El 'Ilm


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 La dot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Yasmine
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
Je ne peux plus me passer d'El 'Ilm
avatar

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: La dot   Sam 3 Jan 2009 - 11:46

L’exagération dans les dots

Cheikh Ben Baz



Q : Je pense, comme beaucoup de gens, que de nombreuses personnes exagèrent dans les dots, et demandent des sommes exorbitantes lorsqu’ils marient leurs filles. Ajouté à cela, ils posent d’autres conditions. Est-ce que ces sommes perçues sont licites ou illicites ?



R : La religion musulmane recommande que la dot soit modeste et symbolique. Il ne faut pas la prendre pour un motif de concurrence, et il convient d’appliquer les nombreux hadiths qui vont dans ce sens, de faciliter le mariage et de veiller à garantir la chasteté des jeunes hommes et des jeunes filles. Il n’est pas permis aux parents de demander de l’argent pour eux-mêmes parce qu’ils n’en ont pas le droit. Cet argent est intégralement le droit de la femme seule. En revanche, le père, particulièrement, peut poser des conditions qui ne nuisent pas à sa fille, et ne sont pas de nature à l’empêcher de se marier. Mais s’il ne le fait pas, c’est encore meilleur et préférable pour lui.



Allah, qu’Il Soit Glorifié, a d’ailleurs dit :




« Mariez les célibataires d’entre vous et les gens de bien parmi vos esclaves, hommes et femmes. S’ils sont besogneux, Allah les rendra riches par Sa grâce. »[1]


D’autre part, Uqba ibn cÂmir rapporte que le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit :


« La meilleure dot est la plus modeste. »[2]



Par ailleurs, le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit à l’un de ses Compagnons lorsqu’il voulut le marier avec une femme qui s’est proposée en mariage à lui :



« Cherche-lui ne serait-ce qu’une bague en fer. »[3]



Mais lorsqu’il n’eut rien trouvé, le Prophète le maria à elle en échange de quoi il devrait lui apprendre certaines sourates du Coran que le prétendant a citées. Les dots des femmes du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, étaient de cinq cent dirhams, l’équivalent de cent trente riyals environ. Celles de ses filles étaient de quatre cent dirhams, environ cent riyals aujourd’hui. Allah, qu’Il soit exalté, dit :


« En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre]. »[4]



Donc, au plus les dépenses du mariage sont modestes et minimes, au plus il sera plus facile de garantir la chasteté des hommes et des femmes, et au plus la turpitude et les vices diminueront, et la communauté se multipliera. A l’opposé, au plus les dépenses sont importantes, et au plus les gens se concurrencent dans les demandes de dots, au plus le nombre de mariages diminuera, l’adultère se propagera, et les jeunes seront empêchés de se marier, sauf ceux parmi eux à qui Allah l’aura facilité.





Mon conseil à tous les musulmans de partout est de faciliter le mariage, d’apporter leur aide dans cette affaire, d’éviter d’exiger des dots élevées, d’éviter de trop dépenser dans les repas de mariages, et de se limiter à la cérémonie religieuse qui ne coûte pas trop cher aux deux époux.



Qu’Allah améliore la situation de tous les musulmans, et qu’Il les aide à se conformer à la Sunna dans tous leurs actes.



· Fatwa de Cheikh Ben Baz

· Kitâb ud-Dacwa, al-Fatâwa, pages 166 et 168.



[1] La Lumière, v. 32.

[2] Authentifié par Al-Hâkim dans ces termes (2/182). Abû Dâwûd rapporte dans le chapitre du mariage un hadith avec les termes : « Le meilleur mariage est celui qu’on a facilité le plus. » (n°2117). Muslim rapporte, par ailleurs, un hadith semblable à celui-ci dans son chapitre du mariage, sous le numéro 1425.

[3] Rapporté par Al-Bukhârî dans le chapitre du mariage (n°5135).

[4] Les Coalisés, v. 21.


Like a Star @ heaven http://www.fatawaislam.com/index.php?option=com_content&task=view&id=1203&Itemid=44

         
Revenir en haut Aller en bas
Oum Mouqbil
Gérante
Gérante
avatar

Nombre de messages : 9785
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: La dot   Ven 5 Nov 2010 - 14:17

Les règles régissant la dot (As sadâq)

Cheykh 'Abdel 'Adhdim El Badawi



Les règles régissant la dot (As sadâq)

Comme vu précédemment il y a deux avis concernant la dot, certains disent qu’il s’agit d’une obligation et d’autres disent que c’est une condition du mariage.

La preuve de son obligation est la parole d'Allah : « Et donnez aux épouses leur mahr, de bonne grâce. Si de bon gré elles vous en abandonnent quelque chose, disposez-en alors à votre aise et de bon cœur. » (Sourat 4, verset 4)

Allah   ordonne de donner la dot aux femmes et autorise aux hommes d’utiliser cette dot à condition que la femme l’autorise et donne son accord car cette dot est sa propriété. En effet le prophète à dit dans un hadith authentique plus général : « L’argent d’une personne n’est licite que lorsque cette personne le donne de bon gré. »

La dot est le droit de la femme sur l’homme et c’est sa propriété. Et il n’est autorisé a personne, que se soit le père ou autre, de prendre quelque chose de cette dote sans qu’elle ne donne son accord.


Le montant de la dot :

L’islam n’a pas donné ni de maximum ni de minimum quant à sa quantité mais l’islam a fortement conseillé de réduire la somme pour ne pas rentrer dans l’excès et aussi pour faciliter le mariage. En effet le prophète   a dit : « Celui qui montre le chemin du bien c’est comme si il l’avait fait. »

Et Allah   a dit : « Si vous voulez substituer une épouse à une autre et que vous ayez donnez à l’une d’elle un qintar n'en prenez rien. Le reprendriez-vous par injustice et péché manifeste ? » (sourate An-Nissa, verset 20

"Si vous voulez substituer une épouse à une autre" : c'est-à-dire si vous voulez épousé une autre femme après avoir divorcé la première.

"un qintar" : c'est de l'argent en grande quantité


Pour la fixation de la dot, il doit y avoir un accord entre l’homme qui demande en mariage et la famille de la fille.

Like a Star @ heaven Anas ibn Malik   rapporte qu’Abdourrahmane Ibn Awf   est venu vers le prophète   et avait sur ses vêtements une trace jaunâtre. Le prophète  l'a interrogé sur cette tâche et cette tâche jaunâtre était la trace d’un parfum. Abderrahmane répondit donc qu’il s’était marié avec une femme des Ansar. Et le prophète   lui a dit : « Combien lui as-tu donné (en dot) ? » il dit : « Je lui ai donné le poids d’un noyau d’or. » Ensuite le prophète a dit : « Fais la walima ne serait-ce qu’avec une brebis. » Et dans une autre version le prophète lui a dit l’invocation en faveur du nouveau marié. » (rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

"cette tâche jaunâtre était la trace d’un parfum" : Il s'agit surement de safran, car il laisse une couleur jaunâtre sur les vêtements. Et à l'époque du Prophète il était connu que ce sont les hommes mariés qui se parfumait.

« le poids d’un noyau d’or » : Certains savants l’estiment à 5 ou 3 dirham d’or et d’autres disent qu’il n’y a pas de preuve.


Like a Star @ heaven Et selon Sahl ibn Sa'd : « J’étais avec un groupe chez le prophète lorsqu’une femme s’est levée et a dit : « Ô envoyé d’Allah, elle se donne à toi (en parlant d’elle même) donne moi ton avis. » Et le prophète   ne lui a pas répondu, alors elle s’est assise. Puis elle s’est relevée et a dit : « Ô envoyé d’Allah, elle s’offre à toi, donne ton avis. » Il ne lui a pas répondu puis elle s’est assise. Elle s’est relevée une troisième fois et a dit : « Ô envoyé d'Allah, elle s’offre a toi donne ton avis » Et il n’a pas répondu. Au bout de la troisième fois, un compagnon s’est levé puis a dit : « Ô envoyé d’Allah, marie-moi à elle. » Puis le prophète a dit : « As-tu quelque chose à lui donner en dot ? » Il dit : « non. » Le prophète  lui a dit : « Pars, va rechercher autour de toi, autour de ta famille s’il n’y a pas une chose que tu pourrais donner en guise de dot ne serai-ce qu’une bague en fer. » Puis ce compagnon est parti et a demandé à son entourage puis est revenu vers le prophète   et a dit : « Je n’ai rien trouvé O envoyé d’Allah   même pas une bague en fer. » Puis le prophète   lui a dit : « As-tu du coran en ta possession ? » Le compagnon lui a répondu : « Oui je connais telle et telle sourate » Le prophète   a dit : « Pars, je te mari à elle pour ce que tu as du coran. » » (rapporté par Al bukhary et Mouslim)

"Et il n’a pas répondu" : Les savants disent qu’il n’a pas répondu car il ne voulait pas la vexer.

"As-tu du coran en ta possession" : autrement dit connais-tu des sourate par coeur.

"je te mari à elle pour ce que tu as du coran" : c'est-à-dire que la dot est le fait qu’il apprenne a sa femme ce qu’il connait du coran.

NB : Une des spécificités qui est propre au prophète c’est que si une femme s’offre à lui et qu’il accepte il n’a pas le besoin de faire une compensation (dot).


Concernant le fait de porter une bague en fer :

Cela est interdit car le prophète   a vu un homme qui portait une bague en fer et il lui a dit que cela était les bijoux des gens de l’enfer. Puis cet homme a jeté cette bague de fer puis a prit une bague d’argent. Et le prophète   s’est tû.

Concernant le hadith précédant, pourquoi le prophète  ne lui a demandé ne serai-ce qu’une bague en fer ? Il y a deux explications à cela :
1 - ce fait a eu lieu avant l’interdiction
2 - le prophète ne lui a demandé cela non pas pour qu’elle la porte mais seulement pour qu’elle l’ai en sa procession.  


Comment peut-on payer la dot ?

Et il est autorisé de payer la dot :
- entièrement, en une seule fois
- de retarder son paiement totalement
- de payer une partie de suite et une autre plus tard
- de consommer le mariage sans avoir donné la dot  
Mais dans tous les cas, la dot doit être donnée entièrement car cela fait parti des grands péchés de ne pas donné la dot à sa femme.

Et si le montant n’a pas été défini alors on doit donner comme dot à la femme le montant connu chez les proches de cette femme, en fonction du pays et de la région ou elle réside. Et si le montant a été déterminé alors c’est une obligation de donner cette somme pour le mari.

Il est cependant fortement recommandé de ce dépêché le paiement de la Dot, car le prophète   a considéré la dot comme étant la chose qui rendait licite les parties intimes de la femme comme dans le hadith où il a dit : « L’engagement que vous avez prononcé et qui a le plus le droit d’être respecté est l’engagement que vous avez pris et qui rend licite les parties génitales. »

Like a Star @ heaven En cas de divorce avant la consommation du mariage, la moitié de la dot revient à la femme.

Like a Star @ heaven Si le mari meurt après l’acte de mariage et avant la consommation alors la dot appartient à la femme dans sa totalité.
La preuve est le hadith de 'Ilqima   qui dit : « On a apporté à 'Abdullah Ibn Mas’oud une femme qui était mariée à un homme puis qui est décédé sans que cet homme n’est défini de dot et sans qu'il n’est consommé le mariage. Ils ont divergé, et plusieurs personnes sont venus voir Abdullah pour lui demander son avis. Il dit : « Je pense que sa dot est la dot similaires à ces femmes. » Et Mi'qal Ibnou sinân Al Achja'i  a attesté que le prophète a fait le même jugement sur Birwa3a bint Washiq (رضي الله عنها). » (rapporté par Abou Dawoud, At-Tirmidhi, Ibnou Majah et An-Nassa-i)

"la dot similaires à ces femmes" : c'est-à-dire aux femmes de son entourage, de sa région, ou de sa ville et elle hérite de son mari et elle doit observer la période de 4 mois et 10 jours.







Source : EL-WADJÎZ FI FIQHI AS-SOUNNATI WA AL-KITÂBI EL 'AZÎZ DU CHEIKH 'ABDEL-'ADHDIM EL-BADAWI - Le livre du Mariage -
Cours audio du frère Abou Anas - Source des dourous : http://www.lavoiedroite.com/index.php?option=com_content&view=article&id=109&Itemid=43
Retranscrit par Umm-Loqman
Revenir en haut Aller en bas
 
La dot
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
El 'Ilm :: Lecture en ligne :: Articles :: La famille en Islam :: Le Mariage-
Sauter vers: