎZ FI FIQHI = Le livre du Pèlerinage    Mar 27 Oct 2015 - 11:35

Cours n°12

Chapitre de la Omra – Les piliers de la Omra- Les obligations de la Omra – L’autorisation d’accomplir la Omra avant le pèlerinage – Le jugement sur le fait d’accomplir plusieurs Omra. Chapitre de la visite de Médine- Les mérites de Médine – Les mérites de la mosquée de Médine – Les comportements à adopter à l’intérieur de la Mosquée et lors de la visite de la tombe du Prophète que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui.




Chapitre de la 'Omra :

Like a Star @ heaven Définition en langue arabe : 'Omra signifie "la visite".

Like a Star @ heaven Définition en islam : C'est le fait d'adorer Allah en faisant le Tawaf, le sa3yI et de se raser ou raccourcir les cheveux.

La 'Omra fait partie des adorations les plus nobles, c'est un des meilleurs moyens pour se rapprocher d'Allah (سبحانه وتعالى) et à travers celle-ci Allah (سبحانه وتعالى) élève Son serviteur en degrés et lui efface des péchés.

Et le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a encouragé l'accomplissement de la 'Omra dans ses paroles ainsi que dans ses actes.
En effet, Il (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Entre une 'Omra et une autre il y a une expiation. » (Rapporté par Al boukhari, Mouslim, At-Thirmidhi et An Nass'i) et dans un autre hadith le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Faites suivre le Hajj et la 'Omra car ils éliminent la pauvreté et les péchés comme le soufflet élimine les saletés du fer, de l'or et de l'argent. » (Hadith authentique rapporté par At-Thirmidhi et An Nass'i)

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a fait la 'Omra et ses compagnons l'ont fait avec lui durant son vivant, mais aussi après sa mort.



Les piliers de la 'Omra :

1 - ِL’état de sacralisation (الإحْرامُ) :

C'est-à-dire avoir l'intention d'entrer dans les rites de la 'Omra. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Les actes ne valent que par leurs intentions. » (Rapporté par Al Boukhari et Mouslim)


2 et 3 - Le tawaf et le sa'yi (الطَّوَافُ و السّعْي) :

La preuve est la parole d'Allah (تعالى) : {Et qu'ils fassent les tournées autour de la Maison ancienne} (Sourate Al Hajj, verset 29)
Et la parole d'Allah (تعالى) : {Les Monts As Safa et Al Marwa font parties des emblèmes d'Allah} (Sourate Al Baqara, verset 158)
Et la parole du Prophète (صلى الله عليه و سلم) : « Faites le sa3yi car Allah (سبحانه وتعالى) vous a prescrit de le faire. » (Hadith Authentique)


4 - Se raser la tête ou couper ses cheveux :

Abdallah Ibn 'Omar (رضي الله عنه) rapporte que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Celui qui n'a pas de bête à sacrifier, qu'il fasse le Tawaf autour de la Maison et qu'il fasse le Sa3yi entre As Safa et Al Marwa, qu'il se raccourcisse (les cheveux) et qu'il sorte de son état de sacralisation. » (Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, Abou Dawoud et An-Nassaï)

L'avis le plus sûr sur le fait de se raser la tête ou raccourcir les cheveux, est que ça n'est pas un pilier de la 'Omra mais uniquement une obligation parmi les obligations de la 'Omra. Et ceci est l'avis de la plupart des savants qui considèrent que les piliers de la 'Omra sont au nombre de 3.



Les obligations de la 'Omra :

Il est obligatoire pour celui qui veux faire la 'Omra d'être en état de sacralisation au niveau du Miqat lorsqu'il habite avant celui-ci. Et s'il habite après le Miqat il doit faire l'ihram de chez lui.
Quant à celui qui habite à Mekkah et qui veux faire la 'Omra, il doit sortir de la zone de la terre sacrée et faire l'ihram en dehors de celle-ci, et la preuve de cela est l'ordre du Prophète (صلى الله عليه و سلم) lorsqu'il a ordonné à 'Aisha (رضي الله عنها) de sortir et de faire son ihram à At-Tan-3im (rapporté par Al Boukhary, Mouslim, Abou Dawoud, At-Tirmidhi et Ibnou Majah)



Les moments permis pour accomplir la 'Omra :

Tous les jours de l'année sont des moments pour faire la 'Omra, sauf pour le mois de Ramadan qui est meilleur que d'autres moments.
D'après la parole du Prophète (صلى الله عليه و سلم) : « Une 'Omra pendant Ramadan équivaut à un Hajj. » (Hadith authentique, rapporté par At-Tirmidhi et Ibnou Majah)



L’autorisation d’accomplir la 'Omra avant le pèlerinage :

D'après 'Ikrima Ibn Khalid (رضي الله عنه), qui a dit : « J'ai interrogé Ibnou 'Oumar (رضي الله عنهما) sur la 'Omra avant le pèlerinage, il a répondu : « Il n'y a pas de mal. » 'Ikrima (رضي الله عنه) a dit que 'Abdallah bin 'Oumar (رضي الله عنهما) a dit : « Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a fait la 'Omra avant d'avoir accompli le hajj. »» (Athar authentique, rapporté par Al Boukhari)



Le jugement sur le fait d’accomplir plusieurs 'Omra :

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a fait quatre 'Omra en quatre ans et Il n'a pas fait plus d'une 'omra par voyage. De même, aucun de Ses Compagnons (رضي الله عنهم) n'a fait cela, et personne n'a rapporté que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a fait deux 'Omra au cours d'un même voyage, que ce soit de son vivant ou après sa mort.
Sauf pour 'Aisha (رضي الله عنها) qui, lorsqu'elle eut ses menstrues pendant le pèlerinage avec le Prophète (صلى الله عليه و سلم), pensa que sa 'Omra était diminuée, ce qui l'avait attristée. Alors le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a ordonné à son frère, 'AbdarRahman bin Abi Bakr (رضي الله عنهما), de sortir avec elle à Tan-3im pour refaire une 'Omra afin qu'elle soit soulagée.

C'est le seul cas connu dans la sounna du Prophète (صلى الله عليه و سلم) où quelqu'un a fait deux 'Omra en un seul voyage.
Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) est resté 13 ans à Mekkah durant lesquels il n'a pas été rapporté qu'Il (صلى الله عليه و سلم) soit sorti de la terre sacrée et revenu pour faire une 'Omra.
La 'Omra qu'a faite 'Aisha (رضي الله عنها) lui est propre, la preuve c'est qu'il n'est connu d'aucun des Compagnons, femmes ou hommes (رضي الله عنهم), qu'ils aient fait la 'Omra après le Hajj depuis Tan-3im comme l'a fait 'Aisha (رضي الله عنها). Et si les Compagnons (رضي الله عنهم) savaient que l'acte d''Aisha (رضي الله عنها) était légiféré pour eux, alors cela nous serait parvenu de façon abondante.

L'imam As-Shawkani (رحمه الله) a dit : « Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) n'a pas fait de 'Omra en quittant La Mecque puis en y rentrant, comme le font beaucoup de gens aujourd'hui*. Cela n'a été rapporté d'aucun des Compagnons (رضي الله عنهم). »

« aujourd'hui » : Au temps de l'Imam as-Shawkani, cela date d'il y a 700 ans environ.


De même, il n'a pas été rapporté que les Compagnons (رضي الله عنهم) aient fait de 'Omra à plusieurs reprises après le pèlerinage, ou le reste des autres jours de l'année. Les Compagnons du Prophète (صلى الله عليه و سلم) savaient que la 'Omra était le fait de faire le Tawaf et le Sa3yi, et au lieu de sortir à Tan-3im* et revenir pour une 'Omra, ils préféraient utiliser tout le temps perdu pour faire le Tawaf. En effet, le temps de sortir de la limite de la zone sacrée et de revenir, ils pouvaient faire des centaines de tours autours de la Ka'ba et cela était meilleur pour eux.

« sortir à Tan-3im » : c'est-à-dire de sortir de l'enceinte de la zone sacrée


At-Tawous (رحمه الله) a dit : « Ceux qui font la 'Omra depuis Tan-3im, je ne sais pas s'ils seront récompensés ou châtiés. » Il lui a été dit : « Ils seront châtiés ? » Il a répondu : « Oui, car ils ont délaissés le Tawaf autours de la Ka'ba. Ils sortent d'une distance de 4 miles (5 km) puis reviennent de la même distance. Cette distance qu'ils ont parcouru (environ 10 km) correspond à 200 Tawaf, or plus la personne fait de Tawaf autours de la Ka'ba mieux c'est pour elle. »

Donc, dire qu'il n'est pas légiféré de faire plusieurs 'Omra est l'avis qui est soutenu par les preuves rapportées par la sounna du Prophète (صلى الله عليه و سلم), parmi les actes du Prophète ( صلى الله عليه و سلم) et de ses Compagnons (رضي الله عنهم). Et le Prophète (صلى الله عليه و سلم) nous a ordonné de suivre sa sounna et celle des califes bien guidés après lui. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Suivez ma tradition et celle des califes bien droits et bien guidés. Accrochez-vous à cette tradition, mordez-la avec vos molaires. » (Hadith authentique).



Chapitre de la visite de Médine El Mounawwarah :

Les mérites de Médine :

Jâbir Ibn Samourah (رضي الله عنه) a dit : « J'ai entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dire : « Allah (سبحانه وتعالى) a nommé Médine, Tâba (طابة). » » (Hadith authentique, rapporté par Al Boukhari et Mouslim)
Et d'après Abou Houreyrah (رضي الله عنه) le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit :« Médine est comme un soufflet qui fait sortir le mal et le mauvais et l'heure n'aura lieu que lorsque Médine aura expulsé tout le mal qui y réside, comme le soufflet nettoie les saletés du fer. » (Rapporté par Al Boukhari et Mouslim)


Les mérites de de la mosquée de Médine :

Abou Hourayrah (رضي الله عنه) rapporte du Prophète (صلى الله عليه و سلم) : « Le voyage ne doit pas être entrepris sauf vers trois mosquées : ma mosquée que voici, la mosquée sacrée (Mekkah) et la mosquée d'Al Aqsa (Jérusalem). » (Hadith authentique rapporté par Al Boukhari, Mouslim, Abou Dawoud et An-Nassaï)

« Le voyage ne doit pas être entrepris » : C'est-à-dire de voyage dans l'intention d'adorer ou en considérant un endroit sacré, sauf pour les 3 lieux cités.

Et toujours selon lui (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Une prière dans ma mosquée est meilleure que 1000 prières dans d'autres mosquées, sauf la mosquée sacrée. » (Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, At-Tirmidhi et An-Nassaï)

Et d'après 'AbdaLlah bin Zayd (رضي الله عنه) , le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Entre ma maison et mon minbar il y a un jardin parmi les jardins du Paradis. » (Rapporté par Al Boukhari, Mouslim et An-Nassaï)


Les comportements à adopter à l’intérieur de la Mosquée et lors de la visite de la tombe du Prophète (صلى الله عليه و سلم) :

Les bienfaits qu'Allah (سبحانه وتعالى) a donnés à la mosquée du Prophète (صلى الله عليه و سلم), à la mosquée sacrée de La Mecque et à la mosquée d'Al Aqsa à Jérusalem, sont une bénédiction d'Allah envers ces 3 mosquées.
Et le fait que la prière soit multipliée dans ces 3 mosquées par rapport aux autres mosquées, cela a pour conséquence que celui qui vient prier dans ces mosquées, y vient pour acquérir des récompenses et pour répondre à l'appel du Prophète (صلى الله عليه و سلم) lorsqu'il encourage de voyager vers ces 3 mosquées.
Et il n'y a pas de comportement bien précis à adopter dans ces mosquées sauf quelques comportements auxquels des gens croient. Ils attribuent pour chaque mosquée des comportements bien précis à avoir et attribuent des comportements bien précis à la mosquée du Prophète (صلى الله عليه و سلم), uniquement parce que sa tombe (صلى الله عليه و سلم) est située "dans" l'enceinte de la mosquée.

Afin que le musulman soit clair concernant les actes qu'il a à faire et lorsqu'il arrive à Médine, et lorsqu'il veux visiter la Mosquée du Prophète (صلى الله عليه و سلم), nous allons citer quelques comportements à avoir :

1 - Rentrer du pied droit et dire : « Ô Allah prie sur Mohammad et salue-le. Ô Allah ouvre-moi les portes de Ta miséricorde » ou dire : « Je demande la protection d'Allah L'immense par Son visage Saint et par Son pouvoir ancien, et je demande Sa protection contre le diable lapidé. »

2 - Prier deux raka'a avant de s'asseoir dans la mosquée.

3 - Prendre garde à ne pas prier en direction de la tombe du Prophète (صلى الله عليه و سلم) ou d'invoquer dans cette direction.

4 - Puis se diriger vers la tombe du Prophète (صلى الله عليه و سلم) pour le saluer et prendre garde à ne pas mettre ses mains sur la poitrine ou baisser la tête, car de tels actes d'humiliation ne doivent être fait que pour Allah (سبحانه وتعالى). De même que prendre garde à ne pas demander le secours du Prophète (صلى الله عليه و سلم). Saluer le Prophète (صلى الله عليه و سلم) par des formules que lui même utilisait lorsqu'il saluait les gens d'Al Baqi' car cela a été rapporté de façon authentique et selon diverses formules.
Parmi ces formules : « Que le salut soit sur vous, vous qui habitez cette terre parmi les croyants et musulmans, et qu'Allah (سبحانه وتعالى) fasse entrer dans Sa miséricorde ceux d'entre nous qui vous rejoindront rapidement et ceux qui vous rejoindront après. Par la volonté d'Allah (تعالى) nous vous rejoindrons. »
Et enfin, saluer ses deux compagnons Abou Bakr et 'Omar (رضي الله عنهما) .

5 - Ne pas élever la voix devant la tombe du Prophète (صلى الله عليه و سلم), mais parler à voix basse ou chuchoter car les comportements que devait avoir le musulman du vivant du Prophète (صلى الله عليه و سلم) doivent être les mêmes, même après sa mort. Or, durant son vivant, il était interdit d'élever la voix au-dessus de celle du Prophète (صلى الله عليه و سلم).

6 - S'efforcer de prier en groupe dans le 1er rang, car il y a dans cela un bien immense et une grande récompense.

7 - Le désir de prier dans la Rawdah (c'est-à-dire entre la maison du Prophète et son Minbar) ne doit pas être une cause pour prier derrière le 1er rang, car il n'est pas connu qu'il y a plus de mérite à prier dans la Rawdah que dans d'autres endroits de la mosquée.

8 - Il ne fait pas partie de la sounna du Prophète (صلى الله عليه و سلم) de prier dans sa mosquée 40 prières consécutives. Ceci est basé sur un hadith qui est connu de beaucoup de gens qui dit : « Celui qui prie dans ma mosquée 40 prières sans qu'il n'en manque une, il sera écrit parmi ceux qui seront préservés du feu de l'enfer, préservés du châtiment et préservés de l'hypocrisie. » Mais c'est un hadith faible.


.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: EL-WADJÎZ FI FIQHI = Le livre du Pèlerinage    Mar 27 Oct 2015 - 11:44

Cours n°13

Chapitre des comportements à adopter à l’intérieur de la Mosquée et lors de la visite de la tombe du Prophète que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui - La mosquée de Kouba - Le cimetière « Al Baqi’ » et la montagne Ouhoud - Les endroits qu’il ne faut pas prendre comme lieux de visite.





(suite)

9 - Il n'est pas légiféré de visiter la tombe du Prophète (صلى الله عليه و سلم) trop souvent et de le saluer, car le salut fait envers le Prophète (صلى الله عليه و سلم) lui parvient d'où qu'on soit. En effet, le salut de celui qui est à l'autre bout de la terre et le salut de celui qui est juste en face de sa tombe sont identiques, tous deux parviennent au Prophète (صلى الله عليه و سلم).

10 - Ne pas sortir de la mosquée en marche arrière, mais normalement, en laissant la mosquée derrière soi. Sortir du pied gauche et dire : « Ô Allah prie sur Mohammad, Ô Allah je te demande Tes Bienfaits. » (Rapporté par Al Boukhari et Mouslim)



La mosquée de Qouba :

Il est légiféré pour celui qui vient à Médine de prier dans la mosquée de Qouba, en prenant pour exemple le Prophète (صلى الله عليه و سلم) : « Il avait l'habitude de la visiter, parfois sur le dos de sa monture, parfois à pied, la plupart du temps le samedi, et il y priait deux raka'a. » (Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, Abou Dawoud et An-Nassaï) Et Il (صلى الله عليه و سلم) avait l'habitude de dire : « Celui qui fait ses ablutions dans sa maison, puis se dirige vers la mosquée de Qouba pour prier, il aura alors la récompense d'une 'Oumra. » (Rapporté par Ibnou Majah)



Al Baqi3 et Ouhoud :

Al Baqi' est le cimetière des musulmans de Médine où ont été enterrés beaucoup de Compagnons du Prophète (صلى الله عليه و سلم). Les gens qui y sont enterrés, y sont encore de nos jours, et la plupart sont des personnes venues à Médine en espérant y mourir et être enterrées dans ce cimetière.

Et « Ouhoud est une montagne qui nous aime et que nous aimons. » (Hadith authentique, rapporté par Al Boukhari et Mouslim). Et à coté de cette montagne ont été enterrés un peu plus de 70 martyrs parmi les Compagnons du Prophète (صلى الله عليه و سلم) qui ont péri dans une bataille. Celle-ci fut appelée la bataille d'Ouhoud en raison de sa proximité avec cette montagne.

Il est autorisé à celui qui vient à Médine de visiter Al Baqi' ainsi que les martyrs d'Ouhoud (رضي الله عنهم). Au début de l'islam, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) avait interdit de visiter les tombes, car il avait peur que Ses Compagnons (رضي الله عنهم) ne soient attachés aux morts et qu'ils ne soient amenés à faire des actes qu'Allah (تعالى) n'accepte pas vis-a-vis des morts. Puis, Il (صلى الله عليه و سلم) a abrogé cette interdiction afin de se rappeler l'Au-Delà et afin de méditer sur la destinée des gens et notre propre destinée. Bien que cette visite soit autorisée, il ne faut pas prendre les tombes comme lieux bénis, demander le secours à ses habitants ou leur demander l'intercession, car demander à autre qu'Allah (سبحانه وتعالى) fait partie de l'associationnisme.

Il n'est pas légiféré pour celui qui vient à Ouhoud d'aller spécifiquement dans un endroit où le Prophète (صلى الله عليه و سلم) aurait prié, d'escalader la montagne en espérant une bénédiction, ou encore de monter sur le Mont "des Archers" (qui est un mont sur lequel le Prophète (صلى الله عليه و سلم) avait ordonné à ses archers de monter lors d'une bataille).

Il n'y a que deux choses légiférées pour celui qui se rend à Ouhoud, qui sont de saluer les martyrs de Médine (رضي الله عنهم) et d'invoquer en leur faveur.
Tout autre chose n'est pas légiférée et à ce sujet 'Omar (رضي الله عنه) a dit :« Ceux d'entre nous ont connu la perte car ils suivaient les traces de leurs Prophètes et considéraient ces traces comme des endroits de bénédiction. » Que la parole de 'Omar (رضي الله عنه) soient pour nous quelque chose qui nous suffit et qui nous stoppe.



Les lieux de visite :

Il y a beaucoup d'endroits à Médine qui sont connus pour être des endroits de visite comme : les sept mosquées, proches de l'endroit où a eu lieu la bataille d'Al Khandaq (غزوة الخندق) (la bataille des tranchées), la mosquée des "Deux Qiblah", certains puits qui sont visités, la mosquée d'Al Ghamâm (مسجد الغمامة) (la mosquée du nuage) et pareil pour les mosquées qui sont attribuées à Abou Bakr, 'Omar et 'Aisha (رضي الله عنهم). Tous ces endroits, il n'est pas légiféré de les visiter. Ceux qui les visitent ne doivent pas penser qu'ils auront plus de mérites ou plus de récompenses, car le fait de suivre les traces des Prophètes (عليهم السلام) et personnes pieuses,est une cause de perdition des peuples qui nous ont précédés. Il n'est donc pas bon pour le musulman d'aller à l'encontre du Prophète (صلى الله عليه و سلم) et de ne pas suivre sa voie et celle de Ses Compagnons (رضي الله عنهم). Tout le bien est dans la voie du Prophète (صلى الله عليه و سلم) et de Ses Compagnons (رضي الله عنهم), et tout le mal est dans le fait de contredire ou de ne pas suivre la voie du Prophète (صلى الله عليه و سلم) et de Ses Compagnons (رضي الله عنهم).



Deux remarques très importantes :

- La première :

Beaucoup de pèlerins font en sorte de rester plus longtemps à Médine, bien que la prière à La Mecque équivaut à 100 000 prières dans d'autres mosquées, alors qu'une prière dans la mosquée du Prophète (صلى الله عليه و سلم), équivaut à 1 000 prières dans d'autres mosquées. La différence est grande et les bienfaits sont incomparables entre ces 2 mosquées. Les pèlerins doivent donc prendre en considération cela afin que leur séjour soit plus long à La Mecque qu'à Médine.


- La deuxième :

Beaucoup de pèlerins pensent que la visite de la mosquée du Prophète (صلى الله عليه و سلم) fait partie des rites du pèlerinage. Ils sont alors très motivés d'aller à Médine autant qu'ils sont motivés dans l'application des rites du hajj, à tel point que certains d'entre eux pensent que leur pèlerinage n'est pas complet ou qu'il a un grand manque, s'ils n'ont pas visité Médine.
Et ils utilisent des hadith mensongers pour appuyer l'obligation de visiter Médine pour le pèlerin, parmi lesquels : « Celui qui fait le pèlerinage sans m'avoir visité, il m'a porte atteinte. »

Les choses ne sont pas comme cela, ne sont pas comme le pensent ces pèlerins ! La visite de la mosquée du Prophète (صلى الله عليه و سلم) est une sounnah légiférée afin que les gens puissent y prier, et il n'y a aucun lien entre elle et le hajj. En effet, la visite de la mosquée du Prophète (صلى الله عليه و سلم) ne valide pas ou n'invalide pas le pèlerinage, et surtout, ne le rend pas meilleur. Car celle-ci ne fait pas partie des rites du hajj, c'est une adoration à part entière qui n'est liée à aucune autre adoration.


.
Revenir en haut Aller en bas
 
EL-WADJÎZ FI FIQHI = Le livre du Pèlerinage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Nos Retranscriptions-
Sauter vers: