El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 XVIII- Le livre des interdictions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: XVIII- Le livre des interdictions   Ven 23 Jan 2009 - 18:20

254 L'interdiction de la médisance et l'exhortation à bien garder sa langue





Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 49 - verset 12: «... Ne médisez pas les uns des autres. Est-ce que l'un de vous aimerait manger la chair du cadavre de son frère? Cela vous répugne évidemment. Craignez pieusement Dieu! Dieu agrée toujours le retour des repentis et II est infiniment miséricordieux».

2. Chapitre 17 - verset 36: «Ne te laisse pas aller à ce dont tu n'as aucune science: l'ouïe, la vue et le coeur, tout cela aura à en rendre compte».

3. Chapitre 50 - verset 18: «II ne prononce pas une parole sans qu'il n'ait à ses côtés un observateur bien prédisposé (à ce rôle)» Sache que tout individu responsable est tenu de préserver sa langue de tout parler sauf celui où apparaît le bien de la communauté. Même dans ce dernier cas, quand la parole et le silence se montrent égaux, la tradition du Prophète recommande le silence. Et ce parce que le parler autorisé peut aboutir finalement à quelque chose d'interdit ou de réprouvé. On en voit souvent des exemples et rien ne vaut le salut.



1511. Selon Abou Hourayra (das), le Prophète :saws: a dit: «Celui qui croit en Dieu et au jour dernier, qu'il dise une bonne chose ou se taise». (Unanimement reconnu authentique)

1512. Abou Musa (das) rapporte: «Je dis une fois: «O Messager de Dieu ! Quel est le meilleur Musulman?» Il dit: «Celui dont les Musulmans (ou les gens) sont à l'abri de sa langue et de sa main». (Unanimement reconnu authentique)

1513. Selon Sahl Ibn Sa'd, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui qui me garantit ce qu'il a entre ses deux mâchoires (sa langue) et entre ses deux jambes (son sexe), je lui garantis le Paradis». (Unanimement reconnu authentique)

1514. Abou Hourayra (das) rapporte qu'il a entendu le Prophète :saws: dire : «L'homme prononce certainement un mot sans bien y réfléchir et ce mot le fait glisser dans le Feu plus loin que la distance qui sépare l'Orient de l'Occident». (Unanimementreconnu authentique)

1515. Selon lui encore, le Prophète :saws: a dit: «L'homme dit sûrement une parole digne de la satisfaction de Dieu sans lui prêter la moindre attention et voilà que Dieu l'élève à cause d'elle de plusieurs degrés. Et l'homme dit sûrement une parole provoquant la colère de Dieu sans lui prêter la moindre attention et voilà qu'elle le fait plonger dans l'Enfer». (Rapporté par Al Boukhàri)

1516. Selon Bilâl Ibn Al Hàreth (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «L'homme prononce certainement une parole digne de la pleine satisfaction de Dieu sans penser qu'elle atteindrait une telle importance. Dieu lui écrit pourtant à cause d'elle Sa pleine satisfaction jusqu'au jour où il Le rencontrera. L'homme prononce certainement une parole provoquant la colère de Dieu sans penser qu'elle atteindrait une telle importance. Dieu lui écrit pourtant à cause d'elle Sa colère jusqu'au jour où il Le rencontrera». (Rapporté par Màlek et Attirmdhi)

1517. Soufyàn Ibn "Abdullàh (das) rapporte: «J'ai dit: «O Messager de Dieu ! Parle-moi d'une chose me mettant à l'abri de l'erreur». Il me dit: «Dis: «Mon Seigneur est Dieu», et prends la ligne droite». Je dis: «O Messager de Dieu! Quelle est la chose que tu crains le plus pour moi?» Il saisit sa propre langue et me dit : «Celle-ci». (Rapporté par Attirmdihi)

1518. Selon Ibn 'Omar (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «N'abusez pas du parler où l'on n'évoque pas Dieu, car l'excès du parler où l'on n'évoque pas Dieu exalté rend le coeur dur. Or l'homme le plus éloigné de Dieu est celui qui la le coeur dur». (Rapporté par Attirmidhi)

1519. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui que Dieu a préservé du mal de ce qu'il a entre ses deux mâchoires (sa langue) et ce qu'il a entre ses deux jambes (son sexe) entrera sûrement au Paradis». (Rapporté par Attirmidhi)

1520. 'Oqba Ibn 'Amer (das) rapporte: «J'ai dit: «O Messager de Dieu ! Où se trouvera alors le salut? (quand le monde se corrompra à la fin des temps)» II dit : «Retiens ta langue, que l'espace de ta maison te suffise et pleure ta faute». (Rapporté par Attirmidhi)

1521. Selon Abou Sa'id Al Khoudrî (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Toutes les fois que le fils d'Adam se lève le matin, tous ses organes blâment sa langue d'une façon humiliante. Ils lui disent: «Crains Dieu dans ton comportement à notre égard car nous dépendons tous de toi: si tu es sur le droit chemin, nous le sommes aussi; et si tu prends la route tortueuse, nous la prenons avec toi».


Dernière édition par Oum Mouqbil le Mar 14 Avr 2009 - 17:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mar 17 Mar 2009 - 16:31

1522. Mou'àdh (das) rapporte: «J'ai dit une fois: «O Messager de Dieu! Indique-moi une oeuvre qui me fasse entrer au Paradis et qui m'éloigne du Feu». Il dit: «Tu viens d'interroger sur une très grosse affaire qui est pourtant aisée pour qui Dieu l'a rendue aisée. Tu adores Dieu sans rien lui associer et tu fais correctement la prière. Tu t'acquittes de l'aumône légale. Tu jeûnes le mois de Ramadan. Tu fais le pèlerinage si tu en as les moyens». Puis il ajouta: «Veux-tu que je t'indique les portes du bien? Le jeûne est un bouclier (contre le feu de l'Enfer). L'aumône éteint le péché comme l'eau éteint le feu. La prière au coeur de la nuit», Puis il récita le verset suivant: «Leurs côtés fuient les lits. Ils invoquent leurs Seigneur par crainte et par convoitise et dépensent de ce que Nous leur avons octroyé (16). Aucun être ne sait ce qu'on a caché pour eux comme sources de sérénité profonde en récompense de ce qu'ils faisaient (17)». (Chapitre 32).[color=green] Puis il dit: «Veux-tu que je t'indique la tête de toute chose, son pilier et son plus haut sommet?» Je dis: «Bien sûr que oui, ô Messager de Dieu!». Il dit: «La tête de toute chose est l'Islam. Son pilier est la prière. Son plus haut sommet est la guerre sainte». Puis il dit: «Veux-tu que je t'indique l'élément essentiel de tout cela?» Je dis: «Bien sûr que oui, ô Messager de Dieu!» Il saisit sa langue et dit: «Mets un frein à celle-ci». Je dis: «O Messager de Dieu! Sommes-nous donc punis pour de simples paroles que nous disons?» Il dit: «Que ta mère te perde! Les gens sont-ils jetés sur leur visage dans le feu de l'Enfer pour autre chose que pour les récoltes de leurs langues?»[/color] (Rapporté par Attirmidhi)

1523. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Savez-vous ce qu'est la médisance?» Ils dirent: «Dieu et Son Messager le savent mieux, que nous». Il dit: «C'est quand tu dis à propos de ton frère des choses qu'il n'aime pas». On dit: «Que penses-tu si ce que je dis à propos de mon frère existe réellement?» Il dit: «Si ce que tu as dit de lui est vrai, tu as médit de lui; et si ce n'est pas vrai, tu as proféré à son encontre un mensonge effronté». (Rapporté par Moslem)

1524. Selon Abou Bakr (das), le Messager de Dieu :saws: a dit à Mina dans son sermon du jour du sacrifice, au cours de son pèlerinage d'adieu: «Votre sang, vos biens et votre honneur vous sont sacrés comme vous sont sacrés votre jour-ci, en votre mois-ci, dans votre pays-ci. Ai-je bien transmis?» (Unanimement reconnu authentique)

1525. 'Âisha (das) rapporte: «Je dis au Prophète : «Je ne te citerai de citerai de Safîya (sa coépouse) que tel défaut (et elle fit signe de la main qu'elle était petite)». Il me dit: ,Tu viens de dire une parole qui, si on la mélangeait à toute une mer, lui changerait son goût et son odeur». Elle dit encore: «Je lui ai imité une fois la démarche de quelqu'un». Il dit: «Je ne voudrais à aucun prix imiter les défauts de quelqu'un». Il dit: «Je ne voudrais à aucun prix imiter les défauts de quelqu'un», (Rapporté par Abou Dawùd et Attirmidhi)

1526. Selon Anas (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Au cours démon ascension au ciel, je suis passé devant des gens ayant des ongles de cuivre avec lesquels ils se griffaient le visage et la poitrine. Je demandai: «Qui sont ces gens là? 0 Gabriel!» Il dit: «Ce sont ceux qui mangeaient la chair de leurs prochains et leur souillaient leur bonne réputation». (Rapporté par Abou Dawùd)

1527. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Tout le Musulman est sacré pour le Musulman: son sang, son honneur et ses biens». (Rapporté par Moslem)




255 L'interdiction de prêter l'oreille à la médisance l'exhortation à celui qui entend une médisance interdite d'y répondre et de blâmer son auteur. S'il en est incapable ou si l'on n'accepte pas de lui son intervention, il doit quitter, si possible, cette réunion





Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 28 -verset 55: «Quand ils entendent le verbiage mutile, ils lui tournent le dos».

2. Chapitre 23 - verset 3: «Ceux qui fuient tout verbiage».

3. Chapitre 17 - verset 36: «L'ouïe, la vue, et le coeur, tout cela aura à en rendre compte».

4. Chapitre 6 - verset 68: «Quand tu vois ceux qui discutent de Nos versets à tort et à travers, éloigne-toi d'eux jusqu'à ce qu'ils
entrent dans un autre sujet de conversation. Si des fois Satan te fait oublier, ne t'assieds pas, dès que tu te rappelles de nouveau, avec la gent injuste».



1528. Selon Abouddardà (das), le Prophète :saws: a dit: «Celui qui repousse les fausses allégations qui nuisent à la bonne réputation de son frère, Dieu repousse le Feu loin de son visage, le jour de la résurrection». (Rapporté par Attirmidhi)

1529. Dans son long Hadith bien connu déjà mentionné dans le chapitre de l'espérance, 'Itbàn Ibn Màlek (das) dit: «Le Prophète s'est levé pour faire la prière. Il dit: «Où est Màlek Ibn Addoukhshoum?» Quelqu'un dit: «Celui-là est un
hypocrite qui n'aime ni Dieu, ni Son Messager». Le Prophète lui dit: «Ne dis pas cela! N'as-tu donc pas vu qu'il a dit: «II n'y a de dieu que Dieu», ne visant en cela que le Visage de Dieu? Or Dieu interdit au Feu quiconque a dit: «II n'y a de dieu que Dieu», ne visant en cela que le Visage de Dieu».
(Unanimement reconnu authentique)

1530. Dans son long Hadith déjà mentionné dans le chapitre du «retour à Dieu», Ka'b Ibn Màlek (das) rapporte: «Le Prophète dit alors qu'il était, assis au milieu de gens: «Qu'a donc fait Ka'b Ibn Màlek?» Un homme des bani Salima dit:
«O Messager de Dieu! Ce sont ses deux beaux costumes qui l'ont retenu à Médine ainsi que sa satisfaction de lui-même». Mou'àdh Ibn Jabal (das) lui dit: «Quelles bien vilaines paroles que tu viens là de prononcer! Par Dieu, ô Messager de Dieu! Nous ne savons sur cet homme que du bien». Le Messager de Dieu se tut.
(Unanimement reconnu authentique)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mar 17 Mar 2009 - 16:39

256 Où est permise la médisance?





Sache que la médisance est permise dans un but sûr et légal qu'on ne peut atteindre que par elle. Cela se présente dans les six
cas suivants:

1. Pour dénoncer quelqu'un auprès du prince, du juge ou autre personnage ayant le pouvoir de lui donner justice de celui qui
l'opprime, donc pour le dénoncer en disant: «Untel m'a fait subir telle injustice».

2. Quand cette médisance peut aider à faire cesser une action réprouvée ou à remettre sur le droit chemin quelqu'un qui
désobéit à Dieu. On dit alors à celui qu'on présume capable de faire cesser cette action réprouvée: «Untel fait telle chose. Fais-lui cesser ce comportement ! » ou autre chose de ce genre. Il faut que son but réel en cela soit de mettre fin à une action réprouvée. Quand ce •n’est pas cela son but réel, la médisance redevient interdite.

3. Quand on demande un avis de jurisprudence, on dit alors au jurisconsulte (Mufti): «Mon père a été injuste avec moi, ou mon frère, ou mon épouse (ou mon époux) ou untel. A-t-il le droit de le faire? et par quel moyen puis-je avoir justice de lui afin de récupérer mon droit et de faire cesser son injustice?» ou quelque chose de semblable. Cela est alors permis pour les besoins de la cause. Mais il est plus sage et plus apprécié de dire: «Que dis-tu d'un homme, ou d'un individu, ou d'un mari qui a fait telle chose?» Ainsi on atteint le même but sans désigner une personne en particulier. Cependant il est permis de désigner cette personne comme nous le mentionnerons dans le Hadith de Hind, si Dieu le Très-Haut veut.

4. Quand il s'agit de prévenir les Musulmans d'un mal et de leur donner le bon conseil. Cela peut avoir plusieurs aspects:

a) Le fait de dénoncer le peu de fiabilité de ceux qui rapportent de faux Hadiths. Où le fait de dénoncer de faux témoins. Cela
est permis par l'unanimité des Musulmans. C'est même un devoir par nécessiter.

b) Le fait de prendre l'avis de quelqu'un sur un futur gendre, ou un futur associé, ou quelqu'un à qui on doit confier un dépôt ou avec qui on va négocier des affaires etc... ou quelqu'un qu'on va avoir comme voisin. Celui à qui on demande son avis ne doit rien taire des défauts de la personne en question, mais il doit les dévoiler dans le seul but de donner le bon conseil.

c) Le fait de mettre en garde un étudiant qui va régulièrement chez un innovateur ou un dévoyé pour s'instruire auprès de lui, à cause du risque qu'il court auprès de lui. Mais il faut que le but visé soit uniquement le désir sincère de donner le bon conseil. Or il arrive souvent qu’on se trompe dans ce domaine et que c’est soit en réalité la jalousie qui pousse à dire du mal de tel enseignant. Le Diable aussi met de la confusion dans l'estimation des choses. Ainsi on croit donner le bon conseil alors qu'il n'en est rien, Aussi doit-on faire bien attention à ces choses.

d) Le fait d'attirer l'attention du chef d'Etat sur quelqu'un qu'il a chargé de l'administration d'une province sans qu'il en soit digne ou bien par incapacité, ou pour mauvaise conduite, ou par manque de perspicacité ou autre chose pareille. On doit attirer son attention pour qu'il le destituée ! Le remplace par quelqu'un de plus compétent ou pour qu'il sache ses défauts, le traite en conséquence et ne se laisse pas tromper par lui. Afin aussi qu'il le rappelle à l'ordre ou le remplace par quelqu'un d'autre.

5. Il est permis de médire de quelqu'un qui fait au grand jour des choses interdites, tels Ta consommation du vin, ou la spoliation des biens des autres, ou le prélèvement de taxes et l'institution d'impôts injustes (autres que la Zakât) ou enfin les divers abus de pouvoir. Il est, dans ce cas, permis de dénoncer ce qu'il a commis au grand jour sans pourtant parler des défauts qu'il cache, à moins qu'une autre raison ne permette d'en parler.

6. Quand quelqu'un a pour surnom un défaut tels le trachomateux, ou le boiteux, le sourd, l'aveugle etc... Il est permis dans ce cas de nommer cet homme par le défaut qui lui sert de surnom. Mais si on peut l'identifier par autre chose, c'est préférable. Voilà donc six cas où il est permis de médire de quelqu'un selon ce que disent les savants et sur la plupart desquels ils sont unanimes. Ils se basent d'ailleurs sur des Hadiths authentifiés et notoires dont voici quelques-uns:


1531. Selon 'Àîsha (das), quelqu'un demanda la permission d'entrer auprès du Prophète :saws: qui dit: «Laissez-le entrer, quel bien mauvais compagnon de tribu il est!» (Unanimement reconnu authentique) Al Boukhàri se base sur ce Hadith pour autoriser à médire des corrupteurs et des gens douteux.

1532. Selon elle encore, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Je ne crois pas qu'untel et untel connaissent quoi que ce soit de notre religion (il s'agissait en fait de deux hypocrites bien connus)» (Rapporté par Al Boukhàri)

1533. Fàtima Bent Qays (das) rapporte: «Je suis allée une fois dire au Prophète : «Abou Al Jahm et Mou'àwiya sont venus demander ma main». Le Messager de Dieu :saws: lui dit: «Quand à Mou'àwiya, c'est un pauvre diable sans le sou, et quant à Abou Al Jahm, il aime battre ses femmes (ou: il est tout le temps en voyage)» (Unanimement reconnu authentique)

1534. Zeyd Ibn Arqam (das) rapporte: «Nous sortîmes une fois avec le Messager de Dieu dans un voyage où les gens connurent une grande disette, 'Abdullàh Ibn Oubey (surnommé à Médine la tête de l'hypocrisie) dit: «Ne dépensez pas pour ceux qui sont avec le Messager de Dieu jusqu'à ce qu'ils se dispersent loin de lui». Il dit encore: «Si nous retournons à Médine, les plus puissants d'entre nous en sortiront sûrement les plus méprisables (faisant allusion aux exilés de la Mecque)». Je suis allé voir le Messager de Dieu pour l'en informer. Il envoya quelqu'un demander des explications à 'Abdullâh Ibn Oubey qui jura par tous ses dieux qu'il n'en avait rien fait. Les gens dirent: «Zeyd a menti au Messager de Dieu ». J'en ressentis une grande peine jusqu'à ce que Dieu exalté fit descendre le chapitre 63 («Quand viennent à toi les Hypocrites.) Pour me donner raison. Puis le Prophète appela les Hypocrites pour qu'il prie Dieu de les absoudre mais ils tournèrent la tête en signe de refus». (Unanimement reconnu authentique)

1535. Selon 'Âisha (das), Hind, la femme de Abou Soufyân, dit au Prophète :saws: : «Abou Soufyân est un grand avare. Il ne me donne pas assez pour subvenir à mes besoins et à ceux de mes enfants, si ce n'est ce que je lui prends à son insu». Il lui dit: «Prends juste ce qu'il faut pour vos besoins, toi et tes enfants, selon la bonne coutume». (Unanimement reconnu authentique)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mar 17 Mar 2009 - 16:49

257 L'interdiction de rapporter ce que disent les uns des autres pour semer entre eux la haine et la discorde





1536. Selon Houdheyfa (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Aucun rapporteur n'entrera au Paradis». (Unanimement reconnu authentique)

1537. Selon Ibn 'Abbàs (das), le Messager de Dieu :saws: passa devant deux tombes et dit: «Ces deux morts sont actuellement soumis aux tourments et ce n'est pourtant pas pour une grande chose ou plutôt c'est pour une très grande chose. L'un d'eux allait en colportant ce que disent les uns des autres et l'autre ne se cachait pas pour faire ses besoins». (Unanimement reconnu authentique)

1538. Selon Ibn Mas'ùd (das), le Prophète :saws: a dit: «Voulez-vous que je vous dise ce qu'est le mensonge effronté? C'est le colportage de ce que les uns disent des autres pour détériorer leurs rapports». (Rapporté par Moslem)




258 L'interdiction de rapporter aux responsables ce que disent les gens, à moins qu'on y soit contraint par crainte d'une source de corruption ou autre chose pareille




Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 5 - verset 2: «Ne vous entraidez pas à commettre le péché et l'agression».


Les Hadïths cités dans le chapitre précédent se rapportent aussi à celui-ci.

1539. Selon Ibn Mas'ùd (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Que l'un de mes Compagnons ne me rapporte rien sur personne. J'aime en effet sortir à votre rencontre en n'ayant rien dans le coeur contre personne». (Rapporté par AbouDawùd et Attirmidhi)




259 - Le dénigrement de l'homme à double face




Dieu le Très-Haut a dit: «Ils se cachent des gens et ne se cachent pas de Dieu alors qu'il est avec eux quand ils combinent dans l'ombre ce qui ne Lui plaît pas comme paroles. Dieu embrasse entièrement de Son savoir tout ce qu'ils font». (Chapitre 4 - verset 108)


1540. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Vous trouverez que les gens sont comme les métaux. Les meilleurs d'entre eux avant l'Islam sont leurs meilleurs après l'Islam, une fois qu'ils en ont bien assimilé l'esprit. Vous trouverez que les gens les plus qualifiés pour ces postes de commandement sont ceux qui les détestent le plus. Vous trouverez que les pires des gens sont les hommes à double face. Ils présentent à celui-ci une face et à celui-là une autre». (Unanimement reconnu authentique)

1541. Mohammad Ibn Zeyd rapporte que des gens dirent à son grand-père 'Abdullâh Ibn 'Amr (das): «Quand nous entrons auprès des gouvernants nous leur disons le contraire de ce que nous disons une fois sortis de chez eux». Il leur dit: «Au temps du Messager de Dieu , nous considérions cela comme de l'hypocrisie». (Rapporté par Al Boukhâri)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mar 17 Mar 2009 - 16:59

260 L'interdiction du mensonge




Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 17 - verset 36: «Ne te laisse pas aller à ce dont tu n'as aucune science».2. Chapitre 50 - verset 18: «II ne prononce pas une parole sans qu'il n'ait à ses côtés un observateur bien prédisposé (à ce rôle)».


1542. Selon Ibn Mas'ûd (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «La sincérité mène à l'obéissance à Dieu et à la bienfaisance. L'obéissance à Dieu et la bienfaisace mènent au Paradis. L'homme ne cesse pas de dire la vérité jusqu'à ce qu'il soit inscrit auprès de Dieu comme absolument véridique. Le mensonge mène à la rébellion à Dieu. La rébellion à Dieu mène à l'Enfer. L'homme ne cesse pas de mentir jusqu'à ce qu'il soit inscrit auprès de Dieu comme grand menteur». (Unanimement reconnu authentique)

1543. Selon 'Abdullàh Ibn 'Amr Al 'As (das), le Prophète :saws: a dit: «Quatre défauts, celui qui les possède tous est un pur hypocrite. Celui qui n'en a qu'un seul à l'une des caractéristiques de l'hypocrisie jusqu'à ce qu'il quitte ce défaut :

1. Quand on lui fait confiance il trahit.

2. Quand il parle il ment. 3. Quand il prend un engagement il ne le respecte pas.

4. Quand il est en litige il piétine toute justice et toute morale».
(Unanimement reconnu authentique)

1544. Selon Ibn 'Abbâs (das), le Prophète :saws: a dit: «Celui qui prétend à tort avoir vu un rêve est chargé, le jour de la résurrection, de nouer les extrémités de deux grains d'orge et il ne pourra jamais le faire». «Celui qui écoute contre leur gré la conversation des autres, on lui versera dans ses oreilles, le jour de la résurrection, du plomb fondu». «Celui qui reproduit l'image d'un être vivant (statue) sera astreint à lui insuffler la vie et il ne pourra jamais le faire».

1545. Selon Ibn 'Omar (das), le Prophète :saws: a dit: «Le plus grave mensonge est de prétendre avoir vu de ses yeux ce qu'on n'a pas vu». (Rapporté par Al Boukhâri)

1546. Samoura Ibn Joundab (das) rapporte: «Parmi les questions que posait le plus souvent le Messager de Dieu à ses Compagnons est celle-ci: «Est-ce que l'un de vous a vu quelque chose en rêve?» Celui qui avait eu un rêve le lui racontait. Un matin il nous dit: «J'ai vu cette nuit en rêve deux visiteurs (les Anges Gabriel et Mikael) venus me dire: «Viens avec nous!» Je partis avec eux et nous trouvâmes en chemin un homme étendu sur le côté. Près de lui se tenait debout un homme portant une grosse pierre. Il en frappait la tête du premier jusqu'à la lui fendre, la pierre roulait alors et il allait la ramasser de nouveau. Il ne frappait l'autre que lorsque la blessure de sa tête était guérie. A ce moment il le frappait encore une fois et lui fendait la tête comme à la précédente». Il dit: «Je dis aux deux visiteurs: «Gloire et pureté à Dieu (en signe de réprobation et d'étonnement) ! Qu'est-ce donc que cela?» Ils dirent: «Avance! Avance!» Nous reprîmes notre marche et passâmes devant un homme étendu sur le dos. Près de lui se tenait debout un homme avec une scie en acier à la main. Il lui posait la scie sur l'une des moitiés de son visage et coupait sa bouche en deux moitiés jusqu'à la nuque. Il en faisait de même de la narine et de l'oeil de cette partie du visage. Puis il faisait le même chose avec l'autre moitié. Il ne revenait à chacune des deux moitiés qu'une fois complètement guérie pour la scier de nouveau». Il dit: «Je dis: «Gloire et pureté à Dieu! Que sont ces deux-là?» Ils me
dirent: «Avance! Avance!» nous reprîmes notre marche et passâmes devant quelque chose comme un four à pain. (Il me
semble qu'il a dit: «Voilà que montaient de ce four une rumeur confuse et des voix».) Nous nous penchâmes pour voir dans son intérieur et voilà qu'il y avait des hommes et des femmes nus. Des flammes venaient les lécher par en bas. Quand les flammes les touchaient, ils se mettaient à crier». Je dis: «Que sont ceux-là?» Ils me dirent: «Avance! Avance!» Nous reprîmes donc notre marche et nous arrivâmes à une rivière. (Il me semble qu'il a dit: «Rouge comme le sang».) Dans la rivière apparut un homme qui nageait. Sur le bord de la rivière nous en vîmes un autre qui avait assemblé un tas de pierres. Le nageur venait à chaque fois vers lui et lui présentait sa bouche ouverte. L'autre y introduisait une pierre. Puis le nageur s'en allait et revenait ensuite vers l'autre, lui ouvrait sa bouche et l'autre y introduisait une pierre. Je leur dis: «Que sont ces deuxlà? ». Ils me dirent: «Avance! Avance!». Nous reprîmes notre marche et passâmes devant un homme à l'aspect hideux (ou le plus hideux qu'on ait jamais vu). Or voilà qu'il avait devant lui un feu qu'il attisait tout en tournant autour de lui. Je leur dis: «Qu'est cet homme?» Ils me dirent: «Avance! Avance!» Nous reprîmes notre marche et arrivâmes à un jardin plein de verdure exubérante et contenant toutes sortes de fleurs du printemps. Au milieu du jardin se tenait un homme tellement long qu'on voyait à peine sa tête dans le ciel. Autour de lui il y avait un nombre jamais vu d'enfants. Je dis: «Qu'est cet homme et que sont ces enfants?» Ils dirent: «Avance! Avance!» Nous reprîmes notre marche et voilà que nous trouvâmes un très grand arbre auquel je n'ai jamais vu de plus grand ni de plus beau. Ils me dirent: «Grimpe sur cet arbre». Nous montâmes ainsi jusqu'à une cité. Nous y frappâmes et l'on nous ouvrit. Nous entrâmes donc et fûmes accueillis par des hommes dont la moitié du corps était d'une beauté inouïe et dont l'autre était d'une laideur exceptionnelle. Ils dirent à ces hommes: «Allez vous jeter dans cette rivière!» Nous vîmes en effet une rivière en face de nous dont les flots coulaient tout blancs comme un lait très pur. Ils allèrent s'y jeter et revinrent à nous. Leur moitié laide avait alors complètement disparu et ils apparurent dans leur plus belle image. Les deux Anges me dirent: «Ceci est le Paradis-Eden et là-haut se trouve ta demeure». Je levai les yeux
et vis un palais comme un nuage blanc. Ils me dirent: «C'est là-bas ta demeure». Je leur dis: «Que Dieu vous bénisse! Laissezmoi
y entrer». Ils dirent: «Maintenant, non. Mais tu dois sûrement y entrer un jour». Je leur dis: «J'ai vu durant cette nuit des choses bouleversantes. Que sont-elles donc?» Ils me dirent: «Maintenant nous allons t'en informer. Le premier homme devant qui tu es passé et dont on fendait le crâne avec une pierre, c'est celui qui apprenait le Coran et refusait de le mettre en pratique. Il dormait aussi avant d'avoir fait sa prière obligatoire (celle du 'Ishà). Quant à l'homme devant qui tu es passé et dont on sciait la bouche jusqu'à la nuque ainsi que sa narine et son oeil, c'est un homme qui sortait le matin de chez lui pour dire un mensonge qui se progageait jusqu'aux provinces lointaines. Pour ce qui est des hommes et des femmes nus qui se tenaient dans une fosse semblable à un four à pain, ce sont les fomicateurs et les fomicatrices. L'homme devant qui tu es passé, qui nageait dans la rivière et à qui on mettait une pierre dans la bouche, c'est le mangeur d'intérêts (l'usurier). L'homme à l'aspect hideux qui se tenait près du feu qu'il attisait et autour duquel il tournait, c'est Màlek, l'Ange Gardien de l'Enfer. L'homme très grand qui était dans le jardin, c'est Abrahâm. Quant aux enfants qui étaient autour de lui, ce sont tout enfant mort dans la saine nature (c'est-à-dire avant que ses parents n'en fassent un non-Musulman).Dans la version d'Aï Barqâni: «Tout enfant né dans la saine nature (l’Islam)». Certains Musulmans dirent: «S'agit-il aussi des enfants des idolâtres? O Messager de Dieu!». Le Messager de Dieu leur dit: «Et les enfants des idolâtres». Quant aux gens dont la moitié du
corps était belle et l'autre moitié laide, ce sont des gens ayant mêlé une bonne oeuvre à une autre mauvaise. Dieu leur a pardonné».
(Rapporté par Al Boukhâri)

Dans une autre version d'Al Boukhâri: «J'ai vu cette nuit deux hommes venus à moi. Ils me sortirent pour m'emmener à une terre sainte». Puis il raconta son rêve et dit: «Nous marchâmes jusqu'à une fosse pareille à un four à pain. Elle se rétrécissait
en haut et s'élargissait à sa base. Dans son fond flambait un feu, Quand les flammes montaient, ils montaient jusqu'à faillir en
sortir; et quand les flammes baissaient, ils retournaient à son fond. Il y avait dans cette fosse des hommes et des femmes nus.
Il dit entre autres: «Jusqu'à ce que nous arrivâmes une rivière de sang (dans cette version le narrateur n'a pas douté). Il y avait
un homme debout au milieu de la rivière et un autre sur son bord ayant devant lui un tas de pierres. L'homme se trouvant dans la rivière vint à lui. Chaque fois qu'il voulait sortir sur la berge, l'autre lui jetait une pierre qui s'installait dans sa bouche et le faisait ainsi retourner à son point de départ». Il dit encore: «Les deux Anges me firent grimper sur l'arbre. Ils me firent entrer dans une demeure à laquelle je n'avais jamais vu rien de plus beau. Il y avait dans cette maison des hommes vieux et des jeunes». Il dit: «Celui dont tu as vu scier la bouche, c'est un très grand menteur qui racontait un mensonge que d'autres propageaient à leur tour jusqu'à ce qu'il parvienne aux provinces lointaines. Il est tourmenté de cette façon jusqu'au jour de la résurrection». Il dit aussi: «Celui dont tu as vu fendre la tête, c'est un homme à qui Dieu avait enseigné le Coran mais qui ne le lisait pas la nuit et ne le mettait pas en pratique le jour. Il est ainsi torturé jusqu'au jour de la résurrection. La première
demeure où tu es entré est celle du commun des Croyants et l'autre est celle des martyrs. Moi je suis Gabriel et celui-ci est
Michael, Lève la tête» Je levai la tête et vis au-dessus de moi comme un nuage blanc. Ils me dirent: «C'est là-bas ta demeure».
Je leur dis: «Laissez-moi entrer chez moi!». Ils dirent: «II te reste encore du temps à vivre et, une fois que tu l'auras accompli, tu viendras à ta maison».
(Rapporté par Al Boukhâri)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mar 17 Mar 2009 - 17:46

261 Quel est le mensonge permis?






Sache que, si le mensonge est essentiellement interdit, il est toutefois permis dans certains cas et sous certaines conditions que
nous avons bien exposées dans le livre «des évocations». Nous disons en résumé que la parole est un moyen d'atteindre certains buts visés. Dans tout but noble qu'on peut atteindre sans recouvrir au mensonge, il est interdit de mentir. Mais, quand on ne peut y parvenir que par le mensonge, il est alors permis de mentir. Selon que le but recherché soit simplement autorisé, le mensonge y est autorisé; et selon que ce but soit obligatoire, le mensonge devient lui aussi obligatoire. Quand par exemple un Musulman se cache pour fuir un injuste voulant le tuer ou lui prendre son argent, quand il a caché son argent et que quelqu'un est interrogé sur lui, il est de son devoir de mentir pour le cacher. C'est aussi lorsque quelqu'un détient un dépôt qu'un injuste veut lui prendre, il doit lui mentir en lui disant qu'il ne l'a pas. Mais la solution la meilleure serait de
donner une réponse équivoque, c'est-à-dire de s'arranger pour dire une chose où il ne ment pas dans le fond quoique ce soit un mensonge dans la forme selon ce que comprend son vis-à-vis. Mais, même si on ne recourt pas à cette astuce, on ne commet aucun interdit en mentant. Les docteurs de la religion basent cette permission de mentir sur le Hadith d'Oummou Koulthùm (das) qui rapporte: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Le vrai menteur n'est pas celui qui ramène la paix entre les deux ennemis en disant à chacun d'eux: «Untel a dit du bien de toi». (Unanimement reconnu authentique)

Moslem ajoute dans sa version: «Oummou Koulthùm (das) a dit: «Je ne l'ai jamais vu autoriser le mensonge que dans ces trois cas: dans la guerre. Pour réconcilier les gens. Dans ce que dit l'homme à sa femme et la femme à son mari».




262 L'exhortation à être circonspect dans tout ce qu'on dit et raconte





Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 17 - verset 36: «Ne te laisse pas aller à ce dont tu n'as aucune science».

2. Chapitre 50 - verset 18: «II ne prononce pas une parole sans qu'il n'ait à ses côtés un observateur très bien prédisposé (à ce rôle)».


1547. Selon Abou Hourayra (das), le Prophète :saws: a dit: «II suffit à l'homme pour être menteur de rapporter tout ce qu'il entend». (Rapporté par Moslem)

1548. Selon Samoura (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui qui rapporte un Hadith soi-disant de ma part alors qu'il sait qu'il n'est pas de moi, celui-là fait partie des menteurs». (Rapporté par Moslem)

1549. Asmâ' (das) rapporte qu'une femme a dit: «O Messager de Dieu! J'ai une co-épouse. Est-ce que je commets un péché en lui faisant croire que mon mari m'accorde plus d'égards qu'il ne le fait en réalité?» Le Prophète :saws: lui dit «Celui qui se vante de recevoir des égards qu'il ne reçoit pas en réalité, est comme celui qui porte à tort la tenue d'une corporation à laquelle il n'appartient pas».



263 La démonstration de l'interdiction absolue de tout faux témoignage




Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 22 - verset 30: «Evitez de parlez en pur mensonge».

2. Chapitre 17 - verset 36: «Ne te laisse pas aller à ce dont tu n'as aucune science».

3. Chapitre 50 - verset 18: «II ne prononce pas une parole sans qu'il n'ait à ses côtés un observateur bien prédisposé (à ce rôle)».

4. Chapitre 25 - verset 72: «Ceux qui ne font pas de faux témoignages».

5. Chapitre 89 - verset 14: «Ton Seigneur ne laisse rien échapper à Son observation vigilante».


1550. Selon Abou Bakra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Voulez-vous que je vous dise quel est le plus grand péché?» Nous dîmes: «Nous voulons bien, ô Messager de Dieu!» Il dit: «Le fait d'associer quoi que ce soit à Dieu. Le manque de piété filiale...» Il était appuyé sur quelque chose et il se redressa pour dire: «... et surtout le parler mensonger et le faux témoignage». Il ne cessa pas de le répéter au point que nous dîmes: «II aurait été préférable qu'il gardât le silence». (Unanimement reconnu authentique)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mar 17 Mar 2009 - 18:04

264 L'interdiction de maudire une personne en particulier ou une bête





1551. Selon Abou Zeyd Tbn Thàbet Ibn Addahàk Al Ansâri (das) qui avait pris part à l'allégeance dite d'Arradwàn (an VI), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui qui affirme mensongèrement et en connaissance de cause que, s'il ment, il fait partie de telle communauté autre que l'Islam, en fait effectivement partie. Celui qui se suicide avec quelque chose, sera tourmenté avec cette même chose le jour de la résurrection. L'homme n'a pas le droit de faire un voeu sur ce qui ne lui appartient pas. Maudire le Croyant est comme le tuer». (Unanimement reconnu authentique)

1552. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «II n'appartient pas à celui qui s'attache fermement à la vérité d'être maudisseur». (Rapporté par Moslem)

1553. Selon Abouddardà (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Les maudisseurs invétérés ne seront, le jour de la résurrection, ni intercesseurs, ni témoins». . (Rapporté par Moslem)

1554. Selon Samoura Ibn Joundab (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Ne vous maudissez pas les uns les autres en vous souhaitant la malédiction de Dieu ou Sa colère ou l'Enfer». (Rapporté par Abou Dawùd)

1555 Selon Ibn Mas'ùd (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Le Croyant n'est pas celui qui jette le doute sur la bonne réputation des autres, ni le maudisseur invétéré, ni le grossier». (Rapporté par Attirmidhi)

1556. Selon Abouddardà (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Quand 'homme maudit quelque chose, sa malédiction monte au ciel, mais les portes du ciel se ferment devant elle. Elle retourne alors à la terre et en trouve aussi les portes fermées. Puis elle se cherche un passage à droite et à gauche et n'en trouve aucun. Elle revient alors à celui qui a été maudit, s'il la mérite, sinon elle retombe sur celui qui l'a proférée». (Rapporté par Abou Dawùd)

1557. 'Imrân Ibn Al Housayn (das) rapporte: «Durant l'un des voyages du Messager de Dieu , voilà qu'une femme des Ansàrs, montée sur une chamelle, fut mise à bout par son comportement et la maudit. Le Messager de Dieu :saws: entendit cela et dit: «Prenez ce que porte cette chamelle et abandonnez-la car elle est désormais maudite». 'Imràn dit: «II me semble encore la voir errer parmi les gens sans que personne ne pense à la prendre». (Rapporté par Moslem)

1558. Abou Baraza Al Asiami (das) rapporte: «Alors qu'une jeune femme était sur une chamelle portant une partie des bagages de ses compagnons, elle vit tout à coup le Prophète alors que le sentier de montagne devenait trop étroit pour toute la caravane. Elle cria donc à sa chamelle: «Mais avance donc! Seigneur Dieu, maudis-la!». Le Prophète dit alors: «Nous ne permettons pas à une chamelle maudite de nous accompagner dans notre voyage». (Rapporté par Moslem)

Sache que le sens de ce Hadith pourrait poser des problèmes alors qu'il n'y en a aucun. On a voulu simplement dire par là que cette chamelle n'a plus le droit de faire partie de la caravane du Prophète :saws: . Cependant il n'est nullement interdit de la vendre, de l'égorger ou de la monter ailleurs qu'en compagnie du Prophète . Donc tout cela et toute chose pareille sont permis à l'exception de la compagnie du Prophète . Tous ces comportements étaient permis. On en a interdit certains et le reste demeure comme il était. Dieu sait mieux que tous.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mar 17 Mar 2009 - 18:28

265 Où il est permis de maudire les auteurs d'actes de désobéissance à Dieu sans les nommer personnellement





Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 11 - verset 18: «Que la malédiction de Dieu frappe les Injustes!».

2. Chapitre 7 - verset 44: «A ce moment-là retentit entre eux cet appel: «Maudits soient les Injustes!».


Il a été bien authentifié que le Messager de Dieu :saws: a dit: «Que Dieu maudisse celle qui place la perruque et celle pour qui
elle est placée».


Il :saws: a dit aussi: «Que Dieu maudisse le mangeur d'intérêts (l'usurier)».

Il a dit encore: «Que Dieu maudisse ceux qui représentent les êtres vivants». (Il s'agit sans doute des sculpteurs et autres dessinateurs d'images «saintes»). «Que Dieu maudisse celui qui déplace frauduleusement les bornes d'un terrain». «Que Dieu maudisse celui qui amène les autres à maudire ses deux géniteurs». «Que Dieu maudisse celui qui sacrifie une bête à autre que Dieu». «Que Dieu maudisse celui qui introduit à Médine une mauvaise innovation ou qui y héberge celui qui l'introduit. Qu'il soit maudit de Dieu, des Anges et de l'Humanité entière». Seigneur Dieu! Maudis les tribus de Ri'ian, de Dhakwàn et 'Ousya car elles ont désobéi à Dieu et à Son Messager». «Que Dieu maudisse les Juifs; ils ont fait des tombes de leurs prophètes des lieux de prière». «Que Dieu maudisse ceux parmi les hommes qui prennent les apparences des femmes; et que Dieu maudisse celles parmi les femmes qui prennent les apparences des hommes».

Toutes ces expressions se trouvent dans les recueils authentifiés des Hadiths.

Certaines sont dans les recueils d'Aï Boukhâri et de Moslem, certaines autres dans l'un seulement de ces recueils. J'ai
seulement visé la concision en faisant signe à ces Hadiths et j'en citerai la plupart dans les chapitres respectifs de ce livre, si Dieu veut.





266 L'interdiction d'insulter injustement le Musulman





Dieu le Très-Haut a dit:

«Ceux qui font du tort aux Croyants et aux Croyantes sans qu'ils n'aient rien fait, se sont réellement chargés d'un mensonge effronté et d'un péché évident». (Chapitre 33 - verset 58)


1559. Selon Ibn Mas'ùd (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Le fait d'injurier le Musulman est un acte de rébellion à Dieu, et le fait de le tuer est un acte de mécréance». (Unanimement reconnu authentique)

1560. Abou Dharr (das) rapporte qu'il a entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Toutes les fois que quelqu'un accuse un homme de dévergondage ou de «mécréance, ces deux accusations se retournent contre lui si cet homme en est innocent». (Rapporté par Al Boukhâri)

1561. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Quand deux personnes échangent des injures, tout ce qu'elles disent retombe sur celle qui a commencé la première jusqu'à ce que l'autre devienne à son tour agresseur». (Rapporté par Moslem)

1562. Selon lui encore, on amena un jour au Prophète :saws: quelqu'un qui avait bu du vin. Il dit: «Frappez-le!». Abou Hourayra dit: «Certains d'entre nous le frappèrent de leur main, d'autres avec leur chaussure et d'autres avec leur vêtement. Une fois que cet homme s'en alla, quelques-uns dirent à son adresse: «Que Dieu te couvre d'opprobre!» Il leur dit: «Ne dites pas cela et n'aidez pas ainsi le Diable contre lui». (Rapporté par Al Boukhâri)

1563. Il a encore dit: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Celui qui accuse son esclave d'adultère recevra lui même la peine des limites de Dieu (quatre vingts coups de fouet) le jour de la résurrection, à moins que son accusation ne soit vraie». (Unanimement reconnu authentique)




267 L'interdiction d'insulter les morts sans juste raison ou sans viser une utilité légitime





II s'agit entre autres de ne pas les suivre dans leurs mauvaises innovations ou dans leur dévergondage ou autre chose pareille.
Le verset coranique et les Hadiths cités au chapitre précédent s'y rapportent aussi.


1564. Selon 'Àisha (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «N'insultez pas les morts car ils sont déjà arrivés à la conséquence de leurs oeuvres». (Rapporté par Al Boukhâri)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mar 17 Mar 2009 - 18:45

268 L'interdiction de faire du tort au autres




Dieu le Très-Haut a dit:

«Ceux qui font du tort aux Croyants et aux Croyantes sans qu'ils n'aient rien fait, se sont réellement chargés d'un mensonge effronté et d'un péché évident». (Chapitre 33 - verset 58)


1565. Selon 'Abdullâh Ibn 'Amr Ibn Al 'as (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Le vrai Musulman est celui dont les gens sont à l'abri de sa langue et de sa main. Le vrai exilé (de la Mecque) est celui qui fuit tout ce que Dieu a interdit».
(Unanimement reconnu authentique)

1566. Selon lui encore, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui qui aimerait être écarté du Feu et introduit au Paradis, que l'heure de sa mort vienne cependant qu'il croit en Dieu et au jour ultime et qu'il fasse aux autres ce qu'il aimerait bien qu'on lui fasse à lui-même». (Rapporté par Moslem)



269 L'interdiction de se détester les uns les autres, de rompre les liens d'amitié et de se tourner le dos




Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 49-verset 10: «Les Croyants ne sont que des frères».

2. Chapitre 5 - verset 54: «Doux et humbles avec les Croyants, durs et fiers avec les Mécréants».

3. Chapitre 48 - verset 29: «Mohammad est le Messager de Dieu et ceux qui sont avec lui sont durs avec les Mécréants et cléments entre eux».


1567. Selon Anas (das), le Prophète :saws: a dit: «Ne vous détestez pas, ne soyez pas envieux les uns des autres, ne vous tournez pas le dos, ne rompez pas vos liens d'amitié et soyez frères, ô esclaves de Dieu! Il n'est pas permis au Musulman de fuir son frère plus de trois jours». (Unanimement reconnu authentique)

1568. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Les portes du Paradis sont ouvertes tous les lundis et les jeudis. On absout alors toute i personne n'associant rien à Dieu sauf quelqu'un qui a quelqu'animosité pour son frère. On dit: «Remettez l'absolution de ces deux-là jusqu'à ce qu'ils se réconcilient». (Rapporté par Moslem)Dans une autre version: «Les oeuvres sont exposées tous les lundis et tous les jeudis...»




270 L'interdiction de l'envie qui consiste à souhaiter la disparition d'un bien de l'autre monde ou de celui-ci dont jouit la personne enviée





Dieu le Très-Haut a dit: « Est-ce qu'ils envient les gens pour ce que Dieu leur a donné de Sa générosité?» (Chapitre 4 - verset 54)

1569. Selon Abou Hourayra (das), le Prophète :saws: a dit: «Méfiez-vous de l'envie car l'envie mange les bonnes actions comme le feu mange le bois (ou l'herbe)». (Rapporté par Abou Dawûd)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mar 17 Mar 2009 - 19:00

271 L'interdiction de s'espionner ou d'être aux écoutes de celui qui n'aime pas qu'on l'écoute




Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 49-verset 12: «...et ne vous espionnez pas».

2. Chapitre 33 - verset 58: «Ceux qui font du tort aux Croyants et aux Croyantes sans qu'ils n'aient rien fait, se sont réellement chargés d'un mensonge effronté et d'un péché évident».


1570. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Méfiez-vous de la présomption car la présomption est le parler le plus mensonger. N'employez pas vos cinq sens à la recherche des défauts des autres et ne vous espionnez pas. Bannissez entre vous toute concurrence déloyale, toute envie et toute haine. Ne vous tournez pas le dos les uns aux autres et soyez frères, ô esclaves de Dieu! Le Musulman est le frère du Musulman: il ne lui fait pas d'injustice, ne lui refuse pas son soutien et ne le méprise pas. La piété est ici (désignant sa poitrine). Il suffit à l'homme pour être mauvais de mépriser son frère musulman. Tout le Musulman est interdit au Musulman: son sang, son honneur et ses biens. Dieu ne regarde pas vos corps ni voisinages, ni vos actions, mais II regarde vos coeurs».

Dans une autre version: «Ne vous enviez pas les uns les autres, ne vous haïssez pas, ne vous espionnez pas, n'employez pas vos cinq sens à la recherche des défauts des autres, ne faites pas de fausses enchères et soyez frères, ô esclaves de Dieu!»

Dans une troisième version: «Ne rompez pas les liens d'amitié qui vous unissent, ne vous tournez pas le dos les uns aux autres, ne vous haïssez pas, ne vous enviez pas et soyez frères, ô esclaves de Dieu!»

Dans une quatrième version: «Ne vous fuyez pas les uns les autres et que certains d'entre vous ne viennent pas casser le marché d'autrui par de la surenchère». (Rapporté par Moslem et Al Boukhàri)

1571. Mou'àwiya (das) rapporte: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Si tu te mets à la recherche des défauts des Musulmans, tu les corromps, ou tu n'es pas loin de le faire». (Rapporté par Abou Dawùd)

1572. On rapporte qu'on amena une fois à Ibn Mas'ûd (das) un homme alors que des gouttes de vin ruisselaient de sa barbe. Il
leur dit: «On nous a interdit d'espionner les autres mais, quand nous paraît une preuve évidente, nous appliquons le châtiment adéquat». (Rapporté par Abou Dawùd)





272 L'interdiction de donner aux Musulmans le mauvais préjugé sans que ce soit nécessaire





Dieu le Très-Haut a dit: «O vous qui avez cru! Evitez beaucoup de conjectures (soupçons), certaines conjectures sont un
péché».
(Chapitre 49 - verset 12)

1573. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Méfiez-vous de la présomption car la présomption est le parler le plus mensonger»(Unanimement reconnu authentique)




273 L'interdiction de mépriser le Musulman




Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 49 - verset 11: «O vous qui avez cm! Que des gens n'en raillent pas d'autres, qui sait s'ils ne sont pas meilleurs qu'eux; et que des femmes ne se moquent pas d'autres femmes, peut-être sont-elles meilleures qu'elles. Ne dites pas du mal les uns des autres, ne vous blessez pas entre vous par les sobriquets. Quelle bien vilaine chose que d'accuser quelqu'un de
dévergondage après qu'il a cru! Celui qui ne revient pas au droit chemin, ceux-là sont les Injustes».


2. Chapitre 104 - verset 1: «Malheur à tout moqueur et médisant invétéré!»


1574. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «II suffit à un homme pour être mauvais de mépriser son frère musulman».

1575. Selon Ibn Mas'ûd (das), le Prophète :saws: a dit: «Jamais n'entrera au Paradis celui qui a dans son coeur le poids d'un atome d'orgueil». Quelqu'un dit: «Nous aimons pourtant être bien habillés et bien chaussés». Il dit: «Dieu est beau et II aime la beauté. L'orgueil c'est le fait de refuser la vérité et la justice et de mépriser les autres».

1576. Selon Joundab Ibn 'Abdullàh (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Quelqu'un dit une fois: «Par Dieu, Dieu n'absoudra jamais untel». Dieu exalté dit alors: «Quel est donc celui qui veut M'obliger par son serment à ne pas absoudre
untel? Et bien, Je l'ai absous et Je t'ai annulé, à toi, toute ton oeuvre».
(Rapporté par Moslem)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mar 17 Mar 2009 - 20:44

274 L'interdiction de montrer sa réjouissance des malheurs du Musulman






Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 49 - verset 10: «Les Croyants ne sont que des frères»,

2. Chapitre 24 - verset 19: «Ceux qui aimeraient que la réputation d'immoralité se répande au sujet de ceux qui ont cru ont des tourments douloureux dans ce monde et dans l'autre».


1577. Selon Wàthila Ibn Al Asqa (das), le Messager de Dieu :saws: a dit «Ne montre pas ta joie devant les malheurs de ton frère, sinon Dieu lui accordera Sa clémence et t'éprouvera à ton tour». (Rapporté par Attirmidhi)

Le Hadith de Abou Hourayra (das), rapporté dans le chapitre précédent («Tout le Musulman est interdit au Musulman...»)
s'applique aussi à ce chapitre.




275 L'interdiction de faire douter de l'authenticité de la filiation de quelqu'un pourtant bien établie dans la légalité apparente





Dieu le Très-Haut a dit: «Ceux qui font du tort aux Croyants et aux Croyantes sans qu'ils n'aient rien fait, se sont réellement chargés d'un mensonge effronté et d'un péché évident», (Chapitre 33 - verset 58)

1578. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Deux actes commis par les gens sont des actes de mécréance: «Le doute jeté sur l'authenticité de la filiation de quelqu'un et les lamentations à voix haute sur le mort». (Rapporté par Moslem)




276 L'interdiction de la tromperie et de la traîtrise




Dieu le Très-Haut a dit:

«Ceux qui font du tort aux Croyants et aux Croyantes sans qu'ils n'aient rien fait, se sont réellement chargés d'un mensonge effronté et d'un péché évident».(Chapitre 33 - verset 58)


1579. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui qui prend les armes contre nous n'est pas des nôtres et celui qui nous a trompés n'est pas des nôtres». (Rapporté par Moslem)

Dans une autre version de Moslem: «Le Messager de Dieu passa un jour devant un tas de blé. Il y introduisit sa main et ses doigts y sentirent la présence d'eau. Il dit: «Qu'est-ce donc que cela? ô propriétaire de ce blé!» Il dit: «II a été mouillé par la pluie du ciel, ô Messager de Dieu!» Il lui dit: «Que n'as-tu mis les grains mouillés à la surface du tas afin que les gens les voient? Celui qui nous trompe n'est pas des nôtres».

1580. Toujours selon lui, le Messager de Dieu :saws: a dit; «Ne vous abusez pas par les enchères truquées». (Unanimement reconnu authentique)

Commentaire

C'est lorsque, dans une vente aux enchères, on paie des compères pour faire monter le prix d'une marchandise alors qu'ils ne sont pas
acheteurs.

1581. Selon Ibn 'Omar (das), le Prophète :saws: a interdit les fausses enchères.

1582. Selon lui encore, un homme dit au Messager de Dieu qu'on le trompait dans les opérations de vente. Il :saws: lui dit: «Quand tu conclus une vente avec quelqu'un dis-lui: «Pas de tromperie!»

1583. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui ,'qui séduit la femme de quelqu'un ou son esclave (femme) n'est pas des nôtres».(Rapporté par Abou Dawùd)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mar 17 Mar 2009 - 21:00

277 L'interdiction de la traîtrise





Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 5 - verset 1: «O vous qui avez cru! Respectez scrupuleusement les pactes qui vous lient».2. Chapitre 17 - verset 34: «Respectez vos engagements car on vous en demandera compte».


1584. Selon 'Abullàh Ibn 'Amr Ibn Al 'As (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Quatre défauts, celui qui les a tous est un
pur hypocrite et celui qui n'en a qu'un seul a l'une des caractéristiques des hypocrites jusqu'à ce qu'il s'en débarrasse :

1. Quand on lui confie un dépôt il le trahit.

2. Quand il parle il ment.

3. Quand il prend un engagement il ne le respecte pas.

4. Quand il est en litige il piétine justice et morale».
(Unanimement reconnu authentique)

1585. Selon Ibn Mas'ùd (das), Ibn 'Omar (das) et Anas (das), le Prophète :saws: a dit: «Le jour de la résurrection tout traître portera une grande bannière où il sera mentionné: «Ceci est la traîtrise d'untel». (Unanimement reconnu authentique)

1586. Selon Abou Sa'id Al Khoudri (das), le Prophète :saws: a dit: «Le jour de la résurrection tout traître portera sur son derrière une grande bannière qu'on haussera à la mesure de sa traîtrise. Attention! Il n'y a pas de plus grand traître que le
responsable qui trompe ses administrés».
(Rapporté par Moslem)

1587. Selon Abou Hourayra (das), le Prophète :saws: a dit: «Dieu le Très-Haut a dit: «Trois individus Je suis personnellement leur partie adverse le jour de la résurrection:

1. Quelqu'un qui s'est engagé en mon Nom et n'a pas tenu son engagement.

2. Quelqu'un qui a vendu un homme libre et a mangé son prix.

3. Quelqu'un qui a engagé un salarié puis ne l'a pas payé après avoir reçu de lui le service convenu».
(Rapporté par Al
Boukhâri)

Commentaire

On pourrait penser que, l'esclavage étant à jamais aboli, on n'a plus l'occasion de vendre un homme libre ou autre. Cependant combien nombreux, surtout dans notre Tiers-Monde, sont cette horde de délateurs, d'indicateurs et autres «mouchards» qui ne vivent que de cela, ni à leur honneur, ni à celui de ceux qui les font travailler? Que ces gens ignobles, vrais cafards de la société, s'apprêtent à avoir Dieu le Très- Haut comme partie adverse, le jour de la résurrection!




278 L'interdiction de rappeler à quelqu'un qu'on lui a donné quelque chose ou rendu quelque autre service





Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 2 - verset 264: «O vous qui avez cru! N'annulez pas vos aumônes par les rappels et les vexations».

2. Chapitre 2 - verset 262: «Ceux qui dépensent leur argent sur le chemin de Dieu sans faire suivre leurs largesses de rappels et de vexations».


1588. Selon Abou Dharr (das), le Prophète :saws: a dit: «Trois individus Dieu ne leur parlera pas le jour de la résurrection, ne les regardera pas et ils auront des tourments douloureux». Le narrateur dit: «Le Messager de Dieu le répéta trois fois de suite». Abou Dharr dit: «Que leur lot soit la déception et la perte! Qui sont-ils? 0 Messager de Dieu!». Il dit: «Celui qui porte un vêtement traînant par terre (en signe d'orgueil). Celui qui rappelle toujours aux autres ce qu'il a fait pour eux. Celui qui écoule sa marchandise à force de faux serments», (Rapporté par Moslem)



279 L'interdiction de la vantardise et de l'agression





Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 53 - verset 32: «Ne vous donnez pas vous-mêmes des diplômes de vertu, c'est Lui qui sait mieux que tous qui a été pieux».

2. Chapitre 42 - verset 42: «II n'y a de recours que contre ceux qui traitent les gens avec injustice et qui sèment illégalement sur terre agression et violence. Ceux-là auront un supplice douloureux».


1589. Selon 'lyàd Ibn Himàr (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Dieu m'a inspiré ceci: «Soyez modestes les uns avec les autres afin qu'aucun de vous ne transgresse le droit d'autrui et ne piétine à leur détriment toute morale et toute justice».

1590. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Quand l'homme dit: «Les gens sont perdus», c'est lui en réalité qui est leur plus perdu». (Rapporté par Moslem)

Dans une autre version: «C'est lui en réalité qui les a perdus». Il s'agit bien sûr de celui qui le dit par orgueil, par mépris pour les autres et par sentiment de supériorité. C'est dans ce cas seulement que cela est interdit. Tandis que celui qui le dit en voyant les gens délaisser leurs obligations religieuses, poussé en cela par son chagrin à leur sujet et au sujet de la religion, une telle remarque n'a rien de blâmable. C'est ainsi que l'expliquèrent et l'analysèrent les Imams les plus en vue tels: «Màlek Ibn Anas, Al Khattàbi, Al Houmeydi et tant d'autres. Je l'ai bien expliqué dans le livre des «évocations».
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mar 17 Mar 2009 - 21:11

280 L'interdiction aux Musulmans de se fuir plus de trois jours de suite sauf si celui qu'on fuit est un mauvais innovateur ou quelqu'un qui extériorise ses actes immoraux et autres turpitudes





Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 49 - verset 10: «Les Croyants ne sont que des frères. Ramenez la paix entre vos deux frères».

2. Chapitre 5 - verset 2: «...et ne vous entraidez pas à commettre le péché et l'agression».


1591. Selon Anas (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Ne rompez pas les liens d'amitié qui vous unissent, ne vous tournez pas le dos, ne vous haïssez pas, ne vous enviez pas les uns les autres et soyez frères, ô esclaves de Dieu! Il n'est pas permis à un Musulman de fuir son frère plus de trois jours consécutifs» (Unanimement reconnu authentique)

1592. Selon Abou Ayùb (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: Il n'est pas permis à un Musulman de fuir son frère plus de trois nuits consécutives: ainsi ils se rencontrent et chacun d'eux tourne la tête de côté. Le meilleur des deux est celui qui salue le premier». (Unanimement reconnu authentique)

1593. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Les oeuvres sont exposées tous les lundis et tous les jeudis. Dieu absout alors tout homme qui n'associe rien à Dieu sauf quelqu'un ayant une animosité contre son frère. Dieu dit dans ce cas: «Reportez l'absolution de ceux-là jusqu'à ce qu'ils se réconcilient». (Rapporté par Moslem)

1594. Jàber (das) rapporte: «J'ai entendu dire le Messager de Dieu :saws: : «Le Diable a désormais désespéré de voir les orants l'adorer dans la presqu'île arabique. Mais il garde quand même l'espoir de semer parmi eux la haine et la discorde». (Rapporté par Moslem)

1595. «Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «II n'est pas permis à un Musulman de fuir son frère plus de trois nuits consécutives. Celui qui fuit son frère plus de trois nuits et meurt entre temps, entre en Enfer». (Rapporté par Abou Dawûd)

1596. Le Compagnon du Prophète Abou Khiràsh Al Asiami (das) rapporte qu'il a entendu le Prophète :saws: dire:
«Celui qui fuit son frère toute une année, c'est comme s'il avait fait couler son sang». (Rapporté par Abou Dawùd)

1597. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «II n'est pas permis à un Croyant de fuir un autre Croyant plus de trois nuits successives. Une fois passées les trois nuits, qu'il aille à sa rencontre et qu'il le salue. Si l'autre lui rend son salut, ils sont associés dans le salaire (de cette bonne action) et s'il ne lui rend pas son salut, c'est sur lui seul que retombe le péché et celui qui a salué en sort complètement blanchi». (Rapporté par Abou Dawûd)




281 L'interdiction à deux personnes de se parler à voix basse en présence d'une troisième sans lui en demander la permission sauf en cas de nécessité. C'est lorsqu'elles se parlent à voix basse en présence de la troisième ou qu'elles se parlent dans une langue qu'elle ne comprend pas




Dieu le Très-Haut a dit:

«Les concertations à voix basse ne sont que l'oeuvre du Diable». (Chapitre 58 verset 10)

1598. Selon Ibn Omar (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Quand ils sont trois compagnons, que deux d'entre eux ne se concertent pas à voix basse sans y faire participer le troisième». (.ura) Abou Sàieh ajoute dans sa version: «J'ai demandé à Ibn 'Omar: «Et s'il s'agit de quatre personnes?» Il dit: «Dans ce cas il n'y a aucun mal». (Rapporté par Mâlek dans le Mawta)

Ibn Dinar rapporte: «Nous étions, Ibn 'Omar et moi, près de la maison de Khàled Ibn 'Oqba qui se trouvait dans le marché. A ce moment arriva quelqu'un qui voulait lui parler en secret et il n'y avait avec Ibn 'Omar personne d'autre que moi. Il appela quelqu'un pour que nous devînmes ainsi quatre. Il me dit à moi et au nouveau venu: «Mettez-vous un peu en retrait, j'ai
entendu le Messager de Dieu dire: «Que deux personnes ne se concertent pas en secret en présence d'une troisième».


1599. Selon Ibn Mas'ùd (das), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Quand vous êtes trois, que deux d'entre vous ne se concertent pas à voix basse sans la participation du troisième jusqu'à ce que vous vous mêliez aux gens car cela pourrait le
chagriner».
(Unanimement reconnu authentique)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mar 17 Mar 2009 - 21:22

282 L'interdiction de faire souffrir l'esclave, la bête, la femme et l'enfant sans une raison légitime ou au-delà de ce qu'exige leur éducation





Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 4 - verset 36: «Faites du bien avec les deux géniteurs, le proche, les orphelins, les miséreux, le voisin très proche, le voisin de côté, le compagnon permanent, l'étranger de passage et ce que vous possédez par la voie légale. Dieu n'aime
certainement pas celui qui est plein de vanité et de vantardise».



1600. Selon Ibn 'Omar (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Une femme a été tourmentée (en Enfer) à cause d'une chatte qu'elle avait enfermée sans la laisser libre pour aller manger les insectes de la terre». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1601. Ibn 'Omar rapporte encore qu'il est passé un jour devant des jeunes gens de Qoreysh qui avaient fixé un oiseau pour s'en servir comme cible. Ils avaient convenu avec son propriétaire de lui donner toutes les flèches qui manqueraient leur but. A la vue d'Ibn 'Omar, ils se dispersèrent. Ibn 'Omar dit:
«Qui a fait cela? Que Dieu maudisse celui qui l'a fait! Le Prophète a maudit celui qui se sert comme cible de tout être vivant». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1602. Anas (DAS) a dit: «Le Messager de Dieu a interdit de lier les bêtes pour les tuer». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1603. Sûweyd Ibn Mouqarren (DAS) a dit: «J'étais l'un des sept fils de Mouqarren et nous n'avions pour nous servir qu'une seule esclave. Le plus jeune d'entre nous lui donna une gifle. Le Messager de Dieu nous ordonna aussi tôt de l'affranchir». (Rapporté par Moslem)

1604. Abou Mas'ùd Al Badri (DAS) a dit: «J'étais en train de fouetter l'un de mes domestiques quand j'entendis une voix de derrière moi me criant: «Sache, ô Abou Mas'ûd!...». Je ne reconnus pas la voix tellement j'étais furieux. Quand elle fut proche de moi, je vis que c'était le Messager de Dieu qui me disait: «Sache, ô Abou Mas'ûd! que Dieu a plus de pouvoir sur toi que tu n'en as sur ce jeune homme». Je dis: «Désormais je ne frapperai plus aucun esclave».

Dans une autre version: «Le fouet me tomba de la main par crainte respectueuse du Messager de Dieu » Dans une autre version: «Je dis: «O Messager de Dieu! Ce jeune homme est désormais libre pour l'amour de Dieu». Il dit: «Si tu ne l'avais pas affranchi, le feu de l'Enfer t'aurait brûlé». (Rapporté par Moslem)

1605. Selon Ibn "Omar (DAS), le Prophète :saws: a dit: «Celui qui frappe un esclave pour une faute qu'il n'a pas commise, ou celui qui le gifle ne peut se racheter de ce péché qu'en l'affranchissant». (Rapporté par Moslem)

1606. Hishàm Ibn Hakim Ibn Hizàm (DAS) rapporte qu'il était passé une fois en Syrie devant des paysans syriens. On les avait
obligés à rester debout en plein soleil et l'on avait versé de l'huile sur leur tête (pour leur faire plus de mal). Il dit: «Qu'est-ce donc que cela?» On lui dit: «On les torture à cause de l'impôt foncier (ou l'impôt de capitation)». Hishàm dit: «J'atteste que
j'ai bien entendu le Messager de Dieu dire: «Dieu torture (dans l'autre monde) ceux qui torturent les gens dans celuici
». Il entra auprès du Calife et lui en parla. L'émir ordonna de les remettre en liberté».
(Rapporté par Moslem)

Commentaire
Quand les Musulmans soumettaient un pays ils laissaient à ses habitants le choix entre trois solutions:

1. Embrasser l'Islam et devenir leurs égaux dans les devoirs et les droits.

2. Payer l'impôt foncier (Kharàj) qui correspond à l'impôt-zakat payé par les Musulmans et l'impôt de capitation (Jizya) qui les exempte du
service militaire dû par les Musulmans.

3. Accepter la guerre.

1607. Ibn 'Abbàs (DAS) rapporte: «Le Messager de Dieu vit une fois un âne marqué au feu sur le visage. Il désapprouva la chose et dit: «Par Dieu! Je ne marquerai le mien que dans l'endroit le plus éloigné de son visage». Et il ordonna de le marquer sur sa croupe. Ainsi il fut le premier à marquer les animaux sur leur croupe». (Rapporté par Moslem)

1608. Selon lui encore, un âne marqué au visage passa devant le Prophète :saws: qui dit: «Que Dieu maudisse celui qui l'a marqué!» (Rapporté par Moslem)

Dans une autre version de Moslem: «Le Messager de Dieu :saws: a interdit de frapper sur le visage ainsi que de marquer sur le visage».




283 L'interdiction de torturer par le feu n'importe quel animal, pas même un pou ou autre bestiole pareille





1609. Abou Hourayra (DAS) rapporte: «Le Messager de Dieu nous envoya une fois dans une expédition militaire. Il nous dit: «Si vous trouvez untel et ' untel (deux hommes de Qoreysh qu'il avait nommés), brûlez-les avec le feu». Puis, quand nous fûmes sur le point de partir, il nous dit: «Je vous avais ordonné de brûler untel et untel, or seul Dieu torture par le feu. Si vous les trouvez, tuez-les». (Rapporté par Al Boukhâri)

1610. Ibn Mas'ùd (DAS) rapporte: «Nous étions en voyage avec le Messager de Dieu . Il s'en alla faire ses besoins. Nous vîmes alors un oiseau avec ses deux petits. Nous prîmes les deux oisillons et leur mère se mit à voler au-dessus de nos têtes. A ce moment arriva le Prophète qui dit: «Qui a fait de la peine à cet oiseau en lui prenant ses petits? Allez, rendez-lui ses enfants!». Il vit aussi une colonie (village) de fourmis que nous avions brûlée. Il dit: «Qui a brûlé cette colonie?» Nous dîmes: «Nous». Il dit: «II n'appartient qu'au Maître du Feu de tourmenter par le feu». (Rapporté par Abou Dawùd)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mar 17 Mar 2009 - 21:36

284 L'interdiction d'atermoyer avec le riche (créancier) quand il demande le remboursement de son dû





Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 4 - verset 58: «Dieu vous ordonne de restituer les dépôts à leurs ayants droit».

2. Chapitre 2 - verset 283: «Si l'un de vous fait confiance à l'autre, que celui à qui on a fait confiance restitue intégralement son
dépôt».



1611. Selon Abou Hourayra (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Remettre à plus tard le remboursement de ce qu'on doit au riche est une injustice. Si un endetté demande à un riche de payer sa dette à sa place, qu'il accepte de la payer car cet endetté ne saurait, par crainte de Dieu, retarder le remboursement de ce qu'il doit au riche dès qu'il en a les moyens». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)





285 Où il est mal vu de revenir sur la promesse d'un don faite à quelqu'un ou de revenir sur un don fait à son fils soit qu'il l'ait déjà reçu ou qu'il ne l'ait pas reçu. Où il est mal vu d'acheter l'objet d'une aumône qu'on a faite à quelqu'un ou quelque chose donnée au titre de l'impôt zakat ou d'une aumône expiatoire ou autre chose pareille. Il est cependant permis de l'acheter d'une tierce personne chez qui la chose est finalement arrivée





1612. Selon Ibn 'Abbàs (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui qui revient sur sa donation est comme le chien qui lèche sa vomissure». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

Dans une autre version: «Celui qui promet une aumône puis ne la donne pas est comme le chien qui vomit puis remange sa vomissure».

1613. 'Omar Ibn Al Khattàb (DAS) rapporte: «J'avais donné un cheval à un cavalier pour qu'il combatte au service de Dieu. Mais il l'égara. J'ai voulu le racheter pensant qu'on me le vendrait à bon prix. J'ai interrogé le Prophète à ce sujet et il me dit: «Ne l'achète pas et ne revient pas sur ton aumône même s'il te le vendait pour un seul dirham. Car celui qui revient sur son aumône est comme celui qui remange sa propre vomissure». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)




286 L'insistance sur l'interdiction de manger les biens de l'orphelin




Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 4 - verset 10: «Ceux qui mangent les biens des orphelins en toute injustice ne mangent dans leur ventre que du feu et ils seront rôtis dans la fournaise ardente».

2. Chapitre 6 - verset 152: «N'approchez les biens de l'orphelin que de la plus belle manière».

3. Chapitre 2 - verset 220: «Ils t'interrogent sur les orphelins. Dis: «II vaut mieux leur corriger leurs erreurs. Si vous vous mêlez à eux, ce sont vos frères et Dieu sait reconnaître celui qui corrompt de celui qui réforme».


1614. Selon Abou Hourayra (DAS), le Prophète :saws: a dit: «Evitez les sept pernicieuses». Ils dirent: «O Messager de Dieu!
Que sont-elles?» Il dit:

1. Associer quoi que ce soit à Dieu.
2. Pratiquer la magie.
3. Tuer sans raison légitime l'âme que Dieu a faite sacrée.
4. Manger l'intérêt.
5. Manger les biens de l'orphelin.
6. Tourner le dos dans la bataille.
7. Accuser à tort d'adultère les femmes chastes, croyantes et distraites.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mar 17 Mar 2009 - 21:47

287 L'insistance sur l'interdiction du prêt à intérêt





Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 2 - versets 275 et 276: «Ceux qui mangent l'intérêt ne se lèvent qu'à la manière de celui qui, frappé de folie, est rossé à tort et à travers par le Diable. Et ce parce qu'ils ont dit que le commerce n'était rien d'autre qu'une forme d'intérêt. Or Dieu a permis le commerce et a interdit l'intérêt. Celui qui a reçu une mise en garde de la part de son Seigneur et qui a cessé, a droit à ce qui a précédé et son cas relève de Dieu. Celui qui récidive, ceux-là sont les gens du Feu et ils s'y éternisent. (275) Dieu anéantit l'intérêt et fait décupler les aumônes». (276) Jusqu'à ce qu'il dise: «O vous qui avez cru! Craignez Dieu et abandonnez le restant de l'intérêt si vous êtes croyants». (278)


Quant aux Hadiths ils sont nombreux et très bien connus dans les recueils authentifiés. Parmi eux est le Hadith de Abou Hourayra cité plus haut.

1615. Ibn Mas'ûd (DAS) rapporte: «Le Messager de Dieu :saws: a maudit celui qui mange l'intérêt et celui qui le lui donne à manger». (Rapporté par Moslem)




288 L'interdiction de l'ostentation





Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 98 - verset 5: «On ne leur avait pourtant ordonné que d'adorer Dieu, de Lui consacrer à Lui seul toute leur dévotion, loin de toute association idolâtre».

2. Chapitre 2 - verset 264: «N'annulez pas vos aumônes par les rappels et les vexations comme celui qui dépense son argent par pure ostentation».

3. Chapitre 4 - verset 142: «Ils cherchent à se faire voir des gens et ne pensent à Dieu que très peu».

1616. Abou Hourayra (DAS) a dit: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Dieu le Très-Haut a dit: «Je suis l'associé qui se passe le plus des associés. Celui qui fait une action par laquelle il vise autre que Moi, Je le laisse avec son associationnisme». (Rapporté par Moslem)

1617. Il a dit encore: «J'ai entendu dire le Messager de Dieu :saws: : «Le jour de la résurrection, le premier homme à être condamné sera l'un de ces trois:

1. Un homme mort en martyr. On le fait venir, Dieu lui montre Ses bienfaits à son égard et il les reconnaît. Il lui dit: «Qu'astu
fait de ces bienfaits?» Il dit: «J'ai combattu pour Ta cause jusqu'au martyre». Il dit: «Tu mens. Mais tu as combattu pour qu'on dise: «C'est un homme audacieux», et on l'a dit». Il ordonne alors qu'on le traîne sur sa face et qu'on le jette au Feu.

2. Un homme qui apprit la science, l'a enseignée aux autres et a lu le Coran. On le fait venir, Dieu lui montre Ses bienfaits à
son égard et il les reconnaît. Il lui dit: «Qu'as-tu fait de ces bienfaits?» Il dit: «J'ai appris la science, je l'ai enseignée et j'ai lu le
Coran par amour de Toi». Il dit: «Tu mens. Mais tu as appris la science pour qu' on dise: «II est savant», et on l'a dit. Tu as lu
le Coran pour qu'on dise: «C'est un lecteur du Coran», et on l'a dit». Il ordonne alors de le traîner sur sa face et de le jeter au Feu.

3. Un homme à qui Dieu a assuré une situation aisée et lui a donné toutes sortes de richesses. On le fait venir. Dieu lui montre Ses bienfaits à son égard et il les reconnaît. Il lui dit: «Qu'as-tu fait de ces bienfaits?» Il dit: «Je n'ai pas laissé un seul domaine où Tu aimes qu'on dépense sans y mettre mon argent par amour de Toi». Il dit: «Tu mens. Mais tu as fait cela pour qu'on dise: «C'est un homme généreux», et on l'a dit». Il ordonne alors qu'on le traîne sur sa face et qu'on le jette au Feu».
(Rapporté par Moslem)

1618. Ibn 'Omar (DAS) rapporte que les gens lui dirent une fois: «Nous entrons auprès de nos chefs et nous leur disons des choses autres que ce que nous disons une fois sortis de chez eux». Ibn 'Omar (DAS) leur dît: «Nous considérions un tel comportement comme de l'hypocrisie au temps du Messager de Dieu ». (Rapporté par Al Boukhârî)

1619. Selon Joundab Ibn 'Abdullàh (DAS), le Prophète :saws: a dit: «Celui qui dit de belles paroles pour les faire entendre aux autres, Dieu leur fait entendre sa vraie nature. Et celui qui fait de bonnes actions pour se faire remarquer des autres, Dieu leur étale en plein jour ses défauts». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1620. Selon Abou Hourayra (DAS), le Messager de Dieu (BSDL.) a dit: «Celui qui a appris une science de ce qu'on apprend d'habitude uniquement pour avoir la satisfaction de Dieu honoré et glorifié et qui ne l'apprend que pour atteindre un but terrestre, celui-là ne sentira pas l'odeur du Paradis, le jour de la résurrection». (Rapporté par Abou Dawùd)

Les Hadiths se rapportant à ce chapitre sont nombreux et bien connus de tous.




289 Ce qu'on prendrait par erreur pour de l'ostentation et qui ne l'est pourtant pas




1621. Abou Dharr (DAS) rapporte: «On a dit au Messager de Dieu :saws: : «Quel est ton avis sur celui qui fait une bonne action et que les gens louent à cause d'elle?» Il dit: «Cela est la bonne nouvelle annoncée dans ce monde au Croyant», (en attendant celle de l'autre). (Rapporté par Moslem)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mer 18 Mar 2009 - 14:31

290 L'interdiction de regarder toute femme qu'on pourrait légalement épouser (autre que la mère, la soeur, la fille, la tante etc...) ou le beau jeune homme imberbe sans nécessité légitime





Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 24 - verset 30: «Dis aux Croyants de retenir un peu de leurs regards».

2. Chapitre 17 - verset 36: «L'ouïe, la vue et le coeur, tout cela aura à en rendre compte».

3. Chapitre 40 - verset 19: «II sait le moindre regard qui trahit et ce que cachent les poitrines».

4. Chapitre 89 - verset 14: «Ton Seigneur ne laisse rien échapper à Son observation vigilante».


1622. Selon Abou Hourayra (DAS), le Prophète :saws: a dit: «II a été écrit pour le fils d'Adam sa part d'adultère qu'il doit commettre sans aucun doute:

— Les deux yeux, leur adultère est le regard.

— Les deux oreilles, leur adultère est l'audition.

— La langue, son adultère est le parler.

— La main, son adultère est de s'emparer par force de ce qui ne lui appartient pas.

— Le pied, son adultère est de marcher vers les endroits interdits.

— Le coeur penche et souhaite et c'est le sexe qui obéit à ces penchants ou qui les fait mentir».
(Rapporté par Al Boukhàri)


1623. Selon Abou Sa'id Al Khoudri (DAS), le Prophète :saws: a dit: «Méfiez- vous de la manie de vous asseoir dans les rues!». Ils dirent: «O Messager de Dieu! Nous ne pouvons nous passer de ces réunions, car c'est là que nous parlons entre nous». Le Messager de Dieu :saws: leur dit alors: «Si vous tenez absolument à vous asseoir dans la rue, donnez à la rue au moins ses droits». Ils dirent: «Et quels sont ses droits? 0 Messager de Dieu!» Il dit: «Baisser les regards. S'abstenir de faire le mal Prescrire le bien. Proscrire le mal». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)


1624. Zeyd Ibn Sahl (DAS) rapporte: «Nous étions une fois assis sur l'une des places de la ville, en train de bavarder entre nous. Le Messager de Dieu vint à passer. Il s'arrêta devant nous et nous dit: «Qu'avez-vous à vous asseoir dans les voies publiques?» Nous dîmes: «Nous ne nous sommes réunis pour aucun mal, mais seulement pour parler de questions scientifiques et d'autres choses permises».Il dit: «Si vous tenez absolument à vous y asseoir, donnez au moins à la rue ses droits:

— Baisser les regards.

— Rendre le salut.

— Ne dire que du bien
. (Rapporté par Moslem)

1625. Jarir (DAS) a dit: «J'ai interrogé le Messager de Dieu sur le regard fortuit. Il me dit: «Détourne-le aussitôt après». (Rapporté par Moslem)

1626. Oummou Salama (DAS) rapporte: «J'étais chez le Messager de Dieu alors qu'il avait auprès de lui Maymùna. A ce moment arriva (l'aveugle) Ibn Oummi Maktùm et ce après qu'on nous avait ordonné de porter le voile. Le Prophète nous dit: «Voilez-vous à lui». Nous dîmes: «O Messager de Dieu! N'est-il pas aveugle ne pouvant donc ni nous voir, ni nous reconnaître?» Le Prophète dit: «Et vous deux, êtes-vous donc aveugles, ne pouvant pas le voir?» (Rapporté par Abou Dawùd et Attirmidhi)

1627. Selon Abou Sa'id (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Il n'est pas permis à l'homme de regarder les parties d'un autre homme ni à la femme de regarder les parties d'une autre femme. Il n'appartient pas à deux hommes de se couvrir nus avec un même drap. De même qu'il n'appartient pas à deux femmes de se couvrir nues avec un même drap». (Rapporté par Moslem)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mer 18 Mar 2009 - 14:40

291 L'interdiction de rester en tête-à-tête avec une femme qu'on a droit d'épouser





Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 33 - verset 53: «Quand vous leur demandez un renseignement utile, demandez-le leur de derrière un écran».


1628. Selon 'Oqba Ibn 'Amer (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Méfiez-vous de vous introduire auprès des femmes». L'un des Ansàrites dit: «Et s'il s'agit des parents du mari?» Il dit: «C'est dans ces parents justement que se trouve la mort». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1629. Selon Ibn 'Abbàs (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Que l'un de vous ne s'isole pas avec une femme sauf en présence de l'un de ses parents qui ne peuvent pas l'épouser (père, frère, fils etc...)» (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1630. Selon Bourayda (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Les femmes des combattants sont interdites à ceux qui restent à l'arrière comme leur sont interdites leurs propres mères. Chaque fois qu'un non-combattant remplace un combattant dans sa famille et l'y trompe, ce combattant se dressera devant lui, le jour de la résurrection, et prendra autant qu'il voudra de ses bonnes actions jusqu'à en être satisfait». Puis le Messager de Dieu se tourna vers nous et nous dit: «Qu'en dites-vous?»



292 L'interdiction aux hommes d'imiter les femmes et aux femmes d'imiter les hommes que ce soit dans le vêtement, les gestes ou autres




1631. Ibn 'Abbàs a dit: «Le Messager de Dieu a maudit parmi les hommes les efféminés ainsi que les femmes qui cherchent à passer pour des hommes».

Dans une autre version: «Le Messager de Dieu a maudit ceux des hommes qui cherchent à ressembler aux femmes et celles des femmes qui cherchent à ressembler aux hommes». (Rapporté par Al Boukhâri)

1632. Selon Abou Hourayra (DAS), le Messager de Dieu :saws: a maudit l'homme qui s'habille comme la femme et la femme qui s'habille comme l'homme. (Rapporté par Abou Dawûd)

Commentaire

Dieu a créé dans chaque espèce deux sexes différents ayant des caractéristiques particulières et complémentaires. Plus cette particularité est prononcée, plus la complémentarité s'avère productive et efficace. Rien n'est plus beau qu'un homme viril et rien n'est plus attrayant qu'une femme jouissant de toute sa féminité. Rien n'est plus répugnant qu'un efféminé qui hésite entre les deux sexes ou qu'une femme portant le pantalon et prenant des allures de matamore. Le premier est un ramolli et un dégénéré et la deuxième est tout simplement une mégère. Or une loi de la biologie dit que dès qu'une cellule perd sa spécificité, elle est condamnée à la dégénérescence ou, quand une cellule dégénère, elle perd sa spécificité. Malheureusement on constate de plus en plus cette redoutable tendance à vouloir assimiler les deux sexes sous un faux
prétexte d'égalité, d ' émancipation et de justice. On permet ainsi la mixité, on confond liberté avec libertinage et autorité légitime du mari ou du père avec despotisme abject. On en arrive fatalement à la légitimation des unions dites «libres» et on reconnaît les enfants illégitimes. C'est la confusion la plus totale dans les degrés de parenté au point que le père épouse sans le savoir sa fille ou sa nièce et que le jeune homme a des relations avec sa tante ou sa belle-soeur. De cette façon les deux extrêmes se touchent et le soi-disant summum de la civilisation retombe dans la bestialité des pores et des singes que refuse le reste des animaux. Ceux qui n'évoquent plus Dieu dans leurs paroles et leurs actes tombent automatiquement sous la férule du Diable et peuvent-ils alors espérer autre chose que l'insécurité et l'angoisse dans ce monde et
l'Enfer dans l'autre?

1633. Selon lui encore. Le Messager de Dieu :saws: a dit: «Je ne vois pas encore deux catégories des gens du feu: «Des hommes portant des fouets pareils aux queues des bovins et en frappant les autres. Des femmes dévêtues bien que vêtues, séductrices et faciles à séduire. Elles portent une coiffure haute comme la bosse recourbée des chameaux du Khorassan. Elles n'entreront jamais au Paradis et n'en sentiront même pas l'odeur bien que cette bonne odeur soit perceptible de telle et telle distance». (Rapporté par Moslem)

Commentaire

L'art de la séduction et du fard est l'apanage des femmes frivoles qui ne veulent avouer ni leur âge ni leurs défauts naturels.
Les soutiens-gorge rembourrés, les jupes gonflées de plis et doublures, les perruques, les faux cils et j'en passe, sont une façon malhonnête de tromper les gens et d'aguicher les nigauds qui donnent plus d'importance à ces aspects extérieurs qu'aux qualités morales Les vêtements destinés au départ à couvrir la nudité deviennent des instruments pour la mettre en valeur: les tissus transparents, les robes moulant le corps, les jupes de plus en plus courtes, les seins de plus en plus découverts etc... C'est pourquoi l'Islam interdit tous ces stratagèmes factices et déloyaux car rien ne vaut la beauté naturelle dite «à l'eau et au savon». Dieu a d'ailleurs donné à toutes les femmes un certain charme irrésistible à condition qu'elles ne sortent pas de leur vraie nature.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mer 18 Mar 2009 - 14:47

293 L'interdiction d'imiter le Diable et les Mécréants




1634. Selon Jàber (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Ne mangez pas avec la main gauche car le Diable mange avec la main gauche». (Rapporté par Moslem)

1635. Selon Ibn 'Omar (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: Que l'un de vous ne mange surtout pas, ni ne boive avec sa main gauche». (Rapporté par Moslem)

1636. Selon Abou Hourayra (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Les Juifs et les Chrétiens ne teignent pas leurs cheveux (avec le Henné ou le Safran). Faites le contraire». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

Remarque : II est permis de se teindre la barbe ou les cheveux avec le Henné ou le Safran, mais il est strictement interdit de
teindre en noir ses cheveux blancs car on triche ainsi sur son âge réel.




294 L’interdiction à l'homme comme à la femme de se teindre les cheveux en noir





1637. Jàber (DAS) rapporte: «Le jour de la conquête de la Mecque on fit venir le père de Abou Bakr (DAS), Abou Qouhàfa, qui avait les cheveux et la barbe tout blancs. Le Messager de Dieu :saws: dit: «Changez-moi donc cela tout en évitant la teinture noire». (Rapporté par Moslem)



295 L interdiction de se raser une partie des cheveux de la tête et d'en laisser une autre (mode Pinck) et l'autorisation de se raser tout le crâne pour l'homme à l'exception de la femme





1638. Ibn 'Omar (DAS) rapporte: «Le Messager de Dieu :saws: a interdit de se raser une partie des cheveux et d'en laisser une autre». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1639. Il a dit encore: «Le Messager de Dieu vit une fois un enfant à qui on avait rasé une seule partie du crâne. Il leur interdit cette pratique et leur dit: «Rasez-le en entier». (Rapporté par Abou Dawùd)

1640. Selon "Abdullâh Ibn Ja'far (DAS), le Prophète :saws: donna à la famille de Ja'far (qui venait de mourir) un répit de trois jours puis vint leur rendre visite. Il leur dit: «Ne pleurez plus sur mon frère après ce jour». Puis il ajouta: «Faites moi venir les fils de mon frère». On nous amena à lui abattus comme des oisillons. Il dit: «Faites venir le coiffeur». Il lui ordonna alors de nous raser le crâne. (Rapporté par Abou Dawùd)

1641. Selon "Ali (DAS), le Prophète :saws: a interdit à la femme de se raser les cheveux. (Rapporté par Aimasà'i)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Mer 18 Mar 2009 - 14:50

296 L'interdiction de porter la perruque, de se faire tatouer et de se limer les dents





Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 4 - versets 117 à 119: «C'est qu'ils n'invoquent à Sa place que des femelles; c'est qu'ils n'invoquent qu'un démon à la rébellion obstinée. (117) Dieu l'a maudit et il dit: «Je prendrai sûrement parmi Tes esclaves une partie préassignée. (118) Je les égarerai à coup sûr; je leur ferai des promesses, je leur ordonnerai et ils fendront les oreilles du bétail; je leur ordonnerai et ils dénatureront la création de Dieu». (119)


1642. D'après "Omar (DAS), une femme posa cette question au Messager de Dieu :saws: : «O Messager de Dieu! Ma fille a eu la rougeole et elle perdit à sa suite une bonne partie de ses cheveux. Comme je dois la marier, puis-je lui faire mettre une
perruque?» Il lui dit: «Que Dieu maudisse celle qui place la perruque et celle qui la porte».
(UNANIMEMENT RECONNU
AUTHENTIQUE) 'Àisha rapporte aussi un Hadith pareil.

1643. Houmeyd Ibn 'Abdurrahman rapporte avoir entendu dire Mou'àwiya, du haut de sa chaire, l'année de son pèlerinage,
après avoir saisi une touffe de cheveux de la main de son garde: «O habitants de Médine! Où sont donc vos avants? J'ai entendu le Prophète interdire pareille chose en disant: «Les fils d'Israël ne furent perdus que du jour où leurs femmes adoptèrent ces perruques».(Unanimement reconnu authentique)

1644. Selon Ibn "Omar (DAS), le Messager de Dieu :saws: a maudit celle qui place la perruque et celle qui la porte, celle qui fait le tatouage et celle qui se fait tatouer. (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1645. Ibn Mas'ùd (DAS) a dit: «Que Dieu maudisse celles qui font le tatouage et celles qui se font tatouer, celles qui taillent les sourcils et celles qui se les font tailler, celles qui se liment les dents, dénaturant ainsi la création de Dieu». Une femme lui reprocha ces paroles. Il lui dit: «Qu'ai-je à ne pas maudire ceux que le Messager de Dieu a maudits alors qu'il est mentionné dans le Livre de Dieu le Très-Haut: «Ce que le Messager vous donne, prenez-le et ce qu'il vous interdit, interdisez-le à vous mêmes». (Chapitre 59 - verset 7) (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)




297 L'interdiction d'arracher les poils blancs de la barbe, de la tête et d'ailleurs. L'interdiction à l'imberbe d'arracher les poils de sa barbe à leur naissance





1646. Selon 'Amr Ibn Shou'ayb, selon son père et selon son grand-père (DAS), le Prophète :saws: a dit: «N'arrachez pas les poils blancs car ce sont la lumière du Musulman le jour de la résurrection». (Rapporté par Abou Dawùd, Attirnûdhi et Annasâ'i)

1647. Selon 'Àisha (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui qui fait quelque chose ne concordant pas avec notre foi, son acte est à rejeter». (Rapporté par Moslem)



298 Où il est réprouvé de se laver les émonctoires avec la main droite et de toucher son sexe avec la main droite sans raison valable





1648. Selon Abou Qatàda (DAS), le Prophète :saws: a dit: «Quand l'un de vous urine, qu'il ne tienne pas son organe avec sa main droite, qu'il ne se lave pas les émonctoires avec la main droite et, quand il boit, qu'il ne respire pas dans le récipient». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Jeu 19 Mar 2009 - 20:22

299 Où il est réprouvé de marcher sans excuse valable avec un seul pied chaussé et de se chausser en position debout



1649. Selon Abou Hourayra (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Que l'un de vous ne marche pas avec un seul pied chaussé. Qu'il chausse ses deux pieds ensemble ou qu'il marche carrément pieds nus». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1650. Il a dit aussi: «J'ai entendu le Messager de Dieu dire: «Quand le lacet de l'un de vous se rompt, qu'il ne marche pas avec l'autre jusqu'à ce qu'il répare la première». (Rapporté par Moslem)

1651. Selon Jàber (DAS), le Messager de Dieu :saws: a interdit de se chausser en position debout. (Rapporté par Abou Dawûd)




300 L'interdiction de laisser le feu allumé à la maison que ce soit dans une lampe ou autre





1652. Selon Ibn 'Omar (DAS), le Prophète :saws: a dit: «Quand vous vous couchez ne laissez pas le feu allumé dans vos maisons». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1653. Abou Musa Al Ash'ari (DAS) rapporte: «Une maison prit feu à Médine sur ses occupants au cours de la nuit. Quand on en parla au Messager de Dieu :saws: , il dit: «Ce feu est pour vous un ennemi. Quand vous vous endormez éteignez-le avant». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1654. Selon Jàber (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Recouvrez le récipient, bouchez l'outre, fermez bien les portes et éteignez la lampe (avant de vous coucher) car le Diable ne peut ni déboucher une outre, ni ouvrir une porte, ni y découvrir un récipient. Si vous ne trouvez rien pour couvrir le récipient, placez sur lui un bâton en prononçant le Nom de Dieu. La souris peut mettre le feu à la maison sur ses occupants». (Rapporté par Moslem)




301 L'interdiction de l'affectation qui consiste à se donner de la peine pour faire ou dire quelque chose sans aucune utilité





Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 38 - verset 86: «Dis: «Je ne vous en demande aucun salaire et je ne fais rien par simple affectation».


1655. Ibn "Omar (DAS) a dit: «On nous a interdit toute affectation». (Rapporté par Al Boukhàri)

1656. Masrùq a dit: «Nous entrâmes une fois chez Ibn Mas'ùd (DAS) qui nous dit: «O gens! Quand l'un de vous sait quelque chose qu'il en parle et, quand il ne la sait pas, qu'il dise: «Dieu sait mieux que tous». Car c'est déjà une marque de science que de dire à propos de ce qu'on ignore: «Dieu sait mieux que tous». Dieu le Très-Haut a fait dire à Son Prophète : «Je ne vous en demande aucun salaire et je ne fais rien par simple affectation». (Rapporté par Al Boukhàri)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Jeu 19 Mar 2009 - 20:41

302 L'interdiction de se lamenter à voix haute sur le mort, de se frapper la joue, de se déchirer les vêtements, de s'arracher les cheveux ou de les raser et d'appeler sur soi-même le malheur et la perte




1657. Selon 'Omar Ibn Al Khattàb (DAS), le Prophète :saws: a dit: «Le mort est tourmenté dans sa tombe pour les lamentations qu'on prononce sur lui».

Dans une autre version: «Aussi longtemps qu'on se lamente sur lui». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1658. Selon Ibn Mas'ùd (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Ne fait pas [ partie de notre communauté celui qui se frappe les joues, qui déchire ses vêtements et qui appelle sur lui-même le malheur à la manière de l'obscurantisme préislamique».(Unanimement reconnu authentique)

1659. Abou Bourda rapporte: «Abou Musa fut saisi d'une douleur et il en perdit connaissance, cependant que sa tête reposait sur le genou de l'une de ses femmes. Cette dernière se mit à pousser des cris de désespoir. Il ne put alors lui faire aucun
reproche mais dès qu'il revint à lui de son évanouissement il dit: «Je désavoue tout ce qu'a desavoué le Messager de Dieu
: celle qui se lamente à voix haute, qui se rase les cheveux et se déchire les vêtements (en signe de désespoir et de révolte)».
(UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1660. Al Moughyra Ibn Sho'ba (DAS) rapporte: «J'ai entendu dire le Messager de Dieu :saws: : «Celui sur qui on pleure à haute voix sera tourmenté pour ces lamentations le jour de la résurrection». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1661. Oummou 'Atiya Nouseyba (DAS) rapporte: «Lors de notre prestation d'allégeance, Le Messager de Dieu prit sur nous l'engagement de ne plus nous lamenter (sur les morts)». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1662. Annou'màn Ibn Bashir (DAS) rapporte: «'Abdullàh Ibn Rawàha perdit connaissance. Sa soeur se mit à pleurer et à dire: «Oh mon deuil pour mon seigneur! Oh mon deuil pour ma montagne!» énumérant ainsi ses qualités. A son ' réveil il dit: «Pour chacun des noms que tu m'as attribués on m'a demandé brutalement: «Est-ce que tu l'étais vraiment?» (Rapporté par Al Boukhàri)

1663. Ibn 'Omar rapporte: «Sa'd Ibn 'Oubâda se plaignit d'une grande douleur. Le Messager de Dieu vint lui rendre visite en compagnie de 'Abdurahman Ibn 'Awf (DAS), Sa'd Ibn Abi Waqqâs (DAS) et 'Abdullàh Ibn Mas'ùd (DAS). Quand il entra chez lui, il le trouva évanoui. Il demanda: «Est-il mort?». Ils dirent: «Non, ô Messager de Dieu!» Le Messager de Dieu se mit à pleurer et, quand les gens le virent pleurer, ils en firent de même. Il leur dit: «M'entendez- vous bien? Dieu ne tourmente pas le mort pour les larmes des yeux, ni pour le chagrin du coeur, mais pour celle-ci (désignant la langue). Dans ce cas II tourmente ou se montre clément». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1664. Selon Abou Màlek Al Ash'ari (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Quand celle qui se lamente sur les morts ne s'en repent pas avant sa mort, elle est ressuscitée le jour de la résurrection avec un vêtement de goudron et un gilet de gale».
(Rapporté par Moslem)

1665. Ouseyd Ibn Abi Ouseyd, de la deuxième génération, rapporte ce qu'a dit l'une de celles qui ont fait acte d'allégeance au Messager de Dieu :saws: : «Parmi les bonnes actions que nous nous sommes engagées à faire vis-à-vis du Messager de Dieu est de ne pas lui désobéir, de ne pas nous griffer le visage (par désespoir et révolte), de ne pas appeler sur nous le malheur, de ne pas déchirer nos vêtements et de ne pas défaire nos coiffures». (Rapporté par Abou Dawùd)

1666. Selon Abou Musa (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Chaque fois que quelqu'un meurt et que le pleureur de la tribu se lève pour dire: «Oh mon deuil pour ma montagne! Oh mon deuil pour mon seigneur!» et autres noms pareils, on charge deux Anges de le pousser brutalement avec leurs poings dans sa poitrine en lui disant: «L'étais-tu vraiment?» (Rapporté par Attirmidhi)

1667. Selon Abou Hourayra (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Les gens commettent deux actes qui les font apparenter aux Mécréants: ils jettent un doute sur la filiation légale des autres et ils pleurent leurs morts à haute voix». (Rapporté par Moslem)



303 L'interdiction de s'adresser aux astrologues, aux mages et à tous ceux qui prétendent lire l'avenir dans le sable, les cailloux, les grains d'orge etc...




1668. 'Âisha (DAS) rapporte: «Des gens interrogèrent le Messager de Dieu :saws: sur les devins. Il dit: «Ce ne sont rien». Ils dirent: «O Messager de Dieu! Ils nous annoncent parfois des choses qui se vérifient par la suite». Le Messager de Dieu dit: «II s'agit là d'une parole de vérité que le génie saisit au vol et verse dans l'oreille de son protégé. Ainsi ils mêlent un mot de vérité à cent mensonges» (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

Dans une autre version d'Aï Boukhàri: «'Âisha (DAS) rapporte qu'elle a entendu dire le Messager de Dieu :saws: : «Les Anges descendent au milieu du nuage. Ils annoncent un événement arrêté dans le ciel. Le Diable se met alors aux écoutes et entend ce que disent les Anges. Il en inspire les devins qui y mêlent cent mensonges le leur propre invention».

1669. Safîya Bent 'Oubeyd dit que certaines épouses du Prophète :saws: ont rapporté ces paroles du Prophète : «Celui qui s'adresse à un mage pour l'interroger sur quelque chose et croit à ce qu'il lui dit, sa prière lui est rejetée au visage durant quarante jours». (Rapporté par Moslem)

1670. Qabisa Ibn Al Moukhàriq (DAS) a dit: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «L'interprétation des signes, l'augure et le présage sont des actes de sorcellerie d'idolâtres». (Rapporté par Abou Dawûd)

1671. Selon Ibn 'Abbàs (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui qui a tiré quelque connaissance de l'astrologie a emprunté l'une des voies de la sorcellerie. Plus il pratique l'astrologie et plus il s'apparente aux sorciers». (Rapporté par Abou Dawûd)

1672. Mou'àwiya Ibn Al Hakam (DAS) a dit: «J'ai dit: «O Messager de Dieu! Je sors à peine de l'obscurantisme préislamique et Dieu le Très-Haut nous a apporté l'Islam. Or il y a parmi nous des hommes qui s'adressent aux devins». Il lui dit: «Ne fais pas comme eux». Je dis: «II y a parmi nous des gens qui croient à l'augure». Il dit: «C'est une simple sensation qu'ils éprouvent en eux-mêmes. Que cela ne les détourne pas de ce qu'ils avaient décidé de faire». Je dis : «II y.a parmi nous des hommes qui font des traits sur le sable»_Il dit: «II y avait un prophète (Idris ou Henoch) qui le faisait. Celui qui trace selon ses règles atteint la vérité». (Rapporté par Moslem)

1673. Selon Abou Mas'ùd Al Badri (DAS), le Messager de Dieu :saws: a interdit le prix de vente du chien, la dot (le salaire) de la prostituée et le salaire du devin. (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)



304 L'interdiction de croire à l'augure





Les Hadiths du chapitre précédent concernent aussi celui-ci.

1674. Selon Anas (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «II n'y a ni contagion ni augure et il me plaît la belle parole (tel celui qui entend crier en sortant de chez lui: «O gagnant! ou 0 chanceux!») (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1675. Selon Ibn 'Omar (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «II n'y a ni contagion ni augure. Si quelque chose peut porter mlaheur, c'est bien la maison, l'épouse et le cheval». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1676. Selon Bourayda (DAS), le Prophète :saws: ne croyait pas au mauvais augure. (Rapporté par Abou Dawùd)

1677. 'Orwa Ibn 'Amer (DAS) rapporte: «On parle au Messager de Dieu de l'augure. Il :saws: dit: «Le meilleur augure est la belle parole qu'on entend à l'improviste. L'augure ne doit pas détourner le Musulman de ce qu'il avait décidé de faire. Quand l'un de vous voit (en rêve) quelque chose qui ne lui plaît pas qu'il dise: «Seigneur Dieu! Nul autre que Toi n'apporte les bonnes choses et nul autre que Toi ne repousse les mauvaises. Il n'est de force ni de puissance que par Toi».(Rapporté par Abou Dawûd)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Jeu 19 Mar 2009 - 20:51

305 L'interdiction de représenter un animal sur untapis, une pierre, un vêtement, une pièce de monnaie, uncoussin ou autre chose. L'interdiction de dessiner des images sur un mur, un plafond, un rideau, un turban ou autre chose pareille. L'ordre de détruire toute image





1678. Selon Ibn 'Omar (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Ceux qui fabriquent ces images seront tourmentés le jour de la résurrection. On leur dira: «Faites vivre ce que vous avez créé». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1679. 'Àisha (DAS) rapporte: «Le Messager de Dieu :saws: rentra d'un voyage. J'avais entre-temps recouvert une lucarne de la maison avec un rideau portant des images. Quand le Messager de Dieu le vit, son visage changea de couleur et il dit: «O 'Aisha! Les gens qui auront les tourments les plus durs auprès de Dieu le jour de la résurrection seront ceux qui auront cherché à imiter Dieu dans Sa création». Elle dit: «Nous le découpâmes aussitôt pour en faire des coussins».

1680. Ibn 'Abbàs rapporte: «J'ai entendu dire le Messager de Dieu :saws: : «Tous les dessinateurs d'images iront au feu. On leur insufflera autant d'âmes que le nombre des images qu'ils auront dessinées et Dieu les soumettra au supplice de l'Enfer». Ibn 'Abbàs (DAS) a dit: «Si tu dois absolument dessiner quelque chose que ce soit un arbre ou quelque chose d'inanimé».(UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1681. Il a encore dit: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Celui qui dessine une image dans ce monde sera chargé d'y insuffler la vie, le jour de la résurrection, et il ne pourra jamais le faire».

1682. Ibn Mas'ùd (DAS) rapporte: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Ceux qui auront les tourments les plus durs, le jour de la résurrection, seront les dessinateurs d'images». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1683. Abou Hourayra (DAS) rapporte: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Dieu le Très-Haut a dit: «Qui est plus injuste que celui qui essaie de créer comme Moi? Qu'ils créent donc une fourmi, ou qu'ils créent une graine ou qu'ils créent un grain d'orge!». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1684. Selon Abou Talha (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Les Anges n'entrent pas dans une maison où il y a un chien ou une image». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1685. Ibn 'Omar (DAS) rapporte: «Gabriel avait promis au Messager de Dieu de lui rendre visite. Mais sa visite se fit attendre au point que cela devînt pénible au Messager de Dieu . Il sortit alors et rencontra Gabriel. Il se plaignit à lui de son retard. Il lui dit: «Nous n'entrons pas dans une maison où il y a un chien ou une image». (Rapporté par Al Boukhàri)

1686. 'Âisha (DAS) rapporte: «Gabriel promit au Messager de Dieu de venir chez lui à telle heure. Mais cette heure passa sans qu'il n'arrivât. Elle dit: «II tenait dans sa main un bâton. Il le jeta en disant: «Ni Dieu, ni Ses Messager (les Anges) ne manquent jamais à leur parole». Puis il se retourna et vit tout à coup un chiot (jeune chien) sous son lit. Il dit: «Quand est entré ce chien?» Je dis: «Par Dieu, je ne sais pas». Il ordonna aussitôt de le sortir. Gabriel, (salut de Dieu sur A lui), arriva alors. Le Messager de Dieu lui dit: «Tu m'as promis de venir et je me suis assis à t'attendre. Tu n'es pourtant pas venu». Il dit: «J'en ai été empêché par le chien qui était chez toi. Nous n'entrons pas en effet dans une maison où il y a un chien ou une image». (Rapporté par Moslem)

1687. Selon Hayyàn Ibn Housayn, 'Ali Ibn Abi Tàleb (DAS) lui dit une fois: «Veux-tu que je te fasse la même recommandation que celle que m'a faite le Messager de Dieu ? Tu ne trouveras pas une image sans la détruire ni une tombe s'élevant au dessus du sol sans la ramener à son niveau». (Rapporté par Moslem)



306 L'interdiction de posséder un chien sauf pour la chasse ou pour garder des troupeaux ou des champs





1688. Ibn 'Omar (DAS) rapporte: «J'ai entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Celui qui prend un chien pour autre chose que la chasse ou la garde des troupeaux, le salaire de ses bonnes actions diminue chaque jour de deux mesures». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1689. Selon Abou Hourayra (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Celui qui garde chez lui un chien voit chaque jour le salaire de ses bonnes actions diminuer d'une mesure, sauf un chien de chasse ou un chien pour garder les troupeaux ou les champs». (Rapporté par Moslem)

Commentaire

Les animaux domestiques, et tout particulièrement le chien, ne doivent pas co-habiter avec les humains car la science a montré les dangers qu'ils représentent pour la santé. Beaucoup de maladies parasitaires (échinococcose, gale, tiques etc...) sont transmises par le chien qui mange toutes sortes d'immondices puis se lèche la peau. En le caressant on ramasse les germes qu'il porte et on les avale à son tour. C'est pourquoi l'Islam interdit d'avoir un chien à la maison. A la campagne, au contraire, le chien peut vivre à l'extérieur de la maison et servir ainsi à la chasse ou à la garde des champs et des troupeaux.
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Ven 20 Mar 2009 - 12:22

307 Où il est désapprouvé de faire porter des clochettes aux chameaux et autres bêtes. Où il est désapprouvé de se faire accompagner dans le voyage par le chien et la clochette




1690. Selon Abou Hourayra (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Les Anges accompagnent pas un groupe où se trouve un chien ou une clochette». (Rapporté par Moslem)

1691. Selon lui encore, le Prophète :saws: a dit: «La clochette fait partie des instruments de musique du Diable». (Rapporté par Abou Dawûd)



308 Où il est désapprouvé de monter le chameau qui mange les immondices. Mais, s'il mange ensuite une alimentation saine, et que sa chair redevienne bonne, cette désapprobation tombe





1692. Selon Ibn 'Omar (DAS), le Messager de Dieu :saws: a interdit de montrer le chameau qui mange les immondices.(Rapporté par Abou Dawùd)



309 L'interdiction de cracher dans la mosquée. L'ordre d'en faire disparaître la trace quand il s'y trouve. L'ordre de préserver la mosquée de toutes les choses sales





1693. Selon Anas (DAS), le Messager de Dieu a dit: «Cracher dans la mosquée est une faute qu'on répare en enterrant le
crachat».
(UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

Remarque

Cela était valable pour les mosquées non dallées. Si elles le sont, on doit bien nettoyer le crachat avec de l'eau et une serpillière. Mais le mieux est de ne pas cracher du tout ni à la mosquée, ni ailleurs. Le crachat peut en effet porter des germes dangereux tel le bacille de la tuberculose.

1694. Selon 'Àisha (DAS), le Messager de Dieu :saws: vit une fois sur le mur indiquant la direction de la Mecque de la morve (ou de la salive ou un crachat). Il la fit disparaître en la frottant. (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1695. Selon Anas (DAS), le Messager de Dieu :saws: a dit: «Ces mosquées n'admettent rien de cette urine et de ces saletés car elles ne sont faites que pour l'évocation de Dieu le Très-Haut (la prière) et pour la lecture du Coran». (Rapporté par Moslem)
Revenir en haut Aller en bas
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: XVIII- Le livre des interdictions   Ven 20 Mar 2009 - 12:34

310 Où il est désapprouvé de se disputer dans la mosquée, d'y élever la voix, d'y crier à la recherche d'un objet perdu, d'y faire du commerce ou de la location ou autres tractations pareilles





1696. Abou Hourayra (DAS) rapporte qu'il a entendu le Messager de Dieu :saws: dire: «Celui qui entend à la mosquée quelqu'un crier à la recherche de ce qu'il a perdu, qu'il lui dise: «Puisse Dieu ne jamais te le rendre! car la mosquée n'a pas été construite pour cela». (Rapporté par Moslem)

1697. Selon lui encore, le Messager de Dieu :saws: a dit: «Quand vous voyez quelqu'un vendre ou acheter quelque chose à la mosquée, dites-lui: «Puisse Dieu ne jamais fructifier ton commerce!». Et quand vous voyez quelqu'un crier à la recherche de ce qu'il a perdu, dites-lui: «Puisse Dieu ne jamais te le rendre!»(Rapporté par Attirmidhi)

1698. Selon Bourayda (DAS), un homme cria dans la mosquée à la recherche de ce qu'il avait perdu en disant: «Qui peut m'indiquer où se trouve mon chameau rouge?» Le Messager de Dieu :saws: lui dit: «Puisses-tu ne jamais le retrouver! Les mosquées n'ont été construites que pour le rôle qui leur est assigné». (Rapporté par Moslem)

1699. Selon 'Amr Ibn Shou'ayb, d'après son père et d'après son grand-père, le Messager de Dieu :saws: a interdit l'achat ou la vente dans la mosquée. Il y a aussi interdit de crier à la recherche d'un objet perdu de même que d'y réciter des poèmes. (Rapporté par Abou Dawùd et Attirmidhi)

1700. Le Compagnon du Prophète :saws: , Asséib Ibn Yazid (DAS) rapporte: «J'étais à la mosquée et voilà que quelqu'un me jetait des cailloux. Je regardai autour de moi et vis 'Omar Ibn Al Khattàb (DAS) qui me dit: «Va m'appeler ces deux-là». Je les lui fis venir et il leur dit: «D'où êtes-vous?» Ils dirent: «Des habitants de Tà^if». Il dit: «Si vous étiez des habitants de cette ville je vous aurais fait battre jusqu'à vous faire mal. Ainsi vous osez élever la voix dans la mosquée du Messager de Dieu ?» (Rapporté par Al Boukhàri)




311 L'interdiction à celui qui a mangé de l'ail, de l'oignon, du poireau ou autre chose ayant une mauvaise odeur d'entrer à la mosquée avant la disparition de cette odeur sauf par nécessité





1701. Selon Ibn "Omar (DAS), le Prophète :saws: a dit: «Que celui qui a mangé de cette plante (l'ail) n'approche pas notre mosquée». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1702. Selon Anas (DAS), le Prophète :saws: a dit: «Que celui qui a mangé de cette plante ne nous approche pas et ne prie pas avec nous». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1703. Selon Jaber (DAS), le Prophète :saws: a dit: «Que celui qui a mangé de l'ail, de l'oignon, ou du poireau s'éloigne de nous et de notre mosquée». (UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

1704. 'Omar Ibn Al Khattàb (DAS) dit dans l'un de ses sermons du vendredi : «Puis, ô gens! Vous mangez deux plantes que je ne juge que mauvaises: l'oignon et l'ail. J'ai vu le Messager de Dieu , quand il sentait leur odeur chez quelqu'un, ordonner de le sortir jusqu'au Baqi' (cimetière de Médine avoisinant sa mosquée). Que celui qui en mange les cuise bien jusqu'à chasser leur odeur». (Rapporté par Moslem)




312 Où il est désapprouvé de s'asseoir en collant ses genoux à son ventre le vendredi alors que l'Imam dit son sermon, car cela attire le sommeil et ainsi on n'écoute pas le sermon et risque même de perdre ses ablutions




1705. Selon Mou'àdh Ibn Anas Al Jouhanni (DAS), le Prophète :saws: a interdit de s'asseoir en serrant ses genoux contre son ventre le vendredi alors que l'Imam prononce son sermon. (Rapporté par Abou Dawûd et Attirmidhi)
Revenir en haut Aller en bas
 
XVIII- Le livre des interdictions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: Assounnah, Ahadith, Bida'a :: Autres Ahadith et Athar :: Riyadh As-Salihin-
Sauter vers: